Version classiqueVersion mobile

Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes

 | 
Jean-Baptiste Martin
, 
Nadine Decourt

Traduction - Transcription - Transmission

Joseph-Charles Taché, Louis Fréchette et Françoise : des conteurs ethnologues avant la lettre au xixe siècle québécois

Aurélien Boivin

Texte intégral

1Le conte oral a beaucoup voyagé pour atteindre les rives du majestueux Saint-Laurent où se sont établis, au XVIIe siècle, des hommes et des femmes intrépides qui, comme l’affirme le romancier Louis Hémon, ont « apporté d’outre-mer, nos prières et nos chansons », nos contes aussi et cette belle langue française que nous continuons à parler et à défendre. Ces chansons comme ces contes n’ont pas manqué de susciter l’intérêt de quelques intellectuels, au XIXe siècle, qui ont recueilli les premières, fixé à l’écrit les secondes, pour le grand plaisir d’une société encore peu scolarisée. Ces écrivains répondent ainsi au mot d’ordre des animateurs de la revue Les Soirées canadiennes, qui, au début des années 1860, réclament déjà l’autonomie de la littérature canadienne, qu’ils veulent nationale, c’est-à-dire différente d’inspiration de la grande littérature française. Joseph-Charles Taché, l’un des principaux animateurs de ce mouvement, est le premier, avec l’abbé Henri-Raymond Casgrain, qui réclamera le titre de « père de la littérature canadienne », à prêcher d’exemple, bientôt imité par d’autres conteurs, comme Louis Fréchette et Robertine Barry, – elle signait Françoise – qui contribuent ainsi à assurer la popularité du conte. Ces conteurs, et plusieurs autres que nous ignorons volontairement, se sont donné pour tâche, outre de propager la morale officielle que défend l’idéologie, de rendre compte de divers faits de société qu’ils ont été pratiquement les seuls à noter, tels de véritables ethnologues avant même l’invention du mot, au grand plaisir de ceux et celles qui, aujourd’hui, s’intéressent à l’évolution de la société, qu’ils soient ethnologues, anthropologues, sociologues, folkloristes ou littéraires. Ce sont ces faits qui retiendront notre attention en suivant ces conteurs dans les chantiers des vastes forêts canadiennes ou dans la société paysanne ou traditionnelle du Québec au siècle dernier.

Joseph-Charles Taché et le Père Michel

  • 1 Joseph-Charles Taché, Forestiers et voyageurs. Introduction de Maurice Lemire, Montréal, Fides, 198 (...)

2Dans son recueil Forestiers et voyageurs1 qu’il publie en 1863, dans Les Soirées canadiennes. Joseph-Charles Taché, fondateur en 1857 du Courrier du Canada, un journal conservateur qui entretient des liens étroits avec les partisans de l'ultramontanisme, s’inscrit dans le mouvement qui entend procéder à la récupération du patrimoine folklorique du peuple canadien. Aussi ne faut-il pas s’étonner que l’écrivain puise dans la vie traditionnelle (et matérielle) de ceux qu’il appelle les forestiers et voyageurs, ces valeureux héros presque mythiques qui n’avaient pourtant intéressé à peu près personne jusque-là, dans l’intention avouée de redorer leur blason, de les réhabiliter en quelque sorte, eux qui avaient fort mauvaise réputation, comme le confirme ce passage du roman de Patrice Lacombe, La terre paternelle (1846) :

  • 2 Patrice Lacombe, La terre paternelle. Introduction d’André Vanasse, Montréal Bibliothèque québécois (...)

Après avoir consumé dans ces excursions lointaines la plus belle partie de leur jeunesse, pour le misérable salaire de 600 francs par an, ils revenaient au pays épuisés, vieillis avant le temps, ne rapportant avec eux que des vices grossiers contractés dans ces pays, et incapables, pour la plupart, de cultiver la terre ou de s’adonner à quelque autre métier sédentaire profitable pour eux et utile à leurs concitoyens2.

3Il veut encore sauver de l’oubli, avant qu’on les ait oubliés, les souvenirs de ces coureurs de bois qui ont conquis les vastes espaces de l’Amérique du Nord, du Nord du Québec et de l’Ontario en particulier.

4Comme il le précise dans une note liminaire qu’il destine « Au lecteur », Taché distingue, pour les non-initiés, le forestier du voyageur. Le premier est, certes, plus connu, en raison « du caractère de nos grands bois canadiens », « est nécessairement un des plus curieux à étudier » (F, p. 13). Mais c’est le second qui retient davantage son attention. S’il est « plus curieux encore parce qu’il semble résumer tous les autres », le voyageur, qui, selon lui, « comporte une idée complexe », est « [p]ittoresque entre tous » et est le « type [qui] a le plus contribué à faire connaître notre petit peuple que tous les événements de notre histoire » (Ibid.). Conscient de son rôle de vulgarisateur, le conteur intellectuel précise le sens qu’il donne à ce terme : « Voyageur, dans le sens canadien du mot, ne veut pas dire simplement un homme qui a voyagé ; il ne veut pas même dire toujours un homme qui a vu beaucoup de pays » (Ibid.). C’est « un homme au tempérament aventureux, propre à tout à la fois, découvreur, interprète, bûcheron, colon, chasseur, pêcheur, marin, guerrier » (F, p.p. 13-14). Il est habile en tout, peut confectionner un canot d’écorce, dans les règles de l’art, lacer une paire de raquettes, parcourir les vastes forêts, qui n’ont aucun secret pour lui, tout en ayant la ferme intention de revenir, quand il peut, dans sa paroisse natale à laquelle il est resté attaché. Le conteur est catégorique : « le voyageur canadien est catholique et français : la légende est catholique, le conte est français ; c’est donc dire que le récit légendaire et le conte, avec le sens moral comme au bon vieux temps, sont le complément obligé de l’éducation du voyageur parfait » (F, p. 15). Pour les mieux connaître et les bien présenter, le conteur-ethnologue avoue avoir vécu avec eux : « [...] j’ai campé sur les bords de nos lacs et de nos rivières ; j’ai vécu avec les hommes de la côte et de la forêt, avec les sauvages ; j’ai recueilli plusieurs de leurs récits, et je les écris pour tâcher de faire qu’on puisse les lire quand on ne pourra pas les entendre raconter » (Ibid.). Il veut donc sauver de l’oubli ces textes qui font partie du patrimoine et qui constituent à n’en pas douter la base de la littérature nationale. Il est certes bien placé, de par l’expérience qu’il a accumulée en visitant plusieurs chantiers, pour rapporter une foule d’anecdotes qui permettront aux générations futures de se faire une idée de la vie dans les chantiers, à une époque où ces exploitations forestières et leur organisation sociale ont largement marqué l’imaginaire canadien-français. Aussi, dans l’intention avouée de respecter le plus fidèlement possible la réalité, il souhaite donner à ses récits « ce ton de farouche gaieté, de naïveté charmante, de philosophie primitive et d’allégorisme souvent profond que prennent, tour à tour, les récits populaires » (F, p. 16). De telles précisions, on le verra, ne se retrouvent pas toujours dans les Contes de Jos Violon de Louis Fréchette, qu’il situe également dans les chantiers, ceux de la Gatineau, de l’Outaouais ou du Saint-Maurice.

5Dans son recueil, divisé en deux parties d’inégale longueur, Taché entend faire connaître les us et coutumes des forestiers et voyageurs. Il décrit d’abord, dans le premier texte, « la montée dans les chantiers », avec son rituel, précisant le lieu de rassemblement des hommes, des bêtes (chevaux) et des chariots qui transportent les vivres nécessaires à la survie des travailleurs pendant le long hiver où ils seront coupés du monde pendant un bon bout de temps. Puis, c’est le départ d’une longue et exténuante marche dans des sentiers souvent mal entretenus, rendus difficiles par l’accumulation de la neige. Cela n’empêche pas les ouvriers d’être sensibles aux beautés de la nature et à la vie qui se manifeste autour d’eux partout en forêt. À l’arrivée au camp, ou au campement, c’est selon, Taché, comme tout bon ethnologue, décrit le « site du camp », ordinairement érigé sur un petit plateau ou monticule afin que les bâtiments ne soient pas abîmés par l’eau au moment du dégel du printemps. Il est aussi situé non loin d’un lac ou d’une rivière pour assurer facilement l’approvisionnement des travailleurs en eau potable. Il se compose de plusieurs établissements, tous construits en bois rond non équarri. Il y a la cambuse où logent les hommes, la maison du haut personnel, la cuisine, les écuries et les abris où sont entreposés les objets qui servent à la consommation. Le réalisme n’échappe pas au conteur expérimenté, à une époque où l’environnement n’était pas encore une préoccupation : çà et là, autour des bâtisses, traînent, dans le désordre le plus complet, des « barils vides, des tas de bois [...], des traîneaux renversés sur le côté, des raquettes et autres instruments, plantés dans la neige ou disposés près de la porte du camp et de l’écurie » (F, p. 25). De l’extérieur, un espace ouvert sur la grande forêt, qui isole et garantit la solitude, le conteur passe à l’intérieur, espace fermé, et décrit soigneusement le logement d’une seule pièce des travailleurs avec les couchettes rangées le long des murs bien calfeutrés d’étoupe, recouvertes de branches de sapin, et le poêle au centre, autour et au-dessus duquel sèchent des pièces de linge que les bûcherons, obligés à la promiscuité, ont suspendues pour assurer leur confort, le lendemain. Il y a quelques sièges rustiques, une table, une meule pour aiguiser les haches, des pierres à aiguiser, etc.

6Taché s’attarde ensuite au personnel du chantier qui repose sur une organisation sociale hiérarchisée. D’abord, il y a le grand patron, communément appelé le boss. C’est le contremaître, qui est à l’emploi du bourgeois, propriétaire de la concession forestière ou qui a obtenu le droit de coupe sur le territoire. Il est, nous dit Taché, « le dépositaire absolu, par la volonté du bourgeois propriétaire [du chantier], de l’autorité sociale de la communauté ; il pose et résout les questions, donne des ordres et agit selon son bon plaisir et ne doit rendre compte de son administration qu’à celui qui l’a envoyé » (F, p. 27). Il est responsable des hommes qui lui sont confiés, ainsi que le précise Jos Violon à quelques reprises dans ses contes. Les bûcheux sont les hommes que le contremaître a engagés pour toute la durée du travail dans la forêt. Ils sont regroupés en trois catégories et se complètent : les bûcherons, qui coupent les arbres, sont toujours en équipe de deux. Il y a aussi les piqueurs dont la fonction est d’ébrancher les arbres abattus. Enfin, viennent les doleurs, appelés aussi les grand’haches, dont le travail consiste à couper le tronc de l’arbre en billots que les charretiers transportent ensuite sur leurs traîneaux pour les abandonner à la jetée installée sur le bord du cours d’eau, une bonne rivière en général, que les billes de bois, une fois délivrées des glaces, emprunteront pour rejoindre le moulin à scie, le lieu de transformation de la matière première en madriers ou en planches, voire en pâtes et papier. Quant aux claireurs, ils ont pour tâche de débarrasser « les endroits de halage des arbres et branches qui font obstacle, ils établissent les chemins, les foulent avec leurs pieds, les arrangent avec la pelle » (F, p. 28) pour faciliter le passage des charretiers et des bûcheux. Le cuisinier, aussi appelé le cook, du terme anglais, ou le couke, ainsi francisé, il est à la base de cette hiérarchie mais il joue un rôle extrêmement important au chantier puisque c’est de lui et de ses talents culinaires que dépendent les engagements. Si le cuisinier n’a pas bonne réputation, le contremaître ou le bourgeois ne pourront attirer une clientèle suffisante pour atteindre le quota de coupe. Il en était souvent aussi du conteur, engagé pour distraire les hommes, les longues veillées d’hiver.

7Taché les présente d’ailleurs l’un et l’autre. Dans le troisième texte, pour bien montrer son importance, il présente le cuisinier François-le-veuf, veuf de son état, comme l’indique son nom, qui souffre de mélancolie – il vient tout juste de perdre sa femme – et que Fauteur, médecin de profession, avant d’être journaliste et écrivain, tente de réconforter après qu’il l’eût surpris à chanter la « Complainte des trois petits enfants », devenus orphelins, comme les siens qu’il a dû abandonner pour les faire vivre. Après le cuisinier, le conteur traditionnel qui occupe, comme le cuisinier, une place et un rôle importants dans le chantier (et dans la société traditionnelle). C’est au Père Michel, rencontré au chantier des Deux-Rivières, dans le Bas-Saint-Laurent, que le narrateur premier cède la parole pour qu’il raconte les histoires qui composent la grande majorité du recueil. « C’était, avoue Taché, un grand conteur » et, « comme il avait beaucoup vu, beaucoup entendu et un peu lu, son répertoire n’était jamais épuisé » (F, p. 36). Ce répertoire était d’une grande richesse, depuis « L’oiseau Figuelnousse » et « Le merle blanc » en passant par une foule d’histoires, de légendes, de littérature populaire et de récits de chevalerie. De plus, comme c’est la coutume dans le conte littéraire, contrairement au conte oral merveilleux, ce conteur de grande réputation jouissait d’une crédibilité à toute épreuve. S’il ne fait pas partie du personnel de chantier dans le recueil de Taché, puisqu’il a pris sa retraite, il se trouve tout de même au camp en tant que chasseur et trappeur et il se laisse quelque peu prier, comme tout bon conteur qui se respecte, pour prendre en main la narration, après que les travailleurs furent rentrés au camp au terme d’une journée bien remplie, rentrée qu’il décrit avec encore le souci du détail, ajoutant même, en notes infrapaginales, des renseignements qu’il juge utiles à la compréhension du texte. L’accueil que le conteur reçoit de la part de hommes est si chaleureux qu’il pousse le narrateur premier, en l’occurrence Taché, à distinguer « le vrai Canadien » qu’il reconnaît dans ces hommes restés fidèles à leur religion et respectueux des traditions et coutumes, et du « Canadien yankéfié », qui a trahi sa race en ne parlant plus sa langue mais l’anglais et en négligeant sa religion : « Ah disons-le souvent, conclut-il, et que Dieu garde notre peuple de cette contamination ! » (F, p. 46).

  • 3 Philippe Aubert de Gaspé, L’influence d’un livre. Roman historique. Présentation, chronologie et bi (...)

8Le Père Michel, dans ses contes, accorde une large place aux mœurs des voyageurs, qui n’ont pas toujours, on l’a dit, bonne réputation. Aussi ne manque-il jamais une occasion pour faire la leçon aux hommes de chantiers qui s’adonnent souvent à l’ivrognerie, dès qu’ils retournent à la civilisation, oubliant leur condition humaine et gaspillant même en quelques jours les gages accumulés au cours de l’hiver. Le Père Michel n’a peut-être pas participé à de tels combats, mais, dans sa jeunesse, sans être comme le héros du jeune Aubert de Gaspé, « un cloaque de tous les vices3 », il a quand même, pour sauver sa peau, frappé un garde-chasse alors qu’il pratiquait illégalement le trafic des fourrures avec des Indiens, ce qui le pousse à promettre, si le garde a la vie sauve, un pèlerinage à la Bonne sainte Anne du Nord, pour expier sa faute. Il accomplira sa promesse, une dizaine d’années plus tard, après s’être sauvé tout ce temps dans les Pays d’en haut, échappant ainsi à la justice. Il rapporte encore le souvenir de son propre compérage pour dénoncer les abus de l’alcool. C’est parce que les convives ont trop bu, après la cérémonie du baptême, malgré les mises en garde du curé, que la marraine abandonne, sans qu’aucun invité s’en rende compte, le poupon dans la neige. À l’arrivée à la maison de la parturiente, on constate que le bébé n’est plus du cortège. Heureusement, on le retrouve bien emmailloté, dans la neige, à l’endroit même où la carriole avait versé. Il évoque encore quelques rixes entre les équipes rivales, qui déterminaient souvent l’homme le plus fort de ces vastes contrées où tout était permis pour imposer sa loi.

9C’est dans la deuxième partie, qui suit l’« Ajournement », mettant fin à la première partie et à la première soirée, que le vieux conteur rapporte quelques légendes bien connues mais que Taché est le premier à fixer à l’écrit, comme celle du « Noyeux » et de « L’hôte à Valiquet ». Dans la première, trois voyageurs des Pays d’en haut aperçoivent une lueur sur la grève, non loin du Sault-au-Récollet. Ils s’approchent et découvrent un Indien en sueur assis devant un feu qui ne brûle pas. C’est sa punition pour avoir assassiné un missionnaire venu lui annoncer l’Évangile. Dans la seconde, le Père Michel veut attirer l’attention de son auditoire sur l’importance de toujours garder du respect pour les morts, fût-il un pendu dans sa cage. Il reprend la « Légende de Cadieux » que le jeune Guillaume Lévesque, après son exil en France à la suite de la Rébellion de 1837-1838, avait déjà fait connaître en la fixant à l’écrit. Taché rapporte l’intégrale du texte que le voyageur Cadieux aurait écrit sur une écorce de bouleau, après s’être sacrifié pour sauver ses compagnons, poursuivis par les Iroquois, dans l’île du Grand-Calumet. C’est également dans cette partie que le réputé conteur raconte la légende du « Grand-Lièvre et de la Grande-Tortue », dans laquelle il renseigne ses auditeurs sur la « fête de médecine » qui réunit deux sorciers jongleurs ennemis désireux de prouver leur supériorité respective à la face de la tribu.

10Dans cette partie, nettement plus longue, le conteur rapporte encore plusieurs coutumes des voyageurs. C’est ainsi, par exemple, qu’il décrit dans ses moindres détails, à la grande joie des ethnologues qui, sans lui, ne l’auraient peut-être jamais connue, « la ronde des voyageurs », une danse traditionnelle fort populaire que les voyageurs pratiquaient quand ils se rencontraient. Cette danse était agrémentée de chansons folkloriques qu’interprétaient un jeune (ou un nouveau) voyageur et un voyageur expérimenté. Les autres voyageurs formaient le chœur et s’en donnaient à cœur joie avant d’entreprendre ce que le conteur appelle « le voyage à travers les solitudes » (F, p. 123). Le Père Michel ne manque pas d’évoquer deux autres coutumes fort pratiquées parmi les voyageurs des pays d’en haut : la cérémonie du baptême ou de l’initiation des nouveaux voyageurs et l’échange de voyageurs. Lors de la cérémonie de l’initiation, on choisissait toujours une recrue, jeune ou moins jeune, dérangeante, qui s’était rendue la plus indésirable ou la plus « désagréable pendant la partie écoulée du voyage » (F, p. 143.) Et la victime, en l’occurrence ici un dénommé Benn, « un gars stupide et qui se croit plein d’esprit », « bête et prétentieux, brutal et paresseux, poltron et vantard », bref, un être exécrable, devra payer pour tous ses défauts. En général, c’est de lui que l’on s’efforce par tous les moyens de se débarrasser en l’échangeant avec un autre voyageur qui, sur le chemin du retour, est prêt à signer un autre contrat pour quelques années encore.

Louis Fréchette et ses Contes de Jos Violon

  • 4 Louis Fréchette, Contes de Jos Violon. Édition préparée, présentée et annotée par Aurélien Boivin, (...)
  • 5 Maurice Lemire, « Le discours répressif dans le conte littéraire québécois au XIXe siècle ».

11D’un tout autre registre sont les Contes de Jos Violon4 de Louis Fréchette, un recueil qui réunit huit contes du vieux conteur que l’auteur, poète lauréat de l’Académie française pour son recueil Les fleurs boréales. Les oiseaux de neige, publié en 1880. Ces contes, parus dans les périodiques, à la fin du XIXe siècle, ne seront réunis en recueil qu’en 1974, puis dans une édition annotée par les soins de celui qui vous parle en 1999. Comme le Père Michel, Jos Violon, alors à la retraite au moment où Fréchette assiste aux veillées de contes où le célèbre conteur se produisait, a passé la majeure partie de sa vie dans les chantiers de l’Ottawa, de la Gatineau et du Saint-Maurice. Il jouit d’une solide réputation et on accourait à des milles à la ronde pour l’entendre raconter. C’est du moins ce que prétend Fréchette lui-même dans ses Mémoires intimes et dans l’introduction de quelques contes. Toutefois, contrairement au héros de Taché, jamais Jos Violon ne fait allusion à ses talents de conteur alors qu’il était voyageur, comme le Père Michel, à l’emploi de quelque bourgeois, comme il le dit, dont au moins un aurait pu faire sa fortune, s’il faut l'en croire. Il a, pour reprendre son expression, « roulé [...] durant trente belles années dans les bois, sur les cages et dans les chantiers » (C, p. 91). Comme tout bon conteur qui entend assurer sa crédibilité, il se pose toujours en témoin et juge le monde qui l’entoure, celui des voyageurs qu’il connaît bien, à partir de sa propre personne. Il se considère, a déjà affirmé avec à-propos Maurice Lemire, comme « l’étalon de la normalité5 ».

12S’il lui arrive de recourir à la troisième personne, c’est ni plus ni moins pour prendre ses distances avec son héros qu’il marginalise, par sa conduite répréhensible « pour mieux faire ressortir sa déviance », pour citer encore Lemire. Aussi Fréchette insiste-il plus sur la conduite, souvent mauvaise, des travailleurs de la forêt que sur les chantiers proprement dits qu’il ne prend pas la peine de décrire. Peut-être faut-il en chercher la raison dans le fait qu’il n’en a pas visité, contrairement à Taché ? Ce qui l’intéresse avant tout, ce sont les mœurs des forestiers qui, ainsi que le précise Jos Violon lui-même, sont « un p’tit brin slack sus la religion » (C, p. 121) et sont prêts à tout pour se divertir dans les vastes espaces solitaires des forêts canadiennes. C’est ainsi, par exemple, que Tom Caribou, dans le conte du même nom, refuse d’accompagner ses amis à la messe de minuit dans un chantier voisin que visite un missionnaire le soir de Noël, préférant demeurer seul au camp dans l’assurance de donner libre cours à son vice : l’alcool. Car, contrairement à Taché, Fréchette insiste sur les tares et vices des travailleurs de la forêt. Pour avoir négligé son devoir de chrétien, il est toutefois sévèrement puni, puisque, dans le conte, toute interdiction est suivie d’une transgression et d’une punition, avec, parfois, possibilité de rédemption, si on a la chance de son côté. Tom Caribou, malgré l’interdit, a caché dans le creux d’un gros merisier une cruche de whisky en esprit, c’est-à-dire du whisky non coupé d’eau, et a ainsi voulu profiter de l’absence de ses compagnons pour visiter sa cachette en toute liberté. Mal lui en prit. Devenu rapidement ivre mort, il a échappé quelques gouttes d’alcool dans les yeux d’une mère ourse qui avait sa cache sous les grosses racines du même arbre. Jos Violon le volubile explique à ses auditeurs ce qu’est la cache d’un ours dont il rappelle les mœurs, en interpellant directement ses auditeurs, dans une langue populaire, bien différente de celle de Taché :

Vous savez, les enfants – si vous le savez pas, c’est Jos Violon qui va vous le dire – que les ours passent pas leuz hiver à travailler aux chantiers comme nous autres, les bûcheux du bois carré, autrement dits voyageurs.

Bien loin de travailler, c’te nation-là pousse la paresse au point qu’ils mangent seulement pas.

Aux premières gelées de l’automne, y se creusent un trou entre les racines d’un âbre, et se laissent enterrer là tout vivants dans la neige qui fond par-dessour, de manière à leux faire une espèce de réservoir, là y oùs qu’ils passent leuz hivernement, à moitié endormis comme des armottes, en se lichant les pattes en guise de repas (C, p. 26).

13Il décrit, dans « Titange », un conte de chasse-galerie, dans la même langue qui lui est familière et qui ajoute au réalisme, la cérémonie de « mise en cache du bon Dieu » à laquelle ne manquent pas d’assister les voyageurs quand ils passent aux Forges du Saint-Maurice :

Comment c’qu’y s’y prennent pour c’te opération-là, c’est c’que je m’en vas vous espliquer, les enfants – au moins d’après c’que Titange m’a raconté.

D’abord y se procurent une bouteille de rhum qu’a été remplie à mênuit, le jour de Morts, de la main gauche, par un homme la tête en bas. Ils la cachent comme y faut dans le canot, et rendus aux Forges, y font une estation. C’est là que se manigance le gros de la cérémonie.

La chapelle des Forges a un perron de bois, c’pas ; eh ben, quand y fait ben noir, y a un ces vacabonds qui lève une planche pendant qu’un autre vide la bouteille dans le trou en disant :

- patri, gloria patro, gloria patrum !

14Et l’autre répond en remettant la planche à sa place :

- Ceuses qu’ont rien pris, en ont pas trop d’un bouteille de rhum (C, p.p. 69-70).

15Dans « Les lutins », sous-titré « Histoire de chantiers », Jos Violon répond sans hésiter à la question d’un auditeur qui se demande si les lutins appartiennent au monde des humains ou à celui des démons. Il avoue ses limites, qu’il appelle ses « imites » :

Ça, par exemple, c’est plusse que je pourrais vous dire, répondit le vétéran de pays d’en haut. Tout ce que je sais, c’est qu’il faut pas badiner avec ça. C’est pas comme qui dirait absolument malfaisant, mais quand on les agace, ou qu’on les interbolise trop, faut s’en défier. Y vous jouent des tours qui sont pas drôles [...].

D’abord, les lutins, tous les ceuses qu’en ont vu, moi le premier, vous diront que si c’est pas des démons, c’est encore moins des Enfants-Jésus. Imaginez des petits bouts d’hommes de dix-huit pouces de haut, avec rien qu’un œil dans le milieu du front, le nez comme une noisette, une bouche de ouaouaron fendue jusqu’aux oreilles, des bras pis des pieds de crapauds, avec des bedaines comme des tomates et des grands chapeaux pointus qui les font r’sembler à des champignons de printemps.

Cet œil qu’ils ont comme ça dans le milieu de la physiolomie flambe comme un vrai tison ; et c’est ce qui les éclaire, parce que c’te nation-là, ça dort le jour, et la nuite ça mène le ravaud, sus vot’respèque, Ça vit dans la terre, derrière les souches, entre les roches, surtout sous les pavés d’écurie, parce que, s’ils ont un penchant pour quèque chose, c’est pour les chevaux (C, p. 92).

16Il renseigne encore son auditoire sur la hère, dans le conte du même titre :

La Hère, mes enfants, [...] c’est peut-être rien de nouveau à vous apprendre, c’est une bête, mais une bête ben rare, vu qu’elle est toute fine seule de son espèce. Une bête ordinaire a des petits, c’pas ; c’est la mode même parmi les sarpents. Mais la Hère, elle, ben loin d’avoir des petits, a tant sourment pas ni père ni mère... au moins d’après c’que les vieux en disent.

Les autres bêtes, ça se jouque, ça se niche, ça s’enterre, ça rôde, ça pacage, ça se loge queuque part ; la Hère, elle, on n’a jamais pu savoir là où c’que ça quint. On dirait que ça existe pas.

Vous allez me demander si c’est une bête dangereuse. Dame, c’est permis de le croire, si faut en juger par sa réputation qu’est ben loin d’être c’que y a de plus soigné parmi les bons chrétiens. [...] c’est pas une bête à caresser ; son nom le dit (C, p. 104).

17Quant à ceux qui ont la malchance de l’avoir vue, ils sont incapables d’ouvrir la bouche pour en parler (C, p. 104). Jos Violon ne l’a pas vue, Dieu soit loué ! « puisque les ceuses qui l’ont vue peuvent pas rien en dire, si y a queuqu’un qui peut en parler, comme on dit apartement, c’est les ceuses qui l’ont pas vue. Ça c’est plein de bons sens » (ibid.). Jos et son ami Zèbe Roberge l’ont entendue, en compagnie de Johnny La Picotte, dans un chantier sur les bords de la Rivière-aux-Rats, une branche du Saint-Maurice qui, « si elle est au ras de queuque chose, c’est toujours pas loin de l’enfer » (C, p. 105).

18Quant aux marionnettes, ce sont, nous dit Jos Violon,

[...] des espèces de lumières malfaisantes qui se montrent dans le nord, quand on est pour avoir du frette. Ça pétille, sus vot’respèque, comme quand on passe la main, le soir, sus le dos d’un chat. Ça s’élonge, ça se racotille, ça s’étire et ça se beuraille dans le ciel, sans comparaison comme si le diable brassait les étoiles en guise d’œufs pour se faire une omelette.

C’est ça les marionnettes !

M. le curé, lui, appelle ça des horreurs de Morréal, pi y dit que ça danse pas.

Eh ben, je sais pas si c’est des horreurs de Morréal ou ben de Trois-Rivières, mais j’en ai ben vu à Québec étout ; et je vous dis que ça danse, moi, Jos Violon ! (C, p. 81).

19Le vieux conteur est tout aussi précis et volubile quand il décrit les jack mistigris, « une rôdeuse d’engeance », ou encore le gueulard. Les premiers que le conteur associe à « une bande de scélérats qu’ont pas tant seulement sus les os assez de peau tout ensemble pour faire une paire de mitaines à un quêteux », sont

[d]es esquellettes de tous les gabarits et de toutes les corporations : des petits, des grands, des minces, des ventrus, des élingués, des tortus-bossus, des biscornus, des membres de chrétien avec des corps de serpent, des têtes de bœufs sus des cuisses de grenouilles, des individus sans cou, d’autres sans jambes, d’autres sans bras, les uns plantés dret debout sur un ergot, les autres se traînant à six pattes comme des araignées, – enfin une vermine du diable.

Tout ça avec des faces de revenants, des comportements d’impudiques, et des gueules puantes à vous faire passer l’envie de renifler pour vingt ans (C, p. 7).

20Et ça danse la sarabande infernale, « en sautant, en se roulant, ruant, gigotant, se faisant craquer les jointures et cliqueter les osselets dans des contorsions épouvantables, et se bousculant pêle-mêle comme une fricassée de mardi-gras » (C, p. 8). Et le vieux conteur de poursuivre dans la langue populaire qui le caractérise :

C’est ça, la danse de jack mistigris.

Si y a un Chrétien dans les environs, il est fini. En dix minutes, il est sucé, vidé, grignoté, viré en esquelette, et s’il a la chance de pas être en état de grâce, il se trouve à son tour emmorphosé en jack mistigris, et condamné à mener c’te vie de chien-là jusqu’à la fin du monde (C, p. 8).

21Le gueulard, lui, selon le vieux conteur, « c’est comme qui dirait une bête qu’on n’a jamais ni vue ni connue, vu que ça existe pas » (C, p. 7).

22Ainsi qu’on peut le constater, l’imaginaire de Jos Violon est riche et le conteur ne manque jamais une occasion pour faire la morale. Les personnages qu’il met en scène dans ses contes ont un défaut ou un vice qu’il ne manque pas d’exploiter pour susciter la réflexion de ses auditeurs (ou lecteurs) et du même coup faire passer son message. Parfois, cette morale est explicite, comme l’indique le début du « Diable des Forges », qu’il reprend d’ailleurs à la fin, comme pour être bien entendu :

C’était donc pour vous dire, les enfants, que si Jos Violon avait un conseil à vous donner, ça serait de vous faire aller les argots tant que vous voudrez dans le cours de la semaine, mais de jamais danser sur le dimanche ni pour or ni pour argent (C, p.p. 81-82).

23Parfois, cette morale est implicite. Au risque de se faire traiter de « poule mouillée » (« Les marionnettes »), injure suprême pour un voyageur de sa trempe et de son expérience, Jos Violon tente vainement de convaincre Fifi Labranche, le joueur de violon, de ne pas écouter la proposition des voyageurs des Cèdres, véritables réprouvés, qui parlent au diable (C, p. 68) et qui, de ce fait, sont encore plus dangereux que les sacreurs de Sorel et les hurlots de Trois-Rivières, et de ne pas « se mêler de ces paraboles-là » qui ne sont que des manigances du Malin. Tom Caribou a appris à ses dépens qu’il ne fallait jamais « mettre le bon Dieu en cache » (C, p. 30), mais vivre dans la crainte de Dieu. Ce héros ne peut plus s’asseoir et est ainsi condamné à rester à genoux pour avoir refusé de s’agenouiller le soir de Noël. Parce que la mère ourse lui a labouré « le rond-point », autrement dit « endommagé le cadran », et qu’il a « le l’envers du frontispice tout ensanglanté », on a dû, pendant plusieurs semaines, « lui radouer le fond de cale » et lui mettre des « cataplumes sus la... comme disent les notaires, sus la propriété foncière » (C, p. 28). Titange, devenu infirme après s’être infligé une sérieuse blessure à un poignet avec sa hache parce que, fou de colère, il n’a pu faire voler son canot pour courir la chasse-galerie, – Jos Violon a collé une image de l’Enfant-Jésus sous la pince du canot –, est obligé de mendier sa pitance, sur le perron de la chapelle des Forges, avec « un poignet tout crochi » en tendant la main avec des doigts encroustillés et racotillés sans comparaison comme une croxignole de Noël » (C, p. 34). Et on pourrait invoquer d’autres exemples qui montrent bien que Jos Violon exerce sur son auditoire un pouvoir, de séduction certes, mais aussi de persuasion. Il veut enseigner le Bien et réprimer le Mal.

24Jos Violon, contrairement à Taché, qui, selon Maurice Lemire, a peint des forestiers et voyageurs en habit du dimanche, n’a jamais voulu cacher les vices de ces travailleurs. Il se sert plutôt de leur mauvaise conduite pour les dénoncer ouvertement. Pamphile Lemay, Paul Stevens, Charles Leclère, d’autres prolifiques conteurs, ne font pas autrement quand ils dénoncent les vices de paysans, qui s’adonnent à l’ivrognerie, par exemple, qui les rend semblables à la bête et qui les ruine, eux et leur famille. Ils montrent encore les dangers de l’émigration aux États-Unis surtout, exil néfaste, selon eux, partisans de l’idéologie officielle, qui contribue à affaiblir la race.

Robertine Barry et son amour des paysans

  • 6 Françoise [pseudonyme de Robertine Barry, Fleurs champêtres, suivi d’autres nouvelles et de récits (...)

25Mais ces paysans n’ont pas que des défauts. C’est à la majorité d’entre eux, restés fidèles à la terre et aux traditions ancestrales que rend hommage Françoise (pseudonyme de Robertine Barry) dans Fleurs champêtres6 (1895), premier recueil de nouvelles écrit par une femme au Québec. La nouvelliste, journaliste à La Patrie, que dirige alors un autre conteur, Honoré. Beaugrand, entend rappeler les us et coutumes, mœurs et fêtes de la société traditionnelle. Dans « Le baiser de Madeleine », elle passe en revue les traditions du premier de l'an : visite des parents et amis, qui se déroule tôt le matin, bénédiction paternelle, présentation des vœux, distribution de friandises aux enfants, libations, sans oublier le traditionnel « petit coup » du Jour de l’an, car cette journée-là, « on ne mouille pas la croix » (FC, p. 28), c’est-à-dire que l’on ne manque pas à ses promesses que rappelle constamment la croix de tempérance suspendue dans la cuisine. Dans d’autres récits, Françoise décrit tantôt une journée de noces à la campagne et les coutumes qui s’y rattachent, tantôt la visite du curé à un mourant à qui il porte le Saint-Viatique, tantôt la cueillette de l’eau de Pâques, qui, selon la naïve croyance, doit être « puisée au rebours du courant avant le lever du soleil » pour qu’elle soit « une eau miraculeuse qui guérit de tous les maux » (FC, p. 71). La conteuse s’intéresse encore au fatalisme des habitants et à leur étonnante résignation devant le malheur, la mort en particulier. Féministe avant la lettre, elle dénonce, dans « Le mari de la Gothe », les mauvais traitements qu’un mari a fait endurer à son épouse, bien contente de s’en débarrasser quand il meurt. Elle accorde encore une grande place aux superstitions qui ont cours à la campagne en raison, explique-t-elle, de la grande naïveté des gens, plus ou moins instruits, il faut le dire. Elle insiste sur le caractère superstitieux des habitants, ce qui lui a attiré les foudres du rédacteur du journal ultramontain La Vérité, Jules-Paul Tardivel, qui l’accuse de tous les maux, d’autant qu’elle avoue dans la Préface de son recueil, s’inspirer de Guy de Maupassant, un auteur alors mal perçu et mal vu, pour ne pas dire à l’Index, au Québec. Elle évoque tantôt la méthode du pain béni pour retrouver un noyé. Car, selon la croyance populaire, « l’âme d’un trépassé erre et souffre davantage quand sa dépouille mortelle ne repose pas en un lieu béni, à l’ombre de la croix » (FC, p. 42). Tout le monde sait ça, dirait Jos Violon : si la dépouille d’un noyé demeure introuvable, on doit recourir au pain béni de Pâques, qui, toujours selon la croyance, « demeure stationnaire à l’endroit où se trouve le corps du noyé » (FC, p. 41). Si Gracieuse est morte, dans la nouvelle du même nom, c’est que, d’abord, un cierge s’est éteint durant la grand’messe, le dimanche précédent, ensuite parce qu’on a inhumé un mort, le vendredi, deux signes précurseurs (et mauvais présages) de mortalité dans la paroisse. C’est le sort qui guette Marie Belzil, une belle et gracieuse jeune fille, dans « Le miroir brisé ». Elle a dû, pour sauver son fiancé, rompre la première le silence après que son grand-père, malhabile, eut cassé un miroir, le Jour de l’an au matin, de surcroît. « Le vieillard, avec tout l’égoïsme de son âge, écrit la narratrice, se cramponnait à la vie, prêt à immoler ce sang jeune et vigoureux pour ajouter quelques heures à ses pâles jours d’hiver » (FC, p. 102). Elle se sacrifie en s’empressant de souhaiter « une bonne et heureuse année » à son fiancé, accouru très tôt, pour recevoir le baiser de sa belle, qu’il attendait depuis longtemps. Car est-il besoin de préciser que, dans la société traditionnelle, les parents des amoureux, de la jeune fille surtout, veillaient au grain et..., paraît-il, la morale était sauve.

26Dans « Superstitions », un autre récit du recueil, la conteuse fournit un lot de recettes, infaillibles, pour aider les jeunes filles à dénicher un mari. Pour les intéressées, les curieuses ou les... célibataires, surtout celles qui ont déjà « coiffé sainte Catherine », c’est-à-dire les vieilles filles qui ont dépassé les vingt-cinq printemps, il suffit que quelqu’un dépose sous votre oreiller, à votre insu (c’est capital), « un miroir enveloppé d’un mouchoir de soie attaché par deux épingles en croix » (FC, p. 162) : l’homme que vous y verrez en songe sera à coup sûr votre futur mari. Gare à vous, cependant, si vous y voyez défiler un cercueil ouvert d’un drap blanc, vous allez assurément demeurer célibataire. Vous pouvez encore essayer la recette de la galette salée, ou compter neuf étoiles au firmament pendant neuf soirs consécutifs. « Le premier homme à qui on donne la main après la neuvième soirée portera l'nom de [votre] futur » (FC, p. 164). Il y a encore, technique assurée elle aussi, celle du coupage d’une pomme en neuf morceaux que vous devez manger à la noirceur dans votre chambre. Le dernier morceau avalé, vous verrez la figure de votre cavalier dans le miroir (FC, p. 164). Et il existe bien d’autres recettes encore qui témoignent de la naïveté des paysans et que Françoise a voulu sauver de l’oubli pour les générations futures. Les journaux à potins n’ont qu’à bien se tenir.

27Ainsi, comme j’ai voulu le démonter, les conteurs du XIXe siècle, et même ceux du début du XXe ont voulu enrichir le patrimoine littéraire québécois en se transformant en véritables ethnologues et ont ainsi sauvé de l’oubli une foule de traditions, us, coutumes, croyances, faits de société, qui, sans eux, n’auraient pas été conservés. Ces conteurs, qui écrivent souvent dans la langue de l’époque, une langue populaire, qui n’a rien à voir, ou si peu, avec le « jouai », font aussi les délices des linguistes qui y ont trouvé ample matière à les satisfaire. Ces contes nous renseignent encore sur la richesse de l’imaginaire et sur la vision du monde de ces artisans du verbe qui, on l’a vu aussi, se sont à peu près tous conformés à la morale traditionnelle et à l’idéologie que défendent les élites, le clergé catholique en tête.

Notes

1 Joseph-Charles Taché, Forestiers et voyageurs. Introduction de Maurice Lemire, Montréal, Fides, 1981, p. 202 (Bibliothèque québécoise). [1e édition : 1863]. Pour ne pas multiplier les notes, la pagination dans le texte sera précédée de F)

2 Patrice Lacombe, La terre paternelle. Introduction d’André Vanasse, Montréal Bibliothèque québécoise, 1993, p. 87 [Voir p. 35|.

3 Philippe Aubert de Gaspé, L’influence d’un livre. Roman historique. Présentation, chronologie et bibliographie de Claude Lamy, Montréal, BQ, 1995, p. 159[2] [Voir p. 94],

4 Louis Fréchette, Contes de Jos Violon. Édition préparée, présentée et annotée par Aurélien Boivin, Montréal, Guérin littérature, 1999, p. 119 [Désormais C + la pagination à cette édition dans le texte. Ces contes ont paru dans les journaux à la fin du XIXe siècle).

5 Maurice Lemire, « Le discours répressif dans le conte littéraire québécois au XIXe siècle ».

6 Françoise [pseudonyme de Robertine Barry, Fleurs champêtres, suivi d’autres nouvelles et de récits et Méprise. Édition préparée et présentée par Gilles Lamontagne, Montréal, Fides, 1984, p. 320 (Collection du Nénuphar). [1e édition : 1895. Désormais FC dans le texte].

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search