Desktop versionMobile version

Écrire son temps

 | 
Damien Zanone

Introduction

Full text

« De ce lieu et de ce jour, date une nouvelle époque dans l’histoire du monde, et vous pourrez dire : J’y étais. »
Gœthe, Campagne de France (à propos de la bataille de Valmy)

« Je tombais avec Napoléon en avril 1814. »
Stendhal, Vie de Henry Brulard

1Entre l’histoire et la littérature, la prose des Mémoires occupe une position deux fois marginale : cette situation a certainement desservi ces écrits au regard de la recherche critique. La spécialisation progressive de la notion de littérature depuis la fin du xviiie siècle, en repliant peu à peu le sémantisme du terme vers un contenu esthétique, y est pour beaucoup. La situation antérieure, où l’histoire était reconnue comme un genre littéraire éminent, a vécu, puisque désormais, et malgré les derniers efforts de Madame de Staël dans De la littérature, on ne définit plus essentiellement la littérature par les « lumières » qu’elle transmet. D’un commun accord, vers le milieu du xixe siècle (avec les positivistes), historiens et écrivains séparent leur destin en opposant la science et l’art comme des valeurs antinomiques. De cette configuration nouvelle, les Mémoires sont les principales victimes : comment les recevoir désormais ? Écartelés entre deux pôles de référence qui ne veulent plus rien partager (l’histoire et la littérature), ils sont également rejetés par chacun d’eux en raison de leur trop grande proximité avec l’autre camp. Cette difficulté à les stabiliser comme objet d’étude explique que la recherche littéraire et historique du xxe siècle a plutôt négligé de rendre compte de l’ampleur d’un phénomène éditorial propre au siècle précédent : la publication d’un nombre vertigineux de « Mémoires historiques », tels que les appelaient les contemporains.

  • 1 C’est le cas de Jean Tulard, comme historien de l’« événement » napoléonien, ou de Pierre Nora, co (...)

2Pour les historiens, ces ouvrages ont perdu la dignité de source qu’ils revendiquaient pourtant : ils ont même certainement contribué, par le discrédit qu’ils se sont très vite acquis auprès des « esprits sérieux », à pousser l’historiographie à s’éloigner avec défiance de la littérature, de plus en plus définie comme une écriture insoucieuse du vrai. Dans une large mesure, la recherche historique a construit dès lors sa légitimité scientifique en l’appréciant à l’aune de la distance prise par rapport à la littérature. Les Mémoires esquivaient mal le reproche de s’être laissé gagner par des influences venues de la narration romanesque, et le discours historique a trouvé beaucoup d’autres types de documents où s’alimenter en « inventant » l’archive (mérite que, au demeurant, on n’attribue pas aux positivistes mais à Michelet) ; dans le même temps, les historiens ont élargi leur horizon de recherche bien au delà de l’histoire politique à laquelle ils se limitaient traditionnellement. L’intérêt pour les Mémoires en a été inévitablement dévalué : il est significatif que les historiens qui continuent à les priser aujourd’hui sont ceux qui maintiennent les événements politiques nationaux ou leurs représentations au centre de leur recherche1.

  • 2 C’est justement l’exemple des Mémoires, avec celui des lettres et des journaux intimes, que prend (...)

3Inversement, la recherche littéraire renvoie volontiers les Mémoires en dehors de son champ de compétence dans la mesure même où ceux-ci se prétendent historiques. Les manuels d’histoire littéraire, par exemple, inscrivent généralement leur évocation de La Comédie humaine dans le cadre d’une réflexion sur l’évolution du roman : mais ils n’estiment pas la même contextualisation nécessaire pour les Mémoires d’outre-tombe. Ce n’est pas seulement parce que le tout-venant des Mémoires publiés dans les mêmes années est jugé beaucoup plus faible esthétiquement : c’est surtout parce que le genre dont ils relèvent ne les fait pas – plus – accéder, par lui-même, à la dignité littéraire. Parmi une production abondante étalée sur plusieurs siècles, les quelques titres de Mémoires que la littérature admet de plein droit dans ses catégories (au premier rang desquels, les textes de Retz, de Saint-Simon, de Chateaubriand) n’ont pas obtenu ce privilège a priori, en tant que Mémoires. C’est l’écriture de ces auteurs singuliers qui a retenu l’attention : dire qu’ils ont donné les chefs-d’œuvre du genre ou des exceptions à celui-ci revient un peu au même. La situation n’est donc pas identique, par exemple, à celle du roman : l’histoire littéraire n’exige pas forcément des œuvres de ce genre qu’elles s’imposent par leur qualité pour les intégrer dans son enquête ; la recherche en la matière s’emploie volontiers à exhumer des titres oubliés pour évaluer leur intérêt dans la compréhension de l’évolution d’un modèle d’écriture. Concernant les Mémoires, en revanche, la reconnaissance de la littérarité – telle que le xxe siècle la conçoit – n’est pas accordée au genre dans sa totalité, mais à telle ou telle réalisation singulière2. La définition récente d’un dictionnaire érudit comme le Trésor de la langue française prend acte de cette incertitude de la réception : « relation, parfois œuvre littéraire, que fait une personne à partir d’événements historiques ou privés auxquels elle a participé ou dont elle a été le témoin. »

4« Parfois œuvre littéraire » : dans une large mesure, c’est la compréhension de ce « parfois » qui fonde l’intention du présent ouvrage. Bien que l’antagonisme entre l’histoire et la littérature se soit en grande partie figé, puisque même les lexicographes l’entérinent, nous n’éprouvons pas que le choix de nous intéresser aux Mémoires place notre discours critique en porte-à-faux. Le xxe siècle s’est achevé et nous n’avons pas à proroger indéfiniment les catégories épistémologiques du siècle qui l’a précédé : maintenir la recherche littéraire dans les voies d’une poétique qui sélectionne a priori ses objets reviendrait à ne pas quitter la rigidité du positivisme et de ses spécialisations. Comme objet d’étude, les Mémoires de la période pré-positiviste ont la qualité de ne pouvoir être pensés qu’à l’intersection de démarches qui ont pris l’habitude de s’exclure. Leurs auteurs ne connaissaient pas encore, sous la forme d’un savoir fixé par la doxa, le clivage entre l’histoire et la littérature comme une nécessité de la pensée aussi salubre que la séparation du bon grain de l’ivraie : en toute confiance, ils lançaient leurs textes sur un terrain qui, de leur point de vue, était légitime. Pour nous lecteurs, les Mémoires ont le mérite de constituer, à la rencontre des deux domaines de l’histoire et de la littérature, un espace commun d’échanges : on y mesure l’ampleur des enjeux partagés, on y identifie les lignes d’opposition.

Définition : que désigne-t-on comme « mémoires » ?

  • 3 Selon Marc Fumaroli, cette majuscule tendait principalement, à l’origine, à faire valoir le presti (...)

5Nous entendons par « Mémoires » ce que les contemporains spécifiaient généralement comme « Mémoires historiques » et qu’ils notaient le plus souvent – mais pas toujours – avec une majuscule. Cette dernière a une valeur diacritique qui permet de reconnaître immédiatement dans quelle acception le terme est employé et c’est pourquoi nous l’utiliserons : la norme en avait été conseillée dès la fin du XVIIe siècle par Furetière qui répartissait avec précision les emplois du substantif masculin « mémoire ». Au singulier, « écrit sommaire qu’on donne à quelqu’un pour le faire se souvenir de quelque chose » ; au pluriel, « rapports écrits sur des points précis, qui étayent solidement l’œuvre ou l’acte qu’ils préparent, mais qui sont destinés à disparaître derrière l’œuvre ou l’acte » ; au pluriel et avec majuscule : « se dit des Livres d’Historiens, écrits par ceux qui ont eu part aux affaires ou qui en ont été témoins oculaires, ou qui contiennent leur vie ou leurs principales actions3. » Les « Mémoires » sont ainsi directement rattachés à l’écriture historique et la question de l’énonciation est seconde : le terme peut s’entendre au sens de biographie. Cette dernière acception survit encore au début du xixe siècle, mais perd du terrain : la spécialisation du terme veut que les Mémoires de tel personnage soient écrits par lui-même. La présence du « je » est nécessaire, mais cela ne veut pas dire que le « moi » y soit le bienvenu : on attend de l’auteur-narrateur qu’il s’affirme comme sujet de la narration, mais il lui faut des mérites particuliers pour se faire accepter comme son objet, parce la finalité principale du récit doit rester l’histoire politique du pays.

6Établi après la grande vague de Mémoires que nous allons étudier, l’état des lieux lexicologique dressé en 1874 par Pierre Larousse dans le Grand Dictionnaire universel du xixe siècle est à la fois éloquent et précis :

  • 4 P. Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, Genève-Paris, Slatkine-Reprints, 1982 [P (...)

On donne le nom de mémoires à des publications de genres très différents et qu’il est cependant possible de ramener à deux classes : les mémoires où l’on disserte et les mémoires où l’on raconte. À la première classe appartiennent : les mémoires diplomatiques, instructions remises à des ambassadeurs ou à des plénipotientiaires, en vue d’exposer une situation politique, de poser les bases d’un arrangement, etc. ; les mémoires judiciaires, plaidoyers écrits dans lesquels s’exposent et se discutent les faits d’une cause. […] Les dissertations sur des points d’érudition, qu’il s’agisse de littérature, de science ou d’art, portent aussi fréquemment le nom de mémoires ; elles se rattachent à la première classe. […]
La seconde classe se compose de mémoires historiques et de mémoires biographiques. Elle est extrêmement riche, chez nous surtout4.

7Le « nous » au nom duquel écrit l’auteur est national, conformément au discours critique en vigueur à son époque. Larousse ne retient pas la distinction graphique proposée par Furetière, mais maintient et affine l’opposition sémantique entre deux types d’écriture, argumentative et narrative (« où l’on disserte »/« où l’on raconte »). Pour la « seconde classe », la possibilité que la narration s’occupe d’autre chose que de l’histoire est envisagée ; mais, de manière révélatrice, la définition de Larousse se brouille nettement sur ce point. Sa caractérisation des « mémoires où l’on raconte » se fait moins analytique et plus descriptive, puisqu’il procéde surtout à une énumération de titres. Au vu des exemples donnés, le lecteur doit comprendre de lui-même que la différence entre « mémoires historiques » et « mémoires biographiques » se fait en termes de contenu, selon que le narrateur y parle de l’histoire de son pays ou de la sienne propre. Cette deuxième acception est assez nouvelle pour le mot : Larousse semble vouloir donner au terme « mémoires » de quoi rendre inutile l’importation du mot anglais « autobiographie » qu’il a admis à reculons, en 1866, au premier tome de son Grand Dictionnaire. Pour faire le départ entre les deux types de « mémoires où l’on raconte », le seul élément d’analyse que donne la définition de Larousse se fait par l’évocation des textes de la première moitié du xixe siècle, qui opèrent la transition d’un modèle à l’autre :

  • 5 Ibid., p. 3. On peut repérer un élément supplémentaire qui manifeste le dédain de Larousse dans l’ (...)

Le caractère historique des longues séries de mémoires que nous venons d’énumérer est d’autant plus accusé qu’on remonte plus haut. En se rapprochant de l’époque contemporaine, ils prennent le plus souvent la forme de simples souvenirs individuels et biographiques. Même dans les Mémoires de Marmont, du duc de Rovigo, du roi Jérôme, les événements ne servent véritablement que de cadres aux personnages qu’il leur a été donné de faire valoir. Cette présomption assez outrecuidante se retrouve à un plus haut degré encore, et mêlée à des bavardages de femmes, dans les Mémoires de Mme de Genlis (1825, 8 vol.) et dans ceux de la duchesse d’Abrantès (1836, 6 vol.), qui n’ont presque plus rien d’historique et ne sont, dans leurs parties sérieuses, que des compilations5.

8En ne tenant pas compte, pour l’instant, de la lourde axiologie qui gouverne cet extrait, on y relève surtout un élément significatif : les Mémoires auraient perdu leur qualité historique au moment même où leurs auteurs se sont ouvertement donné pour ambition de la satisfaire, au point d’imposer l’appellation de « Mémoires historiques » pour qualifier génériquement leurs écrits.

Sélection : de quels Mémoires parlerons-nous ?

9La partie analytique de la définition de Larousse permet de préciser le contour des Mémoires qui feront l’objet de notre étude. De quels textes parlerons-nous ? Ce seront des « mémoires » de la catégorie narrative et à contenu historique ; cela implique des narrations directement énoncées à la première personne du singulier et assurant de manière continue le récit d’une existence – et non d’un seul événement ou de quelques années seulement –, orienté par une volonté de représentation historique publique.

10Ce choix, nécessaire à la délimitation d’un champ cohérent d’investigation, amène à laisser de côté beaucoup de titres, parmi lesquels certains sont restés célèbres (le Mémorial de Sainte-Hélène de Las Cases, Dix années d’exil de Germaine de Staël, Vie de Henry Brulard et Souvenirs d’égotisme de Stendhal).

  • 6 Mémoires et correspondance de l’Impératrice Joséphine, Paris, Plancher, 1820. La confection de cet (...)
  • 7 G. de La Fayette, Mémoires, correspondance et manuscrits du général La Fayette, publiés par sa fam (...)
  • 8 J. -B. Salgues, Mémoires pour servir à l’histoire de France, sous le gouvernement de Napoléon Buon (...)
  • 9 La différenciation des deux textes de Stendhal par des titres distincts est due au travail des édi (...)
  • 10 E. de Las Cases, Mémorial de Saint-Hélène, ou Journal où se trouve consigné, jour par jour, ce qu’ (...)

11Les « mémoires où l’on disserte », que la langue critique actuelle qualifierait plutôt d’essais, se trouvent mis à l’écart, même il s’en trouve qui portent sur une matière biographique : les ouvrages d’historiens ou d’amis qui rassemblent des documents sur un grand personnage. Ce dernier, dans ce cas, n’est pas maître d’œuvre du livre et se trouve énoncé à la troisième personne, sauf par citation de lettres et de propos rapportés. Ainsi, les Mémoires et correspondance de l’Impératrice Joséphine sont, dans les faits, une correspondance de Joséphine6 ; les Mémoires, correspondance et manuscrits du général La Fayette, publiés par sa famille rassemblent différents types d’écriture personnelle (fragments de Mémoires proprement dits, lettres, discours, notes de lecture) mis en ordre chronologique par les éditeurs7. Le principal bénéficiaire de ce type de traitement est, bien sûr, Napoléon : des biographies ou des compilations de documents concernant l’empereur déchu paraissent indifféremment sous le titre de « Mémoires de Napoléon » ou de « Mémoires sur Napoléon ». Dès 1814, par exemple, commence à paraître une histoire de l’Empire (très hostile) qui prend pour titre : Mémoires pour servir à l’histoire de France, sous le gouvernement de Napoléon Buonaparte de Jean-Barthélémy Salgues8. Les plus connus d’entre ces textes sont ceux, nés du parti-pris opposé d’exaltation, de Stendhal (parus à la fin du xixe siècle et généralement connus sous les titres de Vie de Napoléon et Mémoires de Napoléon9) et surtout le Mémorial de Sainte-Hélène, de 182310. La notoriété du livre de Las Cases a éclipsé les autres recueils de propos pieusement retranscrits de la bouche du grand exilé : en particulier par les généraux Gourgaud et Montholon dans les Mémoires pour servir à l’histoire de France sous Napoléon de 1822, réédités en 1830 comme Mémoires de Napoléon. L’originalité du Mémorial de Sainte-Hélène est d’enchâsser les propos de Napoléon dans une narration continue qu’assume ouvertement Las Cases : le livre est un récit plutôt qu’une compilation. Pour signaler le caractère d’exception du personnage qu’il traite, l’auteur lui donne le titre unique de « Mémorial » plutôt que celui de « Mémoires » : il tire ainsi son ouvrage vers un autre modèle littéraire, celui du « tombeau ».

12D’autre part, nous écartons aussi de notre champ d’investigation certains récits de vie effectivement narrés à la première personne mais qui ne sont que très partiellement rétrospectifs ou qui ne s’articulent pas sur l’histoire publique. Les passionnants Dix années d’exil de Germaine de Staël étaient peut-être destinés à devenir un maillon important de Mémoires mais, dans l’état dans lequel l’auteur les a laissés, ils sont strictement bornés chronologiquement à deux époques précises de sa vie. Par ailleurs, les textes dus à des particuliers obscurs, souvent publiés à compte d’auteur, ne nous intéressent pas dans la mesure où ils ne prétendent pas inscrire le récit de leur vie dans une représentation de l’histoire publique de l’État. Les « Mémoires historiques » se voient imposer, en la matière, d’apporter un contenu important sur le plan du savoir : les auteurs très peu connus dont nous parlerons répondent à cette exigence. Il faut ajouter, en outre, que le mode discret de publication des écrits privés les disqualifie largement pour notre recherche puisqu’il les a empêchés d’entrer comme des voix audibles dans le discours public national.

13Cette dernière raison explique aussi que nous ayons renoncé à considérer les Mémoires qui n’appartiennent à notre période d’étude que par la date de leur rédaction, mais dont la publication fut reléguée plus tard : à la fin du xixe siècle souvent, voire au xxe siècle. Ainsi, les Mémoires de Marie d’Agoult, publiés en 1877, et ceux, célèbres, de la comtesse de Boigne (1907) : de réception très décalée, ils ne participent pas aux discours de leur époque sur l’histoire contemporaine ou sur le genre des Mémoires.

  • 11 Stendhal, Vie de Henry Brulard, Paris, Gallimard, « Folio », [1890] 1973, p. 35. Quant au titre de (...)

14Les écrits autobiographiques de Stendhal, enfin, accumulent différents traits discriminants qui nous ont empêché de les considérer autrement que comme un contrepoint pour entendre un discours délibérément arraché à son époque : publiés plus tard, ils sont aussi plus soucieux d’une recherche de soi que d’une représentation de l’histoire politique récente. On sait que la Vie de Henry Brulard se veut écrite, au mieux, pour le lecteur de 1880 : elle ne paraît qu’en 1890 ; les Souvenirs d’égotisme attendent 1893. Fin connaisseur des textes dont nous parlerons, Stendhal pourra nous aider à les lire ; il connaît le modèle d’écriture des mémorialistes et sait le parodier de manière lapidaire : « je tombais avec Napoléon en avril 181411. »

De 1815 à 1848 : « le grand moment des Mémoires »

15Reste une dernière question, déterminante : pourquoi les Mémoires publiés entre 1815 et 1848 ? Le seul énoncé de ces deux dates met sur la voie d’une cohérence politique : trente-trois années de monarchie parlementaire en France. Mais en fait, la pertinence concerne directement le genre des Mémoires qui, entre ces deux dates, connaît les étapes obligées de la grandeur et de la décadence. Durant ces trente-trois années, quelque six cents titres de Mémoires paraissent, dont à peu près quatre cent cinquante inédits consacrés à l’époque récente (les autres étant des rééditions de Mémoires des siècles antérieurs).

  • 12 P. Nora, « Les Mémoires d’État : de Commynes à de Gaulle », Les Lieux de mémoire. La Nation II, Pa (...)
  • 13 P. Nora, « Les Mémoires d’État », art. cité, p. 360.

16Dans la première moitié du xixe siècle, dans ce moment où les histoires littéraires identifient la poussée concurrente d’un « culte du moi » et d’un « culte de l’histoire » dont le romantisme français ferait la synthèse originale, le genre des Mémoires se trouve occuper une position charnière : en ce sens, ils émettent un discours qu’il est essentiel d’entendre pour comprendre cette époque. En historien, Pierre Nora juge cette période décisive pour l’évolution de ce qu’il nomme les « Mémoires d’État » : c’est « le grand moment des Mémoires »12. Il l’explique en une formule au condensé frappant : « ce moment de politique vide est un moment de mémoire plein13. » Et précise aussitôt : « tout se conjuguait pour faire de la Restauration une fête et un drame de la mémoire. La triste cour de Louis XVIII comme celle, caricaturale, de Charles X, avaient rendu plaisantes à lire les descriptions de l’ancienne Cour, l’humiliation nationale de 1815 avait valorisé les récits des gloires anciennes et récentes de la France. » Il est certain que, dans l’impression de retombée politique ressentie par beaucoup après Waterloo, la mémoire se trouve sollicitée comme une catégorie essentielle de l’entendement politique. C’est très vite devenu un lieu commun du discours des années 1820 et 1830 sur l’époque contemporaine : le passé récent et trépidant de la Révolution et de l’Empire demande à ce que l’on revienne sur lui, dans un effort de compréhension et d’assimilation. On semble soudain pris de stupeur à considérer la densité des événements qui ont saturé les vingt-six années qui précèdent 1815. Certains se disent étouffés d’un trop-plein de souvenirs à expulser enfin par les mots ; d’autres se montrent tourmentés par une curiosité avide, après tant d’années passées à assister à des prodiges sans en tenir la trame secrète. La rencontre de ces désirs va occasionner en librairie, pour les Mémoires, ce qui sera ressenti tour à tour comme « une fièvre », « une mode », « une vogue peu commune », « une manie »…

  • 14 F.-R. de Chateaubriand, Études ou Discours historiques, Œuvres complètes, Paris, Ladvocat, 1831, 2 (...)
  • 15 J. W. von Gœthe, Campagne de France, trad. de l’allemand par J. Porchat, Paris, Hachette, [1822] 1 (...)
  • 16 Ibid., p. 63.
  • 17 Dans la fable « Les deux pigeons », l’un des volatiles promet à son frère qu’il s’apprête à quitte (...)

17« Tout prend aujourd’hui la forme de l’histoire, polémique, théâtre, roman, poésie », écrivait Chateaubriand en 1831, dans ses Études historiques14. À sa liste, il aurait pu ajouter la mémoire : elle aussi prend, pendant les années de la Restauration, la forme de l’histoire ; dans leur principe même, les Mémoires y deviennent « Mémoires historiques ». L’abondance de ces textes et la prolixité de chacun d’eux rendent perceptibles une sorte de pulsion narrative à laquelle chacun est enclin à céder, après la longue tension de l’événement compact et dramatique de vingt-cinq ans qui a pris nom : « la Révolution et l’Empire ». Si l’histoire devient brutalement, dans le champ du savoir, le mode de pensée dominant, c’est sans doute parce que la mémoire s’impose aux contemporains comme le mode de présence au monde le plus fort : dans ce rôle, elle a succédé à l’action. L’histoire publique et la mémoire individuelle sont désormais entrées dans une consonance étroite dont rend compte avec éloquence la fameuse phrase de Gœthe dans la Campagne de France, en 1822. Témoin de la bataille de Valmy, il aurait, au soir de cette journée, déclaré aux compagnons qui lui demandaient son sentiment : « de ce lieu et de ce jour, date une nouvelle époque dans l’histoire du monde, et vous pourrez dire : J’y étais15. » Le matin même, pendant l’événement et selon la reconstitution qu’il en fait, le sentiment de l’histoire avait déjà pénétré sa chair comme une sensation impérieuse (« cependant je pus observer qu’il se passait en moi quelque chose d’extraordinaire »16). La mémoire historique lie intimement l’observation du monde et l’observation de soi : elle dit la rencontre des deux. « J’y étais » est l’expression archétypale qui fonde cette démarche : les mémorialistes ne s’y trompent d’ailleurs pas, qui font de leur écriture une longue variation autour de ce thème. On se recommande, au besoin, d’un pigeon de La Fontaine17

  • 18 La notion est empruntée au vocabulaire sociocritique, à celui de M. Angenot en particulier : « tou (...)

18Que ce soit dans le champ de la production éditoriale, de la conscience historique ou de la prose narrative, les Mémoires occupent, autour de 1830, une position à ce point centrale qu’on sera amené à entendre leur discours, dans la suite de cette étude, comme une contribution marquante au « discours social » de cette époque18. En passer par eux est essentiel pour comprendre les discours qui travaillent cette époque et les mises en forme qu’ils adoptent. En retour, qui veut comprendre les principes, tensions et ambiguïtés de l’écriture de la mémoire historique doit analyser les écrits de cette période. Dans la première moitié du xixe siècle, la forme d’écriture ancienne, héritée des siècles antérieurs, se trouve remotivée comme une nécessité du moment : étudier les Mémoires publiés dans ces années, c’est choisir une voie d’accès très sûre pour revisiter cette période ; c’est surtout se donner les moyens d’apprécier, en soi, la forme d’écriture qui est la leur.

Programme de cette étude

19Dans une approche d’histoire littéraire et d’histoire du livre, nous décrirons le phénomène qui fait des Mémoires un objet privilégié de l’édition des années 1820 et 1830 : en précisant la nature de l’intérêt en leur faveur, les modes de production et de diffusion qu’il a suscités, en décrivant ses moments forts (chapitre 1). En termes de poétique générale, nous réfléchirons ensuite à la possibilité de caractériser les Mémoires comme un genre littéraire (chapitre 2), en les confrontant successivement à différents autres modèles d’écriture qui leur sont proches : l’autobiographie (chapitre 3), l’histoire savante (chapitres 4 et 5) et le roman (chapitres 6 et 7). Allant de l’un à l’autre de ces voisinages, nous progresserons selon un ordre qui révélera le paradoxe : partant du genre qui a priori est le plus proche, et qui en fait l’est le moins, pour aller vers celui qui se révèle si voisin qu’il finit par assimiler les Mémoires.

20Si la réflexion autour de la notion de genre nous situe de facto dans une problématique poétique, celle-ci n’aura pas pour but d’isoler des formes archétypales qui décriraient abstraitement les Mémoires de tous les temps. L’intelligibilité des Mémoires, en effet, ne se laisse pas encadrer par le jeu des formes : ces dernières sont héritées en partie, mais fortement remodelées pour servir un discours propre, en l’occurrence, aux années 1820 et 1830. C’est dans cette idée que nous chercherons à comprendre le caractère propice de la rencontre entre une forme d’expression écrite ancienne et les préoccupations de l’époque en question : les textes des Mémoires apparaissent comme le lieu significatif où s’est exprimé ce temps – c’est-à-dire où l’on a écrit ce temps.

  • 19 Il n’est certes pas question d’en revenir au prisme historien qui, au xixe siècle, a pu les soumet (...)

21On lira aussi, si l’on veut, cette enquête à partir d’entrées plus pointues : par exemple, comme un accompagnement du sort posthume de la figure de Napoléon, qui devient la matière narrative privilégiée d’un demi-siècle ; ou encore, comme une illustration de la cassure que constitue Juillet 1830 dans l’évolution des représentations et des formes d’expressions qui leur sont liées. Ajoutons enfin que les pages qui suivent sont également lisibles comme un recueil d’études monographiques sur tels et tels Mémoires : puisque ceux qui nous serviront d’exemples récurrents seront peu à peu analysés avec détail. Dans cette perspective, ce sera renouveler la lecture des Mémoires d’outre-tombe que de les penser dans ce contexte d’où la postérité les a arrachés : pour les comprendre en tant qu’ils sont, aussi, parmi des centaines d’autres, des Mémoires d’ancien ministre et ambassadeur de la première moitié du xixe siècle et pour réfléchir, dans ce cadre, aux raisons de leur exception littéraire19.

Présentation du corpus d’étude

22La quantité de Mémoires publiés entre 1815 et 1848 rend impossible au discours qui veut les explorer de les convoquer tous. Pour tenir l’ambition de caractériser cette pratique d’écriture dans son ensemble (comme phénomène éditorial, comme modèle formel et comme mode de pensée), il faut désigner un corpus d’étude plus restreint qui fournira la matière textuelle de référence.

23Cette dernière s’est finalement trouvée répartie en deux niveaux hiérarchiques : une trentaine de textes sont mobilisés dans notre discours, mais onze le sont plus particulièrement et constamment. Prétendre qu’un discours fondé sur onze textes et tenu sur une trentaine, n’est pas faux à l’égard de plus de quatre cents autres suppose de croire en la viabilité d’un principe de représentativité. C’est pourquoi nous devons rendre des comptes à propos de l’élection que nous avons faite du corpus restreint que voici (présenté par ordre chronologique de publication) :

  • J. Fouché, Mémoires de Joseph Fouché, duc d’Otrante, Paris, Le Rouge, 1824, 2 vol. in-8° ;
  • B. de Fonvielle, Mémoires historiques de M. le chevalier de Fonvielle, de Toulouse, de l’ordre de l’éperon d’or, secrétaire perpétuel de l’Académie des Ignorants, Paris, Ponthieu, 1824, 4 vol. in-8° ;
  • Mme de Genlis, Mémoires inédits de Madame la comtesse de Genlis sur le xviiie siècle et la Révolution française, Paris, Ladvocat, 1825, 10 vol. in-8° ;
  • Mme de Campestre, Mémoires de Madame de Campestre, Paris, chez l’éditeur M. Anténor de Campestre, ex-lieutenant d’infanterie, et chez les marchands de nouveautés, 1827, 2 vol. in-8° ;
  • Mémoires d’une Contemporaine, ou Souvenirs d’une femme sur les principaux personnages de la République, du Consulat, de l’Empire, etc., Paris, Ladvocat, 1827-1828, 8 vol. in-8° ;
  • L. Fauche-Borel, Mémoires de Fauche-Borel, dans lesquels on trouvera des détails et des éclaircissements sur les principaux événements de la Révolution, Paris, Moutardier, 1829, 4 vol. in-8° ;
  • L.-A. de Bourrienne, Mémoires de M. de Bourrienne sur Napoléon, le Directoire, le Consulat, l’Empire et la Restauration, Paris, Ladvocat, 1829, 10 vol. in-8° ;
  • Mémoires d’une femme de qualité sur Louis XVIII, sa cour et son règne, Paris, Mame et Delaunay-Vallée, 1829-1830, 6 vol. in-8° ; Mémoires et souvenirs d’une femme de qualité sur le Consulat et l’Empire, Paris, Mame et Delaunay-Vallée, 1830, 4 vol. in-8°20 ;
  • Mémoires et souvenirs d’un pair de France, ex-membre du Sénat conservateur, Paris, Tenon, 1829-1830, 4 vol. in-8° ;
  • L. d’Abrantès, Mémoires de Mmela duchesse d’Abrantès, ou Souvenirs historiques sur Napoléon, la Révolution, le Directoire, le Consulat, l’Empire et la Restauration, Paris, Ladvocat puis L. Mame, 1831-1835, 18 vol. in-8° ;
  • F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, en feuilleton dans La Presse, 1848-1850 ; Paris, E. et V. Penaud frères, 1849-1850, 12 vol. in-8°.

24Que les onze auteurs (ou auteurs supposés) soient autant des hommes que des femmes n’est pas le résultat d’une décision délibérée, mais reflète assez spontanément l’état de la production : il y a beaucoup de femmes mémorialistes (réelles ou supposées, elles se voient attribuer près de la moitié des Mémoires). L’étalement des publications dans la durée de la période est également assez évocateur : la production de Mémoires, nous le verrons, prend progressivement de l’ampleur dans les années 1820 pour devenir intense à la fin de cette décennie, se ralentir peu à peu dans la suivante et chuter après 1840. Quant à l’inclusion de Mémoires apocryphes, elle s’applique pour une proportion conforme à l’ampleur du phénomène de leur production.

25De manière plus précise, deux critères se sont croisés pour respecter l’exigence de représentativité : la notoriété et la typologie.

26La notoriété est plus celle des Mémoires que de leurs auteurs et elle est loin d’être partagée également par les onze textes. Il n’y a que les Mémoires d’outre-tombe pour échapper à l’ancrage de leur époque ; mais les Mémoires de Fouché, de Madame de Genlis, de la « Contemporaine » ou de la duchesse d’Abrantès furent en leur temps très connus et comptent comme des références importantes dans la vie du genre des Mémoires de ces années. Par cette célébrité, ils forcent le discours sur les Mémoires à parler d’eux et, ainsi, à reconnaître leur valeur représentative.

27Le souci de typologie établit une autre sorte de représentativité, construite dans le cadre de cette recherche, par la mise en relation de ces textes entre eux. Nous avons évité de présenter des Mémoires dont les caractéristiques se redoubleraient trop, afin de proposer un éventail de la production : Mémoires de grand ministre (Fouché) ; de ministre ou homme politique de moindre envergure (Chateaubriand, Bourrienne, le « pair de France ») ; de confident de Napoléon (Bourrienne, Abrantès) ; d’écrivain réputé (Genlis, Chateaubriand) ; de dame de la haute société, voire de la cour (Genlis, Abrantès, la « Femme de qualité ») ; de courtisane aventurière (la « Contemporaine », Campestre) ; d’aventurier agent secret (Fauche-Borel, Fonvielle)… Cette mise en contexte veillera à ne pas se figer en lignes réductrices : par exemple, elle ne limitera pas les Mémoires d’outre-tombe au statut de Mémoires d’ancien ministre et d’ex-ambassadeur… Ajoutons que ce souci s’appliquera à chacun des textes du corpus : nous n’entendons pas les ramener constamment à une fonction transitive, en ne les consultant que pour autant qu’ils manifestent des qualités générales, pour ne pas dire génériques. Inévitablement – et c’est heureux –, leur fréquentation les fera connaître pour eux-mêmes et permettra d’apprécier, s’il y a lieu, leurs qualités propres.

Notes

1 C’est le cas de Jean Tulard, comme historien de l’« événement » napoléonien, ou de Pierre Nora, comme historien des représentations collectives françaises.

2 C’est justement l’exemple des Mémoires, avec celui des lettres et des journaux intimes, que prend Iouri Tynianov pour illustrer que le caractère littéraire reconnu à certains genres est variable selon les « systèmes littéraires » où ils sont considérés (« De l’évolution littéraire », Théorie de la littérature. Textes des Formalistes russes, réunis, présentés et traduits par T. Todorov, Paris, Seuil, « Points-Essais », 1965, 2001, p. 127).

3 Selon Marc Fumaroli, cette majuscule tendait principalement, à l’origine, à faire valoir le prestige de ces ouvrages, par déférence vis-à-vis de la position sociale de leurs auteurs : « les humbles mémoires, simples pièces d’archives », ont acquis la dignité de Mémoires « grâce à la qualité de leurs rédacteurs, grâce à la dignité des faits dont ces princes, ducs, maréchaux, chanceliers font le récit », M. Fumaroli, La Diplomatie de l’esprit, Paris, Hermann, « Savoir : Lettres », 1994, p. 187.

4 P. Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, Genève-Paris, Slatkine-Reprints, 1982 [Paris, Administration du Grand Dictionnaire universel, 1866-1879], 17 t. en 34 vol., vol. XI [1874], p. 3.

5 Ibid., p. 3. On peut repérer un élément supplémentaire qui manifeste le dédain de Larousse dans l’indication de référence qu’il donne pour les Mémoires de la duchesse d’Abrantès. Il ne cite pas ceux qu’on dira « véritables », dans la mesure où ils ont acquis une certaine notoriété qui fait qu’on est censé y penser lorsqu’on parle, sans davantage de précisions, de Mémoires de la duchesse d’Abrantès. Ces derniers sont en effet : les Mémoires de Madame la duchesse d’Abrantès, Souvenirs historiques sur Napoléon, la Révolution, le Directoire, le Consulat, l’Empire et la Restauration, Paris, Ladvocat puis L. Mame, 1831-1835, 18 vol. Larousse mentionne un ouvrage qu’elle publia dans la continuité afin de prolonger un succès de librairie : les Mémoires sur la Restauration, ou Souvenirs historiques sur cette époque, la révolution de juillet et les premières années du règne de Louis-Philippe ier, Paris, J. L’Henry, 1835-1836, 6 vol.

6 Mémoires et correspondance de l’Impératrice Joséphine, Paris, Plancher, 1820. La confection de cet ouvrage est généralement attribuée au littérateur Jean-Baptiste Régnault-Warin. Sur la première page de l’exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale, une encre fine et ancienne rapporte que, dans une lettre datée de Munich, le 15 juillet 1820, et adressée aux journalistes de France, le prince Eugène remercie « l’auteur de cet ouvrage de la justice qu’il a rendue à sa mère, en plaçant presque toujours dans les paroles qu’il lui prête ou dans les lettres qu’il lui attribue, des sentiments français dont elle fut toujours animée ; mais il déclare qu’il n’y a pas dans ce livre une seule ligne qui soit de sa main ».

7 G. de La Fayette, Mémoires, correspondance et manuscrits du général La Fayette, publiés par sa famille, Paris, H. Fournier aîné, 1837-1838, 6 vol.

8 J. -B. Salgues, Mémoires pour servir à l’histoire de France, sous le gouvernement de Napoléon Buonaparte, et pendant l’absence de la Maison de Bourbon ; contenant des anecdotes particulières sur les principaux personnages de ce temps, Paris, L. Fayolle, 1814-1826, 9 vol. On notera que le patronyme de Napoléon est orthographié – et censément prononcé – de la manière que faisaient prévaloir les royalistes « ultra » dans les premières années de la Restauration.

9 La différenciation des deux textes de Stendhal par des titres distincts est due au travail des éditeurs. Rédigée en 1818, la Vie de Napoléon ne connaît une première édition, partielle, qu’en 1897 ; les Mémoires sur Napoléon, écrits en 1836, sont publiés en 1876. Voir l’édition conjointe établie par C. Mariette : Stendhal, Napoléon, Paris, Stock, 1998.

10 E. de Las Cases, Mémorial de Saint-Hélène, ou Journal où se trouve consigné, jour par jour, ce qu’a dit et fait Napoléon durant dix-huit mois, Paris, L’auteur, 1823, 8 vol.

11 Stendhal, Vie de Henry Brulard, Paris, Gallimard, « Folio », [1890] 1973, p. 35. Quant au titre de Stendhal qui affiche le terme de « Mémoires », les Mémoires d’un touriste, on sait qu’il annonce plutôt un journal de voyage : l’inscription du « touriste », personnage dégagé de l’obsession historique qui est celle de tous les mémorialistes, se fait dans l’espace de la France plus que dans son temps.

12 P. Nora, « Les Mémoires d’État : de Commynes à de Gaulle », Les Lieux de mémoire. La Nation II, Paris, Gallimard, 1986, p. 355-400, p. 363.

13 P. Nora, « Les Mémoires d’État », art. cité, p. 360.

14 F.-R. de Chateaubriand, Études ou Discours historiques, Œuvres complètes, Paris, Ladvocat, 1831, 28 vol., vol. IV à V ter, « Préface », vol. IV, p. LXXVIII.

15 J. W. von Gœthe, Campagne de France, trad. de l’allemand par J. Porchat, Paris, Hachette, [1822] 1882, p. 64. Nous préférons, pour ce passage, l’ancien état de la traduction de J. Porchat à la version révisée qu’en a récemment donnée J. Le Rider (Gœthe, Écrits autobiographiques. 1789-1815, Paris, Bartillat, 2001, p. 334 : « […] et vous pourrez dire que vous y étiez. »)

16 Ibid., p. 63.

17 Dans la fable « Les deux pigeons », l’un des volatiles promet à son frère qu’il s’apprête à quitter : « Je dirai : “J’étais là ; telle chose m’advint” ;/Vous y croirez être vous-même » (Les Fables, IX, 2). Cette répartie est citée par M. Dumas, dans les Souvenirs du lieutenant général comte Mathieu Dumas de 1770 à 1836 publiés par son fils, Paris, Gosselin, 1839, 3 vol., vol. I, p. 5. Également, de manière plus ironique et pour vanter le genre des Mémoires, dans des « pseudo-Mémoires » : « celui qui parle est acteur lui-même, plus ou moins, et toujours assez pour dire, comme La Fontaine, avec une légère variante : “J’étais là quand telle chose advint” », Mémoires et souvenirs d’un pair de France, ex-membre du Sénat conservateur, Paris, Tenon, 1829, 4 vol., vol. I, p. 9-10.

18 La notion est empruntée au vocabulaire sociocritique, à celui de M. Angenot en particulier : « tout ce qui se dit et s’écrit dans un état de société ; tout ce qui s’imprime, tout ce qui se parle publiquement […]. Tout ce qui narre et argumente […]. La totalité de ce qui s’imprime, de ce qui s’énonce institutionnellement. » (1889 – Un état du discours social, Longueuil, Québec, Éd. du Préambule, « L’Univers des discours », 1989, p. 13.)

19 Il n’est certes pas question d’en revenir au prisme historien qui, au xixe siècle, a pu les soumettre à des rapprochements bien réducteurs, comme ici chez Pierre Larousse : « la période parlementaire de notre histoire est retracée dans les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand (1849-1850, 12 vol.) ; les Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps de M. Guizot (1858-1867, 10 vol.) […] », P. Larousse, Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, op. cit., vol. XI, p. 3.

20 Nous nous permettons de compter ici pour un seul texte ces deux titres de la « femme de qualité », tant l’homogénéité diégétique des deux ouvrages est complète.

© Presses universitaires de Lyon, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search