Versione classicaVersione mobile

La Construction des savoirs

 | 
Lise Andries

Les Lumières et leurs ombres

La naissance de l’anthropologie au xviiie siècle, de Court de Gébelin à Chavannes

Anne-Marie Mercier-Faivre

Testo integrale

1Comme l’a souligné Michel Foucault dans Les Mots et les choses, l’anthropologie n’existe pas avant la fin du xviiie siècle :

  • 1 Michel Foucault, Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1966, (...)

Le champ épistémologique que parcourent les sciences humaines n’a pas été prescrit à l’avance : nulle philosophie, nulle option politique ou morale, nulle science empirique quelle qu’elle soit, nulle observation du corps humain, nulle analyse de la sensation, de l’imagination ou des passions n’a jamais, au xviie et au xviiie siècle, rencontré quelque chose comme l’homme ; car l’homme n’existait pas (non plus que la vie, le langage et le travail) […]1.

  • 2 François Laplantine, L’Anthropologie, Paris, Payot, 1995, p. 16-19.
  • 3 Encyclopédie, t. viii, Neufchastel, 1765, reprint Slatkine, vol. II, p. 345.

2Elle n’existe pas et pourtant la plupart de ses éléments sont déjà là ; il ne manque que leur réunion. Si l’on reprend la définition que François Laplantine propose dans son ouvrage sur l’anthropologie2, on trouve cinq domaines principaux dans lesquels elle s’exerce : l’anthropologie biologique (qui étudie les variations des caractères de l’homme dans l’espace et le temps), l’anthropologie préhistorique (qui étudie l’homme à travers des vestiges), l’anthropologie linguistique (ethnolinguistique, étude des littératures écrites et orales en tant qu’expression de l’univers et de la société, ethnosciences), anthropologie psychologique et anthropologie sociale et culturelle (ou ethnologie). Si, dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, l’article anthropologie est fort pauvre et montre bien que cette notion se rapporte alors à la théologie, ou traite de l’homme physique, l’article homme résume bien l’état de la question au milieu du xviiie siècle. On y trouve, dispersées, des remarques qui semblent proposer des incursions dans quatre de ces cinq domaines (la dimension préhistorique n’étant pas abordée). La dimension physique est rapportée à l’histoire naturelle et l’on y trouve une énumération de ce que Buffon appela les « variations de l’espèce humaine ». Mais on trouve aussi des éléments sur la nature parlante de l’homme (avec un renvoi à l’important article langue). Certaines réflexions relèvent d’un point de vue pré-ethnographique : on s’exclame « quel contraste dans les goûts et les mœurs de l’homme3 ! », à propos de la valeur accordée par différentes sociétés à la virginité ; dans un autre passage, on porte le même regard sur les coutumes africaines et européennes :

  • 4 Ibid.

Par un travers aussi inexplicable que singulier, les hommes se défigurent en cent manières bizarres ; les uns s’aplatissent le front, d’autres s’allongent la tête ; ici on s’écrase le nez, là on se perce les oreilles. […] L’habitude de se remplir les narines de poussière est si générale parmi nous que je ne doute pas que si elle subsiste encore pendant quelques siècles, nos descendants ne naissent tous avec de gros nez difformes et évasés. Mais que ne doit-il pas arriver à l’espèce humaine parmi nous, par le vice de l’habillement, et par les maladies auxquelles nos mœurs dépravées nous exposent4 ?

  • 5 Traduction française : Description du Cap de bonne espérance […] tirée des mémoires de M. Pierre K (...)
  • 6 Mœurs des sauvages américains comparées aux mœurs des premiers temps (1723).
  • 7 L’Essai sur l’origine des langues, et sur la musique les articles de l’Encyclopédie et de son Dict (...)
  • 8 Du Culte des dieux fétiches ou parallèles de l’ancienne religion de l’Égypte avec la religion actu (...)

3De fait, si, dans le champ du savoir, l’Homme n’existe pas avant la fin du xviiie siècle, il existe de multiples savoirs ou observations, accumulés mais dispersés qui peuvent permettre d’esquisser ce que sera l’anthropologie : récits de voyageurs qui ne se contentent pas d’un regard superficiel comme Kolbe5 ou Lafiteau6, réflexions sur le langage des peuples anciens ou lointains, sur la musique (Rousseau7, bien sûr), sur les mœurs, sur leur religion (De Brosses8 notamment). Tous ces savoirs nécessitaient d’être rassemblés, comme l’a montré Michèle Duchet dans son livre Anthropologie et histoire au siècle des Lumières :

  • 9 Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières (1971), Paris, Albin Michel, 1995 (...)

en moins de trente ans (années 1750-1788) s’est constituée une « science générale de l’homme », dont la plus grande part forme ce que nous appelons encore anthropologie, tandis que la linguistique a remplacé comme science la glossologie […], et […] la mythologie, un temps rattachée à l’histoire, est redevenue une des provinces de l’anthropologie9.

  • 10 Ibid., p. 12.

4Elle en donne pour preuve la composition d’un livre, publié en 1788, par Chavannes, professeur de théologie à Lausanne, intitulé Anthropologie ou science générale de l’homme10.

  • 11 Voir C. Blanckaert et M. Porret, L’Encyclopédie méthodique (1782-1832). Des Lumières au positivism (...)

5Réunir ce qui est dispersé, ce n’est pas seulement une « bonne idée » qui aurait été ignorée pendant des siècles (on l’aurait eue auparavant sans cela), mais c’est surtout une idée neuve qui provient d’un changement radical de perception de ce qu’est l’homme. Claude Blanckaert explique ainsi l’absence d’un volume intitulé « Anthropologie » dans l’Encyclopédie méthodique11, qui était organisée par matières :

  • 12 C. Blanckaert, « Le circuit de l’anthropologie. Figures de l’homme naturel et social dans le systè (...)

L’absence de l’Anthropologie dans cette distribution n’est pas probablement dénuée d’arrière pensée. La « chaîne des sciences » forme « cercle », explique Panckoucke, et l’homme qui la parcourt peut y contempler son génie créateur. Le genre humain, en sorte, paraît le destinataire de ce trésor de connaissances sans en être, à aucun moment l’objet. Risquons le mot, c’est une question de dignité. Spectateur complice de sa propre aventure intellectuelle, l’homme reste en retrait et tout extérieur12.

6Je me propose ici de tenter une rapide archéologie de ce savoir tel qu’il apparaît dans une des premières œuvres de Chavannes en montrant que l’anthropologie est bien née d’une décision consciente de rassembler ce qui était jusqu’ici épars et de remonter à l’une de ses sources, Court de Gébelin. Son œuvre, que je lis comme une étape intermédiaire dans l’institution progressive de cette science, est marquée par une exploration des domaines du langage, des mythes, des institutions et des coutumes enfin reliés, ce qui ne suffit pourtant pas encore à fonder cette nouvelle science. C’est un jalon important pour la fin du xviiie siècle qui prend la forme d’un mythe scientifique : la science nouvelle ne se constituera que sur ses ruines, un mythe scientifique permettant le passage de la science ancienne à la moderne. Il ne s’agit donc pas seulement de la réunion de sciences éparses, comme on l’a souvent dit, mais d’un changement radical de mode de pensée.

Rassembler ce qui est dispersé

  • 13 Cette évocation d’une « science nouvelle » évoque l’ouvrage de Vico, ce qui n’est sans doute pas u (...)

7En 1787, donc un an avant la publication de l’ouvr. cité par Michèle Duchet, Chavannes annonce son projet dans un petit livre intitulé Essai sur l’éducation intellectuelle avec le projet d’une science nouvelle13. Ce titre appelant à une « science nouvelle » peut évoquer Vico (1724), qui avait posé après Hobbes, entre autres, que les seuls domaines où l’on peut connaître véritablement les causes sont ceux des « sciences humaines ». Alexandre César de Chavannes, professeur à l’Académie de Lausanne propose de réorganiser toutes les sciences autour de l’homme. Jusqu’ici, affirme-t-il :

  • 14 Alexandre César de Chavannes, Essai sur l’éducation intellectuelle avec le projet d’une science no (...)

[on n’a] pas même tracé la plus légère esquisse, on n’a pas même conçu l’idée ni fait la moindre mention de la science générale de l’homme, et […] on a pu traiter les diverses parties de la philosophie, la psychologie, la logique, la morale, sans avoir pensé à les faire précéder de cette science que nous appellerons Anthropologie14.

  • 15 Ibid., p. iii.

8Il précise qu’aucun des matériaux de cette science n’est nouveau, mais ajoute : « je la garantis nouvelle quant à sa forme, son ensemble, ses vues et les usages auxquels je voudrais qu’elle fût appliquée15. » L’usage qu’il fait du mot « anthropologie » se lit dans la réunion sous ce nom de sciences jusqu’ici séparées, qu’il énumère : anthropologie physique, « ethnologie ou science de l’homme considéré comme appartenant à une espèce divisée en diverses communautés ou nations occupées à pourvoir à leurs besoins ou à leurs goûts », noologie (étude de la pensée), boulologie (étude de la volonté), glossologie, étymologie, lexicologie, grammatologie, « où l’homme est considéré comme être parlant et où on explique ce qui a rapport au langage », mythologie (« ou science de l’homme égaré dans ses opinions religieuses, avec quelques réflexions sur l’anthropologie en général. ») Il aboutit à une proposition :

Ne serait-il point temps de penser à la composition de quelque ouvrage philosophique qui offrirait […] le précis de toutes les recherches, observations, expériences, résultats, principes admis et répandus parmi les hommes dans tous les lieux et les temps, rapprochés, liés, et réduits en une masse ou corps universel qui peut-être serait la vraie encyclopédie, ou du moins la plus utile pour l’avancement des sciences, et surtout la plus propre à l’instruction de ceux qui ont encore tout à apprendre. (p. 61)

  • 16 Voir C. Blanckaert et M. Porret, L’Encyclopédie méthodique (1782-1832). Des Lumières au positivism (...)
  • 17 Voir Pol P. Gossiaux, « Anthropologie des Lumières (Culture “naturelle” et racisme rituel) », dans (...)

9On peut lire dans ses propos les insatisfactions nées après le succès de la première encyclopédie, celles qui ont conduit à l’entreprise de Panckoucke, l’Encyclopédie méthodique16, où les connaissances sont regroupées par disciplines. On trouve ce même espoir chez celui que Pol Pierre Gossiaux17, identifie de son côté comme l’un des inventeurs de cette science, Jean-Baptiste Robinet. Dans l’article anthropologie de son Dictionnaire universel des sciences morales :

  • 18 Dictionnaire universel des sciences morales, économiques, politiques et diplomatiques ou Bibliothè (...)

Un traité complet et systématique d’anthropologie serait encore à faire. Peut-être les matériaux en sont tout trouvés et sont épars dans les divers traités qui existent ; mais ils ne sont pas rassemblés encore et disposés dans l’ordre et sous les rapports qui pourraient offrir de leur réunion le corps entier de la science de l’homme. Là, l’homme n’est envisagé par le naturaliste que comme un corps organisé, purement physique et matériel. Ici, le psychologue le considère comme un pur esprit. […] Il en est peu qui n’aient quelques fois perdu de vue que l’homme est un être mixte18.

  • 19 Ibid., p. 355.

10Il propose de s’inspirer des ouvrages de Teychmeyer et de Drake – déjà cités par l’Encyclopédie à l’article anthropologie –, du traité de l’homme de Buffon, de l’essai de psychologie de Bonnet, du traité des sensations de Condillac, du traité de l’homme d’Helvétius et de l’anthropologie du marquis de Gorini Corio (1756) ; il propose un résumé de cet ouvrage, qui examine à la fois les passions, la société, l’histoire, les mœurs,… mais ajoute à la fin : « qu’il est “bien éloigné de l’idée que nous nous formons d’un traité complet de l’homme”19. »

11Si le marquis de Gorini Corio semble avoir plus tôt encore que les auteurs cités précédemment élargi le sens du mot « anthropologie », ce n’est pas lui qui figure comme chaînon manquant dans cette histoire, mais Court de Gébelin qui, sans utiliser ce mot, a inspiré Chavannes (et peut être J.-B. Robinet) : s’il ne formule pas aussi nettement que Robinet et Chavanes le projet de réunir des sciences éparses, celui-ci peut se lire néanmoins en filigrane dans sa critique de l’Encyclopédie :

  • 20 « Lettre de l’auteur du Monde primitif à MM. ses souscripteurs sur le Magnétisme animal », dans Re (...)

On s’aperçut qu’on était encore bien en arrière ; qu’il restait encore des découvertes à faire de la plus grande importance ; à rectifier, à perfectionner la plupart de celles qu’on avait déjà faites, qu’on s’était trop hâté d’édifier l’édifice immense de ces connaissances : qu’on l’avait souvent appuyé sur des fondements ruineux, sur des principes mal assurés : qu’on y avait réuni des parties hétérogènes : que tout était interrompu par des lacunes et des vides immenses.
On s’en aperçut avec la plus grande surprise dès qu’exista l’Encyclopédie, cet ouvrage trop mal jugé, destiné à présenter le tableau des connaissances ; plus on en espérait de grandes choses, plus on fut étonné de voir qu’il ne répondait pas à cette attente20.

12La forme de dictionnaire sépare ce qui pourrait être réuni, favorise les trous dans le tissu de la connaissance que l’on veut globale (« on y avait réuni des parties hétérogènes […] tout était interrompu par des lacunes et des vides immenses. ») Il manque donc une œuvre qui remette de l’unité et de la continuité dans le monde du savoir.

  • 21 À ceux qui l’interrogeaient sur la possibilité d’une telle entreprise sans le concours d’une socié (...)
  • 22 Voir « Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Court de Gébelin », par le comte de Lanj (...)
  • 23 Éphémérides du citoyen, ou bibliothèque raisonnée des sciences morales et politiques, 1772, t. II, (...)

13Court de Gébelin est l’auteur d’une œuvre, le Monde primitif comparé et analysé avec le monde moderne, qui connut un immense succès (la liste des souscripteurs l’atteste et donne une idée de sa large diffusion, en France, en Europe et en Amérique). Il prétendit faire à lui tout seul21 ce que l’équipe des encyclopédistes n’avait pu mener à bien. Il était bien connu à Lausanne et y avait enseigné (jusqu’en 1763), comme Chavannes qui connaissait son œuvre. Jean-Baptiste Robinet participa comme lui22 aux Affaires de l’Angleterre et de l’Amérique, et ils fréquentèrent les mêmes milieux. L’entreprise de Court de Gébelin a ceci de commun avec celle de Chavannes que rien n’y est tout à fait nouveau, mais que la forme, l’ensemble, les vues et la visée en font une œuvre originale. Les volumes, publiés de 1773 à 1782 comprennent une réflexion sur les mythes, sur l’origine du langage et de l’écriture, sur l’histoire, et des dictionnaires étymologiques (français, latin, grec). Son projet est annoncé en 1772 dans les Éphémerides du citoyen23 :

Prospectus de recherches sur les antiquités du monde, contenant : L’origine du Langage et de l’Écriture ; la Grammaire universelle ; l’Alphabet & le dictionnaire de la Langue Primitive, les rapports de tous ces objets avec nos alphabets, nos Grammaires, & nos Langues modernes.
Le Génie symbolique de l’Antiquité, manifesté dans l’Écriture hiéroglyphique, le Langage allégorique, les Fables mythologiques ; les Symboles en usage chez tous les Peuples, le Blason, la Poésie héroïque, les Cosmogonies & Théogonies de tous les Peuples, &c.
La Religion primitive, clef de toutes les Théogonies des anciens
Peuples.
L’Histoire, les Traditions & les Usages du Monde Primitif, & à quel point tous ces objets se sont transmis jusqu’à nous.
Ses Lois & ses usages agricoles, sources de la grandeur & de la puissance des anciens Empires.
Son Calendrier & ses Fêtes, & à quels objets elles se rapportent.
Ses Monuments les plus importants, avec leur explication.
La Notice des livres que l’Auteur a lus sur ces objets, & les titres de ceux qu’il n’a pu se procurer. Ouvrage rempli de découvertes intéressantes pour tous les Peuples, & accompagné d’un grand nombre de planches en taille-douce.
Par M. Court de Gébelin, de la Société Économique de Berne, & de
l’Académie Royale de La Rochelle.

  • 24 Lettre du 3 juil. 1772 à C. de Végobre, Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms Court (...)

14La première réaction, c’est l’étonnement. « Jamais titre n’eut l’air plus romanesque et du délire »24, écrit-il lui-même à l’un de ses correspondants. Rien de nouveau chez Court de Gébelin, mais un arrangement autre, la volonté de combler les lacunes, mais surtout (on y reviendra) celle d’organiser l’histoire de l’homme dans une totalité. Dans une visée anthropologique, l’histoire est au service de la recherche d’une essence et reprend en charge ce qui était dévolu à la métaphysique. Chez Court de Gébelin, il s’agit aussi de revenir aux origines pour découvrir l’homme de tous les temps. Cette enquête se déroule dans trois champs principaux, celui des langues et celui des mythes et des traditions.

Les langues : vers l’ethnolinguistique ?

  • 25 Sur la linguistique de Court de Gébelin et sur son œuvre en général, voir A.-M. Mercier-Faivre, Un (...)

15Chavannes, dans son Essai, part des mêmes principes que Court de Gébelin : pour comprendre l’homme des origines, il faut analyser l’homme moderne. Pour retrouver les langues anciennes, il faut non seulement comparer entre elles celles que l’on connaît et trouver les racines des mots, mais rapporter la langue à l’organe vocal et à la nature physique de l’homme. Ce premier rapprochement de sciences séparées avait déjà été opéré par Court de Gébelin. Chavannes semble lui emprunter non seulement sa théorie25 mais aussi ses propres mots et l’on est dans ce passage très proche du pur plagiat :

Les premiers hommes n’ont rien dit ou fait sans quelque raison prise dans la nature, qui nous aurait fait penser, dire, exécuter à peu près les mêmes choses si nous nous fussions trouvés dans les mêmes circonstances. […] Les éléments primitifs du langage furent donnés par la nature, déterminés par l’organisation même de l’instrument vocal et les rapports de ses inflexions avec les pensées de l’homme ou les objets qu’il avait à peindre. […] Tout ce que nous voyons d’intéressant dans l’homme doit nécessairement renfermer en soi tout ce qu’il a été dans sa première origine, et tout ce qu’il est devenu, dès lors successivement, à mesure qu’il s’est étendu et perfectionné. […] Tout ce qui a existé dans le monde primitif, quelque modification qu’il ait pu éprouver dans son développement et ses progrès, existe encore aujourd’hui dans le monde moderne et […] il n’est pas impossible actuellement de le reconnaître et de le ramener aux termes de sa forme primitive. (Essai sur l’éducation…, 1787, p. 7-10 [souligné par moi])

16Le projet est le même, il s’agit de comparer le monde primitif avec le monde moderne. La démarche comparatiste se double, comme chez Court de Gébelin, d’une démarche inspirée par le sensualisme de Condillac. Il faut partir de ce qui est le moteur de l’activité de l’homme (les « besoins ») :

[…] remonter aux premières origines des idées et des connaissances humaines […] et dès-là même de s’élever sans cesse du monde moderne au monde primitif, pour découvrir les éléments qui furent donnés aux hommes par la nature elle-même, la route que celle-ci put leur ouvrir, et la marche qu’ils durent suivre, et ensuite redescendre du monde primitif au monde moderne pour voir comment leurs successeurs ont suivi naturellement la même route et la même marche. (Essai d’éducation…, p. 61)

  • 26 Essai sur l’éducation intellectuelle, ouvr. cité, p. 64.
  • 27 Ibid., p. 93. Les différentes inflexions se divisent en sons et articulations (sept sons ou voyell (...)
  • 28 Selon Court de Gébelin, les consonnes sont groupées en sept catégories et non six, c’est la seule (...)
  • 29 Ibid., p. 101.

17Enfin, l’importance accordée à l’étude des langues fait elle aussi du système de Chavannes une copie de celui de Court de Gébelin : il affirme que « les langues sont en effet les monuments et les tableaux les plus fidèles des connaissances humaines, des sciences et des arts, des usages, des lois et des mœurs des différents peuples, ainsi que des progrès par lesquels ils ont pu se distinguer par différents genres »26. Sa théorie du langage est exactement la même : « le langage, quel qu’il soit, n’est qu’un résultat de la conformation organique de l’homme et de son penchant à imiter27. » Toute sa théorie des langues à une exception près28, est tirée du Monde primitif. On peut ajouter d’autres remarques, qui sont elles aussi très proches des idées de Court de Gébelin (et de bien d’autres à cette époque, il est vrai) : l’importance de l’Orient dans la naissance des civilisations, celle de l’agriculture29, suivie de la propriété, des lois, des loisirs et des sciences : voilà encore la généalogie de la civilisation telle qu’elle est vue par le Monde primitif. Rien de nouveau. Mais c’est, comme le dit Chavannes lui-même, leur réunion qui fait leur valeur de science nouvelle et cette réunion avait été opérée auparavant par Court de Gébelin.

  • 30 Monde primitif considéré dans les origines françaises ou dictionnaire étymologique de la langue fr (...)
  • 31 Ibid., p. i.

18Celui-ci serait donc un ancêtre, très oublié, de cette science. De fait, on trouve chez lui une réflexion proche de l’ethnolinguistique. Il montre un intérêt très marqué pour la toponymie, les langues régionales et pour les origines du français, à travers le celte, qu’il retrouve dans le bas breton, le gallois, la langue de Cornouailles (« on a recueilli avec soin les restes de l’ancien égyptien fondu dans le copte […] les débris de la langue des anciens Goths, conservés dans la petite Tartarie : ne serait-on injuste que vis-à-vis de la langue de nos ancêtres30 ? ») Si la langue primitive est une et universelle, la société et l’histoire la modifient de façon différente dans chaque pays : « les langues ne se forment et ne s’agrandissent qu’insensiblement, suivant que le besoin ou la réflexion exigent de nouveaux signes pour exprimer de nouvelles idées31. » C’est ce qui fait que les peuples agricoles ont un vocabulaire étendu dans le domaine de leur activité, contrairement aux peuples nomades, par exemple.

19Les langues se modifient en fonction de plusieurs paramètres : si l’on retrouve celui de la géographie (la fameuse théorie du climat, très répandue au xviiie siècle, mais aussi le relief, qui conditionne l’économie agricole), d’autres apparaissent :

  • 32 Ibid., p. xi.

Mais si un mot, pour être adopté par une nation, doit éprouver une altération propre à cette nation, il est donc vrai que le génie de chaque langue influe sur la masse entière de ces mots, et que les causes de ces altérations sont les mêmes que celles qui déterminent le génie de la nation, telles que le climat où l’on vit, l’air qu’on respire, le plus ou moins de liberté dont on jouit ; et que par conséquent on peut, en combinant toutes ces choses, découvrir les altérations que les mots primitifs ont éprouvées chez chaque peuple, et en rendre les raisons morales et physiques. C’est ainsi que les Français, vivant dans un climat tempéré, doivent avoir une prononciation très tempérée, haïr les aspirations, les consonnes dures, les tons élevés ou trop marqués. Tous les mots qu’ils adoptèrent durent prendre cette teinte, et en passant par cette filière perdre toute leur aspérité : ils durent même acquérir plus de douceur dès que les personnes du sexe furent admises à la cour et dans toutes les sociétés : les mots devinrent encore plus flatteurs sur leurs lèvres et les chevaliers français furent bientôt à l’unisson32.

20Le climat donc, mais aussi l’organisation politique et sociale, par exemple le degré de liberté d’une société ou la place faite aux femmes, déterminent la langue dans sa prononciation, de même que l’économie dirige la langue. On trouve des éléments semblables dans l’article langue de l’Encyclopédie, chez Turgot et bien d’autres, mais nulle part la place de la langue dans la définition d’une société et de son histoire n’est si fort affirmée.

  • 33 Ibid., p. xciv.
  • 34 Monde primitif […] considéré dans son histoire naturelle de la parole ou origine du langage et de (...)
  • 35 Voir Monde primitif […] considéré dans les origines latines, ou dictionnaire étymologique de la la (...)

21La langue permet de comprendre la société et ses usages. La sémiologie n’est pas loin non plus. Ainsi, Court de Gébelin décode l’expression de « Numa le chevelu », qu’il rapproche de « nazar » (chevelure) qui aurait donné nazaréen : « C’est faute d’attention qu’on a dit que ce mot signifiait séparé, pur, saint ; ce n’était ici que le sens figuré : chevelu était la signification propre » ; il fait un lien avec Samson, Jean-Baptiste, Apollon, tous chevelus, et avec le port de la perruque chez les hommes de loi. Il en déduit qu’une longue chevelure est signe d’indépendance : « elle est un des plus beaux ornements du corps humain ; elle marque sa force et sa vigueur ; et comme elle se concilie beaucoup mieux avec la vie indépendante et libre qu’avec l’esclavage ou les travaux du corps, elle devint naturellement le symbole de tout être libre et ingénu33. » Explication ingénieuse, intuition d’un système global qui régit aussi bien le langage que la société humaine, mais qui mêle les temps, les lieux, les civilisations. Si Court de Gébelin n’a pas réussi à inventer véritablement une nouvelle science, c’est par le côté systématique de ses théories : il y a peu de place pour la différence. La langue est universelle dans son origine, les signes sont les mêmes d’une société à l’autre, une fois ramenés à leur simplicité première. Même son projet de faire une « grammaire du geste, un dictionnaire du geste »34 se ramène aux mêmes principes. Ce qui reste nouveau, c’est cette articulation entre la langue, les organes vocaux, les conditions de vie, l’histoire sociale, politique et culturelle35 de la société, les usages. Enfin, c’est cette importance donnée au langage comme lieu où tout se joue qui en fait la (relative) modernité.

Les mythes, les traditions : vers l’ethnologie ?

  • 36 Idée très répandue ; on la trouve entre autres formulée chez Fontenelle dans l’Origine des fables (...)
  • 37 Voir D. Droixhe, « Le primitivisme linguistique de Turgot », Primitivisme et mythes des origines d (...)

22La naissance de l’anthropologie dérive des recherches antérieures sur l’origine de l’homme. Cette interrogation, au xviiie siècle, tente de dessiner une image globale de l’homme à travers celui qui est perçu comme le primitif (ou le païen), celui des temps anciens comme celui des terres lointaines : il représente l’enfance de l’humanité36. Maupertuis pour les langues, puis Turgot37 pour la civilisation, seront parmi les premiers à voir entre eux une différence radicale, préfigurant la loi des trois états d’Auguste Comte.

23Court de Gébelin, tout en annonçant le futur s’ancre dans le passé, ou dans les idées courantes de son temps. Comme beaucoup de ses contemporains, il voit dans les fables anciennes des déformations d’un récit premier. Refusant l’interprétation historique, il est résolument allégoriste, fondant cette certitude dans la nature du langage premier, formé uniquement de mots concrets qui par extension et métaphore renvoient à de l’abstrait. Les fables décryptées proposent un texte proche de la Genèse, où Dieu n’est présent que dans la création : tous les mythes (le fragment de Sanchuniaton, les histoires de Mercure, Saturne, Hercule, Orion…) sont des récits de la naissance de l’agriculture ou des leçons d’astronomie.

24C’est à propos de l’analyse des religions des premiers temps que Chavannes mentionne Court de Gébelin, à la fin de son ouvrage :

L’autre système auquel on semble aujourd’hui donner la préférence, est celui du symbolisme de M. l’abbé Pluche dans son Histoire du ciel d’où est né immédiatement l’allégorisme de M. Court de Gébelin, qui s’attache à prouver dans son traité sur le Génie allégorique des Anciens, 1  que ce génie présida à leur langage, leur écriture, leurs hiéroglyphes, leurs symboles, leurs inscriptions et tous les monuments qu’ils mirent en œuvre pour conserver et transmettre d’une génération à une autre, les événements importants, les découvertes intéressantes, les instructions de sagesse, les lois morales et civiles, surtout les opinions, les pratiques et les cérémonies religieuses.
2  Que la plupart des fables ne furent dans leur origine que des instructions utiles ou agréables voilées sous des allégories ingénieuses […].
3  Que l’usage de ces allégories put être très innocent, sans aucun danger, et même d’une grande utilité, pendant que les hommes conservèrent et nourrirent ce goût allégorique.
4  Que par conséquent toutes les premières origines de ce qu’on appelle mythologies, cosmogonies, théogonies, etc. ne peuvent s’expliquer d’une manière raisonnable que par l’allégorie. (Essai sur l’éducation…, p. 139)

25Court de Gébelin va bien au-delà d’une simple interprétation des mythes : il les rationalise et leur donne une fonction sociale forte de réunion, célébration et commémoration. Il esquisse même quelques figures pré-structuralistes : il quête les invariants (répartition masculin/féminin, vieux/jeune, père/fils, vie/mort, ou des actions comme l’assassinat, l’enfouissement, la traversée du fleuve,…) et leur assigne une signification.

26Dans le quatrième volume du Monde primitif sur le calendrier, il met en relation les mythes et les cycles naturels pour montrer que partout le calcul du temps a donné lieu à des fables : l’observation et l’exploitation de la nature par l’homme agricole fondent sa culture et informent toutes ses pratiques et croyances, y compris – et surtout – l’organisation du temps et les croyances religieuses qui en découlent. Court de Gébelin a inspiré directement, dans ce sens, les folkloristes que sont Frazer et Lang.

  • 38 Voir mon article, « L’astronomie à l’âge de l’histoire naturelle : la tentation de l’histoire et l (...)
  • 39 Monde primitif […] considéré dans son histoire civile, religieuse et allégorique du calendrier ou (...)

27La culture forme un tout et son attention se porte sur des objets peu considérés à cette époque, comme les jeux (le tarot), les danses (un manuscrit conservé à Genève traite du menuet comme d’une danse astronomique38), les fêtes, le calendrier et les traditions populaires : « ces objets ne sont point de simple curiosité, ils tiennent à toutes les connaissances : ils sont un tableau raccourci des Sciences, des Arts, des usages, de la sagesse même des peuples auxquels étaient destinés les Almanachs qui les contiennent39. » On peut voir aussi dans cette attention au mythe vu comme le grand organisateur de la société une préfiguration, certes balbutiante, de ce que Lévi-Strauss au Brésil, ou Griaule chez les Dogons, relèveront de l’organisation des peuples qu’ils étudient.

28Court de Gébelin propose un tableau de l’homme inscrit dans un système très articulé : à partir de son corps (mais il est significatif que seul son organe vocal soit décrit), de ses besoins et de l’espace dans lequel il s’inscrit. Toute sa culture (langue, religion, lois, calendriers, jeux, danses, ornements, textes…) est organisée autour d’un même principe qui le considère comme un être essentiellement social et agricole, auquel Dieu a donné des organes qui lui permettent de déchiffrer et de dire la nature. On a donc une tentative pour donner une image globale de la « mentalité » primitive : son langage (motivé, figuré, poétique), son économie (agricole), son temps (rythmé par les fêtes agricoles, elles-mêmes déterminées par les saisons), son gouvernement (patriarcal, et dominé par les laboureurs-propriétaires). Ce pourrait être, et c’est par certains aspects, un début d’anthropologie. Mais c’est surtout l’écriture d’un autre mythe, total et totalitaire.

29Ce mythe exprime une vérité sur les débuts de cette science nouvelle, telle qu’elle a été analysée par Pol Pierre Gossiaux :

  • 40 P. P. Gossiaux, « Séquences de l’histoire dans l’anthropologie des Lumières, problèmes et mythes » (...)

Un discours qui entend penser l’origine, tout en se donnant comme raison de l’ordre et de la nature de l’être, assume la fonction exacte du mythe. Sans chercher à en réduire les aspects très complexes, il nous semble que l’anthropologie des Lumières a notamment la fonction d’un mythe, […] elle en possède la structure et la grammaire. Elle réclame donc de l’exégèse, des lectures qui en décèlent le sens secret, là où tout en transcrivant l’angoisse et le désir de l’homme (celui du xviiie siècle) qui la produit, elle se noue avec le Savoir et – davantage – le Pouvoir de son temps40.

  • 41 Michel Foucault, ouvr. cité, p. 388.

30Si l’ethnologie, d’après Michel Foucault, « étudie dans les cultures (à la fois par choix systématique et par défaut de documents) plutôt les invariants de structure que la succession des événements »41, Court de Gébelin a bien inventé une ethnologie, mais une ethnologie étrange qui se rapproche d’un mythe : il a fait comme si le monde entier était une seule société, sans histoire. Le tableau du monde primitif de Court de Gébelin propose une image glacée – et glaçante : il en expulse toute narrativité. Le mythe, qui est essentiellement un récit dynamique, se fait dans son œuvre tableau.

  • 42 Voir G. Genette, Mimologiques, Seuil, coll. « Poétique », 1976, p. 148.

31Son ouvrage réunit des intuitions géniales et des accumulations de lieux communs, des avancées et des retours au même, dans une circularité qui reprend celle que l’on voit à l’œuvre dans sa théorie du langage42. Si son attention au seul organe vocal est intéressante dans la mesure où il traite d’une anatomie spécifique à l’homme, cette qualité parlante renvoie davantage à un enfermement qu’à une ouverture. L’essence des langues réside dans la langue primitive, seule digne de dire le monde, la règle du temps ; les fêtes et les rites imitent dans tous les pays le rythme des saisons et des travaux agricoles, l’histoire n’est qu’un (mauvais) moment où l’on a oublié la vérité des langues et des textes et la mission essentielle de l’homme sur terre. Court de Gébelin « refroidit » le monde dans lequel il vit (si l’on peut se permettre l’anachronisme de la notion de « sociétés froides » et « sociétés chaudes ») en le soumettant à un mythe d’origine unique, en arrêtant son histoire. L’histoire de l’humanité et les différences qui existent entre les peuples ne sont que des « perfectionnements » bien souvent anecdotiques. L’essence de l’homme, du langage, de la société, est définie par ses propres théories philosophiques et politiques qui orientent a priori toute son enquête. Il ne suffisait donc pas de réunir des matières séparées pour constituer la science de l’homme, il fallait que cet homme soit considéré dans son historicité ; c’est ce que Court de Gébelin a manqué, tout en pressentant quelques-uns des éléments qui structurent aujourd’hui la science nouvelle qu’est l’anthropologie.

Note

1 Michel Foucault, Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1966, p. 355.

2 François Laplantine, L’Anthropologie, Paris, Payot, 1995, p. 16-19.

3 Encyclopédie, t. viii, Neufchastel, 1765, reprint Slatkine, vol. II, p. 345.

4 Ibid.

5 Traduction française : Description du Cap de bonne espérance […] tirée des mémoires de M. Pierre Kolbe, […], Amsterdam, 1741 (la traduction en anglais, utilisée par Astley et Prévost date de 1731). Sur l’intérêt du regard de Kolbe et la déformation de ses textes par ses compilateurs, voir Anne-Marie Mercier-Faivre, « La danse du Hottentot, généalogie d’un désastre (ou Kolbe réécrit par l’Encyclopédie, Prévost, Diderot et ce qui s’en suivit) », dans Sarga Moussa (dir.), L’Idée de « race » dans les sciences humaines et la littérature ( xviiie et xixe siècles), Paris, L’Harmattan, 2003, p. 71-86.

6 Mœurs des sauvages américains comparées aux mœurs des premiers temps (1723).

7 L’Essai sur l’origine des langues, et sur la musique les articles de l’Encyclopédie et de son Dictionnaire de musique (voir Y. Séité et A.-M. Mercier-Faivre, « Le jazz à la lumière de Jean-Jacques Rousseau », L’Homme, 158-9, avril/septembre 2001, p. 35-52).

8 Du Culte des dieux fétiches ou parallèles de l’ancienne religion de l’Égypte avec la religion actuelle de la Nigritie (1760).

9 Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières (1971), Paris, Albin Michel, 1995, p. 13.

10 Ibid., p. 12.

11 Voir C. Blanckaert et M. Porret, L’Encyclopédie méthodique (1782-1832). Des Lumières au positivisme, Genève, Droz, 2006, et, entre autres, le chapitre final de B. Bazcko, « Les trois temps de la méthodique », p. 763-797.

12 C. Blanckaert, « Le circuit de l’anthropologie. Figures de l’homme naturel et social dans le système méthodique des savoirs (1782-1832), dans C. Blanckaert et M. Porret, L’Encyclopédie méthodique, p. 69-102.

13 Cette évocation d’une « science nouvelle » évoque l’ouvrage de Vico, ce qui n’est sans doute pas une simple coïncidence, tant la place de la nature du langage est importante dans les deux œuvres.

14 Alexandre César de Chavannes, Essai sur l’éducation intellectuelle avec le projet d’une science nouvelle, Lausanne, 1787, p. 56.

15 Ibid., p. iii.

16 Voir C. Blanckaert et M. Porret, L’Encyclopédie méthodique (1782-1832). Des Lumières au positivisme, Genève, Droz, 2006, et, entre autres, le chapitre final de B. Bazcko, « Les trois temps de la méthodique », p. 763-797.

17 Voir Pol P. Gossiaux, « Anthropologie des Lumières (Culture “naturelle” et racisme rituel) », dans D. Droixhe et Pol P. Gossiaux (dir.), L’Homme des Lumières à la découverte de l’autre, Études sur le xviiie siècle, III, Liège, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1985, p. 49-69.

18 Dictionnaire universel des sciences morales, économiques, politiques et diplomatiques ou Bibliothèque de l’homme d’état et du citoyen, Londres, Libraires associés, 1777-1783, 30 vol. in-quarto, vol. V, p. 333-355.

19 Ibid., p. 355.

20 « Lettre de l’auteur du Monde primitif à MM. ses souscripteurs sur le Magnétisme animal », dans Recueil des pièces les plus intéressantes sur le magnétisme animal, Paris, 1784, p. 98-99.

21 À ceux qui l’interrogeaient sur la possibilité d’une telle entreprise sans le concours d’une société de savants, il avait répondu : « À l’égard de [cette société], je l’ai trouvée, sur les matières dont je m’occupe, dans mes livres, dans ceux de mes amis, dans les Bibliothèques de France et des Pays étrangers dont les livres m’ont été indiqués et communiqués par des savants distingués. Ils ont même bien voulu m’aider. […] Je dois à leur amour pour les Lettres cette Société qui réunit éminemment les lumières de toutes les Langues et de tous les Monuments […] » (« Lettre à l’auteur anonyme de deux prétendus extraits […] contre le plan général et raisonné du Monde primitif ». On la trouve insérée dans le vol. III (1775), et dans la deuxième édition elle est aussi insérée dans le vol. IV (1787) du Monde primitif).

22 Voir « Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Court de Gébelin », par le comte de Lanjuinais, insérée à la tête de sa réédition de l’Histoire naturelle de la parole de Court de Gébelin (Paris, Plancher, 1816) et faisant état de cette collaboration et de la relation entre les deux hommes.

23 Éphémérides du citoyen, ou bibliothèque raisonnée des sciences morales et politiques, 1772, t. II, 4, p. 228-240.

24 Lettre du 3 juil. 1772 à C. de Végobre, Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Ms Court, vol. 2, f° 203.

25 Sur la linguistique de Court de Gébelin et sur son œuvre en général, voir A.-M. Mercier-Faivre, Un Supplément à l’Encyclopédie : le Monde primitif d’Antoine Court de Gébelin, Paris, Champion, 1999.

26 Essai sur l’éducation intellectuelle, ouvr. cité, p. 64.

27 Ibid., p. 93. Les différentes inflexions se divisent en sons et articulations (sept sons ou voyelles, six articulations ou consonnes, labiales, dentales, nasales, réparties en fortes et faibles) répondant aux « touches » de l’instrument vocal, et exprimant, les premières les sensations, les secondes les idées. Les mots primitifs sont des peintures, et l’écriture primitive, d’où proviennent tous les alphabets, fut « destinée à peindre les objets ou les sons mêmes aux yeux » (ibid., p. 96), etc.

28 Selon Court de Gébelin, les consonnes sont groupées en sept catégories et non six, c’est la seule différence que j’aie trouvée entre les deux systèmes.

29 Ibid., p. 101.

30 Monde primitif considéré dans les origines françaises ou dictionnaire étymologique de la langue française (t. V), Paris, Valleyre, 1778, « Discours préliminaire », p. xxvi.

31 Ibid., p. i.

32 Ibid., p. xi.

33 Ibid., p. xciv.

34 Monde primitif […] considéré dans son histoire naturelle de la parole ou origine du langage et de l’écriture, vol. III, p. 106.

35 Voir Monde primitif […] considéré dans les origines latines, ou dictionnaire étymologique de la langue latine, introduction, Paris, 1779.

36 Idée très répandue ; on la trouve entre autres formulée chez Fontenelle dans l’Origine des fables et chez Noël Alexandre, Conformité des cérémonies chinoises avec l’idolâtrie grecque et romaine (1700). Cet ouvrage, qui rabaissait la religion chinoise présentée comme une idolâtrie, s’opposait aux compromis tentés par les jésuites pour concilier le christianisme avec le confucianisme afin de convertir les mandarins chinois.

37 Voir D. Droixhe, « Le primitivisme linguistique de Turgot », Primitivisme et mythes des origines dans la France des Lumières, 1620-1820, C. Grell et C. Michel (dir.), Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1989, p. 59-86.

38 Voir mon article, « L’astronomie à l’âge de l’histoire naturelle : la tentation de l’histoire et la nostalgie de la fable, de l’abbé Pluche à Court de Gébelin », dans Lise Andries (dir.), Le Partage des savoirs aux xviiie-xixe siècles, PUL, 2003, p. 237-240.

39 Monde primitif […] considéré dans son histoire civile, religieuse et allégorique du calendrier ou almanach (vol. IV), 1776, p. i.

40 P. P. Gossiaux, « Séquences de l’histoire dans l’anthropologie des Lumières, problèmes et mythes », dans Histoires de l’anthropologie, xvie-xixe siècles (dir. B. Rupp-Eisenreich), Paris, Klincksieck, 1984, p. 67-85, p. 70.

41 Michel Foucault, ouvr. cité, p. 388.

42 Voir G. Genette, Mimologiques, Seuil, coll. « Poétique », 1976, p. 148.

Autore

Professeur à l’IUFM de Lyon et coresponsable de l’équipe lyonnaise xviiie siècle du LIRE. Elle travaille sur l’œuvre de Court de Gébelin et a publié Un supplément à l’Encyclopédie : le Monde primitif d’Antoine Court de Gébelin. Suivi d’une édition du Génie allégorique et symbolique de l’Antiquité, extrait du Monde primitif (Paris, Champion, 1999).

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search