Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Aventure dans la littérature populaire au xixe siècle

 | 
Roger Bellet

Un espace romanesque : la campagne, ou une aventure en pays creusois dans Catherine de Jules Sandeau

Jean-Pierre Leduc-Adine

Texte intégral

1Si, par « aventure », il convient d’entendre la suite des péripéties inattendues, hasardeuses, voire périlleuses où sont impliqués les héros romanesques, le roman rustique relève sans aucun doute difficilement du genre « roman d’aventures ». En effet, dans nombre de situations narratives, les paysans mis en scène sont rarement en butte à des événements chimériques ou surprenants : Germain, de La Mare au diable, ou François dans François le Champi ne sont, ni Robinson Crusoë, ni le capitaine Fracasse. Les aventures, dans le roman rustique, se restreignent à un espace, sinon vraiment clos, du moins très réduit : hameau, village, canton, département ou province, tout au plus. Les poursuites des romans de cape et d’épée appellent les grands espaces et s’accordent mal aux limites campagnardes : les pas comptés du bouvier berrichon ne peuvent suivre le rythme des prouesses accomplies par d’Artagnan.

  • 1 Dictionnaire de l’Académie Française, 6ème édition, Paris, Firmin-Didot, 1835, article « aventure » (...)

2Mais le terme « aventure » a des limites de définition beaucoup plus larges et finalement peut caractériser tout événement ou toute entreprise où le hasard et la surprise jouent quelque rôle : il définit ainsi tout texte plus ou moins imaginaire, et en particulier tout roman. Le Dictionnaire de l’Académie Française précise ainsi dans l’article « aventure » : « au pluriel, est le titre de certains ouvrages qui contiennent le récit d’aventures ordinairement imaginaires : Les Aventures de Robinson Crusoë »1.

3L’extension du terme est d’autant plus grande qu’il s’agit d’un mot symétrique, c’est-à-dire qui fonctionne à la fois comme actif et comme passif, puisqu’il renvoie, soit à des événements simplement subis, soit à des événements totalement assumés par les protagonistes : en effet, l’aventure peut être ce qui arrive d’inopiné, d’extraordinaire à quelqu’un, l’événement qui lui est imposé, les Aventures de Télémaque, par exemple : le concept d’aventure est ici lié à celui de hasard. Mais l’aventure peut caractériser les entreprises périlleuses que cherche « le coureur d’aventures », les Aventures de Mandrin par exemple ; au concept d’aventure, qui reste toujours lié à celui de hasard, s’attache aussi la notion de danger, de péril recherchés : les dérivés « aventurier, aventureux » privilégient cette deuxième acception. Aussi comprend-on pourquoi le terme « aventure » sert de titre à de nombreux romans : il fonctionne en langue comme synonyme de « roman ».

4Toutefois, même s’il peut sembler une gageure de traiter de l’aventure dans un roman rustique, c’est pourtant cette entreprise que je souhaite tenter ici, en étudiant la (ou plutôt les) fonction(s) de l’espace rural – en particulier celle de vecteur d’aventure – et son inscription dans le roman champêtre, en particulier dans un texte peu connu, Catherine, d’un auteur romantique devenu un oublié de la littérature : Jules Sandeau. Ce n’est pas un simple hasard qui me l’a fait choisir, mais parce qu’il se déroule totalement à la campagne avec une unité quasi absolue du heu narratif : le village de Saint-Sylvain, en Creuse, en Marche exactement à quelques lieues d’Aubusson. Ce roman appartient à un groupe de romans rustiques parus à la même époque, Mademoiselle de la Seiglière, autre texte de Jules Sandeau, paru dans la Revue des Deux-Mondes en 1844, Les Paysans de Balzac, paru dans La Presse à la même date, Jeanne de George Sand, paru dans Le Constitutionnel, en 1844 également. La coexistence et la co-publication de ces quatre romans qui posent le même problème central, celui de la propriété de la terre et de son appropriation par ceux qui la cultivent, les paysans, ne relèvent pas de hasard non plus ; l’aventure de la terre constitue le thème majeur de ces textes. C’est une convergence liée à une thématisation sociale et artistique majeure de l’époque : la représentation du monde rural. Balzac, dans sa Préface aux Paysans n’écrit-il pas : « Au milieu du vertige démocratique auquel s’adonnent tant d’écrivains aveugles, n’est-il pas urgent de peindre enfin ce paysan... ? »

5Dans tous ces romans, et en particulier dans celui que je me propose d’étudier, il existe un énoncé romanesque de l’espace rural. L’espace y est en effet à la fois objet de description, d’une part, et objet de commentaires, assumés par le narrateur ou par un ou plusieurs de ses personnages, d’autre part.

  • 2 P. Vernois, Le roman rustique de George Sand à Ramuz, Paris, Nizet, 1962, p. 16.
  • 3 H. Mitterand, Le discours du roman, Paris, P.U.F., 1980, p. 194.
  • 4 Castagnary, philosophie du Salon de 1857, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1858, p. 17.

6La campagne appartient nécessairement au monde du roman champêtre, elle en constitue le fond de tableau indispensable : c’est sur ce critère, certes très étroit, mais probablement assez opératoire, que se fonde Paul Vernois pour en donner une définition : « Peut être qualifié de rustique, ou de champêtre, ou de rural, tout roman qui s’inscrit dans le cadre exclusif de la campagne et dont les protagonistes essentiels sont des paysans »2. Si « c’est bien le lieu qui fonde le récit »3, comme l’indique Henri Mitterand, disons aussi qu’il fonde les personnages, leur appartenance sociale et Paul Vemois lie avec raison lieux et personnages. Castagnary, en 1857, écrit, à propos des Glaneuses de Millet : « J’admets difficilement qu’on puisse séparer le paysan de la nature. Il en fait en quelque sorte partie intégrante, comme l’arbre, comme le bœuf. L’individualité est assurément plus accusée chez lui que chez l’animal ou la plante, puisqu’il soumet l’un et utilise l’autre. Mais, au point de vue de l’art, il se trouve être simplement le terme le plus élevé d’une série qui commence au végétal pour s’arrêter à lui, paysan4. En littérature, comme en peinture, le paysan est souvent considéré comme simple objet.

  • 5 G. Sand, La Petite Fadette, Paris, Garnier, 1958, p. 16.

7D’autre part, la campagne peut être extérieure à la narration, puisqu’elle peut en constituer le sujet même, et révéler la conception, voire la théorisation que le romancier (ou ses personnages) fondent sur le monde rural à cette époque. Le paysage devient littérairement, picturalement, un genre esthétique autonome, souvent idéalisé, qui permet de marquer l’avènement de la classe paysanne en tant que catégorie sociale dont il est nécessaire de marquer le caractère idyllique : « Mieux vaut une douce chanson, un son de pipeau rustique, un conte pour endormir les enfants sans frayeur et sans souffrance que le spectacle des maux réels renforcés et rembrunis encore par les contours de la fiction »5, reconnaît George Sand dans la préface de La Petite Fadette.

  • 6 M. Barrès, Mes Cahiers, cité par R. Huyghe, L’art et l’homme, Paris, Larousse, 1961, tome III, p.  (...)

8L’espace rural du roman présente donc une double signification, il est à double titre porteur de sens : d’une part le roman le représente, en donne une figuration un peu analogue à celle de tous les peintres paysagistes ou « paysanistes » de l’époque. Le paysage atteint en effet à l’autonomie, et Théodore Rousseau à Barbizon parle « du mal qu’il a à singer un pauvre arbre ou une touffe de bruyère ». Bien plus tard, Barrès, dans Mes Cahiers, apportera son témoignage sur cette indépendance de la nature par rapport à l’artiste : « Est-il possible, quand je passe si parfaitement insignifiant à travers un tel paysage, que je ne sente pas qu’il existe indépendamment de moi et que je n’essaie pas de l’exprimer comme tel ? »6. La description, comme le tableau ont surtout valeur pittoresque, esthétique, poétique.

9D’autre part le roman donne des sens à cet espace rural, il lui assigne des fonctions : fonctions narratives, fonctions idéologiques et fonctions sociales.

10L’incipit du roman Catherine, révèle excellemment cette triple fonction de l’espace rural dans le roman champêtre :

  • 7 J. Sandeau, Catherine, Paris, Michel Lévy, 1866, pp. 34.

11« Saint-Sylvain est un pauvre village en pays Marchois. Vous voyez d’ici quelques toits de chaume groupés autour d’une église rustique, comme des enfants en guenilles autour de leur mère qui les rassemble avec amour et les presse contre son sein pour les réchauffer. Ce petit pays est pauvre, mais pittoresque ; ce qui m’en plaît surtout, c’est qu’il est ignoré et que nul touriste indiscret n’en a jamais trahi le mystère. L’hiver, vous diriez une Sibérie ; mais vienne le printemps, tout s’égaie, verdoie, chante et fleurit. Le village cache sa misère sous le manteau de feuillage qu’avril et mai lui jettent sur les épaules : les liserons étoilent les haies, les cerisiers secouent leur neige odorante sur la marche des sentiers, les toits de chaume se transforment eux-mêmes en parterres où croissent et vivent en bonne intelligence des familles de violiers et de joubarbes, de campanules et de pariétaires. »7.

  • 8 A. Gide, Si le Grain ne meurt, Paris, Gallimard, 1926, p. 45.
  • 9 A ce propos, cf. J.-P. Leduc-Adine, « Paysan de dictionnaire, paysan de roman, ou un modèle textue (...)

12Ce texte situe le roman dans un espace géographique déterminé, dont il donne une représentation à la fois pittoresque et stéréotypée ; le discours initial sur la campagne creusoise, ignorée, et donc heureuse, met en place un décor, c’est-à-dire met en scène une campagne qui va être le lieu de la narration et le champ d’action des personnages et de leurs aventures. Certes « rien de plus difficile, ni de plus ennuyeux qu’une description des lieux » reconnaît André Gide, pour concéder aussitôt après, « mais celle-ci est sans doute nécessaire pour expliquer ce qui suit »8. Cet espace rural constitue aussi un personnage même du roman : toutes les comparaisons ou les métaphores stéréotypées de cette ouverture personnifient le paysage, les lieux et les objets champêtres. La littérature, comme la peinture, donne une représentation de la campagne et des paysans, qui est la représentation stéréotypée de l’homme des villes et la représentation idéologique d’une classe sociale9.

13Il convient tout de suite d’ouvrir une parenthèse pour résumer l’intrigue de Catherine : le goût de Jules Sandeau pour le roman moral, moralisant, pour le « roman honnête » comme le qualifie Baudelaire, se donne ici libre cours : Catherine, nièce du curé de Saint Sylvain, est promise au maître d’école Claude Noirel, fils d’un paysan aisé, mais avare. Elle tombe amoureuse de Roger, fils du comte des Songères, châtelain de Bigny, qui s’oppose vivement au mariage envisagé par les jeunes gens. A la suite d’un certain nombre de manœuvres du comte, Roger renonce à épouser Catherine, qui, à la mort de son oncle, se marie avec Claude Noirel. Celui-ci, après le décès de son père, achète le château de Bigny ainsi que son parc. Il les transforme en exploitation agricole prospère et rentable.

  • 10 M. Nadaud, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Bourganeuf, A. Duboueix, 1895.
  • 11 Gui, J.R. Lafond de Saint-Mur, La terre natale, impressions d’un campagnard, Paris, Charavay, 1882
  • 12 L. de Lavergne, L’agriculture et la population, Paris, Guillaumin, 1865.
    L. de Lavergne, Économie r (...)

14L’inscription du récit dans un lieu précis, réel au moins quant à ses différentes dénominations, est indispensable à l’illusion réaliste. C’est elle qui donne son authenticité au récit, qui le fonde ; la fiction a au moins autant besoin d’un lieu que d’un temps. Dans Catherine, il n’y a pratiquement aucune inscription dans le temps, sinon cette indication initiale : « A l’époque où commence ce récit... » ; le temps de l’énoncé équivaut au temps de la narration. C’est donc la situation topographique qui lui donne l’apparence de la réalité, qui l’ancre définitivement dans la réalité. A cet égard, à la suite d’une étude dont je n’indiquerai ici que les conclusions, il convient de noter une concordance, une homologie, quasi parfaite entre la description de la campagne creusoise telle qu’elle ressort du roman de Sandeau et l’image que nous pouvons reconstruire, à partir des archives et des mémoires de l’époque et à partir des travaux des historiens. En effet Jules Sandeau présente dans ses romans du cycle creusois, et en particulier dans Catherine, une image du pays qui semble en bien des points tout à fait conforme à celle qu’en donnaient et des mémorialistes de l’époque comme Martin Nadaud10, le maçon de la Creuse, ou comme le baron Lafond de Saint-Mur11, le député corrézien, et des économistes qui ont réfléchi sur les problèmes du Limousin, comme Léonce de Lavergne12, qui était aussi propriétaire d’un domaine dans la Haute-Marche.

  • 13 G.-E. Clancier, La vie quotidienne en Limousin au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1976.
  • 14 A. Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle, 1845-1880, Paris, M. Rivière, 1975.
  • 15 Histoire de la France Rurale, sous la direction de Georges Duby et Armand Wallon, Paris, Seuil, 19 (...)

15Cette vision du pays creusois paraît aussi assez conforme à celle qu’en tracent les historiens contemporains du Limousin du XIXe siècle ; Georges-Emmanuel Clancier13, Alain Corbin14, enfin Maurice Agulhon et Gabriel Désert15. La réalité qui sert de toile de fond romanesque à toutes les fictions peut être envisagée sous deux angles, d’abord celui de la description d’un donné topographique et d’un donné historique régional, dans sa concordance avec la réalité telle qu’on peut la définir, l’analyser, la reconstruire, ensuite celui de l’image plus ou moins stéréotypée que cette description tend à diffuser du pays marchois.

16Qu’il s’agisse d’autre part de la typologie des personnages : l’instituteur, le curé, le propriétaire paysan, l’enfant trouvé, l’aristocrate habitant le château, des conditions de vie à la campagne imposées à ces différents personnages-types, de la description des lieux où ils vivent, le témoignage de Sandeau sur ces réalités renvoie bien à la situation historique et géographique de la Creuse au XIXe siècle. Ainsi proclame-t-il l’authenticité de l’aventure dont le lecteur ne peut mettre en doute la véracité : le lieu romanesque est un lieu réel, donc tout ce qui s’y déroule peut ou doit être considéré comme réel. L’implication du terroir creusois dans le roman, c’est la part de l’auteur qui se montre comme le garant de l’authenticité, de la fable. Le lieu authentifie la narration et la localisation du roman impose à la fois la vérité géographique et la fiction romanesque.

  • 16 J. Gracq, En lisant, en écrivant, Paris, José Corti, 1981, pp. 110-111.

17En même temps, la situation dans l’espace rural manifeste le caractère exceptionnel du récit. En effet, l’insertion de l’espace romanesque n’est possible que grâce à la distance que le lecteur prend avec l’espace réel, celui dans lequel il vit. Le voyage, l’« aventure » romanesque présupposent souvent le transfert imaginaire dans une région ignorée et sa découverte. Comme le dit Proust à propos de ses lectures enfantines, la littérature nous transporte en imagination dans des pays inconnus qu’elle nous donne un moment l’impression ou l’illusion de parcourir ou d’habiter. Julien Gracq écrit à ce propos qu’il ne s’agit plus seulement de « dérouter le lecteur, il y va de l’honneur romanesque même, de la nature intime du roman qui est de faire le lecteur être tout ce qui est dit, mais, dans l’anéantissement concomitant de toute réalité de référence ».16

  • 17 J. Sandeau, op. cit., p. 3.

18Ici la situation dans l’espace rural détermine pour une grande part le lecteur visé, c’est-à-dire l’homme de la ville pour qui la découverte de la campagne française est un parcours dans un monde assez nouveau, assez étranger alors, d’où l’insistance initiale de Sandeau : « ce petit pays est pauvre, mais pittoresque, ce qui m’en plaît surtout, c’est qu’il est ignoré et que nul touriste indiscret n’en a jamais trahi le mystère »17. La représentation de l’espace rural offre des virtualités expressives que de nombreux peintres et de nombreux romanciers vont alors exploiter. La campagne dans le roman devient un heu de rayonnement intense.

19Peintres et romanciers en la faisant découvrir à des lecteurs ignorants assurent une fonction didactique et documentaire probablement fort nécessaire alors. L’espace rural, en 1845, c’est un heu de découverte, et donc d’aventure pour le lecteur urbain d’alors.

***

20Comment cet espace rural s’inscrit-il dans le récit ? Il convient d’étudier ce que l’on pourrait dénommer la sémantique de la campagne romanesque.

21C’est un espace totalement ouvert à la différence de celui de la ville ; les limites en sont assez imprécises ; certes, il est clos par les haies, les traînes qui bordent les chemins difficiles, voire périlleux, du Limousin au XIXe siècle ; mais si les difficultés de circulation à cheval ou en voiture constituent l’amorce de nombreux épisodes narratifs dans les romans rustiques, et constituent un facteur justifiant l’isolement géographique et historique de la campagne, les villageois ont toujours la possibilité de se déplacer à pied et comme le dit un personnage du roman, « de cavalier devenir fantassin ».

  • 18 J. Sandeau, op. cit., p. 258.

22Et alors toutes les rencontres sont possibles dans un lieu sans frontière précise, souvent peu habité ; ainsi la sœur du Comte des Songères demande à Catherine : « Vous ne craignez pas de vous rencontrer seule à travers champs avec ce jeune homme ?« 18.

23La libre circulation est la règle du jeu dans la campagne et le narrateur peut ainsi justifier toutes les rencontres qui font progresser le récit. Sur les pacages, les landes et les bruyères fort pauvres, mais fort poétiques, les paysans de Saint-Sylvain font paître leurs animaux. Ils serviront souvent dans le roman d’informateurs sur les déplacements, les rencontres, voire les paroles de certains personnages. Sandeau utilise très largement les possibilités qui lui sont ainsi offertes et de nombreuses conversations particulières déterminantes pour l’action ont lieu tout au long des chemins vicinaux. La campagne est un lieu cybernétique selon la définition et l’analyse qu’en donne Philippe Hamon : « un endroit où se stocke, se transmet, s’échange, se met en forme l’information ». Il en est d’autres dans l’espace rural, mais il s’agit de lieux clos et socialement marqués, les chaumières et leurs veillées, les châteaux et leurs salons.

24Il convient toutefois de noter qu’au-delà de l’ouverture topographique totale de cet espace rural, se marque une tendance nette à l’appropriation économique des champs et de la campagne par les paysans, aux dépens des aristocrates, les anciens maîtres, les féodaux. Ainsi, après avoir rencontré Catherine dans le parc du château de Bigny, Roger, le fils du Comte, essaie immédiatement de la revoir ; il mène une enquête rapide et se précipite au village de Saint-Sylvain pour retrouver la jeune fille qui avait suscité chez lui tant d’admiration. Les paysans rencontrés se refusent à lui indiquer le chemin d’un bourg qu’« il devait sans aucun doute connaître » et Roger erre ainsi longtemps « à travers l’océan de verdure qui l’enveloppait de toutes parts ». Son rival malheureux, Claude Noirel, par malignité, lui indique ensuite une fausse direction, si bien qu’il faudra beaucoup de temps au jeune homme pour réussir à atteindre le village. Cette aventure comique et sentimentale fait parfaitement prendre conscience à l’homme de la ville et à l’aristocrate de son extranéité lorsqu’il est à la campagne, lors d’une des périodes les plus prospères de ce que les sociologues nommeront « la civilisation rurale ». Elle constitue la marque d’une forme de transgression que je souhaiterais étudier maintenant.

25En effet si la campagne se caractérise par une forme d’ouverture topographique, il n’en existe pas moins un certain nombre d’interdits et la structure spatiale du roman repose sur une opposition qui est nettement marquée dans les titres du chapitre I, intitulé « Le Presbytère » et du chapitre III, intitulé « Le Château » : les maisons ou les propriétés se définissent et se déterminent l’une par rapport à l’autre et il convient de relever le recours à la dénomination fonctionnelle et non au Nom propre pour opposer ces deux chapitres, à la différence du chapitre XI intitulé, lui, « Paris à Bigny ».

  • 19 J. Sandeau, op. cit., pp. 25-26.

26Si les lieux de circulation se caractérisent par une assez grande liberté, les lieux d’habitat, eux, sont totalement structurés et totalement déterminés. L’action va rayonner précisément à partir de ces deux centres : le village d’une part, c’est-à-dire la demeure des paysans et le presbytère, le château de Bigny d’autre part c’est-à-dire la demeure des nobles. La chaumière et le château constituent deux éléments essentiels d’une vision systématique de l’espace rural dans son ensemble : ils entrent l’un et l’autre en distribution complémentaire avec leurs points communs : il s’agit de lieux d’habitation et leurs points d’opposition (lieu de travail vs lieu de plaisir, habitat de rustres vs habitat de nobles, pauvreté, simplicité vs luxe). L’attraction et le rayonnement de ces deux lieux coexistant vont plus ou moins constamment s’opposer. Toute l’action du livre tient à une lutte d’influence entre ces deux lieux : leur symbolisme social est tout à fait évident et cette opposition fournit une clef pour la compréhension des événements contés dans le roman. L’espace rural du roman est totalement conditionné par le discours tenu sur les lieux et par la pratique sociale qui donne un programme strict des lieux permis et des lieux interdits aux uns et aux autres. C’est précisément de la transgression de ces règles sociales que va naître l’aventure. La transgression topographique et sociale va déclencher l’aventure, liant ainsi espace et récit. En effet pour obtenir quelques subsides, Catherine, au début du roman, se rend au château de Bigny, malgré les objurgations, de son ami Noirel et celles de nombreux habitants du village. Elle y va quand même et se fait chasser par l’intendant Robineau, dont tout le discours marque l’impertinence, l’inconvenance sociale de la démarche entreprise par la jeune paysanne : « Passez votre chemin, on ne sonne pas ainsi chez les gens... mon maître ne reçoit point les filles de votre espèce... Allez, la belle, allez gueuser ailleurs ! Le gibier de votre sorte n’a rien à brouter sur nos terres »19. Et, plus tard, Pâquerette, l’enfant trouvée, visitera le château sous la conduite de son ami Cadet, un employé du Comte et elle n’ose pas marcher sur les tapis et sur les parquets dans les pièces. Un sentiment de joie et de culpabilité totale l’étreint tout au long de sa découverte.

  • 20 J. Sandeau, op. cit., p. 258.

27Pénétrer dans la propriété seigneuriale constitue pour les paysans une indécence, source de malaise et de regret. Il y a incompatibilité entre leur présence et le topos : personnage et lieu sont corrélés du point de vue des devoirs et des interdits : « Nous avons dans notre famille et dans notre monde d’assez sottes idées qui vous en excluent rigoureusement »20, déclare crûment la sœur du comte des Songères à Catherine.

  • 21 J. Sandeau, op. cit., p. 107.

28L’autre lieu d’habitat du monde rustique, c’est évidemment le hameau, le village ; il convient de relever que tous les substantifs topographiques concernant les paysans : hameau, village, maison, ferme, chaumière, sont presque toujours caractérisés péjorativement par des adjectifs comme : « pauvre », « malheureux », « misérable », et quand Roger part à la recherche de Catherine, il rencontre d’abord « un misérable hameau, composé de sept à huit repaires d’humains, élevés avec de la boue et honteusement accroupis dans la fange ». Les nobles ne pénètrent pas ou guère dans les habitations paysannes, soit à cause de leur modicité soit à cause de leur puanteur, mais plus encore les en éloignent les interdits sociaux. Et Robineau, l’intendant va écrire au comte des Songères pour dénoncer la présence constante du jeune Roger « dans la cure, ou pour parler plus exactement, dans le repaire du curé Paty »21.

  • 22 J. Sandeau, op. cit.,p. 82.

29Un axe des contraires oppose le village de Saint-Sylvain et ses maisons regroupées autour de l’église et du presbytère, d’une part, et le château entouré de son parc et des murs, d’autre part. C’est un rapport d’exclusion qui s’inscrit dans la sémantique des lieux, qui détermine l’avenir ou le destin des personnages et permet au récit de se développer. Et c’est précisément la non-observation de ces règles et de ces interdits topographiques et sociaux qui va constituer l’action elle-même. La rencontre fortuite dans le parc de Bigny, l’aventure, au sens étymologique du terme, a suffi pour dérègler totalement la destinée des personnages à qui l’autonomie topographique, marque de la séparation sociale, aurait dû garantir une totale sécurité. Par dérivation métonymique, les personnages s’identifient aux lieux qu’ils habitent et aux libertés ou aux interdits qui leur sont ainsi assignés « Saint-Sylvain et le presbytère avaient repris leur train de vie accoutumé. Chacun était retourné à ses devoirs et à ses travaux »22 écrit Sandeau après la fête de la Saint-Sylvain, sorte de Saturnales chrétiennes qui avait permis à tous de se rencontrer et de vivre un moment ensemble.

30En effet l’église se trouve être le lieu neutre, socialement neutre, où la réunion, la conjonction des uns et des autres est possible ; comme l’affirment bien des romans de l’époque, l’église, « c’est la maison de Dieu et la maison de tous ». Lieu de rencontre, c’est aussi en même temps un lieu de défi parfois, puisque existent là aussi quelques interdits topologiques : les seigneurs s’installent au banc d’œuvre et s’offrent ainsi en spectacle au peuple paysan, qui se masse dans le reste de l’église.

31L’espace romanesque paraît renvoyer tout à fait à l’espace social ; ce qui se dit et ce qui se lit dans les structures successives de cet espace rural, c’est au fond l’histoire de la société rurale française dans ses stratifications entre 1840 et 1850. Or ce texte, résolument conservateur, comme l’est Les Paysans de Balzac, constitue un roman de la terre. Certes, l’idylle romanesque entre Catherine et Roger, le fils du Comte des Songères, d’une part, entre Catherine et Claude Noirel, d’autre part représente l’action centrale ; mais l’aventure, c’est aussi et d’abord celle des terres : un mot d’ordre s’impose face au grand propriétaire incapable et absent pour qui la terre n’est pas un instrument de travail, mais un instrument de spéculation et un instrument d’orgueil ; mot d’ordre qui marque toute l’histoire de la France rurale alors : la terre pour ceux qui la cultivent, pour les paysans.

  • 23 J. Sandeau, op. cit., p. 23.

32La description initiale du château révèle à cet égard le projet topologique et le projet social de Sandeau : « Au dehors du parc, tout n’était que joie et lumière, parfums et gazouillements... Au dedans, tout n’était qu’ombre, silence et solitude... Tout s’y ressentait de la longue absence du maître... Rien ne révélait la vie dans cette enceinte désolée »23. La structure du roman, en particulier celle des chapitres répond à la structure topologique et en même temps à la structure sociale. Comme nous l’avons indiqué dans le bref résumé initial du roman, après la mort de son père et après le mariage avec Catherine, abandonnée par Roger, Claude Noirel devient le propriétaire du château de Bigny, mis en vente par ses propriétaires.

  • 24 J. Sandeau, op. cit., p. 299.

33A la longue description initiale du château dévasté et du parc désolé qui l’entoure, répond une longue description finale du même château totalement transformé : « C’est à peine si le parc et le château, grâce aux révolutions qu’ils venaient de subir étaient encore reconnaissables » ; seule une aile du vieux manoir subsiste, le reste a fait place à une jolie ferme. « Dans ces lieux mornes et désolés voilà quelques mois, tout respirait la vie, le mouvement, l’ordre et le travail »24. Ainsi la possession et la charge de terres se justifient par les intentions et surtout par les capacités réorganisatrices et réformatrices de Noirel ; la nature, la terre sont mises en valeur, obligées de produire, possédées, maîtrisées.

  • 25 J. Sandeau, op. cit., p. 301.
  • 26 Ce thème mythique et mystique nous a été signalé par Madame Baumgartner, professeur à l’Université (...)

34Le lien entre lieu et idéologie ne peut être mieux démontré qu’à partir d’une autre transformation majeure du château de Bigny : « le parc n’existait plus. On l’avait remplacé par un verger »25. Nous retrouvons ici le thème littéraire médiéval du lieu de plaisance (Lustort), le locus amœnus des Anciens ». « Ce lieu du bonheur est le lieu qui est bonheur, le bonheur qui est lieu » ; le thème de la production et celui de l’amour dans le verger sont ici étroitement liés26.

35Parcours narratif et parcours topologique vont de pair, puisque Catherine, Claude Noirel et Pâquerette l’enfant trouvée, quittent le village de Saint-Sylvain pour aller au château de Bigny et que ce château, en devenant une ferme se rapproche sinon topologiquement, du moins fonctionnellement du village et des maisons du village ; au monde du loisir et de la fête au château succède le monde du travail.

36Les deux pôles antagonistes à la fois géographiquement, socialement et narrativement vont se trouver réunis dans un seul lieu. L’espace est lié à une société et la campagne ne constitue pas un lieu politiquement, socialement et topologiquement neutre : il est, comme la ville, un lieu d’antagonismes. Tout roman met en scène une conception de l’espace et de la nature ; les idées de la nature ou sur la nature ont varié au cours de l’histoire, et dans une société donnée à une période donnée, elles peuvent aussi différer selon les groupes sociaux. Concevoir, réaliser un paysage romanesque permet de faire voir la nature selon un modèle qu’on se donne idéalement. C’est au fond naturaliser une idée, lui donner une forme et la force de l’évidence. Une conception du paysage fournit donc la possibilité de se différencier d’un groupe social, de s’opposer à d’autres groupes et ainsi d’atteindre à une identité profonde.

37Il y a dans Catherine, comme dans les Paysans de Balzac, véritable surdétermination des lieux : la topographie et la topologie des lieux renvoient à la différenciation des classes sociales, de leur savoir et de leur savoir-faire. La confusion qu’instaure le roman dans la répartition sociale des lieux tient précisément au fait que l’aristocratie qui devrait détenir ce savoir et ce savoir faire fait preuve d’une ignorance et d’une paresse coupables que la dépossession des lieux sanctionne précisément. Les marques locatives constituent un des points majeurs d’insertion du social dans le texte littéraire.

38L’absence de repère temporel, déjà signalée, pourrait donner l’impression de fixer la lutte entre propriétaire et exploitant – paysan agricole dans un temps sans histoire. C’est en réalité le système topologique qui renvoie à un moment donné précis de l’histoire. L’absence de repère temporel n’annihile pas l’antagonisme social entre paysans et propriétaires, le récit apparemment détemporalisé ne perd en rien de sa valeur contestataire, puisque la vigoureuse mise en cause topologique compense l’effacement du temps.

***

39Le renouvellement du roman champêtre en tant que genre procède non d’un schéma transformé, mais d’un changement de perspective : l’espace rural, la campagne, de heu d’aventures individuelles qu’il était devient lieu d’aventures sociales ; à la perspective purement esthétique, pittoresque dans le roman bucolique succède une perspective plus politique et plus sociale. Aux relations sociales sans problème véritable, à la description d’une vie facile dans une sorte d’égalité factice ou de résignation à un sort difficile succèdent des récits qui impliquent l’inégalité et la contradiction sociales.

40Dans Catherine, l’aventure champêtre ne change pas de lieu, elle se déroule bien toujours à la campagne, condition nécessaire certes, mais le traitement de l’espace change totalement de perspective. Même si la référence à la réalité rustique n’est pas très concrète et n’est pas toujours vraiment concrétisée, elle renvoie à une situation qui reflète les contradictions parmi les protagonistes, nobles et paysans et l’aventure n’est possible que parce que les lieux romanesques sont organisés de telle sorte qu’ils marquent les oppositions sociales. L’inégalité réelle de la société se marque dans les lieux mêmes et dans l’accès à ces lieux jusqu’alors interdits aux paysans.

41Alors que, dans les romans, le plus souvent les personnages se déplacent et se transforment, les lieux eux n’ont d’intérêt que parce qu’il s’y passe, au cas où il se passe quelque chose. Ils sont inertes. Or dans Catherine, la transformation des lieux est plus importante que n’est celle des personnages : la transgression que constitue le passage du château à l’état de ferme conditionne le changement même dans la société et le passage du paysan – serf au paysan – propriétaire. La métamorphose du château n’est pas seulement le signe du bouleversement social. Elle est ce bouleversement social irréductible.

  • 27 Notre étude fait des emprunts théoriques importants aux modèles d’analyses construits par R. Boume (...)

42L’espace rural appartient bien à la structure narrative de Catherine ; il s’intègre totalement à la narration, il en devient en effet un personnage même. Sandeau ici transforme cet espace en un élément narratif essentiel. La transformation finale des lieux, de leurs fonctions et de leurs perspectives témoigne de la remise en question par Sandeau du sens que prenait la répartition locative de la campagne. L’espace est bien le motif et la motivation même de l’aventure27.

Notes

1 Dictionnaire de l’Académie Française, 6ème édition, Paris, Firmin-Didot, 1835, article « aventure », p. 141.

2 P. Vernois, Le roman rustique de George Sand à Ramuz, Paris, Nizet, 1962, p. 16.

3 H. Mitterand, Le discours du roman, Paris, P.U.F., 1980, p. 194.

4 Castagnary, philosophie du Salon de 1857, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1858, p. 17.

5 G. Sand, La Petite Fadette, Paris, Garnier, 1958, p. 16.

6 M. Barrès, Mes Cahiers, cité par R. Huyghe, L’art et l’homme, Paris, Larousse, 1961, tome III, p. 313.

7 J. Sandeau, Catherine, Paris, Michel Lévy, 1866, pp. 34.

8 A. Gide, Si le Grain ne meurt, Paris, Gallimard, 1926, p. 45.

9 A ce propos, cf. J.-P. Leduc-Adine, « Paysan de dictionnaire, paysan de roman, ou un modèle textuel pour une représentation sociale de la paysannerie au milieu du XIXe siècle », in Au bonheur des mots. In Au Bonheur des mots, mélanges en l’honneur de Gérald Antoine, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1984, pp. 91-106.

10 M. Nadaud, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Bourganeuf, A. Duboueix, 1895.

11 Gui, J.R. Lafond de Saint-Mur, La terre natale, impressions d’un campagnard, Paris, Charavay, 1882.

12 L. de Lavergne, L’agriculture et la population, Paris, Guillaumin, 1865.
L. de Lavergne, Économie rurale de la France depuis 1789, Paris, Guillaumin, 1860.
L. de Lavergne, De la population des arrondissements en 1846 et en 1868, Paris, Imprimerie de La Hure, 1868.

13 G.-E. Clancier, La vie quotidienne en Limousin au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1976.

14 A. Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle, 1845-1880, Paris, M. Rivière, 1975.

15 Histoire de la France Rurale, sous la direction de Georges Duby et Armand Wallon, Paris, Seuil, 1975, tome 3. Apogée et crise de la civilisation paysanne, par Maurice Agulhon et Gabriel Désert, Paris, 1976.

16 J. Gracq, En lisant, en écrivant, Paris, José Corti, 1981, pp. 110-111.

17 J. Sandeau, op. cit., p. 3.

18 J. Sandeau, op. cit., p. 258.

19 J. Sandeau, op. cit., pp. 25-26.

20 J. Sandeau, op. cit., p. 258.

21 J. Sandeau, op. cit., p. 107.

22 J. Sandeau, op. cit.,p. 82.

23 J. Sandeau, op. cit., p. 23.

24 J. Sandeau, op. cit., p. 299.

25 J. Sandeau, op. cit., p. 301.

26 Ce thème mythique et mystique nous a été signalé par Madame Baumgartner, professeur à l’Université de Paris X Nanterre. Sa permanence mériterait d’être étudiée dans les romans rustiques du XIXe siècle.

27 Notre étude fait des emprunts théoriques importants aux modèles d’analyses construits par R. Boumeuf, « L’organisation de l’espace dans le roman », in Études littéraires, vol. 3 n° 1, avril 1970, Les Presses de l’Université Laval, G. Genette, « La littérature et l’espace », in Figures II, Paris, Éd. du Seuil, 1969, pp. 43-48, G. Matoré, L’espace humain, l’expression de l’espace dans la vie, la pensée et l’art contemporains, Paris, Éditions du Vieux Colombier, 1962, et par H. Mitterand, Le discours du roman, Paris, P.U.F., 1970, en particulier dans « le lieu et le sens ; l’espace parisien dans Ferragus de Balzac », pp. 189-212. L’étude que nous présentons ici se voudrait un essai de contribution à l’établissement d’un répertoire morphologique et fonctionnel des lieux romanesques qu’Henri Mitterand souhaite voir se construire.

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site