Desktop versionMobile Version

La Construction des savoirs

 | 
Lise Andries

Introduction

Lise Andries

Volltext

  • 1 Le Partage des savoirs ( xviiie-xix e  siècles), ouvrage collectif dirigé par Lise Andries, Lyon, (...)

1Le livre s’inscrit dans la continuité d’un ouvrage paru en 2003, intitulé Le Partage des savoirs1. Les deux ouvrages sont l’aboutissement de séminaires menés à Lyon dans le cadre du laboratoire LIRE entre les équipes dix-huitiémiste et dix-neuviémiste, en 1999-2001 puis en 2002-2005. La réflexion a porté sur les relations entre littérature et sciences du point de vue d’une histoire des savoirs et de la constitution d’un imaginaire scientifique et romanesque. Il est apparu que ces questions prenaient un sens spécifique au tournant des xviiie et xixe siècles à cause du retentissement intellectuel considérable que représenta l’Encyclopédie de Diderot et du transfert de légitimité qui s’opéra progressivement des philosophes des Lumières aux hommes de sciences. Il nous a semblé également que, dans la thématique qui était la nôtre, la notion de « savoirs » était plus féconde que celle de « sciences ». L’Encyclopédie attribue, comme on sait, aux savoirs et aux savoir-faire techniques une place de premier plan. Par ailleurs, dans les textes littéraires et, en particulier, dans les romans du xixe siècle, la science se présente souvent à la manière d’une nébuleuse ou plutôt d’une agrégation de savoirs, donnant une place non négligeable à des savoirs anciens comme l’alchimie que Bachelard qualifiait naguère de pré-scientifiques.

  • 2 Voir Charles C. Gillispie, Science and Polity at the End of the Old Regime, Princeton, Princeton U (...)

2Si Le Partage des savoirs s’est intéressé en premier lieu aux modalités de diffusion des connaissances et à ce qui constitue une première forme de vulgarisation, des années 1750 jusqu’au milieu du xixe siècle, le présent ouvrage est davantage centré sur la manière dont se construit une cartographie des disciplines pendant cette même période. Mais les deux perspectives restent proches car la pédagogie, par exemple, est partie prenante du projet encyclopédique. L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, publiée de 1751 à 1772 avec dix-sept volumes de textes et onze volumes de planches, a évidemment constitué un point central de notre travail, dans la mesure où elle procédait d’une nouvelle façon de classer les savoirs, mais sa contribution à l’évolution des disciplines est essentiellement d’ordre méthodologique et critique. L’Encyclopédie se livre davantage à un état des lieux qu’elle n’annonce les révolutions à venir. On sait qu’elle s’inspire, dans ses articles sur les métiers et dans les planches qui les accompagnent, de la Description des arts et métiers de Duhamel de Monceau, vieille de plus de trente ans au moment de la sortie du premier volume. Sur le plan technologique, l’Encyclopédie fait le portrait d’une France artisane et manufacturière et ne pressent pas les débuts de la révolution industrielle2.

3Pour la période qui nous occupe, c’est-à-dire celle qui couvre les années 1750-1850, l’histoire des savoirs est liée à des facteurs multiples : à la transformation du marché éditorial avec l’apparition d’une quantité de plus en plus importante de dictionnaires et d’encyclopédies à la suite de l’Encyclopédie ; à la situation politique née de la fracture révolutionnaire ; à l’apparition enfin de nouvelles institutions savantes et à la réorganisation de l’enseignement. Textes, institutions, hiérarchie et histoire des disciplines ont donc été les sujets que cet ouvrage collectif a tenté d’analyser. Mais celui-ci n’a certes pas la prétention de viser à l’exhaustivité. Il s’est limité au domaine français et, dans la mesure où il a été rédigé par des spécialistes d’histoire et de littérature, il a privilégié les disciplines relevant des sciences humaines comme la géographie, l’anthropologie et ce qu’on appelait alors « l’art de communiquer ». Son ambition a été d’ouvrir quelques pistes dans les questionnements épistémologiques nés pendant le Siècle des lumières et dans les décennies qui lui succèdent, de suivre, selon une perspective historique, l’apparition de nouvelles disciplines et leur place dans la hiérarchie des connaissances et, plus généralement, d’étudier la reconfiguration des champs des savoirs.

  • 3 Jean Ehrard, L’Idée de nature en France dans la première moitié du xviiie siècle, Paris, Albin Mic (...)

4Les taxinomies sont, à cette époque, au cœur des nouvelles démarches scientifiques. Dès les années 1750, la mode est aux tableaux et aux nomenclatures hérités des sciences de la nature. Le Systema naturae de Linné paraît en 1735 et les premiers volumes de l’Histoire naturelle de Buffon à partir des années 1740. Alors que les botanistes du xviie siècle avaient répertorié 6 000 espèces de plantes, un siècle plus tard on en recense plus de 20 000. Les expéditions maritimes, celles des naturalistes Adanson au Sénégal et Jussieu au Pérou, permettent une meilleure connaissance de la faune et de la flore, qui s’accompagne de la mise en place de nouvelles nomenclatures et de nouvelles appellations. Or, comme le rappelle Jean Ehrard, « L’accumulation des connaissances va de pair, presque inévitablement, avec un effort de classification3. »

5L’Encyclopédie de Diderot s’inscrit tout à fait dans ce courant. Pour Diderot et ceux qui participèrent à l’aventure de l’Encyclopédie, le projet est de dresser un état des lieux, tout en effectuant une mise en ordre des savoirs. Comme le dit l’article catalogue : « Il doit y avoir un ordre conforme à la raison. » La rédaction d’une encyclopédie ne va pas de soi car elle implique simultanément une conscience historique du temps présent et la capacité à tirer la leçon des époques antérieures, de manière à en transmettre le bilan aux générations suivantes. Il est vrai que les philosophes des Lumières, au moment où l’ordre politique et religieux, où les croyances traditionnelles sont passés au crible, ont le sentiment de vivre une véritable révolution sur le plan intellectuel et d’être en rupture par rapport aux périodes antérieures. L’Encyclopédie s’écrit en tout cas pour être jugée par la postérité. Comme le rappelle Diderot dans l’article encyclopédie : « Nous avons vu que l’Encyclopédie ne pouvait être que la tentative d’un siècle philosophe ; que ce siècle était arrivé ; que la renommée, en portant à l’immortalité les noms de ceux qui l’achèveraient, peut-être ne dédaignerait pas se charger des nôtres ; et nous nous sommes sentis ranimés par cette idée si consolante et si douce, qu’on s’entretiendrait aussi de nous, lorsque nous ne serions plus. »

  • 4 Voir aussi Marie Leca-Tsiomis, Écrire l’Encyclopédie. Diderot : de l’usage des dictionnaires à la (...)

6Il ne s’agit plus de déployer la fresque des curiosités de l’univers dans une succession émerveillée, proche des encyclopédies médiévales, mais de construire de nouvelles classifications et de les soumettre à évaluation. Marie Leca montre ici que l’Encyclopédie s’inspire largement du Dictionnaire de Trévoux et, en particulier, de l’édition parue en 1752 mais qu’elle le réécrit de manière critique, éliminant certains articles (de nomenclature biblique par exemple), et en ajoutant d’autres comme les termes techniques de métier. Mais sa grande nouveauté, par rapport aux dictionnaires qui l’ont précédée, a été d’être un dictionnaire « raisonné » de classement des connaissances grâce à deux éléments essentiels : le système des renvois d’un article à l’autre, invitant à une lecture circulaire de l’œuvre, et la présentation, en début d’article, de la branche du savoir à laquelle appartient le terme qui va être défini, manière explicite de rattacher l’ensemble de l’œuvre à l’arbre des connaissances ou « Système figuré des connaissances humaines », par lequel se conclut le Discours préliminaire de d’Alembert publié en 17514.

  • 5 Histoire naturelle générale et particulière, avec la description du cabinet du roi, Paris, Imprime (...)

7L’arbre des connaissances, hérité de Bacon au début du xviie siècle, est une notion fondamentale pour comprendre l’épistémologie des Lumières. Il est là pour montrer, en une métaphore organiciste, que les sciences, les métiers et les différentes manifestations de l’esprit forment un tout, et que c’est le rôle de l’Encyclopédie de les appréhender dans leur totalité. On pourrait voir, dans cette métaphore empruntée à la Bible, une réappropriation de la vieille représentation cosmologique selon laquelle l’univers est un grand tout qui n’admet ni le vide, ni les phénomènes isolés, un entrelacs de correspondances entre les hommes, les plantes et les astres, un grand livre de la nature enfin où Dieu a laissé ses signes. Mais ici la signification est autre, même si la métaphore de l’arbre des connaissances garde quelque chose d’archaïque. L’Encyclopédie donne du monde une vision laïcisée qui se passe de la présence divine et vide la métaphore de son contenu théologique. Celle-ci désigne avant tout un processus épistémologique dans lequel il s’agit de mettre en relation les sciences et les choses, les mots et les objets. Comme le rappelle l’article encyclopédie écrit par Diderot : « Par le moyen de l’ordre encyclopédique, de l’universalité des connaissances et de la fréquence des renvois, les rapports augmentent, les liaisons se portent en tous sens, la force de la démonstration s’accroît, la nomenclature se complète, les connaissances se rapprochent et se fortifient. » Buffon dira, lui aussi, dans l’Histoire naturelle : « Les choses par rapport à nous ne sont rien en elles-mêmes, elles ne sont encore rien lorsqu’elles ont un nom, mais elles commencent à exister pour nous lorsque nous leur connaissons des rapports, des propriétés ; ce n’est même que par ces rapports que nous pouvons leur donner une définition5. » C’est l’homme dans l’exercice de sa raison et c’est le langage qui donnent, à la place de Dieu, sa cohérence au monde.

  • 6 Voir Jacques Proust, Diderot et l’Encyclopédie, Paris, Albin Michel, 1962 ; Robert Darnton, L’Aven (...)
  • 7 Ces chiffres sont indiqués par Pierre Rétat dans « L’âge des dictionnaires », Histoire de l’éditio (...)

8La diffusion de l’Encyclopédie se limita à environ 4 000 souscripteurs fortunés mais son retentissement fut immense dans toute l’Europe. À partir des années 1770, des éditions moins coûteuses que la première édition in-folio virent le jour et mirent le texte à la portée d’un plus large public : il y eut les éditions in-quarto de Genève-Neuchâtel et les éditions in-octavo de Lausanne6. Elles étaient introduites en France par les réseaux de contrebande de livres, puisque, depuis 1759, l’Encyclopédie était interdite. Dans le sillage de l’Encyclopédie de Diderot, les dictionnaires devinrent à la fin du siècle la forme majeure de la diffusion des savoirs. Répondant à une demande de plus en plus forte du public, ils représentèrent aussi pour les éditeurs des enjeux commerciaux et financiers considérables. Leur progression est fulgurante des années 1750 à 1830. On en compte vingt-sept entre 1690 et 1699, soixante-dix-huit entre 1750 et 1759, cent vingt-et-un entre 1760 et 1769, deux cents soixante-neuf entre 1820 et 18297. Il existe alors des dictionnaires scientifiques et techniques dans tous les domaines, des dictionnaires de chimie, des arts et métiers, d’histoire naturelle et de médecine. La forme « portative », de petit format, devient fréquente et met ces ouvrages à la portée du large public.

9Dans les années 1830, les progrès techniques de l’imprimerie avec l’invention de la presse à vapeur, ainsi que la concentration du marché éditorial et l’apparition de maisons d’édition importantes comme Hachette disposant de moyens financiers considérables, permettront la mise en place de projets encyclopédiques de grande envergure. On peut penser à l’énorme Encyclopédie méthodique de Panckoucke, publiée de 1782 à 1832 en deux cents dix volumes dont quarante-sept de planches, à l’Encyclopédie du xixe siècle d’inspiration catholique, rééditée au cours du xixe siècle et sans cesse augmentée, passant de vingt-cinq volumes en 1843 à soixante-quinze volumes en 1883, ou à l’Encyclopédie théologique de l’abbé Migne dont Des Esseintes, le héros mélancolique et raffiné de Huysmans, possédait quelques volumes dépareillés.

  • 8 Voir l’Encyclopédie méthodique 1782-1832. Des Lumières au positivisme. Textes publiés par Claude B (...)
  • 9 Voir R. Darnton, Recherches sur Diderot et l’Encyclopédie, no°12, avril 1992.
  • 10 Jean Ehrard, « De Diderot à Panckoucke : deux pratiques de l’alphabet », dans L’Encyclopédisme, ac (...)

10Ces encyclopédies citent toutes l’Encyclopédie de Diderot mais c’est souvent pour s’en distinguer. L’Encyclopédie méthodique, par exemple, pour la publication de laquelle Panckoucke « fait travailler [en même temps] vingt-cinq imprimeries parisiennes » à la veille de la Révolution8, est tout entière construite contre l’exposition circulaire des connaissances. Elle refuse l’image de l’arbre et lui préfère une présentation fragmentée des savoirs. À la lettre « A », on trouve par exemple des volumes dédiés aux matières suivantes : agriculture, antiquités, architecture, art aratoire, art de nager, arts et métiers, art militaire, assemblée nationale, amusements, etc. Comme le déclare Panckoucke dans le prospectus de lancement, « Il faut que chaque science ait son dictionnaire. » Son but, comme il le dit plus loin, est de mettre de l’ordre dans le désordre de l’Encyclopédie. Penser, classer restent la préoccupation première mais non selon la méthode des mises en relation chère aux Lumières. Il s’agit plutôt de passer en revue les uns après les autres et systématiquement tous les domaines du savoir, « les sciences [étant] installées comme autant d’immeubles sur un campus9. » À la place du système des renvois d’une notion à l’autre, système qui est à la base de la conception encyclopédique de Diderot et qui assure une circulation, une fluidité, une voie de passage d’une branche de la connaissance à une autre, Panckoucke procède à un découpage des savoirs et publie une suite de dictionnaires séparés, consacrés chacun à une discipline. On a souvent dit de l’Encyclopédie de Panckoucke qu’elle a marqué un tournant du point de vue épistémologique et qu’elle annonçait le positivisme du xixe siècle. Il est vrai que les collaborateurs de l’Encyclopédie méthodique de Panckoucke furent, pour la plupart, des ingénieurs et des spécialistes, et qu’ils remplacèrent les philosophes qui entouraient Diderot dans la rédaction de l’Encyclopédie. Par ailleurs l’importance accordée aux sciences et aux techniques est considérable : trente-cinq volumes pour les dictionnaires techniques et quatre-vingt-un volumes pour les sciences naturelles, la médecine et les sciences exactes qui, à elles seules, représentent 67 % de l’ensemble. En revanche, les Belles-Lettres, avec onze volumes, font figure de parents pauvres10.

  • 11 Voir Jacques Noiray, « Figures du savant », Romantisme, no°100, 1998.
  • 12 Michel Baridon, « Les deux grands tournants du Siècle des lumières », Dix-Huitième Siècle, no°31, (...)

11On assiste en réalité, pendant cette période, à une redéfinition de la hiérarchie des disciplines. Alors que la « philosophie », à prendre dans le sens large d’une « métaphysique » des sciences, autrement dit d’une épistémologie, est encore au centre du « Système figuré des connaissances humaines » et englobe la « science de l’homme » et la « science de la nature », cette dernière et ses composantes prennent leur autonomie dans les décennies suivantes, se séparent de la philosophie et accèdent au statut de formes supérieures du savoir. Les systèmes de classement des espèces, proposés à la suite de Linné par Lamarck et Cuvier, ne sont en effet pas seulement des nomenclatures mais des tentatives d’explication des mécanismes de la vie. Plus pratiques, plus proches du réel, plus « utiles » aux yeux du public, ces disciplines détrônent peu à peu la « philosophie » et même les mathématiques, jugées trop abstraites11. La chimie devient également une science majeure et rompt définitivement avec l’alchimie grâce aux travaux de Lavoisier – le Traité élémentaire de chimie sur la nature de l’air paraît en 1789 –, de Fourcroy et de Guyton de Morveau. Par ailleurs les découvertes en électricité, les sciences de la terre, la minéralogie, la vulcanologie et la glaciologie, deviennent partie prenante de la culture générale dans la seconde moitié du xviiie siècle. Toutes ces disciplines donnent naissance à un nouvel imaginaire scientifique « où [domine] la fluidité des formes, leur capacité d’expansibilité, la sensibilité des êtres aux stimulations de leur milieu12. » Comme le montre ici l’article de Daniela Gallingani, l’électricité inspire alors en Italie et en France toute une rêverie scientifique où se mêlent anciens et nouveaux savoirs, science et littérature, qui glisse vers le mystère et l’occultisme au moment où elle rencontre les théories de Mesmer.

12C’est aussi à la fin du xviiie siècle que se transforme radicalement l’image du savant. À cette époque, le savant s’identifie encore à l’homme de lettres, à l’honnête homme et même à l’homme du monde. Les sciences ne sont pas incompatibles avec la mondanité, tout au contraire. Il existe un idéal conjoint de rationalité scientifique et de sociabilité qui tend à rendre les sciences aimables aux yeux du public et, pourquoi pas, à les constituer en objets littéraires. Les philosophes des Lumières se sont d’ailleurs souvent préoccupés à la fois de sciences et d’art d’écrire, sans qu’il parût d’incompatibilité entre les deux démarches. Ainsi Diderot et Goethe après lui, dans Les Affinités électives, utilisent-ils les affinités chimiques comme point de départ romanesque et sentimental, en un exercice de style mi-sérieux, mi-amusé. Pensons à la lettre qu’écrit Diderot à Sophie Volland dans laquelle il se livre à une rêverie érotique sur la théorie chimique des affinités :

  • 13 Lettre à Sophie Volland, 15 octobre 1759.

Ô ma Sophie, il me resterait donc un espoir de vous toucher, de vous sentir, de vous aimer, de vous chercher, de m’unir, de me confondre avec vous, quand nous ne serions plus. S’il y avait dans nos principes une loi d’affinité, s’il nous était réservé de composer un être commun ; si je devais dans la suite des siècles refaire un tout avec vous ; si les molécules de votre amant dissous venaient à s’agiter, à se mouvoir et à rechercher les vôtres éparses dans la nature ! Laissez-moi cette chimère. Elle m’est douce. Elle m’assurerait l’éternité en vous et avec vous13.

  • 14 Daniel Roche, Le Siècle des lumières en province : académies et académiciens provinciaux, 1680-178 (...)
  • 15 Discours prononcé lors de la première séance de l’Institut, 15 germinal an IV (4 avril 1796). Cité (...)
  • 16 Voir Bruno Belhoste, Les Sciences dans l’enseignement secondaire français. Textes officiels 1789-1 (...)
  • 17 Discours à la Convention du 15 octobre 1795 (23 vendémiaire an III).

13Or on assiste au cours du xviiie siècle à un progressif déplacement des centres d’intérêt du public cultivé des lettres vers les sciences, comme le montre Daniel Roche à propos des académies savantes de province14. C’est la Révolution de 1789 qui met fin à cette période où se côtoient savants, hommes de lettres, amateurs et gens du monde. La rupture est d’abord institutionnelle : l’Académie des sciences est supprimée en 1793 et les savants sont les premières victimes de l’antiintellectualisme qui sévit pendant la Terreur. Mais, dès 1794, après la chute de Robespierre, la Convention dite thermidorienne amorce un changement politique. Elle crée en 1794 l’École polytechnique et l’École normale de l’an III, destinée à former les futurs instituteurs de la République, puis, l’année suivante, l’Institut des sciences et des arts (loi Daunou du 3 Brumaire an IV) qui doit remplacer l’ancienne Académie des sciences. L’Institut des sciences et des arts est composé de trois classes dont la hiérarchie est elle-même significative. À la première classe correspondent les sciences physiques et mathématiques : selon Pierre Daunou, rapporteur de la loi, ces sciences sont premières car ce sont elles qui ont triomphé le plus tôt des préjugés15. Les sciences morales et politiques forment la deuxième classe et les arts et la littérature la troisième. En même temps que l’Institut, la loi Daunou établit des « écoles centrales » remplaçant les collèges de l’Ancien Régime et dispensant pour la première fois un enseignement scientifique solide, et des « écoles spéciales » dont une petite partie seulement verra le jour, destinées à l’étude de « l’astronomie, la géométrie et la mécanique, l’histoire naturelle, la médecine, l’art vétérinaire, les sciences politiques, la peinture et la musique ». Les sciences et les techniques sont donc dominantes dans les institutions académiques et scolaires16. Daunou, dans son discours à la Convention présentant son projet de loi sur l’instruction publique, se place d’ailleurs dans la continuité de Condorcet17. On connaît le rôle considérable que jouent les mathématiques et les sciences en général dans le programme d’enseignement exposé par Condorcet dans ses cinq Mémoires sur l’instruction publique rédigés en 1791. Par ailleurs, les membres de l’Institut reçoivent une « indemnité académique » et deviennent des fonctionnaires rétribués par l’État, contribuant ainsi à une professionnalisation de la science. C’est une république de savants-citoyens qui s’instaure, laissant peu de place aux hommes de lettres. Bientôt prendront place auprès des savants, dans les élites intellectuelles du xixe siècle, les industriels et les inventeurs et, parmi les savants, les médecins, devenus les nouveaux bienfaiteurs de l’humanité.

  • 18 Voir Annales historiques de la Révolution française, no°320, 2000, « Sciences et techniques autour (...)

14Au cours de la Révolution, la place des scientifiques dans la cité a en effet considérablement évolué. Beaucoup ont participé à l’effort de guerre. Certains comme Monge, devenu ministre de la Marine en 1793, sont entrés au gouvernement, d’autres ont aidé à la cartographie des conquêtes et à l’infrastructure militaire18. Ce phénomène se confirme lorsque le Directoire crée la Commission des sciences et des arts, envoyée en Égypte de 1798 à 1801. Sur les cent cinquante-et-un membres qui se joignent à l’expédition militaire de Bonaparte en Égypte, et parmi lesquels on trouve Monge et Geoffroy Saint-Hilaire, plus de la moitié sont des ingénieurs et des techniciens. L’École polytechnique, nouvellement créée, fournit, à elle seule, un contingent important de vingt-huit élèves.

  • 19 Cité par Denis Woronoff, Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des art (...)
  • 20 Même si cela avait été demandé dès le Consulat, c’est Napoléon qui obtient qu’en 1808, ces rapport (...)

15Les périodes du Consulat et de l’Empire ne mettent pas en cause ces nouvelles institutions. Bonaparte avait été élu membre de l’Institut alors qu’il était jeune général, et il tenait beaucoup à cette appartenance. Jean-Claude Bonnet montre ici combien l’Empereur attache d’importance à l’organisation d’une véritable politique culturelle placée sous son autorité, et se préoccupe, en particulier, de combattre l’idée d’un déclin supposé des arts et des sciences. Ayant demandé aux différentes classes de l’Institut de présenter un rapport « sur les progrès des sciences, des lettres et des arts depuis 1789 », formule qui vient en droite ligne de l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain de Condorcet, il accueille ainsi la délégation de la première classe : « J’ai voulu vous entendre sur les progrès de l’esprit humain de ces derniers temps, afin que ce que vous auriez à dire fût entendu de toutes les nations et fermât la bouche aux détracteurs de notre siècle, qui, cherchant à faire rétrograder l’esprit humain, paraissent avoir pour but de l’éteindre19. » Ces « Rapports à l’Empereur », présentés en février et mars 1808, livrent à la fois un bilan critique du savoir à cette époque et un témoignage sur l’organisation des disciplines dans l’instance académique que représente l’Institut20. L’Institut a été réorganisé en 1803-1804. La deuxième classe, la classe des sciences morales et politiques, jugée trop rebelle, disparaît. Le nouvel Institut comporte désormais quatre classes : les sciences mathématiques et physiques, la langue et littératures françaises, l’histoire et la littérature ancienne et les beaux-arts.

  • 21 Louis de Bonald, « De la guerre des sciences et des lettres », Mélanges littéraires, politiques et (...)
  • 22 Voir aussi Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts, Paris, Beli (...)

16On constatera que le remaniement est loin d’être défavorable aux Lettres, contrairement à ce que prédit vers 1807 Louis de Bonald dans une vision catastrophiste : « Tout annonce donc la chute prochaine de la république des lettres, et la domination universelle des sciences exactes et naturelles21. » Comme le souligne ici Corinne Saminadayar-Perrin, la littérature devient en effet au début du xixe siècle une discipline à part entière et supplante les belles-lettres, notion vague qui englobait, avant la Révolution, l’éloquence, la poésie et l’histoire. Dans l’arbre des connaissances de l’Encyclopédie de Diderot, elle n’apparaît d’ailleurs pas sous ce nom mais se fragmente en « art d’écrire », subdivision de l’« art de retenir », en grammaire et rhétorique issues de « l’art de communiquer », et en « poésie » associée à l’imagination, une des trois catégories de l’entendement. En 1794-1795, un cours de littérature apparaît déjà en tant que tel dans le programme d’enseignement de l’École normale de l’an III et c’est La Harpe qui en est chargé. Le Cours de littérature de La Harpe deviendra par la suite un important manuel d’enseignement. Trois volumes sont consacrés par ailleurs à « Grammaire et littérature » dans l’Encyclopédie méthodique. On voit donc que la littérature trouve toute sa place dans le processus de spécialisation et d’autonomisation des disciplines qui se développe au tournant des xviiie et xixe siècles. Ce faisant, elle paie un tribut à la scientificité du discours dominant. Dans son Rapport à l’Empereur sur la classe de langue et littérature française, Marie-Joseph Chénier associe ainsi fortement grammaire et littérature et rend hommage à la Grammaire de Port-Royal et au Traité des tropes de Du Marsais22. Pour lui, la littérature, loin de partager avec les beaux-arts une dimension esthétique, doit être rapprochée de la grammaire et de la rhétorique comme sciences du langage. Il en sera de même pour l’anthropologie, alors naissante, pour la géographie et pour la future sociologie, toutes disciplines qui affirmeront le caractère scientifique de leur démarche. Le projet du comte de Saint-Simon en 1807 sera, par exemple, de « fonder une science de l’homme aussi rigoureuse que les sciences de la nature ».

  • 23 Joseph-Marie Degérando, Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l’observation des p (...)
  • 24 Claude Blanckaert, « Le “Manuel opératoire” de la raciologie. Les instructions aux voyageurs de la (...)

17La science du langage, telle que la définit Marie-Joseph Chénier, est l’aboutissement des réflexions et des débats qui se sont multipliés dans les dernières décennies du xviiie siècle à propos des langues primitives et des hypothèses concernant l’existence d’une langue universelle, notamment dans l’Essai sur l’origine des langues de Jean-Jacques Rousseau et dans Le Monde primitif de Court de Gébelin, paru de 1773 à 1782. Court de Gébelin, en associant faits de langage, mythes, calendriers, jeux et fêtes, ouvre également la voie d’une première forme d’anthropologie, ainsi que le montre Anne-Marie Mercier-Faivre. Mais c’est avec la fondation d’une société savante en 1799, la Société des Observateurs de l’homme, qu’étudie ici Jean-Luc Chappey, que cette nouvelle discipline prend son essor. Pour cette société, il s’agit de construire une science anthropologique sur le modèle des sciences physiques, et d’unifier les différents savoirs sur l’homme, éparpillés dans différentes institutions. Jussieu, Fourcroy, Lacépède seront les présidents successifs de cette société qui compte plusieurs médecins et naturalistes. Malgré son existence éphémère, la Société des Observateurs de l’homme aura à son actif l’observation de Victor, le jeune sauvage de l’Aveyron, et la mise au point de méthodes d’enquêtes ethnologiques destinées aux membres de l’expédition maritime de Baudin qui quitte Le Havre pour l’Australie le 19 octobre 180023. La Société d’anthropologie de Paris, fondée cinquante ans plus tard, se souviendra de cela et rédigera successivement des « Instructions aux voyageurs » pour les expéditions coloniales au Sénégal, au Mexique, en Algérie et en Cochinchine24.

  • 25 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienn (...)

18De son côté, la géographie s’éloigne au xviiie siècle des sources anciennes que constituaient les récits de voyage nourris de références à l’Antiquité, et devient une géographie d’agronomes, de physiocrates et d’ingénieurs. Au début du xixe siècle, le triomphe des statistiques et d’une première formalisation de la démographie aide au développement d’une géographie humaine, associée à l’administration politique du territoire25. Mais Isabelle Laboulais analyse ici les difficultés que rencontre cette nouvelle discipline pour gagner son autonomie par rapport à l’histoire et à la géologie, avec lesquelles elle est souvent confondue. Dans une première étape, la géographie devient matière d’enseignement dans les cours de l’École normale de l’an III et dans les Écoles centrales. L’Encyclopédie méthodique de Panckoucke, toujours en phase avec l’évolution des champs du savoir, lui consacre sept volumes. Mais dans les instances académiques, la présence de la géographie reste modeste. Elle fait partie en 1795 de la seconde classe de l’Institut, la classe des « Sciences morales et politiques », puis disparaît en 1803 au moment du remaniement. Il faudra attendre la fondation de la Société de géographie de Paris en 1821 pour qu’elle acquière une véritable visibilité.

  • 26 Destutt de Tracy, Éléments d’idéologie, vol. I, 1801, Préface p. xiii. Réédition, Paris, Vrin, 197 (...)
  • 27 Voir Michèle Crampe-Casnabet, « L’enseignement de la grammaire et sa fonction dans la formation de (...)

19Cette évolution s’est faite en partie sous l’influence du groupe des Idéologues qui ont joué un rôle majeur dans l’attribution d’une place centrale à la science générale de l’homme au tournant des xviiie et xixe siècles, à la fois dans la théorie de la connaissance et dans ses relais institutionnels. C’est un Idéologue, Pierre Daunou, qui est l’inspirateur de la grande loi de réorganisation de l’instruction publique d’octobre 1795 (Brumaire an IV), grâce à laquelle est créé l’Institut. Ce groupe qui comprenait entre autres Cabanis, Daunou, Destutt de Tracy, Guinguené, Volney et Degérando commença à se réunir peu avant la Révolution. Son nom provient du terme « Idéologie » que Destutt de Tracy est le premier à utiliser et qu’il emploie pour désigner la science des idées dans son ouvrage Mémoires sur la faculté de penser, publié en 1796. C’est surtout à la fin de la Terreur, pendant la Convention thermidorienne et le Directoire, que le groupe se fait connaître et joue un rôle politique important. Daunou est député à la Convention, président de l’Assemblée en 1795, membre des Cinq-Cents sous le Directoire puis sénateur pendant le Premier Empire comme Cabanis, Volney et Destutt de Tracy. Par ailleurs, Guinguené fonde en 1794 avec Chamfort et Geoffroy Saint-Hilaire La Décade philosophique, revue qui est en partie l’émanation de ce courant philosophique. Les Idéologues ont également été les principaux inspirateurs de la création de l’Institut, dont ils deviennent membres pour la plupart. Ce sont eux qui dominent la seconde classe, celle des sciences morales et politiques, et ce sont eux que frappe Napoléon en supprimant cette classe qui s’oppose à lui et dont les idées lui semblent fumeuses. Pour Destutt de Tracy, de l’Idéologie dépendent toutes les sciences, y compris les sciences exactes, pour aboutir à une science générale de l’homme : « L’idéologie est une partie de la zoologie, et c’est surtout dans l’homme que cette partie est importante et mérite d’être approfondie », écrit-il en 1801 dans Éléments d’idéologie26. Destutt de Tracy considère aussi que la grammaire, en tant que science générale des signes, est un élément central de ce dispositif, car il la considère comme une continuation de la science des idées27. On retrouve là certains éléments du « Rapport sur la classe de langue et littérature française » présenté à l’Empereur par Marie-Joseph Chénier.

  • 28 « La connoissance de la génération de nos idées est le fondement de l’art de communiquer ces idées (...)
  • 29 Cité par François Azouvi, L’Institution de la raison. La révolution culturelle des idéologues, ava (...)
  • 30 Voir Bronislaw Baczko, « La constitution de l’an III », L’Institution de la raison. La révolution (...)

20Mais Destutt de Tracy va plus loin et développe à partir du langage toute une réflexion politique car, pour lui, grammaire, logique et morale sont indissociables et aboutissent dans leur étape ultime à l’art de gouverner les hommes28. Selon lui, l’« Art de régler la société » est le « plus grand art auquel doivent coopérer tous les autres ». Cabanis, autre Idéologue, insiste lui aussi, dans ses Rapports du physique et du moral parus en 1798, sur le lien entre la science des idées et la politique qu’il appelle « l’art social », consacrant ainsi la place du savant dans la vie de la cité : « Le gouvernement républicain, qui seul se fortifie des lumières publiques, a pu seul réunir aux savants, aux artistes, aux gens de lettres, des penseurs occupés particulièrement de la science de l’homme et de la société29. » Pour les Idéologues et pour ceux qui participèrent à la vie politique des dernières années de la Révolution, la question cruciale était de savoir comment sortir de la Terreur. Le problème le plus difficile que cet « art social » eut à résoudre fut celui de « la définition des rapports entre le principe d’indivisible souveraineté résidant dans la nation et le système représentatif comme forme d’exercice de cette souveraineté »30. La Constitution de l’an III tente d’y répondre par l’instauration du bicamérisme et l’élection de députés au suffrage censitaire. Ainsi s’agit-il, comme le dit Lakanal, de protéger les législateurs « contre l’activité funeste de l’enthousiasme ».

  • 31 Voir Lorraine Daston, Classical probability in the Enlightenment, Princeton, Princeton University (...)
  • 32 Rapports du physique et du moral, Préface p. x, vol. I, Paris, L’Harmattan, 2005 (réédition de l’é (...)

21Condorcet s’était occupé peu avant la Révolution d’« arithmétique politique ». Il rédigea l’article arithmétique politique de l’Encyclopédie méthodique et publia en 1785 un Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix. Dans ces textes, Condorcet applique la théorie des probabilités à différents domaines, à la loterie, aux sociétés d’assurances et aussi aux décisions prises par les assemblées élues. Il considère que, l’homme étant un être doué de raison, le bon sens finit en général par l’emporter. La même analyse vaut pour les jurys d’assises qui existaient alors en Angleterre31. Ces théories légitiment les régimes démocratiques, à condition que la démocratie s’exerce avec raison et sans excès. Elles conduisent par ailleurs à mathématiser les comportements sociaux et politiques. Cabanis reprend ces idées dans ses Rapports du physique et du moral en 1802 et cite les travaux de Condorcet sur l’« application du calcul des probabilités aux questions et aux événements moraux32. »

  • 33 L’arbre des connaissances figure à la fin du tome I de son Introduction aux travaux scientifiques (...)
  • 34 Encyclopédie nouvelle, ou Dictionnaire philosophique, scientifique, littéraire et industriel, offr (...)
  • 35 Article encyclopédie, tome IV, p. 793.
  • 36 Cité par Philippe Régnier dans sa contribution. Séance du 26 décembre 1862, p. 8-9.

22Or toutes ces réflexions trouvent de nombreux prolongements dans l’épistémologie qui s’élabore au xixe siècle et dans le mouvement encyclopédique qui l’accompagne. Qu’il s’agisse du saint-simonisme ou de la pensée comtienne, on peut les considérer comme le développement et le point d’aboutissement des théories des Idéologues. Ainsi l’arbre des connaissances que le comte de Saint-Simon fait figurer en 1807-1808 à la suite de son projet d’encyclopédie33 (voir annexe p. 232) contient-il une branche des sciences physiques intitulée « Science de l’homme ou philosophie particulière » qui conduit à l’ouvrage de Cabanis, Rapport du physique et du moral de l’homme. Deux autres ouvrages seulement sont présentés dans cet arbre, la Statique chimique de Berthollet et la Mécanique céleste de Laplace. Cabanis figure donc aux côtés de Berthollet et de Laplace dans le panthéon des grands hommes de sciences. Pour Saint-Simon, l’essentiel est de rétablir le lien social que la Révolution de 1789 a mis en péril et de tisser une nouvelle cohésion entre les individus. Comme le souligne ici Philippe Régnier, on retrouve le même type de démarche dans l’Encyclopédie nouvelle d’inspiration saint-simonienne34, dirigée par Jean Reynaud et Pierre Leroux et publiée de 1836 à 1841. Dans l’article encyclopédie à la fin duquel figure un tableau abrégé des connaissances, Jean Reynaud invente le terme de « cœnologie » pour désigner la « science de l’association » qu’il considère comme une branche de la science de l’homme ou « pneumatologie » – terme qu’il emprunte au Système figuré des connaissances humaines de d’Alembert –, au même titre que l’« anthropologie » et la « théologie »35. Pour Jean Reynaud, la cœnologie regroupe à la fois les différentes formes de communication entre les hommes comme le langage, la danse ou les beaux-arts (souvenir peut-être du Monde primitif de Court de Gébelin), et les principes politiques sur lesquels se construisent les communautés humaines (lois, famille, travail, science de la guerre). Cette importance, toute saint-simonienne, accordée à l’« association » ou au « socialisme » s’exprime encore dans le projet d’encyclopédie des frères Péreire : « En ce qui concerne les différents groupes qu’on appelle les Nations, c’est une idée généralement admise en France que le progrès c’est le mouvement vers la solidarité et l’association36. » Association, utopies sociales, socialisme et communisme sont les points d’aboutissement de cette pensée.

  • 37 Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société (1822). Présentation et not (...)
  • 38 Cité par François Laplanche, « Du catholicisme comme somme des savoirs à la période romantique », (...)

23La nouvelle épistémologie qui se construit au début du xixe siècle conduit à mettre en cause les fondements philosophiques de l’Encyclopédie de Diderot, mais il est important de souligner qu’elle intègre toujours un projet d’encyclopédie ou une mise en système des connaissances dans sa démarche. Le Siècle des lumières a légué l’esprit de système à la philosophie des sciences. Même si l’Encyclopédie reste la référence incontestée de toutes les encyclopédies qui vont suivre, elle fonctionne à la fois comme modèle et comme contre-modèle. Ainsi, comme le montre ici Pierre Musso, Saint-Simon considère-t-il l’Encyclopédie de Diderot comme une « anti-théologie générale » et lui reproche-t-il d’être avant tout critique, opposant les « époques critiques » génératrices de désordre social, aux « époques organiques ». Auguste Comte, ancien secrétaire de Saint-Simon, reprendra cette idée en 1822 en exhortant à « quitter la direction critique pour prendre la direction organique », de manière à « arrêter l’anarchie qui envahit de jour en jour la société »37. Mais ce sont évidemment les encyclopédies catholiques, étudiées par Stéphanie Dord-Crouslé, qui s’en prennent avec le plus de violence à l’Encyclopédie de Diderot. Le préambule de l’Encyclopédie du xixe siècle déclare ainsi : « De même que l’Encyclopédie du xviiie siècle exprima la force de destruction qui sourdement agissait au sein de la société ancienne, de même l’encyclopédie présente sera l’expression de la force d’unité qui réagit sur les débris épars de la société nouvelle38. » Volonté de reconstituer une cohésion sociale mise à mal par la violence révolutionnaire et désir d’installer une cohérence dans le champ de l’épistémologie vont de pair. Dans les encyclopédies catholiques, c’est Dieu qui est le principe unificateur de la société et des sciences. Les encyclopédies laïques, et par exemple les encyclopédies d’inspiration saint-simonienne à la religiosité diffuse comme l’Encyclopédie nouvelle, témoignent aussi de ce malaise devant un univers sans Dieu, légué par la pensée du xviiie siècle. On trouve là comme l’écho d’une unité perdue, plus rêvée que réelle, et la nostalgie de l’harmonie d’un monde d’avant la chute.

  • 39 Voir Jean Ehrard, « De Diderot à Panckoucke : deux pratiques de l’alphabet », dans L’Encyclopédism (...)
  • 40 Saint-Simon, Introduction, Œuvres complètes, Genève, Slatkine reprints, 1977, tome VI, p. 103.
  • 41 Voir J. Bouffartigue et F. Mélonio, L’Entreprise encyclopédique, p. 12.

24L’Encyclopédie méthodique de Panckoucke a souvent été considérée comme la préfiguration de l’épistémologie « positive » du xixe siècle39, fondée sur la fragmentation et la spécialisation des savoirs qui s’opposerait à la démarche globalisante (et optimiste) des philosophes des Lumières. Pourtant, fragmentation et spécialisation ne s’opposent pas au désir d’appréhender les savoirs dans leur globalité pour leur donner une unité. En effet, la tentation de relier entre elles les branches de la connaissance, manifeste chez les Idéologues, reste forte chez les philosophes de la première moitié du xixe siècle. Le comte de Saint-Simon définit son projet d’encyclopédie comme l’« exposé du système général de la connaissance humaine »40. et Auguste Comte veut tracer « une synthèse philosophique de l’histoire de l’esprit en Occident » dans son Cours de philosophie positive. L’épistémologie se préoccupe alors à la fois de cohérence et d’exhaustivité, dans une conscience aigüe de la perte. Ainsi que le rappellent Jean Bouffartigue et Françoise Mélonio dans L’Entreprise encyclopédique : « Ouvert par la secousse révolutionnaire et obsédé par les ruines, le xixe siècle est habité du souci de la récapitulation. L’encyclopédie est l’une des multiples façons de claquemurer l’univers en un lieu unique : bazars, grands magasins, musées offrent aux regards des contemporains des abrégés de l’univers, tout comme les grandes collections de documents historiques ou les encyclopédies rassemblent les savoirs41. » La même analyse vaut pour les collections d’objets, héritières des anciens cabinets de curiosité, qui deviennent très en vogue au xixe siècle. Qu’elles soient rassemblées dans un but didactique ou esthétique, comme le montre ici Dominique Pety, elles participent de ce désir d’inventaire qui est propre à l’esprit du siècle.

  • 42 Article encyclopédie.
  • 43 Cours de philosophie positive, Paris, Rouen frères, 1830, tome I.
  • 44 Voir Auguste Comte, Philosophie des sciences. Présentation, choix de textes et notes par J. Grange (...)
  • 45 Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société, p. 88.

25Les encyclopédistes du xviiie siècle ont à la fois plus d’optimisme et moins de certitudes. La belle métaphore de Diderot qui compare la démarche épistémologique de l’Encyclopédie à une promenade dans un labyrinthe est explicite de ce point de vue : « Nous avons vu, à mesure que nous travaillions, la matière s’étendre, la nomenclature s’obscurcir et les détours nombreux d’un labyrinthe inextricable se compliquer de plus en plus42. » Comparé à cela, le « Tableau synoptique du cours de philosophie positive » d’Auguste Comte, qui introduit en 1830 son Cours de philosophie positive43, présente au contraire un quadrillage clair de l’univers. Il est représentatif de la nouvelle pensée philosophique où l’idée de système prédomine. Le labyrinthe a disparu. Il n’existe plus de zones d’ombre mais un paysage sans aspérités éclairé par la lumière directe de la raison. D’autre part le Tableau d’Auguste Comte instaure un déplacement fondamental de la place de l’homme dans le champ du savoir par rapport à la pensée du xviiie siècle44. Pour les philosophes des Lumières, l’homme reste au centre de toute démarche épistémologique, même s’il a perdu, après Buffon, sa position souveraine dans l’univers. Or dans l’épistémologie comtienne, il n’existe plus comme sujet que dans sa dimension historique et collective. La « physique sociale ou sociologie » fait son apparition en tant que discipline générale dans la « science des corps organisés », à la suite de la « physiologie » ou science de la nature, et doit être envisagée dans le cadre d’une « étude historique de la marche de la civilisation ». Le progrès devient un terme concret, associé aux questions économiques et sociales. Auguste Comte écrit dans son Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société largement inspiré par les conceptions de Saint-Simon : « Dans le système à constituer, le pouvoir spirituel sera entre les mains des savants, et le pouvoir temporel appartiendra aux chefs des travaux industriels45. »

  • 46 Voir aussi l’ouvrage de Cabanis, « Lettre sur la perfectibilité de l’esprit humain », publié en 17 (...)

26Que l’épistémologie soit intégrée dans une philosophie de l’histoire n’est pas chose nouvelle. On sait combien les notions de perfectibilité et de progrès sont au cœur de la pensée des Lumières, comme en témoigne l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain de Condorcet qui retrace une histoire de l’humanité en neuf époques dont l’étape ultime est la « métaphysique »46. Quant aux encyclopédistes réunis autour de Diderot, ils avaient voulu dresser un monument aux savoirs, tout en sachant que cette somme n’était pas quelque chose de définitif et qu’elle s’inscrivait dans un processus en perpétuel renouvellement. Le temple dédié à la philosophie que le marquis de Girardin fit construire dans le parc d’Ermenonville en est un admirable symbole : ce temple est partiellement en ruines car la philosophie est toujours en devenir. Mais dans le système d’Auguste Comte, c’est le processus historique lui-même qui donne sens aux savoirs.

Anmerkungen

1 Le Partage des savoirs ( xviiie-xix e  siècles), ouvrage collectif dirigé par Lise Andries, Lyon, PUL, 2003, 300 p.

2 Voir Charles C. Gillispie, Science and Polity at the End of the Old Regime, Princeton, Princeton University Press, 1980 et Antoine Picon, « Gestes ouvriers, opérations et processus techniques. La vision du travail des encyclopédistes », Recherches sur Diderot et l’Encyclopédie, no°13, octobre 1992, p. 131-147.

3 Jean Ehrard, L’Idée de nature en France dans la première moitié du xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1994, p. 188 ; voir aussi Michel Adanson, Voyage au Sénégal (1757), présenté par Denis Reynaud et Jacques Schmidt, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1996.

4 Voir aussi Marie Leca-Tsiomis, Écrire l’Encyclopédie. Diderot : de l’usage des dictionnaires à la grammaire philosophique, Oxford, Voltaire Foundation, 1999.

5 Histoire naturelle générale et particulière, avec la description du cabinet du roi, Paris, Imprimerie royale, 1752, t. I, 5e édition, p. 35.

6 Voir Jacques Proust, Diderot et l’Encyclopédie, Paris, Albin Michel, 1962 ; Robert Darnton, L’Aventure de l’Encyclopédie, 1775-1800. Un best-seller au Siècle des lumières, Paris, Perrin, 1982.

7 Ces chiffres sont indiqués par Pierre Rétat dans « L’âge des dictionnaires », Histoire de l’édition, Paris, Promodis, 1984, t. II, p. 186-194.

8 Voir l’Encyclopédie méthodique 1782-1832. Des Lumières au positivisme. Textes publiés par Claude Blanckaert et Michel Porret, avec la collaboration de Fabrice Brandli, Genève, Droz, 2006. Introduction par Michel Porret, p. 29.

9 Voir R. Darnton, Recherches sur Diderot et l’Encyclopédie, no°12, avril 1992.

10 Jean Ehrard, « De Diderot à Panckoucke : deux pratiques de l’alphabet », dans L’Encyclopédisme, actes du colloque de Caen, Annie Becq (dir.), Paris, Klincksieck, 1991, p. 243-252.

11 Voir Jacques Noiray, « Figures du savant », Romantisme, no°100, 1998.

12 Michel Baridon, « Les deux grands tournants du Siècle des lumières », Dix-Huitième Siècle, no°31, « Sciences et esthétique », numéro dirigé par F. Azouvi, M. Baridon et C. Rolland, 1999, p. 27.

13 Lettre à Sophie Volland, 15 octobre 1759.

14 Daniel Roche, Le Siècle des lumières en province : académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris, EHESS, 1989.

15 Discours prononcé lors de la première séance de l’Institut, 15 germinal an IV (4 avril 1796). Cité par François Azouvi dans L’Institution de la raison. La révolution culturelle des Idéologues, F. Azouvi (dir.), Paris, Vrin/EHESS, 1992, p. 53.

16 Voir Bruno Belhoste, Les Sciences dans l’enseignement secondaire français. Textes officiels 1789-1914, Paris, Institut national de recherche pédagogique, 1995, t. I, p. 26.

17 Discours à la Convention du 15 octobre 1795 (23 vendémiaire an III).

18 Voir Annales historiques de la Révolution française, no°320, 2000, « Sciences et techniques autour de la Révolution », numéro dirigé par Marcel Dorigny et Patrice Bret. Voir également Nicole et Jean Dhombres, Naissance d’un nouveau pouvoir. Sciences et savants en France 1793-1824, Paris, Payot, 1989, p. 48 et suiv. ; sur l’expédition d’Égypte, voir « Le laboratoire d’Égypte », p. 93-149.

19 Cité par Denis Woronoff, Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts, Paris, Belin, 1989, t. II, « Chimie et sciences de la nature ». Présentation et notes sous la direction d’Yves Laissus, p. 10.

20 Même si cela avait été demandé dès le Consulat, c’est Napoléon qui obtient qu’en 1808, ces rapports lui soient présentés. Une fois de plus, il semble que ce soit Condorcet qui ait inspiré cette initiative. Il appelle à la constitution d’« un tableau général et complet de toutes les vérités positives découvertes jusqu’ici » dans le Quatrième mémoire sur l’instruction publique.

21 Louis de Bonald, « De la guerre des sciences et des lettres », Mélanges littéraires, politiques et philosophiques, Paris, Adrien Le Clerc, 1852, p. 389.

22 Voir aussi Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts, Paris, Belin, 1989, t. III, « Littérature française ». Présentation et notes de Jean-Claude Bonnet et Pierre Frantz.

23 Joseph-Marie Degérando, Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages.

24 Claude Blanckaert, « Le “Manuel opératoire” de la raciologie. Les instructions aux voyageurs de la Société d’anthropologie de Paris (1860-1885) », Le Terrain des sciences humaines. Instructions et enquêtes ( xviiie-xxe siècles), Claude Blanckaert (dir.), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 139-174 ; C. Blanckaert, Naissance de l’anthropologie ? Anthropologie et missions en Amérique xvie-xviiie siècles, Paris, Cerf, 1985.

25 Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1988 ; Isabelle Laboulais, Lectures et pratiques de l’espace. L’itinéraire de Coquebert de Montbret, savant et grand commis d’État, Paris, Champion, 1999.

26 Destutt de Tracy, Éléments d’idéologie, vol. I, 1801, Préface p. xiii. Réédition, Paris, Vrin, 1970. Introduction et appendices par Henri Gouhier.

27 Voir Michèle Crampe-Casnabet, « L’enseignement de la grammaire et sa fonction dans la formation des esprits selon Destutt de Tracy », L’Institution de la raison. La révolution culturelle des idéologues, François Azouvi (dir.), Paris, Vrin/EHESS, 1992, p. 83-88.

28 « La connoissance de la génération de nos idées est le fondement de l’art de communiquer ces idées nouvelles, la grammaire ; de celui de combiner ces mêmes idées et d’en faire jaillir des idées nouvelles, la logique ; de celui d’enseigner et de répandre les vérités acquises, l’instruction ; de l’art plus important encore d’apprécier et de régler nos désirs, la morale ; et enfin du plus grand des arts, au succès duquel doivent coopérer tous les autres, celui de régler la société de façon que l’homme y trouve le plus de secours et le moins de gêne possible de la part de ses semblables. » Destutt de Tracy, Mémoires sur la faculté de penser. Cité par Pierre Macherey, L’Institution de la raison. La révolution culturelle des idéologues, p. 48.

29 Cité par François Azouvi, L’Institution de la raison. La révolution culturelle des idéologues, avant-propos.

30 Voir Bronislaw Baczko, « La constitution de l’an III », L’Institution de la raison. La révolution culturelle des idéologues, p. 27.

31 Voir Lorraine Daston, Classical probability in the Enlightenment, Princeton, Princeton University Press, 1988 ; Condorcet, Arithmétique politique. Textes rares ou inédits (1767-1789). Édition critique commentée par Bernard Bru et Pierre Crépel, Paris, Institut national d’études démographiques, 1994 ; Condorcet mathématicien, économiste, philosophe, homme politique, P. Crépel et C. Gilain (dir.), Paris, Minerve, 1989.

32 Rapports du physique et du moral, Préface p. x, vol. I, Paris, L’Harmattan, 2005 (réédition de l’édition de 1802).

33 L’arbre des connaissances figure à la fin du tome I de son Introduction aux travaux scientifiques du xixe siècle, Paris, J.-L. Scherff, 1808, 2 tomes.

34 Encyclopédie nouvelle, ou Dictionnaire philosophique, scientifique, littéraire et industriel, offrant le tableau des connaissances humaines au dix-neuvième siècle, Paris, Librairie de Charles Gosselin, 8 tomes, 1836-1842.

35 Article encyclopédie, tome IV, p. 793.

36 Cité par Philippe Régnier dans sa contribution. Séance du 26 décembre 1862, p. 8-9.

37 Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société (1822). Présentation et notes par Angèle Kremer-Marietti, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 88.

38 Cité par François Laplanche, « Du catholicisme comme somme des savoirs à la période romantique », L’Entreprise encyclopédique. Études réunies et présentées par Jean Bouffartigue et Françoise Mélonio, Littérales, no°21, université de Paris-X Nanterre, 1997, p. 329.

39 Voir Jean Ehrard, « De Diderot à Panckoucke : deux pratiques de l’alphabet », dans L’Encyclopédisme, ouvrage cité.

40 Saint-Simon, Introduction, Œuvres complètes, Genève, Slatkine reprints, 1977, tome VI, p. 103.

41 Voir J. Bouffartigue et F. Mélonio, L’Entreprise encyclopédique, p. 12.

42 Article encyclopédie.

43 Cours de philosophie positive, Paris, Rouen frères, 1830, tome I.

44 Voir Auguste Comte, Philosophie des sciences. Présentation, choix de textes et notes par J. Grange, Paris, Gallimard, 1996.

45 Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société, p. 88.

46 Voir aussi l’ouvrage de Cabanis, « Lettre sur la perfectibilité de l’esprit humain », publié en 1799.

Autor

Directeur de recherche au CNRS, membre du CELLF (CNRS-Université de Paris IV-Sorbonne). Sa spécialité est la littérature populaire en France du xviie au xixe siècles. Elle a publié La Bibliothèque bleue au xviiie  siècle (Oxford, Voltaire Foundation, 1989) et co-publié avec Geneviève Bollème La Bibliothèque bleue : littérature de colportage (Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 2003). Elle a également dirigé Le Partage des savoirs xviiie-xixe siècles (Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003).

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search