Version classiqueVersion mobile

Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes

 | 
Jean-Baptiste Martin
, 
Nadine Decourt

Lignes de recherche - Passages

Table ronde

Pratiques de contes à l’école, dans le quartier

Michelle Raynaud, Chantal Larue-Bernard, Mariette Vergne et Jean-Pierre Collos

Texte intégral

1Cette table ronde a été organisée autour des deux pôles de l’action éducative que sont l’école et les équipements de quartier. La retranscription de l’ensemble des débats et témoignages ayant été impossible, seules les contributions des intervenants principaux sont reproduites ci-après. Elles révèlent l’intérêt du conte aussi bien dans les apprentissages scolaires que dans les dynamiques de développement social et culturel.

Contes et diversité des cultures. Michelle Raynaud

2Institutrice à la retraite, j’ai longuement enseigné dans une école à très fort pourcentage d’enfants immigrés. Bien avant le classement en Zone d’Éducation Prioritaire, j’avais, avec une poignée de collègues, mis en place des stratégies pour que les élèves progressent et s’épanouissent malgré les handicaps de la langue et des différences sociales et culturelles.

3Nous avons travaillé avec des étrangers : une institutrice tunisienne, une jeune portugaise, une dame âgée italienne, puis ces personnes furent remplacées par les parents des enfants. Parents qui acceptaient de parler de leur pays, parents à qui nous avons donné par la suite des cours de français en échange de leurs connaissances en poterie et de leur aide à la BCD (Bibliothèque Centre Documentaire) ou pendant des déplacements scolaires. Il se passait des choses très intéressantes, le Conseil de l’Europe suivait de près nos tâtonnements. Le CEFISEM (Centre de Formation et d'information pour la Scolarisation des Enfants de Migrants) de Lyon était pour nous une aide qui nous rassurait.

4Personnellement je n’étais pas totalement satisfaite, j’étais gênée de privilégier parfois une culture plus qu’une autre, de chanter dans une langue choisie, d’avoir une profusion de documents pour un pays déterminé. Puis un jour une réflexion d’une petite élève du CP fit tout basculer. Fabienne m’interpella et me dit : « Maîtresse, ma maman m’a raconté la vraie histoire du Petit Chaperon Rouge ». Je sus à cet instant même que ce que je cherchais se trouvait là : il existait plusieurs versions du conte du Petit Chaperon Rouge ! Chacune d’elles était la vraie !

5Nadine Decourt, qui travaillait alors au CEFISEM, était elle aussi, très intéressée par un travail approfondi sur le conte ; notre tandem naquit à ce moment-là. La stratégie que nous avons mise en place alors fut à quelques détails près ce que je pratique encore aujourd’hui. Tout d’abord la présentation d’un corpus formé de plusieurs versions d’un même conte (contes provenant bien entendu de pays différents en ciblant bien les ethnies choisies) ; puis l'imprégnation et la comparaison de deux ou plusieurs versions (nous avons travaillé avec un public très large allant du CP à l'Université en passant par le collège et le lycée) ; enfin la réécriture (à partir du CM) de la version personnelle créée par chacun des élèves (en suivant bien sûr le canevas tiré de la comparaison).

6A chaque fois les élèves de tous âges ont montré un très grand enthousiasme devant l’étalage de versions identiques par le fond, mais d’une richesse incomparable dans leur diversité. Ils se sont tous pris au jeu de la comparaison, les différences étaient recherchées, valorisées ; les réécritures étaient variées et très soignées. Le conte de « Maman » n’était plus le seul, le vrai !

7Je terminerai mon propos par les quelques lignes de conclusion de l’ouvrage que nous avons écrit avec Nadine, Contes et diversité des cultures. Le jeu du même et de l'autre, CRDP de Lyon, 1999 :

« Terminons cet ouvrage avec Gulay, professeur-stagiaire, qui nous rapporte dans la première page de son mémoire professionnel sur "Le conte : intégration et ouverture à l'autre", ce qu'elle n'avait jamais pu dire, soucieuse de taire son origine turque : J'aurais voulu être un enfant comme les autres, ne pas être originale ; or, rien que mon prénom rappelait ma différence. (...) Enfant, je ne voulais pas parler de mon origine. En effet, je n'ai pas le souvenir d'avoir trouvé quelqu'un dans le milieu scolaire qui m'ait permis d'en parler de façon satisfaisante.
Les quelques mots de Gulay expriment nettement combien il est important que chacun se sente en harmonie, accepté et reconnu par les autres. Les contes, dans cet ouvrage, jouent un double rôle. Ils montrent que la différence peut et doit être source de richesse et non objet de rejet. Ils donnent le droit à chacun de se raconter, de parler de lui-même.
Gageons que Sarah se souviendra longtemps d'Ahmed, que Pauline sera "en règle" avec sa propre histoire, puisqu'elle a, dans son conte, su donner à son héros le vrai prénom de son père (prénom que la famille avait changé en arrivant en France, car trop étranger de consonance et intraduisible), que Disteh assumera mieux la couleur de sa peau puisqu'il a su partir, dans sa création littéraire, en Afrique, avec ses cousins de là-bas, dans le village où il est né. Nous sommes persuadées aussi que ce n'est pas par hasard que le petit élève d'origine juive a situé son histoire pendant la Guerre des Six Jours, que certains ont logé leurs héros dans des vieux cartons ou des caves abandonnées.
Nous pourrions ici donner encore de nombreux exemples qui montreraient combien les enfants ont pu, par les jeux de la variation, naviguer de conte en conte, se retrouvant souvent et découvrant toujours l’autre.
L'on pourrait être amené à penser qu'en travaillant ainsi, nous avions des objectifs éloignés dans le temps, visant seulement à développer chez les élèves un sens plus accru de la citoyenneté. Si cela est une évidence, il n'en reste pas moins qu'ils ont beaucoup écouté, cherché, collecté, raconté, écrit, avec un souci permanent de bien faire : le passé simple, les règles du dialogue, le mot juste leur étaient devenus nécessaires. Le conte nous a ouvert un laboratoire du vivant où chacun a trouvé sa place pour expérimenter à loisir les conflits de cultures et les jeux de pouvoir, l'art de la parole qui fait lien. »

Conter au collège. Chantal Larue-Bernard

8Je suis professeur de Lettres Classiques au collège C. Marot, à Lyon, dans le 4e arrondissement. Ce n'est pas l'oralité qui m'a conduite à cette expérience. De moi-même, j'étais plus portée sur tout ce qui était écriture, mais j'entendais souvent parler d'un certain Jean Porcherot. Je me suis lancée dans l'expérience et cela fait trois ans que nous travaillons en collaboration pour ce projet conte dans le cadre du collège avec une classe de sixième.

9Jean intervient avec une conteuse, Hélène, de St-Etienne. Ils viennent de façon échelonnée, tout au long de l'année, à raison d'une dizaine de séances de deux heures consécutives. Ces séances sont intégrées aux heures de français et j'y tiens, elles font partie de l'horaire de français, il ne s'agit pas pour les élèves d'une activité supplémentaire. Ces séances font donc partie intégrante de l'enseignement du français, mais (au fil des années cela me semble de plus en plus important) ce sont des moments qui doivent rester spécifiques :

  • Nous ne sommes pas dans la salle habituelle. Les élèves arrivent, ils mettent les chaises en cercle, et je dirais que c'est presque un rituel qui annonce que quelque chose va se passer. Et effectivement, les élèves ont le sentiment qu'il va se passer quelque chose, quelque chose de différent.

  • Nous sommes en cercle : il y a les conteurs Jean et Hélène, il y a la documentaliste du collège ainsi que des stagiaires. Contrairement aux cours traditionnels, nous sommes un certain nombre d'adultes au milieu des élèves, et de ce fait, les rapports sont complètement différents.

  • Jean et Hélène sont les animateurs de ces séances. Jean, en général, commence par un conte, ce qui est très important, les élèves le réclament. Nous écoutons tous ensemble, avec la même fascination, je crois. Puis les élèves sont progressivement amenés à prendre la parole, à leur rythme, selon des exercices progressifs qui les mettent en confiance. Il n'y a jamais de pression, et c’est ce que j'apprécie vraiment.

10Nous avons vécu trois expériences assez différentes, dans la mesure où la première année, il s'agissait d'une classe d'élèves en difficulté, dits en échec scolaire ; parmi eux, une dizaine d'enfants vivaient en foyer. Ils se sont passionnés pour le conte. L'un d'eux m'a dit que, le soir, dans son foyer, il racontait à ses copains des contes. Un autre téléphonait à sa grand-mère pour lui raconter des histoires entendues, un autre racontait que c'est son chien qu'il calmait avec des histoires. Ce sont des moments émouvants, ce sont de petites choses, mais qui prouvent qu'il se passe vraiment quelque chose, à leur niveau. La deuxième année, il se trouve que j'avais des élèves qui étaient d'un très bon niveau. Ils se sont passionnés pour la mythologie, sont devenus incollables au point qu'il fallait même réfréner leur ardeur. Quant aux élèves de cette année, ils se montrent tout aussi passionnés et font preuve d'initiatives intéressantes alors qu'ils ont plutôt la réputation d'être assez passifs.

11Au niveau de la classe, ces séances permettent également des changements : dans ce contexte, les élèves se perçoivent différemment : un « mauvais » élève pourra se révéler un excellent conteur, il découvre un aspect de sa personnalité qui passait inaperçu dans un cadre plus traditionnel. Pour moi, il est passionnant de les regarder, quand nous sommes en cercle, de suivre leur évolution, de les découvrir différemment également et j'ai bien souvent des surprises en m'apercevant que des élèves qu'on pensait incapables de s'exprimer correctement ou ayant des difficultés de compréhension se lancent, prennent la parole avec plaisir, de façon cohérente et pertinente. D'autre part, les répercussions de ces séances se font sentir dans les cours plus traditionnels : d'eux-mêmes, les élèves intègrent des notions, retiennent des expressions qu'ils réemploient naturellement.

12Les élèves sont sensibles au fait que nous sommes une équipe pédagogique (documentaliste, professeur d’éducation physique, professeur d'histoire, professeur de musique et professeur d'arts plastiques) et que nous travaillons ensemble autour du conte. Je voulais insister également sur ce que Jean a déjà évoqué : l'année est ponctuée d'occasions diverses pour les élèves de prendre la parole sans que cela aboutisse pour autant à un « spectacle » achevé. Ils sont venus conter au prologue du colloque, ils ont pris un grand plaisir à le faire je crois, je n'ai pas encore eu de retour, mais j'ai eu l'occasion aussi de rencontrer des parents, dont cette mère qui m'a dit : « J'étais venue un peu à reculons, accompagner mon fils et c'est merveilleux ». Elle avait découvert le conte.

13Enfin, je voudrais dire qu'il est important que les conteurs et les enseignants soient « sur la même longueur d'onde », ce qui est le cas avec Jean et Hélène. Nos séances se prolongent traditionnellement par un repas au cours duquel nous commentons de façon informelle ce qui s'est passé, les réactions des élèves et préparons les séances suivantes sans trop de rigidité puisque c'est vraiment le groupe qui fait avancer les choses, et que nous avançons ensemble, avec eux.

Les rendez-vous du conte. Mariette Vergne

14Le constat de départ en 1999 est le suivant : il y a une situation de tension forte qui va vite évoluer en grande violence dans un quartier de la ville d'Annonay. Cette violence est le fait uniquement de garçons âgés de douze à vingt ans. Une bonne moitié de ce groupe de jeunes est constitué de garçons de la communauté cambodgienne.

15La municipalité d'Annonay a cherché très rapidement à mettre en place tout un ensemble d'actions pour apporter des remèdes à ces problèmes avec tous les partenaires concernés (centres sociaux, services de santé, police, éducation, associations, etc.). Pour nous conteurs, nous étions présents dans le quartier depuis six ans au travers de projets éducatifs avec les écoles maternelles et primaires sur « la prise de paroles par l'enfant ». En effet, un des gros soucis des enseignants était le « non dit » de la part des petits garçons cambodgiens. Cela se confirmait lors des moments de contes où ils étaient les seuls à ne jamais participer. Une autre remarque était faite : les parents d'origine cambodgienne étaient peu présents dans la vie de l'école et les quelques-uns qui étaient là ne s'exprimaient pas. Un très grand, trop grand silence s'était établi.

16Les premières familles du Sud Est asiatique sont arrivées à Annonay il y a vingt ans après l'enfer de la guerre et des camps. Elles se sont très vite installées avec appartement et travail régulier pour la plupart. Mais ces familles ne parlent jamais de leur passé à l'extérieur et ne disent pratiquement rien de leur histoire aux enfants. Des difficultés de langue évidentes peuvent expliquer en partie cette situation, mais c'est surtout un refus de la part des adultes de raconter leur terrible souffrance.

17Le conte commençait à être reconnu comme objet de médiation sociale dans notre région. Nous avons donc, en partenariat avec la ville d'Annonay, installé « les rendez-vous du conte » depuis plus de deux ans. Le travail a débuté très lentement. Les difficultés étaient nombreuses : barrage de la langue, extrême prudence à faire remonter les souvenirs trop mêlés aux horreurs.

18La présence de Marina (adulte relais de la communauté) qui possède bien le français a été indispensable. Le déclic de la parole s’est fait par le chant. Nous nous sommes retrouvés autour de berceuses, de chants de travail et d’amour. La parole s'est alors dénouée pour parler des fêtes de familles, de villages, des danses d'accueil et des costumes somptueux. Il était bon de « revenir au pays » sur des moments heureux. Ceci était surtout l'apport des femmes. Puis un homme a apporté une magnifique aquarelle où le village est représenté dans toute sa beauté lumineuse et peut-être mythifiée. À partir de là la parole a été beaucoup plus facile et on a pu essayer de faire remonter des contes. Les hommes qui assistent parfois aux réunions ont apporté de petits contes de sagesse et beaucoup de dessins alors que les femmes prenaient plaisir aux récits merveilleux. Il faut surtout noter que c'est grâce à ces contes merveilleux très violents que les femmes ont parlé. Elles ont commencé à décrire des violences familiales dont certaines sont liées à l'alcoolisme de quelques hommes mais surtout à celles de leurs garçons. Les adolescents ou jeunes adultes ne les respectent pas, les traitent de lâches pour avoir quitté le Cambodge.

19À la fin de la deuxième année quelques fragments ont pu être écrits et dits lors de la Journée contre la Violence. Puis naturellement dans les dernières séances les récits de la terrible fuite du pays, de l'horreur des camps sont apparus. Ils ont été dits et enregistrés.

20Le travail sur le conte continuait comme une récréation au milieu de ces mots de souffrance.

21Il fallait passer à des réalisations plus concrètes et affronter le quartier, la ville, la région. Avec ces chants et ces contes collectés plusieurs actions ont pu être faites :

  • Présentation de contes, chants et danses dans les écoles des enfants ou petits-enfants (il faut dire que les conteuses avaient demandé de mettre des costumes du pays et des masques).

  • Accueil du groupe du ballet Apsaras de Ponh Pen avec une soirée d'échange contes et chants.

  • Participation par des témoignages écrits et parlés à la journée contre la Violence.

  • Réalisation des « contes du lac Nénuphar », livre et compact disque sur les contes et chants recueillis. Le lancement du livre s'est fait lors des 6e Journées du conte en « Vocance » où tout le groupe des « Rendez-vous du conte » a organisé la soirée d'ouverture avec signatures, chants, danses et repas cambodgiens.

  • Réception du cinéaste Riti Pan pour la présentation de son film documentaire sur la vie des réfugiés du Cambodge dans un camp en Thaïlande. Le groupe « Rendez-vous du conte » y a pris une part active très remarquée.

22Nos rendez-vous du conte continuent avec comme thème les souvenirs d'enfance de ces mères ou grands-mères. Elles souhaitent aussi réaliser un film pour expliquer à leurs jeunes ce qu'a été leur vie. Une très grande souffrance est encore ressentie lorsqu'il faut se mettre en face des ces adolescents. D'ailleurs, le désarroi est très sensible ces derniers temps car des flambées de violence très dures sont de nouveaux apparues sur la ville. Le lien social est fragile et il faudra du temps pour qu'avec notre simple parole il devienne plus solide. C'est là aussi une des magies du conte.

La circulation de la parole : une reconnaissance de la personne et un outil d'intégration. Jean-Pierre Collos

23Entre quarante-cinq et cinquante communautés ethniques cohabitent dans le quartier du Nouveau Mas à Vaulx-en-velin et pourtant, de l'extérieur, on ne parle souvent que d’une « culture de banlieue ». Un des objectifs principaux de l’association « Le Monde R.E.E.L » est de mettre en valeur la spécificité de chaque culture. Le métissage en train de se faire est beaucoup plus complexe qu’un métissage entre la culture d’origine et celle du pays accueillant.

24Un des premiers actes de l’association fut de se préoccuper de la mémoire par la création d’une « Mémorithèque », susceptible de conserver les traces de ce qui se passe dans le quartier. En effet beaucoup de quartiers de banlieue n’ont pas d’histoire apparente : pas de vestiges, pas de lieux de culte (sinon cachés), pas de sépultures et peu de possibilités de transmission de la mémoire collective. Par contre ces lieux sont chargés d’histoires de vie, des histoires en suspension comme souvent ces vies elles-mêmes qui attendent un ailleurs. Les histoires restent souvent prisonnières d’une communauté restreinte comme si elles ne devaient intéresser personne.

25Une première action dite : « les 7 familles » permit à chacune d’elles de tout d’abord conter leur histoire de vie puis de la mettre en scène par la construction d’une maison réunissant images, souvenirs, objets reconstitués. L’espace de représentation devint la maison parce que, dans tous les récits, la maison laissée au pays faisait l’objet d’une description minutieuse et nostalgique. La maison devint donc le point commun de chaque histoire. Elle fut matérialisée pour chaque famille par un box de trois mètres sur trois et donna lieu à une grande exposition.

26Dans cette action la parole et l’agir ont libéré la pensée soit par rapport au passé que l’on osait pas dire, soit par rapport à l’avenir qui restait une chimère. Ainsi la parole devient récit, le récit devient merveilleux (l'exposition), le merveilleux construit la mémoire du lieu (le quartier), puisque la parole se dit dans ce lieu qui est à la fois l'aboutissement provisoire de l'histoire et le révélateur de l'histoire.

27À la suite de cette action et devant le succès de cette démarche l'association a voulu continuer à interroger ces « paroles vivantes et mouvantes ». Il y a d'autres histoires que les histoires de vie, il y a les histoires que l'on a emmenées avec soi, les histoires transmises et qui ne sont plus maintenant que chuchotées dans ce pays d'exil. Ainsi est née l'idée d'une collecte de contes à l'échelle d'un quartier, collecte d'histoires qui n'ont rien à voir avec le territoire mais qui prennent leurs racines dans différents ailleurs.

28Collecter pour conserver mais aussi pour que la parole circule à nouveau. Passer d'une cohabitation de mémoires à une collectivité de mémoires en attendant de construire et pour aider à la constitution d'une mémoire collective issue d'un métissage.

Auteurs

Institutrice (Maison du Citoyen, Villeurbanne).

Professeur au Collège C. Marot (Lyon).

Conteuse (La Forêt des Contes en Vocance en partenariat avec la ville d'Annonay).

Directeur de l’Association Le Monde REEL (Vaulx-en-Velin).

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search