Version classiqueVersion mobile

Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes

 | 
Jean-Baptiste Martin
, 
Nadine Decourt

Traduction - Transcription - Transmission

Transmission par la traduction quelle méthode adopter ?

Manijeh Nouri-Ortega

Texte intégral

1Le thème général de ce colloque, auquel j’ai l’honneur de participer, est « Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes ».

2En tant qu’iranienne et chercheur en lettres persanes, je voudrais d’abord partager avec vous la position de la littérature orale-écrite dans notre tradition persane, puis exposer ma méthode de traduction, l’illustrer grâce à quelques exemples courts. Ensuite vous lirez deux passages brefs d’un conte persan dans deux traductions différentes en français, le situant dans son contexte historique et littéraire. Par la suite et pour conclure, je poserai quelques questions à propos de la méthode de traduction.

3Dans la tradition littéraire persane, depuis toujours, cela veut dire depuis la période pré-islamique jusqu’au VIIe siècle de l’ère chrétienne et jusqu’à nos jours, les frontières entre la littérature orale et la littérature écrite ne sont pas aussi marquées que dans les langues européennes. Ce qui est considéré comme la haute poésie est en même temps proverbial et circule dans la bouche du peuple dans les rues. Ainsi un conteur persan raconte des histoires de l’épopée persane, intitulées « le Livre des Rois », composé au Xe siècle par un de nos plus grands poètes, Ferdowsi. Il raconte ces récits de la haute littérature persane dans la rue ou dans les maisons de thé fréquentées par les ouvriers souvent analphabètes. Comme ornementation, souvent le conteur récite les distiques du poète, ce qui à la fois donne une musicalité particulière à son récit et permet aux ouvriers simples, qui souvent ne savent ni lire ni écrire, d'entendre et par la suite de réciter les poèmes du Xe siècle. Encore aujourd'hui dans les rues de Téhéran, les gens se servent de ces hémistiches comme dicton ou adage dans une conversation.

4Donc déjà nous voyons que dans cette tradition persane, la limite entre l’oral et l’écrit n’est pas aussi définie qu’elle peut l’être dans certaines langues européennes.

5Par conséquent, le rapport entre la poésie et la littérature n’est pas le même non plus. Les distiques des poètes chantés ou récités circulent dans les veines des êtres.

6Si j’insiste tant sur cette littérature, c’est parce que précisément, depuis trente-deux ans, je traduis les ouvrages de la littérature persane dans les langues européennes, pour les transmettre au public occidental.

7Quelle est donc la méthode utilisée pour ces traductions ?

8La langue persane est une langue indo-européenne. Donc sur le plan de la syntaxe et de la sémantique, il n’y a pas de difficulté majeure pour la traduire dans une langue européenne. Par contre, pour les images qui sont propres à chaque langue, ainsi que l’imaginaire lié à la culture et à l’histoire, la langue persane a, bien entendu, ses particularités.

9Dans la poésie persane par exemple, les membres du corps et les traits du visage sont comparés avec les minéraux et les végétaux : les yeux de narcisse, les lèvres de rubis, la taille de cyprès, les jambes d’argent, le visage de pleine lune, les cheveux de musc (à cause de la couleur et de l’odeur)...

10Bien entendu, pour les lecteurs qui connaissent ces métaphores, le poète ne nomme plus le membre désigné du corps, mais seulement l’élément naturel qui le remplace. Les narcisses langoureux de la pleine lune signifient les yeux langoureux de la bien-aimée, ce cyprès élancé au corps d’argent veut dire ce bien-aimé ou cette bien-aimée à la taille élancée, au teint délicat. Autre exemple : comme le lys, tu possèdes dix langues est un compliment pour dire que la personne est éloquente.

11La coupole d’émail est une métaphore pour le ciel, tout comme l’eau de Jouvence pour le vin qui est contenu dans la coupe ou symboliquement le vin divin.

12Quelquefois, ces métaphores se réfèrent aux données historiques, et quelquefois elles sont le pur fruit de l’imagination de l’auteur. Quand un poète ou un conteur dit l’eau de Khezr, cela veut dire l’Eau de Jouvence. Khezr, le verdoyant, nommé Kader en français, est le prophète de tradition islamique qui est le patron de l’eau de Jouvence et qui donne la vie éternelle.

13Ces quelques exemples montrent combien la tâche du traducteur est difficile.

14Supposons que j’envisage de traduire un texte persan en français. Ma fidélité se situe d’abord à l’égard du texte d’origine, en l’occurrence ici le persan, ou à l’égard du texte qui doit être compréhensible pour le lecteur français.

15Bien sûr, l’on pourrait dire que ce dilemme peut se résoudre par les notes. Cela est partiellement vrai pour le texte écrit. Pour l’oral, le problème se pose différemment.

16Quoi qu’il en soit, pour rendre un texte dans une autre langue, à mon avis, il y a deux méthodes de traduction : soit le traducteur reste fidèle au texte dans sa langue d’origine, et essaie de conserver les images et métaphores telles qu’elles sont dans la langue qu’il traduit, soit il est soucieux de la forme que le texte prend et il transforme les images et les métaphores.

17L’on pourrait ici évoquer la question du fond et de la forme. Que vaut mieux : une forme parfaite qui cache à bien des égards le fond, ou un fond entièrement limpide dans une forme qui sort le lecteur de ses habitudes, qui l’interpelle, qui lui demande d’élargir ses champs de vision et de compréhension ?

18Par mon expérience personnelle (j’ai travaillé avec des savants de langues allemande et anglaise, puis française), je dirais qu’il y a deux écoles de traduction : le même texte persan traduit en français, en allemand et en anglais ne donne pas les mêmes résultats. À travers les traductions anglaises et allemandes, je peux presque reconstituer le texte en persan. Et pourtant, ce sont des langues aussi éloignées du persan que le français.

19Parmi d’autres définitions que nous pouvons donner de la métaphore, l’on peut dire qu’un mot qui n’est pas utilisé dans son contexte habituel a un sens métaphorique. Je bois un verre (de liquide) mais quand je dis : « je bois tes yeux », le verbe boire ne remplit plus son rôle habituel ou quand je dis : « le parfum de tes paroles m’enivre », je suis dans un contexte métaphorique et poétique.

20Chaque langue a son parfum. Chaque langue a ses métaphores auxquelles sont habitués ceux qui parlent cette langue. Une image métaphorique qui plaît dans une langue peut ne pas plaire dans une autre langue.

21Dois-je faire sentir le parfum de la langue d’origine à ceux qui la lisent ou l’entendent dans une traduction ?

22Il y a aussi le rythme de la langue, même en prose ! Faut-il conserver dans une traduction le rythme de la langue d'origine ?

23Voici un autre exemple de la langue persane et des contes persans fixés par écrit : en persan, la répétition, en particulier pour la littérature narrative, est une coutume très courante (cela relève, à mon sens, du rythme de la langue) ; en revanche, le français n'aime pas les répétitions. Que faire dans un cas comme celui-ci ?

24Pendant que je rédigeais ces quelques réflexions, j'ai appelé un des éditeurs à qui j'avais envoyé la traduction de poèmes mystiques persans du XIIe siècle.

25Le commentaire de cet éditeur, homme du métier, qui accepte de publier cette traduction, est : « Un poème n'est pas que son contenu ». « Le style qui lui est donné doit être poétique, quitte à ce que l'on s'éloigne un peu de ce que le poète a dit ». « La poésie de la langue française doit être respectée » etc. Il m'a invitée à revoir la traduction de ces poèmes avec un poète français.

26Dans ce cas, j'ai l'habitude depuis toujours de me mettre à côté de la personne qui embellit le texte, et de la surveiller comme la prunelle de mes yeux.

27Je dis souvent : mais non ce n'est pas exactement ainsi que le poète a voulu s’exprimer et quelquefois je cède.

28Donc pour ne pas perdre le fil et revenir sur les méthodes de traduction, à présent je voudrais vous présenter un passage du même texte traduit en français par deux traducteurs.

29Situons d'abord l’œuvre : il s'agit d'un roman dans le sens médiéval du terme. Haft peykar en persan ou les sept portraits, écrit par Nezâmi de Ganja en Azerbaijân, en 1197 de l'ère chrétienne, « est le chef d’œuvre narratif absolu de toute la littérature musulmane médiévale ».

30Nous sommes donc à la fin du XIIe siècle, et la poésie persane est au sommet de sa gloire et de sa beauté.

31Le poète de cette œuvre, Les sept portraits, Nezâmi né à Ganja en Azarbaijân, nous laisse aujourd'hui ses cinq trésors (nom de l'ensemble de ses œuvres) et l'un des cinq trésors, le plus imaginaire, est l'histoire de ce prince persan Bahrâm Gour qui suit son initiation grâce à une vision.

32Or il se trouvait que les astrologues annoncent à son père que son fils fraîchement né le détrônera, une fois arrivé à l'âge de la puberté. Le roi se précipite pour envoyer l'enfant en exil, et le confie au roi du Yémen. Le jeune prince, qui a grandi au Yémen, est passionné par la chasse aux onagres. Un jour, alors qu'il revient de la chasse, il ouvre la porte d'une des pièces du palais construit pour lui, où il n'était jamais entré...

33Le prince Bahrâm est surpris par la beauté et l'amplitude des peintures murales. Elles représentent sept dômes, chacun d'une couleur (du noir au blanc en passant par l'or, le rouge, le vert, le turquoise et le santal) et sous chaque coupole est assise une belle femme vêtue de la même couleur.

34Plus tard, de retour en Perse, Bahrâm fait construire un palais, à l'image de ce qu'il avait vu dans sa jeunesse. Une fois que le palais est construit, les rois des sept climats donnent leurs filles en mariage à Bahrâm.

35Le roi de Perse, Bahrâm, se vêt chaque jour d'une couleur, et se rend chez la princesse de la même « couleur », pour entendre des récits.

36Au cours de cette période qui dure sept jours, sept mois ou sept ans... Bahrâm est initié, au travers des histoires, par les princesses des sept climats.

37Il va de soi que les sept couleurs sont attribuées aux sept astres, rattachées aux sept jours de la semaine et représentent les sept climats. Le chiffre sept dans la Perse antique comme dans bien des Traditions représente un chiffre parfait : l'accomplissement d'un cycle.

38Cette œuvre majeure de la littérature persane, mais aussi universelle, a été traduite en l'an 2000 par deux traducteurs en français. D'une part, les Éditions Gallimard, dans la collection « Connaissance de l'Orient », ont publié l’énorme travail de Michael Barry. D'autre part, aux Éditions Fayard, la traduction poétique et exacte de madame Isabelle de Gastine a été publiée. Cette traduction a reçu le prix de Nelly Sax qui est attribué à la traduction de la poésie. Les Éditions Gallimard portent le titre Le Pavillon des sept princesses, et celle de Fayard Les sept portraits.

39En persan, l'original de cette œuvre qui est l’une des plus copiées et répandues de la littérature persane de l'époque classique, porte plusieurs titres selon l'endroit et le siècle de la copie. Elle porte soit le titre de Sept portraits (sept idoles, sept statues) ou bien Sept coupoles....

40De prime abord, le titre français de la deuxième traduction, celle de Mme de Gastine, est plus proche de l'original. Autrement dit, un Iranien qui connaît l’œuvre s'y retrouve en lisant ce titre. L'autre titre, Le pavillon des sept princesses est une interprétation qui dévoile un élément de l'ouvrage.

41En lisant ou entendant ce titre, nous apprenons qu'il y a des princesses dans cette histoire.

42Parmi les onze sens que comporte ce mot d'origine de l'ancien persan, j'en ai relevé quelques-uns : paykar, ou peykar du pahlavi (l'ancien persan), patkar veut dire : dessin, portrait, sculpture, allure, la belle fille, idole, poupée, jouet, et enfin un mot en mathématique pour compter.

43Donc nous constatons que déjà, au niveau du titre, il y a un choix à faire : rendre le titre tel qu'il est en persan Les sept portraits, ou l'interpréter en disant Le pavillon des sept princesses ?

44Mais avant de commenter ces deux traductions, je voudrais vous en exposer un bref passage dans les deux versions en français.

45Dans la traduction publiée par les Éditions Gallimard, le passage concernant la Parole est traduit comme suit :

Neuf et vieux à la fois est Dit, Sokha ;
En ce dit, réside un Dit :
La matrice universelle qui façonna le monde
D'un : « Sois »
N'engendra nulle engeance meilleure
Que le Dit.
Le Dit est tel l'Esprit, Roûh. Sans tache,
trésorier du Trésor du Secret :
Le conte que nul n'a entendu,
Dit le connaît ;
La Geste que nul n'a écrite,
Dit l'a lue.
Vois tout ce que créa le Seigneur,
Au terme, qu'en restera-t-il,
Sinon le Dit ?
Le souvenir demeuré de tout être né d'Adam
Sera le Dit. Tout le reste sera vent.

46Dans la version française publiée par les Éditions Fayard, le même
passage est traduit de la manière suivante :

Ce qui est à la fois ancien et nouveau
c'est le langage ; à ce propos maints devis.
De toute la création, l'Impératif : « Sois », cette mère,
n'engendra enfant meilleur que le Verbe.
Ne dis pas que les hommes éloquents sont morts ;
qu'ils se sont noyés dans l'océan des mots.
Il n'est que de mentionner le nom de l'un d'eux :
aussitôt, tel un poisson, il sort la tête de l'eau.
La parole qui tel l'esprit est sans défaut,
est gardienne du trésor de l'invisible.
L'histoire encore non dite, elle la connaît ;
le livre encore non écrit, elle le lit.
Vois, de tout ce que Dieu a créé,
que reste-t-il hormis le nom ?
Le seul vestige qui subsiste de l'homme,
c'est la parole ; tout autre n'est que vent.

47Je voudrais ici reprendre quelques mots de ces traductions et les comparer avec le texte persan.

48Auparavant, je voudrais bien souligner que mon intention n'est pas de critiquer une traduction en avantageant l'autre. Elles me servent juste d'exemples pour exprimer mes idées relatives à la traduction.

49Le deuxième distique dans la traduction de Fayard est

De toute la création, l'Impératif : « sois », cette mère,
n'engendra enfant meilleur que le Verbe.

50et dans la traduction de Gallimard :

La matrice universelle qui façonna le monde
D'un : « Sois ! »
N'engendra nulle engeance meilleure
Que Le Dit.

51Pour cet exemple, je ne voudrais pas vous embarquer dans une polémique savante sans fin. Je voudrais juste dire que dans le texte persan, le poète parle de la mère... et non pas de la matrice universelle.

52Voici un autre exemple : Fayard

Le seul vestige qui subsiste de l'homme,
c'est la parole ; tout autre n'est que vent.

53Gallimard :

Le souvenir demeuré de tout être né d'Adam
sera le Dit. Tout le reste sera vent.

54Pour ce deuxième exemple également, j'insiste surtout sur les temps du verbe être dans la dernière partie du distique : dans un cas, le verbe est à l’indicatif est. Cela correspond parfaitement au texte persan. Une confirmation qu'en dehors de la parole, toutes les richesses de ce monde-ci et tout ce qui existe n'est que vent, donc temporel, et non pas éternel.

55Dans la deuxième traduction, la forme du verbe laisse un doute au lecteur, et ne correspond pas tout à fait à ce que l'auteur a voulu dire.

56Les passages que j'ai présentés jusqu'à maintenant sont issus des textes littéraires.

57Quant aux images du langage quotidien, voici quelques exemples : En persan, pour exprimer son affection, auprès d'un enfant par exemple, l'on dit : mon foie ou encore mon œil.

58Pour traduire ces ternies caritatifs que nous rencontrons souvent dans les textes oraux fixés par écrit, par exemple dans un conte, comment faudra-t-il faire ?

59Faut-il remplacer le foie par le cœur, pour ne pas incommoder le lecteur français dans ses habitudes, ou faut-il conserver l'image d'origine ?

60Personnellement, je conserve dans la traduction les mots et images d'origine.

61Dans ces deux cas précis, les raisons sont les suivantes : Le Foie est considéré, par les traditions orientales, comme le siège du sentiment. Donc si je remplace le mot foie par le mot cœur, je ne respecte ni la tradition symbolique ni biologique du texte d'origine.

62Quant au mot œil, en persan et en arabe il a une seconde signification : la source et, plus loin, la source de la vie. L’œil, sur le plan métaphorique, est aussi la sentinelle du corps, ou le miroir de l'intérieur. Alors dire à un enfant mon œil implique toutes ces notions.

63Pour conclure, je soumets à votre attention les questions suivantes :

  • Que faut-il transmettre au moment de la traduction ?
  • La personnalité du traducteur et ses origines jouent-elles un rôle pour la qualité et la fidélité de la traduction ?
  • Le lieu où la traduction est publiée (dans le pays de la langue d'origine, ou dans le pays de la langue dans laquelle le texte est traduit) joue-t-il un rôle pour le parfum, le rythme et la coloration de la traduction ?
  • Par la traduction doit-on transmettre une culture ou simplement un texte ?

Auteur

Chercheur à l’ISTR, Toulouse.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search