Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Aventure dans la littérature populaire au xixe siècle

 | 
Roger Bellet

Aspects populaires de l’aventure aérienne

Catherine Coeuré

Texte intégral

  • 1 Nous renoncerons désormais ici, malgré les incertitudes, à menotter ce mot (comme d’ailleurs celui(...)

1Lorsqu’au cours de recherches sur le thème du voyage aérien nous avons voulu nous placer au confluent de l’imagination « populaire » et de l’aventure scientifique, tout invitait à penser qu’il y aurait un « avant » et un « après » : les premières ascensions dont on a fêté en 1983 le bicentenaire, avec leurs mises en scène à grand spectacle, leurs fêtes unanimes, leurs immenses concours de peuple, à Paris, à Lyon... devaient avoir des échos immédiats dans la littérature « populaire ».1 Il n’en a pas été vraiment ainsi et sans doute La Presse à 5 centimes, le chemin de fer qui porta Le Petit Journal au fond des provinces ou la rotative Marinoni ont-ils été plus décisifs pour la fortune populaire du thème que la première montgolfière...

  • 2 Cité par J. Sgard, L’homme volant de Rétif, in Le voyage aérien, recueil collectif de l’Université (...)

2Il est déjà présent, bien entendu, dans les plus anciens mythes ; le vieux rêve humain de l’envol et de l’atterrissage maîtrisés, du voyage dans la lune, de l’élévation heureuse ont donné aux Icare, aux Astolphe, aux Cyrano le statut de héros populaires. C’est à eux qu’on se réfère tout naturellement lors des premières ascensions du XVIIIe siècle, ce sont leurs aventures fantastiques que reprend Garnier, en 1787, dans sa collection des Voyages imaginaires, romanesques, merveilleux..., faisant mentir ses lignes liminaires : « Depuis que l’on est parvenu à s’élever dans les airs, et à y faire des courses assez longues pour être regardées comme de véritables voyages, les Hommes volants ne doivent plus être rangés au nombre des merveilles. »2.

3Les premiers envols humains ont provoqué un enthousiasme dont témoignent journaux, brochures, objets, romans mondains au succès éphémère, mais du côté populaire assez peu de chose et la littérature aérostatique se cantonne la plupart du temps dans les bonnes vieilles facéties : « L’amour physicien ou l’origine des ballons », mâtinées de sagesse populaire :

  • 3 Vers sur les ballons par un agriculteur de cette province - Affiches du Dauphiné - 1785. Voir M. G (...)

... Travaillons, c’est là mon avis,
Nous en ferons mieux nos affaires
Tandis que ces fous impudents
Livrés à leurs doctes chimères
Iront, voyageurs téméraires,
Prendre la lune avec les dents.3

4C’est dans l’estampe que se manifeste alors le mieux la fascination pour l’aventure aérienne et d’innombrables gravures ont popularisé les fêtes, les audaces, les chutes tragiques, le premier parachute ou les ballons militaires de la bataille de Fleurus.

  • 4 Elle le restera jusqu’au début du XXe siècle. Voir les péripéties vécues par Courtial des Péreires (...)

5Durant le XIXe siècle tout change : d’abord, nous l’avons dit, par l’expansion, désormais bien étudiée, de la presse, du livre à bon marché, du texte allié à l’image, ensuite parce que l’aérostation est devenue une science, un métier, un spectacle familier dans le ciel, voire une banale attraction foraine4.

  • 5 Voir les souvenirs d’enfance de Nadar, Mémoires du Géant - A terre et en l’air, Paris, Dentu, 1864

6Toujours, et plus que jamais l’aventure : le risque demeure très grand, l’inconnu toujours renouvelé ; les voyageurs perdent contact avec la terre, disparaissent au-delà du plafond des nuages, sont emportés par les vents, à la merci d’une déchirure, d’une explosion. L’aérostier est une des figures de « l’explorateur », sans casque colonial, sans jungle et sans lions, mais tout de même Robinson de l’espace qui devra survivre dans son île volante avec les moyens du bord, suscitant les rêves des enfants sages.5 Mais en même temps cet envol vertical se fait du milieu de la foule, là, au Champ de Mars, à l’Hippodrome, sur la place du village. L’aventure est aussi un spectacle ; même le drame l’est, quand les aéronautes tombent comme des pierres dans les champs, sur les toits. Et puis il y a les ballons captifs, comme celui de l’Exposition Universelle de 1879 par exemple. Ils ont donné à des milliers d’amateurs le frisson à bon marché, des sensations inédites, une autre vision du monde quotidien.

7Comme pour le thème, comparable à cet égard et si fréquent à l’époque dans la littérature populaire, des « Iroquois de Paris », il y a donc une forte alliance entre l’étrange et le familier, bien propre à rendre le public particulièrement réceptif aux œuvres qui se succèdent et font surgir l’imaginaire au cœur même de la plus proche réalité.

8Les nombreux textes, souvent très largement diffusés, presque toujours illustrés, qui paraissent principalement dans la deuxième moitié du siècle se répartissent entre trois genres principaux : récits de voyages réels, projets ou utopies, fictions romanesques, et partout l’aventure est présente.

  • 6 Maupassant, En l’air, 1887 et De Paris à Heyst, Chroniques III, V.G.E. 10/18. Vallès, Notes de voy (...)
  • 7 Nerval, Les successeurs d’Icare, O.C., Gallimard.

9Nous avons pu lire, sans prétendre à l’exhaustivité, des dizaines de récits d’ascensions en ballon : documents bruts, comptes-rendus scientifiques, récits publiés sur le vif, comme ceux de Maupassant ou de Vallès6 ou récits de seconde main, compilés dans de nombreuses « Histoires des ballons ». Parmi les plus connues, celle de Turgan, parue d’abord dans L’Événement, que préfaça Nerval7 ou celle de Marion pour le Magasin pittoresque puis la populaire Bibliothèque des Merveilles. On trouve là tout le vécu de l’envol, le pittoresque, l’émotion et l’émerveillement de ces aventures inouïes, soulignés par une illustration souvent fort originale comme les chromolithographies, parmi les premières, des Voyages aériens de Glaisher, Flammarion, Tissandier et Fonvielle (1870).

10Hélas !ces récits, par la nature même, peut-être, de l’expérience relatée, plus sûrement par celle du public visé, se figent assez vite dans une rhétorique conventionnelle avec épisodes obligés et métaphores cent fois reprises, oblitérant la fraîcheur des premières impressions. Le sacramentel « lâchez tout ! », la contemplation du monde vu d’en haut (« Que l’homme est petit... »), les surprises merveilleuses du voyage : soleil qui se lève deux fois, nuages comme du coton où l’on voudrait se rouler, euphorie de l’altitude et visions de l’infini, finissent par engendrer aussi une métaphysique prudhommesque et des hymnes au progrès, succédanés de Plein Ciel.

  • 8 Voir La Nature (fondée par Tissandier) à partir de 1873 et Histoire de mes ascensions, 1868-1886, (...)
  • 9 Flammarion, Voyages en ballon, 1880. « Collection des auteurs célèbres, à 60 centimes, pour mettre (...)
  • 10 Nadar, Mémoires du Géant, op. cit.,

11Émergent pourtant du lot quelques œuvres, au reste parmi les plus populaires. Dans les vulgarisations des frères Tissandier8 comme dans les récits de Flammarion9 l’aventure a des couleurs scientifiques, la justesse des observations n’exclut ni l’humour ni l’émotion, ni, chez Flammarion le recours au mythe, les échos fouriéristes, un beau lyrisme aérien parfois et puis... sa nuit de noces en ballon, propre à exciter les imaginations ! Autres récits immédiatement célèbres : les tragédies, les accidents, les épisodes héroïques. Le « traînage » du Géant vécu par Nadar et ses compagnons en 1863 est raconté, sur les modes épique, tragique, héroï-comique, par la presse, les chansons, les plaquettes de colportage10. L’émotion populaire est à son comble lors du drame du Zénith qui fit, en 1875, deux morts en plein ciel, à 8.000 m. Le récit de Tissandier dans La Nature (tirée à 20.000 exemplaires), bien mieux que l’ode interminable de Sully-Prudhomme, dit l’intensité de l’aventure, scellée par la mort et la gloire. Épisodes héroïques (Gambetta quittant Paris assiégé, si longtemps présent dans les mémoires républicaines), faits divers horribles, curieux, patriotiques, feront longtemps les beaux jours du Petit Journal et de son supplément illustré, et l’avion prendra la relève du ballon.

  • 11 O. Uzanne, La locomotion future in Le Monde moderne, janvier 1895.
  • 12 W. de Fonvielle, Histoire de la navigation aérienne, Bibliothèque des écoles et des familles, Hach (...)

12D’innombrables projets et inventions adressés au roi, à l’empereur, aux journaux, aux académies, soigneusement argumentés et illustrés, prétendent apporter la « solution du problème de la locomotion aérienne » ou de la direction des ballons et témoignent d’une imagination parfois délirante. Avec plus ou moins de sérieux ou d’humour se déploient les utopies pacifiques : maisons de santé aériennes pour jouir de l’air pur, transformation des tours de Notre-Dame en station d’autobus volants, fin de la lutte des classes par la généralisation des voyages aériens à bon marché11, tracts bourrés d’alexandrins répandus sur l’Europe (Hugo), et plus encore les utopies guerrières, armées volantes, invasions imparables, ballons semant la terreur chez les « nègres superstitieux »12 etc...

  • 13 Voir Grand-Carteret et Delteil, La conquête de l’air par l’image, Paris, Librairie des Annales.
    Est (...)
  • 14 J. Verne, Un voyage en ballon, Musée des familles 1850-1851 (repris ensuite sous le titre Un drame (...)
  • 15 Voir J.Y. Tadié, Le roman d’aventures, P.U.F., 1982, p. 100.
  • 16 Hugo, La Légende des Siècles, Première série 1859.
    Voir Berret, La philosophie de V. Hugo, Paris, P (...)

13Un exemple significatif doit être retenu pour notre propos : la fortune extraordinaire de la célèbre estampe dite « de Robertson » ou « de Pithou », née avec l’invention des ballons et répandue partout au XIXe siècle13. Elle est longuement décrite par J. Verne dans Un voyage en ballon14 sous le signe, certes, de la folie mais avec le plaisir non déguisé d’évoquer la « maison mobile », un de ses rêves les plus chers15 alliant les risques de l’aventure dans l’espace et la sécurité du monde familier emporté avec soi. Ce « ballon-monstre », cette machine mythique, qu’on trouve sous d’innombrables variantes dans les « canards » et les caricatures inspire Hugo dans Plein-Gel16 comme le bonnetier Pétin dans son projet de plateforme volante qui devait, selon le rapport à l’Académie « emporter 2 à 3.000 voyageurs à plus de 800 km. à l’heure vers les mines d’or de la Californie », et tant d’autres paquebots volants, mais en sont-elles si loin la maison-nacelle en rotin, à deux étages, du Géant ou les cabines capitonnées des premiers grands dirigeables ?

— Mort de madame Blanchard, le 16 juillet 1819, dans la rue de Provence, à Paris.

INVENTÉ POUR LE BONHEUR DE L’HUMANITÉ.
(Estampe de Pithou).

14Dans ce dernier chapitre nous ne quitterons plus la fiction. Quelques sondages dans les romans d’aventures à grande diffusion nous ont confirmé la présence importante du ballon (et plus tard de l’avion) comme des machines volantes plus ou moins folles ou prophétiques. Ainsi se trouvent renouvelés par l’attrait de la modernité des schémas habituels, avec aussi quelques possibilités inédites.

  • 17 Voir M. Nathan, Le ciel des fouriéristes, P.U.L., 1981.
  • 18 L. Desnoyers, Histoire fantastique de mon cousin et de son grand voyage au fin fond de la lune – c (...)

15Lors du grand « boom » lunaire des années 1830, déclenché par le célèbre canard « d’Herschel »17 s’écrivent de nombreux voyages dans la lune (pourtant, tous le savent, à l’évidence impossibles en ballon) dont le plus populaire est sans doute celui de Laroutine dans Les Aventures de Robert-Robert. La dérision et le comique enfantin n’y cachent pas entièrement le rêve d’aventure et l’utopie sociale18.

  • 19 E. Poe, Le Canard au ballon, 1844, in Histoires extraordinaires.
    J. Verne, Cinq semaines en ballon,(...)

16Le voyage aérien permet aussi des variations renouvelées sur le thème du périple lointain : c’est bien plus que 20.000 lieues dans les airs que racontent Poe, J. Verne, Assolant, d’Ivoi ou Le Rouge19. Au voyage d’aventures traditionnel, mais plus rapide et avec d’autres sortes de risques (vents, rapaces, foudre...) s’ajoute la nouveauté du vertical qui permet des effets spectaculaires dont le plus exploité est le défilé accéléré des paysages vus d’en haut. Le lecteur explore l’Himalaya et pourra longuement y robinsonner, plonge dans l’intérieur d’un monastère thibétain, survole sans risque de redoutables maelstroms, les neiges mythiques du Pôle Nord, les sources du Nil : le globe rétrécit mais l’espace s’ouvre, espace fécond pour l’aventure...

  • 20 G. Le Rouge, op. cit., t. I, p. 73 sqq., t. II passim.

17C’est l’aventure scientifique aussi, bien dans l’esprit de cette fin du XIXe siècle, et le thème prométhéen de l’homme maître de la machine trouve ici ses plus belles expressions. Dans un grand luxe de détails techniques les engins étonnants de Quaterquem (Capitaine Corcoran), d’Alban Molifer (Princesse des Airs), de Robur ou du Maître du Monde, transfèrent dans les bielles et les hélices les plus anciens fantasmes : l’aventurier moderne est un ingénieur, un inventeur mais il pilote, comme Alban Molifer « un monstrueux oiseau d’argent aux yeux de flamme... un être doué de vie », « l’oiseau-Roc » enfin.20

  • 21 Allain et Souvestre, Les amours d’un prince. Le bouquet tragique, 1912.

18Bien d’autres motifs traditionnels sont ainsi réutilisés et rajeunis : toute-puissance du héros justicier qui s’égale aux divinités célestes, à Vichnou (Corcoran) à Bouddha (Lavarède) et dont le ballon ou l’aéroscaphe est instrument de domination ou, plus original, de libération coloniale (Corcoran), enlèvements ou fuites dans des situations désespérées où se redouble le « suspense » ! Ainsi aux 22ème et 23ème volumes de Fantômas, le lecteur verra-t-il encore Vladimir poursuivi par Juve et Fandor s’échapper en ballon lors d’une fête consacrée à Pilâtre du Rozier, avec une dramatique poursuite au-dessus de la Manche21. Mentionnons encore le dévouement inouï du fidèle serviteur qui se jette en dehors de la nacelle pour l’alléger, l’horrible mort du méchant précipité du haut d’icelle et bien sûr l’apothéose finale et le « happy end » pour les amoureux, qui flottent vers l’avenir accoudés aux « balcons du ciel ».

19Il faut noter enfin les nombreuses parodies, à l’intérieur même de ces romans (d’Ivoi, Allain) ou, par exemple, dans les aventures des Fenouillard, de Cosinus s’envolant avec le chien Sphéroïde : plus, peut-être, que les gros tirages, elles attestent et garantissent la fortune populaire de ces thèmes aériens.

20En conclusion de ce rapide survol : on voit combien « l’air » a revivifié les ingrédients indispensables au récit d’aventure, et fourni les conditions du succès : évasion à la double puissance, horizontale et verticale, réalisation du rêve de vol, si profondément inscrit en chacun de nous, situations fortes, héros indubitables, pouvoir de dominer le monde, au propre comme au figuré, et de se jouer de toutes les pesanteurs, alliance du risque absolu, mortel, et du refuge fœtal de la maison-nacelle... Au rythme des progrès techniques, le thème s’est constamment ré-actualisé, porté par le spectacle, l’estampe, sans jamais abandonner les pouvoirs de l’imaginaire. Les toiles du Douanier Rousseau, les romans de Bernède, les premiers Pieds Nickelés engagent à poursuivre dans le XXe siècle : l’espace ouvert par l’avion ou la fusée y sera plus vaste encore, mais non moins porteur d’aventure et de rêves...

Notes

1 Nous renoncerons désormais ici, malgré les incertitudes, à menotter ce mot (comme d’ailleurs celui d’aventuré) des guillemets de rigueur ! Que le lecteur lui donne son sens le plus large, celui de littérature diffusée dans le plus vaste public possible pour une époque donnée...

2 Cité par J. Sgard, L’homme volant de Rétif, in Le voyage aérien, recueil collectif de l’Université de Grenoble III, Recherches et travaux no 24, 1983.

3 Vers sur les ballons par un agriculteur de cette province - Affiches du Dauphiné - 1785. Voir M. Gilot, Les premiers pas des ballons, in Le voyage aérien, op. cit.,

4 Elle le restera jusqu’au début du XXe siècle. Voir les péripéties vécues par Courtial des Péreires et le narrateur dans Mort à crédit.

5 Voir les souvenirs d’enfance de Nadar, Mémoires du Géant - A terre et en l’air, Paris, Dentu, 1864.

6 Maupassant, En l’air, 1887 et De Paris à Heyst, Chroniques III, V.G.E. 10/18. Vallès, Notes de voyage : Trois heures en ballon, 1867, in O.C., Gallimard.

7 Nerval, Les successeurs d’Icare, O.C., Gallimard.

8 Voir La Nature (fondée par Tissandier) à partir de 1873 et Histoire de mes ascensions, 1868-1886, Paris Dreyfus, 1887 (7ème édition).

9 Flammarion, Voyages en ballon, 1880. « Collection des auteurs célèbres, à 60 centimes, pour mettre entre toutes les mains »...

10 Nadar, Mémoires du Géant, op. cit.,

11 O. Uzanne, La locomotion future in Le Monde moderne, janvier 1895.

12 W. de Fonvielle, Histoire de la navigation aérienne, Bibliothèque des écoles et des familles, Hachette, 1907, chap. l’aérostation militaire. Et Robida, Le Vingtième Siècle, Librairie illustrée, 1883.

13 Voir Grand-Carteret et Delteil, La conquête de l’air par l’image, Paris, Librairie des Annales.
Estampes « au ballon », Cat. exp. Louvre 1976.

14 J. Verne, Un voyage en ballon, Musée des familles 1850-1851 (repris ensuite sous le titre Un drame dans les airs).

15 Voir J.Y. Tadié, Le roman d’aventures, P.U.F., 1982, p. 100.

16 Hugo, La Légende des Siècles, Première série 1859.
Voir Berret, La philosophie de V. Hugo, Paris, Paulin, 1910.

17 Voir M. Nathan, Le ciel des fouriéristes, P.U.L., 1981.

18 L. Desnoyers, Histoire fantastique de mon cousin et de son grand voyage au fin fond de la lune – chap. 14 des Aventures de Robert-Robert, Journal des enfants 1835-36, parution en vol. (avec l’utopie finale) en 1840.

19 E. Poe, Le Canard au ballon, 1844, in Histoires extraordinaires.
J. Verne, Cinq semaines en ballon, 1862. Maître du monde, 1904.
A.B. Assolant, Aventures du Capitaine Corcoran, 1867.
P. d’Ivoi et Chabrillat, Les cinq sous de Lavarède, 1893.
G. Le Rouge, La Princesse des Airs, 1902, U.G.E. 10/18, 1976.

20 G. Le Rouge, op. cit., t. I, p. 73 sqq., t. II passim.

21 Allain et Souvestre, Les amours d’un prince. Le bouquet tragique, 1912.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1190/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende — Mort de madame Blanchard, le 16 juillet 1819, dans la rue de Provence, à Paris.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1190/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende INVENTÉ POUR LE BONHEUR DE L’HUMANITÉ.(Estampe de Pithou).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1190/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

Auteur

Université Grenoble III

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site