Version classiqueVersion mobile

Écrire son temps

 | 
Damien Zanone

Annexe

Des Mémoires parmi les Mémoires : présentation du corpus de référence

Texte intégral

1Ci-après des notices monographiques consacrées aux ouvrages dont notre étude parle le plus. Pour chacun des Mémoires, nous apportons des éclaircissements : sur la biographie de son auteur ; sur les conditions de sa production éditoriale ; sur son contenu ; sur sa pertinence relative comme « type » de Mémoires. Ce dernier point permet d’associer, à certains Mémoires, d’autres titres qui se situent dans le même sillage.

2L’ordre dans lequel nous donnons ces présentations ne se soumet pas entièrement à la chronologie car il prend en compte les affinités diverses qui justifient de mettre en rapport plus étroit tels et tels Mémoires.

Mémoires de Fouché1

  • 1 J. Fouché, Mémoires de Joseph Fouché, duc d’Otrante, Paris, Le Rouge, 1824, 2 vol. in-8°.

3Les Mémoires de « l’homme le plus indéchiffrable du quart de siècle séparant 1789 de 1815 », au jugement de Jean Tulard, ont toujours suscité beaucoup d’intérêt chez les historiens, et beaucoup d’interrogations sur leur authenticité.

Éléments biographiques

  • 2 « C’est Fouché qui, le premier, s’est servi de cette expression, avec laquelle on s’est familiarisé (...)

4Les Mémoires sont publiés de façon posthume, en 1824 : Fouché était né en 1759 et est mort en 1820. L’extraordinaire densité de sa carrière devait naturellement susciter la curiosité la plus vive pour l’ouvrage qui la termine et la récapitule. Depuis la Terreur jusqu’à la Restauration incluse, il quitte rarement le premier plan et passe pour celui qui, plus que tout autre, détient les secrets de l’État et de la succession de ses incarnations récentes. Rappelons quelques jalons : séminariste en 1781, il est nommé professeur titulaire de physique au collège d’Arras en 1788, ce qui lui vaut de lier connaissance, dès cette date, avec Robespierre et aussi Lazare Carnot, alors officier du génie en garnison dans cette ville. Conventionnel très en vue sous la Terreur, il vote la mort de Louis XVI en 1793. À la fin de l’année, la Convention l’envoie en compagnie de Collot d’Herbois en mission à Lyon quand la ville est reprise après une insurrection royaliste : la répression qu’ils y mènent est réputée très féroce, ils « inventent » les exécutions de masse par « mitraillade ». Bientôt compromis pour excès de zèle et se sentant menacé, Fouché aurait eu un rôle important dans les manœuvres qui ont précipité la chute de Robespierre. Néanmoins il est tenu à l’écart pendant la réaction thermidorienne : mais à cette époque où son rôle politique s’efface, il met à profit ses relations pour se constituer une fortune considérable dans des activités de fournitures aux armées. Dans les derniers mois du Directoire, en août 1799 (peu avant le 18 brumaire), il est finalement rappelé aux affaires : comme ministre de la Police. Napoléon, en prenant le pouvoir, le maintient dans cette fonction où Fouché est pratiquement inamovible pendant plus de dix ans. Il connaît cependant deux disgrâces, la première d’un an et demi en 1803-1804, la seconde de 1810 à 1814. Dans les deux cas, il semble que Napoléon ait pris ombrage du pouvoir trop important de son ministre. La deuxième disgrâce est plus importante : par une police secrète qui échappe au ministre, Napoléon découvre que celui-ci mène sans son aval des négociations secrètes avec l’Angleterre et l’Autriche. Fouché – fait duc d’Otrante en 1809 – perd son portefeuille et se trouve assigné à résidence dans son domaine privé, sous surveillance, de 1810 à 1813. À cette date, il est éloigné comme gouverneur des Provinces illyriennes, où il succède au général Junot, duc d’Abrantès, devenu fou. Fouché retrouve son portefeuille de ministre de la Police pendant les Cent-Jours et, à la stupeur générale, réussit à le conserver quelques mois quand Louis XVIII revient à Paris : c’est que Fouché aurait eu un grand rôle dans le second rétablissement du monarque, dont le principe n’allait pas de soi. Mais en septembre 1815, après l’élection de la « Chambre introuvable », « ultra-royaliste »2, Louis XVIII le renvoie et le nomme ambassadeur à Dresde. Il y est rattrapé en janvier 1816, par la loi qui frappe de bannissement tous les régicides de 1793. Il se retire alors à Prague, à Linz, puis à Trieste où, après une courte maladie, il meurt le 25 décembre 1820.

Contexte éditorial

  • 3 Mémoires de la vie publique de M. Fouché, duc d’Otrante ; contenant sa correspondance avec Napoléon (...)

5Les cinq dernières années de Fouché, celles de son exil, semblent s’être beaucoup passées en récriminations contre l’ingratitude des Bourbons, dont il estimait avoir sauvé le trône en 1815. Il diffusa des brochures anonymes et déclara travailler à ses Mémoires : ces derniers furent annoncés comme une somme de secrets et brandis comme une menace. Il fit paraître en 1819 des Mémoires de la vie publique de M. Fouché : l’éditeur les présentait en avant-propos comme un premier portrait justificatif de l’auteur, en attendant les Mémoires de sa vie auxquels celui-ci était en train de travailler3.

6D’emblée, l’authenticité des Mémoires de 1824 a été très contestée. Elle le fut par les enfants de Fouché qui saisirent la justice contre l’éditeur, Le Rouge : ils affirmèrent que leur père n’avait pas laissé de Mémoires et que son nom avait été employé – et même diffamé – pour servir l’opération de librairie que seraient ces Mémoires. Dès janvier 1825, le tribunal leur donna raison :

  • 4 Cité dans une préface à la réédition des Mémoires : J. Fouché, Mémoires, Paris, France-Éditions, 19 (...)

Attendu que, si chacun a le droit d’écrire et de publier la vie d’un homme qui a joué dans les affaires publiques un rôle aussi important que feu le duc d’Otrante, il ne peut être permis à personne de le faire, comme dans les « Mémoires » publiés par Le Rouge, comparaître lui-même devant le public, pour y faire des aveux, exprimer des opinions dans lesquelles peut-être il n’a point persévéré et rapporter des faits plus ou moins offensants pour sa mémoire et pour des tiers ; qu’ainsi c’est contre toute espèce de droit que Le Rouge s’est permis de publier les « Mémoires » dont il s’agit4.

  • 5 D’après la Biographie universelle de Michaud, c’est en la lisant que Napoléon aurait déclaré à prop (...)

7En fait l’avis général – celui qui fut l’avis de beaucoup au moment des faits et qui a par la suite été adopté par la plupart des spécialistes – ne va pas dans le sens de ce jugement. Il estime que Fouché participa directement à la conception de ses Mémoires : même s’il délégua beaucoup de la tâche à des collaborateurs, et même s’il laissa un travail inachevé que ces derniers terminèrent. On connaît les noms de ceux-ci : Pierre Jullian et surtout Alphonse de Beauchamp, qui aurait assumé le principal travail de rédaction et mérite d’être brièvement présenté. Beauchamp était un collaborateur de longue date de Fouché puisqu’il travailla sous ses ordres au ministère de la Police : il publia en 1806 une Histoire de la Vendée et des chouans au succès retentissant5, mais qui lui valut de perdre son poste car l’ouvrage rendait publics des papiers qui ne devaient pas l’être. À compter de cette date, Beauchamp ne vécut plus que de sa plume, comme polygraphe : en écrivant dans la presse, en rédigeant des notices pour la Biographie universelle, en concevant une Table alphabétique et analytique du Moniteur. Ou encore, en travaillant à la rédaction de certains Mémoires, comme ceux de Louis Fauche-Borel (voir infra). Il est emporté en juin 1832 par l’épidémie de choléra.

  • 6 Il faut signaler en outre que le hasard a fait coïncider la publication des Mémoires avec la mort d (...)

8La question qui intéresse les exégètes, dans ce type de rédaction menée à plusieurs, est toujours d’évaluer les proportions qui reviennent à chacun. Les spécialistes de Fouché (dont le principal, Louis Madelin, est l’auteur d’une monumentale biographie du personnage publiée au début du xxe siècle) abandonnent volontiers à Beauchamp la complète rédaction du second volume, jugé d’écriture plus bâclée et n’apportant plus aucune révélation historique solide ; mais ils avancent que le premier volume porte la marque indiscutable du ministre et établissent que la conception de l’ouvrage lui revient. Quant à l’action en justice des enfants de Fouché, elle aurait été motivée par un souci de respectabilité : le retour sur le passé risquait d’attirer l’attention sur l’origine de leur colossale richesse (Fouché étant mort à la tête de la deuxième fortune de France). Cet intérêt particulier se serait conjugué à des pressions politiques sur la justice : même à titre posthume, Fouché restait un personnage trop encombrant. On avait pris l’habitude de déclarer détestable la figure de celui qui avait été régicide, « terroriste » et serviteur éminent de l’Empire, et d’oublier qu’il avait été ministre de Louis XVIII, dont il disait avoir sauvé le trône. Cette ambivalence politique du personnage était trop complexe pour être bien reçue en 1824, au plus fort de la période « ultra » de la Restauration6. La grande vigueur de ces réactions contemporaines, si elles laissent entendre un écho des passions qui agitaient le débat politique d’alors, donnent aussi un aperçu du contenu « dérangeant » de ces Mémoires.

Caractérisation

9Le temps de l’histoire couvert par le récit de Fouché est compris entre 1789 et 1815 : les années antérieures à la Révolution n’y sont évoquées qu’allusivement. Ce qui distingue principalement ces Mémoires est leur tonalité fortement politique : ils échappent au discours contre-révolutionnaire convenu à l’époque de leur publication et assez diffus dans les Mémoires d’origine aristocratique. Le jugement politique n’y est pas exprimé en termes de fidélité sentimentale à des principes ou à une famille, mais formulé comme le résultat de conceptions théoriques. Cette attitude s’exposait à être ressentie comme un cynisme scandaleux, réception qu’elle rencontra d’autant plus qu’elle confortait la réputation de l’auteur en ce sens.

10Le principal orgueil de Fouché est d’avoir été plus ou moins constamment au premier plan de la scène politique de la période des vingt-six années turbulentes qu’il décrit : il prétend incarner la continuité de l’État, et n’avoir dû ce destin qu’à la seule force de ses capacités. C’est le programme qu’annoncent les premières lignes de son texte :

  • 7 J. Fouché, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 1.

L’homme qui, dans des temps de troubles et de révolutions, n’a été redevable des honneurs et du pouvoir dont il a été investi, de sa haute fortune enfin, qu’à sa prudence et à sa capacité ; qui, d’abord élu représentant de la nation, a été, au retour de l’ordre, ambassadeur, trois fois ministre, sénateur, duc et l’un des principaux régulateurs de l’État ; cet homme se ravalerait si, pour repousser des écrits calomnieux, il descendait à l’apologie ou à des réfutations captieuses : il lui faut d’autres armes. Eh bien ! cet homme, c’est moi. Élevé par la révolution, je ne suis tombé des grandeurs que par une révolution contraire que j’avais pressentie et que j’aurais pu conjurer, mais contre laquelle je me trouvai désarmé au moment de la crise7.

  • 8 « On a prétendu que je n’avais été pour rien dans ces trames salutaires ; que j’avais louvoyé, mais (...)

11Emphase et solennité : le diapason est fixé à la hauteur des enjeux que considère un homme d’État. Le mémorialiste en a l’énonciation grave. Il s’applique à faire valoir son action dans tous les moments cruciaux où le pouvoir a changé de main, par exemple lors du coup d’État de Bonaparte, le Dix-huit Brumaire8. Le seul échec en ce domaine est souligné et assumé dans les plus grands détails. En mars 1814, alors que l’Empire s’écroule, Fouché se décrit bloqué dans le sud de la France par la désorganisation que cause la débâcle militaire. Talleyrand est à Paris, qui remplit le rôle que Fouché ambitionnait :

  • 9 Ibid., vol. II, p. 277.

Je n’arrivai à Paris que dans les premiers jours d’avril, mais il était trop tard. La formation d’un gouvernement provisoire dont j’aurai dû faire partie, la déchéance de Napoléon que j’eusse ambitionné de prononcer, mais effectuée sans moi ; enfin, la restauration des Bourbons, à laquelle je me fusse opposé pour faire prévaloir le plan de régence qui était mon ouvrage, anéantissaient mes projets et me rejetaient dans la nullité politique, en présence de princes que j’avais offensés9.

12Fouché fera valoir ensuite qu’il obtint revanche complète un an plus tard, en rendant aux Bourbons leur trône après les Cent-Jours.

  • 10 Ibid., vol. I, p. 302.
  • 11 Ibid., vol. I, p. 14-15.

13Un tel passage est de ceux qui ont établi la réputation de cynisme de ces Mémoires. On en trouve un autre exemple dans la franchise avec laquelle Fouché évoque les décisions, par excellence tyranniques, prises par le Premier Consul Bonaparte en 1803 : l’arrestation de tous les Anglais circulant sur le sol de France et surtout l’exécution du duc d’Enghien. Il se trouve que ces événements eurent lieu pendant les quelques mois de disgrâce où Fouché perdit son ministère : « je me crus heureux alors de n’être plus pour rien dans les affaires. Qui sait ? J’aurais peut-être fléchi tout comme un autre ; mais au moins aurais-je constaté ma résistance et pris acte de ma désapprobation10. » Dans des Mémoires, de tels aveux sont exceptionnels : a fortiori pour des Mémoires publiés en 1824, en un temps où l’engagement politique trouvait préférable de s’habiller en idéalisme sentimental. Fouché reconnaît avoir été capable de dissocier morale et politique : cet aveu suffit à faire de ses Mémoires une exception. Cette dernière est radicale, puisque Fouché va jusqu’à appliquer cette attitude à propos de la Terreur. Plus qu’un événement historique, celle-ci était devenue un traumatisme dans le discours dominant de la Restauration. Fouché, certes, y atténue son rôle ; mais il soutient que cette période fut déterminée par une nécessité de l’histoire : « que d’horreurs dans l’ordre de la morale et de la justice ! Mais nous ne voguions pas dans des mers calmes. Nous étions en pleine révolution, sans gouvernail11. » Le procès judiciaire fait à ces Mémoires concerna l’authenticité du texte ; mais politiquement, il prenait forcément acte du caractère impubliable de telles considérations.

  • 12 On sait la place, omnipotente et occulte, que Balzac réserve à Fouché dans Une ténébreuse Affaire.

14Enfin, la longévité de Fouché à la tête du ministère de la Police distingue encore ses Mémoires d’une autre manière : en lui permettant non seulement de s’identifier à la continuité de l’État, mais aussi de se donner un rôle dans les rouages secrets qui auraient fait le fonds de l’histoire contemporaine de la nation française. Les Mémoires de Fouché contribuent en effet puissamment à mettre en place un système de représentation pour qui la vérité du monde se noue toujours dans de « ténébreuses affaires »12, pour qui la qualité de Mémoires s’évalue d’abord au nombre et à la qualité des secrets dévoilés. Or, Fouché décrit complaisamment le système de renseignements qu’il a su mettre en place : la « police de Fouché » est devenue un mythe, celui de l’œil et de l’oreille absolus, et les Mémoires de l’ancien ministre font tout pour accréditer cette croyance. À croire ce qu’on y lit, il apparaît que tout se qui se faisait, se disait, – et peut-être même se pensait ! – remontait sous forme de rapports dans son bureau.

  • 13 Ibid., vol. II, p. 11.

15Décrivant son ouvrage, l’auteur a cette formule lapidaire : « ce n’est point la police qui dénonce, c’est l’histoire qui révèle13. » La maîtrise des instruments de police serait, dans l’immédiat, un attribut de puissance ; a posteriori, cela deviendrait un privilège supérieur pour énoncer une mémoire historique. En d’autres termes, un ancien ministre de la Police serait nécessairement une sorte de « super-mémorialiste ». Celui qui a réussi à identifier son nom à cette fonction devient imbattable et fait de ses Mémoires une référence absolue.

Dans le sillage des Mémoires de Fouché

16Démonstration est faite, avec le livre de Fouché, que l’intérêt pour les archives de police s’articule parfaitement bien avec le goût pour les Mémoires. C’est ainsi que, sachant toujours repérer les veines les plus prisées pour les étendre à toutes les époques, Étienne de Lamothe-Langon s’est fait l’auteur, dit-on, des trois volumes parus chez Levavasseur, en 1838, de Mémoires tirés des archives de la police de Paris, pour servir à l’histoire de la morale et de la police, depuis Louis XIV jusqu’à nos jours, par J. Peuchet. Mais, pour rester dans les affaires ténébreuses du Consulat et de l’Empire, on associera surtout aux Mémoires de Fouché les ouvrages de deux autres « grands » de la police : Jean-Marie Savary, duc de Rovigo et Pierre-Marie Desmarest.

17Le duc de Rovigo a connu l’honneur douteux de remplacer Fouché au ministère de la Police pendant les deux intermittences que ce dernier y a connues : en 1803-1804 et de 1810 à 1814. C’est donc lui qui n’a pas su résister, qui n’a pas su ne pas devenir l’instrument de la tyrannie napoléonienne. Dans ses Dix années d’exil, Madame de Staël le décrit comme son bourreau, toujours soucieux de multiplier les vexations les plus mesquines. Surtout, il a eu le malheur d’être en charge au moment de l’exécution du duc d’Enghien, avec une implication réputée active dans l’affaire. C’est là le stigmate qu’il tire après soi pendant les années de la Restauration et qui lui fait d’abord essayer, en 1823, la publication de Mémoires justificatifs spécifiques : les Mémoires de M. le duc de Rovigo, concernant la catastrophe de M. le duc d’Enghien. Dans les Mémoires d’outre-tombe, Chateaubriand raillera sévèrement les incohérences de cet ouvrage. Toujours en quête de réhabilitation, l’auteur donne cinq ans plus tard les Mémoires du duc de Rovigo, pour servir à l’histoire de l’empereur Napoléon. Même si l’affaire qui avait causé la publication du précédent ouvrage reste au cœur du souci de celui-ci, la démarche de justification y est plus large, embrassant toute une carrière politique. La préface énonce clairement ce programme :

  • 14 J.-M. Savary, duc de Rovigo, Mémoires du duc de Rovigo, pour servir à l’histoire de l’empereur Napo (...)

On m’a accusé d’être le séide de l’empereur, et de l’être encore. Si l’on entend par là d’avoir compris que les convulsions qui ont agité le monde, n’étaient autre chose que la lutte des principes de la révolution contre ceux de l’aristocratie européenne ; si on entend par là que je n’ai pas songé à mettre de borne à l’étendue de mes devoirs ; oui, je fus le séide de Napoléon. Si se souvenir des bienfaits au temps des revers, si ne pas abandonner son chef après sa chute, si se résigner à l’exil pour avoir voulu partager le sien, si ne pas craindre de braver l’inimitié de ses ennemis, naguère ses courtisans ; si rendre hommage à sa mémoire lorsqu’il n’est plus, c’est être séide ; oui, je suis encore le séide de Napoléon14.

18On voit que l’auteur entend faire de ces Mémoires une réponse qui va très directement au devant des accusations qui l’environnent. Sans doute est-il loin d’avoir l’étoffe d’un Fouché : on oublie même volontiers son nom de Savary pour ne se souvenir que de son titre napoléonien. Sa mémoire historique a moins d’extension que celle du « duc d’Otrante » et se trouve condamnée à tourner autour de quelques affaires. Reste que son statut éminent dans la police l’autorise à lancer de volumineux Mémoires.

19Apparemment beaucoup moins orgueilleux, les Témoignages historiques ou Quinze ans de Haute Police sous Napoléon, par M. Desmarest, chef de cette partie pendant tout le Consulat et l’Empire, paraissent chez Levavasseur en 1833. Leur auteur, né en 1764, est mort l’année précédente. Fouché l’a appelé auprès de lui après le Dix-huit Brumaire, à une époque d’organisation de son ministère, pour lui confier la direction du département de la « Haute Police », qui s’occupe des affaires secrètes et politiques. Desmarest conserve cette position aussi longtemps que le dit le titre de son livre : jusqu’en 1815 (il se retire définitivement après les Cent-Jours). Son ouvrage ne constitue pas exactement des Mémoires : les chapitres n’y déroulent pas une narration chronologique mais juxtaposent des développements thématiques sur les principales affaires que l’auteur a traitées. En outre, ce dernier récuse formellement cette appellation, affectant de s’en juger indigne, sans pourtant minimiser son rôle :

  • 15 P.-M. Desmarest, Témoignages historiques ou Quinze ans de Haute Police sous Napoléon, par M. Desmar (...)

Je n’écris pas mes Mémoires, car je n’ai de mon chef ni agi, ni ordonné. Mais mon office m’a immiscé dans des crises importantes, ayant leurs foyers à l’intérieur et à l’étranger. J’ai manié des ressorts d’où dépendaient la fortune et l’existence de Napoléon ; et cela, dès le commencement du consulat jusqu’à la fin de l’empire, sans interruption sous tous les ministres qui se sont succédés à la police générale15.

20Ainsi, sans être des Mémoires stricto sensu, les Témoignages historiques de Desmarest annoncent un programme qui les rend proches du modèle fourni par Fouché. Leur contenu est celui-là même qui retient le plus la mémoire historique : le maniement des « ressorts » secrets où se sont noués les grands desseins.

Mémoires de Fauche-Borel16 ; Mémoires de Fonvielle17

  • 16 L. Fauche-Borel, Mémoires de Fauche-Borel, dans lesquels on trouvera des détails et des éclaircisse (...)
  • 17 B. de Fonvielle, Mémoires historiques de M. le Chevalier de Fonvielle de Toulouse, de l’ordre de l’ (...)

21Ne se réclamant pas du service de Napoléon, mais de celui de Louis XVIII, deux « inconnus » surgissent pendant la Restauration : Louis Fauche-Borel et Bernard de Fonvielle. Si Desmarest est peu connu, il a en revanche un titre officiel à faire valoir : ce n’est pas leur cas, car servir le prétendant au trône qui allait devenir Louis XVIII n’est pas la même chose, formellement, que servir l’État. Cette distinction fait le drame de ces deux hommes qui ne parviennent pas à obtenir de reconnaissance publique, tant morale que financière, pour leur action passée. Comme Fouché, Rovigo et Desmarest pour Napoléon, Fauche-Borel et Fonvielle prétendent avoir sauvé le sort de leur maître à plusieurs reprises et avoir noué pour lui des intrigues avec les cours de toute l’Europe ; mais n’ayant pas agi dans le cadre d’institutions, ils sont exactement, à les en croire, ce qu’il convient d’appeler d’« illustres inconnus ». Concernant le rôle éminent qu’ils revendiquent dans l’histoire contemporaine, ils n’arrivent pas à ébranler un scepticisme général et ne rencontrent que des sarcasmes.

Éléments biographiques et aperçu du contenu des mémoires

22Les biographies des deux hommes s’identifient presque l’une à l’autre à force de similitudes : agents secrets informels pour le compte de celui qu’ils nomment Louis XVIII dès 1795, ils ont tout sacrifié à la « carrière de la fidélité » qui s’est révélée pour eux ce que Chateaubriand appelera la « religion du malheur ». Mais les déboires de l’ingratitude ne débouchent pas chez eux, comme pour l’auteur des Mémoires d’outre-tombe, sur une forme de mysticisme historique. Leurs Mémoires respectifs sont des récriminations contre leur humiliation. Fauche-Borel se suicide quelques mois après la publication des siens en 1829 ; Fonvielle s’éteint dans la misère en 1837, treize ans après avoir essayé de raviver ses souvenirs. C’est à cette trame pathétique que se limite aujourd’hui l’essentiel de ce que l’on sait d’eux. Hormis ce qu’ils disent dans leurs Mémoires, on ne trouve guère de renseignements sur eux que dans les notices de quelques dictionnaires contemporains, la Biographie universelle de Michaud surtout, qui ne font que résumer le récit de ces Mémoires : pour Fauche-Borel, en épousant sa cause ; pour Fonvielle, dans une paraphrase ironique. Il n’est guère que la date et les circonstances de la mort des mémorialistes que les biographes empruntent à d’autres sources. L’information biographique qui suit emprunte donc directement au contenu des Mémoires.

23Louis Fauche-Borel est né à Neuchâtel en 1762 : il n’est donc pas formellement français – même si ses ancêtres, qui avaient été mis en fuite par la révocation de l’Édit de Nantes, l’étaient –, mais sujet du roi de Prusse. Dirigeant un vaste établissement typographique à Neuchâtel, il y reçoit des aristocrates émigrés de France et s’associe à leur cause. En 1795, influencé par un aventurier royaliste du nom de Montgaillard, il abandonne ses affaires pour se vouer au service de Louis XVIII. Pendant une dizaine d’années, sous le nom de « Louis », il parcourt l’Europe en menant des négociations périlleuses tendant à renverser le Directoire, puis le Premier Consul, puis l’Empereur. Parmi ses grandes affaires, il affirme avoir rallié à la cause monarchiste le général républicain Pichegru et le « Directeur » Barras. Deux complots organisés par ses soins et sur le point de réussir auraient été balayés in extremis par les événements : le premier par la journée du 18 fructidor (coup d’État anti-royaliste de 1797), le deuxième par celle du 18 brumaire. Découragé, Fauche-Borel retourne à l’imprimerie et dirige une librairie française à Londres. Mais pour peu de temps : on fait appel à lui pour établir des liens entre les généraux Pichegru et Moreau, tous deux mécontents de la promotion de leur collègue Bonaparte, et avec eux, Fauche-Borel est dans la confidence du complot de Cadoudal. Il est détenu trois ans en prison, au Temple, avant d’être libéré grâce à une intervention du roi de Prusse intéressé au sort de son sujet. Le grand drame, dans la vie de Fauche-Borel, a lieu pendant les Cent-Jours, alors qu’il se rend à Gand pour renouveler ses services auprès de Louis XVIII : sans lui laisser voir le roi, on le jette dans un cachot. Un autre espion, nommé Perlet, l’a accusé d’être un agent double à la solde de Napoléon. Le démêlé entre les deux hommes est porté en justice et finalement Fauche-Borel l’emporte : en 1816, Perlet est condamné comme escroc et calomniateur. Comme le duc de Rovigo, Fauche-Borel, avant d’en arriver à la publication de Mémoires, donne un simple mémoire justificatif, au sens strictement judiciaire du terme, consacré à cette seule affaire : le Mémoire pour L. Fauche-Borel contre Perlet, ancien journaliste (qui s’orne d’une épigraphe : « Le jour vient révéler tous les crimes de la nuit »). D’autres Mémoires, plus généraux, viennent en 1829 car, malgré le verdict de la justice, Fauche-Borel sent bien que son image demeure ternie. Il reçoit pourtant, en 1820, une indemnité de cinquante mille francs pour ses services passés, assortie d’une pension de trois mille francs : forme de compensation après laquelle Bernard de Fonvielle courut toujours, en vain.

  • 18 Cette tentative lui attirera une réplique cinglante à la tête d’une satire du récipiendaire : « Fon (...)

24Le chevalier de Fonvielle est né à Toulouse en 1759, dans une honorable famille bourgeoise ; son titre de chevalier lui viendrait du pape Pie VII (qui l’aurait nommé « chevalier de l’éperon d’or »). Il se dit, dans ses Mémoires, descendant des anciens rois d’Aragon et affirme que sa femme est la nièce du comte de Barras, le « Directeur » (de très ancienne noblesse). En tout cas, il n’a qu’une situation modeste quand éclate la Révolution : il se montre très actif dans les clubs de Montpellier et est élu secrétaire de l’assemblée électorale de l’Hérault. Mais, à la suite de démêlés peu éclaircis, il devient tout à coup royaliste et prend la fuite à Marseille. Là, il aurait eu un rôle éminent dans le soulèvement de 1793 des départements méridionaux contre la Convention nationale. Contraint à nouveau à la fuite, il se trouve à Vérone en 1794, où il est présenté au futur Louis XVIII : il devient l’un de ses agents secrets. Dans le même temps, Fonvielle développe une activité très diversifiée de littérateur (poésie, théâtre, fable, économie politique…) : à Vérone, il présente au prince une Ode à Louis XVI, martyr ; rédige en 1795 une tragédie en cinq actes et en vers, Collot d’Herbois dans Lyon ; en 1796, il publie l’épître Fonvielle à J.-M. Chénier, membre de l’Institut national de France, législateur, philosophe, orateur, poète avec privilège18 ; et encore, en 1796, un Essai sur l’état actuel de la France ; en 1798, une Ode sur l’émigration… Pourtant, malgré son activisme royaliste, c’est sous le régime napoléonien que sa carrière prospère : il devient chef de bureau au ministère de la Guerre, entre à la Banque de France et bientôt exploite avec succès des carrières de plâtre. Sa « littérature » s’est reconvertie dans des écrits d’éloge bonapartiste et, à la fin de l’Empire, il mène un train de vie assez faste avec trente-cinq mille francs de rente. Mais la chute de Napoléon entraîne la sienne : il perd ses places lucratives. Le retour des Bourbons, famille qu’il pense avoir servie, lui donne cependant quelque espoir : il multiplie les brochures pour vanter sa fidélité royaliste, explique avoir refusé de devenir préfet de l’Empire sous prétexte que trop d’anciens révolutionnaires l’étaient, et demande au nouveau pouvoir un ministère, une préfecture ou une direction… Il n’obtient rien : ni poste, ni pension, ni même décoration. Il vit dans la gêne avec sa femme et ses cinq enfants, et publie ses Mémoires pour protester contre cette injustice.

Contexte éditorial

25Les Mémoires de Fauche-Borel et ceux de Fonvielle ont été publiés avec des intentions semblables et ont rencontré le même type d’échec. Dans les quelques mois séparant la parution de ses Mémoires de son suicide, Fauche-Borel a eu le temps de s’attirer la réponse exaspérée d’un juriste nommé Pierre Grand. Ce dernier publie une brochure qui s’en prend au nouvel écrit perçu comme le dernier avatar d’une sorte de genre en soi, les Mémoires d’aventuriers quémandeurs :

  • 19 Fauche-Borel démasqué, ou Un mot de M. Pierre Grand, avocat à la cour royale, à la Jeune France, su (...)

Il est temps enfin d’en finir avec ces mouches du coche qui, pour avoir bourdonné autour du char de la Restauration, s’en vont répétant partout que sans leurs efforts, il se serait embarrassé dans l’ornière et n’aurait point atteint son but. Il est temps de signaler ces agents secrets qui recevaient souvent un double et ignominieux salaire et qui […] embarrassent aujourd’hui les marches du trône qu’ils assiègent de leurs éternelles et cupides réclamations19.

  • 20 L. Fauche-Borel, Réponse de M. de Fauche-Borel au Sieur Baron d’Eckstein, à M. Pierre Grand, avocat (...)

26On peut aussi bien dessiner la figure de Fonvielle que celle de Fauche-Borel à travers ces lignes. Ce dernier a passé plusieurs années à brandir la publication de ses Mémoires comme une menace propre à faire éclater les plus terribles secrets de l’histoire. Lorsqu’il les fait paraître enfin en 1829, il ne semble recueillir qu’un écho moqueur. Le plus violent a pour auteur un personnage éminent dans le monde journalistique et intellectuel des années 1820 : le baron Ferdinand d’Eckstein. Il rédige presque des Mémoires pour répondre à ceux de Fauche-Borel, où il se trouvait attaqué. En cent dix pages, dans De ma carrière politique et littéraire en France et aux Pays-Bas, il démontre que le prétendu grand agent secret est un « charlatan politique ». Fauche-Borel s’en était pris, dans ses Mémoires, à celui qui l’avait jeté dans un cachot à Gand, pendant les Cent-Jours : Eckstein, qui était alors, comme officier prussien, chargé de la police de la ville et plus spécialement de la sécurité de Louis XVIII. Mais sans doute était-il imprudent de la part du mémorialiste de s’en prendre à un homme qui, depuis, s’était fait une place dans les plus grands journaux parisiens : le baron d’Eckstein n’allait pas facilement se laisser qualifier de « nouveau baron de Tundertentrundk »20. De ma carrière politique et littéraire est une réponse très fouillée faite à plusieurs Mémoires, mais surtout à ceux de Fauche-Borel, tournés en ridicule jusque dans le détail.

27L’édition de ses Mémoires, finalement si décevante pour Fauche-Borel, avait pourtant mobilisé tous les soins de l’auteur qui explique en préface avoir, par prudence, recherché la collaboration d’une « plume » professionnelle : après un essai avec François Tercy, beau-frère de Charles Nodier, qui se rétracta, il fit appel à Alphonse de Beauchamp qui s’était illustré quelques années plus tôt donnant forme aux Mémoires de Fouché. Mais finalement, quand l’ouvrage paraît en 1829, quelques exemplaires seulement sont écoulés : Fauche-Borel est endetté, il doit payer l’imprimeur et Beauchamp. Et il se défenestre. Selon le rédacteur de sa notice dans la Biographie universelle de Michaud, on retrouva dans sa poche un papier pour justifier encore une fois sa mémoire :

Je déclare être innocent de ce dont mes ennemis voudraient m’accuser sur ma fidélité envers mon roi, que je porte dans mon cœur. Je suis la victime d’une intrigue dirigée par des ennemis puissants qui m’ont tendu un piège ; mais mon auguste maître saura me rendre la justice que je réclamerai de ses bontés pour moi.

28Fonvielle a subi le même type d’attaque pour ses Mémoires parus en 1824, mais a continué à y riposter longuement après la publication. Dans les mois qui ont suivi celle-ci, en janvier 1825, le journal l’Oriflamme publie une série de deux articles ironisant sur les Trois Fonvielle, faisant état d’écrits de trois personnages homonymes, auteurs de textes royalistes pour l’un, bonapartistes pour l’autre et républicain pour le troisième. L’intéressé répond aussitôt par une brochure, Les Trois Fonvielle ramenés à leur honorable et invariable unité, dans laquelle il dénonce une manœuvre qui tend à saper l’effet que pouvaient escompter ses Mémoires. Il évoque la longue calomnie qui le traque depuis dix ans et l’empêche d’obtenir les réparations qu’il mérite :

  • 21 B. de Fonvielle, Les Trois Fonvielle ramenés à leur honorable et invariable unité, ou Justification (...)

Longtemps j’ai complètement ignoré ces menées ténébreuses […]. Enfin, j’en ai eu connaissance, et l’ayant vainement combattue dans divers écrits, j’ai pris la courageuse résolution de publier, de mon vivant, mes Mémoires historiques, où je l’ai écrasée sous le poids des preuves que j’y donne, que nul ne m’a surpassé dans la carrière de la fidélité21.

  • 22 B. de Fonvielle, Note entièrement confidentielle dictée par la confiance la plus absolue dans le bo (...)

29D’autres écrits viendront encore. Fonvielle fait rédiger à son épouse et à ses enfants le Dernier cri d’une famille royaliste ruinée par la Restauration, qui implore pour un « martyr de la fidélité ». Il adresse au ministre de la Maison du Roi une Note entièrement confidentielle pour demander réparations de ses services. Le ton est devenu comminatoire, Fonvielle annonçant que la présente note sera publiée en cas de réponse négative : « son excellence a ici une belle occasion de manifester sa justice : À sa place je ne la laisserais point échapper22 » :

  • 23 Ibid., p. 14.

Pendant onze ans, j’ai souffert patiemment de la restauration ce que je n’aurais pas supporté une heure de la part de la révolution. Ceux qui ont lu mes Mémoires historiques le savent, et ils ne s’étonneront pas de ce à quoi pourrait me conduire l’impérieux besoin que j’éprouve d’obtenir promptemnt un adoucissement à ma position que je déclare insupportable. […] La restauration m’a fait cent fois plus de mal que la révolution ; c’est une monstruosité qui doit avoir un terme23.

30Fonvielle termine sa brochure en chiffrant précisément ses « malheurs » en francs et en demandant à être remboursé. Puis il imprime en annexe la réponse lapidaire du ministère : « d’après des renseignements très positifs, il a été reconnu que vos réclamations ne pouvaient être accueillies. » Malgré l’allusion voilée contenue dans l’extrait cité plus haut, cette réponse ne semble pas avoir conduit Fonvielle à quelque résolution extrême. Retiré dans l’obscurité, il s’éteint en 1837.

Caractérisation

31Écrire ses Mémoires pour y faire valoir ses actes de services et de fidélité par rapport à son roi, et même pour exprimer ses droits de créance : cette démarche n’est pas nouvelle, elle était une des motivations de la mémoire aristocratique dès le xviie siècle. On ne peut cependant pas se contenter de renvoyer à ce modèle pour comprendre les Mémoires de Fauche-Borel et de Fonvielle. À la fois parce que leur « aristocratie » est plus que légère (convoitée par appropriation de particule) et surtout parce que le modèle aristocratique en question a fait son temps : les services rendus ne sont plus des faits d’armes accomplis au grand jour des champs de bataille. Dans le cas des agents secrets, ils sont même essentiellement invisibles et invérifiables. En outre, en ces temps nouveaux, post-révolutionnaires, l’attachement au roi n’est plus un engagement moral fondé sur une condition sociale : même si elle se veut morale, cette attitude s’exprime en termes exclusivement affectifs. Les deux mémorialistes portent plainte publique d’un amour mal payé en retour. Cette démarche commune ne donne cependant pas lieu à un moule unique qui reproduirait les mêmes Mémoires à deux exemplaires.

  • 24 Cité par le Dictionnaire de biographie française, publié sous la direction de Roman d’Amat, Paris, (...)

32Ceux de Fauche-Borel sont directement tributaires de la rhétorique abondante et geignarde des mémoires judiciaires qui ressassent une innocence maltraitée. La narration des faits y est engluée dans des protestations de bonne foi au point de devenir confuse. Le jugement que Charles Nodier porta sur le personnage, qu’il connaissait, reflète assez bien le sentiment qu’inspirent ses Mémoires : « bonhomme, sincèrement attaché aux Bourbons, mais vulgaire et naïf24. »

  • 25 « Mes Mémoires sont là : qu’on y recoure ; on y verra que ce n’est pas sans fondement que j’y affic (...)

33Les Mémoires historiques du Chevalier de Fonvielle se donnent des intentions similaires25 mais excèdent ce programme. D’une part, en s’annonçant « historiques », ils s’attachent à inscrire le drame d’un homme dans celui d’une époque. D’autre part, la justification de soi ne se concentre pas seulement sur les moments litigieux d’une carrière : directement inspirée du modèle rousseauiste, elle embrasse une existence entière. Ainsi, avec Madame de Genlis et Chateaubriand, Fonvielle est le seul mémorialiste de notre corpus à consacrer un récit détaillé à son enfance, ce qui apparente sa démarche à celle de l’autobiographie.

Mémoires de Madame de Genlis26

  • 26 Mme de Genlis, Mémoires de Madame de Genlis sur le xviiie siècle et la Révolution française, Paris, (...)

34À l’inverse de Fauche-Borel et de Fonvielle, Madame de Genlis n’écrit pas ses Mémoires pour se construire une réputation, mais pour répondre de la sienne, inusable et contestée. Quand elle les publie en 1825, à l’âge de soixante-dix-neuf ans, elle est une célébrité depuis plus de soixante ans. Pour ses nombreux détracteurs, elle est décidément trop connue, omniprésente à la fois dans la vie mondaine, littéraire et même politique : on lui prête d’avoir pris part à des tractations douteuses pendant la Révolution et l’Empire.

Éléments biographiques

35Née en 1746, Madame de Genlis est la doyenne des mémorialistes de la période : dès avant la Révolution, elle a accompli plus de la moitié de son existence et acquis une position sociale prestigieuse. Son entrée dans les hautes sphères de la société, dont elle n’est pas issue, date des année 1760. Originaire d’une famille d’aristocratie provinciale d’importance moyenne, Stéphanie-Félicité Ducrest de Saint-Aubin s’élève rapidement par la grâce du richissime fermier général La Popelinière, protégé de la marquise de Pompadour. Elle fait impression par ses talents sur les théâtres de salon et à la harpe (elle est la première à exécuter sur cet instrument les compositions les plus difficiles destinées au clavecin de Rameau et de Haendel). La notice qui lui est consacrée dans la Biographie universelle de Michaud (vingt-deux pages de deux colonnes chacune, dans une typographie serrée) paraphrase ses Mémoires sur un mode pamphlétaire et raconte, à propos de ses talents de société :

  • 27 Biographie universelle […], revue, corrigée, et considérablement augmentée d’articles inédits et no (...)

Ces circonstances prouvent que celle qui porta depuis dans le monde un caractère si prononcé de pédanterie et d’orgueil nobiliaire y débuta moins comme une demoiselle de qualité que comme une baladine obligée de payer par l’agilité de ses jambes et la gaieté de ses bouffonneries une hospitalité fort équivoque27.

36Elle s’installe bientôt à Paris avec sa mère et elles tiennent un salon fréquenté par Rameau, Marmontel, d’Alembert. Elle se lie d’amitié, pour quelques mois, avec Rousseau ; elle rend visite à Voltaire à Ferney. Peu fortunée encore, elle épouse en secret, en 1763, le riche comte de Genlis, de haute lignée et neveu de ministre, dont la famille est scandalisée, mais finit par accepter de la présenter officiellement à la cour en 1765. Son ascension prend ensuite une autre tournure de par son association avec la famille d’Orléans. En 1772, elle fait la connaissance du duc de Chartres (qui deviendra duc d’Orléans en 1785, et « Philippe-Égalité » par la suite) : elle devient sa maîtresse et dame d’honneur de son épouse puis, en 1777, est chargée de l’éducation de ses enfants (première femme nommée à cette fonction pour des princes du sang : elle est « Gouverneur des Enfants de France »). Elle commence à publier ses œuvres en 1779 : pièces de théâtre et contes à finalité nettement didactique. Son obsession pédagogique lui fait prendre ses distances avec les « Lumières » : par exemple, en 1787, en publiant La Religion considérée comme unique base du bonheur et de la véritable philosophie. Comme pour tous ses contemporains, les débuts de la Révolution éveillent en elle une passion pour la question politique. Elle est un membre éminent de la « faction orléaniste », mais se serait attirée son hostilité en déconseillant au duc d’Orléans de chercher à remplacer Louis XVI après l’arrestation de Varennes. Elle fuit en Angleterre en octobre 1791 mais découvre que les milieux de l’émigration la détestent. Le comte de Genlis et le duc d’Orléans sont guillotinés en 1793, époque où elle s’installe à Hambourg. Mais le salon qu’elle y ouvre ne résiste pas longtemps : les émigrés (Rivarol en tête) lancent une campagne de « révélations » contre elle, qui la pousse à publier en 1796 une sorte d’embryon de Mémoires : Précis de la conduite de Mme de Genlis depuis le début de la Révolution. Elle erre encore quelques années dans différentes villes allemandes avant d’être rayée de la liste de émigrés par Bonaparte et de rentrer à Paris en juillet 1800. Ruinée, elle entre dans les bonnes grâces du Premier Consul, qui lui octroie le logement du bibliothécaire de l’Arsenal et une pension. En contrepartie, le nouveau monarque, admiratif de son talent, lui aurait demandé d’entretenir avec lui une correspondance sur des sujets littéraires et moraux : c’est l’explication que donnent ses Mémoires pour ce qui est généralement analysé comme un espionnage dans les milieux de l’ancienne noblesse qui ont retrouvé le faubourg Saint-Germain. Sa carrière littéraire reprend avec éclat, grâce à des romans ou récits historiques au très grand succès : Mademoiselle de Clermont en 1802, La Duchesse de La Vallière en 1804, Madame de Maintenon en 1806 (qui lui vaut d’être mise au même rang que Fénelon par Fontanes, dont le magistère critique domine la scène littéraire). En 1812, on réédite la plus grande partie de ses œuvres. Enfin, quand les Bourbons reviennent sur le trône, elle consacre beaucoup d’efforts à rentrer en faveur auprès d’eux et finit par décrocher une pension. Autocélébrée depuis longtemps comme une autorité en matière d’éducation, ne perdant jamais une occasion de transmettre les règles de la bonne morale, elle se trouve une autre spécialité dans sa connaissance des usages de cour sous l’Ancien Régime, publiant un Dictionnaire de l’étiquette donné en annexe à ses Mémoires. Elle meurt le 31 décembre 1830, alors que l’un de ses anciens élèves est devenu « roi des Français ».

37Les auteurs de la Biographie universelle de Michaud détaillent les bonnes raisons qu’ils ont d’être peu amènes envers elle. Elle s’était fait des ennemis de tous les journalistes et polygraphes :

  • 28 Ibid., vol. XVI, p. 176.

Non contente de publier tant d’ouvrages, elle ouvrit, en 1820, dans un journal intitulé l’Intrépide, une espèce de cours de grammaire pratique, qui eût consisté à relever chaque jour les fautes qui échappaient aux journalistes. Cette ridicule entreprise s’arrêta au premier numéro ; mais c’est un trait de caractère qui peint Madame de Genlis tout entière28.

38Au delà de cette partialité avouée, ces biographes semblent formuler un avis commun en reprochant à Madame de Genlis d’avoir mis « les vices en actes et les vertus en préceptes ».

Contexte éditorial

39L’authenticité des Mémoires de Madame de Genlis ne fait pas de doute : certes, Quérard l’a mise en cause dans ses Supercheries littéraires, mais il est le seul à le faire et nous avons expliqué pourquoi nous ne le suivions pas (voir chapitre I, p. 51). Pour les détracteurs de Madame de Genlis, lui attribuer l’entièreté de ses Mémoires est d’ailleurs une manière de mieux l’attaquer. Il est surtout reproché à l’auteur d’avoir excessivement grossi son texte en y compilant nombre de ses écrits antérieurs : en empruntant en particulier aux Souvenirs de Félicie L*** de 1804 et à la Suite des Souvenirs de Félicie L*** de 1807, ouvrages fourmillant d’anecdotes sur la cour de Louis XVI et qui avaient eu beaucoup de succès :

  • 29 Biographie universelle, op. cit., vol. XVI, p. 167-168.

Jamais écrivain n’a poussé plus loin le brigandage littéraire, et ne l’a fait à si bon marché ; on est peiné du bas prix auquel, à la fin de sa carrière, la doyenne des gens de lettres vendait ou louait sa plume. […] Comme plagiaire et forban littéraire, elle s’est surpassée elle-même dans ses Mémoires. […] Un critique a calculé qu’en retranchant des tomes 3 et 4 des Mémoires de Mme de Genlis tout ce qui se trouve dans ses autres livres et tout ce qui pourrait ne se trouver nulle part, il y avait encore dans cette seconde livraison environ quatre-vingts pages qu’on ne trouve point ailleurs. C’est bien pis dans les volumes suivants29.

  • 30 Ibid., vol. XVI, p. 175.

40En fait, avec ces Mémoires publiés chez Ladvocat en 1825, les critiques devaient s’habituer à de nouvelles mœurs éditoriales. L’ouvrage marque le premier coup d’éclat du fameux éditeur dans le domaine des Mémoires et il lui fournit un banc d’essai pour mettre en place « l’administration » qui démarrera vraiment deux ans plus tard avec les Mémoires d’une Contemporaine. Étant donné la personnalité de l’auteur, l’ouvrage ne pouvait que faire sensation, d’autant plus que l’éditeur ne manquait pas d’initiative : « on ne saurait dire avec quel fracas furent annoncés ces Mémoires. […] Pendant leur publication, Madame de Genlis laissa frapper une médaille en son honneur30. »

Caractérisation

  • 31 Loc. cit. Le sujet inspire particulièrement le dénommé Durozoir qui signe cette notice dans la Biog (...)
  • 32 Ibid., vol. VII, p. 81.

41« Rien n’égale le scandale de ces Mémoires, dans lesquels on a dit que l’auteur, à l’exemple des mauvaises dévotes, avait confessé les péchés de tout le monde, exceptés les siens31 » : cet avis qui semble avoir été largement partagé mérite d’être replacé en contexte. Au lecteur très rétrospectif que nous sommes, il ne paraît pas évident que Madame de Genlis « médise » dans ses Mémoires plus que ne le font Bourrienne, la duchesse d’Abrantès et bien d’autres dans les leurs. Mais en 1825, le public était peu préparé à recevoir les jugements expéditifs portés sur des personnages encore présents dans la mémoire de beaucoup de lecteurs : quelques années plus tard, les autres Mémoires subiront moins fortement le même reproche. En effet, Madame de Genlis, gardienne des mœurs d’Ancien Régime, a remis au goût du jour la pratique du portrait faussement respectueux et plein de malignité, dont le procédé est inlassablement repris dans les années qui suivent par les vrais et les faux mémorialistes, très souvent contre Madame de Genlis d’ailleurs. C’est pourquoi ce reproche moral va souvent de pair avec la concession que néanmoins, l’ouvrage donne « une idée parfaite du grand monde ». Le savoir anecdotique de la mémorialiste est inépuisable sur ce point, que ce soit pour l’époque des vingt années qui précèdent la Révolution ou pour l’époque du temps de son énonciation : dans ses derniers volumes, les Mémoires deviennent une sorte de chronique mondaine au jour le jour. Enfin, il faut signaler le prestige plus spécifique que revendique un auteur orgueilleux de sa qualité d’écrivain : « mes mémoires sont particulièrement littéraires32. » Madame de Genlis, qui a moins vécu dans les ministères et les chancelleries que dans les salons, fait de ces derniers le foyer de ses observations. Les révélations inédites qu’elle prétend apporter concernent moins les relations entretenues par les différentes cours d’Europe que celles qu’ont nouées les « grands esprits » du temps.

Dans le sillage des Mémoires de Madame de Genlis

  • 33 Mémoires de Madame la vicomtesse de Fars Fausselandry, ou Souvenirs d’une octogénaire. Événements, (...)
  • 34 Louise de Peysac, future vicomtesse de Fars Fausselandry (souvent dite simplement Madame de Faussel (...)
  • 35 Ibid., vol. I, p. 24.

42En mai 1830, paraissent les Mémoires de Madame la vicomtesse de Fars Fausselandry, ou Souvenirs d’une octogénaire33 qu’Étienne de Lamothe-Langon a rédigés pour le compte de l’ancienne amie qui le recevait dans son salon littéraire sous l’Empire34. Ils sont complètement décalqués des Mémoires de Madame de Genlis, les traits caractéristiques de ceux-ci étant systématisés en type sous la plume d’un faiseur : la qualité principale de la mémorialiste devient son âge, le contenu de son texte, des « anecdotes ». Comble de l’art, le modèle y est constamment cité en contre-modèle : contemporaine de Madame de Genlis, « Madame de Fars Fausselandry » passe son temps à se démarquer de cette dernière sur un même terrain de spécialité, les mœurs de cour à la fin de l’Ancien Régime. Contrairement à l’ancienne maîtresse du duc d’Orléans qui « a peint sans vérité les mœurs de notre âge », elle estime que la morale publique a fait de grands progrès par rapport aux années de sa jeunesse35. De ce démarquage systématique, le prospectus qui annonce ces Mémoires est très suggestif. Expliquant les raisons qui permettent au nouvel ouvrage de se distinguer « par des anecdotes curieuses, des détails piquants et des relations d’événements peu connus malgré leur importance », Lamothe-Langon, probable auteur de ces lignes, rappelle l’expérience de celle qui est censée parler :

  • 36 Ibid., « Prospectus ».

Madame la vicomtesse de Fars […] a vécu longtemps dans l’intimité des courtisans, des littérateurs, des hommes d’État et des femmes à la mode. Rien n’a échappé à son esprit d’observation : ni les ridicules de Versailles, ni les jalousies du Parnasse, ni les intrigues du cabinet, ni les aventures des boudoirs. Les personnages qu’elle nomme, et il en est beaucoup qui existent encore aujourd’hui, trouveront sans doute ses révélations fort indiscrètes : mais ce sont des indiscrétions de bonne compagnie36.

43Ce programme ne fait rien d’autre qu’établir une sorte de fiche de lecture des Mémoires de Madame de Genlis parus cinq ans plus tôt.

Mémoires de Madame de Campestre37 ; Mémoires d’une Contemporaine38

  • 37 Mme de Campestre, Mémoires, Paris, chez l’éditeur M. Antenor de Campestre, ex-lieutenant d’infanter (...)
  • 38 Mémoires d’une Contemporaine ou Souvenirs d’une femme sur les principaux personnages de la Républiq (...)

44Au gré d’une typologie des mémorialistes, on peut rapprocher les Mémoires attribués à Madame de Campestre et à la « Contemporaine » en qualifiant leurs auteurs d’aventurières : la première, de l’espèce particulière que les censeurs nomment « intrigante » ; la seconde n’est pas loin d’être une courtisane. Elles ont un autre point commun : on ne sait pratiquement rien d’elles en dehors de ce qu’en disent leurs Mémoires. C’est pourquoi nous nous passerons de leur accorder une notice biographique.

Contexte éditorial

  • 39 Biographie universelle et portative des Contemporains, ou Dictionnaire historique des homme vivants (...)

45Madame de Campestre n’est même pas une illustre inconnue, comme pouvaient l’être Fauche-Borel et Fonvielle, autocélébrés comme agents secrets essentiels et dûment répertoriés pas les dictionnaires de leur temps. Elle est une complète inconnue : sortie de ses Mémoires, on ne parle jamais d’elle nulle part. Elle n’a pas même l’honneur, comme la « Contemporaine », de voir son ouvrage paraphrasé pour fournir de quoi rédiger une notice à la troisième personne dans la Biographie universelle de Michaud. La seule allusion que nous ayons trouvée pour accréditer l’existence d’un référent, occupe une ligne dans la notice qu’un dictionnaire concurrent du « Michaud » consacre à éreinter Bourrienne, l’ancien secrétaire de Napoléon : « malgré l’espèce d’obscurité dans laquelle il reste enseveli, il a obtenu en 1826 une espèce de célébrité. Son nom a été plusieurs fois cité dans le procès d’une intrigante qui se donnait le titre de marquise de Campestre39. » Mais les Mémoires de Madame de Campestre ne parlent pas de Bourrienne. L’ouvrage paraît en deux volumes en 1827 et ne sera jamais réédité. Rappelons que, dans Les Supercheries littéraires de 1847, Joseph-Marie Quérard mentionne cet ouvrage parmi le tout-venant du faux : il nous paraît cependant qu’il devait y avoir peu d’intérêt à faire travailler des faiseurs sur un personnage aussi obscur, peu propice à éveiller l’attention du public. En outre, pour ne pas partager l’avis de Quérard, on peut signaler que l’ouvrage n’a pas été édité chez un libraire professionnel, mais chez « M. Anténor de Campestre, ex-lieutenant d’infanterie », pour ce qui était certainement une publication à compte d’auteur.

46L’édition des Mémoires d’une Contemporaine se passe tout autrement. L’ouvrage vaut sans doute comme le fleuron de l’habileté de Pierre-François Ladvocat : il est savamment conçu avec le concours des meilleures plumes du moment, composé des ingrédients qu’il faut pour réussir, et il réussit extraordinairement. Quérard date de 1825 l’essor des Mémoires apocryphes ; il semble en fait que c’est surtout après 1827, à la suite des Mémoires d’une Contemporaine, que le phénomène démarre vraiment : c’est dire leur impact. Le succès attire les commentaires et il a été beaucoup écrit sur la fabrication de l’ouvrage. Un petit groupe d’excellents professionnels y a travaillé :

  • 40 J.-M. Quérard, Les Supercheries littéraires, Paris, Maisonneuve et Larose, 1964, 3 vol., vol. I, p. (...)

Ces huit volumes ont été rédigés, les deux premiers par M. Lesourd, et les six autres par M. Malitourne. M. Amédée Pichot a donné le voyage en Angleterre ; M. Charles Nodier, quelques fragments détachés. M. de Villemarest s’est trouvé avoir fourni, sans le savoir, une soixantaine de pages à ces Mémoires : elles ont été prises dans son Hermite en Italie. Le manuscrit de tout l’ouvrage d’Ida Saint-Elme aurait pu fournir quinze à vingt pages d’impression. Les Mémoires d’une Contemporaine, qui, dans l’origine, avaient été promis en quatre volumes, ont été une très spirituelle, très amusante et très productive mystification40.

  • 41 Mémoires d’une Contemporaine, op. cit., vol. III, p. 10.

47Ida Saint-Elme est le référent qui joue le jeu : elle accepte que l’entreprise repose sur ses épaules, que son portrait soit reproduit en gravure en tête de certains volumes. L’effervescence suscitée par l’ouvrage a contribué à lui associer un embryon d’état civil : Elzelina Van Ayle Jonghe (1778-1845). Ida Saint-Elme serait son « nom de guerre » : « lorsqu’il m’a semblé nécessaire de ne plus porter le nom de ma famille, l’idée me vint d’en prendre un tout français41. » Guère plus connue que Madame de Campestre avant que le livre ne paraisse, on a vu qu’elle a pu être jugée aussi célèbre que Madame de Genlis après sa publication. Pour infirmer ce que nous disions plus haut à propos de Madame de Campestre, il apparaît que des teinturiers n’ont pas hésité à donner une mémoire historique à une complète inconnue. Mais c’est que cela se passe d’une manière savamment pensée : d’une part, l’ouvrage est lancé avec le grand renfort d’un « marketing » puissant par un éditeur, Ladvocat, qui ne lésine pas sur les moyens, diffuse affiches et prospectus ; d’autre part, la recette n’est employée qu’une seule fois, Ladvocat et ses semblables ne chercheront plus, ensuite, à lancer des contemporains obscurs (à défaut d’être ancien ministre, « pair de France » ou « femme de qualité », il faudra au moins avoir été valet ou femme de chambre de quelque puissant). Enfin, le « coup de génie » sur lequel repose l’opération est son relatif anonymat, et plus précisément son titre. Le nom d’Ida Saint-Elme ne figure pas en couverture de l’ouvrage : il n’apparaît qu’au fil du texte. Aussi, techniquement, ces Mémoires sont-ils anonymes. Ils sont « d’une Contemporaine » :

  • 42 Ch.-L. de Sévelinges, La Contemporaine en miniature, op. cit., p. 1.

Beaucoup plus de lecteurs qu’on ne pense se sont trouvés arrêtés dès le titre de ce volumineux ouvrage. « Qu’est-ce qu’une contemporaine ? se demandaient-ils. Est-ce une dignité, une profession ? Est-on contemporaine comme on est ambassadrice, cantatrice ou femme de lettres ? » Il ne faut pas se moquer de la niaiserie de ces lecteurs ; ils s’en sont tenus au dictionnaire, et, d’après l’unique acception du mot, ils ont trouvé que, sans sortir de France seulement, le nombre de leurs contemporaines, filles, femmes ou veuves, s’élevait à seize millions ! Qu’a donc celle-ci qui la distingue des autres ? C’est ce que l’on ne tarde pas à apprendre en tournant la page42.

48En effet, il faut tourner la page : la « Contemporaine » est un être de papier. L’idée n’est valable qu’une seule fois mais elle marche : puisqu’elle est la seule à se réclamer de cet attribut commun, Ida Saint-Elme en fait un titre qui la rend digne de publier des Mémoires et, dans le public, on l’appelle usuellement ainsi : la « Contemporaine ».

  • 43 La Contemporaine en Égypte, pour faire suite aux Souvenirs d’une femme sur les principaux personnag (...)
  • 44 Mille et une causeries, par la Contemporaine, Paris, C. Vimont, 1833, 2 vol. in-8° ; Mes dernières (...)

49Valable pour une seule personne, la recette ne convint que pour un seul livre : on n’est pas indéfiniment « contemporaine ». L’opération des Mémoires avait si bien réussi qu’il fut tentant de la prolonger. On dit que Ladvocat finança le voyage en Orient de son « auteur » qui en « ramena », grâce aux bons soins de l’équipe habituelle, La Contemporaine en Égypte43 : mais le succès fut médiocre et c’est à cette époque que Ladvocat commença à avoir du mal à payer ses auteurs. Ida Saint-Elme essaya de se porter chez d’autres éditeurs pour renouer avec les grands tirages, mais sans plus de réussite44 et sans qu’on sache si elle tenta d’y faire ses preuves seule : il paraît cependant probable que les plumes expertes qui l’avaient lancée ne l’accompagnaient plus. Abandonnée des lecteurs et donc des teinturiers, la « Contemporaine » se découvrit un orgueil d’auteur et, brouillée avec Ladvocat, pourfendit les rumeurs qui concernaient l’origine de ses Mémoires, fondements de sa gloire :

  • 45 Cité par N. Ney en préface à une réédition de la fin du xixe siècle : Paris, Flammarion, 1895, p. x (...)

La répétition de ces sots propos forcerait Mme Saint-Elme de mettre le public au courant des confections Constant, Joséphine, Bourrienne, d’Abrantès et de tous les secrets enfin de l’atelier littéraire de M. Ladvocat, qu’il lui importe bien plus de laisser ignorer qu’à Mme Saint-Elme, qui lui donne du bel et bon travail de son cru45.

50Ida Saint-Elme finit assez mal. Elle dut fuir la France après avoir été condamnée en justice pour la publication de lettres apocryphes de Louis-Philippe et mourut dans la misère en Belgique, en 1845.

Caractérisation

51Il n’est pas très important d’entrer dans le détail du résumé des textes – des vies ? – de Madame de Campestre et d’Ida Saint-Elme. En pastichant leur langage, on dira qu’elles n’ont été que de faibles femmes emportées par les passions du monde contre lesquelles on ne les avait pas assez prévenues. Cela dit, leurs trajectoires prennent des allures distinctes : l’une est « intrigante », l’autre courtisane. Si la première recourt à la rhétorique de la passivité qui l’a faite le jouet d’un destin mauvais, c’est dans une stratégie judiciaire de défense. Tandis que pour la seconde, il ne s’agit que d’une concession à la morale pour « excuser » le défilé de ses amants.

  • 46 Mme de Campestre, Mémoires, vol. II, p. 344.
  • 47 Ibid., vol. II, p. 27.

52Madame de Campestre s’insurge contre le douteux compliment qui lui a été fait lors de son procès : on l’a qualifiée de « génie de l’intrigue ». L’avocat général aurait même eu quelques mots aimables à ce sujet : « il est bien fâcheux que vous ne soyez pas née homme ; avec les talents dont vous êtes douée, vous seriez, par le temps qui court, parvenue au ministère46. » Le caractère « historique » de ses Mémoires se comprend par la mise en relation qu’elle y opère entre son nom et ceux de grands personnages promis à l’histoire : or c’est le même principe qui aurait fait le fond de son escroquerie. Elle aurait assiégé certains ministres de requêtes, jusqu’à en obtenir des réponses insignifiantes ; et ensuite, montrant ces lettres comme gages de son crédit supposé, elle se serait fait payer fort cher pour toutes sortes de transactions, par des personnes espérant que son entremise leur obtiendrait tel ou tel poste. Elle se faisait également confier de larges sommes par ceux qu’elle convainquait que, grâce à ses relations, elle avait le moyen de connaître à l’avance les mouvements de la Bourse… Ces services, dit-elle dans ses Mémoires, n’étaient rendus que par générosité pure : elle voulait faire profiter les autres de sa chance d’entretenir des amitiés haut placées. La stratégie judiciaire de ces Mémoires en fait une longue déploration des malheurs qui ont pesé sur sa vie, où elle s’est toujours trouvée comme un jouet malmené par les méchants. La mise en avant de son sexe est un élément récurrent et déterminant de cette justification. À vrai dire, elle l’emploie jusqu’à la corde. Vient-on l’avertir qu’un inconnu la demande : « curieuse comme toutes les femmes, je dis de faire entrer47… »

53Par contraste, être femme n’a pas fait de la « Contemporaine » une victime, mais un personnage romanesque. Chacun des huit volumes de « ses » Mémoires répète la même épigraphe, empruntée à l’« Avant-propos » général de l’auteur :

J’ai assisté aux victoires de la République, j’ai traversé les saturnales du Directoire, j’ai vu la gloire du Consulat et la grandeur de l’Empire : sans avoir jamais affecté une force et des sentiments qui ne sont pas de mon sexe, j’ai été, à vingt-trois ans de distance, témoin des triomphes de Valmy et des funérailles de Waterloo.

  • 48 Mémoires d’une Contemporaine, op. cit., vol. IV, p. 206.

54Ses Mémoires sont « historiques » parce que les activités de la courtisane ne se limitent pas aux alcôves du xviiie siècle : acclimatées à des temps républicains et virils, elles s’exercent dans les bras de généraux éminents (Grouchy, Moreau, Ney) qui, en 1827, n’étaient plus là pour répondre de leurs amours passés. La « Contemporaine » n’a pas été seulement « témoin » des batailles ; elle y a pris part comme quand, en même temps que Fabrice del Dongo, à Waterloo, elle est à la recherche de son amant, le maréchal Ney : « qu’on se représente une femme égarée sur un champ de bataille […]. Je suis à cheval ; le flot des Prussiens m’emporte, et je m’égare dans la mêlée48. »

  • 49 Ibid., vol. V, p. 307.

55Le livre paraît en 1827 : en une époque de morale publique rigoureuse, un des succès du livre fut de scandale, puisqu’il faisait entrer les meilleurs serviteurs de la gloire française dans une ronde égrillarde. « Oui, s’excuse-t-elle, j’ai cru qu’on pouvait aimer plus d’une fois49. » Au lieu de « Contemporaine », certains proposèrent un autre surnom : celui de « veuve de la Grande Armée ».

Mémoires d’une femme de qualité50 ; Mémoires d’un pair de France51

  • 50 Mémoires d’une femme de qualité sur Louis XVIII, sa cour et son règne, Paris, Mame et Delaunay-Vall (...)
  • 51 Mémoires et souvenirs d’un pair de France, ex-membre du Sénat conservateur, Paris, Tenon, 1829, 4 v (...)

56Par rapport aux Mémoires d’une Contemporaine, la teinture accède à un degré encore supérieur avec les Mémoires d’une femme de qualité et les Mémoires d’un pair de France : hors-texte, il n’y a personne inscrit à l’État-civil capable de jouer le rôle de référent.

Contexte éditorial

57Étienne de Lamothe-Langon est réputé le maître d’œuvre du petit atelier qui produit, en deux ans, les seize volumes que comptabilisent la « femme de qualité » et le « pair de France » : de ce fait, si les deux Mémoires ne paraissent pas chez le même éditeur, il n’est pourtant pas nécessaire d’y voir deux entreprises de librairie distinctes.

  • 52 Mémoires d’une femme de qualité sur Louis XVIII, op. cit., vol. I, p. 3.
  • 53 Ibid., vol. VI, p. 456.

58Rien ne montre mieux le rendement éditorial auquel était soumis un bon filon que l’histoire de la publication des Mémoires d’une femme de qualité. Tout y est mené avec une superbe désinvolture vis-à-vis du lecteur. Les deux premières livraisons de l’ouvrage (soit quatre volumes) paraissent en 1829, sous le titre de Mémoires d’une femme de qualité sur Louis XVIII, sa cour et son règne. D’emblée la narratrice y annonce : « j’embrasserai dans mon récit un espace d’environ seize ans, de 1814 à 182952. » On peut rappeler qu’à cette dernière date, le règne de Louis XVIII, mort en septembre 1824, est achevé depuis plus de quatre ans. Il n’empêche que lorsque paraît la dernière livraison de deux volumes, en 1830, l’ouvrage a changé de titre : il est devenu les Mémoires d’une femme de qualité depuis la mort de Louis XVIII jusqu’à la fin de 1829, alors que pourtant, au début du sixième volume, ce roi est encore bien vivant. Tandis que toute la narration de ces Mémoires – comme celle de beaucoup d’autres – s’évertue à tirer le plus de pages possible du moindre incident, le dernier volume « expédie » la mort de Louis XVIII et les cinq années qui suivent sans jamais nommer Charles X ! Faut-il voir, dans le « gâchis » de cette matière historique, la crainte du système de censure ultra-répressif que cherche à mettre en place le ministère Polignac (juillet 1829-juillet 1830) ? Au lecteur de déduire les causes lorsqu’il tombe sur la dernière page qui avertit sans crier gare : « j’abandonne les royalistes de 1830 pour me réfugier dans mes Souvenirs du Consulat et de l’Empire. […] Le Consulat et l’Empire ! c’est déjà de l’histoire ancienne ; et l’indiscrétion sur une époque si loin de nous n’est plus que de l’impartialité53. » Les faiseurs suggèrent nettement qu’ils aspirent à travailler sur une matière plus calme. Mais le plus spectaculaire est le sans-gêne avec lequel ils imposent cette rupture de construction. Au début des Mémoires sur Louis XVIII, la « femme de qualité » avait fait son « travail » de mémorialiste en évoquant sa naissance, qui tombait sur une année symbolique s’il en est :

  • 54 Ibid., vol. I, p. 4. De justesse, elle était née sous l’« Ancien Régime ».

Je suis née le 11 janvier 1789. Voilà le premier aveu que j’avais à faire, et peut-être n’était-ce pas le moins pénible. Après tout pourquoi cacherais-je mon âge, si je n’ai pas encore quarante ans54 ?

59Mais brutalement, dans les premiers mois de 1830, le programme change. Peut-être pour des raisons politiques, sûrement pour tirer le plus de profit possible d’une formule qui marche, on étend les souvenirs de la « femme de qualité » au Consulat et à l’Empire. Or, comme il est fort à parier que le lecteur de Mémoires « historiques » s’intéressera peu aux souvenirs d’une enfant de dix ans (âge que celle qui est née en 1789 aurait au début du Consulat), on impose à nouveau à la mémorialiste de commencer par des aveux :

  • 55 Mémoires et souvenirs d’une femme de qualité sur le Consulat et l’Empire, Paris, Mercure de France, (...)

Je suis femme avant tout, et sais la différence qu’il y a entre une épigramme innocente et une médisance injurieuse. […] Mon premier acte de franchise tombe malheureusement sur moi-même, mais il faut bien que je m’exécute, et il est nécessaire que je commence par là, afin de ne pas faire trop belle la part de ma jeune intelligence. Je ne sais par quelle erreur, lorsque je livrai à l’impression mes Mémoires précédents, je fixai au mois de janvier 1789 la date de ma naissance. La Restauration m’avait bien rajeuni le cœur, peut-être, comme celui de maint autre royaliste fidèle ; mais hélas ! aujourd’hui mon acte de naissance, qu’un avoué très peu poli me force de consulter, m’accuse d’être venue au monde le 11 janvier 1784. Je m’étonne moins d’avoir trouvé certains de mes amis si peu galants envers moi. Je suis donc de 1784 ; j’ai déjà vu cinq règnes en comptant celui de l’enfant martyr qui n’a pas porté le sceptre, et celui du soldat couronné qui l’a tenu d’une main si ferme pendant quinze ans, quoique la Charte date de l’année dix-neuvième du dernier roi défunt55.

  • 56 Il est à noter qu’en 1831, un an après ce trafic où s’active la librairie Mame et Delaunay-Vallée, (...)

60Cette mise au point cocasse est riche d’enseignements. La malléabilité supposée de la psychologie féminine est mise au service de tous les ajustements éditoriaux nécessaires : les teinturiers sont prêts à tout pour ne pas laisser perdre un narrateur-personnage qui a bien fonctionné sur six volumes déjà. Par ailleurs, leur manœuvre semble indiquer que seize ans, l’âge que compte désormais la « femme de qualité » quand Bonaparte devient Premier Consul, est l’âge où peut commencer une mémoire historique digne de ce nom56. On constate enfin que cette naissance en 1784 est hautement rentabilisée devant l’histoire : elle équivaut à la traversée de cinq règnes, puisque politiquement, la narratrice ménage la chèvre et le chou en faisant régner Napoléon et Louis XVIII concurremment.

  • 57 Mémoires et souvenirs d’un pair de France, op. cit., vol. IV, p. 421.

61La désinvolture des teinturiers pour mener cette opération des Mémoires d’une femme de qualité connaît un dernier acte, mais celui-là leur est imposé de l’extérieur : c’est la Révolution de juillet 1830. En effet, en l’absence de toute autre information, il semble qu’il faille imputer à cet événement la fin extrêmement brutale de ce texte, suspendu au plus fort d’un récit qui « révèle » les causes de l’hostilité farouche de la reine de Prusse contre Napoléon, en 1804. De même, les Mémoires d’un pair de France – dont le reste de la publication s’était déroulé sans encombre, la psychologie masculine mettant certainement moins de délicatesse dans l’aveu de l’âge – sont laissés soudainement inachevés, suspendus sur la dernière phrase du quatrième volume : « enfin je parvins à Grenoble, le 3 mai [1816] au soir et le 4, éclata la conspiration de Didier57. » Les Trois Glorieuses auront bousculé la routine des maisons d’édition et donné tout à coup aux faiseurs d’autres préoccupations.

Caractérisation

62Il est très probable que le succès des Mémoires d’une Contemporaine a été le modèle qui a inspiré à Lamothe-Langon la conception, deux ans plus tard, des deux titres dont nous parlons. Il a montré la voie originale, aberrante a priori, des Mémoires anonymes : le public avait été tenu en haleine sur plusieurs volumes par les Mémoires d’un personnage inconnu et qui disait à peine son nom. Celui d’« Ida Saint-Elme » était quand même donné, qui résorbait plus ou moins l’anonymat. Dans le cas des Mémoires d’une femme de qualité et des Mémoires d’un pair de France, l’anonymat est complet : la première accepte à l’occasion de se désigner par des initiales ; le second ne le fait même pas. Ainsi, la prudente tactique qui faisait que la « Contemporaine » n’avait été la maîtresse que de personnages décédés depuis longtemps à la date de ses Mémoires n’est plus de mise : les deux nouveaux mémorialistes peuvent parler de tous les puissants sans guère s’exposer.

  • 58 Ibid., vol. III, p. 105 sqq.
  • 59 Mémoires d’une femme de qualité sur Louis XVIII, op. cit., vol. I, p. 3.

63Certes, des rumeurs ont couru sur les clés qu’il fallait reconnaître, et il est probable que les teinturiers étaient intéressés à propager ces bruits. Concernant le « pair de France », l’identification présente peu d’intérêt. Le narrateur ne mentionne même pas comme une difficulté le fait de ne jamais donner son nom. Certains exégètes de l’époque ont quand même voulu y reconnaître un référent : le comte Fabre de l’Aude, personnage qui a su mener une carrière sans éclat sous la Révolution et l’Empire, mais qui se trouve nommé à la troisième personne par le narrateur des Mémoires58 : cela peut certes se lire comme une ruse de dédoublement, mais empêche d’entretenir la fiction que c’est lui qui écrit. L’anonymat de la « femme de qualité » est plus intéressant à deux titres : d’une part, il est problématisé comme tel par la narratrice (« je veux, je dois taire mon nom »59) ; d’autre part, les teinturiers ont tout fait pour diriger le soupçon vers un personnage bien précis et capable de susciter la curiosité. Faisant des cachotteries autour de son nom, la mémorialiste signe en effet « O… d… C… » : dans cette confidente de Louis XVIII, on pouvait reconnaître la favorite du roi, Zoé du Cayla, que Béranger avait appelée Octavie dans une chanson satirique en 1823.

64« Femme de qualité », « pair de France » : la désignation des auteurs supposés est intégrée aux titres des ouvrages et n’est elle-même qu’un titre, c’est-à-dire un type. Dans les deux cas, on annonce une certaine qualité d’expérience (ils seront témoins de beaucoup de choses) et de compréhension politique (ils auront des avis pertinents sur ce qu’ils auront vu). Ces deux figures de la « femme de qualité » et du « pair de France » sont employées comme des incarnations théoriques de la figure de mémorialiste. Narrateurs, ils sont à peine dessinés comme personnages : sous couvert de l’anonymat, on a fabriqué des instances d’énonciation sans épaisseur et, pour cette raison, capables d’avoir été partout où il y a eu des choses à voir. N’ayant jamais été encombrés de matérialité physique, ces « mémorialistes » ont été omniprésents et sont donc des témoins omniscients : cela est particulièrement vrai du « pair de France », véritable ectoplasme à l’œil ouvert. Le « je » de ces textes n’est que le vecteur qui permet de mettre bout à bout les scènes répertoriées « à voir » de l’histoire contemporaine. En cela, ces textes, taillés sur mesure selon une idée a priori de ce que doivent être des Mémoires, en montrent une sorte d’essence – ou de caricature.

65La consistance évanescente des deux « mémorialistes » ne transgresse cependant pas la différence des sexes, et c’est pourquoi on peut considérer leurs Mémoires comme les deux éléments d’un diptyque : le clivage par sexe permet de totaliser les expériences. La « femme de qualité », par exemple, n’aurait pu nous décrire les assemblées législatives que par un savoir de seconde main ; en revanche, elle n’a pas sa pareille pour démêler les tenants et aboutissants des chamailleries qui opposent les sœurs de Napoléon. Il est des endroits de l’histoire où ne sont allées que les femmes, d’autres, que les hommes : or, pour les teinturiers, il ne faut laisser aucun lieu à l’écart des Mémoires.

Dans le sillage des Mémoires d’une femme de qualité et des Mémoires d’un pair de France

  • 60 Constant, Louis-Constant Wairy dit, Mémoires de Constant, premier valet de chambre de l’empereur, s (...)
  • 61 Mlle Avrillion, Mémoires de Mlle Avrillion, Première femme de chambre de l’impératrice, sur la vie (...)

66Le même clivage par sexe est un trait constitutif des Mémoires de femmes de chambre et de valets de chambre. Une femme de qualité et un pair de France apprécieraient peu, sans doute, d’être mis en rapport avec ce personnel dans le cadre d’une description typologique… Il est pourtant pertinent de rapprocher des deux Mémoires évoqués ici les Mémoires de Constant, Premier valet de chambre de l’empereur60 et les Mémoires de Mlle Avrillion, Première femme de chambre de l’impératrice61. En effet, ils paraissent avoir été conçus dans la même fin de totaliser un savoir en en occupant tous les espaces : entre la répartition par sexes et la répartition par classes sociales, la sphère du pouvoir est ainsi quadrillée.

67Certes, par rapport à la « femme de qualité » et au « pair de France », il y a une différence importante : Constant (Louis-Constant Wairy, dit) et Marie Avrillion ont une « qualité » spécifique, non pas sociale mais ontologique : ils ont existé et ont occupé les fonctions qui font le titre de leurs Mémoires. Cette distinction n’est pourtant pas fondamentale : dans l’idéologie propre aux Mémoires, l’existence de domestiques n’est pas loin d’être une coquille vide. En d’autres termes, ils ne sont tolérés comme mémorialistes qu’à la condition de s’effacer radicalement comme personnages, d’accepter de n’être que des instances quasi abstraites de témoignage. Constant le sait bien, qui s’empresse de rassurer le lecteur dès les premières lignes de ses Mémoires :

  • 62 Constant, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 1.

Je ne parlerai que très peu de moi dans mes Mémoires, car je ne me cache pas que le public ne peut y chercher avec intérêt que des détails sur le grand homme au service duquel ma destinée m’a attaché pendant seize ans, et que je ne quittai presque jamais pendant ce temps62.

68Le valet de chambre se fait mémorialiste, mais prend soin d’indiquer qu’il ne sortira pas de son rang pour autant. Vidés de consistance personnelle, ces témoins sont assez proches des êtres de papier que sont la « femme de qualité » et le « pair de France » : la différence du rang social ne fait qu’une différence du champ de focalisation.

69Le rapprochement de ces Mémoires est encore autorisé dans la mesure où ils sont tous quatre le travail de teinturiers, et ce sont bien ces faiseurs qui unifient le plus la matière de la mémoire historique selon des objectifs de représentation pure. Ils cherchent à satisfaire un idéal qu’ils présupposent chez les lecteurs : voir directement, sans médiation, Napoléon et Joséphine en actes. Le diptyque formé par les Mémoires de Constant et les Mémoires de Mlle Avrillion ne risquait pas d’être dépareillé : ils ont été écrits coup sur coup par le même auteur qui a dû les penser de manière complémentaire. Il s’agit du prolifique Charles-Maxime de Villemarest, qui s’est mis à la tâche après avoir entendu les témoignages des deux intéressés.

  • 63 Cléry, Jean-Baptiste Hanet-Cléry dit, Mémoires de M. Cléry ou Journal de ce qui s’est passé dans la (...)
  • 64 Mme Campan, Mémoires sur la vie privée de Marie-Antoinette, reine de France et de Navarre, Paris, B (...)

70Une remarque encore, pour montrer que cette réduction des mémorialistes en témoins abstraits n’allait pas de soi et qu’elle est bien la marque d’une mécanisation de la mémoire imprimée par les teinturiers. On le voit à l’exemple des Mémoires de serviteurs de l’autre couple-phare de la mémoire historique de ces années : à côté de Napoléon et Joséphine, Louis XVI et Marie-Antoinette. C’est beaucoup plus tôt que la curiosité à leur endroit avait suscité la publication des souvenirs de leurs anciens serviteurs : les Mémoires de Cléry, dernier valet de chambre de Louis XVI emprisonné, avaient paru dès 179863 ; ceux de Madame Campan, « Première femme de chambre de la reine », en 182264. Or on est très loin, avec ces textes, des normes standardisées de la teinture. Comme leur titre complet l’indique, les Mémoires de Cléry ne sont que le journal tenu pendant quelques mois dans des circonstances dramatiques : il n’y a eu personne pour en tirer d’abondants volumes de voyeur. L’exemple de Madame Campan est encore plus évocateur : quoique « Première femme de chambre » de Marie-Antoinette de 1774 à 1792, elle n’a garde de faire valoir cette qualité dans le titre de ses Mémoires ; elle n’y réduit pas sa personne, et fait encore moins d’elle un simple regard posée sur sa maîtresse. Il faut dire qu’après la Révolution, Madame Campan avait acquis une certaine épaisseur comme personnage : directrice d’un pensionnat pour jeunes filles réputé sous l’Empire, elle était parvenue à se faire reconnaître comme la rivale en pédagogie de Madame de Genlis. Ainsi, les Mémoires de l’ancienne femme de chambre de Marie-Antoinette, véritablement écrits par elle en un temps où le genre des Mémoires n’intéressait pas encore les polygraphes, ne se limitent pas à être des Mémoires de l’ancienne femme de chambre de la reine. Les ouvrages de Cléry et de Madame Campan sont complètement dissymétriques, hétérogènes l’un à l’autre et pas le moins du monde pensés l’un pour l’autre. Les Mémoires de Constant et de Mademoiselle Avrillion, s’ils continuent apparemment la tradition de Mémoires de serviteurs respectueux de leurs anciens maîtres, sont d’abord des produits normés par le commerce du livre. Rien ne montre mieux que la comparaison de ces quatre Mémoires (Cléry, Campan/Constant, Avrillion), la rupture qui, en une vingtaine d’années, s’est opérée dans la tradition de la mémoire historique : de service, elle est devenue marché.

Mémoires de Bourrienne65

  • 65 Bourrienne, Mémoires de M. de Bourrienne, ministre d’État, sur Napoléon, le Directoire, le Consulat (...)

71Comme les Mémoires de Constant et de Mademoiselle Avrillion, les Mémoires de Bourrienne et ceux de la duchesse d’Abrantès sont centrés sur le souvenir napoléonien et peuvent être abordés comme les éléments d’un diptyque. Mais dans leur cas, l’appartenance sexuelle est tout à fait secondaire : l’un comme l’autre prétendent avoir été les confidents privilégiés aussi bien de Napoléon que de Joséphine. Leur rivalité est fondamentale puisque ces mémorialistes cherchent à se faire reconnaître une exclusivité sur la matière napoléonienne : fondée, dans les deux cas, sur le privilège d’avoir très bien connu avant tout autre, avant qu’il ne s’imposât à tous les regards, le futur empereur. Dès son enfance, la future duchesse d’Abrantès l’a connu comme un ami de la famille ; adolescent, Bourrienne est devenu son condisciple et meilleur ami. Si l’on peut faire fonctionner l’interprétation de ces deux textes en regard l’un de l’autre, c’est que la rivalité des deux ouvrages s’étoffe d’un antagonisme politique : alors que la duchesse d’Abrantès s’impose comme la gardienne farouche de la mémoire napoléonienne, Bourrienne se montre très critique à son endroit.

Éléments biographiques

  • 66 Encyclopédie des gens du monde, répertoire universel des sciences, des lettres et des arts ; avec d (...)
  • 67 Dictionnaire Napoléon, sous la direction de J. Tulard, Paris, Fayard, 1987, p. 289.

72Louis-Antoine Fauvelet de Bourrienne est né à Sens, en 1769 : la même année que Napoléon Bonaparte. Adolescents, les deux garçons se rencontrent à l’école militaire de Brienne et se lient d’une amitié très vive. On rapporte que quand Bonaparte quitta Brienne pour passer à l’École militaire de Paris, en 1785, Bourrienne l’aurait accompagné jusqu’au coche de Nogent-sur Seine, où ils se séparèrent pleins de chagrin et en se jurant une amitié éternelle66. Ils ne choisissent pas la même carrière : Bourrienne n’est pas attiré par les armes et va à Leipzig mener des études de droit. Il y est tandis que la France est en révolution et, comme aristocrate installé à l’étranger, il se trouve inscrit sur la liste des émigrés. Il rentre quand même en France et se fait arrêter : Bonaparte, qui bénéficie déjà de quelque influence à cette époque, le fait rayer de la liste. Ensuite, assistant de loin à l’extraordinaire carrière de son ami, Bourrienne décide de s’y associer : alors que Bonaparte est général en chef de l’armée d’Italie, il lui écrit en lui demandant l’autorisation de venir auprès de lui. Bonaparte accepte et confie aussitôt à Bourrienne la tâche de rédiger le Traité de Campo-Formio. À partir de ce moment, Bourrienne devient le secrétaire intime de son ancien condisciple : fonction qu’il remplit auprès du général en Égypte ou du Premier Consul à Paris. Il est nommé conseiller d’État en 1801 et se trouve de fait l’homme indispensable du cabinet du Premier Consul qui, dit-on, « appréciait son intelligence et sa prodigieuse mémoire »67. Mais les deux hommes vont se séparer, Bourrienne abusant des privilèges de sa position pour faire des affaires douteuses. Il est convaincu de malversations et Bonaparte, contraint de s’en défaire, le nomme quand même chargé d’affaires de France à Hambourg, avec le titre d’envoyé extraordinaire en Basse-Saxe. Bourrienne reste dans cet emploi de 1802 à 1813, malgré diverses accusations de concussion et des exactions caractérisées (il s’enrichit dans le trafic des marchandises interdites par le Blocus continental). Il est finalement destitué en 1813 : Napoléon le condamne à rembourser un million de francs au Trésor et refuse à jamais, au moins officiellement, de le revoir. Insolvable, Bourrienne ne rentre en France qu’après la chute de l’Empire. Talleyrand, qui organise la Restauration comme président du gouvernement provisoire, le nomme à la direction des Postes ; mais Louis XVIII casse cette décision quand il revient en France. Bourrienne parvient finalement à rentrer en grâce et se voit nommé préfet de police de Paris, le 16 mars 1815 : au moment même où Napoléon débarque de l’île d’Elbe et fonce sur la capitale. Il doit fuir en Belgique ; et après les Cent-Jours, il obtient de Louis XVIII le titre de ministre d’État. Il est constamment député entre 1815 et 1827 : rapporteur à la commission des finances en 1824, on prétend qu’il se fait payer cent mille francs pour rédiger favorablement le budget du comte de Villèle. À la suite de spéculations malheureuses, il s’enfuit encore en Belgique où il rassemble les notes préparatoires à la rédaction de ses Mémoires. Il meurt en 1834 dans un asile d’aliénés où il est interné depuis deux ans, rendu fou, dit-on, par la perte de sa fortune causée par la Révolution de 1830.

Contexte éditorial

73Le Dictionnaire des littératures de G. Vapereau, en 1884, procède à une présentation curieuse des Mémoires de Bourrienne : il les dit « écrits par Bourrienne et rédigés par Charles-Maxime de Villemarest ». Celui-ci était le teinturier actif dont nous avons déjà rencontré le nom (à propos de la « Contemporaine », de Constant et d’Avrillion). D’après Quérard – dont les informations sont généralement reprises un peu partout –, il aurait été requis par Ladvocat pour mettre en forme les Mémoires de Bourrienne : ce dernier n’aurait donné que trois volumes, et le travail de Villemarest les aurait portés à dix. Comme dans la plupart des affaires de ce type, il n’est plus possible de vérifier l’existence de cette transaction, mais elle est fort plausible : la biographie de Bourrienne nous montre que la publication de ses Mémoires survient au moment d’une retombée complète de l’activité et du prestige social de l’auteur, et Ladvocat a la réputation de se montrer généreux avec ceux qui publient chez lui. On conçoit bien que, en un moment où les Mémoires étaient si prisés, le libraire-éditeur ait pu approcher un ancien secrétaire particulier de Napoléon et ministre d’État de Louis XVIII pour l’encourager à publier les siens : en lui expliquant que sa tâche se limitait à accorder quelques entretiens oraux à Villemarest et à fournir à cet expert de la plume des notes (fragments déjà rédigés et documents divers).

Caractérisation

  • 68 Bourrienne, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 18-19. Chacun tire à soi : on sait l’embarras que cause (...)
  • 69 Ibid., vol. I, p. 10.

74La vie de Bourrienne, dans les Mémoires de M. de Bourrienne, ne commence qu’avec celle de Napoléon : après de longs préambules pour dire que toute son entreprise de mémoire se mettra au service de l’évocation du grand homme, le récit lui-même démarre de manière significative par « Bonaparte est né le 15 août 1769 ». La notation plus traditionnelle de son propre acte de naissance (« je suis né le 9 juillet ») ne vient qu’à la page suivante : il s’agit de mettre d’emblée en évidence que les deux hommes sont pratiquement nés le même mois68. Dix volumes plus loin, les Mémoires se terminent sur la chute définitive de l’empereur. Le caractère le plus marqué de ces Mémoires est donc leur proximité avec le genre de la biographie : mais c’est parce que les deux vies – de Napoléon et de Bourrienne – seraient totalement imbriquées. Bourrienne, en tout cas, a vécu la sienne ainsi : c’est pourquoi il apparaît comme mémorialiste avant d’être biographe, même s’il est les deux, son « je » ayant une réelle existence comme personnage (« ce n’est point la vie entière de Napoléon que j’écris […] Je parlerai très peu de ce que je n’ai pas vu69 »).

  • 70 Ibid., vol. I, p. 9.
  • 71 Ibid., vol. I, p. 2.
  • 72 Bourrienne et ses erreurs volontaires et involontaires, ou Observations sur ses Mémoires ; par Mess (...)

75La seconde caractéristique importante des Mémoires de Bourrienne est le traitement qu’il réserve à cette mémoire napoléonienne : même s’il n’est jamais question pour lui de mettre en doute qu’il a affaire à un personnage immense, il ne se prive pas de critiquer ses actions et de rapporter des confidences intimes peu flatteuses. Bourrienne mémorialiste annonce n’être subjugué « ni par l’amitié, ni par la haine »70 et précise que son livre ne sera pas « un panégyrique ou une satire »71. C’est pourtant de cette dernière manière que nombre de ses contemporains ont interprété l’ouvrage : pour eux, Bourrienne est l’ingrat qui souillait la mémoire de celui qui lui avait donné tous les honneurs. Cette réputation est celle qui s’attache généralement à l’ouvrage, propagée par les fidèles du souvenir napoléonien qui n’acceptent pas de demi-mesure entre panégyrique et satire. C’est pourquoi les Mémoires de Bourrienne ont suscité de très vives réactions et, dans les deux années qui suivirent leur publication, déclenchèrent des ripostes importantes. D’une part, celle, collective, de plusieurs anciens serviteurs prestigieux de l’empereur, qui publient deux volumes consacrés à Bourrienne et ses erreurs volontaires et involontaires, ou Observations sur ses Mémoires72. Cet ouvrage énumère les « erreurs » et surtout se perd en conjectures : M. de Bourrienne a-t-il vraiment pu écrire de telles choses ? L’autre réaction majeure est la publication, en dix-huit volumes in-16, des Mémoires de la duchesse d’Abrantès. C’est le sentiment de scandale qu’elle a éprouvé à la lecture de Bourrienne qui, dit-elle, lui a fait prendre la plume.

Mémoires de la duchesse d’Abrantès73

  • 73 L. d’Abrantès, Mémoires de Madame la Duchesse d’Abrantès, Souvenirs historiques sur Napoléon, la Ré (...)

76Sur la duchesse d’Abrantès et sur ses Mémoires, nous disposons de beaucoup d’informations aux provenances diverses, à la fois historique et littéraire : parce que ces Mémoires sont plutôt célèbres ; parce que le duc et la duchesse d’Abrantès furent de hauts dignitaires de l’Empire napoléonien ; parce que la duchesse, qui tenait un salon littéraire assez en vue à la fin de la Restauration et au début de la Monarchie de Juillet, devint une grande amie de Balzac.

Éléments biographiques

77D’après ses Mémoires, la duchesse d’Abrantès aurait été, avant d’être une amie d’empereur, la fille d’empereurs : c’est la première revendication d’un mythe familial. Sa mère, Panonia Comnène, est la sœur du prince Démétrius Comnène, reconnu dans les cours d’Europe comme l’unique descendant de la famille des Comnène, une des dernières dynasties à avoir régné sur Constantinople… L’ascendance bourgeoise du père est assez peu prise en considération. La seconde revendication construit un mythe pour la postérité, en systématisant une réalité effective : la duchesse aurait toujours été l’amie la plus proche de Napoléon, sa confidente inlassable et fidèle en toutes circonstances. Les deux mythes personnels trouvent d’ailleurs moyen de se rejoindre : les familles Comnène et Bonaparte sont peut-être apparentées, « Calomeros » (qui correspond approximativement à « Bonaparte » en grec) étant un prénom porté chez les Comnène…

78Laure-Adélaïde-Constance Permon est née en 1784 à Montpellier. Sa mère, de l’illustre extraction dont il vient d’être question, a des attaches en Corse où l’un de ses ancêtres s’est établi au xviie siècle. Madame Permon connaît les Bonaparte, qu’elle considère comme une famille amie. Quand meurt le père de Laure à l’époque de la Révolution, le jeune officier Napoléon Bonaparte, amoureux de la veuve qui a une quinzaine d’années de plus que lui, aurait demandé sa main à la mère de la mémorialiste. Éconduit, il jure quand même de veiller sur le sort de cette famille. Devenu Premier Consul, il tient promesse et suscite le mariage de la jeune Laure, âgée de seize ans, avec l’un de ses généraux, Junot. Le mariage a lieu le 30 octobre 1800 ; la mémorialiste souligne la différence « immense » de manières et « d’éducation » qui sépare les familles Permon-Comnène et Junot.

79La famille Junot était de moyenne bourgeoisie. Andoche Junot est né en 1771 ; il mène des études de droit mais se porte volontaire dans l’armée au début de la Révolution. Brillant soldat, il monte rapidement en grade et c’est lors du siège de Toulon en 1793, premier grand fait d’armes de Bonaparte, que celui-ci le remarque. Promu général, Bonaparte se l’attache comme aide de camp. Junot devient colonel durant la campagne d’Italie, et général en Égypte. Quand il se marie, il est commandant de la place de Paris.

  • 74 C’est à la notice qu’il a consacrée à la duchesse dans le Dictionnaire Napoléon établi sous sa dire (...)
  • 75 « Je me souviens que Junot était duc d’Abrantès », écrit G. Perec dans Je me souviens, Paris, Hache (...)

80Pendant une dizaine d’années, les Junot-d’Abrantès forment l’un des couples les plus brillants de la vie parisienne. Leur faveur est absolue pendant les premières années du pouvoir napoléonien. Le Premier Consul leur donne en propriété son propre hôtel de la rue des Champs-Élysées, d’une valeur de deux cent mille francs, complétée d’une somme de cent mille francs pour le meubler. Dans cette période faste, leurs revenus sont impressionnants, comme leurs dépenses : mille francs-or par jour pour le « train de maison » seulement, selon les informations de Jean Tulard74. Laure Junot est traitée par le Premier Consul avec une familiarité unique, au point de susciter l’envie de Joséphine et des sœurs Bonaparte. Cependant, les relations avec Napoléon se détériorent peu à peu : certains le disent irrité de l’arrogance sociale des Junot, ou bien de leurs infidélités conjugales réciproques (dont un adultère entre Junot et Caroline Murat, sœur de l’empereur et un autre entre la future mémorialiste et Metternich, le nouvel ambassadeur d’Autriche à Paris). L’empereur les éloigne pendant un an en leur confiant, en 1805, l’ambassade du Portugal. Laure en rapportera les notes qui donneront plus tard les Mémoires et souvenirs d’une ambassade et d’un séjour en Espagne et Portugal. Ils rentrent à Paris en 1806 avec les honneurs : Junot est nommé gouverneur de Paris, son épouse dame d’honneur de Madame Mère et ils disposent de plus d’un million de francs de rentes. Un cinquième enfant et premier fils leur naît, qu’ils prénomment Napoléon. Quand Junot repart pour le Portugal en 1807 à la tête d’une expédition militaire, son épouse reste en France, comme « gouverneuse de Paris » (selon le mot de l’empereur), avec une importance sociale considérable. C’est à cette époque qu’ils deviennent duc et duchesse d’Abrantès75. C’est aussi la fin de leur éclat.

81Le caractère de plus en plus emporté du général Junot devient une instabilité nettement prononcée et vire bientôt au dérangement mental. Napoléon ne lui confie qu’un commandement en second pendant la campagne de Russie et les maladresses du général sont rapportées de façon humiliante dans les Bulletins de la Grande Armée. Il est relégué au poste de gouverneur des Provinces illyriennes où les symptômes de folie deviennent patents (si l’on accepte de considérer comme tel, par exemple, une image extravagante : Junot se présentant vêtu de ses seules décorations à un grand bal qu’il organise dans son palais de Raguse). Rappelé en France, il se suicide en 1813.

82Sous la Restauration, la duchesse vit chichement : elle doit vendre son hôtel parisien et se retire à Versailles. Elle subvient à ses besoins en vendant progressivement ses meubles et ses bibelots, puis se met à écrire : des traductions, des romans et des pièces de théâtre. Le vrai succès ne lui vient qu’avec ses Mémoires, à partir de 1831. Elle meurt en 1838.

Contexte éditorial

  • 76 H. Rousseau, « Quelques précisions sur la duchesse d’Abrantès et Balzac », L’Année balzacienne 1968(...)

83En 1825, à l’époque où elle mènait une existence modeste à Versailles, la duchesse fit la connaissance d’Honoré de Balzac et ils devinrent amis. Quelle part prit le jeune écrivain dans les Mémoires de la duchesse qui parurent quelques années plus tard ? Telle est la question qui agite traditionnellement tout discours sur l’origine de cette œuvre. La mise au point la plus complète à ce sujet a été accomplie par Hervé Rousseau, dans un article intitulé « Quelques précisions sur la duchesse d’Abrantès et Balzac »76, dont nous pouvons résumer les données principales.

84Certainement, dès leurs premières rencontres en 1825, la duchesse d’Abrantès a immédiatement subjugué le jeune homme par le récit des fastes de sa vie passée. Il l’incite aussitôt à écrire ses Mémoires, en lui écrivant :

  • 77 Cité par H. Rousseau, art. cité, p. 47.

Laissez-moi croire que les agitations terribles de votre vie ne vous ont été mesurées que sur la force de votre caractère, que cette force vous donne de hautes et belles pensées sur le changeant spectacle au milieu duquel vous vous êtes trouvée, que dans ce moment, la retraite au sein de laquelle vous vivez n’est pour vous qu’une nouvelle nuit qui attend son jour. En effet plus j’ai réfléchi à votre destinée et à la nature de votre esprit et plus j’ai été poursuivi de cette idée : que vous étiez un de ces génies de femme qui peuvent prolonger leur règne plus loin que ne le veulent les lois ordinaires, que vous pouviez faire sur une époque brillante ce que Mme Roland n’a qu’essayé sur un temps de douleur et de gloire. […] Il me semble que la nature vous a marquée d’un sceau choisi77.

85Il aura suffi de quelques entretiens pour que Balzac repère que sa nouvelle amie était essentiellement faite, par une sorte d’élection, pour écrire des Mémoires. Pourtant, cet appel enfiévré ne semble pas rencontrer d’écho : pendant plusieurs années, la correspondance entre le jeune écrivain et la duchesse n’évoque plus ce sujet.

86Lorsque paraît, en juin 1831, la première livraison de deux volumes des Mémoires, la rumeur circule aussitôt que la duchesse a été aidée. Un article de Charles Nodier dans le Journal des débats du 21 juin 1831 en fait état :

  • 78 Loc. cit.

Je ne crois pas devoir de reponse développée à un autre mais qu’on murmure depuis quelques jours à mes oreilles. Depuis que tout le monde publie des Mémoires, il est suffisamment reconnu que tout le monde n’est pas capable d’en écrire. On vous nommera au besoin les gens d’esprit qui exercent cet innocent monopole avec plus ou moins de faconde. Ici, je déclare qu’il n’y a point de place pour le soupçon. Il chercherait en vain où se prendre. On ne contrefait pas une telle individualité de femme. […] Et puis, faites-moi la grâce de me l’apprendre ! Si ce n’était pas Madame d’Abrantès qui eût fait les Mémoires de Madame d’Abrantès, qui serait-ce78 ?

87Depuis la fin des années 1820, le public était éduqué à se poser ce type de question. En août, deux mois après la publication, la duchesse envoie à Balzac une lettre un peu irritée, qui montre que le nom de ce dernier circulait beaucoup :

  • 79 Cité par H. Rousseau, art. cité, p. 48.

Vous êtes piqué de ma défense, proclamée par moi, que vous n’avez pas travaillé à ces Mémoires. Comment vouliez-vous que je fisse ? J’ai dû agir ainsi. Le succès de cet ouvrage a été grand, juste ou non c’est un fait… Pourquoi voulez-vous que je me laisse ôter le peu de mérite qu’il peut y avoir dans cette pauvre œuvre79 ?

  • 80 Cité par H. Rousseau, art. cité, p. 50.

88Pour Hervé Rousseau, il n’est pas question de reconnaître dans ses lignes la preuve que certains ont voulu y voir : que Balzac aurait écrit les deux premiers volumes des Mémoires de la duchesse. S’il a pu collaborer à cet ouvrage, c’est sûrement en tant que conseiller et relecteur, et non comme véritable teinturier – comme il l’avait fait pour les Mémoires du marquis de Bausset ou pour les Mémoires de Sanson, le bourreau. En fait, il est possible que Balzac fut le premier instigateur des rumeurs qui vantaient son rôle. C’est en tout cas ce que pensa la duchesse, comme le suggère une lettre qu’elle lui adresse en 1838. Elle en voulait à Balzac de n’avoir rien fait pour contredire la rumeur : et même de s’en accommoder fort bien. Ces tiraillements avaient éteint leurs effusions d’antan et blessé la mémorialiste au point qu’elle écrivit à Ladvocat, son éditeur, en 1835 : « vous rappelez-vous que c’est vous qui m’avez décidée à faire mes Mémoires […] À propos de cela, n’est-ce pas que vous me donnerez un certificat pour prouver que ce n’est pas Balzac qui a fait mes Mémoires80 ? »

89En dehors du problème que finit par lui poser Balzac, la duchesse d’Abrantès eut d’autres difficultés dans la publication de ses Mémoires. Paraissant en un petit format in-16, les Mémoires de Madame la Duchesse d’Abrantès, Souvenirs historiques […] comptent dix-huit volumes édités par les deux libraires les plus en pointe sur le créneau de la mémoire historique : Ladvocat et Mame. Dans l’ouvrage, elle dit ne s’y lancer qu’en 1830, contrainte et forcée après la lecture des Mémoires de Bourrienne qu’elle juge calomnieux pour la mémoire de son époux : le premier contrat qu’elle signe avec Ladvocat, en date du 11 juillet 1830, mentionne un titre restrictif, Mémoires sur le duc d’Abrantès. Les huit premiers volumes paraissent chez cet éditeur, envers qui la duchesse se montre de plus en plus défiante. Manifestant un très fort sentiment d’auteur, elle écrit à un ami en 1832 :

  • 81 Cité par H. Rousseau, art. cité, p. 52.

C’est mon droit de voir mes feuilles et de donner mes bons à tirer, et je veux le maintenir. Je ne suis pas la Contemporaine. Mon travail est trop le mien pour que je n’en réponde pas. Quant aux conseils que Monsieur Ladvocat veut bien me donner à cet égard, je l’en remercie, je suis d’âge à marcher seule81.

  • 82 Cité par H. Rousseau, art. cité, p. 54.
  • 83 Mémoires sur la Restauration, ou Souvenirs historiques sur cette époque, la Révolution de Juillet e (...)

90Quand en 1832, Ladvocat se trouve au bord de la faillite et tient de plus en plus mal ses engagements financiers, la duchesse transfère ses Mémoires chez Mame. Toujours pressée par des besoins d’argent, elle multiplie les volumes qui s’écoulent toujours bien. Cependant, en août 1834, alors qu’elle en est au seizième volume, Mame lui écrit : « je vous conseillerai de terminer vos Mémoires au dix-huitième volume, je suis en situation de savoir que cela ferait plaisir au public82. » L’auteur se soumet, mais de manière toute relative : sans doute habituée au succès après les dix-huit volumes in-16 qui ont épuisé la matière napoléonienne, elle se porte peu après chez un troisième éditeur pour publier des Mémoires sur la Restauration, qui ne rencontrent cependant pas le même accueil83.

Caractérisation

  • 84 L. d’Abrantès, Mémoires, op. cit., vol. X, p. 597.

91Le récit des Mémoires de la duchesse d’Abrantès commence avec l’évocation de ses premiers souvenirs : puisqu’elle est née en 1784, ceux-ci deviennent consistants vers 1789. Il s’achève sur la journée du 21 mars 1815, quand Napoléon, de retour de l’île d’Elbe, rentre à Paris : elle finit ses Mémoires en disant ne pas avoir la force d’aborder le récit de Waterloo (« je ne parlerai pas de cette horrible journée84 ! ») mais annonce son intention de faire paraître une Histoire de la Restauration (qui deviendra les Mémoires précédemment signalés).

  • 85 Ibid., vol. I, p. 2.

92L’écriture de ses Mémoires, explique-t-elle, répond à deux motivations qu’elle voudrait pouvoir fondre en une seule : défendre la mémoire des deux hommes qui lui furent les plus chers, Napoléon et Junot, son époux décédé. Malheureusement, la défense de Junot impose de faire un sort aux propos très condescendants qui le concernent dans le Mémorial de Sainte-Hélène (paru en 1823) et qui sortiraient donc de la bouche de Napoléon : problème très embarrassant pour la duchesse. En revanche, elle trouve une cible idéale dans les Mémoires de Bourrienne parus en 1829 : non content de malmener la piété napoléonienne, ceux-ci étaient particulièrement durs pour le personnage de Junot. C’est donc cet ouvrage qui aurait imposé à la duchesse « le devoir de la veuve »85 : publier ses Mémoires. Contre Bourrienne et ses semblables, la mémorialiste est assez constamment déchaînée. Quand elle les remet en place, elle ne fait pas dans la demi-mesure :

  • 86 Ibid., vol. III, p. 214-215.

Mais le moyen de garder de la mesure en écoutant, en lisant d’absurdes paroles, en entendant japper, miauler, croasser, coasser après la mémoire d’un homme dont la hauteur est telle qu’elle donne le torticolis à ces pygmées lorsqu’ils le regardent pour en voir le sommet. Et voilà pourquoi ils la veulent diminuer, amoindrir. Que Napoléon ne soit pas aimé, je conçois que beaucoup de raisons peuvent être données à l’appui de cette opinion, ou plutôt de ce sentiment pour parler plus juste, car il ne faut pas confondre l’un avec l’autre. […] Vous ne le comprenez pas ; laissez-le dans sa gloire, et demeurez dans votre nullité. Chacun chez soi86.

93Les Mémoires ne sont pas tout entiers portés par cet excès, même s’ils s’y abandonnent souvent. Mais le passage est assez évocateur des éléments qui ont fait la réputation et le succès de l’ouvrage : la passion napoléonienne exprimée avec franc-parler ; la grande vivacité de l’énonciation qui restitue un tableau très animé de la cour au temps du Premier Consul et de l’Empereur.

Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand87

  • 87 F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, en feuilleton dans La Presse, 1848-1850.

94Chateaubriand n’a pas à être présenté ici comme les autres mémorialistes : point besoin de notice biographique pour un personnage si connu. Il importe seulement de situer les Mémoires d’outre-tombe dans le cadre de notre corpus et, plus largement, dans celui des Mémoires publiés entre 1815 et 1848. On le fera en procédant avec eux au même type de mise en contexte éditorial que nous avons pratiquée pour les autres textes. Sans revenir sur les vicissitudes infiniment nombreuses qui ont marqué l’histoire de la rédaction et de la publication des Mémoires d’outre-tombe, il suffit de rappeler qu’elle s’est déroulée sur près de quarante ans. Un premier projet de Mémoires voit le jour en 1803, revient à la surface en 1809 et se trouve vraiment suivi d’effet entre 1811 et 1814, où l’auteur, âgé d’une quarantaine d’années, donne forme écrite à une bonne partie de ses années d’enfance et de jeunesse. Sous la Restauration, l’action politique occupe beaucoup Chateaubriand, mais il continue son ouvrage pendant les loisirs que lui laissent ses fonctions d’ambassadeur et termine une première version de ce qu’il appelle alors Mémoires de ma vie. C’est après 1830, quand il refuse toutes les charges publiques qui lui sont proposées parce qu’il ne veut rien devoir à l’« usurpateur Philippe », qu’il peut se consacrer pleinement à ses Mémoires : il y voit dorénavant son grand œuvre. Il s’agit désormais pour lui d’assurer le récit continu de sa vie depuis sa naissance jusqu’au temps de l’écriture, et en même temps celui des soixante, puis soixante-dix ans d’histoire du monde qu’il a traversés. Ce vaste projet est accompli en 1841. Entre temps, pressé par des ennuis d’argent, Chateaubriand a dû vendre par avance ses droits à des éditeurs et renoncer au délai posthume de cinquante ans qu’il souhaitait d’abord pour la publication. Celle-ci commence en effet dans La Presse d’Émile de Girardin quatre mois après sa mort, en 1848, et aboutit en volumes peu après.

95Ce rapide résumé de péripéties que les historiens de la littérature ont beaucoup détaillées fait apparaître deux points importants pour notre recherche : la rédaction des Mémoires d’outre-tombe s’est étalée sur toute la période qui nous occupe, pendant ce temps où environ quatre cent cinquante autres titres de Mémoires paraissaient ; leur publication intervient à l’extrême fin de cette période. De ce constat, on peut déduire que les Mémoires d’outre-tombe manifestent une sorte d’expérience cumulative des essais innombrables tentés dans le cours même de leur gestation : Chateaubriand a lu les Bourrienne, Fauche-Borel et autre duc de Rovigo. Et c’est par la connaissance de ce contexte qu’on peut apprécier ses Mémoires comme un point d’aboutissement pour la forme d’écriture que ses contemporains ont, avec lui, travaillée de manière obsessionnelle.

  • 88 L’impatience est entretenue depuis le début des années 1830 par les fameuses lectures de l’Abbaye-a (...)

96Le mémorialiste qui, pour la postérité, a effacé tous les autres, est, de fait, la figure qui encadre complètement, sur un plan intellectuel (l’aspect commercial étant laissé aux Ladvocat, Mame, Girardin…), la production des Mémoires de 1815 à 1848. Sur ces textes, Chateaubriand se fait entendre en amont de cette période, en son cœur et à sa fin. Dès 1802, il exalte, dans le Génie du christianisme, l’excellence des Mémoires français et leur nécessité pour l’histoire de la France ; en 1831, alors que cet appel a été trop entendu et que des « fabriques » débitent des Mémoires de tout acabit, il condamne, dans les Études historiques, une manie qui est devenue frénétique et se ridiculise ; en 1848, alors que la vague s’est ralentie depuis une dizaine d’années et n’attend plus que lui pour retomber88, il donne, avec les Mémoires d’outre-tombe, un point d’orgue qui sublime cette production et en même temps contribue à l’effacer.

Notes

1 J. Fouché, Mémoires de Joseph Fouché, duc d’Otrante, Paris, Le Rouge, 1824, 2 vol. in-8°.

2 « C’est Fouché qui, le premier, s’est servi de cette expression, avec laquelle on s’est familiarisée depuis », note l’éditeur dans les Mémoires, J. Fouché, Mémoires, op. cit., vol. II, p. 383.

3 Mémoires de la vie publique de M. Fouché, duc d’Otrante ; contenant sa correspondance avec Napoléon, Murat, le comte d’Artois, le duc de Wellington, le prince Blucher, Sa Majesté Louis XVIII, le comte Blacas, etc., etc., Paris, Plancher, 1819.

4 Cité dans une préface à la réédition des Mémoires : J. Fouché, Mémoires, Paris, France-Éditions, 1944, 2 vol., vol. I, p. 10.

5 D’après la Biographie universelle de Michaud, c’est en la lisant que Napoléon aurait déclaré à propos des chouans : « c’était un peuple de géants ».

6 Il faut signaler en outre que le hasard a fait coïncider la publication des Mémoires avec la mort de Louis XVIII. Or le nouveau roi, Charles X, quoique « ultra » acharné, avait été, pour des raisons tactiques, l’un des principaux soutiens de Fouché en 1815 et pouvait craindre de voir rappeler les intrigues auxquelles il avait pris part.

7 J. Fouché, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 1.

8 « On a prétendu que je n’avais été pour rien dans ces trames salutaires ; que j’avais louvoyé, mais que j’en avais recueilli les fruits avec une grande souplesse », ibid., vol. I, p. 112.

9 Ibid., vol. II, p. 277.

10 Ibid., vol. I, p. 302.

11 Ibid., vol. I, p. 14-15.

12 On sait la place, omnipotente et occulte, que Balzac réserve à Fouché dans Une ténébreuse Affaire.

13 Ibid., vol. II, p. 11.

14 J.-M. Savary, duc de Rovigo, Mémoires du duc de Rovigo, pour servir à l’histoire de l’empereur Napoléon, Paris, A. Bossange, 1828, 8 vol., vol. I, p. i-ij.

15 P.-M. Desmarest, Témoignages historiques ou Quinze ans de Haute Police sous Napoléon, par M. Desmarest, chef de cette partie pendant tout le Consulat et l’Empire, Genève, Slatkine – Megariotis Reprints, [Paris, Levavasseur, 1833] 1977, p. xv-xvj.

16 L. Fauche-Borel, Mémoires de Fauche-Borel, dans lesquels on trouvera des détails et des éclaircissements sur les principaux événements de la Révolution, Paris, Moutardier, 1829, 4 vol. in-8°.

17 B. de Fonvielle, Mémoires historiques de M. le Chevalier de Fonvielle de Toulouse, de l’ordre de l’éperon d’or, secrétaire perpétuel de l’Académie des Ignorants, Paris, Ponthieu, 1824, 4 vol. in-8°.

18 Cette tentative lui attirera une réplique cinglante à la tête d’une satire du récipiendaire : « Fonvielle en son patois osera nous louer ! »

19 Fauche-Borel démasqué, ou Un mot de M. Pierre Grand, avocat à la cour royale, à la Jeune France, sur les Mémoires de M. Fauche-Borel, pour faire suite à ces Mémoires, Paris, J. Lefebvre et compagnie, 1829, p. 2.

20 L. Fauche-Borel, Réponse de M. de Fauche-Borel au Sieur Baron d’Eckstein, à M. Pierre Grand, avocat, à M. Le baron de Marguerit, et au respectable M. de Bergasse, au sujet de ses Mémoires, Paris, Moutardier, 1829, p. 7.

21 B. de Fonvielle, Les Trois Fonvielle ramenés à leur honorable et invariable unité, ou Justification éclatante du chevalier de Fonvielle, affermi pour jamais dans ses incontestables droits aux bontés du roi, à l’intérêt des ministres de sa majesté, à l’estime des honnêtes gens, Paris, Ant. Boucher, 15 janvier 1825, « Avant-propos ».

22 B. de Fonvielle, Note entièrement confidentielle dictée par la confiance la plus absolue dans le bon esprit, la sagesse, l’équité et la bienfaisance de Monseigneur le Duc de Doudeauville, et destinée, s’il y a lieu, contre toute espérance, à servir comme document historique du règne de Sa Majesté Charles X, à justifier, quand le temps en sera venu, M. le Chevalier de Fonvielle des injustes et outrageants dédains dont sa fidélité immaculée continuerait de se voir abreuvée, Paris, 1825, p. 1.

23 Ibid., p. 14.

24 Cité par le Dictionnaire de biographie française, publié sous la direction de Roman d’Amat, Paris, Letouzey et Ané, 1975.

25 « Mes Mémoires sont là : qu’on y recoure ; on y verra que ce n’est pas sans fondement que j’y affiche la prétention de n’avoir été surpassé par personne dans mon ardent amour pour nos Bourbons », écrit-il par exemple dans son combat polémique (Les Trois Fonvielle ramenés à leur honorable et invariable unité, op. cit., p. 15).

26 Mme de Genlis, Mémoires de Madame de Genlis sur le xviiie siècle et la Révolution française, Paris, Ladvocat, 1825, 8 vol. in-8°. On observe une certaine instabilité dans le titre de ce texte, lors de ses premières éditions. Les Mémoires sont parfois dits « inédits ». Les bornes temporelles du récit sont parfois précisées (« 1756-1814 » ou « 1766-1814 »), mais fausses dans tous les cas : la mémorialiste est née en 1746, elle le dit dans son texte qui commence par le récit de sa naissance ; les Mémoires s’achèvent par l’évocation de la vie de leur auteur sous la Restauration et de l’activité même de leur rédaction.

27 Biographie universelle […], revue, corrigée, et considérablement augmentée d’articles inédits et nouveaux, Paris, A. Thoiniers Desplaces, 1843-1854, 45 vol., vol. XVI, p. 157.

28 Ibid., vol. XVI, p. 176.

29 Biographie universelle, op. cit., vol. XVI, p. 167-168.

30 Ibid., vol. XVI, p. 175.

31 Loc. cit. Le sujet inspire particulièrement le dénommé Durozoir qui signe cette notice dans la Biographie universelle, puisqu’il y hasarde tout son style : « Aujourd’hui, couchée sur les débris de tout un siècle, cette Circé décrépite et dépitée se recueille encore en ses féminins ressentiments, pour imprimer sur toute renommée qui l’offusque les marques de la plus cruelle mordacité ; et pourtant elle déclare au début qu’elle a tout pardonné. »

32 Ibid., vol. VII, p. 81.

33 Mémoires de Madame la vicomtesse de Fars Fausselandry, ou Souvenirs d’une octogénaire. Événements, mœurs et anecdotes, depuis le règne de Louis XV (1768), jusqu’au ministère La Bourdonaye et Polignac (1830), Paris, Ledoyen, 1830, 3 vol. in-8°.

34 Louise de Peysac, future vicomtesse de Fars Fausselandry (souvent dite simplement Madame de Fausselandry) est née vers 1750 dans une famille noble du Périgord. Installée à Paris en 1773, elle y fréquente la bonne société. Sa famille est durement frappée pendant la Terreur, mais elle-même en réchappe et vit alors retirée à la campagne. Elle revient à Paris sous le Consulat et tient un salon fréquenté par les littérateurs (Delille, Suard,…) et où le jeune baron de Lamothe-Langon fait ses premiers pas. Les dictionnaires biographiques du vingtième siècle la disent vivante encore en 1830, quand paraissent ses supposés Mémoires, mais ignorent la date de son décès.

35 Ibid., vol. I, p. 24.

36 Ibid., « Prospectus ».

37 Mme de Campestre, Mémoires, Paris, chez l’éditeur M. Antenor de Campestre, ex-lieutenant d’infanterie, et chez les marchands de nouveautés, 1827, 2 vol. in-8°.

38 Mémoires d’une Contemporaine ou Souvenirs d’une femme sur les principaux personnages de la République, du Consulat, de l’Empire, Paris, Ladvocat, 1827-1828, 8 vol. in-8°.

39 Biographie universelle et portative des Contemporains, ou Dictionnaire historique des homme vivants, et des hommes morts depuis 1788 jusqu’à nos jours, qui se sont fait remarquer chez la plupart des peuples, et particulièrement en France, par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, publié sous la direction de M. A. Rabbe et de M. Vieilh de Boisjoslin, Paris, V. de Boisjoslin et Compagnie, 1830, 4 vol., vol. I, p. 592.

40 J.-M. Quérard, Les Supercheries littéraires, Paris, Maisonneuve et Larose, 1964, 3 vol., vol. I, p. 782.

41 Mémoires d’une Contemporaine, op. cit., vol. III, p. 10.

42 Ch.-L. de Sévelinges, La Contemporaine en miniature, op. cit., p. 1.

43 La Contemporaine en Égypte, pour faire suite aux Souvenirs d’une femme sur les principaux personnages de la République, du Consulat, de l’Empire et de la Restauration, Paris, Ladvocat, 1831, 6 vol. in-8°.

44 Mille et une causeries, par la Contemporaine, Paris, C. Vimont, 1833, 2 vol. in-8° ; Mes dernières indiscrétions, Paris, Moutardier, 1834, 2 vol. in-8°.

45 Cité par N. Ney en préface à une réédition de la fin du xixe siècle : Paris, Flammarion, 1895, p. xxx.

46 Mme de Campestre, Mémoires, vol. II, p. 344.

47 Ibid., vol. II, p. 27.

48 Mémoires d’une Contemporaine, op. cit., vol. IV, p. 206.

49 Ibid., vol. V, p. 307.

50 Mémoires d’une femme de qualité sur Louis XVIII, sa cour et son règne, Paris, Mame et Delaunay-Vallée, 1829-1830, 6 vol. in-8° ; Mémoires et souvenirs d’une femme de qualité sur le Consulat et l’Empire, Paris, Mame et Delaunay-Vallée, 1830, 4 vol. in-8°.

51 Mémoires et souvenirs d’un pair de France, ex-membre du Sénat conservateur, Paris, Tenon, 1829, 4 vol. in-8°.

52 Mémoires d’une femme de qualité sur Louis XVIII, op. cit., vol. I, p. 3.

53 Ibid., vol. VI, p. 456.

54 Ibid., vol. I, p. 4. De justesse, elle était née sous l’« Ancien Régime ».

55 Mémoires et souvenirs d’une femme de qualité sur le Consulat et l’Empire, Paris, Mercure de France, « Le Temps retrouvé », 1966, p. 3-4.

56 Il est à noter qu’en 1831, un an après ce trafic où s’active la librairie Mame et Delaunay-Vallée, une autre femme de qualité née en 1784 va commencer à publier ses Mémoires, principalement centrés sur le Consulat et l’Empire. Elle n’est pas anonyme : c’est la duchesse d’Abrantès. Ses Mémoires paraîtront d’abord chez Ladvocat, avant de rejoindre le giron de… Mame.

57 Mémoires et souvenirs d’un pair de France, op. cit., vol. IV, p. 421.

58 Ibid., vol. III, p. 105 sqq.

59 Mémoires d’une femme de qualité sur Louis XVIII, op. cit., vol. I, p. 3.

60 Constant, Louis-Constant Wairy dit, Mémoires de Constant, premier valet de chambre de l’empereur, sur la vie privée de Napoléon, sa famille et sa cour…, Paris, Ladvocat, 1830, 6 vol. in-8°.

61 Mlle Avrillion, Mémoires de Mlle Avrillion, Première femme de chambre de l’impératrice, sur la vie privée de Joséphine, sa famille et sa cour…, Paris, Ladvocat, 1833.

62 Constant, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 1.

63 Cléry, Jean-Baptiste Hanet-Cléry dit, Mémoires de M. Cléry ou Journal de ce qui s’est passé dans la tour du Temple, pendant la détention de Louis XVI, avec des détails sur sa mort, qui ont été ignorés jusqu’à ce jour, Londres, 1798.

64 Mme Campan, Mémoires sur la vie privée de Marie-Antoinette, reine de France et de Navarre, Paris, Baudoin frères, 1822.

65 Bourrienne, Mémoires de M. de Bourrienne, ministre d’État, sur Napoléon, le Directoire, le Consulat, l’Empire et la Restauration, Paris, Ladvocat, 1829, 10 vol. in-8°.

66 Encyclopédie des gens du monde, répertoire universel des sciences, des lettres et des arts ; avec des notices sur les principales familles historiques et sur les personnages célèbres, morts et vivants, Paris, Treuttel et Würtz, 1833-1844, 22 vol., vol. IV, p. 82.

67 Dictionnaire Napoléon, sous la direction de J. Tulard, Paris, Fayard, 1987, p. 289.

68 Bourrienne, Mémoires, op. cit., vol. I, p. 18-19. Chacun tire à soi : on sait l’embarras que cause à Chateaubriand la datation de la naissance de Napoléon. Au début des Mémoires d’outre-tombe, parlant de sa naissance propre, Chateaubriand écrit en note : « vingt jours avant moi, le 15 août 1768, naissait […] Bonaparte » (Paris, Bordas puis Classiques Garnier, 1989-1998, 4 vol., vol. I, p. 135). Mais plus tard, quand il commence sa biographie du héros, il argumente cette question avec l’idée que Napoléon s’était rajeuni d’un an pour être français (pour naître après la rattachement de la Corse à la France en mai 1769). Et après recherche, Chateaubriand propose encore une autre date, qui lui fait renoncer à naître le même mois que Napoléon : « Bonaparte est né le 5 février 1768, et non pas le 15 août 1769, malgré l’assertion positive de M. Bourrienne » (ibid., vol. II, p. 285). On notera avec intérêt que Bourrienne était une lecture obligée pour qui s’intéressait à la mémoire napoléonienne.

69 Ibid., vol. I, p. 10.

70 Ibid., vol. I, p. 9.

71 Ibid., vol. I, p. 2.

72 Bourrienne et ses erreurs volontaires et involontaires, ou Observations sur ses Mémoires ; par Messieurs le général Belliard, le général Gourgaud, le comte d’Aure, le comte de Survilliers, le baron Meneval, le comte Bonaccossi, le prince d’Eckmühl, le baron Massias, le comte Boulay de la Meurthe, le ministre de Stein, Cambacérès. Recueillies par A. B. Paris, Charles Heideloff, libraire ; Urbain Canel, libraire, 1830, 2 vol. in-8°.

73 L. d’Abrantès, Mémoires de Madame la Duchesse d’Abrantès, Souvenirs historiques sur Napoléon, la Révolution, le Directoire, le Consulat, l’Empire et la Restauration, Paris, Ladvocat, 1831-1835, 18 vol. in-16.

74 C’est à la notice qu’il a consacrée à la duchesse dans le Dictionnaire Napoléon établi sous sa direction que nous empruntons la plupart de ces renseignements.

75 « Je me souviens que Junot était duc d’Abrantès », écrit G. Perec dans Je me souviens, Paris, Hachette, 1978, p. 18. Ce vingtième souvenir, déclenché par un nom de rue, est donc exact. Abrantès est le nom d’une localité portugaise où le général Junot s’est illustré.

76 H. Rousseau, « Quelques précisions sur la duchesse d’Abrantès et Balzac », L’Année balzacienne 1968, Paris, Garnier, 1968, p. 47-58.

77 Cité par H. Rousseau, art. cité, p. 47.

78 Loc. cit.

79 Cité par H. Rousseau, art. cité, p. 48.

80 Cité par H. Rousseau, art. cité, p. 50.

81 Cité par H. Rousseau, art. cité, p. 52.

82 Cité par H. Rousseau, art. cité, p. 54.

83 Mémoires sur la Restauration, ou Souvenirs historiques sur cette époque, la Révolution de Juillet et les premières années du règne de Louis-Philippe Ier, Paris, J. L’Henry, 1835-1836, 6 vol. in-8°.

84 L. d’Abrantès, Mémoires, op. cit., vol. X, p. 597.

85 Ibid., vol. I, p. 2.

86 Ibid., vol. III, p. 214-215.

87 F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, en feuilleton dans La Presse, 1848-1850.

88 L’impatience est entretenue depuis le début des années 1830 par les fameuses lectures de l’Abbaye-aux-bois où Juliette Récamier ne convie que quelques privilégiés.

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search