Version classiqueVersion mobile

Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes

 | 
Jean-Baptiste Martin
, 
Nadine Decourt

Lignes de recherche - Passages

Miklos fils de jument : état d'une recherche

Catherine Liégeois

Texte intégral

1Après deux sujets aussi graves, il est difficile de prendre la parole. Aigli Brouskou a parlé du plaisir du contage et de l’invitation à raconter dans sa langue, à traduire le conte... c’est ce dont je vais parler aussi.

2Les discours et récits sur l’adoption font découvrir les stéréotypes nationaux et territoriaux vis-à-vis de la mouvance et du métissage et peuvent parfois faire reculer ces stéréotypes ; c’est aussi l’ambition de ma recherche, l’ambition de lutter contre les stéréotypes, de changer un peu les idées toutes faites concernant les Tsiganes et de montrer la variété et la richesse de leur culture.

3J'ai du mal à parler car je ne suis pas conteuse, je ne viens pas du monde de la parole, je viens du monde de l'art et de la création, je suis artiste avant tout et je pratique la gravure.

4J'aime rester en retrait, je pourrais dire en retraite, j'étais professeur d'arts plastiques et je suis jubilada (en espagnol être à la retraite se dit jubilar, jubiler) ; mon travail de recherche est aussi jubilatoire, dans le plaisir, la passion, l'enthousiasme du conte.

Description

5Mon idée était de faire un outil de création qui utiliserait à la fois l'écrit, l'oral, l'image, avec l’ordinateur. De fabriquer une machine à tisser des histoires, une machine à métisser, c'est-à-dire un outil de passage de l'oral à l'écrit, de l'écrit ou de l'oral à l'image, d'une langue à l'autre, chaque média étant séparé et permettant de mettre son image sur le texte, ou sa voix sur les images, ou sa musique sur le texte... un cédérom pour les Roms (les mots sonnaient bien), un cédérom avec les Roms, écrit ou interprété en Romani, avec la langue Romani comme langue « de traverse » comme on parle de chemin de traverse.

6À partir d'un conte et de ses différentes interprétations ou variantes, placer le lecteur-auditeur au cœur de la création : comme on connaît l'histoire, on comprend... même sans connaître la langue. Jouer avec le tissage des textes et l’apprentissage de la langue, créer des liens en chaîne avec des conteurs et des traducteurs, et faire découvrir le langage de l’autre.

État d'une recherche

7Cette recherche est multiple, foisonnante, elle part dans toutes les directions : un état est un arrêt sur image dans un mouvement sans fin.

8En mouvement comme dans la gravure : on part d'une idée, d'une plaque que l'on grave, que l'on creuse dans l'acide, c'est une « matrice » qui sera encrée, pressée entre les langes sous la presse et contre le papier pour donner un tirage, une épreuve, un état : un état est une étape dans un mouvement sans fin.

9Le vocabulaire du conte et le vocabulaire de la gravure sont similaires : si la gravure est un art qui procède par étapes et qui joue avec le temps, le conte l’est également.

10Le conte s'imprime dans nos mémoires, il fait une forte impression, il nous laisse son empreinte. La littérature orale, c'est la langue dam tous ses états (comme disait M. Laplantine). C'est une multiplicité de versions d'une histoire qui n'en finit pas d'être racontée...

11Il existe une analogie entre gravure et multimédia par la multiplicité des possibles, la superposition des images (comme des calques successifs dans le logiciel photoshop qui superposent les couleurs), en gravure on superpose les impressions d'une matrice sur le même support.

12Comment présenter une recherche foisonnante : on ne sait par quel bout commencer. Toute recherche est un questionnement, une inquiétude permanente et c'est plutôt des questionnements que je vais vous présenter.

13Pourquoi cette recherche ? Qu'est-ce que je recherche, vers quoi, dans quel but... ?

14Qu'est-ce qui me pousse en avant dans l'acte de passer outre, de dépasser, d'aller plus loin dans la démarche, en chemin... ? Le conte dit Marche que je marche, Quand on marche on fait du chemin.

15Il faut souligner que cette recherche ne m'appartient pas, je suis au centre d'un travail qui me précède (le conte n'appartient à personne), et qui se poursuit sans moi puisque plusieurs personnes se sont engagées dans cette aventure, qu’elles continuent de décliner, de passer leurs variantes. Ailleurs des musiciens roms sont en train d’interpréter les contes, des traducteurs d’en faire de nouvelles versions et une marionnettiste crée des personnages qui seront filmés...

16Le plus important dans le conte ce sont des rencontres et c'est peut-être ce qui pousse en avant...

17La première rencontre a été celle des textes de Vivian Labrie : elle écrivait que le conte n'existe pas à proprement parler, qu’il n'y a que des versions... Vivian Labrie s'est penchée sur la mémorisation des contes, la formidable mémoire des conteurs analphabètes canadiens qui peuvent retenir les histoires avec des images mentales de séquences. Vivian Labrie faisait des cartographies des contes, des parcours graphiques des contes à odyssée. C'était fascinant. On peut lire et voir ses interventions dans Le conte pourquoi, comment (Éditions du CNRS) et dans D’un conte à l'autre, la variabilité dans la littérature orale. Son travail donne un élan parce qu’il est particulièrement original.

18Je suis professeur d'arts plastiques et, dans l'enseignement, on rencontre des jeunes qui sont capables de vous faire tout un discours construit et passionnant mais qui à l'écrit se révèlent complètement bloqués : on ne développe pas assez l'imagination graphique comme support de la mémoire. Je voulais trouver des moyens de valoriser cette imagination orale et graphique que beaucoup n'arrivent pas à exprimer par l'écrit. Trouver des ponts vers l'écrit par l'oral ou le dessin.

19J'avais déjà essayé de prévoir un outil avec des contes, toutes les histoires qui se croiseraient en tissage sur l'écran comme un scénario à construire soi-même, une cartographie mnémotechnique des motifs pour que le lecteur raconte ses histoires (un peu comme le chemin de fer de la maquette d'un livre) avec des histoires de couleur (une histoire bleue, une verte, une rouge, une jaune et une violette) qui se croisent et un conte de traverse de toutes les couleurs pour passer de l'une à l'autre. C'était un peu compliqué parce que l'histoire est linéaire même si elle passe par des séquences, des motifs...

20Alors j'ai pensé plus simple de choisir un seul conte.

21Choisir un conte et le faire raconter par des gens très différents et voir ce qui se passe, voir si on a envie de le raconter autrement et quel est cet autrement (collectif et individuel, qu'est-ce qui change d'une version à une autre ?), jouer sur cette variation.

22Mon choix a été Miklos fils de jument, un conte raconté par un conteur tsigane hongrois, Janos Berki et recueilli par des chercheurs, publié au CNRS dans un recueil (malheureusement épuisé) par Véronika Görog-Karady que vous avez entendue hier, déjà dit en trois langues ou même quatre, en Romani (la langue des Rom) et en hongrois, traduit en français et anglais...

23En voici un résumé et une représentation graphique (illustration page suivante).

24Résumé du conte

Un pauvre Tsigane, qui tire sa force de sa jument, rencontre trois géants prestigieux : Briseur de pierres, Pousseur de montagnes, Arracheur d’arbres. Il se montre plus fort qu’eux et ils le suivent.
Ils sont vaincus tous les trois par un curieux petit homme barbu qui mange tout leur repas dans le chaudron brûlant posé sur leur ventre ! Aucun des trois n’ose raconter sa déconfiture, mais Miklos seul peut tromper le nain, le combattre et le pendre par sa barbe à une haute branche.
Le nain arrache l’arbre et disparaît dans un gouffre profond et terrifiant où seul Miklos ose s’aventurer dans un panier descendu au bout d’une corde : les trois autres ont trop peur !
Miklos trouve le nain, brûle sa barbe, ce qui le réduit en cendres.

Représentation graphique de Miklos

Représentation graphique de Miklos

Puis il explore le monde d’en bas : il délivre successivement une princesse de cuivre, une princesse d’argent, une princesse d’or gardées par un dragon à 7 têtes, un dragon à 14 têtes, un dragon à 50 têtes.
La princesse d’or est la plus belle. Ils s’embrassent et se promettent fidélité pendant 7 ans, 7 mois, 7 semaines, 7 jours, 7 heures et 7 minutes.
Elle lui donne trois noix d’or, des ciseaux et du fil magiques.
Les trois princesses sont remontées dans le panier mais les trois géants les emmènent en abandonnant Miklos au fond du trou ! Pauvre Miklos ! Il affronte un terrible orage et sauve les petits d’un griffon (aigle) qui pour le remercier accepte de s’envoler pour un long voyage vers le monde d’en haut.
Miklos se cache sous une vieille pelisse et s’engage chez un tailleur comme apprenti.
Lui seul peut réaliser avec les noix magiques les trois robes que la princesse réclame à son père avant de se marier avec Arracheur d’arbres (les 7 ans 7 mois 7 semaines 7 jours 7 heures 7 minutes viennent de s’écouler).
À la troisième robe apportée par Miklos elle le reconnaît malgré sa laideur sous sa vieille pelisse. Miklos est enfin fêté pour sa bravoure, les trois géants sont honteux.
Il épouse la princesse d’or.

25Ce qui a dirigé mon choix c’est, tout d’abord, la profusion des images évoquées qui m’a séduite : les trois géants, le petit nain barbu, cette descente dans les entrailles de la terre, les pays de cuivre, d’argent et d’or, les robes de nuit, d’aurore, de jour et toutes ces têtes de dragon à couper ! C’est un monde pour l’imagination : le dragon à cinquante têtes éperonnant son cheval ou l’aigle transportant la viande, le pain et le vin sur son dos avec Miklos...

26C'est un conte un peu sauvage, non « savant » en ce sens que, s'il a été recueilli par Grimm (« Jean le fort » ; « Le petit gnome »), il n'a pas été réécrit par Perrault, et qu'il a continué à se transformer et à se propager dans des versions orales, recueillies par des chercheurs mais non fixées complètement par les livres. Il existe dans des versions régionales, et dans tous les pays (« Jean de l'ours »), Il est encore très vivant dans les traditions familiales d'Europe de l'Est (« Tueur de dragons »).

27Il est aussi sauvage par ses thèmes : c'est l'histoire de quelqu'un de différent (trop fort, fils d'ours et différent par sa naissance, par sa force qui le marginalise, prédestiné à un affrontement inquiétant avec les forces de la nature et du monde souterrain).

28C'est un conte d'initiation long et qui ne peut être anodin.

29La deuxième rencontre a été celle de Jean Verrier qui m'a fait découvrir les classifications des contes en contes-type (Aarne et Thompson, ou Delarue et Marie-Louise Ténèze).

30Et surtout les interprétations différentes de la même histoire suivant le point de vue culturel de l'auditeur. Chaque auditeur interprète l’histoire suivant ses mythes ou sa culture. Hamlet raconté en Afrique change complètement de sens !

31C'est lui qui m'a parlé de Nadine Decourt, de l’étude qu’elle a faite du conte de « La vache des orphelins » et de ses variantes.

32J'ai rencontré ensuite Nadine Decourt et découvert tout ce travail passionnant qu'elle effectue à partir des versions... Il faut lire Contes et diversité des cultures qu’elle a écrit avec Michelle Raynaud. Mon travail doit beaucoup à toutes ces recherches et s'inscrit dans cette continuité.

33Nadine Decourt m'a précisé que le conte que j'avais choisi était un T301, et elle m'a aidée à clarifier mes objectifs. Elle m'a surtout renvoyé en écho son enthousiasme.

34Elle m'a fait rencontrer Alexis Nouss qui a accepté de soutenir mon travail par l'exigence de la traduction et de la réflexion.

35Et j’ai une grande reconnaissance pour chacun d’entre eux.

36Mon idée était de faire interpréter le même conte par des amis musiciens, artistes ou acteurs de théâtre pour avoir des versions tsiganes différentes dans le style et dans la langue (Italie, Espagne, Slovaquie, Roumanie peut-être en Écosse...), puis de le dire, le faire dire par des gens de talent, des créateurs. Et ces rencontres d’un même conte avec des personnes totalement différentes ont été magiques :

37– La première à bien vouloir accepter de se lancer dans cette aventure a été Anne Kovalevski. Elle l’a raconté à sa famille, puis à des enfants dans des promenades, dans des rencontres et chaque fois le conte se transformait, devenait plus vivant ; on peut suivre dans ces versions les transformations de l'écrit à l’oral. Pendant une année j’ai travaillé dans une classe de grande maternelle (avant la lecture et l’écriture) avec l’image, l’oral, le mime et une musicienne qui créait la musique des refrains à partir des improvisations des enfants. Anne est venue dans cette classe raconter Miklos et a fait inventer des suites à différents groupes de très jeunes enfants. L’histoire s’est adaptée aux plus jeunes puis à des adolescents et des adultes. La rencontre avec les géants et la descente dans le gouffre prennent dans sa version une dimension cosmique.

38– Jihad Darwiche a donné au conte un souffle épique, amplifiant les sonorités de la langue, en faisant une épopée mythique. J’en parlerai plus loin.

39– Catherine Zarcate, qui fait vivre chaque personnage par une intonation, dont la voix est capable de suggérer les nuances sociales et les sentiments, a repris oralement une version écrite qu’elle avait créée et que je trouve superbe (c’est une synthèse personnelle à partir des Histoires extraordinaires du pays d’Oc, Tchou, et des Contes et légendes de Provence, Nathan).

40– Michèle Dilsizian a accepté d'interpréter une version inédite, traduite de l’arménien et où l'on retrouve des thèmes de Miklos : le cheval – les trois pays (noir, rouge, blanc) – les formules :

Une jeune femme tout de rouge vêtue est apparue au donjon :
– Salut à toi, étranger, que viens-tu faire dans un monde où pas même un insecte ne survit ?
Que viens-tu faire dans ce monde où pas même une fleur ne survit ?
où pas même un souffle ne survit ?

41dans Miklos :

« Que viens-tu faire ici
dans un monde où pas même un oiseau ne chante »

42La prédestination :

Le château s'est mis à trembler et le Dev blanc est apparu
– Salut Arek
– Comment sais-tu que je m'appelle Arek ?
– Quand tu es venu au monde, j'étais dans les montagnes, les arbres les pierres m'ont appris ta venue.
Tu ne peux être que Arek il n'y a que toi qui aurait osé venir jusqu'ici !

43dans Miklos :

Le seul qui est capable de faire ça, c'est Miklôs fils de jument.
Avant sa naissance je connaissais sa force.
Avant sa naissance je savais qu'il me causerait des ennuis !

44— Marc Nouaille, enseignant et conteur, a bien voulu interpréter une version occitane de la Drôme. Et cela permet de vérifier que dans le conte, comme en poésie, c'est la langue qui compte, même si on ne comprend pas tout. La sonorité des mots éveille des échos d’autres registres :

« Et aqui une feinasse, une vieillasse toute neire toute crassouse qué fesia so fiay une médecine
sous un petit fioquet. »

45L'invention des dénominations différentes donne envie de créer les siennes. Par exemple les géants s'appellent : Pierre à Moulin, Tord-Chêne ou bien Roue de Moulin, Coupe Chêne, Porte Montagne ou encore Écraseur de pierres, Arracheur d'arbres, Déplaceur de montagnes

46En occitan cela donne Vire le Ran, TumbeloPi, Passe l'aï.

47La langue est un chemin. Elle évoque d'autres mots, emprunte deux étymologies comme le suggère Lewis Caroll (par exemple dans la traduction du Jabberwocky : « il était grilheure, les slictueux toves gyraient sur l'alloinde et vriblaient etc.).

48Écho actuel d'une parole qui se tisse, qui se ravaude, qui se crochète, qui fait des détours par boucles et nœuds : c'est dans les interstices que se glisse le non fini, la part de vide qui donne envie de créer, de compléter : la part de rêve.

49La langue de l'autre prend les chemins de traverse, transgresse les barrières.

50Comprendre se dit entender en espagnol ; le verbe comprendre serait tendre en, tendre vers la traduction de l'autre, écouter. Etre tendu vers la communication, conscient de son incompétence, de son impuissance (je ne sais, je ne peux pas dire) mais cela ressemble à ce que je connais, cela donne envie de dire...

51Entendre des versions d’une autre langue c’est donner à vivre l'expérience de la traduction : écouter alors qu'on ne comprend pas tout, éveiller une curiosité des analogies.

Première perplexité : rien n'est jamais pareil

52Que ce soient les versions de Michèle à deux moments différents d’enregistrement ou la version écrite de Catherine Zarcate par rapport à l’oral, la nouvelle version est totalement différente par les mots, le vocabulaire ; l'organisation même des séquences change suivant l'auditoire.... Et pourtant c'est le même conte. Mais « le temps dans sa sagesse » crée lui-même la variation.

53La traduction littérale est impossible : rien n’est semblable même si la trame et les motifs sont les mêmes, seuls les refrains subsistent, le rythme, le souffle ou les sonorités.

54Il y a une variation à l'intérieur du même répertoire d'une personne. Comment fera-ton pour juxtaposer des traductions qui seront différentes ?

55Toute interprétation est nouvelle ; Anne me fait part de tous les changements : suivant l'auditoire et aussi dans le temps, les mots se précisent ou des passages se simplifient, une interprétation personnelle se sous-entend sans mots comme une évidence, s'ajoutent des détails importants. Chaque version éclaire un motif du conte, « traduit » différemment les thèmes, leur donne une importance ou une interprétation différente. Pour moi conter est véritablement traduire. Et chaque traduction est une découverte d’éléments qu’on n’avait pas remarqués dans l’autre version du conte.

56Deuxième perplexité : ce qui à l'écrit me paraissait démodé, d'une autre époque, impossible à dire dans la langue d'aujourd'hui, à l’oral passe parfaitement : par exemple Jihad fait revivre le conte original de Janos Berki en en gardant toute la complexité.

57Le vocabulaire restitue les sonorités de sa langue maternelle, le ton et l’accent donnent de l’ampleur à chaque mot. De l'écrit à l'oral, la répétition est comme une résonance pour imprimer le mot, comme une musique, écoutez le roulement des R :

Miklôs et l'Ecraseur-de-pierres se sont battus
pendant une heure, pendant deux heures, pendant trois heures et... au bout de trois heures, Miklôs eut assez de se battre : alors il a écrasé le géant par terre ;
il a écrasé l'Ecraseur-de-pierres ! Avec son talon, il lui a écrasé la nuque.
L'Ecraseur-de-pierres lui a dit :
– Pitié, laisse-moi la vie sauve ! Je serai ton compagnon à la vie à la mort !
Le géant s'est levé. Miklôs et le géant ont pris le chemin.

58Ces combats titanesques où l'on enfonce le dragon dans la terre (comme dans la peinture de Goya le combat de deux géants), Jihad leur donne corps par les mots :

Il a terrassé le géant par terre.

59Sa diction est ponctuée de refrains comme un chant ; les ll se dédoublent, les r se roulent. La répétition est comme une redondance et un texte attendu, prévu par trois fois, comme un chant.

60En espagnol contar (conter) est très proche de cantar (chanter) et de encantar (enchanter).

61Le plaisir de la traduction est un plaisir de la répétition parce que justement rien n'est jamais pareil et ce sont les différences, les points de vue différents, les variations qui nous enchantent.

62Conter et compter ont la même étymologie ; les conteurs sont gens de parole et on peut compter sur eux. C'est ce qui fait aussi le plaisir de ces rencontres : des gens que je ne connaissais pas ont fait cadeau d’une rencontre et de leur travail de création pour d’autres, en chaîne.

63Pourquoi ça marche ? Je crois qu'on éprouve cette avidité de rassembler les versions, d'entrer dans des langues inconnues : la passion du collectionneur.

64La démarche du graveur est la recherche et la comparaison des points de vue différents.

65Graver c'est imprimer dans la mémoire du papier, c'est presser une matrice contre le papier, pour qu'elle prenne une autre forme, qu'elle passe par toute une série d'états. Dont chacun est une impression (qui s'imprime dans la mémoire).

66Le graveur Hokusaï, par exemple, décline les mille vues du Mont Fuji comme autant de points de vue d’un lieu magique.

67L’impression, ce qui est l'instant qui passe d'une certaine lumière, d’une certaine couleur, va être fixé dans une série, comme les peintures impressionnistes de Monet déclinent une série de moments de la journée éclairant le pont japonais de son jardin.

68La gravure comme le conte est impression. Elle est aussi variation comme en musique, séquence d'un même texte commun... Passage, morceau de musique, ou du texte, montage de passages, séquences qui passent, instant fugace et passager, qui ne demeure pas...Qui s'imprime par morceaux comme la mémoire mais qui n’est pas tout à fait fixe.

69Le conte n'appartient à personne, il y a un aspect très désintéressé dans ces textes vrais.

70Il vient de loin : il y a une fascination pour le temps de notre civilisation.

71Et aussi il y a une incomplétude de toutes les versions : on ne pourra jamais terminer, faire la somme de toutes les versions possibles ; il manque toujours des morceaux. On a envie de « ravauder le tapis » comme disait Catherine Zarcate, c'est un parcours sans fin.

72Pour conclure et comme exemple de la variation des interprétations et des points de vue différents, voici trois débuts du même conte Miklos fils de Jument :

73Janos Berki (c'est une traduction en français du hongrois par Véronika Görög Karady)

Il était une fois, quelque part ou nulle part, une pauvre Tsigane.
Cette pauvre femme avait un mari. Ils avaient un petit lopin de terre à la sortie du village.
Mais on y chapardait toujours les pois.
Leur fils avait l'habitude d'apporter au père de quoi manger,
Le pauvre homme mangeait tout son content et le garçon rentrait à la maison.
Et il en était ainsi tous les jours.

74Jihad Darwiche

Je vais vous raconter l'histoire de Miklôs
Miklôs FILS DE JUMENT, Miklôs à la force incomparable
On raconte que déjà avant sa naissance
quand il était encore dans le ventre de sa mère
on avait déjà entendu parler de lui,
on avait entendu parler de sa force
dans ce monde,
dans le monde d'en bas, et même dans le monde d’en haut Miklôs fils de jument...

75Anne Kovalevski

Miklos était un homme... ordinaire :
il vivait dans une petite maison, celle du bas du village.
Il vivait seul, il n'avait pas de femme, pas d'enfant...
Et puis un matin juste comme il ouvrait la porte de sa maison il a vu là
à la barrière du jardin
il a vu une jument
et cette jument-là il était sûr qu'il ne la connaissait pas...

76Et la version de « Jean de l’Ours » de Catherine Zarcate :

Il était une fois, une femme qui était assez jeune et qui s'appelait Orsanne.
Elle était pauvre, elle allait en forêt, elle faisait des fagots...
Et un jour qu’elle faisait des fagots, elle a marché sans faire attention sur une herbe qu'on appelle « l’herbe d’égarement ». Quand on marche sur l’herbe d’égarement, on perd son chemin, une ombre vous envahit qui vous fait perdre des fois tout de suite le sens de votre chemin, parfois le sens complet de votre vie et parfois même jusqu'à qui vous êtes. Si vous vous rendez compte que vous avez marché sur l’herbe d’égarement parce que vous sentez les ténèbres vous envahir, à ce moment-là vous pouvez faire quelque-chose tout de suite Ce que vous pouvez faire tout de suite c'est faire quelque chose à l’envers. N’importe quoi : retourner sa veste, ou marcher à l’envers, ou mettre sa chaussure droite au pied gauche, bref, quelque chose à l’envers, à ce moment-la l'herbe d'égarement ne peut plus rien contre vous.

77Cette variation de points de vue est passionnante et, si vous en avez d’autres à proposer de ce même conte, n’hésitez pas à les envoyer ; le dialogue est ouvert !

78Dans cette recherche l'essentiel c'est la rencontre : rencontrer, entrer dans la version de l'autre, dans le plaisir de l'autrement dit, ou traduire, être conduit dans la version de l'autre à travers l'histoire qui est toujours la même.

79Un plongeon récent dans la langue espagnole m’a fait penser par l'étymologie ; par exemple le mot espagnol encontrar qui veut dire rencontrer me ferait penser et dire à l’encontre.

80Rencontrer c'est être contre (dans le sens de Je suis contre les femmes, comme disait Sacha Guitry, tout contre) avec cette dualité du fusionnel et de l'opposition.

81Les trois rencontres dans le conte de Miklôs sont des chocs, des batailles, on teste si on est le plus fort, on se mesure par le combat.

82Cette dualité de la rencontre à la fois échange et opposition ne peut pas être gommée.

83François Laplantine a écrit un article sur le mot « contre » dans le Dictionnaire des métissages. Et je voudrais que ma recherche soit un peu comme il le définit : « Contre ce qui englobe et assimile, contre ce qui exclut, classe, catégorise, renvoie inéluctablement à l'autre ».

Bibliographie

Bibliographie

DECOURT N., (1992) : La vache des orphelins, PUL.

DECOURT N., LOUALI-RAYNAL N., (1995) : Contes maghrébins en situation interculturelle, Karthala.

DECOURT N., RAYNAUD M., (1999) : Contes et diversité des cultures, CRDP de Lyon.

GÖRÖG-KARADY V., (1991) : Miklôs fds de jument, Contes d'un Tsigane hongrois, Jànos Berki raconte, Éditions du CNRS, Paris.

LABRIE V., (1978) : Le français aujourd'hui, n° 43, Le conte populaire en classe de Français, Septembre.

LABRIE V., (1989) : Cartographie et analyse graphique de l'univers physique du conte à odyssée dans Le conte Pourquoi, comment, Presses du CNRS, Paris, Février.

LAPLANTINE F., NOUSS A., (2001) : Métissages, de Arcimboldo à Zombi, Pauvert.

VERRIER J., « L'importance des contes dans l'enseignement de la littérature » conférence du 27-4-90, Âge d'or de France.

ZARCATE C., (2000) : Jean de l'ours dans Cœurs de conteurs, Paris, Syros-La Découverte.

Table des illustrations

Titre Représentation graphique de Miklos
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/11735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 299k

Auteur

Professeur d’arts plastiques.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search