Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Aventure dans la littérature populaire au xixe siècle

 | 
Roger Bellet

Les aventuriers dans la bibliothèque bleue

Lise Andries

Texte intégral

  • 1 Voir S. Roth, Les Aventuriers au XVIIIe siècle, éd. Galilée, Paris, 1980, p. 13.

1Nous parlerons non de l’aventure en tant que telle mais de ceux qui la vivent et plus précisément d’un personnage – l’aventurier – qui appartient à la fois au monde de l’errance comme tous les héros d’aventures mais qui se caractérise aussi par un statut social ambigu, proche de la marginalité et de la criminalité. Le sens péjoratif du mot apparaît d’ailleurs dès 1694 dans le Dictionnaire de l’Académie : « Celui qui n’a aucune fortune et qui cherche à s’establir par des aventures. Ce n’est qu’un aventurier ».1 Nos textes de référence sont les romans de la Bibliothèque bleue, collection dont la caractéristique est, on le sait, de rassembler des textes d’origine fort diverse : si les éditions citées ont été publiées en majorité aux XVIIIe et XIXe siècles, certaines s’inspirent d’ouvrages beaucoup plus anciens qui datent de la Renaissance ou de la fin du Moyen Age. Or la définition de l’aventure et de l’aventurier dans la Bibliothèque bleue est soumise aux variations nées de cette « sédimentation culturelle » ; elle ne peut se concevoir que dans une perspective diachronique tenant compte aussi bien des archaïsmes de la collection que du renouvellement de ses textes. Ainsi on tentera de montrer que la figure de l’aventurier s’est construite progressivement et qu’elle est issue de traditions culturelles différentes, apparues successivement dans la littérature de colportage.

Le chevalier errant

  • 2 Un certain nombre de romans de chevalerie cessent de paraître dans la Bibliothèque bleue, à la fin (...)
  • 3 Voir Lise Andries, « Tradition médiévale et littérature populaire : l’élaboration d’un mythe », à (...)

2Émerge d’abord l’archétype du chevalier errant, tel que l’ont perpétué des romans bleus d’origine médiévale comme Les Quatre Fils Aymon, Huon de Bordeaux et Pierre de Provence. Ces ouvrages eurent un succès immense comme en témoigne le nombre de leurs rééditions dans la littérature de colportage, du XVIIe siècle au XIXe siècle. Nous limiterons d’ailleurs notre étude aux romans de chevalerie qui connurent cette longévité2. Au XIXe siècle, le Moyen Age est à la mode : les romans-troubadours s’en inspirent et il sert de cadre à bon nombre de feuilletons historiques. Mais les chevaliers de la Bibliothèque bleue sont différents des héros de ces nouvelles aventures. Ce sont les personnages de l’épopée traditionnelle, des guerriers qui, à l’exception de Pierre de Provence, accordent peu de place à l’intrigue amoureuse. Il est d’ailleurs significatif que les romans courtois de la littérature médiévale n’aient pas été publiés dans la Bibliothèque bleue3.

3Dans ces romans, la quête aventureuse semble s’organiser autour de quelques situations-type selon un mode de fonctionnement qui ressemble étrangement à celui du récit oral où le conteur combine et utilise aussi souvent que nécessaire un nombre limité de « topoi » enregistrés dans sa mémoire et fidèles à la tradition collective. Il s’agit dans les deux cas de structures ouvertes, d’œuvres qui laissent un sentiment d’inachèvement et appellent une suite narrative. L’Histoire de Valentin et Orson, par exemple, présente à plusieurs reprises la même chaîne séquentielle : « Départ du héros/Combat contre les Infidèles/Victoire//Trahison/Emprisonnement du héros – Fuite/ », séquences qui pourraient se répéter ad infinitam. Autre constante structurelle, chacun des romans présente le même épisode initial : le départ du héros. Cette séquence ou fonction est également déterminante, semble-t-il, dans le déroulement du conte populaire, selon la nomenclature établie par W. Propp. Dans les romans médiévaux, le héros se sépare de sa famille, parfois de sa patrie, soit parce qu’il cherche l’aventure et l’occasion de briller dans des tournois (c’est partiellement vrai de Pierre de Provence), soit parce qu’il est victime d’une injustice – Huon de Bordeaux est envoyé injustement par Charlemagne auprès d’un « amiral » sarrazin et la mission imposée est si périlleuse qu’elle ressemble à un arrêt de mort –, soit parce qu’il a commis une faute et qu’il est rejeté par la communauté. Notons également que le départ se fait souvent contre le père et le pouvoir et que, quels que soient les motifs bien réels de l’exclusion, il prend souvent la forme d’un rite de passage nécessaire pour accéder à l’âge adulte.

4Généralement le départ du héros implique d’ailleurs qu’il quitte non seulement sa famille mais son rang social. Huon de Bordeaux, les Quatre Fils Aymon sont exclus parce que le lien de vassalité a été rompu et ce lien se révèle plus puissant que le lien du sang : Aymon de Montauban refusera d’accueillir ses fils réduits à la misère, plutôt que d’encourir la colère de Charlemagne, son suzerain. Le chevalier, privé des appuis de la communauté, devient donc l’étranger, le banni. L’aventure est alors pour lui synonyme de dangers, de souffrances et de privations ; toute terre lui est ennemie, tout chemin peut cacher dans ses détours une embuscade. Les Quatre Fils Aymon errent lamentablement dans la forêt des Ardennes et doivent se résigner à tuer leur cheval Bayard pour se nourrir. Dans certains cas, le déclassement social est plus que suggéré, il se réalise. Huon de Bordeaux est obligé de devenir le valet d’un ménestrel pour survivre, Pierre de Provence est acheté comme esclave par le sultan d’Alexandrie, Robert le Diable vit pendant sept ans de mendicité à la Cour de l’empereur de Rome.

5Il arrive enfin que le déclassement social ne soit pas imposé par des circonstances extérieures mais que le héros lui-même refuse d’être identifié. Le thème de l’incognito et du déguisement est assez fréquent dans ces récits. Ainsi Pierre, fils unique du Comte de provence, se présente-t-il à Naples comme étranger « et s’en vint mettre au plus humble heu » ; il ne révélera son identité à la femme aimée, et à elle seule, qu’au milieu du récit. En effet l’aventure en tant qu’épreuve peut permettre précisément au héros d’obtenir la reconnaissance sociale ; c’est ce que souhaite par exemple Pierre de Provence. Si en revanche la nécessité pour le héros de cacher son identité correspond à une sanction d’origine temporelle ou divine (Robert le Diable, fils du Duc de Normandie, devra pour expier ses crimes contrefaire le fou et le muet et mendier sa nourriture), dans ce cas, l’épreuve réussie est aussi un moyen de reconquérir son identité et de retrouver sa place dans la communauté.

  • 4 E. Köhler, L’aventure chevaleresque, Gallimard, 1974, p. 79.
  • 5 Histoire de Mélusine, Troyes, Nicolas Oudot, 1677.

6C’est pourquoi on peut se demander si les héros des romans médiévaux sont véritablement des aventuriers. L’aventure représente en effet le plus souvent la réalisation de l’idéal chevaleresque. Elle n’est pas révolte mais initiation. L’exclusion de la communauté n’a qu’un caractère provisoire et le dénouement est heureux. Robert le Diable devient empereur de Rome et Duc de Normandie ; Pierre de Provence épouse Maguelonne et retrouve ses terres ; Charlemagne pardonne finalement aux Quatre Fils Aymon. En effet les héros respectent le code moral de leur temps. Ils se montrent généreux, bons combattants et bons chrétiens. Pourtant l’existence des chevaliers itinérants répond aussi à une réalité sociologique qui est sous-jacente dans les romans et nuance ce portrait, en rejetant le héros chevaleresque dans une certaine marginalité. Comme le rappelle Eric Köhler dans L’Aventure chevaleresque, c’est le besoin d’argent qui a sublimé l’aventure4. Pour une petite noblesse sans possessions qui s’appauvrit en période de paix, la recherche de tournois et d’occasions de combats en pays étranger est un moyen de survivre. Cette dimension apparaît dans l’Histoire de Mélusine où les deux fils aînés de la fée expliquent ainsi leur départ : « Si fortune ou bonne aventure nous vouloit estre amie, nous avons bien volonté de conquerir terres et pays car nous regardons que nous sommes jà huit freres et si vostre bien fut divisé en tant de parties, celui qui devroit tenir le chef de la seigneurie ne pouroit avoir guere d’estat ».5 Or le désir de « corriger la fortune » est sans doute l’élément essentiel et le plus caractéristique de la démarche de l’aventurier. C’est aussi cet aspect que retiendront aux XVIe et XVIIe siècles les parodies de romans de chevalerie et les récits picaresques.

L’aventure picaresque

7On sait qu’au XVIe siècle, tandis que continuent d’être lus les anciens romans, paraissent divers ouvrages qui parodient ou dénaturent les valeurs chevaleresques, en particulier le Gargantua de Rabelais et Don Quichotte. Dans la Bibliothèque bleue, d’autres textes, moins connus peut-être, traduisent cette évolution. Tout se passe comme si la dimension éthique et religieuse de l’aventure disparaissait au profit du seul intérêt économique qui, on l’a vu, est lui-même un élément de la quête chevaleresque. Le chevalier se transforme peu à peu en aventurier avide et en baladin.

  • 6 Selon Brunet, la première édition de l’Histoire de Fortunatus a été publiée en 1507 à Augsbourg.
  • 7 Troyes, Vve N. Oudot, p. 46.

8L’épopée d’abord se vide de sa signification ; le voyage n’a plus pour but d’acquérir la gloire dans des tournois ou dans la lutte contre les païens. Il prend dans une première étape l’allure d’une épopée marchande – dans l’Histoire de Fortunatus le héros court les mers et accumule du bénéfice grâce au commerce avec l’Orient6 – puis se métamorphose en voyage imaginaire et bouffon : dans la Navigation du compagnon à la bouteille, texte directement inspiré de Rabelais, le géant Bringuenarille arrive après moult péripéties et un naufrage au pays d’abondance, « la ou croissent les pastez chauds, et d’une nuée tombent les allouettes toutes rosties ».7 On entre alors dans le monde du burlesque et de l’inversion carnavalesque tels que Bakhtine les a décrits. Il est d’ailleurs significatif que, dans les titres de la Bibliothèque bleue, le terme d’« aventure » soit si souvent associé à « plaisante et comique », signe du glissement de l’aventure vers la farce. Trois ouvrages en particulier illustrent cette évolution : la Vie de Till l’Espiègle, ouvrage anonyme dont la première édition française est de 1532, L’Aventurier Buscon de Quevedo, traduit en 1633 et la Vie de Scaramouche, d’Angelo Constantini qui date de la fin du XVIIe siècle. Bien que ces ouvrages diffèrent a priori les uns des autres par leur date de publication ou par la qualité inégale des récits – le Buscon est infiniment supérieur aux deux autres livrets –, ils s’inscrivent tous dans une tradition narrative identique.

9Les trois récits présentent d’abord une caractéristique structurelle déjà évoquée à propos de certains romans de chevalerie ; organisés en courts chapitres qui constituent chacun une anecdote autonome à la manière des recueils facétieux dont ils sont très proches, ils jouent de la répétition des mêmes séquences narratives et conduisent le récit vers son point-limite où la linéarité se brise. Structures ouvertes donc, susceptibles d’accueillir autant d’ajouts que nécessaire, sans que la cohérence ultime soit mise en cause puisque la redondance produit elle-même un surcroît de sens : le lecteur s’attend à ce que le héros exécute une fois de plus ses facéties et fasse de nouvelles victimes. Le héros picaresque ne peut en effet s’amender, il vit dans la perpétuation des mêmes scénarios. C’est pourquoi le dénouement de ces ouvrages est toujours artificiel. Till l’Espiègle et La Vie de Scaramouche s’achèvent abruptement par la mort des personnages ; quant à la fin moralisante du Buscon dans la version bleue (le héros épouse la fille d’un riche marchand et décide de devenir honnête homme), elle modifie le texte original de Quevedo qui restait inachevé.

10Une autre ressemblance entre ces récits est la part accordée au trivial et au prosaïque. C’est le monde de la rue qui est décrit et les détails fourmillent concernant l’allure ou le langage pittoresque des individus qui le hantent : on assiste ainsi dans L’Aventurier Buscon à une scène traitée sur le mode héroï-comique, où le Buscon subit les attaques de marchandes de la Halle qui le bombardent de laitues. Le monde de la route est également présent avec ses auberges où défilent escoliers, soldats, filous et prostituées. Dans ces descriptions burlesques, une place privilégiée est accordée au thème corporel, alimentaire ou scatologique – et, dans une moindre mesure, à la sexualité. Si le corps est en effet la source inépuisable de plaisanteries et de situations cocasses, il traduit en même temps le parti pris de réalisme des auteurs. Il est le heu de tous les débordements, il semble vivre de sa vie propre et ne pouvoir être maîtrisé.

  • 8 Voir M. Molho, Romans picaresques espagnols, Gallimard, Pléiade, 1968. Sa préface est une introduc (...)
  • 9 L’aventurier Buscon, Troyes, J.A. Garnier (1760-1780); ouvrage réédité dans Figures de la gueuseri (...)
  • 10 Ibid., p. 253.

11Les héros de cette littérature apparaissent donc comme de joyeux farceurs dont les tromperies sont d’abord le moyen de faire rire aux dépens des plus niais. Mais l’univers auquel ils appartiennent est aussi celui de la marginalité. Issu en général de la classe sociale la plus basse (Pablo, « el Buscon », est fils d’un barbier et d’une prostituée), le picaro « évoque toutes sortes de personnages louches, sans feu ni heu, que l’oisiveté, la paresse et le vice poussent à la délinquance ».8 Malgré ses facéties et ses ridicules, ce personnage ne laisse pas d’être inquiétant car il choisit, pour réussir, des voies obliques. Chevalier errant d’un nouveau style, il parcourt inlassablement les routes, quittant discrètement une ville ou un pays dès que ses forfaits l’ont rendu trop célèbre. Le héros picaresque a recours en général, pour parvenir et tromper son monde, à la fausse identité : c’est un maître du déguisement ; il n’est pas étonnant d’ailleurs que nombre de ces aventuriers soient fascinés par la vie des comédiens ambulants, de Scaramouche à Casanova. Changeant de nom comme de costume, il est tour à tour moine, comédien, mendiant, valet. Mais le rôle qu’il préfère est celui de chevalier. Buscon déclare, partant pour l’aventure : « J’en savois assez pour la profession de chevalier que je me proposois d’imiter »9. Une figure totalement pervertie du chevalier errant se constitue alors, celle du chevalier d’industrie dont un des représentants fait ainsi la description : « Nous nous appelons en général Chevaliers de l’Industrie, et parce qu’il y en a de plusieurs espèces, nous avons des noms particuliers pour les donner à connaître : Les uns se nomment Egrillards, les autres les Matois, les autres Filoux (...) et plusieurs autres noms qui dénotent notre profession »10. Il s’agit là d’une hiérarchie des gueux à laquelle d’autres textes de la Bibliothèque bleue font également référence : univers de la Cour des Miracles avec ses faux mendiants, ses soldats faussement estropiés, ses lois et son langage, l’argot, langue des voleurs. Rappelons que, dès la Renaissance, les livres de mendiants et le monde des bas-fonds exerçaient une véritable fascination sur les lecteurs et que, plus tard, des livrets bleus comme Le Jargon ou langage de l’Argot réformé remportèrent un grand succès.

De l’escroc au justicier

  • 11 Il existe d’autres Vies de cirminels dans la Bibliothèque bleue, comme la Vie de Nivet ou la Vie d (...)

12Au cours du XVIIIe siècle, un nouveau type d’aventurier apparaît dans la Bibliothèque bleue : le bandit social, issu du fait divers et des occasionnels. Escroc d’envergure contrairement au médiocre chevalier d’industrie, il renoue avec la tradition chevaleresque, du moins dans les textes qui ont perpétué sa légende, les livrets de colportage et les complaintes. Trois textes de la Bibliothèque bleue, très largement diffusés aux XVIIIe et XIXe siècles, décrivent les vies de grands criminels : l’Histoire de la vie, grandes voleries et subtilités de Guilleri et de ses compagnons et de leur fin lamentable et malheureuse, l’Histoire de la vie de Cartouche et l’Histoire de Louis Mandrin depuis sa naissance jusqu’à sa mort. Avec un détail de ses cruautés, de ses brigandages et de ses supplices.11 Nous nous attacherons surtout à l’étude de la Vie de Guilleri et de Mandrin.

  • 12 Voir E. Hobsbawm, Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Fayard, 1963. Voir également (...)

13Selon E. Hobsbawm qui analyse ce phénomène dans Les primitifs de la révolte, il existe un schéma-type du destin du bandit social sous sa forme romancée et mythique, et nous verrons qu’il est applicable à nos deux récits : le héros d’abord est considéré comme un hors-la-loi non par la communauté à laquelle il appartient mais par l’État ; Mandrin par exemple est un contrebandier et il est protégé par les populations locales.12Ses ennemis traditionnels sont les hommes de loi et les usuriers. Mandrin s’attaque aux percepteurs des impôts indirects, les gabelous. Quant à Guilleri, il prend pour victimes les riches marchands des villes.

  • 13 Figures de la gueuserie, op. cit., p. 433.
  • 14 Histoire de Louis Mandrin, Épinal, Pellerin, s.d., p. 40.

14Gobsbawm insiste également sur le fait que la légende orale ou écrite tend à faire du bandit social une sorte de surhomme. Devenu chef de bande grâce à son charisme personnel, il est à la fois invulnérable et doué d’ubiquité. Or le livret de colportage retraçant la vie de Guilleri indique : « Plusieurs tiennent qu’il avoit un esprit familier, qui le conduisoit en ses entreprises ».13 Mandrin, lui, entre dans la légende, non parce qu’il est protégé par des puissances surnaturelles mais parce qu’il possède une force prodigieuse – il réussira à s’évader d’un cul de basse-fosse où on l’avait enchaîné – ; il est d’ailleurs presqu’insaisissable et se déplace avec sa bande à une telle vitesse qu’elle déconcerte et terrorise ses adversaires. Selon un livret bleu du XIXe siècle, ses troupes ont investi « le Dauphiné, le Languedoc, une partie de l’Auvergne, le Lyonnais et le Mâconnais »14, champ d’action bien plus étendu que ne le rapporte l’Histoire. L’arrestation de ces êtres exceptionnels ne peut donc avoir lieu que si l’un des leurs les a trahis. Le motif de la trahison est toujours présent dans les dénouements.

15Ce portrait mythique du bandit social se double d’une signification idéologique. Le personnage de Mandrin surtout s’est prêté à une utilisation politique. En s’attaquant uniquement aux employés et en forçant les bureaux de la Ferme, Mandrin dénonce à sa manière l’injustice du système fiscal sous Louis XV (sans remettre en cause l’autorité royale) et l’opulence dans laquelle vivent les fermiers généraux. Il a rencontré une très large adhésion populaire, les gabelous, partisans, maltôtiers étant absolument haïs par la population. L’histoire de Mandrin a d’ailleurs inspiré divers pamphlets contre le régime, le plus célèbre étant le Testament politique de Louis Mandrin attribué à Ange Goudar et publié en 1756. En outre Mandrin, Cartouche et Guilleri incarnent un idéal de liberté et de générosité. Vivant au delà des lois, ils brisent le carcan d’une société fortement hiérarchisée et ils proclament leur marginalité tout en étant épris de justice sociale. Mandrin se considère comme « le libérateur des citoyens », il ouvre les prisons ; Guilleri prend aux riches pour donner aux pauvres. Ce mythe du bandit au grand cœur, mythe issu du monde paysan beaucoup plus que de l’univers urbain, a été largement développé dans la tradition populaire orale et écrite. De Robin des Bois à Jesse James, des brigands du maquis corse aux Cangaceiros du Nordeste Brésilien, il exprime une forme archaïque de résistance à l’oppression.

  • 15 Gallimard, 1975, p. 70.

16Héros chevaleresque, justicier qui redresse les torts et redistribue les richesses, le bandit ne peut cependant connaître qu’un destin tragique parce que le banditisme reste un crime et qu’on ne doit pas vivre ainsi impunément. Les auteurs anonymes des livrets bleus, par exemple, adoptent une attitude ambiguë à son égard. S’ils expriment une réelle fascination pour le personnage, ils ne cessent en même temps de se référer à une morale qui le condamne. La fin des récits est toujours exemplaire. Mandrin se repent au moment du supplice, comportement rituel et conforme à ce qu’on attend d’un condamné, et le narrateur conclut : « Mandrin était un homme obscur qui n’a suivi que sa brutalité et ses emportements. Il a été scélérat et il en a subi le sort ». Michel Foucault, dans Surveiller et punir, a clairement souligné le caractère contradictoire de ces textes : « Héros noir ou criminel réconcilié, défenseur du vrai droit ou force impossible à soumettre, le criminel des feuilles volantes, des nouvelles à la main, des almanachs, des bibliothèques bleues, porte avec lui, sous la morale apparente de l’exemple à ne pas suivre, toute une mémoire de luttes et d’affrontements ».15

  • 16 Cité par E. Knecht, « Le Juif errant », Romantisme, no 8, 1974, pp. 84-96.
  • 17 Histoire admirable du juif-errant, lequel, depuis l’an 33 jusqu’à l’heure présente, ne fait que mar (...)

17On assiste donc à une transformation progressive de la figure de l’aventurier, depuis l’épopée chevaleresque jusqu’à la littérature de faits divers, cette dernière ayant le succès que l’on sait auprès du public populaire du XIXe siècle. Le personnage du brigand qui hante l’imaginaire du XIXe siècle, des mélodrames de Pixérécourt aux Mystères de Paris, les Vautrin et les Vidocq ont peut-être puisé là leurs modèles. Mais chaque nouvelle figure emprunte au modèle plus ancien et surtout, pour les lecteurs de la Bibliothèque bleue, chevaliers errants, héros picaresques et grands criminels sont perçus simultanément à cause du phénomène des rééditions. En effet l’on voit coexister dans les catalogues d’éditeurs de la Bibliothèque bleue des XVIIIe et XIXe siècles aussi bien Pierre de Provence et Huon de Bordeaux que la Vie de Mandrin, le Buscon ou Till l’Espiègle. Selon quelle thématique, une mythologie plus vaste confondant ces diverses influences culturelles, a-t-elle pu ainsi s’élaborer chez les lecteurs ? Sans doute ces vies d’aventuriers ont-elles pour point commun de donner forme à un désir d’ascension sociale ou d’incarner le défi de l’autorité même si celui-ci s’exprime de façon réglée et par procuration, à travers d’autres individus. Elles évoquent d’autre part le thème de l’errance malheureuse, errance qui est le signe de la misère et d’une marginalité tout à la fois menaçante et séduisante dont l’Histoire du Juif errant pourrait être le symbole. Car le Juif errant est proche du peuple. « Comme lui il marche toujours et n’arrive jamais »16 et voici sa complainte17 :

« Je traverse les mers
Les rivières, les ruisseaux,
Les forêts, les déserts
Les montagnes, les côteaux
Les plaines et les vallons,
Tous chemins me sont bons
Je n’ai point de ressource
Je n’ai maison ni bien,
J’ai cinq sous dans ma bourse,
Voilà tout mon moyen. »

Notes

1 Voir S. Roth, Les Aventuriers au XVIIIe siècle, éd. Galilée, Paris, 1980, p. 13.

2 Un certain nombre de romans de chevalerie cessent de paraître dans la Bibliothèque bleue, à la fin du XVIIe siècle. Des impératifs commerciaux sont sans doute pour quelque chose dans cette régression, car les plus courts des romans médiévaux ont connu davantage de rééditions.

3 Voir Lise Andries, « Tradition médiévale et littérature populaire : l’élaboration d’un mythe », à paraître dans Europe, sept. 1983.

4 E. Köhler, L’aventure chevaleresque, Gallimard, 1974, p. 79.

5 Histoire de Mélusine, Troyes, Nicolas Oudot, 1677.

6 Selon Brunet, la première édition de l’Histoire de Fortunatus a été publiée en 1507 à Augsbourg.

7 Troyes, Vve N. Oudot, p. 46.

8 Voir M. Molho, Romans picaresques espagnols, Gallimard, Pléiade, 1968. Sa préface est une introduction remarquable à la littérature picaresque.

9 L’aventurier Buscon, Troyes, J.A. Garnier (1760-1780); ouvrage réédité dans Figures de la gueuserie. Textes présentés par R. Chartier, Montalba, Paris, 1982, p. 191.

10 Ibid., p. 253.

11 Il existe d’autres Vies de cirminels dans la Bibliothèque bleue, comme la Vie de Nivet ou la Vie d’Anthelme Collet mais elles ont eu beaucoup moins de succès.

12 Voir E. Hobsbawm, Les primitifs de la révolte dans l’Europe moderne, Fayard, 1963. Voir également D. Blanc et D. Fabre, Le Brigand de Cavanac, Verdier, Lagrasse, 1982.

13 Figures de la gueuserie, op. cit., p. 433.

14 Histoire de Louis Mandrin, Épinal, Pellerin, s.d., p. 40.

15 Gallimard, 1975, p. 70.

16 Cité par E. Knecht, « Le Juif errant », Romantisme, no 8, 1974, pp. 84-96.

17 Histoire admirable du juif-errant, lequel, depuis l’an 33 jusqu’à l’heure présente, ne fait que marcher, Épinal, Pellerin, s.d., p. 23.

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540