Desktop versionMobile Version

La Construction des savoirs

 | 
Lise Andries

L'encyclopédisme du xixe siècle

Les encyclopédies inachevées des saint-simoniens

Philippe Régnier

Volltext

  • 1 Voir, ici même, l’article de Pierre Musso.
  • 2 Pour une approche de l’histoire globale du saint-simonisme, voir l’essai d’Antoine Picon, Les Sain (...)

1Il n’est pas surprenant que, trouvant chez Saint-Simon, donc dans leur berceau commun, le projet d’une « nouvelle encyclopédie » à l’usage du xixe siècle1, les divers aspirants à la succession du philosophe s’efforcent eux-mêmes d’en réaliser une, tantôt ensemble, tantôt de façon dispersée, voire concurrente2. Ils y songent dès la fin des années 1820 sous la conduite de Bazard. Puis, au début des années 1830, juste après l’implosion du collectif saint-simonien, Pierre Leroux et Jean Reynaud passent à l’acte avec l’objectif de construire et diffuser leurs propres doctrines. Bien plus tard, parvenus au faîte de leur puissance sous le Second Empire, les frères Pereire et Michel Chevalier, encouragés par Enfantin et secondés par Charles Duveyrier, y voient un moyen de reconstituer un réseau intellectuel, d’en prendre la tête et de terminer leur carrière en signant le siècle de leur empreinte.

2Autant dire que l’ambition néo-encyclopédique fait partie intégrante de l’idéologie saint-simonienne au même titre que l’ambition néo-chrétienne. Bien plus, il se pourrait même, si paradoxale que paraisse une telle corrélation, qu’elle s’en avère indissociable.

3Un autre problème est celui d’expliquer le caractère définitivement et essentiellement inachevé de ces tentatives. Car la récurrence du projet et la répétition de l’échec tendent à indiquer qu’à la différence du modèle, il est vrai, difficilement mené à bien par les philosophes des Lumières, le modèle inabouti des philosophes du socialisme recèle en lui-même les raisons de son échec.

4Or ces raisons sont utiles à sonder, puisqu’il y va non seulement de l’évaluation et de l’interprétation du rôle historique du saint-simonisme, mais aussi et plus largement, des conditions intellectuelles dans lesquelles se sont finalement élaborés les « dictionnaires » du xixe siècle, les Larousse et Littré marqués, eux, par le choix fondamental de l’ordre lexicographique, et dont notre conception laïque du savoir demeure informée dans ses tréfonds.

5C’est par conséquent avec le double objectif d’explorer les antécédents saint-simoniens des grandes entreprises encyclopédiques des républicains et d’éclairer par là même les fondements implicites de ces dernières que l’on va parcourir un corpus de publications et d’archives rarement pris en considération.

Du Producteur (1825-1826) à l’Encyclopédie nouvelle (1832-1847)

  • 3 Le Producteur, t. IV (1826), p. 112 et suiv.

6Lorsque les rédacteurs du Producteur, le premier journal saint-simonien (avant même la mise en circulation de cette appellation), se penchent sur les débuts de l’Encyclopédie progressive financée par un ancien protecteur de leur maître, l’industriel Ternaux, c’est moins par nostalgie de Diderot que pour se démarquer du libéralisme et proposer une conception dogmatique du lien encyclopédique. Ainsi critiquent-ils sans aménité la dissertation inaugurale de Guizot, mais aussi la manière dont à sa suite d’autres étoiles montantes de l’opposition à la Restauration, Thiers, Broussais et Jean-Baptiste Say, traitent de sujets stratégiques comme le système de Law, la théorie physiologique de « l’irritation », la religion et l’économie politique. Dans l’esprit de Guizot et de ses collaborateurs, « progressive » en l’occurrence signifie que, les vérités scientifiques n’étant plus considérées comme des vérités définitives, les traités qui composeront l’ouvrage sont destinés à être remplacés à mesure du renouvellement des connaissances, quitte à en faire « un journal d’une forme nouvelle ». Qui donc décidera, objecte Bazard, de la caducité d’un élément ? et comment décider, si l’on décrète que nul ne possède l’« unité » de vue, autrement dit « la loi du progrès » qui seule pourrait permettre d’en juger ? En d’autres termes, Bazard accuse le libéralisme d’être congénitalement incapable de produire une encyclopédie et a fortiori une doctrine dignes de ce nom. Olinde Rodrigues, Buchez et Enfantin qui se chargent de régler leur compte aux collaborateurs de Guizot, ne s’expriment pas autrement. Il n’est pas indifférent non plus qu’à cette occasion, Bazard, dont le cheval de bataille est l’idée d’une nouvelle « doctrine générale », fasse à Benjamin Constant, dont les attaches protestantes sont de notoriété publique, le reproche, lourd de toute une tradition de la Contre-Réforme, de concevoir la religion de l’avenir comme une religion sans prêtres3.

  • 4 Archives, t. I, Fonds Enfantin de la bibliothèque de l’Arsenal (désormais FE), ms. 7643, f° 137 r° (...)

7Une preuve supplémentaire de la volonté des saint-simoniens de greffer leur « nouveau christianisme » (titre, comme on sait, du dernier ouvrage de leur maître) sur le nouvel encyclopédisme de leurs contemporains se trouve dans le projet de « dictionnaire philosophique du xixe siècle » caressé, deux ans plus tard, par le même Bazard. Soucieux, au début de l’année 1828, de relancer une dynamique affaiblie par la cessation du Producteur, ce dernier déclare à un correspondant que les écrivains ont grand tort de se borner à répéter les querelles du siècle dernier et de renoncer pour leur compte à des « entreprises littéraires nouvelles de quelque étendue ». Selon lui, la marche de la société, qui n’est plus la même, les attentes du public, dont la masse est plus instruite, appellent l’expression d’« un système d’idées entièrement neuf », et ce non seulement « sous la forme purement théorique et scientifique », mais « sous la forme littéraire et populaire ». Pour ce faire, pas de meilleure formule, poursuit-il, que celle inventée par Voltaire d’un Dictionnaire philosophique : elle est parfaite pour « populariser un nouveau système d’idées », elle « se prête plus aisément qu’aucune autre à une association de travail » et, enfin, elle « comporte une exécution beaucoup plus prompte ». Et de solliciter la souscription d’actions pour un ouvrage de six volumes in-octavo de 30 à 35 feuilles d’impression (240 à 280 pages) devant paraître à raison d’un volume tous les six mois tiré à 2 000 exemplaires. Un discours préliminaire ferait office de prospectus. Deux libraires, assure Bazard, se seraient engagés4.

8Si le groupe se tourne en fait, et avec succès, vers une autre formule, celle d’une « exposition », autrement dit de conférences semi-publiques, qui seront après coup mises par écrit et recueillies en deux volumes, le motif n’en réside pas, du moins principalement, peut-on conjecturer, dans des difficultés de financement par ailleurs probables. Les considérations développées par Hippolyte Carnot et Leroux lorsqu’en septembre 1831, le premier rachète la Revue encyclopédique, orientent plutôt vers l’imputation de ce choix à une relation décidément ambiguë et difficile avec l’idée même d’encyclopédie. Il n’est qu’à observer la manière dont les deux hommes abordent cette revue, alors même qu’ils s’apprêtent pourtant à rompre avec les tendances théocratiques d’Enfantin. Le fils du grand Carnot, futur ministre de l’Instruction publique en 1848 et futur sénateur inamovible de la Troisième République, a beau s’inscrire dans la continuité de Jullien, le fondateur républicain du titre, et de sa volonté de faire « songer au lien encyclopédique », tout en s’abstenant de se référer à Saint-Simon – il ne faut pas faire fuir les abonnés –, il n’en développe pas moins des ambitions d’organisation qui outrepassent la critique philosophique à la manière du xviiie siècle :

  • 5 « Avis », Revue encyclopédique, sept. 1831, p. 4.

Ramener à l’unité des théories isolées, souvent contradictoires, faire subir à ces théories les transformations que nécessite la pratique, telle est la tâche que nous nous proposons.
Mais la pratique et la théorie, en d’autres termes l’industrie et la science, ne sont que les moyens : le but, c’est le perfectionnement matériel et moral des hommes. Aux beaux-arts, à la poésie, la mission d’en faire désirer l’accomplissement ; ils ne seront point négligés par nous. […] Chercher et indiquer les changements que doivent subir les institutions administratives, judiciaires, commerciales, pour améliorer le sort des peuples, écarter des débats législatifs tout ce qui n’a point pour objet direct de faire cesser la misère et l’anarchie, en récompensant le travail et flétrissant l’oisiveté, voilà notre ligne politique ; nous n’en dévierons point, sûrs à l’avance d’obtenir la sympathie des cœurs généreux, des esprits actifs, qui appellent de tous leurs vœux l’ère des progrès pacifiques5.

  • 6 Ibid., sous la rubrique « Religion », p. 515.

9Plus explicitement encore, Leroux, qui par la suite évitera longtemps de découvrir à ce point la perspective ultime de sa pensée, intitule « Aux philosophes » un long article-discours où il déclare que « tout ce que nous [leur] dirons aura pour but de leur prouver que le temps de la philosophie est passé et que le temps de la religion est venu »6.

  • 7 Voir Marie-Laure Aurenche, Édouard Charton et l’invention du Magasin pittoresque (1833-1870), p. 1 (...)
  • 8 Notamment Euryale Cazeaux, Charles Emmanuel, Hippolyte Fortoul, Gabriel Lamé, Jules Leroux (frère (...)

10Or c’est précisément Leroux, en compagnie de Jean Reynaud, autre saint-simonien républicain et autre rédacteur de la Revue encyclopédique sous Carnot, qui, avec Sainte-Beuve, ex-saint-simonien lui aussi, conseille dès novembre 1832 à Édouard Charton d’accepter la proposition de l’imprimeur Lachevardière de diriger « un recueil hebdomadaire illustré, à dix centimes » – bientôt Le Magasin pittoresque7 qui sera dirigé par Édouard Charton. Lui-même, en juillet 1833, s’engage avec le même Lachevardière, et en association toujours avec Reynaud, dans l’aventure d’une « encyclopédie pittoresque à deux sous » – bientôt L’Encyclopédie nouvelle, ou Dictionnaire philosophique, scientifique, littéraire et industriel, offrant le tableau des connaissances humaines au dix-neuvième siècle. De surcroît, bien que, par manque de temps ou volonté de ne pas se commettre au niveau de vulgarisation qui est celui du Magasin, Leroux ne collabore pas au journal de Charton, Charton à l’inverse et nombre d’anciens saint-simoniens de diverses tendances comptent parmi les principaux rédacteurs de son Encyclopédie, aux côtés de Carnot et de la plupart des hommes de la défunte Revue encyclopédique8.

  • 9 Prospectus reproduit par Jean-Pierre Lacassagne dans son introduction à une réédition en fac-simil (...)
  • 10 Dans le titre du premier chapitre de ses Études sur les réformateurs contemporains, édition origin (...)
  • 11 « Encyclopédie », dans Encyclopédie nouvelle, t. IV, p. 786, col. B, et p. 795, col. B.
  • 12 Conclusion de l’article p. 795, col. B, et p. 790, col. A (cœnologie < grec koïnos, commun).

11Pour autant, ni l’Encyclopédie ni le Magasin ne se risquent à se référer au saint-simonisme, leur matrice idéologique commune – elle vient, il est vrai, d’exploser, poussée à bout par Enfantin – ou même à afficher de quelconques aspirations religieuses, pour ne rien dire de Charton qui avoue exclusivement des visées de distraction et d’instruction facile. Leroux et Reynaud, dont les idées divergeront jusqu’à la rupture, commencent dans leur prospectus par prendre acte du fait que « jamais notre nation n’[a] senti plus qu’aujourd’hui le besoin de se recueillir […] avant de se décider à rien faire de nouveau ». Se voulant en accord avec cet état d’esprit sceptique et attentiste trop évidemment consécutif au coup d’arrêt donné par le pouvoir à l’élan révolutionnaire de 1830, les deux hommes entendent s’en tenir à « une revue élémentaire de la nature et de l’histoire ». Tout au plus glissent-ils dans leur programme, entre deux évocations des conquêtes scientifiques du xixe siècle, une mention périphrastique des « théories modernes sur le genre humain »9 renvoyant à ce que Louis Reybaud, quelques années plus tard, va nommer les « utopies sociales »10. Même s’il rêve d’« entrer philosophiquement sur le terrain des mystères » au bord duquel Descartes s’est arrêté, puis de « marcher sans éblouissement sur les crêtes périlleuses »11, Reynaud, l’auteur de l’article encyclopédie, juge finalement « trop insensé de prétendre y poser exactement les jalons que la génération prochaine, continuant sa course, côtoiera un jour ». Mais l’une de ses plus grandes audaces est de proposer le néologisme de « cœnologie » pour subsumer « la connaissance des conditions de l’association ». La nouvelle science sociale, dont le nom savant évite les trop polémiques socialisme et communisme, s’inscrirait entre l’anthropologie et la théologie dans la « division » plus englobante de la « pneumatologie » – autre néologisme et autre invention motivés, se contente-t-il d’indiquer, par une volonté de faire allusion au « beau mythe du souffle de Dieu, qui, se réfléchissant sur la matière […] retourne vers sa source ». Aussi Reynaud conclut-il les quelque trente-trois pages de sa réflexion sur une note de modestie et de lucidité, en qualifiant d’« essai bien imparfait » un ouvrage qui – heureusement – ne s’inspire en rien de son ésotérique « tableau » du système des sciences12.

  • 13 Ouvr. cité, t. I (1866), p. xxxviii-xxxix.

12Imparfaite, sans doute l’Encyclopédie nouvelle l’est-elle, au sens premier du mot, puisque, dépassant largement le délai de quatre ans prévu pour sa réalisation, elle n’a pu traiter les articles zinc et zoroastre, lorsqu’elle tombe définitivement en panne, en 1847, qu’au prix de vastes trous, en particulier dans les derniers des huit tomes entrepris. Quand bien même les événements de 1848 n’auraient pas accaparé Leroux et Reynaud, la lassitude du second, les articles-fleuves du premier et leurs divergences doctrinales grandissantes ne leur auraient pas laissé beaucoup de chances d’épuiser l’alphabet. L’échec, cela dit, n’est pas complet. Le mode de parution par livraisons périodiques – selon le rythme, en principe, de deux feuilles grand in-octavo tous les samedis – et le caractère aussi peu luxueux que possible de l’édition relativisent l’importance des lacunes de l’Encyclopédie nouvelle. C’est bien pourquoi, dans la préface de son Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, Larousse, en 1866, ne s’étend pas sur son incomplétude. Il affirme au contraire qu’elle est à « distingu[er] de toutes les autres œuvres encyclopédiques de notre époque ». La place d’honneur qu’il lui réserve ainsi en dépit de « lacunes considérables », ce juge exigeant la justifie non seulement par la qualité intellectuelle des articles, mais aussi par les vertus critiques et la générosité du point de vue. Ce sont « en général, estime-t-il en effet, des études sérieuses et intéressantes, assez souvent remarquables par l’originalité de la pensée et la beauté de l’expression ». Surtout, s’explique Larousse, « les questions y sont envisagées sous des aspects nouveaux », avant d’ajouter pour achever de se faire comprendre entre les lignes qu’« il y règne un esprit de jeunesse et de sincérité qui ne craint pas d’agiter les problèmes dangereux et de chercher au-delà de l’histoire convenue et de la science officielle »13.

13Mais, averti contre tous les dogmes et bon connaisseur de l’histoire des idées du siècle, Larousse identifie et pointe un autre trait essentiel, dont il tient cette fois à se séparer expressément, l’appartenance persistante, quoi qu’en disent les deux principaux intéressés, à la mouvance saint-simonienne :

  • 14 Ibid., p. xxxviii.

L’œuvre de MM. Pierre Leroux et J. Reynaud est saint-simonienne ; elle présente dans une certaine mesure les divers caractères du saint-simonisme : religiosité et mysticisme, tendance à l’organisation et non à l’affranchissement, doctrine de la nécessité et du déterminisme en histoire, négation du libéralisme politique et économique, réaction contre le xviiie siècle, réhabilitation du moyen âge. Elle ne s’enferme pas, il est vrai, dans l’orthodoxie ancienne, scientifique, politique, philosophique, religieuse ; mais prenez garde, elle marche à une orthodoxie nouvelle ; elle considère d’un œil optimiste les erreurs, les superstitions et les fanatismes du passé ; elle leur trouve un rôle, une valeur, une mission providentielle ; dans ce que le xviiie siècle regardait comme des chaînes honteuses, elle voit les organes du progrès humain destinés non à être supprimés, mais transformés ou remplacés. Qu’aurait dit Voltaire de cette règle de critique applicable, dit l’auteur de l’article astrologie, à l’histoire de la science comme à l’histoire de la politique et de la religion : Toute opinion qui a été universellement dominante, quand même elle nous paraîtrait absurde et ridicule, représente nécessairement quelque grande vérité qui aura été déguisée ou altérée14.

14On ne saurait mieux définir la rupture de génération, le changement de paradigme idéologique. Pour Larousse, contrairement à ce qu’ils croient, les responsables de l’Encyclopédie nouvelle sont très loin d’avoir tiré les leçons des apories du saint-simonisme de leur jeunesse.

Une utopie encyclopédique sous le Second Empire : le crédit intellectuel

15Troisième et dernière tentative, le projet conçu en 1860 est celui qui aurait dû réussir. Voulu par les Pereire dont le pouvoir financier semble un empire dans l’Empire, dirigé par un Michel Chevalier devenu professeur d’économie politique au Collège de France et l’un des conseillers de Napoléon III, assuré initialement de la bénédiction d’Enfantin et du concours de plusieurs de ses principaux fidèles, notamment de Charles Duveyrier, ce projet-là avait toutes les chances de son côté.

16Mais c’est sur la question de sa mise en œuvre qu’il achoppe en premier lieu, sur le problème, soulevé par Enfantin, dans une longue épître de 1862, de la relation entre son contenu et son mode de production, ou, pour le dire encore autrement, entre sa théorie et sa praxis.

  • 15 Pour le détail des faits, voir Henri-René d’Allemagne dans Prosper Enfantin et les grandes entrepr (...)

17C’est pourquoi avant d’entrer dans l’examen du projet en lui-même, il convient de se focaliser sur son amont, sur le projet du projet, en quelque sorte, en un point où l’ultime tentative du vieil Enfantin pour inventer une issue aux apories qu’on vient d’évoquer à propos de l’Encyclopédie nouvelle s’est durement heurtée à l’incompréhension de ses anciens disciples15.

18Loin de désapprouver l’idée, au contraire, Enfantin, d’emblée, la juge en effet bien en deçà des possibilités de la situation. Mesurant le chemin parcouru, il voudrait que l’hégémonie économique conquise par les anciens de la rue Monsigny soit mise à profit pour passer à une seconde étape plus importante encore à ses yeux : la conquête de l’hégémonie intellectuelle, la construction d’un appareil de production immatérielle homologue au formidable appareil de production matérielle effectivement construit au cours des trois décennies écoulées.

19« Le Père » soigne comme toujours sa posture d’énonciation. Il s’installe pour la circonstance dans le genre du testament spirituel. Ainsi s’inscrit-il dans la continuité de Saint-Simon, lequel, deux ans après sa propre tentative ratée de suicide, aurait délivré son dernier message à ses disciples sur son lit de mort, selon une tradition consignée par Olinde Rodrigues et qui n’est pas sans évoquer l’adieu de Socrate dans le Phédon. Une mention du seul prénom de Rodrigues, lui aussi disparu et auquel le maître, à l’en croire, avait donné mission de fonder son église, complète le dispositif de références et de connivences. Se sentant lui-même à l’approche de la mort (elle surviendra en août 1864), Enfantin tire ainsi argument de cette chaîne sacrée, de sa barbe chenue et de sa main tremblante, pour affecter de déposer son autorité, tenter d’écarter le poids des rancœurs accumulées contre lui depuis la catastrophe de Ménilmontant et, en fin de compte, tâcher de conduire ses « amis » à un changement stratégique. Son texte, calligraphié et lithographié à leur intention, égrène ses vues en une succession de formules :

  • 16 FE, ms. 7853/10, p. 1. Il existe une édition posthume de ce texte, procurée en 1866 par Arlès-Dufo (...)

Le dogme a été longtemps éclipsé.
Nous avons fondé le Crédit industriel,
Il nous reste, comme disait Olinde, à montrer la valeur morale de l’argent, c’est-à-dire à fonder avec lui le Crédit intellectuel.
Ma tâche active est finie ; la vôtre est en pleine maturité et vigueur.
[…]
Vous qui avez conquis le pouvoir temporel que perd l’Église, prenez le pouvoir spirituel qu’elle ignore.
Faites pour la science plus encore que nous n’avons fait pour l’industrie.
Nous avons enlacé le globe de nos réseaux, de fer, d’argent, d’or, de vapeur et d’électricité.
Répandez, propagez par ces nouvelles voies dont vous êtes en partie les créateurs et les maîtres, l’esprit de Dieu, l’éducation du genre humain16.

  • 17 Ibid., p. 3.
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid., p. 11.
  • 20 Ibid., p. 5.
  • 21 Ibid., p. 4.
  • 22 Ibid., p. 14-15.
  • 23 Ibid., p. 3, 11.

20Plutôt que de se réduire à être « seulement, ni principalement […] une œuvre de librairie », l’encyclopédie devrait transposer au spirituel la méthode suivie au temporel pour couvrir le pays de chemins de fer et se donner par conséquent pour « but » de « tracer le réseau des voies par lesquelles l’esprit humain marche vers Dieu »17. Aussi Enfantin propose-t-il de commencer, non par l’écrire, mais par la fonder, et ce comme « société matérielle, quoiqu’elle ait un but spécialement intellectuel ». Ce serait une « société libre »18, indépendante, donc, de l’État, et qui porterait le nom d’« Institut encyclopédique »19. De même que la petite ligne pour voyageurs de Paris à Saint-Germain-en-Laye a déclenché la formation de compagnies ferroviaires sous la monarchie de Juillet en mettant un exemple sous les yeux des Parisiens, de même, calcule Enfantin, « l’atelier scientifique modèle »20 que constituera cet Institut drainera le capital vers les « sociétés libres de science, d’art, d’enseignement, des congrès scientifiques, des associations même pour le progrès des sciences sociales »21. En apparence aussi absurde, lorsqu’elle est énoncée dans les années 1860, que le semblait, avant 1830, l’idée de commanditer l’industrie, lorsque Rodrigues et Enfantin la soufflaient au banquier Laffitte, l’idée de « commanditer la science »22, conjecture-t-il, entrera pareillement dans les mœurs23.

  • 24 Ibid., p. 6.

21En regard de telles perspectives, demander aux Pereire de fournir aux frais d’une publication serait, critique Enfantin, rétrograder dans le passé et « tomber dans la forme Mécène ». « Il s’agit d’autre chose que de livres », avance-t-il encore, sans craindre, pour se faire comprendre, de rappeler le temps où, rue Monsigny, dans les bureaux de leur journal Le Globe, les saint-simoniens faisaient, certes, des « volumes », mais « surtout des hommes »24.

22C’était là, faut-il croire, les mots à ne pas lâcher.

  • 25 Ibid., p. 19.
  • 26 Voir d’Allemagne, Prosper Enfantin…, p. 167.
  • 27 FE, ms. 7853/10, p. 18.

23Car même si Enfantin ne subordonne plus le crédit saint-simonien à la propagation de la « doctrine de Saint-Simon », met au contraire en avant, comme autant d’affaires à développer, le financement du journalisme, celui de l’édition ou celui de l’instruction, ou bien encore l’instauration d’un crédit pour études ou pour début de carrière à l’intention des jeunes ingénieurs, sculpteurs, peintres, musiciens, architectes, etc. – toutes choses aujourd’hui plus ou moins passées dans la pratique –, l’allusion à la rue Monsigny suffit à semer la panique parmi ceux qui, naguère, ont participé à l’expérience. Enfantin a beau expliquer que la création d’une fondation servirait à prémunir l’encyclopédie contre le reproche d’être l’émanation d’une « coterie », qu’elle lui associerait une « légion » nombreuse et dévouée25, ses propositions butent pour commencer sur des objections financières techniques. Car, selon certains experts qu’il fait consulter, le niveau du risque à assumer serait trop élevé, comparable au prêt « à la grosse aventure de mer »26. Mais l’obstacle insurmontable s’avère être bien plutôt la volonté des anciens disciples de ne pas provoquer « l’heureux et fécond scandale » auquel Enfantin les appelle face aux « momies du Sénat et de l’Académie », aux « satisfaits de la finance et de la banque ». Chez « le Sénateur-Académicien et les deux plus gros millionnaires de ce temps », aucun « retour de jeunesse, de dévouement et de folie » ne se produit, contrairement au vœu d’Enfantin, partant, lui, pour reconstituer la ligue dissoute27. Loin de consentir à donner l’impression de refaire allégeance au « Père », Chevalier, les Pereire et même Duveyrier se hâtent au contraire de le renier par voie de presse.

24C’est du coup un levier essentiel de l’appareil conçu par Enfantin qui est mis de côté : l’effet communicationnel sur l’opinion ; et une autre faiblesse du projet encyclopédique patronné par les Pereire qui se trouve mise en lumière : l’insuffisance d’embrayage entre la science à délivrer et la praxis sociale à enclencher, entre les savants mobilisés pour la rédaction et les travailleurs censés en devenir les applicateurs.

  • 28 Ibid., p. 17-18.

25Afin de ne pas réitérer l’échec politique du Globe, l’épître enfantinienne recommandait en effet d’adopter « une double forme (bourgeoise et populaire) ». Selon ce schéma, la sortie des quarante volumes destinés aux « hommes spéciaux » aurait été accompagnée par la sortie de quarante résumés par livraisons à 50 centimes. Ce feuilleton encyclopédique devait servir à alimenter les « articles d’attaque et de défense » que « le journalisme » n’aurait pas manqué de multiplier, selon sa mécanique propre, orchestrant ainsi la propagation parmi les masses de la doctrine réactualisée28.

26Mais surtout, la stratégie proposée reposait, d’une part, sur une intuition théorique, celle de l’existence d’une économie des produits immatériels, et, d’autre part, sur une intuition politique, celle du rôle social des classes moyennes et des intellectuels. Leur expression, dans la péroraison de l’épître, mérite d’être citée à peu près intégralement :

  • 29 Ibid., p. 24.

En économie politique, il est temps que les produits immatériels de Storch et je crois de Sismondi et d’auteurs anglais récents, prennent le rang qui leur est dû : ils ont une valeur assez grande et suffisamment constatée. Ils s’offrent et se demandent sur le marché comme des épices, et il n’y a que les fanatiques encroûtés de Dieu pur esprit qui feraient un crime à l’intelligence d’avoir son crédit coté à la Bourse, car il l’est déjà partout dans la coulisse, avec tous les inconvénients du mystère hypocrite et floueur.
Quand on dit que les intérêts matériels envahissent tous les esprits, cela signifie en effet que l’industrie tient la science en servage, mais non que la science est rétribuée plus qu’elle ne le mérite ; il n’y a qu’à voir les appointements des instituteurs primaires, inférieurs à ceux d’un graisseur de roues de wagons et de locomotives ; il n’y a qu’à considérer le budget du ministère de l’Instruction publique, inférieur à ce que consomment de charbon les chemins de fer.
Toutefois il est certain que la science aspire à s’affranchir de son servage ; il est certain qu’elle se révolte contre l’autocratie des favoris de Plutus, et que, sous ce rapport, elle a le peuple pour elle ; il est certain que la société souffre moralement de l’inégalité de partage des fruits du travail entre le capital et le talent, entre la chair repue et l’esprit affamé29.

  • 30 Titre et leitmotiv des six articles de Leroux publiés dans la Revue sociale entre novembre 1845 et (...)

27Même s’ils n’avaient pas décodé à travers les mots employés une approbation, tardive mais franche, des critiques socialistes anciennes de Pierre Leroux contre « la recherche des biens matériels »30 au contraire hypostasiée par Chevalier, de très libérale manière, dans ses cours d’économie au Collège de France, les « fils » ainsi sermonnés ne pouvaient pas ne pas comprendre combien cette vision accusait par contraste le caractère beaucoup plus étroit du cadre auquel ils entendaient se tenir.

L’Encyclopédie Pereire31

  • 31 Faux-titre inscrit au dos d’un recueil relié d’« épreuves » récemment donné à l’Arsenal par un des (...)

28Ce cadre est néanmoins typiquement saint-simonien.

29Son organigramme à lui tout seul suffirait à ôter le moindre doute à ce sujet. Par leur assiduité et surtout par les interventions en séance d’Isaac, le plus idéologue des deux frères, les Pereire marquent l’autorité qu’ils entendent exercer sur la conception, outre la direction matérielle qu’ils s’arrogent en tant que seuls et uniques investisseurs. Quant à la direction intellectuelle, elle est assumée par Michel Chevalier et par Charles Duveyrier, exclusivement, selon une hiérarchie qui n’est pas sans rappeler la relation hiérarchique des deux hommes au temps du Globe. Une présence en réunion assez passive, mais bien visible et relativement nombreuse, de saint-simoniens déclarés et de sympathisants notoires achève de faire masse. Figurent ainsi, sur les listes qui nous ont été conservées, les noms d’Arlès-Dufour, Charton, Fournel, Lambert, Perdonnet, Rhoné, Warnier et Yvon Villarceau.

  • 32 Lettre à Reynaud du 8 mars 1863, aimablement communiquée par Marie-Laure Aurenche (collection part (...)

30Or en dépit d’une telle mainmise, des lenteurs du chantier à son démarrage et du mystère entretenu sur la participation d’Enfantin, la plupart des collaborateurs sollicités à l’extérieur du microcosme saint-simonien ne refusent pas leur concours au projet d’encyclopédie stricto sensu. La qualité, la largeur et la diversité du recrutement sont une réalité attestée. Dans sa correspondance, Charton se montre favorablement impressionné par les réunions périodiques au cours desquelles des spécialistes de renom viennent « tour à tour » exposer un « programme » relatif à un domaine donné. Tout en affectant de se dire en attente, pour sa part, de l’occasion qui lui permettra de se retirer, il reconnaît « trouver assez intéressante cette procession de gens distingués de toutes sortes qui viennent vider leur petit trésor aux pieds de nos anciens amis ». L’intervention de Claude Bernard l’impressionne particulièrement32. Mais bien d’autres personnalités scientifiques et littéraires sont du nombre, la plupart collègues de Chevalier à l’Institut, comme le dramaturge anticlérical Émile Augier, le chimiste Marcelin Berthelot, le philosophe spiritualiste Adolphe Franck et ses confrères Paul Janet, Émile Saisset et Vacherot, le géographe Milne-Edwards, ou bien encore l’architecte Viollet-Leduc, Sainte-Beuve, le pasteur Martin-Paschoud, Victor Duruy, Ernest Renan. Il est significatif qu’Enfantin ne paraisse jamais aux réunions ou, à tout le moins, qu’aucune trace d’apparitions de sa part ne soit enregistrée. Son nom comme celui de Saint-Simon, font l’objet d’un consensus d’autocensure.

31Pour autant, l’affiche des collaborateurs n’est pas neutre. Leur plus grand dénominateur commun, qui définit les contours de la large alliance idéologique voulue par Chevalier et par les Pereire, se lit en négatif : ce ne sont pas, bien au contraire, des catholiques ni des partisans de l’Empire autoritaire ; ils n’appartiennent pas non plus, au contraire également, au prolétariat intellectuel républicain du journalisme ou de l’enseignement, ni aux jeunes générations d’opposants influencées par le socialisme proudhonien. Il n’est qu’à songer, pour les situer, à la carrière politique sous l’Empire de Duruy, alors inspecteur général, mais bientôt ministre de l’Instruction publique (de 1863 à 1869), ou aux charges et honneurs reçus par Berthelot sous la Troisième République. Ce sont là des sommités du champ intellectuel et scientifique, des notables de l’esprit qui aspirent à être associés au pouvoir politique, pour peu qu’il ne soit plus dictatorial et réalise sans désordres l’idéal de civilisation prôné depuis 1830 par les élites éclairées.

32Quant au fond, la « nouvelle encyclopédie » propose donc un compromis éclectique entre le libéralisme, au sens orléaniste du mot, et le socialisme, au sens saint-simonien.

  • 33 Séance du 26 décembre 1862, p. 5 et 9.
  • 34 Ibid., p. 33.
  • 35 Ibid., p. 36.

33Sa « formule » est définie, ou plutôt redéfinie (après l’éviction d’Enfantin) au cours de trois séances de travail présidées de main de maître par Michel Chevalier et tenues entre la fin 1862 et le début 1863. Il s’agit, résume Chevalier, d’« exposer comment doivent être employées les différentes ressources intellectuelles, morales, matérielles, que présente la société moderne, pour la réalisation du progrès social, que le genre humain poursuit depuis un siècle, un peu à l’aventure et sans boussole »33. Le principe n’est donc pas celui d’un dictionnaire ni même d’un choix d’entrées présentées par ordre alphabétique, mais bien celui d’une série d’ouvrages faisant le point des connaissances scientifiques sous un certain « point de vue ». Il faut se garder, insiste en personne Isaac Pereire, de développer des « ouvrages spéciaux », traités ou manuels dont l’ambition serait de restituer, section par section, l’exhaustivité du savoir acquis. Le format choisi, l’in-octavo, et la limite imposée d’une quarantaine de volumes à faire paraître sous un délai de trois à quatre ans – « cinquante si cela est nécessaire » – ne sont bien évidemment pas dictés par des considérations de budget ni seulement par le fait qu’une « masse » supérieure ne serait pas « vendable ». Ces contraintes, explique encore le cadet des Pereire, visent avant tout à inciter les auteurs à bien s’astreindre à la « mission » principale : il s’agit d’« introduire d’une manière puissante l’application des sciences au progrès social »34. Elles doivent en second lieu faciliter « une lecture suivie » et rendre l’ouvrage accessible à « la jeunesse »35.

  • 36 Sous-titre porté sur le « prospectus ».
  • 37 Séance du 26 décembre 1862, p. 13.

34D’où son sous-titre d’« Exposition universelle des progrès des sciences, des arts et des lettres au xixe siècle »36. Le mot d’exposition explicite fort bien l’intention, en associant à l’idée clé de « progrès » une allusion transparente au modèle, très apprécié par les contemporains, de ces forums internationaux à grand spectacle, tenus tantôt à Londres, tantôt à Paris. En 1855 et en 1862, Chevalier et Arlès-Dufour viennent notoirement d’y exercer un rôle éminent, jusque dans la rédaction des lourds rapports qui font suite à la fête. C’est par ailleurs dans un souci de ne pas effaroucher que le mot d’industrie est évité, et celui de progrès mis au pluriel. Tout en rappelant sa conviction personnelle, à savoir que « le développement des intérêts matériels, tels qu’on les comprend dans ce siècle, est en rapport intime avec ce qui fait la fine fleur de la civilisation »37, Chevalier prend bien soin de proposer dudit progrès une définition en tous points équilibrée :

  • 38 Ibid., p. 8-9.

Aujourd’hui, pour tous les Français, le progrès, c’est l’amélioration morale, intellectuelle et matérielle de toutes les parties de la population ; c’est la marche rapide vers l’égalité politique et sociale, l’élévation des uns sans l’abaissement des autres ; c’est le développement successif de toutes les libertés, la liberté de conscience et des cultes, la liberté publique, la liberté civile qui comprend la liberté du travail ou le libre exercice des facultés de chacun à son avantage et dans l’intérêt de tous, la liberté d’association et d’autres libertés encore. En ce qui concerne les différents groupes qu’on appelle les Nations, c’est une idée généralement admise en France que le progrès c’est le mouvement vers la solidarité et l’association38.

35Définition toute saint-simonienne, certes, au point qu’on se demande si le sous-titre d’« exposition » ne veut pas aussi connoter pour les initiés l’« exposition de la doctrine » de 1830. Mais définition conciliatrice. Non content d’inverser ici l’ordre des opérations à entreprendre (Saint-Simon classait en premier l’amélioration « physique »), Chevalier récuse à nouveau – il le fait depuis longtemps – l’absolue priorité naguère reconnue à « la classe la plus nombreuse et la plus pauvre ». Définition libérale même, voire, ce qui n’est pas sans surprendre de la part d’un proche de Napoléon III, définition tendanciellement républicaine, préfigurant les prochaines évolutions de l’Empire et leur accomplissement ultérieur par le parti radical, du moins à partir de 1880.

36Cette modération qui rassure les participants ne les empêche pas d’identifier assez vite de considérables problèmes théoriques.

  • 39 Séance du 18 février 1863, p. 35 et 38.
  • 40 Ibid., p. 40-41.
  • 41 Ibid., p. 32 à 35, passim.

37Consacrée aux subdivisions des sciences mathématiques et physiques et unanimement conclue par l’adoption pure et simple de la classification de l’Académie, la seconde séance donne néanmoins à croire que les doutes récurrents exprimés par certains sur la possibilité de faire tenir leur science en un seul volume ou à la rigueur en deux pourraient bien masquer de solides réticences relativement à l’assignation d’un but extra-scientifique à l’établissement sollicité d’un état des lieux des connaissances, domaine par domaine. C’est à quoi Duveyrier rétorque en s’appuyant sur le précédent d’Ampère et de sa « philosophie des sciences » pour répondre à « la question de savoir si l’on cesse d’être scientifique lorsqu’on traite les sciences au point de vue de leur utilité sociale et de leur influence sur l’ensemble de l’activité humaine », qu’il s’agisse des mœurs, des « sentiments généraux », du « développement de l’esprit humain », de la « sociabilité » ou du « choix et [de] l’exercice de toutes les professions »39. Son ami Perdonnet y ajoute les exemples de Monge (à propos de la statique), de Carnot (sur le calcul infinitésimal) et de Jean Reynaud (sur la minéralogie), puis Faye ceux d’Auguste Comte (sur les mathématiques, l’astronomie et la physique) et de Laplace (avec son Exposition du système du monde)40. Mais aucun de ces arguments de fait ne réduit la fronde de l’un des participants, d’Archiac, un membre de l’Institut, convaincu, lui, que nul, parmi les géologues ou les paléontologistes, n’« accepterait la responsabilité d’un travail de ce genre ». Selon cet intervenant extérieur au saint-simonisme, une science bien constituée n’obéit qu’à une seule logique, la sienne, que dicterait la nature de son objet. Le contre-exemple absolu qu’il indique, le discours de Cuvier sur les révolutions du globe, désigne bien le nœud où d’Archiac situe la difficulté. Les collaborateurs de l’Encyclopédie, s’explique-t-il, ont tous « une position à garder », autrement dit un rang scientifique à tenir. Ils ne peuvent donc pas se hasarder, selon lui, dans des spéculations bonnes pour le « siècle des Leibniz et des Buffon ». Hors du « but scientifique », en somme, pas de salut41.

  • 42 Séance du 25 février, p. 14.
  • 43 Ibid., p. 26.
  • 44 Ibid., p. 28.

38Bien pires sont les apories mises en évidence par la séance consacrée aux sciences morales et politiques. L’intervention initiale fondamentalement laïciste d’Émile Saisset, qui tend à montrer la nécessité d’abolir les religions d’État et donc de recommander « la séparation progressive de l’Église et de l’État »42, accuse en effet un clivage fondamental entre, d’une part, les philosophes, qui ambitionnent, comme le remarque sans trop d’aménité Michel Chevalier, de faire de leur discipline une « science centrale »43, et ceux, d’autre part, qui, comme Chevalier, Duveyrier et Isaac Pereire, soutenus par Duruy et Paschoud, entendent préserver l’autonomie de la politique et surtout la fonction sociale de la religion. C’est Chevalier qui ouvre la discussion en faisant valoir que « le siècle n’est pas impie comme on l’était il y a soixante ans » et « ne repousse pas l’esprit religieux », avant de regretter que la France fasse partie du petit nombre des nations européennes à n’avoir pas encore institué la liberté des cultes, même pour le protestantisme44. Le propos, on l’aura compris au vu de ce savant exercice d’équilibre, n’est ni catholique, ni protestant, mais bien saint-simonien. Contre la philosophie dominante à l’Université, et dans la ligne exacte aussi bien du Nouveau Christianisme de Saint-Simon que de l’Exposition de la doctrine saint-simonienne, il réaffirme et légitime la pérennité de la religion. Sa conséquence est non seulement d’impliquer qu’un livre particulier soit consacré à l’histoire et à la prospective religieuses, mais aussi de mettre en cause, cette fois, l’organisation académique, laquelle, souligne Chevalier, s’abstient, par prudence politique, de toucher à ces questions. Les philosophes ont beau convenir de l’utilité d’un tel livre, l’assemblée bute sur un problème de cohérence que Charton résume en pointant le risque encouru :

  • 45 Ibid., p. 38.

Il serait fâcheux que le lecteur, en étudiant le livre relatif à la religion, eût à constater que l’esprit qui y aurait présidé annonce pour l’avenir le progrès d’une ou de plusieurs religions dogmatiques, tandis que, prenant le volume de philosophie, la Théodicée, il eût à méditer sur cette autre conclusion contraire que la raison humaine ne veut plus de dogmes ni de cultes, qu’elle tend simplement aux philosophies religieuses, ou, si l’on veut, aux religions naturelles. Les deux sujets, religion et philosophie, me paraissent devoir être exposés avec une unité de sentiments, d’idées, fort difficile à obtenir si les personnes qui les traitent ne sont pas en parfaite communauté de doctrine45.

  • 46 Ibid., p. 57.

39Nul ne parvient à lever la difficulté, au point qu’est à plusieurs reprises évoqué le spectre d’un nouveau concile de Nicée et que, la discussion s’avérant sans issue, Chevalier, contrairement à ses habitudes tranchantes, doit remettre la solution à « l’épreuve d’un programme »46.

  • 47 Document non daté de 16 pages imprimées sur deux colonnes in-quarto (Arsenal, FE, estampillé mais (...)

40Quel que soit donc le poids de facteurs matériels tels que la déconfiture financière des Pereire, en 1867, et surtout la mort, l’année précédente, de Duveyrier, qui avait entre-temps réuni bon nombre de « programmes » et rédigé un « avant-propos » d’assez belle allure47, c’est au fond cette impossibilité moderne d’une doctrine commune que constate l’échec final d’une entreprise dont le but était précisément de reconstituer une unité de pensée à l’échelle de l’ensemble de la société.

  • 48 Prospectus, p. 2 et 42. Voir Enfantin : « L’Encyclopédie n’est pas une bible, mais c’est le Grand (...)

41L’écueil sur lequel les saint-simoniens se brisent une dernière fois ne tient pas au hasard, mais bien plutôt à l’essence dogmatique de leur visée. Aussi bien les formes mêmes du naufrage et de ses archives imprimées rappellent-elles irrésistiblement le naufrage et les fragments manuscrits du Livre nouveau de 1832, qui, déjà, s’annonçait comme la Bible et les Évangiles réunis de la nouvelle religion à venir. Même conception, même échec. De ce qui, une fois encore, devait être « un livre qui n’existe pas », « le livre par excellence, […] un monument scientifique, industriel et littéraire, élevé au génie du monde moderne »48, il n’a été écrit pareillement que des ébauches : prospectus, avant-propos, brouillons de discours préliminaire, canevas de livres, procès-verbaux de dialogues préparatoires. Il n’est pas interdit de préférer, pour la beauté de l’idée, qu’il en soit ainsi.

Anmerkungen

1 Voir, ici même, l’article de Pierre Musso.

2 Pour une approche de l’histoire globale du saint-simonisme, voir l’essai d’Antoine Picon, Les Saint-Simoniens. Raison, imaginaire et utopie, Paris, Belin, 2002, et le catalogue de l’exposition réalisée par Nathalie Coilly et Philippe Régnier, Le Siècle des saint-simoniens, Paris, BnF/Le Seuil, 2006.

3 Le Producteur, t. IV (1826), p. 112 et suiv.

4 Archives, t. I, Fonds Enfantin de la bibliothèque de l’Arsenal (désormais FE), ms. 7643, f° 137 r° et suiv.

5 « Avis », Revue encyclopédique, sept. 1831, p. 4.

6 Ibid., sous la rubrique « Religion », p. 515.

7 Voir Marie-Laure Aurenche, Édouard Charton et l’invention du Magasin pittoresque (1833-1870), p. 124.

8 Notamment Euryale Cazeaux, Charles Emmanuel, Hippolyte Fortoul, Gabriel Lamé, Jules Leroux (frère de Pierre), Paul-Matthieu Laurent, Frédéric Le Play, Léonce Reynaud (le frère de Jean), Charles Renouvier, Pauline Roland, Louis Rousseau, Abel Transon.

9 Prospectus reproduit par Jean-Pierre Lacassagne dans son introduction à une réédition en fac-similé de l’Encyclopédie nouvelle, Slatkine Reprints, Genève, 1991, p. 3-4.

10 Dans le titre du premier chapitre de ses Études sur les réformateurs contemporains, édition originale, 1841.

11 « Encyclopédie », dans Encyclopédie nouvelle, t. IV, p. 786, col. B, et p. 795, col. B.

12 Conclusion de l’article p. 795, col. B, et p. 790, col. A (cœnologie < grec koïnos, commun).

13 Ouvr. cité, t. I (1866), p. xxxviii-xxxix.

14 Ibid., p. xxxviii.

15 Pour le détail des faits, voir Henri-René d’Allemagne dans Prosper Enfantin et les grandes entreprises du xixe siècle, 1937, chap. vii.

16 FE, ms. 7853/10, p. 1. Il existe une édition posthume de ce texte, procurée en 1866 par Arlès-Dufour, sous le titre Le Crédit intellectuel, œuvre dernière et inédite de P. Enfantin.

17 Ibid., p. 3.

18 Ibid.

19 Ibid., p. 11.

20 Ibid., p. 5.

21 Ibid., p. 4.

22 Ibid., p. 14-15.

23 Ibid., p. 3, 11.

24 Ibid., p. 6.

25 Ibid., p. 19.

26 Voir d’Allemagne, Prosper Enfantin…, p. 167.

27 FE, ms. 7853/10, p. 18.

28 Ibid., p. 17-18.

29 Ibid., p. 24.

30 Titre et leitmotiv des six articles de Leroux publiés dans la Revue sociale entre novembre 1845 et mai 1846.

31 Faux-titre inscrit au dos d’un recueil relié d’« épreuves » récemment donné à l’Arsenal par un descendant des Pereire. Le volume comprend une note bibliographique manuscrite de Fournel, le prospectus, les procès-verbaux imprimés de trois séances de travail tenues sous la présidence de Chevalier les 26 décembre 1862 et 18 et 25 février 1863, ainsi que les « programmes », eux aussi imprimés, que les différents collaborateurs ont rédigés à titre d’essai. D’autres exemplaires non reliés des mêmes imprimés sont conservés sous les cotes 7860 et 7861 (Br. 17) du Fonds Enfantin, ainsi qu’un copieux mais inachevé « discours préliminaire » resté à l’état de manuscrit (223 p.).

32 Lettre à Reynaud du 8 mars 1863, aimablement communiquée par Marie-Laure Aurenche (collection particulière).

33 Séance du 26 décembre 1862, p. 5 et 9.

34 Ibid., p. 33.

35 Ibid., p. 36.

36 Sous-titre porté sur le « prospectus ».

37 Séance du 26 décembre 1862, p. 13.

38 Ibid., p. 8-9.

39 Séance du 18 février 1863, p. 35 et 38.

40 Ibid., p. 40-41.

41 Ibid., p. 32 à 35, passim.

42 Séance du 25 février, p. 14.

43 Ibid., p. 26.

44 Ibid., p. 28.

45 Ibid., p. 38.

46 Ibid., p. 57.

47 Document non daté de 16 pages imprimées sur deux colonnes in-quarto (Arsenal, FE, estampillé mais sans cote). Le passage de l’in-octavo à l’in-quarto de ce texte, identifié comme la « 1re livr.[aison] » (1re page, au bas, à gauche) et qui porte la mention manuscrite « Épreuves communiquées à mon ami Laurent de l’Ardèche » (avec la signature « CD »), fait supposer que la décision d’une forme plus journalistique avait été prise. Son existence atteste que le lancement a manqué de peu d’être effectif. Le titre est devenu « Encyclopédie. Bibliothèque universelle ».

48 Prospectus, p. 2 et 42. Voir Enfantin : « L’Encyclopédie n’est pas une bible, mais c’est le Grand livre de l’esprit humain, présentant les comptes ouverts et l’inventaire des connaissances au xixe siècle » (épître sur le crédit intellectuel, p. 11).

Autor

Directeur de recherche au CNRS. Il est spécialiste du saint-simonisme et a publié le Livre nouveau des saint-simoniens (Tusson, du Lérot, 1992). Il a récemment dirigé un volume d’Études saint-simoniennes (Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2002) et co-publié avec Nathalie Coilly Le Siècle des Saint-Simoniens : du Nouveau Christianisme au canal de Suez (Paris, Bibliothèque nationale de France, 2006).

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search