Version classiqueVersion mobile

Écrire son temps

 | 
Damien Zanone

Conclusion

Texte intégral

1L’ampleur de la « fièvre de Mémoires » qui saisit le monde de l’édition pendant une vingtaine d’années, de 1820 à 1840, semble n’avoir d’égal que l’oubli dans lequel elle est tombée : l’histoire de la littérature ne l’a jamais enregistrée, l’histoire politique l’a très vite dédaignée. Tel est le constat que nous formulions au commencement de cette étude : cet état de fait suscitait notre curiosité car, dans une perspective aussi bien historique que littéraire, nous faisions l’hypothèse que quelque chose d’important s’était joué là, sur le plan des discours. Il est temps de mesurer nos résultats à nos intentions.

2Et d’abord il faut répondre à une question qui ne nous a jamais quitté mais devait attendre, pour être formulée, une meilleure connaissance de ces textes : que sont pour nous ces Mémoires anciens ? Quel statut nouveau prétend leur donner notre enquête ? Fallait-il les « réveiller » après plus d’un siècle d’oubli ? L’écart si grand entre le retentissement immédiat de leur publication et la négligence constante qui a suivi semble une réponse en soi : ces textes ne sont pas faits pour nous, ils ne nous visent pas, ils ne viennent pas chercher notre réception, en cette fin du xxe siècle, en ce début du xxie.

3Parmi les intentions de ces ouvrages, certaines sont affichées, d’autres moins avouées. Au nombre de celles-ci, l’attente des gratifications que seule la réception des contemporains peut donner. La publication de Mémoires pouvait en effet donner des satisfactions immédiates : matérielles, au moment où les éditeurs apprennent à organiser la vie du livre comme un marché ; mondaine, pour des auteurs qui trouvent occasion de s’inscrire une fois encore, et de manière forte, au centre du bruissement des discours publics.

  • 1 Ces « bons » mémorialistes sont ceux qui, par exemple, sont désignés avec approbation comme des so (...)

4Ces intérêts immédiats n’empêchaient pas de nourrir une autre et grande ambition : la durée dans le temps. Nous avons décrit le système épistémologique mis en place par les auteurs et éditeurs de Mémoires : ils ont accrédité l’idée que le temps de la mémoire devait précéder celui de l’histoire et multiplié les publications comme autant de manœuvres dilatoires. La confusion créée par des textes en surnombre était telle, en effet, qu’elle forçait à convenir que le moment de la synthèse érudite n’était pas encore venu. Mais tous ceux qui ont usé du succès des Mémoires l’ont fait au risque et péril du renom de ceux-ci : quand finalement, à partir du milieu du xixe siècle, la synthèse historienne s’est faite à propos de la Révolution et de l’Empire, elle s’est passée d’avoir recours aux Mémoires. De même que les mémorialistes avaient voulu s’imposer au détriment des historiens, ceux-ci ont finalement pu, dans une large mesure, ignorer ceux-là. Du point de vue des textes qui disent gravement se mettre au service de l’historien du futur, c’est la sanction d’un échec très lourd : mais on a bien compris que ce constat ne vaut que pour tel ou tel mémorialiste sérieusement convaincu de remplir cette tâche1 ; il n’y a pas échec, par exemple, de la part de ceux qui ont délibérément imprimé au siècle un « cachet de commérage », pour reprendre l’expression de Joseph-Marie Quérard. On peut comprendre, intellectuellement, l’exaspération de ceux qui, autour de 1830, regrettent que les affaires des Ladvocat et autres Mame aient perverti l’idéal de savoir renouvelé que semblaient promettre, dix ans plus tôt, les grandes collections savantes lancées par Petitot : mais on n’a pas, plus d’un siècle et demi après, à épouser ces regrets. Que, dans le champ de l’histoire comme dans celui de la littérature, les Mémoires se montrent deux fois indignes, en deçà des exigences du savoir et de la littérarité tels qu’on les conçoit aujourd’hui, cela est bien possible. Mais alors, qu’ont-ils à nous dire ? Qu’y lisons-nous ?

5Confrontés au problème de la lisibilité critique de la plupart de ces textes, nous en revenons à mettre en cause notre réception qu’ils ne sollicitaient pas, nous qui ne sommes ni des contemporains ou interlocuteurs mondains de leurs auteurs, ni des historiens en quête de sources. La réception littéraire, pourtant, trouve son compte avec ces textes : leur énergie à raconter et à discourir est toujours active. Les réveiller par la lecture et se mettre à leur écoute, c’est prendre la mesure des rapports dynamiques qui font se tenir ensemble l’écriture de soi, l’écriture de l’histoire et l’écriture de la fiction : c’est pourquoi notre lecture s’est efforcée de ne pas les traiter en documents inertes, pour restituer et accompagner leur mouvement propre. Fragile, malléable ou libre, le « je » qui les énonce interdit tout figement de la parole dans des codes et donne une véritable leçon de discours : c’est celle-ci que nous sommes allés chercher. Elle montre comment un discours se contrôle et échappe au contrôle, comment il se donne des enjeux d’exploration et finit par en trouver d’autres.

  • 2 M. Angenot, 1889 – Un état du discours social, Longueuil, Québec, Éd. du Préambule, « L’Univers de (...)
  • 3 Ibid., p. 177.
  • 4 M. Angenot propose d’appeler cette gnoséologie le « romanesque général » :« le romanesque discursi (...)

6Fût-il oublié, un phénomène éditorial de l’ampleur de celui que nous avons décrit ne laisse pas indemne le discours social au sein duquel il se développe : il en est une voix essentielle. Nous reprenons la notion de « discours social » aux théoriciens sociocritiques et en particulier à Marc Angenot qui la définit comme : « tout ce qui se dit et s’écrit dans un état de société ; tout se qui s’imprime, tout ce qui se parle publiquement ou se représente aujourd’hui dans les média électroniques. Tout ce qui narre et argumente, si l’on pose que narrer et argumenter sont les deux grands modes de mise en discours. […] la totalité de ce qui s’imprime, de ce qui s’énonce institutionnellement2. » À l’intersection de différents champs discursifs (littéraire, politique et historique), les Mémoires occupent une place centrale pendant une quinzaine d’années, de 1819 à 1834 à peu près : en continuant avec la terminologie proposée par Marc Angenot, nous pensons possible de voir en eux le modèle discursif fondamental de cette période. Ce chercheur formule l’« hypothèse qu’en tout état de société, un type discursif fonctionne comme modèle cognitif fondamental […], modèle dominant de mise en discours à des fins cognitives »3. Pour l’époque qu’il étudie – 1889, comme l’indique le titre de son ouvrage – et pour le xixe siècle envisagé dans son entier, Marc Angenot estime que le roman remplit cette fonction : « il a régné au xixe siècle une gnoséologie narrative “réaliste” qui, loin d’être le propre du roman, s’est réalisée dans le roman (avec prestige), comme elle se réalisait dans le réquisitoire de l’avocat général, dans la chronique du publiciste4 […] »

7En reprenant cette analyse au prix d’un déplacement chronologique et générique, il nous paraît que, de manière éphémère, pour la période que nous avons indiquée, la mémoire historique a joué un tel rôle. Cette hypothèse ne prétend pas exalter les textes des Mémoires pour les mettre au rang d’une responsabilité écrasante, voire d’un prestige boursouflé. L’étude d’un corpus, fût-il mal connu, n’a pas forcément pour dessein de le valoriser : la plupart des Mémoires sont oubliés et il n’est pas besoin, pour faire ce constat, de recourir au cliché : « injustement oubliés ». Dans une certaine mesure, le vocabulaire sociocritique nous permet seulement de reformuler en termes plus techniques ce que nous avancions d’emblée : que les Mémoires publiés pendant la vingtaine d’années qui suit Waterloo font entendre la prose de cette époque. Mais le changement de formulation fait gagner en précision pour désigner la place des Mémoires parmi les proses narratives.

8Le statut de ces textes, en ce qu’il se laisse facilement analyser en termes d’« entre-deux », a fait leur force passagère. Proliférant dans l’espace où se différencient l’histoire et le roman, ils sont le lieu où s’articule le rapport de la conscience individuelle à l’histoire et au temps ; en d’autres termes, ils permettent que se forgent, à travers autant de tâtonnements que nécessaires, les moyens d’expression d’une conscience historique nouvelle. Or, l’époque en question fait de l’histoire son grand modèle cognitif et elle a éminemment besoin de lui trouver des mises en discours très souples, capables de rendre compte de l’époque récente et d’inscrire les existences particulières dans le cadre d’un devenir collectif. Les Mémoires fournissent le modèle discursif dont le moment a besoin : ils disent la certitude de la prééminence de l’histoire dans le champ du savoir et cherchent, dans le même discours, à la rendre compatible avec l’inquiétude légitime de chacun d’y comprendre sa place. La séduction et la nécessité de cette démarche sont si fortes qu’elles impriment à tous les esprits le pli de la mémoire historique.

9Cependant les Mémoires proprement dits, comme forme écrite spécifique, n’ont pas pu pendant longtemps satisfaire ce besoin. Nous avons, tout au long de cette étude, suivi le dynamisme narratif qui les animait et les a peu à peu éloignés de l’histoire des historiens pour les rapprocher de celle des romanciers. C’est le roman qui, au cours des années 1830, reprend à sa charge le rôle de grand modèle cognitif et discursif : c’est dans sa prose que, désormais, le singulier s’articule sur le collectif.

10C’est en cela que les Mémoires acquièrent une lisibilité du point de vue d’une réception qui, a priori, n’est pas la leur à deux titres : décalée dans le temps et non historienne. Établir que leur lecture fait entrer de plain-pied dans le discours social d’une époque pourrait servir de point de départ à une recherche historique ou de sciences politiques : étudier, par exemple, la promotion de la mémoire comme catégorie de l’entendement politique et en déterminer les conséquences idéologiques. Mais dans la perspective de recherche littéraire qui est la nôtre, nous avons voulu mettre l’accent sur d’autres aspects. Les Mémoires nous ont surtout retenu comme forme d’écriture que nous avons cherché à comprendre en la mettant en relation avec d’autres, afin de déterminer les discours qui leur étaient communs et ceux qui ne l’étaient pas. Nous avancions sur le postulat que ces écrits avaient occupé une telle place, à un moment donné, dans l’histoire de l’écrit (de la littérature, des idées), que celle-ci ne peut pas être ensuite comme si ce phénomène n’avait pas été.

11Et c’est dans le roman qui, avec Balzac, prend le pouvoir discursif à leur suite que nous avons reconnu leur filiation. Pour reprendre une comparaison que nous avons déjà développée, on rapprochera à nouveau l’engouement pour les Mémoires de celui que connut le roman historique dans les mêmes années : quelles que soient les réserves esthétiques que l’histoire littéraire porte sur les innombrables romans historiques publiés à l’époque de la Restauration – et même sur ceux de Walter Scott –, elle n’hésite pas à leur assigner un rôle éminent dans l’évolution des modes de représentation narrative. L’impact discursif des Mémoires est du même ordre : ils ont montré que l’articulation de l’individuel et du collectif était possible dans la représentation de l’histoire présente.

12Connaître le moment du triomphe de la mémoire historique nous paraît précieux pour apprécier mieux les deux créations littéraires majeures qui s’inscrivent à sa suite : La Comédie humaine et les Mémoires d’outre-tombe. La véritable filiation, avons-nous dit, se repère à travers l’œuvre balzacien. Les Mémoires ont partiellement dégrossi des objets de représentation et les ont apprêtés comme des thèmes, susceptibles de retenir un travail de formalisation littéraire : Balzac les a intégrés comme des voix dans le discours qu’il a produit. Pour la réception qui est venue ensuite, c’est dans cette littérature romanesque (de Balzac et de ceux qui le suivent) que le discours des Mémoires est resté audible, détourné de son intention initiale mais toujours vivant.

13Rédigés tout au long de la période que nous avons considérée et publiés à son extrême fin, les Mémoires d’outre-tombe ne s’inscrivent pas dans un tel rapport de prolongement par rapport à ces textes. Les seuls Mémoires dont la réception soit restée toujours active n’indiquent pas de voie pour un développement ultérieur du genre : ils le ressaisissent plutôt d’un coup, pour le fixer dans les potentialités que l’époque contemporaine lui a données. Chateaubriand préserve le genre des Mémoires en tant que tel, lui évite la dilution dans le roman, mais aussi, il arrête son évolution. Il en donne le chef-d’œuvre, c’est-à-dire qu’il l’accomplit absolument et le date définitivement. Les Mémoires historiques écrits à sa suite par des hommes d’État n’espéreront que le répéter pour d’autres temps. Mais en portant cette pratique d’écriture à son point d’aboutissement, les Mémoires d’outre-tombe l’ont aussi enterrée comme genre littéraire en lui donnant un mausolée. De cette manière, ils confirment encore que le genre des Mémoires a une pertinence d’époque, après laquelle il ne peut être qu’inactuel.

Notes

1 Ces « bons » mémorialistes sont ceux qui, par exemple, sont désignés avec approbation comme des sources valables dans les bibliographies publiées plus de cent cinquante ans plus tard par des historiens comme J. Tulard, G. Bertier de Sauvigny et A. Fierro.

2 M. Angenot, 1889 – Un état du discours social, Longueuil, Québec, Éd. du Préambule, « L’Univers des discours », 1989, p. 13.

3 Ibid., p. 177.

4 M. Angenot propose d’appeler cette gnoséologie le « romanesque général » :« le romanesque discursif part de l’axiome selon lequel avec un événement brut, isolé, on ne peut rien faire (c’est-à-dire rien interpréter) et que pour pouvoir gloser, commenter, il faut insérer cet événement dans une séquence narrative complète et linéaire […], qui permet de rattacher l’événement à un “type” humain, à une destinée intelligible et à un corpus de savoirs doxiques », loc. cit.

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search