Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Aventure dans la littérature populaire au xixe siècle

 | 
Roger Bellet

Avant-Propos

Roger Bellet

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu du Colloque sur « Le Livre d’aventures dans la littérature populaire » (dont l’idée, à vrai dire, fut un héritage accepté), qui s’est tenu les 10 et 11 mars 1983 à l’École Nationale Supérieure des Bibliothèques de Villeurbanne. Il fut organisé par les deux Centres d’Études « Littérature et Idéologie au XIXe siècle » de l’U.E.R. Lettres et Civilisations classiques et modernes de l’Université de Lyon 2. Ce Colloque, ouvert par Gabriel Pérouse, alors directeur de l’U.E.R., se tint sous les présidences successives de notre regretté collègue Jean-René Derré, de René Guise, de Lise Andriès et de moi-même (en l’absence de Roger Chartier et de Jean Hébrard, de l’École des Hautes Etudes). L’impression des Actes par les Presses Universitaires de Lyon a été assurée grâce à la triple contribution matérielle des deux Centres d’Études « Littérature et Idéologie au XIXe siècle » (dirigés par J.R. Derré et R. Bellet) et par l’Institut d’Étude du Livre de Paris (dirigé par H.J. Martin).

2On verra que l’ouvrage développe l’idée d’aventure et son écriture dans le livre depuis le XVIIIe siècle jusqu’à la fin du XIXe siècle. Ce champ limité était déjà fort vaste, et le XIXe siècle du livre d’aventures le plus extensif ne pouvait qu’occuper une place primordiale. On ne s’étonnera donc pas que les aspects visuels et illustrés de l’aventure jalonnent cet ouvrage. L’aventure du roman d’aventures au XIXe siècle n’est pas identifiable à celle de l’idée d’aventure ; l’idée d’aventure elle-même, dans son histoire écrite, n’est jamais tout-à-fait séparée de l’histoire du XIXe siècle : on le verra peut-être. C’est assez dire que l’ensemble de ces études ne représente qu’un essai pour saisir conjointement l’idée d’aventure et l’idée de littérature populaire dans l’aventure du Livre au XIXe siècle.

3L’heureuse et originale part du XVIIIe siècle est assurée ici par Catherine Coeuré, sur l’aventure historique des voyages en ballon : « Aspects populaires du voyage aérien », et par Lise Andriès, spécialiste des « livres bleus », qui se saisit de certains hommes d’aventures, les aventuriers : « Les Aventuriers dans la bibliothèque bleue ».

4Le XIXe siècle est prospecté comme peut l’être ce vaste champ dans les directions les plus diverses. Si Marie-Claire Schapira développe une aventure encore hautement « littéraire » avec « L’Aventure espagnole de Théophile Gautier », si Jean-Pierre Leduc Adine replonge notre sujet dans la vie provinciale grâce à un Jules Sandeau peu connu : « Une aventure en pays creusois : Catherine », c’est Michel Nathan qui nous introduit dans le feuilleton-roman avec Ponson du Terrail et son célèbre héros : « La vérité sur Rocambole ». Jean Delabroy, connaisseur de Jules Verne, empoigne cet autre grand nom et traite de « Jules Verne ou le procès de l’aventure et de son livre ». J’ai tenté de montrer une dégradation de l’aventure chez Hetzel : « L’Aventure didactique dans Le Magasin d’Éducation et de Récréation (1864-1869) ». Grâce à Anne Sauvy, nous rencontrons une autre forme d’aventure dans la déjà très vivace Veillée des Chaumières.

5Lucette Czyba et Pierre Michel ont choisi deux romanciers « populaires » s’il en fut, Hector Malot et Alphonse Daudet : le Malot de Sans Famille et le Daudet de Tartarin de Tarascon ; d’où les deux articles qu’on lira, « Aventure, famille et école dans Sans Famille» (L.Czyba) et « De Madame Carabine à Sidi Tart’ri ben Tart’ri : remarques sur l’aventure coloniale dans le roman populaire » (P. Michel).

6L’analyse s’élargit un peu plus avec Jean-Claude Vareille, qui étudie certain glissement de l’aventure « populaire » vers l’aventure « judiciaire » (comme on disait), c’est-à-dire policière : « L’aventure dans le roman policier archaïque ». Anne-Marie Thiesse qui a prospecté les effets de lecture chez les lecteurs et lectrices de romans populaires en fin de siècle, fait plus que poser la question « Le roman populaire d’aventures une affaire d’hommes ? ». Maxime Préaux a parcouru les affiches annonçant les romans populaires du XIXe siècle et fournissant souvent les couvertures : on trouvera là une collection passionnante d’images qui parlent étonnamment aujourd’hui, tout en illustrant cet ouvrage. René Guise qui tira, en somme, la conclusion du Colloque, tente une synthèse sur la dualité problématique « Roman et aventure ».

7Cet ouvrage nous paraît donc appeler naturellement un autre Colloque (et un autre ouvrage) sur le vaste champ de la littérature populaire.

© Presses universitaires de Lyon, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site