Version classiqueVersion mobile

La Construction des savoirs

 | 
Lise Andries

Les Lumières et leurs ombres

Électricité et magnétisme : un paradigme du renouvellement de l’écriture des sciences au xviiie siècle

Daniela Gallingani

Texte intégral

1À l’âge des Lumières, mais même auparavant, l’un des effets les plus évidents de la rencontre entre science et littérature (dans le sens d’une mise en discours de certaines découvertes scientifiques) fut la multiplication d’ouvrages – traités, histoires, entretiens, dialogues – qui surtout dans la deuxième moitié du xviiie siècle, témoignèrent de la tentative effectuée par beaucoup de disciplines – la physique, la botanique, la chimie – de s’imposer à la place des anciens savoirs. En réalité, elles se limitèrent le plus souvent à répandre auprès d’un public plus large un type de connaissance scientifique qui n’existait pas encore et à réutiliser des formes de communication – avant tout le dialogue – qui étaient déjà bien établies depuis le xviie siècle et qui devenaient de plus en plus souvent les intermédiaires d’une vulgarisation didactico-scientifique en train de se renouveler.

2La forme dialogique, dont les dialogues galiléens constituent le modèle en France comme en Italie, fut modifiée par un procédé ininterrompu de contamination, qui, déjà vers la fin du xviie siècle, était parvenu à transformer les formes narratives les plus diverses, comme l’églogue pastorale, la nouvelle philosophique et galante, les lettres, les rapports et les relations de voyages. Tout se passait comme si le discours scientifique, produit par une dialectique continuelle entre la parole et la pensée, anticipait une tendance destinée à ne s’affirmer qu’à la fin du xviiie siècle, celle qui voyait les formes brèves du discours devenir les garantes de la crédibilité des démonstrations et de l’infaillibilité des débats scientifiques.

  • 1 Thomas Kuhn, La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1972.

3Parmi les formes du discours, l’analogie et la métaphore devinrent également tout au long du xviiie siècle – à côté du « dialogue » – les formes privilégiées et paradigmatiques d’une époque en transformation. Dans son ouvrage La Structure des révolutions scientifiques1, Thomas Kuhn écrit que la métaphore et l’analogie ont été indispensables pour construire des concepts qui étaient en syntonie avec les nouveautés apparues dans les champs scientifiques. Il est en effet indiscutable que le langage scientifique se sert constamment des ressources de l’imaginaire pour construire « hypothèses, théories, expériences », leur attribuant cette « complication sémantique qui est la seule à garantir l’invention même scientifique ».

4Cependant, toutes les controverses – celles qui aux xviie et xviiie siècles ont concerné surtout le débat entre fluidistes et anti-fluidistes ou les querelles autour de l’électricisme d’abord et du magnétisme ensuite – ont été aussi le produit de deux modèles conceptuels et scientifiques s’opposant nettement, le cartésianisme et le newtonianisme. L’électricité et le magnétisme ont représenté les domaines de pointe de cette « sensibilité pré-scientifique » déjà fortement enracinée dans la culture du premier dix-septième siècle européen qui a compliqué et peut-être retardé ce que l’on a ensuite appelé la « mathématisation » des concepts et de l’expérience en général. Ce sont ces phénomènes électriques, ces fluides mystérieux, électriques et phlogistiques, qui ont provoqué dans tous les milieux, cultivés ou populaires, en France et ailleurs, des réactions complexes et parfois même antithétiques : stupeur et merveille, curiosité et réflexion, désenchantement et volonté de rationaliser, favorisant, d’un côté, l’approche expérimentale des phénomènes, de l’autre la permanence de « catégories conceptuelles » liées à des savoirs anciens, où la science prétendait être universelle sans renoncer aux séductions du mystérieux, du prodigieux et du merveilleux.

  • 2 Voir notre contribution dans le livre I fiori della ragione. Itinerari curiosi attraverso la divul (...)

5Comme nous l’avons déjà souligné2, les disputes entre cartésiens et newtoniens s’inspiraient pour les uns comme pour les autres de la volonté de définir un progrès qui se voulait illimité et de l’aspiration à représenter un ordre cosmique harmonieux. Le siècle des Lumières hérita du siècle précédent cet « esprit de système » qui visait à unifier une réalité matérielle fractionnée au nom de l’universalité et de la clarté.

6L’empirisme qui avait longtemps prévalu dans le domaine de l’électricité et du magnétisme conduisit aussi au retour d’une pensée du « primitif », qui, comme l’on verra chez Court de Gébelin, par exemple, était aussi le fruit de la coexistence de réflexions théologiques et de thématiques cosmologiques. D’innombrables ouvrages où l’histoire du ciel et de la nature est lue dans une perspective associant la parole des poètes, des philosophes et des hommes de science, peuvent être placés dans cette mouvance conceptuelle juxtaposant physique et théologie, expérimentation et superstition, cosmologies anciennes et hypothèses scientifiques. Que l’on songe par exemple à l’immense succès de l’Histoire du ciel de l’abbé Pluche et à beaucoup d’autres ouvrages ou traités, comme celui par exemple de Sigaud de la Fond intitulé De l’électricité ou de ses divers modes et de ses effets sur les corps de l’homme, à un autre de ses livres, le Dictionnaire des merveilles de la nature (1781) ou au Dictionnaire infernal de Collin de Plancy (1825) fondé sur la conviction que la physique, imperméable à tout esprit de système, pouvait présenter des phénomènes électriques aussi inexplicables que l’étaient d’autres matières magnétiques.

7Les incertitudes épistémologiques entourant l’idée de science ont provoqué une dilatation de l’idée de littérature que l’abbé Mangin dans son Histoire générale et particulière de l’électricité ou ce qu’en ont dit de curieux et d’amusant, d’utile et d’intéressant, de réjouissant et de badin, quelques physiciens de l’Europe (1752) décrivit avec précision dès le début du xviiie siècle, en soutenant avec clairvoyance que l’électricité paraissait rassembler en elle tous les agréments de la fable, du conte, de la féerie, du roman, du comique et du tragique et appelait un style de discours qui brisait les frontières des genres et les normes des systèmes littéraires. La littérature, comme le souligna aussi Bachelard dans La Formation de l’esprit scientifique (1938), gagna en richesse symbolique grâce à la splendeur des images dont se paraient toujours les descriptions des prodiges et des merveilles du feu électrique. Le mélange des formes, la variété des références symboliques, la dimension encyclopédique qui la reliait à la culture héritée des Histoires prodigieuses (1582) de Boaisteau et de Belleforest, plaçaient ainsi la science du xviie siècle à la croisée de discours contradictoires issus à la fois des anciennes croyances et de la superstition, et témoignant en même temps d’efforts de rationalisation destinés à connaître les causes des phénomènes. Les textes sur l’électricité et le magnétisme, et plus généralement sur les quatre éléments entrant en jeu dans la création (eau, terre, air, feu), envahirent de plus en plus les journaux, les revues, les mémoires. Or la composante littéraire qui caractérisait souvent la description des phénomènes de la nature tendait à brouiller les catégories du vrai et du vraisemblable, du récit d’expérimentation véridique et d’une narration n’hésitant pas à réutiliser les structures, les contenus, les allures de la fable et du roman. La permanence, même après le xviiie siècle, d’un regard et d’un discours attentifs aux phénomènes mystérieux et troublants de la nature, trouve aussi son origine dans une science ancienne comme l’alchimie, et dans les mystères de la représentation d’un monde fondé sur l’exigence d’une harmonie, consolatrice et nostalgique, de l’ordre divin. Ce fut surtout le mesmérisme, une branche de l’électricisme, qui attribua, en opposition avec le côté cartésien des Lumières, une vigueur renouvelée aux sens et à la conscience du mystère de la matière, et proposa une vision orphique de l’harmonie absolue, la seule capable d’imposer de l’ordre dans le chaos de l’univers.

8L’ambiguïté du xviiie siècle oscillant entre esprit de système et expérimentation a eu des antécédents illustres aux siècles précédents, antécédents qui ont été reconnus et évoqués par les hommes de science de l’âge des Lumières. La Science universelle de Charles Sorel, publiée en 1668, précisa par exemple le caractère et les buts d’une science qui prétendait être véritable et fiable et donc fondée sur la « démonstration » et l’« expérimentation » : pour cela elle devait « ordonner » tous les savoirs et devenir une véritable « théorie de tous les arts ». Sorel, même s’il avoua être profondément marqué par une conception magique du monde, fut parmi les premiers à attribuer exclusivement au langage et aux codes rhétoriques la responsabilité de construire un ordre « fictif » capable d’expliquer l’origine des sciences et de leur donner sens. Ce fut pourtant aussi grâce à la Science universelle que la notion de prodige parvint à changer de statut par l’exclusion catégorique de tout phénomène lié à la sorcellerie ou à la superstition. De la même façon, à travers les Histoires prodigieuses, des auteurs comme Tesserant et Belleforest inventèrent une nouvelle manière de conter, dans laquelle le commentaire et la réflexion laissaient de plus en plus de place aux détails et à la minutie des descriptions, bientôt nécessaires pour représenter tout ce qui allait devenir « expérimental ».

9L’immense effort syncrétique et encyclopédique accompagnant la naissance de l’esprit scientifique se concrétise tout particulièrement pendant l’époque baroque, et surtout dans l’œuvre du père Athanase Kircher qui publie entre 1631 et 1641 des essais relatifs à l’aimant et aux phénomènes électriques. D’abord publiés sous le titre de Magnes, sive de Arte Magnetica, ses ouvrages connaîtront une édition définitive en 1654 sous le titre de L’Art magnétique. L’œuvre de Kircher s’impose comme une véritable « encyclopédie » de toutes les sciences, physique, médecine, chimie, mathématiques et de tous les phénomènes où « se sont révélées les énergies et les effets prodigieux des choses magnétiques ». Dans le Livre III (chap. vii), il traite de ce qu’il appelle l’électromagnétisme, décrivant « le magnétisme de l’électrum, en d’autres termes les attractions électriques et leurs causes » (« de electricis attractionibus »), pour s’interroger ensuite sur la « lumière » qui se dégage de la Pierre philosophale des alchimistes : « Quelle est sa nature ? Tire-t-elle sa lumière d’un phénomène d’ordre magnétique ? », se demande-t-il.

10Tout le siècle suivant sera marqué par l’œuvre de Kircher et par son interprétation mi-onirique mi-expérimentale de l’électricité et du magnétisme, ainsi que par sa manière de réactualiser la théorie des correspondances et des fluides : la vis magnetica relie par exemple la lune aux marées, le magnétisme est présent dans les plantes, dans les animaux, dans la musique et dans la médecine. Le langage de Kircher est nécessairement hyperbolique, parce qu’il se veut l’expression d’une vision cosmique traversée de champs magnétiques émanant de la présence divine. Comme il l’écrit dans le Livre III, « À travers la Nature, se produit un retour à Dieu. De là vient que les choses supérieures sont causes des choses inférieures et que les intérieures sont les [œuvres] des supérieures. Les causes désirent leurs œuvres comme leurs parties et images et les œuvres sont appelées vers leurs causes par un mouvement naturel ; toutes confluent les unes vers les autres réciproquement et par une charité mutuelle comme membres analogues d’un même et unique Tout. » (Livre III, p. 451) Une telle vision se retrouvera dans la Naturphilosophie du romantisme allemand. Cette synthèse de magie et de spiritualité inspirera également Mesmer et ses adeptes en 1768 et trouvera écho dans les préoccupations scientifiques et expérimentales des nouveaux magnétiseurs.

  • 3 Voir abbé Trublet, Mémoires pour servir à l’histoire de la vie et des ouvrages de M. de Fontenelle (...)
  • 4 Les Nouvelles découvertes en médecine, 1758.
  • 5 Pathologia Methodica, 1759.
  • 6 Abbé Pluche, Histoire du ciel, où l’on recherche l’origine de l’idolatrie et les méprises de la ph (...)

11Mais au même moment, le langage des sciences, qui se voulait « naturel » et « expérimental », cherchait à suivre les modèles rhétoriques institués par Fontenelle dans son texte fondateur, les Entretiens sur la pluralité des mondes (1724). Le Mercure Galant (1756) accueilla ainsi les Entretiens comme un exemple de « philosophie déguisée » devant d’un côté rendre « l’ouvrage plus susceptible d’agrément », et de l’autre « encourager les Dames par l’exemple »3. Surtout, Fontenelle attribua à la lettre, au dialogue et au traité le rôle de captiver le lecteur de textes scientifiques, en élargissant le rôle qu’exerçaient jusqu’alors les seules préfaces. Fontenelle eut aussi recours, comme Charles Sorel, à une apparente simplification du langage scientifique, déterminée par la diffusion des découvertes et des idées de Copernic ou de Descartes. Cette langue hybride, à mi-chemin entre celle de l’honnête homme et du savant, ouvrit la voie à quatre grands vulgarisateurs scientifiques, Derham, Nollet, Pluche et Voltaire. Ainsi, lorsque l’abbé Nollet, le premier grand vulgarisateur de l’électricisme, raconte les vertus inouïes de l’électricité foudroyante dans son Essai sur l’électricité des corps en 1746, il se réfère à l’observation et à l’expérience (mais pas encore à l’expérimentation), et rend compte des modalités d’une recherche « curieuse » de faits « merveilleux ». Ses œuvres, tout comme celles de Marconnay4 et de Boissier de Sauvages5 s’inscrivent dans un univers fantasmatique ne niant pas sa dette à l’égard d’ouvrages « de fiction » comme L’Histoire du ciel et Les Spectacles de la Nature de l’abbé Pluche6. L’un des grands mérites de l’abbé Nollet est d’avoir contribué à la naissance d’une écriture de la science. Son Essai sur l’électricité des corps (1746) et ses Lettres sur l’électricité (1753) constituent un véritable modèle de discours scientifique dont s’inspireront par la suite dictionnaires portatifs, lettres, abrégés, catéchismes par demandes et réponses, dissertations et conjectures. C’est par exemple à cette époque que Valmont de Bomare commence à écrire son Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle, contenant l’histoire des animaux, des végétaux et des minéraux et celle des corps célestes (1764), calqué sur le style rhétorique de Nollet.

  • 7 G. Pivati, Lettre sur l’électricité médicale qui contient des expériences singulières d’électricit (...)
  • 8 Venise, 1746.

12Déjà présent dans les traités, les lettres et les mémoires, le débat autour de l’électricisme ne pouvait être absent des dictionnaires de l’époque, dans une Europe où, à côté de Boissard ou Morgagni, un Jurisconsulte de Venise, Gianfrancesco Pivati, fut l’un des premiers à envisager l’application de l’électromagnétisme à la médecine. À partir des années 1750, les études sur l’électricité se répandirent dans l’Europe entière : Jallabert en France, Pivati en Italie furent les premiers à faire œuvre scientifique dans ce domaine, suivis par Winckler à Leipzig, Watson en Angleterre et Veratti en Italie. L’écho européen de leurs recherches fut favorisé par le succès mondain de leurs expérimentations qui avaient lieu dans des maisons particulières pendant des « Journées physiques » où télescopes, microscopes, lanternes magiques, machines à illusion conjuguaient science et fantasmagorie. Parallèlement, les Académies de province commençaient à substituer à l’étude des « Belles Lettres » celle des sciences exactes et de leurs applications, c’est-à-dire la chimie, l’histoire naturelle et surtout la physique expérimentale et l’électricité. Les expériences liées à l’électricité ouvrirent une période d’intense production imprimée. L’un des membres de l’École de Montpellier, Boissier de Sauvages, publia en 1749 une Lettre sur l’électricité médicale qui est la traduction de la Lettre sur l’électricité de Giovanni Pivati7 et Sigaud de la Fond fit paraître son Traité sur l’électricité (1771), au moment où des discussions à l’intérieur des Académies et des Facultés de Médecine prouvaient l’immense succès de cette nouvelle science. La Lettre sur l’électricité médicale de Pivati, parue en 1747 et traduite en français en 1749, est un bilan de ses recherches. Pivati affirme ainsi : « Après avoir passé en revue tous les phénomènes d’attraction et de répulsion, d’étincelles, de rayons lumineux, de petites flammes, de pénétration, de percussion, de commotion, j’ai passé à l’observation des mêmes effets sur divers corps naturels, comme plantes, fossiles, minéraux. J’ai observé des variétés singulières, soit dans la lumière qu’ils rendent, soit dans les sensations qu’ils occasionnent. », (Lettre…, 1749, p. 11) La « fleur fraîche à électrifier », les pierres qui « rendent de la lumière, et excitent des sensations à proportion des sels fixes ou volatiles qu’elles contiennent », le « sel marin qui éclaire et qui pétille, la boue salée qui forme une sorte de Phosphore », l’arsenic, le cobalt, la calamite, le vitriol, le cinabre naturel, sont les corps et les objets qui se laissent traverser par la « vitesse, la force et la subtilité de cette matière électrique qui pénètre en un instant toutes les parties de tels corps que ce soit, même à une grande distance » (ibid., p. 50). L’électricité permet surtout la guérison en passant à travers les « obstructions » du corps malade, des guérisons que Pivati raconte à l’aide d’anecdotes et de véritables faits divers dont il dit avoir été le témoin. Écrivant tantôt comme un savant homme de lettres, tantôt comme un austère compilateur de dictionnaires, Pivati utilise une terminologie qui se situe entre une précision qui devrait appartenir de droit à la science, qu’elle soit nouvelle ou ancienne, et une approximation qui touche encore une fois au domaine de la fantasmagorie. L’électricité est définie ainsi par Pivati comme un « art » utile, concédé par Dieu, et en mesure de provoquer tous les effets bénéfiques qu’on attend des médicaments. À l’article medicina du Nuovo dizionario scientifico e curioso, sacro e profano8, Giovanni Pivati s’appuie explicitement sur la méthode inductive et déclare qu’il n’affirme que ce qu’il peut prouver scientifiquement : « La médecine », écrit-il, « doit être rationnelle et construite sur des raisons qui sont évidentes non dans l’esprit du médecin mais dans l’art même » (ibid., p. 451).

  • 9 Paris, Jorry, 1748.

13Les réactions aux expériences de Pivati furent nombreuses : en Italie, Morgagni et Zanotti applaudirent aux « merveilleuses expériences de Pivati » (même si Zanotti fit part à Morgagni des doutes que plusieurs chercheurs avaient eus concernant les « preuves électriques »). Jallabert fit un compte rendu des expériences de Pivati dans un ouvrage intitulé Expériences sur l’électricité, avec quelques conjectures sur la cause de ses effets publié en 1748. À Leipzig, John H. Winckler publia un important Essai sur la nature, les effets et les causes de l’électricité9, où il se servit, comme Pivati, d’une terminologie évocatrice et très imagée afin de donner une définition de l’électricité et d’expliquer le fonctionnement d’une machine pneumatique qui la produisait par frottement. En Angleterre, Watson fit le récit de ses expériences dans Les Expériences et observations pour servir à l’explication de la nature et de ses propriétés (1750), l’un des nombreux témoignages de la contamination conceptuelle entre une pensée magique qui persistait et les nécessités d’une expérimentation en train de naître. Ce dernier ouvrage se fonde sur des principes scientifiques assimilant l’électricité à la force magnétique parce que toutes les deux agissent dans le « vide », se répandent à des distances considérables, traversent des corps d’intensité différente. Mais le feu reste encore le principe originel, distinct des autres êtres, capable d’assimiler magnétisme, phénomènes électriques, matières électriques ou plus généralement toutes sortes de « matières subtiles ». Si d’un côté l’« expérimentation » s’applique essentiellement à ce que « l’homme électrifié » peut sentir, de l’autre les « secrets » du « feu électrique » demeurent inchangés. Il faudra attendre Franklin, Ampère et Galvani pour pouvoir avoir des preuves concrètes des intuitions et des découvertes de Pivati.

14Mais Pivati a été aussi un précurseur sur un autre plan, érudit et philosophique celui-là. Il s’est en effet lancé, bien avant Diderot et d’Alembert, dans l’écriture de dictionnaires encyclopédiques. Les sources qu’il a utilisées pour la rédaction de ses dictionnaires sont surtout le Dictionnaire géographique d’Augustin de la Martinière publié en français entre 1737 et 1741, et les huit volumes du célèbre Grand dictionnaire historique ou mélange curieux de l’histoire sacrée et profane de Louis Moréri, édité pour la première fois à Lyon en 1674 et réédité entre 1743 et 1749. Pivati fut en particulier l’auteur en 1744 d’un Dizionario Universale, et en 1746 du Nuovo Dizionario scientifico e curioso sacro e profano, un ouvrage où, comme il le dira à Muratori : « On ne retrouvera presque rien de Moréri sinon quelques citations, et ici ou là des emprunts à la Martinière, au dictionnaire de Trévoux, de Calmet, de l’Harris et de tant d’ouvrages de mille autres auteurs. » Pour la rédaction de ce deuxième Dictionnaire, il fut aidé par Francesco Griselini, franc-maçon et traducteur des treize volumes des Mémoires appartenant à l’histoire naturelle de l’Académie royale des sciences de Paris. Pivati et Griselini contribuèrent à transformer la conception de l’homme de sciences, qui, d’érudit qu’il était, devenait un expérimentateur disposé à l’acquisition de connaissances, à la recherche méthodique et à l’observation. La nouveauté que présentaient en ces années les ouvrages de Pivati et Griselini n’a pas été seulement d’avoir anticipé, à certains égards, les théories électriques de Mesmer. Elle a été surtout d’avoir tenté de créer – à travers le Dictionnaire – un système de connaissances encyclopédiques, parfaitement adapté à l’élargissement des connaissances scientifiques, sacrées et profanes, concourant toutes à l’amélioration et à l’éducation de l’homme.

  • 10 E. Sguario, Dell’elettricismo, o sia delle forze elettriche de’corpi svelate dalla fisica sperimen (...)
  • 11 Plusieurs membres de l’Académie de l’Arcadie, hommes de lettres et de sciences, souhaitaient s’opp (...)
  • 12 C. Grimaldi, Dissertazione in cui si investigava quali siano le operazioni che dipendono dalla mag (...)

15C’est un but que nous retrouvons dans un autre texte important, resté anonyme mais attribué à un autre vénitien célèbre, E. Sguario, et intitulé De l’électricisme ou des forces électriques des corps dévoilées par la physique expérimentale, avec une ample déclaration sur la lumière électrique, sa nature et ses merveilleuses propriétés ; enrichi de deux dissertations à propos de l’usage médical de telles forces10. Ce texte publié en 1746 est en réalité un roman scientifique à mi-chemin entre le dialogue, la nouvelle galante et le traité. Dans cet ouvrage, Sguario considère l’écriture scientifique du dictionnaire comme l’instrument qui « a rendu accessibles les sciences et moins pénible la fatigue de l’étude ». L’intérêt du traité-roman de Sguario est qu’il s’inséra dans un débat concernant une véritable poétique de l’écriture scientifique, débat auquel participèrent plusieurs représentants de l’Arcadie11 comme Giacinto Gimma, Giovanni Andrés, Alessandro Zorzi, Carlo Denina, G. Maffei et beaucoup d’autres hommes de sciences et de lettres, soucieux d’enrichir la littérature d’observations appartenant aux sciences. C’est le cas de Costantino Grimaldi qui, dans un ouvrage publié en 1751, se demande encore si les prodigieux effets de l’aimant doivent être considérés comme naturels ou superstitieux et continue de parler alternativement de « superstition » et de « vertus » électriques. Il place d’ailleurs sur le même plan les expériences effectuées sur les polypes et les lézards, et les « effets prodigieux » qui se dégagent de chandelles immergées dans l’eau froide12.

  • 13 L’œuvre de E. Sguario a été reproduite dans Scienziati del Settecento, Milan, Naples, Riccardo Ric (...)

16De son côté Sguario, dans De l’électricisme, montre qu’il est beaucoup plus conscient que de nombreux autres hommes de sciences et de lettres de son temps, que certaines « sciences rigides et austères par nature » doivent être abordées avec tout les « expédients possibles afin de les rendre séduisantes » (Dell’elettricismo…, Préfaz., p. v-x). Il proclame aussi qu’il est légitime d’employer « tous les moyens capables de faire quitter à ces sciences les déserts et les sombres cavernes pour les mettre entre les mains des gens d’esprit et leur donner une place dans les aimables conversations du siècle » (ibid., p. vii)13. Du point de vue formel, ses modèles sont encore Fontenelle, Pluche, Swift et Algarotti parce qu’il doit faire alterner une introduction apparemment frivole (une conversation sur l’électricisme dans les salons d’une villa vénitienne où une dame du lieu a été victime du prodige électrique) et une partie scientifique relative à l’électricité newtonienne. Le traité de Sguario met en scène – du côté italien – le conflit entre les deux types de raisonnement qui coexistaient à l’époque des Lumières : un raisonnement de type baconien-newtonien centré sur l’étude des phénomènes et la séparation entre la recherche scientifique et ses implications philosophiques et systématiques ; et un raisonnement d’ascendance platonicienne, augustinienne et leibnizienne, tel que le pratiquait Muratori, qui cédait à l’habitude de fabriquer des systèmes et trouvait dans l’interprétation géometrico-mathématique de la réalité physique une possibilité de réintroduire, à côté des sciences physiques et naturelles, les sciences de l’esprit. Sguario et Pivati, comme leurs collègues, étaient fascinés par l’idée de « système » et par l’« expérience », ce qui explique pourquoi De l’électricisme dut paraître de manière anonyme chez l’éditeur vénitien Recurti et fut jugé comme un ouvrage plein de « merveille » et d’« épouvante ».

17Pendant la deuxième moitié du xviiie siècle, les études sur l’électricité associées au magnétisme se multiplièrent, comme en témoigne le Recueil général et complet de tous les écrits publiés pour et contre le magnétisme animal paru en 1780 et dans les années suivantes. Rappelons pour exemple le Mémoire de l’abbé Bertholon en 1779, dont le titre était De l’électricité du corps humain dans l’état de santé et de maladie et qui lui valut le prix de l’Académie de Lyon, le Mémoire sur l’électricité médicale de Jean-Paul Marat, paru en 1783, l’année même de la parution d’un Avis sur l’électricité médicale et d’un Mémoire sur les différentes manières d’administrer l’électricité. Il y eut aussi des Recherches sur la direction du fluide magique, un Mémoire physique et médicinal montrant des rapports évidents entre des phénomènes de la baguette divinatoire du magnétisme et de l’électricité publié par Thouvenel en 1781, un Précis des Journaux tenus par les malades électrisés pendant l’année 1785 de Vicq d’Azyr, et deux textes anonymes qui s’opposaient aux théories électriques et magnétiques, le Catéchisme du magnétisme animal et les Recherches sur la direction du fluide magnétique.

  • 14 R. Mead, De Imperio Solis ac Lunae in corpora humana et morbis inde oriundis, Londres, 1704.

18Lorsqu’en 1799 parut l’ouvrage le plus important de Mesmer, Les Mémoires sur la découverte du Magnétisme animal, les résultats scientifiques remportés dans le domaine de l’électricité étaient déjà nombreux. Cela n’empêche pas la terminologie des Mémoires de Mesmer d’être encore très proche du langage appartenant aux théories des correspondances célestes, dans la continuité du chemin tracé par Swedenborg. De même la Dissertation physico-médicale sur l’influence des planètes publiée par Mesmer en 1766 rappelle beaucoup l’ouvrage de Robert Mead paru en 1704, De l’Empire du Soleil et de la Lune sur les corps humain14, qui interprétait la nature des fonctions physiologiques du point de vue physique plutôt que chimique et considérait, en particulier, que toute variation ou sollicitation par rapport à l’équilibre initial était déterminée par la lune, la seule responsable des « troubles » qui pouvaient altérer le système nerveux. On lit ainsi dans la Dissertation physico-médicale sur les influences des astres de 1766 :

L’harmonie établie entre le plan astral et le plan humain doit être admirée tout autant que l’effet ineffable de la gravitation universelle par laquelle nos corps sont harmonisés, non de façon uniforme et monotone, mais comme dans un instrument de musique muni de plusieurs cordes le son résonne […] à l’unisson d’un ton donné, de même les corps humains réagissent à ceux parmi les corps astraux avec lesquels ils se trouvent liés, par une harmonie certaine [analogique] et déterminés en raison du sexe, de l’âge, du tempérament et d’autres caractères divers.

19Plus clairement encore, la Lettre de Mesmer à M. Unzer, docteur en médecine, sur l’usage médicinal de l’aimant datée de 1784 s’inspire de la théorie des correspondances célestes et définit le magnétisme animal comme la propriété qui rend le corps humain sensible à l’attraction universelle.

  • 15 Voir Le Magnétisme animal, œuvres publiées par R. Amadou, Paris, Payot, 1971.

20Or les effets de la magnétisation sont comparés dans cette lettre à ceux de l’électrisation, parce que, comme les secousses électriques, la magnétisation peut être « déchirante, brûlante, tranchante » et que, comme elles, elle parvient à guérir l’épilepsie, la mélancolie et la fièvre intermittente. On pensait en effet que l’homme possédait des propriétés électriques, étant pénétré par le « double torrent » d’un fluide universel doté de pôles et de surfaces, de la même façon que tous les autres éléments de la nature. On peut lire aussi dans la Dissertation physico-médicale que « La physique [allait prendre] partout la place de la magie et [que] bien des faits gravement attribués à cette dernière, ou plus sagement à des qualités occultes, resteraient les mêmes et ne seraient plus contestés15. » Le magnétisme, utilisant les mêmes mots et les mêmes images que la magie ou les sciences « conjecturales », devenait donc à cette époque un des moyens principaux de remplacer un univers chimérique et un imaginaire « obscur » où dominaient les maléfices et l’occulte, par l’observation rationnelle et physique de ces mêmes phénomènes.

  • 16 Voir du même auteur, Lettre d’un médecin de la Faculté de Paris à un médecin du Collège de Londres (...)
  • 17 Baron de Marivetz et M. Goussier, Physique du monde, Paris, Quillan, 1780, vol. IX.
  • 18 Comte de Buffon, Histoire naturelle, générale et particulière, Paris, Imprimerie Royale, 1749-1788 (...)

21Au même moment, Nicolas Bergasse et Jean-Claude Carra, deux auteurs d’appartenance maçonnique, réutilisèrent cette terminologie pour fonder et célébrer l’existence d’un ordre universel et d’une harmonie que Dieu, – l’Être suprême –, avait donnés au monde. Pour expliquer la théorie des mondes et des êtres organisés, Bergasse, auteur en 1784 des Considérations sur le magnétisme animal et sur la théorie du Monde et des êtres organisés d’après le mouvement de M. Mesmer16, subordonne ainsi toute idée de « dévoilement » du monde et de progrès, au « secret » et au mystère de l’attraction universelle. « Le secret et le mystère » – écrit-il – « sont les fondements de l’action du fluide, qui provoque cette attraction réciproque qui entraîne les corps les uns vers les autres » (Considérations…, p. 71). Selon lui, l’attraction entre les corps célestes se reproduit soit à l’intérieur des êtres d’une même espèce, soit, par analogie, entre différents milieux et sociétés, grâce aux sensations, aux habitudes, à la morale et à l’éducation. De son côté, Carra, dans Nouveaux principes de physique ornés de planches dédiées au prince royal de Prusse de 1781, reprend la théorie des fluides pour soutenir ses thèses sur l’harmonie universelle et sur l’homme naturel, émanation de l’Être suprême. L’Être suprême aurait propagé dans l’espace un fluide, « agent universel de sa toute puissance, auquel il a abandonné la matière ». L’instabilité de la nature serait due à ce fluide, « substance unigène, immatérielle, insolite, compressible et élastique à l’extrême » (Nouveaux principes…, p. xvii) qui serait la véritable cause des lois concernant la gravitation universelle, l’électricité et le magnétisme. On était encore une fois en présence d’une hypothèse qui consistait à trouver des relations entre les découvertes les plus récentes de la physique et de la chimie et les pouvoirs mystérieux de ces fluides évanescents. « Ce fluide élémentaire », écrit Carra, « émané d’un souffle divin et répandu dans l’espace universel […] n’est pas un de ces objets qu’on puisse soumettre à des analyses chimiques ou voir avec l’aide du microscope. Il n’appartient qu’à la philosophie naturelle de l’apercevoir et de le définir tel qu’il est » (ibid., p. xix-xxi). Carra considérait l’électricisme du corps comme une grande puissance du monde et reconnaissait à Newton d’en avoir fait une des lois principales de la nature. Scientisme, religion et magie coexistent ainsi dans l’ouvrage de Carra, et dans sa tentative de « mathématiser » la puissance de l’Univers et d’imaginer une rencontre entre « système astronomique », « physique » et « sciences naturelles », en suivant le parcours de la Physique du monde17 du Baron de Marivetz et de l’Histoire naturelle18 de Buffon.

  • 19 Court de Gébelin, Monde Primitif analisé et comparé avec le monde moderne, Paris, 1773-1782, vol.  (...)
  • 20 Court de Gébelin, Lettre de l’auteur du Monde Primitif à Messieurs les souscripteurs, 31 juillet 1 (...)
  • 21 Ibid., p. 15.

22Voici donc que l’électricité et le magnétisme construisent vers la fin du siècle des Lumières un scénario visant à restaurer un monde naturel et primitif dont l’ordre et l’harmonie seraient les souverains incontestables. L’ouvrage de Court de Gébelin, Le Monde Primitif19, correspond tout à fait à ce schéma, schéma qu’il reprendra dans sa Lettre de l’auteur du Monde Primitif20. Dans cette lettre, Court de Gébelin développe, dans la continuité d’une pensée magique héritée des lumières célestes de Kircher, Della Porta, Swedenborg et Mesmer, une réflexion autour des controverses nées du rapport entre nature et science, primitivisme et harmonie. Son but est de réordonner ce rapport et de l’inscrire dans une nature bienveillante et dans un système réglé par l’harmonie et la spiritualité. La découverte de Mesmer, écrit Court de Gébelin dans la conclusion de sa Lettre, « tient aux temps primitifs et c’est à l’électricité et au magnétisme que revient la tâche de rétablir l’harmonie primitive qui régnait entre homme et univers » (p. 43). Court de Gébelin abandonne peu à peu le style épistolaire et transforme sa lettre en un véritable traité scientifique de vingt-sept propositions, qui servent de base au mesmérisme et qui se veulent conformes aux lois de la physique : la théorie des influences, la théorie des fluides, les « crises salutaires » sont à la base des guérisons rendues possibles par le magnétisme. Il attribue aux sciences un « flux et un reflux au moyen desquelles elles paraissent et disparaissent alternativement, se ramenant toutes entre elles ou s’évanouissant à la fois »21. Il insiste sur la nécessité de procéder par addition dans la construction du savoir scientifique et voit par conséquent dans la structure même de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert un avenir réel, construit sur les « corrections » et sur la réécriture continuelle d’anciennes vérités qui se remodèlent en un nouvel ouvrage « plus complet que l’ancien mais susceptible d’additions et d’améliorations continuelles, à mesure que les connaissances s’agrandiront, que plus de lumière éclairera l’Europe » (Lettre, p. 18). La Lettre de Court de Gébelin perd ainsi peu à peu la rigueur de ton du traité pour prendre les accents d’une intense spiritualité.

23Innombrables et souvent répétitifs ont été les textes qui, tout au long du dix-huitième siècle, se sont occupé d’électricité et de magnétisme. À les comparer, on constate la relative stabilité des topiques de la fiction lorsqu’il s’agit des rapports entre science et littérature. Pourtant la multiplicité des formules éditoriales qui accueillirent les théories sur l’électricité a présenté le paradoxe de vouloir répandre de nouvelles formes de connaissance sans détruire complètement les vieux édifices du savoir. L’analyse de ces textes a deux conséquences : elle conduit nécessairement à l’élargissement de la notion de littérature et à la constatation que la science moderne – pour éviter sa propre aphasie ou son silence – a su et dû très tôt utiliser les stratégies de la rhétorique pour se faire connaître et adopter par un vaste public. La science a en particulier cherché, au xviiie siècle, les moyens langagiers manifestant la transformation de son statut et le passage, certainement contrasté, de l’observation des merveilles à l’expérimentation du réel et du possible. Par ailleurs, ordonner le monde, découvrir des systèmes, mais aussi expérimenter des relations sont des actes qui témoignent d’une vision du monde liée au travail du créateur, de l’artiste et du civilisateur. Le parallélisme entre le travail créateur de l’artiste et le travail du civilisateur, parfois nostalgique, organisant une société primitive, inspira au tournant du xviiie et du xixe siècles des écrivains à la fois fascinés par les sciences expérimentales et par une certaine idée ancienne de la science comme Court de Gébelin mais aussi Dupuis et Ballanche. L’hésitation perpétuelle, dans les écrits sur l’électricité et le magnétisme, entre une conception de la science héritée de l’esprit de système et une nostalgie des anciens savoirs, parvint ainsi à développer une sensibilité spiritualiste qui trouva ses prolongements dans les territoires diffus de la mélancolie, du mysticisme et de l’occultisme du romantisme européen, avant d’inspirer l’univers romanesque de Balzac et, plus tard, celui de Villiers de l’Isle-Adam.

Notes

1 Thomas Kuhn, La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1972.

2 Voir notre contribution dans le livre I fiori della ragione. Itinerari curiosi attraverso la divulgazione scientifica del Settecento, Florence, Centro Editoriale Toscano, 2003.

3 Voir abbé Trublet, Mémoires pour servir à l’histoire de la vie et des ouvrages de M. de Fontenelle et de la Motte, tirés de M. de Fontenelle et de la Motte, Amsterdam, 1759.

4 Les Nouvelles découvertes en médecine, 1758.

5 Pathologia Methodica, 1759.

6 Abbé Pluche, Histoire du ciel, où l’on recherche l’origine de l’idolatrie et les méprises de la philosophie. Sur la formation des corps célestes de toute nature, Paris, Vve Estienne & fils, 1747 ; ibid., Les Spectacles de la nature ou entretiens sur les particularités de l’histoire naturelle qui ont paru les plus propres à rendre les jeunes-gens curieux & à leur former l’esprit, Paris, Vve Estienne & fils, 1739, vol. viii.

7 G. Pivati, Lettre sur l’électricité médicale qui contient des expériences singulières d’électricité, relatives à la médecine et Les Essais surprenants d’une nouvelle méthode d’administration des remèdes par le moyen de l’électricité, Paris, 1749, traduit de l’édition italienne, parue sous le titre : Lettera sull’elettricità medica contenente delle esperienze singolari relative alla medicina, Venise, 1747.

8 Venise, 1746.

9 Paris, Jorry, 1748.

10 E. Sguario, Dell’elettricismo, o sia delle forze elettriche de’corpi svelate dalla fisica sperimentale, con un’ampia dichiarazione Della luce elettrica, sua natura e meravigliose proprietà : aggiuntevi due dissertazioni attinenti all’uso medico di tali forze, Venise, Recurti, 1746.

11 Plusieurs membres de l’Académie de l’Arcadie, hommes de lettres et de sciences, souhaitaient s’opposer au goût baroque et cherchaient à renouveler certains topoi de l’époque classique, imitant la poésie bucolique grecque et latine.

12 C. Grimaldi, Dissertazione in cui si investigava quali siano le operazioni che dipendono dalla magia diabolica e quali quelle che derivano dalle magie artificiale e naturale e qual cautela si ha da usare nella malagevolezza del discernerle, Rome, Stamperia di Pallade, 1751.

13 L’œuvre de E. Sguario a été reproduite dans Scienziati del Settecento, Milan, Naples, Riccardo Ricciardi Editori, 1983, p. 839-910, avec une introduction de Maria Luisa Altieri Biagi.

14 R. Mead, De Imperio Solis ac Lunae in corpora humana et morbis inde oriundis, Londres, 1704.

15 Voir Le Magnétisme animal, œuvres publiées par R. Amadou, Paris, Payot, 1971.

16 Voir du même auteur, Lettre d’un médecin de la Faculté de Paris à un médecin du Collège de Londres, dans laquelle on prouve contre Mesmer que le magnétisme n’existe pas, 1781.

17 Baron de Marivetz et M. Goussier, Physique du monde, Paris, Quillan, 1780, vol. IX.

18 Comte de Buffon, Histoire naturelle, générale et particulière, Paris, Imprimerie Royale, 1749-1788, vol. XXXVI.

19 Court de Gébelin, Monde Primitif analisé et comparé avec le monde moderne, Paris, 1773-1782, vol. IX.

20 Court de Gébelin, Lettre de l’auteur du Monde Primitif à Messieurs les souscripteurs, 31 juillet 1783, 1784.

21 Ibid., p. 15.

Auteur

Professeur de littérature française à l’université de Bologne. Elle est spécialiste de littérature et d’histoire des sciences au xviiie siècle. Elle a publié notamment I Fiori della ragione, itinerari curiosi attraverso la divulgazione scientifica del Settencento (Florence, Centro editoriale toscano, 2003) et Mythe, machine, magie : fictions littéraires et hypothèses scientifiques au Siècle des lumières (Paris, Presses universitaires de France, 2002).

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search