Version classiqueVersion mobile

La Construction des savoirs

 | 
Lise Andries

L'encyclopédisme du xixe siècle

Le projet de Nouvelle Encyclopédie de Saint-Simon

Pierre Musso

Texte intégral

  • 1 « Je suis arrivé à cette époque où l’on prend sa retraite, et j’entre dans la carrière après une r (...)

1Saint-Simon rédige son œuvre à partir de 1802. Il a déjà 42 ans, et comme il le dit, il « entre dans la carrière [scientifique] » à l’âge où d’habitude on prend sa retraite1… Entre 1802 et 1825, l’année de sa mort et de son dernier écrit, trois moments principaux peuvent être distingués : la première période, de 1802 à 1813, correspond à l’élaboration d’une nouvelle philosophie des sciences ; la deuxième, de 1814 à 1823, traite de philosophie politique et dessine le nouveau système politique qu’il souhaite, à savoir le système industriel ; et la troisième, correspond au développement, pendant les deux dernières années de sa vie, en 1824-1825, d’une morale et d’une religion laïques et industrialistes, adaptées à ce nouveau système sociale et qu’il nomme « le Nouveau Christianisme ».

  • 2 Saint-Simon, Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, Œuvres, tome VI, p. 192.
  • 3 Pour Henri Gouhier, ce projet encyclopédique serait précisément légitimé par la généralisation de (...)

2Les premières œuvres de Saint-Simon se préoccupent de philosophie des sciences et placent au cœur de la réflexion le projet de rédaction d’une Encyclopédie. C’est plus précisément pendant les années 1808-1810 que Saint-Simon esquisse sa « Nouvelle encyclopédie » du xixe siècle, pour réagir à celle de Diderot et d’Alembert qui a, selon lui, conduit à la Révolution, parce qu’elle prenait pour cible les idées religieuses et les superstitions. Sa philosophie se veut, elle, organisatrice et positive, et se propose de servir d’introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle. Le titre de l’ouvrage qui constitue le premier élément de cette encyclopédie et qu’il rédige en 1807-1808 est d’ailleurs Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle. Il s’agit de dresser une sorte de synthèse des disciplines scientifiques de l’époque, au moment où, vers 1800, Paris est devenue la capitale de la médecine moderne autour de l’École de médecine, et de la science des ingénieurs après la création de l’École polytechnique ; deux écoles où Saint-Simon est retourné parfaire son éducation, avant de se lancer dans la carrière scientifique. C’est dans ce contexte post-révolutionnaire, dans la filiation du mouvement des idéologues et alors que Napoléon est au pouvoir, que Saint-Simon développe son projet encyclopédique, qu’il voudrait placer sous la protection de l’Empereur dont il souhaite devenir le « lieutenant scientifique »2. La rédaction d’une nouvelle Encyclopédie s’inscrit dans un projet plus vaste qui vise à édifier sur le plan théorique un nouveau système politique et social, le système industriel. On pourrait dire que l’Encyclopédie doit fonder scientifiquement ce système politique tout comme le Nouveau Christianisme le légitimera plus tard symboliquement. L’Encyclopédie et la nouvelle religion encadrent en quelque sorte le système social, industriel et scientifique. Les deux sont liés et leurs titres se font écho : la Nouvelle Encyclopédie servira de nouvelle religion laïque, tandis que le Nouveau Christianisme sera établi sur la loi de l’attraction universelle de Newton3. L’Encyclopédie est donc conçue comme la base théorique d’un système politique à venir. C’est le bréviaire, voire le nouveau catéchisme, du pouvoir spirituel dont l’industrie sera le pouvoir temporel.

  • 4 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 111.
  • 5 Voir Œuvres complètes de Saint-Simon, tome VI, p. 108-109.

3Des débuts de l’Empire à la Restauration, Saint-Simon se consacre ainsi à une réflexion épistémologique visant à refonder « l’Encyclopédie » sur des bases post-révolutionnaires, positives, organisatrices et non plus critiques. Il invite également à repenser la classification des connaissances autrement que ne l’avaient fait Diderot et d’Alembert : « L’inspection de mon arbre encyclopédique aura certainement suffi à mes lecteurs pour leur faire apercevoir la possibilité d’une nouvelle organisation des idées scientifiques », écrit-il dans son Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle4. Cet « arbre encyclopédique » (voir en annexe, p. 231) est inséré au début du tome II de l’ouvrage5.

  • 6 Voir Henri Gouhier, « Un projet d’Encyclopédie de Saint-Simon », Revue Internationale de Philosoph (...)

4Le projet d’Encyclopédie prolonge l’Introduction et les Lettres qu’il adressa au Bureau des longitudes de 1808. Mais il demeurera à l’état d’ébauche, de projet plusieurs fois annoncé, mais toujours inachevé. Ne subsistent que des cahiers, des notes, un dessin et de multiples projets. On pourrait même dire que, dans leur forme, ces textes constituent le contraire d’une encyclopédie. Pour cerner le projet saint-simonien, il a donc paru nécessaire d’identifier dans une première étape les textes et les brochures qui le constituent, en s’inspirant des travaux réalisés par Henri Gouhier6. Dans un second temps, on procédera à une analyse du contenu de ces textes, ce qu’Henri Gouhier n’a fait lui-même qu’esquisser, en caricaturant souvent la pensée de Saint-Simon.

Les textes consacrés au projet d’Encyclopédie

  • 7 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 18.

5Saint-Simon s’occupe explicitement de son projet de Nouvelle Encyclopédie pendant les années 1808-1810 : c’est à ce moment-là sa préoccupation majeure. C’est pourquoi il s’installe en résidence au Jardin des Plantes durant six mois. Ce projet devait constituer le tome III de l’Introduction aux Travaux scientifiques du xixe siècle dont il présente le plan d’ensemble dès 1807. Dans l’avant-propos de l’Introduction, il écrit en 1808, que « faire une bonne Encyclopédie, organiser le système scientifique projeté par Descartes, est le seul travail scientifique digne des vues du grand Napoléon »7. La Nouvelle Encyclopédie fait l’objet de plusieurs textes rédigés en 1810, dont deux ont été publiés, alors que deux autres resteront manuscrits du fait de la censure impériale.

6Les deux opuscules publiés en 1810 sont :

  1. Esquisse d’une Nouvelle encyclopédie ou Introduction à la philosophie du xixe siècle ; ouvrage dédié aux penseurs. Premier aperçu, texte de 8 pages in-quarto, imprimé à Paris, à l’imprimerie de Moreaux et Cie, 29 rue Traversière-Saint-Honoré, 1810. Une planche du même format présente la Tige de l’arbre scientifique de Bacon, placée en regard de la Tige du nouvel arbre scientifique. Ce texte a été rédigé soit à la fin de 1809, soit au début de 1810. Saint-Simon précise que « l’ouvrage sera imprimé en anglais, en allemand, en italien et en français » et paraîtra par livraisons en souscription.
  2. Nouvelle Encyclopédie. Première livraison servant de prospectus. Ce Prospectus ou Préface porte également comme sous-titre : Aperçu de la conception dont mon ouvrage sera le développement. Constitué de 28 pages in-quarto, il est imprimé chez Scherff, 30 rue des Bons-Enfans. Il a certainement été publié en mars ou avril 1810, car il est cité dans le Journal de l’Empire du 21 avril 1810. De cette préface, seule l’« Épître dédicatoire à son neveu » fut publiée dans l’édition Dentu par le « Conseil institué par Enfantin » pour sa propre succession et la publication commune de ses œuvres et de celles de Saint-Simon. Cette épître représente 10 des 28 pages de ce texte.

7Quant aux deux manuscrits de 1810, ils ont été publiés ultérieurement car ils furent à l’époque soumis à la censure. Il s’agit de :

  1. Mémoire sur l’Encyclopédie. Ce manuscrit a été publié pour la première fois par Olinde Rodrigues dans Le Producteur en 1826 [t. III, 1826, p. 430-432], et daté par erreur de 1813. Rodrigues emploie le terme « Mémoires » au pluriel et n’explique pas pourquoi il le date de 1813. Cependant, Henri Fournel, lui, parle bien d’un mémoire au singulier, et indique dans la première bibliographie de Saint-Simon, qu’il est de 1810. Or ce Mémoire n’a jamais été retrouvé : a-t-il bien existé ? Selon Henri Gouhier, qui le classe aussi parmi les textes de 1810 : « il est probable qu’il a existé puisque Rodrigues en a publié un fragment8. »
  2. Projet d’Encyclopédie. Second prospectus. Le manuscrit n’est pas daté, mais il est très probablement de 18109. Il a été publié pour la première fois, partiellement, par Charles Nauroy dans la Revue socialiste d’avril 1899, sous le titre : « Un manuscrit inédit de Saint-Simon ; Projet d’Encyclopédie, Second prospectus, première partie. » [Revue socialiste, t. XXIX, no°172, (avr. 1899), p. 452-470]. En fait, ce texte de 38 pages in-folio, comprend deux fascicules, dont l’Avertissement, de 10 p. a été publié par Henri Gouhier, dans la revue La Nef, en 1946 [5e année, no°20, 20 juillet 1946].
  • 10 Henri Gouhier, article cité, p. 395-396.
  • 11 Ibid., p. 396.
  • 12 Ibid., p. 391.

8Ces deux manuscrits – le Mémoire sur l’Encyclopédie publié partiellement par Rodrigues en 1826, et le Projet d’Encyclopédie, second Prospectus – ne sont sans doute que deux variantes d’un même texte. D’après Gouhier10, le Mémoire publié par Rodrigues est presque identique au Projet d’Encyclopédie. Toutefois, précise Gouhier, « il est prudent d’admettre qu’il y eut deux versions du même mémoire : Saint-Simon aura soumis à la censure la copie du texte qu’il se proposait d’imprimer et conservé dans ses papiers une première rédaction »11 ; en effet, toujours selon Gouhier, « il est tout à fait normal de voir dans le projet d’Encyclopédie le “second prospectus” venant après un premier qui serait la brochure Nouvelle Encyclopédie, première livraison servant de prospectus »12.

9Il faut insister sur le fait que le projet de Nouvelle Encyclopédie, annoncé dès 1807, est fortement esquissé dans l’Introduction aux Travaux scientifiques du xixe siècle – à laquelle il conviendra de se reporter – et qu’il demeure une préoccupation constante de l’auteur, puisqu’il est évoqué également dans des textes ultérieurs. On le trouve mentionné notamment en 1817 dans L’Industrie ou Discussions politiques, morales et philosophiques, dans l’intérêt de tous les hommes livrés à des travaux utiles et indépendants, où l’auteur présente la nouvelle encyclopédie comme « l’entreprise théorique la plus générale », apte à fonder l’unité des « savants » et des « industriels » ; puis à nouveau en 1821, dans le premier volume Du Système industriel ; enfin, en 1825, année de sa mort, dans Quelques Opinions philosophiques à l’usage du xixe siècle, notamment dans la cinquième opinion intitulée Sur la nécessité de faire une nouvelle Encyclopédie pour préparer la réorganisation sociale.

Le contenu du projet

  • 13 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 192
  • 14 Ibid., p. 18.
  • 15 Henri Gouhier, La Jeunesse d’Auguste Comte et la formation du positivisme, t. II, Saint-Simon jusq (...)
  • 16 Saint-Simon, Mémoire sur la Science de l’Homme, Œuvres, tome V, p. 34.
  • 17 Saint-Simon, Travail sur la Gravitation Universelle, Œuvres, tome V, p. 247-248.

10Cette « Nouvelle Encyclopédie », censée inaugurer le travail positif du siècle industriel, est dédiée à l’Empereur, car elle se veut le complément spirituel de son pouvoir temporel. « L’Empereur, écrit Saint-Simon, aurait besoin d’un lieutenant scientifique capable de comprendre ses projets et d’en seconder l’exécution ; il lui faudrait un second Descartes. Sous de pareils chefs, les travaux de l’École seraient prodigieux13. » Ce projet très ambitieux vise donc à accompagner et à valoriser le pouvoir politique : « Faire une bonne Encyclopédie, organiser le système scientifique projeté par Descartes, est le seul travail scientifique digne des vues du grand Napoléon14. » On peut voir dans ces propos, à l’instar de Henri Gouhier, l’expression de la démesure caractéristique du personnage. Gouhier se plaît en particulier à rapporter l’appréciation du docteur Georges Dumas sur Saint-Simon : « Il finit par se donner des hallucinations de mégalomane15. » Pour ma part, je retiens plutôt le fait que cette Encyclopédie est considérée par son auteur comme la contribution à la formation d’un pouvoir spirituel complémentaire du pouvoir temporel de l’Empereur, car Saint-Simon ne dissocie jamais ces deux pouvoirs. Dans tout système social, il y a un pouvoir spirituel et un pouvoir temporel qui se correspondent. Ces deux pouvoirs doivent être de même importance parce que, croit constater Saint-Simon, « les moments les plus heureux pour l’espèce humaine ont été ceux où les pouvoirs spirituel et temporel se sont le mieux équilibrés16. » En revanche, un déséquilibre ou une confusion entre ces deux pouvoirs serait la cause des crises et des changements de système. Pour Saint-Simon, « la division en pouvoir spirituel et pouvoir temporel » constitue une règle absolue « au point qu’elle n’est susceptible d’aucune amélioration ». C’est que, selon lui, « elle dérive directement de la division de nos facultés, en faculté de considérer les choses à priori et faculté de les envisager à posteriori17. »

  • 18 Saint-Simon, Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 326-327.
  • 19 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 199.
  • 20 Saint-Simon, Quelques opinions philosophiques, Œuvres, tome V, p. 106.

11La Nouvelle Encyclopédie est selon l’auteur, nécessaire au renforcement du pouvoir post-révolutionnaire. Dans son Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, Saint-Simon écrit que « l’Empereur est le chef scientifique de l’humanité comme il en est le chef politique ; d’une main il tient l’infaillible compas et de l’autre l’épée qui extermine les opposants aux progrès des lumières18. » Et il ajoute : « Quand la guerre sera terminée, les sciences fixeront exclusivement son attention. Sous sa direction, sous ses ordres, l’atelier scientifique fera une Encyclopédie. Cet ouvrage organisera le physicisme ; il fondera, sur le raisonnement et sur l’observation, les principes généraux qui, à tout jamais, serviront de guide à l’humanité19. » Saint-Simon répond par avance à ceux qui lui reprocheraient de chercher à n’être qu’un faire-valoir de Napoléon, en déclarant que l’Encyclopédie est une œuvre patriotique, un projet d’intérêt national : « Le lecteur sensé jugera que le travail que je lui livre étant écrit en France doit être frappé de l’empreinte du patriotisme français… Il aurait tort de me blâmer de mon entière identification avec les intérêts de l’Empereur et du peuple français. » D’ailleurs quinze ans plus tard, en 1825, Saint-Simon maintient cette conception selon laquelle l’Encyclopédie est susceptible d’apporter une légitimité spirituelle au pouvoir temporel. Il dédicace à nouveau son projet d’Encyclopédie à l’Empereur, mais cette fois-ci, il s’agit de l’empereur Alexandre de Russie : « Nous répondons à l’appel fait aux philosophes par l’empereur Alexandre, et nous lui faisons hommage de notre projet d’Encyclopédie, ainsi qu’aux autres puissances et à tous les rois de l’Europe », déclare-t-il dans Quelques opinions philosophiques20.

L’Encyclopédie n’est pas un dictionnaire

  • 21 Saint-Simon, Mémoire sur l’Encyclopédie, Œuvres, tome I, p. 148-149.

12Saint-Simon différencie par ailleurs sa conception de l’encyclopédie de celle d’un dictionnaire. Il insiste sur ce point à plusieurs reprises, car il veut marquer l’opposition entre la Nouvelle Encyclopédie qu’il annonce, et celle de d’Alembert et Diderot, qualifiée de simple dictionnaire. « L’Encyclopédie du xviiie siècle a été faite dans un esprit bon pour le temps, mauvais pour l’époque actuelle. Elle a été construite d’après un plan proportionné aux lumières d’alors, et très-inférieur à celui que les lumières acquises depuis ont mis à portée de concevoir. Il n’y a même d’encyclopédique dans tout le travail que le discours préliminaire. Il reste une lacune immense entre ce discours préliminaire et le corps de l’ouvrage, qui n’est qu’un dictionnaire général21. » L’encyclopédie est différente du dictionnaire, car elle est systématique et s’appuie sur une conception nouvelle de la science : elle est « inventive et organisatrice ». L’Encyclopédie n’a de sens que si elle exprime une philosophie nouvelle dont elle est l’exposition théorique, historique et méthodologique.

  • 22 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 103.
  • 23 Saint-Simon, Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 324.

13En effet, l’Encyclopédie relève essentiellement d’un travail philosophique, celui de « la science générale », qui vise à organiser de façon systématique – il faudrait même dire systémique – la totalité des savoirs existants. Dans l’Introduction, il définit ainsi l’Encyclopédie comme l’« exposé du système général de la connaissance humaine22. » L’Encyclopédie devra, selon son projet, comprendre deux parties : la première portant sur l’histoire des progrès de la connaissance et la seconde sur la méthode générale permettant de lier les connaissances entre elles. Mais de cet ouvrage, Saint-Simon ne parviendra à rédiger en 1813 que la « Science de l’Homme », dont il commence le brouillon en 1810 sous le titre d’Histoire de l’Homme. Il présente ainsi le plan de l’ouvrage : « Toutes mes idées sont liées ; elles forment un tout systématique ; tout dont la séparation en deux parties égales, présente les deux conceptions de Bacon améliorées. C’est cette séparation qui forme la grande division de mon ouvrage. Je donne à la première partie le titre d’Histoire de l’Homme, et à la seconde celui d’Encyclopédie, ou plutôt de Discours Préliminaire d’Encyclopédie. Dans la première partie, je rends compte de la manière dont l’esprit humain s’est élevé jusqu’à la hauteur scientifique à laquelle il est parvenu. Dans la seconde, j’indique le moyen de descendre, des idées les plus abstraites, jusqu’aux sensations les plus directes ; et je place, en tête de ces deux parties, une introduction qui a pour objet de balayer les idées révélées qui peuvent être restées dans la carrière scientifique23. »

  • 24 Saint-Simon, Mémoire sur l’Encyclopédie, Œuvres, tome I, p. 147-148.
  • 25 Saint-Simon, Nouveau Christianisme, Œuvres, tome III, p. 181-182.

14L’Encyclopédie se définit en fait davantage comme un processus indéfini de connaissances que comme une œuvre achevée car la science est toujours en gestation et en travail. Il ne peut donc exister d’Encyclopédie parfaite au sens où le processus d’accumulation du savoir ne peut être interrompu : « L’humanité ne possédera jamais une encyclopédie parfaitement bonne, car elle ne saurait atteindre à la perfection scientifique. La perfection est le but vers lequel l’esprit humain doit se diriger, malgré la certitude qu’il a de ne pas l’atteindre ; car c’est la meilleure route qu’il ait à suivre pour faire des progrès. La tendance de l’esprit humain sera donc toujours de composer une encyclopédie, tandis que sa perspective est de travailler indéfiniment à l’amas des matériaux qu’exige la construction de l’édifice scientifique24. » Cette représentation de la connaissance comme mouvement continu et progrès est caractéristique de sa philosophie. En effet le progrès constitue le grand récit saint-simonien, inspiré de l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain de Condorcet. « L’espèce humaine n’a jamais cessé de faire des progrès, mais elle n’a pas toujours procédé de la même manière ni employé les mêmes moyens pour accroître la masse de ses connaissances et pour perfectionner sa civilisation », écrira Saint-Simon dans son dernier ouvrage, le Nouveau Christianisme25.

  • 26 Saint-Simon, Mémoire sur l’Encyclopédie, Œuvres, tome I, p. 149. Texte identique dans le Projet d’ (...)

15Parce que Saint-Simon pose le primat d’une « marche de l’esprit humain » (ou « marche générale des choses »), définie dans une vision linéaire du progrès, l’ordre de présentation de l’Encyclopédie sera tout simplement celui du progrès des connaissances humaines : « Le principe d’après lequel on doit former l’encyclopédie du xixe siècle, est celui que la science, dans son ensemble comme dans ses parties, doit être basée sur l’observation. C’est donc l’analyse des progrès de l’esprit humain qui doit servir de base à l’encyclopédie. C’est cette analyse qui doit fournir la division de ce grand livre de la science26. »

  • 27 Ibid.
  • 28 Saint-Simon, Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 317.
  • 29 Dans la Réorganisation de la Société Européenne, Saint-Simon précise ainsi ce qu’il entend par « L (...)

16Cette Encyclopédie sera systématique, nouvelle et ordonnée selon le modèle originel de Bacon. En effet, pour Saint-Simon, le véritable fondateur de l’idée d’Encyclopédie est Bacon avec le Novum Organum, et non les philosophes des Lumières. « C’est Bacon qui a fondé la science générale positive, de même que Moïse avait fondé la science sacerdotale et superstitieuse », écrit-il dans son Projet d’Encyclopédie27. Avec Saint-Simon s’ouvre en quelque sorte, un nouveau cycle encyclopédique. Dans la préface de la Nouvelle Encyclopédie, il précise : « Bacon est le premier, il est le seul qui ait produit les idées scientifiques du premier ordre de généralité ; ce philosophe nous a laissé deux grandes théories, sa théorie encyclopédique et ses idées sur la méthode. Perfectionner les deux théories de Bacon, les rallier à un seul et même principe, tel est l’objet de mon travail28. » Le texte de Bacon est le référent de toute Encyclopédie car il en a fixé les deux principes fondateurs : le refus des idées révélées et la méthode qui combine analyse et synthèse, méthode que Saint-Simon fera sienne et nommera « la Descartes »29 : « Bacon, dans son “Novum Organum”, s’est particulièrement attaché à indiquer aux savants la marche à suivre pour faire des découvertes. Voici les deux idées qu’il a développées dans son immortel ouvrage :

  1. On ne doit baser aucune combinaison scientifique sur les idées révélées.
  2. Le savant doit monter et descendre alternativement l’échelle des faits30. »

L’Encyclopédie doit être positive

  • 31 Saint-Simon, lettre du 4 juin 1817 à Chateaubriand, Œuvres, tome I, p. 217-218.
  • 32 Saint-Simon, Projet d’Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 303.
  • 33 Saint-Simon, Du Système Industriel, Œuvres, tome III, p. 180.
  • 34 Ibid., p. 181.

17La deuxième grande Encyclopédie, celle de Diderot et d’Alembert, n’a eu, selon Saint-Simon, qu’une fonction critique et même négative à cause de ses attaques contre la théologie. Saint-Simon la qualifie « d’anti-théologie générale » dans une lettre adressée à Chateaubriand en 1817 : « Après avoir travaillé chacun de son côté, les écrivains du xviiie siècle se sont réunis en un seul atelier philosophique, et ils ont fait en commun une encyclopédie à laquelle on aurait pu donner le nom d’anti-théologie générale31. » Ce que Saint-Simon reproche à cette Encyclopédie, c’est de défaire et de déconstruire. Son projet de Nouvelle Encyclopédie doit donc être son exact contraire : « D’Alembert et Diderot vinrent à bout de déterminer tous les savants à travailler à une encyclopédie. Leur projet était de faire un livre qui pût remplacer la Genèse et qui lui fût très supérieur sous le rapport des détails scientifiques, comme sous celui des vues générales et de la conception systématique. L’ouvrage, dirigé par d’Alembert et Diderot, n’a que très incomplètement organisé la doctrine positive, mais il a complètement anéanti la doctrine superstitieuse32. » Qualifiant l’Encyclopédie de « travail très superficiel » en 1821, dans Du Système Industriel33, il ira même jusqu’à rendre l’Encyclopédie responsable des excès de la Révolution française : « En un mot, c’est principalement à la direction vicieuse suivie par les encyclopédistes, dans leurs travaux, qu’on doit attribuer l’insurrection qui a éclaté en 1789, ainsi que le caractère sanguinaire que la révolution a pris dès son origine34. » On retrouve ici l’idée saint-simonienne de l’équilibre, voire de l’adéquation entre pouvoirs temporel et spirituel : une encyclopédie critique accompagne une politique révolutionnaire, alors qu’inversement, un pouvoir politique fort et européen comme celui de Napoléon, appelle une encyclopédie européenne et positive.

  • 35 Saint-Simon, Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 324.

18Si la Révolution française est demeurée inachevée, c’est précisément que le travail de création philosophique a été interrompu depuis 1780. Il faut donc faire une nouvelle encyclopédie pour achever la Révolution et construire le nouveau système social, car le lien social se noue toujours à partir de principes philosophiques fondateurs. Tel est le programme que se fixe Saint-Simon : « J’entreprends l’organisation philosophique des systèmes de connaissances humaines. J’ose ne considérer Bacon que comme mon précurseur, n’envisager ses idées que comme des aperçus, et donner le nom d’ébauche à sa conception encyclopédique35. »

  • 36 Saint-Simon, Quelques opinions philosophiques, Œuvres, tome V, p. 106.
  • 37 Saint-Simon, préface de la Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 330.

19La Nouvelle Encyclopédie sera donc post-révolutionnaire, « constructive » et positive, par opposition à celle des Lumières qui fut critique et pré-révolutionnaire. Il s’agit là d’opposer deux conceptions philosophiques – une vision positive opposée à une vision critique – la philosophie des Lumières, prisonnière de sa dénonciation de la religion et la philosophie constructive, libre et scientifique du siècle nouveau. Dans un de ses derniers textes, Quelques Opinions philosophiques, qui date de 1825, Saint-Simon développe ainsi cette opposition entre l’Encyclopédie du xviiie siècle et celle qu’il propose : « Les philosophes du xviiie siècle ont fait une Encyclopédie pour renverser le système théologique et féodal. Les philosophes du xixe doivent aussi faire une Encyclopédie pour constituer le système industriel et scientifique. Toutes les idées doivent y être analysées de manière à prouver que le bien général résultera nécessairement de l’influence qu’exerceront sur elles les principes scientifiques et industriels, en remplacement de celle qu’avaient exercée jusqu’à présent sur la société les principes féodaux et théologiques36. » Il disait déjà dans sa préface à une Nouvelle Encyclopédie : « L’encyclopédie du xixe siècle inspirera respect et attachement pour les nouvelles institutions37. » De ce lien établi entre révolutions scientifique et politique, découle le programme de travail que se fixe Saint-Simon. D’une certaine façon, il répète le travail des philosophes du xviiie siècle, mais après la Révolution, qui était censée en être l’aboutissement. Pour Saint-Simon, l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert a clos une période ouverte par Bacon et qui s’achève avec la Révolution française. Un monde nouveau naît après la Révolution, caractérisé par le développement de l’industrie. Saint-Simon en est le chevalier et son Encyclopédie, la Bible.

  • 38 Raymond Aron, Dix-huit leçons sur la société industrielle, p. 33-34, Paris, Gallimard, coll. « Idé (...)
  • 39 Saint-Simon, L’Organisateur, Œuvres, tome II, p. 193.
  • 40 Saint-Simon, Projet d’Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 282.

20Raymond Aron l’a bien remarqué : « Il y a un siècle, deux faits dominaient les réflexions des penseurs. L’un était la Révolution française, le deuxième était le développement des premières usines. Tous les sociologues de la première moitié du xixe siècle ont donné une interprétation de la destruction de la monarchie française et du renversement de la hiérarchie sociale d’une part, et du développement prodigieux des moyens de produire d’autre part. »38 Le projet de Nouvelle Encyclopédie de Saint-Simon n’échappe pas à ce constat : il est post-révolutionnaire et pré-industrialiste. C’est pourquoi sa conception se veut « positive » et « organisatrice ». Pour faire advenir le changement de système social, la critique est insuffisante, voire inutile, car « On ne peut point organiser la société sur une base critique39. » Désormais, « Il est nécessaire de refondre la masse entière de nos connaissances scientifiques et littéraires, c’est-à-dire il faut refaire le grand livre, il faut faire une nouvelle encyclopédie40. »

La portée politique de l’Encyclopédie

  • 41 Saint-Simon, Quelques opinions philosophiques, Œuvres, tome V, p. 102.
  • 42 Saint-Simon, Projet d’Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 295.
  • 43 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 180.

21Cette Nouvelle Encyclopédie est non seulement une œuvre philosophique et scientifique, mais elle a une portée politique. Elle fonde le projet politique et le nouveau système social issus de 1789, le système industriel et scientifique qui combine le pouvoir temporel des industriels et le pouvoir spirituel des savants. Cette Encyclopédie doit assurer la transition entre la Révolution qui est demeurée inachevée, puisqu’il subsiste des traces nombreuses de l’Ancien Régime, et le véritable changement social que sera l’établissement du système industriel. Saint-Simon a donc une vision très politique de l’Encyclopédie qui n’est nullement une fin en soi. En 1825, il insiste encore « sur la nécessité de faire une nouvelle Encyclopédie pour préparer la réorganisation sociale »41. La Nouvelle Encyclopédie, scientifique et positive, est aussi industrialiste. Elle contribue au développement du système industriel dont elle constitue la dimension spirituelle : « Tous vos savants qui cultivent les sciences positives doivent être réunis en atelier pour travailler à la confection d’une encyclopédie. Cette encyclopédie doit fonder la doctrine générale et les doctrines particulières pour chacune des classes de la société42. » Si l’Encyclopédie a valeur de « grand livre », voire de Bible pour les industriels, elle doit pouvoir être vulgarisée en un catéchisme industriel, accessible au plus grand nombre : « Le seul Catéchisme qui puisse être admis aujourd’hui par les peuples éclairés, sera un extrait très succinct de l’Encyclopédie, organisatrice du physicisme. On ne fera un bon Catéchisme qu’après avoir fait une bonne Encyclopédie43. » Saint-Simon instrumentalise l’Encyclopédie à des fins d’action politique concrète. Il est de façon indissociable, un penseur et un homme d’action qui ne sépare jamais la théorie de la pratique.

  • 44 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 198.
  • 45 Saint-Simon, Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 327.
  • 46 Saint-Simon, Projet d’Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 285 et p. 282.

22La Nouvelle Encyclopédie doit être enfin une œuvre pacifique, dont l’élaboration doit être collective, franco-anglaise ou européenne, voire internationale, réalisée au sein d’un vaste atelier scientifique qui préfigure le mode d’organisation du système industriel considéré lui-même comme une immense manufacture où s’affairent les industriels producteurs réunis comme des sociétaires et des frères. L’Encyclopédie représente le travail d’utilité publique du pouvoir spirituel, complémentaire des grands travaux publics temporels que sont notamment les réseaux techniques territoriaux. Dès l’Introduction aux Travaux scientifiques du xixe  siècle, Saint-Simon écrit : « Faire une bonne Encyclopédie est un travail qui exige le concours des premiers savants du globe, vingt ans de travaux et cent millions44. » Au cœur de l’entreprise, il est nécessaire que figure l’alliance des Français et des Anglais. Ainsi l’Encyclopédie contribuera-t-elle à la paix : « Cette grande opération scientifique terminera la lutte qui existe depuis si longtemps entre la France et l’Angleterre »45. Saint-Simon écrit également dans son Projet d’Encyclopédie : « L’édification de cette nouvelle encyclopédie intéresse également la nation anglaise et la nation française, puisque ces deux nations ont fondé leurs organisations sociales sur des bases semblables. D’où je conclus que l’intérêt commun de la France et de l’Angleterre est de charger la Société Royale de Londres et l’Institut Impérial de France de travailler en commun à une nouvelle encyclopédie46. »

  • 47 Saint-Simon, Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 327.
  • 48 Saint-Simon, Catéchisme des Industriels, cahier 1, Œuvres, tome IV, p. 56 note.

23Saint-Simon ne cesse d’insister sur la dimension politique du projet d’Encyclopédie. Les collaborations doivent d’ailleurs s’étendre à l’Europe entière, mais l’atelier encyclopédique, lui, doit être implanté à Paris, car la France doit sauvegarder sa prééminence intellectuelle sur le monde : « Quel magnifique ensemble Paris offrira, quand les plus grands savants du globe y seront rassemblés et que cet atelier scientifique travaillera sous les ordres du Grand Napoléon à l’organisation du système des connaissances humaines ! Cette grande opération scientifique […] assurera à la nation française le titre de grande nation, titre glorieux dont l’Empereur l’a saluée du milieu des camps47. » Paris, où s’est opérée la grande Révolution politique doit aussi être la ville de la révolution scientifique dès lors que, écrit-il dans le Catéchisme des Industriels : « L’Europe est dans la France et la France dans Paris48. »

  • 49 Saint-Simon, Quelques opinions philosophiques, Œuvres, tome V, p. 105.

24Le projet de « Nouvelle Encyclopédie » de Saint-Simon se caractérise donc à la fois par son lien rêvé avec le régime impérial (il est dédié à l’Empereur), la référence à Bacon érigé en modèle et l’affirmation de son contenu positif et post-révolutionnaire, par opposition avec l’Encyclopédie des Lumières qui ne fut que critique et prérévolutionnaire. Il s’agit à la fois d’une œuvre à portée scientifique et politique, et d’une œuvre pacifique, appelant à un travail collectif, européen et international. Ce projet traverse l’œuvre de Saint-Simon, depuis la Lettre aux Européens de 1802-1803 jusqu’aux derniers textes dans lesquels il propose encore la formation d’une « Encyclopédie européenne »49.

  • 50 Henri Gouhier, La Jeunesse d’Auguste Comte et la formation du positivisme, ouvr. cité, t. II, p. 3 (...)
  • 51 François Dagognet, Trois philosophies revisitées : Saint-Simon, Proudhon, Fourier, Zurich/New York (...)

25Pourquoi alors ce projet qui lui tenait tant à cœur est-il resté inachevé, à l’état d’esquisse, voire d’intention ? Il est possible que Saint-Simon ait dû composer avec les aléas d’une vie marquée après 1811 par de graves soucis financiers, ou que les événements de l’année 1814, la Restauration et la tenue du Congrès de Vienne, l’aient conduit à se mettre à la rédaction de son projet politique et à laisser de côté la rédaction de cette Encyclopédie. Doit-on suivre Henri Gouhier qui considère Saint-Simon comme un « amateur d’idées simplistes, totalement dépourvu de culture scientifique, inapte à l’attention, incapable de pousser la rédaction plus loin qu’un premier brouillon »50 ou au contraire François Dagognet, pour qui ses emprunts garantissent son sérieux ? A partir de constats philologiques proches, le second formule en effet des conclusions diamétralement opposées à celles du premier : « Saint-Simon a puisé à pleines mains dans les travaux de quelques savants de la fin du xviiie siècle […]. Il a fondé ses propres réflexions à partir du savoir de son temps… On discerne en effet, des aperçus de sa construction chez Vicq d’Azyr, Cabanis et surtout Lamarck. Saint-Simon assimile et intègre tout ce que ses contemporains exposaient eux-mêmes ; ses propres amplifications perdent du même coup leur aspect éventuellement fantaisiste ; elles méritent d’être prises en compte ; elles servent de levain à son dessein général51. »

Notes

1 « Je suis arrivé à cette époque où l’on prend sa retraite, et j’entre dans la carrière après une route longue et pénible, je suis arrivé au point de départ » (« Histoire de ma vie », Œuvres, tome I, p. 78). Nous utilisons dans cet article, les Œuvres complètes de Saint-Simon, Éditions Anthropos, Paris, 1966, 6 volumes.

2 Saint-Simon, Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, Œuvres, tome VI, p. 192.

3 Pour Henri Gouhier, ce projet encyclopédique serait précisément légitimé par la généralisation de la thèse de Newton sur l’attraction universelle : « Cette généralisation doit étendre la loi de Newton à toutes les parties du savoir. Saint-Simon promet de montrer qu’elle s’étend à la “physique des corps organisés” comme à la “physique des corps bruts”, c’est-à-dire que la physiologie positive a pour principe souverain d’explication les sciences physico-chimiques. » (Henri Gouhier, « Un projet d’Encyclopédie de Saint-Simon », Revue Internationale de Philosophie, quatorzième année, fascicule 3-4, p. 386, Bruxelles, 1960)

4 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 111.

5 Voir Œuvres complètes de Saint-Simon, tome VI, p. 108-109.

6 Voir Henri Gouhier, « Un projet d’Encyclopédie de Saint-Simon », Revue Internationale de Philosophie, Bruxelles, 1960, p. 384-398, et La Jeunesse d’Auguste Comte et la formation du positivisme, tome II, Saint-Simon jusqu’à la Restauration, notamment le chapitre iv, p. 223-272, Librairie philosophique Jean Vrin, [1933], 2e édition, Paris, 1964.

7 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 18.

8 Henri Gouhier, « Un projet d’Encyclopédie de Saint-Simon », article cité, p. 388.

9 Ce manuscrit de 38 feuillets est conservé aux Archives nationales sous la cote F7 4233 (numéro 134).

10 Henri Gouhier, article cité, p. 395-396.

11 Ibid., p. 396.

12 Ibid., p. 391.

13 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 192

14 Ibid., p. 18.

15 Henri Gouhier, La Jeunesse d’Auguste Comte et la formation du positivisme, t. II, Saint-Simon jusqu’à la Restauration, ouvr. cité, p. 180.

16 Saint-Simon, Mémoire sur la Science de l’Homme, Œuvres, tome V, p. 34.

17 Saint-Simon, Travail sur la Gravitation Universelle, Œuvres, tome V, p. 247-248.

18 Saint-Simon, Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 326-327.

19 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 199.

20 Saint-Simon, Quelques opinions philosophiques, Œuvres, tome V, p. 106.

21 Saint-Simon, Mémoire sur l’Encyclopédie, Œuvres, tome I, p. 148-149.

22 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 103.

23 Saint-Simon, Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 324.

24 Saint-Simon, Mémoire sur l’Encyclopédie, Œuvres, tome I, p. 147-148.

25 Saint-Simon, Nouveau Christianisme, Œuvres, tome III, p. 181-182.

26 Saint-Simon, Mémoire sur l’Encyclopédie, Œuvres, tome I, p. 149. Texte identique dans le Projet d’Encyclopédie, tome VI, p. 283.

27 Ibid.

28 Saint-Simon, Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 317.

29 Dans la Réorganisation de la Société Européenne, Saint-Simon précise ainsi ce qu’il entend par « La Descartes » : « Pour résoudre une question de quelque ordre qu’elle soit, la logique nous offre deux méthodes ou plutôt une seule méthode qui comprend deux opérations : la synthèse et l’analyse ; par l’une on embrasse l’ensemble de la chose examinée, ou on l’examine a priori ; par l’autre on la découpe pour l’observer dans ses détails, ou on l’examine a posteriori. Les résultats obtenus par la synthèse doivent être vérifiés par l’analyse et réciproquement les résultats obtenus par l’analyse doivent être vérifiés par la synthèse ; ou, ce qui est la même chose, une question n’est traitée d’une manière sûre et complète que lorsqu’elle a été examinée successivement a priori et a posteriori » (Œuvres, tome I, p. 184). Voir aussi notre Vocabulaire de Saint-Simon, éditions Ellipses, 2005.

30 Saint-Simon, Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, Genève, Slatkine reprints, 1977. Fac-similé de l’édition de Paris, E. Dentu, 1868-1878, tome VI, p. 320.

31 Saint-Simon, lettre du 4 juin 1817 à Chateaubriand, Œuvres, tome I, p. 217-218.

32 Saint-Simon, Projet d’Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 303.

33 Saint-Simon, Du Système Industriel, Œuvres, tome III, p. 180.

34 Ibid., p. 181.

35 Saint-Simon, Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 324.

36 Saint-Simon, Quelques opinions philosophiques, Œuvres, tome V, p. 106.

37 Saint-Simon, préface de la Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 330.

38 Raymond Aron, Dix-huit leçons sur la société industrielle, p. 33-34, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1962.

39 Saint-Simon, L’Organisateur, Œuvres, tome II, p. 193.

40 Saint-Simon, Projet d’Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 282.

41 Saint-Simon, Quelques opinions philosophiques, Œuvres, tome V, p. 102.

42 Saint-Simon, Projet d’Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 295.

43 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 180.

44 Saint-Simon, Introduction, Œuvres, tome VI, p. 198.

45 Saint-Simon, Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 327.

46 Saint-Simon, Projet d’Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 285 et p. 282.

47 Saint-Simon, Nouvelle Encyclopédie, Œuvres, tome VI, p. 327.

48 Saint-Simon, Catéchisme des Industriels, cahier 1, Œuvres, tome IV, p. 56 note.

49 Saint-Simon, Quelques opinions philosophiques, Œuvres, tome V, p. 105.

50 Henri Gouhier, La Jeunesse d’Auguste Comte et la formation du positivisme, ouvr. cité, t. II, p. 387.

51 François Dagognet, Trois philosophies revisitées : Saint-Simon, Proudhon, Fourier, Zurich/New York, OLMS, 1997, p. 37 et 40.

Auteur

Professeur à l’université de Rennes 2. Il est spécialiste de l’œuvre de Saint-Simon. Il a publié La Religion du monde industriel : analyse de la pensée de Saint-Simon (La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2006) et dirigé Actualité du saint-simonisme, colloque de Cerisy, [21 juin 2003], Paris, PUF, 2004.

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search