Version classiqueVersion mobile

Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes

 | 
Jean-Baptiste Martin
, 
Nadine Decourt

Art de la performance - Art de la relation

Récits et représentations d’adoption internationale : les logiques du pont et de la dette

Domingos Abreu

Texte intégral

1L’adoption internationale est relativement récente et date du début des années 70. Initialement apparue en Europe, elle est historiquement liée à deux tragédies humaines de cette fin de millénaire : celle du Biafra et celle du Vietnam. Des couples européens, dans l’impossibilité de procréer, ont adopté les enfants rescapés de ces événements et privés de foyers – beaucoup ont survécu pour avoir rencontré ce nouveau foyer. De nombreux parents adoptifs ont associé cette recomposition familiale à un geste humanitaire. L’adoption internationale a été classifiée en « bonne » (sauver l’enfant de la faim, la misère, la guerre etc.) ou « mauvaise » (trafic d’enfants par des ex-puissances coloniales responsables de la faim, de la misère, de la guerre...). À partir de ce moment, de nombreux enfants du Tiers Monde ou des pays de l’ancien Pacte de Varsovie ont été adoptés par des couples appartenant aux pays du Premier Monde.

2L’une des façons les plus communes d’aborder cette question a été de définir la « valeur » de l’adoption, en pointant les côtés positifs et négatifs pour l’enfant adopté. Pour échapper à cela, l’objet de ce travail consiste à analyser les récits en conflit dans l’espace adoptif brésilien, prenant comme centre de l’observation le débat autour de l’adoption internationale. Comment peut-on traduire les différentes logiques de cet espace social ?

3Trois modèles interprétatifs peuvent être dessinés pour rendre compte des échanges entre le Brésil et l’étranger autour de l’adoption internationale. Le premier est en rapport avec les premières adoptions et englobe des groupes restreints de Brésiliens et d’étrangers. Les deux autres engagent la société comme un tout. Tous ces modèles sont marqués par la logique de la dette, qui fait fonctionner le marché symbolique autour du don. Le don peut instaurer des liens entre les échangeurs. Cependant, la relation établie dépend (comme le disent Bloch et Buisson, 1996, p. 120) du « point de vue du donataire », qui peut ou non accepter la dette ou essayer à son tour de faire un don. Ces modèles dessinent des figures de dettes qui vont alterner voire interchanger la perception de l’identité du donateur et du donataire : l’enfant peut être vu comme un fardeau ou comme un cadeau (Fonseca, 1995).

1. Les relations créées par le don

  • 1 L’une des figures centrales du travail de placement d’enfant dans des familles de substitution a é (...)

4Ce modèle décrit les échanges et la relation de domination symbolique construits entre Brésiliens et étrangers. Il a existé notamment durant la période où les adoptions internationales étaient réalisées par l’intermédiaire de cigognes1 brésiliennes (de la fin des années 70 jusqu’au début des années 90). Le récepteur initial du don est l’étranger et la dynamique des échanges établis fonctionne de la manière suivante :

5Ces transferts d’enfants sont perçus par ceux qui reçoivent l’enfant comme par ceux qui le cèdent comme un don. L’enfant a tendance à lier le donateur et le donataire (Ouellette, 1995, p. 160).

1.1. Les groupes brésiliens d’aide à l’adoption internationale

6À l’époque des premières adoptions internationales, nous pouvons identifier quelques groupes d’aide humanitaire organisés autour de cigognes qui disposent d’une crèche privée. Les responsables de ces groupes présentent l’enfant aux adoptants étrangers comme un cadeau. Auparavant, tout le travail de localisation des enfants, certains suivis de grossesses et d’accouchements, et parfois l’accueil-même de l’enfant qui attend l’adoption, sont assurés par la cigogne. Les adoptants étrangers trouvent dans la main des cigognes brésiliennes le fils qu’ils recherchent. Il n’est pas difficile de percevoir comment s’initie une dynamique d’échanges basés sur la dette. Les cigognes elles-mêmes leur présentent l’enfant comme un « don ».

7La spécificité de cette relation réside dans le fait que la cigogne présente son travail de médiation aux adoptants étrangers comme si deux dons étaient réalisés : le premier en relation au couple (l’enfant est le don) et l’autre en relation à l’enfant lui-même (le don fait à l’enfant est celui d’une famille adoptive).

  • 2 L’une des œuvres réalisées par une cigogne brésilienne que j’ai pu connaître se situait à la périp (...)

8Les travaux réalisés par les cigognes sont très variés : travail avec les enfants « des rues », construction d’ateliers pour les mères chômeuses, aide à la construction et à l’entretien des crèches communautaires « pour que les mères n’aient pas besoin de donner leurs enfants » (comme je l’ai entendu de nombreuses fois de plusieurs cigognes2.) Les adoptants, quand ils s’arrêtent à un feu rouge, et se voient entourés d’enfants qui mendient, vendent des fruits ou lavent le pare-brise de la voiture, presque toujours issus du même mélange ethnique que l’enfant qu’ils ont adopté, entendent les cigognes déclarer que « si vous n’aviez pas adopté cet enfant, il aurait pu un jour faire cela ». De nombreuses cigognes, montrant les enfants jouant dans les égouts des favelas visitées, soulignent qu’ils « auraient pu être votre fils ».

9Ainsi les cigognes convient les adoptants à s’engager dans les œuvres qu’elles réalisent au Brésil. L’adoptant reçoit un enfant et se retrouve en dette envers la cigogne. En même temps que l’adoptant reçoit l’enfant, il est convié à rétribuer. L’action a lieu dans un contexte de misère (qui aux yeux de personnes socialisées dans des conditions d’existence très différentes paraît encore plus sombre) et de « grande générosité » démontrée par la « donneuse d’enfants », « salvatrice » de tant d’autres.

10Divers adoptants finissent par créer dans leurs pays d’origine des associations de parents adoptifs, tournées vers l’aide en faveur de l’enfance défavorisée au Brésil. Surgit progressivement l’idée qu’il faut continuer l’action d’aider d’autres enfants ne pouvant être adoptés. Le militantisme en faveur de l’enfance brésilienne apparaît aux adoptants comme une possibilité de contrepartie en échange de ce qu’ils ont reçu. L’enfant, perçu au sein de cette argumentation comme un bien sans prix (les acteurs insistent sur le fait que l’argent dépensé ne l’a pas été pour son achat), comme un don de la cigogne brésilienne, suscite une rétribution qui se donne sous la forme d’un engagement en faveur d’une tierce personne : l’enfant qui ne peut être adopté.

1.2. Les groupes de parents adoptifs

11Dans de nombreux pays d'Europe, nous pouvons observer l’existence de groupes de parents adoptifs d’enfants originaires du Brésil. La plupart d’entre eux fonctionnent en offrant un appui aux candidats à l’adoption, comme à ceux qui ont déjà adopté. Certains comptent quelques adhérents seulement, d’autres en réunissent plus de 500. Leurs objectifs sont multiples, mais trois d’entre eux reviennent de manière récurrente, avec en premier lieu l’aide aux parents adoptifs. Ainsi, les problèmes liés aux différences physiques de l’enfant peuvent être discutés, et les parents ayant déjà affronté des problèmes similaires témoignent et prodiguent des conseils sur la façon dont ils ont réussi à les résoudre.

12Un autre aspect de la participation à ces groupes consiste à aider les couples désireux d’adopter un enfant brésilien. Les couples ayant déjà l’expérience de l’adoption au Brésil servent de référence, comme s’ils avaient déjà réalisé le rituel du passage transatlantique qui ouvre l’accès aux bébés brésiliens. Ils conseillent, racontent leur propre expérience et calment l’angoisse des nouveaux candidats.

13La troisième mission consiste à aider les enfants du Brésil. Bloch et Buisson proposent une lecture très intéressante du don. Les échanges perdurent uniquement quand ceux qui ont reçu quelque chose deviennent prisonniers de la logique de la dette, et sont incités (par le sentiment de cette dette) à occuper à leur tour une position de donateur (1994, p. 61). Ainsi, beaucoup de ces associations se donnent pour mission d’aider l’enfance brésilienne au travers de partenariats avec les cigognes ou avec les philanthropes brésiliens qu’elles indiquent.

14Les adoptants commencent alors le travail de se délier sinon entièrement, au moins partiellement de la dette contractée au Brésil. Ils commencent à changer le sens de la dynamique et passent de la position de récepteur à celle de donateur. Les formes d’aide aux enfants du Brésil varient d’une association à une autre. Certains groupes participent régulièrement au financement de projets de développement local, d’autres organisent chaque printemps une fête pour réunir des fonds destinés à leurs partenaires, d’autres encore prennent en charge les salaires des employés des œuvres de leurs partenaires brésiliens, etc. Dans un bulletin d'association de parents adoptifs, nous pouvons lire des extraits du témoignage d’un boulanger français qui narre deux jours de cours de formation que lui et sa femme ont offert au Brésil :

La boulangerie [de la cigogne] ressemble à une fourmilière. Tout le monde se déplace dans des nuages de farine, dans le bruit des machines qui fonctionnent. Croissants, pains au chocolat, pains aux raisins, brioches et baguettes françaises, pains et douceurs brésiliens se bousculent à l’entrée du four. La télévision arrive et le boulanger français présente avec orgueil ses marchandises d’outremer. La fête du pain est un succès. La boutique du pain est envahie par des acheteurs venus des quartiers voisins. Mme Untel peut investir les bénéfices dans du nouveau matériel pour la boulangerie.

15Peu à peu, les donataires changent de position et deviennent donateurs. En relation aux Brésiliens qui leur offrent l’enfant, ils apparaissent comme d’éternels endettés. Les actions entreprises tentent peu à peu à payer une partie de la dette qu’ils ont contractée. Tout se passe comme si recevoir un enfant supposait aussi de donner. Et les parents adoptifs entrés dans la logique du don et de la dette, alternent en fonction de l’interlocuteur, leurs rôles de donateur et de donataire.

1.3. Le séjour des adoptants parmi nous renforce le schéma salvateur

16Il n’est pas possible de comprendre les dispositions salvatrices de ces adoptants sans connaître leur parcours adoptif et notamment leur confrontation avec les services publics compétents en matière d’adoption.

  • 3 Une fois, nous (l’avocat, l’interprète, le couple, l’enfant et le sociologue) sommes arrivés au tr (...)

17La grande majorité des adoptants affronte une réalité brésilienne découverte pendant l’adoption, radicalement différente de ce qu’ils connaissent chez eux. Outre la misère qu’ils peuvent observer en différents lieux, les adoptants sont confrontés aux services publics et à leurs lacunes. Le suivi de quelques adoptions internationales m’a permis d’observer comment le fonctionnement spécifique et les procédures des institutions publiques contribuent à forger les représentations du Brésil. Par exemple, une audience avec un juge commence rarement à une heure précise3.

  • 4 Pour plus d'information sur l'usage du concept de représentation, voir Laplantine (1989).

18Ces routines de rendez-vous manqués, d’absence de ponctualité, l’inertie des administrations, la faiblesse des moyens des services compétents pour garder les enfants génèrent chez les adoptants des représentations particulières du pays d’origine de l’enfant adopté. Ces représentations4 des institutions publiques contribuent à engendrer des perceptions de la réalité brésilienne assimilant l’adoption à un geste humanitaire qu’on ne fait pas pour soi, mais en faveur de l’enfant.

19Certains reviennent quelques années plus tard au Brésil « pour que leurs enfants connaissent la terre où ils sont nés ». J’ai pu accompagner une fois un couple qui avait emmené ses deux enfants dans la crèche d’une dame ayant joué le rôle d’intermédiaire dans l’adoption de leur fille aînée. Cette crèche, située dans la périphérie de Recife, alimente et abrite pendant la journée une cinquantaine d’enfants dans des conditions « précaires », du point de vue de quelqu’un qui a fréquenté une crèche d’Europe Occidentale. Le père, entouré d’enfants, disait à son plus jeune fils : « si nous n’avions pas adopté ta sœur, elle serait ici aujourd’hui. C’est pour cette raison que nous aidons ces personnes, maman et moi ».

2. L’honneur et la honte

20À l’inverse du modèle antérieur, ce modèle rend compte des relations entre des pays dont l’un fait un don à l’autre, en le soulageant d’un enfant qui ne peut être gardé ou qui est présenté comme un fardeau. Celui qui accueille l’enfant ne se situe plus sur le pôle du donataire, mais sur celui du donateur. Ici, celui qui initie la dynamique est le pays de l’adoptant qui accueille l’enfant que le Brésil n’a pas été capable de garder (exprimé par des affirmations du style « maintenir en vie », « éduquer et alimenter », « aimer et éduquer »).

21Cette situation d’échanges et de liens inter-individuels a lieu dans le cadre des rapports entre Etats-Nations. Pour Godelier, « le donateur peut être un groupe ou un individu qui agit seul ou au nom d’un groupe. De la même manière, le donataire peut être un individu ou un groupe, ou quelqu’un qui reçoit le don au nom du groupe qu’il représente » (1996, p. 20). Aussi bien l’adoptant (l’individu) que son pays (le groupe) sont porteurs de représentations de l’adoption comme geste visant à sauver les enfants. Une nouvelle figure du don est dessinée : le pays qui ne peut garder l’enfant apparaît comme débiteur de celui qui l’a reçu.

22Que peut-on donner en retour pour un enfant ? Un enfant a-t-il un prix ? L’interrogation n’est pas celle des groupes locaux comme dans le cas antérieur, mais celle de la société civile qui questionne en retour ce qu’il y a en jeu dans cette pratique adoptive. La dynamique précédente autour du travail des cigognes, a été peu à peu remplacée par cette nouvelle interprétation plus vaste, et impossible à poursuivre, sous peine de voir le Brésil confirmer à l’étranger l’image de son incapacité à s’occuper de ses enfants.

  • 5 D’autres vont parler de « nouveaux négriers », comme l’explique le juriste Albegaria, condamnant c (...)

23Le don a en effet la caractéristique de créer l’inégalité. Il peut déséquilibrer une relation entre deux égaux (celui qui reçoit n’est déjà plus dans une position de parité, mais en dette) ou approfondir une relation inégale (le transformant en obligé qui avait déjà des dettes – matérielles et symboliques – envers le donateur). Dans le cas de relations entre pays, la dynamique assure des formes encore plus offensives. Nous sommes à la limite de ce qu’on appelle aujourd’hui « l’ingérence dans les affaires intérieures », puisque les étrangers voudraient « sauver » les enfants de notre pays, en attentant à la « souveraineté » d’une ex-colonie5

24Cette situation va provoquer des sentiments de « honte et de déshonneur » pour le pays qui « exporte ses enfants », affirmations exprimées par exemple par un journaliste dans un programme radiophonique : « je préférerais un cimetière d’enfants brésiliens au Brésil à un jardin d’enfants brésiliens en Europe ». L’adoption internationale est associée à l’idée de honte nationale, par la plume de la journaliste Adísia Sá (l’une des doyennes du journalisme brésilien, combative, critiquant les politiques publiques et défendant l’éthique), qui écrit un discours très virulent concernant l'adoption d'enfants au Brésil. La journaliste résout rapidement le dilemme dans lequel se trouvent quelques Brésiliens, à savoir laisser un enfant être adopté par un étranger ou le laisser mourir.

Bébés pour l’Europe

On allègue que le Brésil a plus de 30 millions d’enfants abandonnés et qu’il en meurt tous les jours des dizaines par manque de nourriture. (...) Alléguer tout cela pour justifier le départ d’enfants nordestins vers l’étranger sous tutelle ou adoptés, et qui auront une existence saine, un futur sûr et garanti, dans un nouveau pays avec de nouveaux parents, relève quand même du cynisme.

Ces étrangers nous présentent dans leurs pays comme des indigents, marginaux, assassins, affamés et sous-évolués, et cherchent du même coup à se convaincre qu’ils sont les meilleurs, les purs, les sauveurs du monde. (...) Je suis contre l’adoption de nos enfants par des couples qui, ne procréant pas, recherchent le contentement paternel dans les bras d’enfants retirés à leurs parents. Je dis plus, je préfère les pleurer morts, qu’avoir honte d’eux vivants.
Adísia Sá, O Povo, 04/09/87.

25Selon cette journaliste, cette pratique dénigre notre image à l’étranger. J’attire l’attention sur le fait que la journaliste ne se montre pas préoccupée (pas encore) par l’illégalité de l’adoption internationale. Bien au contraire, elle se dit choquée par la légalité-même de ces adoptions, heurtée du fait que nous puissions soutenir et encourager cette pratique jusqu’à l’avoir légalisée. Le geste charitable est perçu comme une violence. L’absence de tous les mécanismes sociaux capables de faire fonctionner la logique du don dévoile la violence symbolique exprimée par l’offre de salut d’enfants. Le geste adoptif, qui peut paraître désintéressé, devient chargé d’offense et de déshonneur quand il est perçu au travers de la lentille du calcul rationnel : vous me donnez quelque chose, combien vous dois-je ?

26Le pays qui abandonne l’enfant ainsi que le pays qui le reçoit, entrent dans une relation inégale, une relation de « solidarité » : l’adoption de celui qui n’a pas de famille apporte ainsi le poison mortel de la honte et de la soumission symbolique. Celui qui abandonne se retrouve toujours en situation d’infériorité, il a abandonné parce qu’il n’a pu garder, élever, maintenir en vie. L’idée de l’adoption internationale comme acte éminemment politique apparaît déjà à l’époque de l’Assemblée Nationale Constituante. L’intervention du président de la Sous-Commission de la Famille, du Mineur et du Vieillard, qui s’interroge sur l’opportunité ou non au Brésil des adoptions internationales illustre le caractère politique de la question :

L’adoption comprend un aspect de citoyenneté. Cet aspect est très important, car il est politique. Le monde serait la société de tous, mais la vérité est que les nations ont des frontières et des drapeaux, ont des lois, des armées, des langues. (...) Je voudrai terminer en rappelant que le Dr Aguinaldo Baia, juge des mineurs de la ville de Salvador, a réalisé mille cent quatre jugements d’adoption pour l’Europe à lui seul dans la seule année de 1985. (...). Nous allons y trouver un justificatif pour les jugements d’adoption, et de ce fait, justifiant notre omission, nous allons livrer des enfants brésiliens à des citoyens étrangers (Journal de l’Assemblée Nationale Constituante, juillet 1987, p. 212).

27Le pays « charitable » qui offre une aide, finit au contraire par offenser celui qui reçoit. Mauss disait déjà dans son Essai sur le don que la charité blesse (1950, p. 258). La réflexion sur l’adoption internationale a inversé les pôles donateurs/donataires. Elle induit une soumission qui meurtrit l’État, l’image de l’État et sa souveraineté.

3. La misère de vendre des enfants

28Une autre façon d’interpréter cette pratique est de la situer dans le contexte d’une logique économique. Cette pratique est alors condamnée socialement et apparaît immorale et sans éthique.

29L’argent « salit » la pratique de la filiation qui se veut immaculée. Les frais perçus par l’avocat servent en partie à financer tout le montage permettant de garantir le succès des adoptions (divers voyages dans des villes de l’intérieur, pourboires des informateurs, aux portes des hôpitaux, etc.). L’enfant, bien sans prix, commence à prendre une valeur marchande (mille dollars, cinq mille dollars etc.). Comme le dit Godelier, l’argent est « cette chose si familière qui semble menacer la pratique du don et qui pénètre dans la sphère du sacré seulement pour la profaner et la détruire » (1996, p. 16).

  • 6 Il est clair que ce que j’appelle troisième phase n'a qu’une correspondance partielle avec la chro (...)

30Cette nouvelle vision de l’adoption internationale remplace progressivement la précédente. Au déshonneur lié à « l’exportation d’enfants » est substituée la honte relative à « la vente d’enfants ». Cette approche constitue la troisième phase d’interprétations6 de l’adoption internationale comme circulation du don. L’enfant, quand il circule, engendre une toile de relations. La transaction financière a rompu les rapports tissés. Autrement dit, la crise de l’économie symbolique survient quand l’enchantement se rompt, faisant retomber la logique de l’échange symbolique dans l’ordre de l’échange économique. Le récit sur l'adoption internationale, défini par le discours de « trafic d’enfants », blesse l’image et la souveraineté de l’État brésilien.

La rupture avec « l’éthique des classes moyennes »

31Nos représentations sociales de la médiation dans l'adoption au Brésil sont assises sur ce que Costa (1988) a appelé l’éthique des classes moyennes : elle est guidée avant tout par la découverte d’un enfant par un couple et/ou la découverte d’un foyer par un enfant, gratuitement. Dans le cas de l’adoption internationale, même si de nombreux avocats travaillent dans la perspective du « salut des enfants », ils sont aussi guidés par leurs intérêts financiers auxquels se mêlent les « intérêts de l’enfant » (qui ne sont pas obligatoirement ceux définis par la loi, bien sûr) et parfois même exclusivement par les intérêts de leurs clients. Cette pratique est perçue par ceux qui n’y participent pas et par certains des acteurs qui lui sont opposés, comme fortement motivée par l’argent.

32Ce modèle met en phase d’un côté l’enfant, et de l’autre une quantité d’argent pour cet enfant, même si dans la pratique, la mercantilisation s’ancre dans d’autres formes d’échanges. La nouveauté est surtout constituée par les honoraires de l’avocat qui représente également une réalité nouvelle dans le monde adoptif brésilien. Comme le dit C. Costa (1988), « l’éthique de l’adoption » ne permet pas la circulation d’argent. Les médiateurs ne travaillent pas pour de l’argent, et même quand ils reçoivent quelque cadeau, celui-ci doit réellement être perçu comme un geste volontaire et non comme l’obligation d’un échange. Pour preuve, le plus souvent le médiateur transmet ce qu’il a reçu à une organisation charitable.

33Dans le cas des avocats, leur travail est légitimement accepté dans notre société en contrepartie d’honoraires. Cependant, cet aspect de leur intervention professionnelle ne cadre pas avec les caractéristiques socialement acceptées pour exercer les fonctions de médiateur. Les honoraires des avocats sont donc critiqués dans la grande majorité de récits que j’ai eu l’occasion d’écouter.

J’ai un neveu qui a vécu un temps en Italie quand il était petit. Son père travaillait à la poste et il avait un collègue italien. Cet Italien est venu avec sa femme adopter un enfant au Brésil et mon neveu fut indiqué par son chef pour aider cet Italien... pour traduire et pour leur faire connaître la ville. Le couple a adopté un petit garçon et ils sont restés 45 jours ici. L’Italien a dit à mon neveu que pour réaliser cette adoption, lui et sa femme avaient économisé pendant cinq ans. Ils ont tout dépensé durant ces 45 jours, pour l’adoption. Mon neveu m’a raconté qu’il était indigné et honteux d’être brésilien. Cela représentait l’achat d’un brésilien ; que c’était une honte que l’avocat demande autant d’argent pour réaliser l’adoption ; qu’il a pleuré de rage et de honte quand l’Italien lui a dit combien il avait payé l’avocat pour ce sale travail. Vous pensez, passer cinq ans à économiser pour un enfant et donner presque tout à un avocat. Moi aussi, j’ai eu honte.

  • 7 Sur les honoraires des avocats, un long débat fut engagé durant les premières années de l’adoption (...)

34Les propriétaires des crèches privées que j’ai eu l’occasion d’interviewer et qui travaillaient avec des avocats, les considéraient comme un « mal nécessaire ». Elles savaient qu’elles ne pourraient réaliser seules des adoptions internationales au tribunal ; pratiquement un avocat était nécessaire pour le bon déroulement du jugement. Pour ces dames, les avocats représentaient simultanément la condition de réalisation de l’adoption et l’entrée de l’argent dans la dynamique, qui selon elles aurait dû rester gratuite7.

35Pendant la période où les avocats pouvaient présenter un enfant à un juge, l’avocat réalisait deux tâches conjointement : la représentation de son client devant la justice et le travail de médiation (qui, il faut le souligner, était tout à fait légal). Cette pratique a suscité dans l’opinion l’interrogation suivante : les honoraires étaient-ils liés à la découverte de l’enfant et à son lien avec le jugement d’adoption internationale ou renvoyaient-ils au travail de représentation de son client ? Pour de nombreux Brésiliens, cette question n’a jamais été éclaircie et cet amalgame a caractérisé l’idée de « trafic d’enfants » vers l’étranger. Aussi pour beaucoup, les honoraires de l’avocat ne représentaient rien de plus que le « prix de l’enfant » que payaient les étrangers. Signalons que dans les pays d’origine des familles adoptives, cette idée du « prix de l’enfant adopté » est aussi communément présente, aussi bien au sein de la population, que pour beaucoup d’adoptants étrangers.

  • 8 Un avocat qui s’était positionné contre ces pratiques m’a raconté un exemple « typique » d’avocat (...)

36La comparaison entre le travail de médiation de certains avocats et celui des cigognes pour réaliser des adoptions entre Brésiliens montre une rupture dans la manière de procéder. Il est important de préciser que ce ne fut pas la manière la plus fréquente de réalisation des adoptions par les avocats. Seule une partie d’entre eux a rompu radicalement avec les schémas d’action qui tendaient à associer la médiation de l’adoption internationale à un « geste d’amour », au « salut des enfants ». Ces avocats ont développé un travail méthodique de captation d’enfants, dans leur propre ville, dans d’autres petites villes où même en allant les chercher dans les municipalités d’autres Etats. Dans les capitales, ils ont créé de véritables réseaux d’information, aux portes des hôpitaux publics et dans les centres sociaux des quartiers périphériques, où ils payaient leurs informateurs pour chaque enfant découvert8.

37Ces pratiques ont généré des représentations de l’adoption internationale au Brésil que l’on peut résumer comme suit : l’adoption internationale est associée à « l’envoi massif » d’enfants brésiliens à l’étranger en toute « illégalité ». Elle est systématiquement « entachée d’irrégularités et de crimes ». Les enfants sont « commercialisés » pour des « milliers de dollars » de façon « immorale ».

38Il y a également eu une rupture du point de vue de la logique utilisée. Alors que l’adoption internationale réalisée « artisanalement » peut être comprise comme le fruit d’un modèle traditionnel utilisé pour l’adoption entre Brésiliens, l’industrie de l’adoption internationale rompt avec cette compréhension, en montant un schéma porteur de toutes les caractéristiques d’une entreprise commerciale. En ce sens, ces pratiques s’opposent radicalement à la méthode traditionnelle utilisée dans l’adoption nationale et reproduite en partie dans l’adoption internationale.

3.2. Le trafic d'organes

39Un autre élément extrêmement important dans l’étude de la genèse des représentations liées à l’adoption internationale, relève des discours sur le « trafic d’organes » d’enfants brésiliens, « adoptés illégalement » au Brésil, dans le but de leur retirer leurs organes et de les vendre aux patients du Premier Monde, opérés dans des « cliniques clandestines » en « Thaïlande » ou au « Maroc ». Avant tout, il est clair que l’existence réelle ou non d’un tel trafic dans l’adoption internationale importe peu. Les conséquences de ces discours se sont révélées très concrètes dans la construction des représentations du phénomène par la population brésilienne. Des articles copieusement publiés dans la presse brésilienne et internationale ont commenté ces « trafics ». Les titres et extraits d’articles donnent une idée de la façon dont ils ont été véhiculés à la fin des années 80 début des années 90 :

Des bébés sont utilisés comme cobayes

Sur un ton révolté, Moroni Torgan, [Secrétaire de la Sécurité Publique de l’État du Ceará] a révélé avoir reçu ces derniers jours des dénonciations sérieuses : des enfants brésiliens, surtout ceux qui quittent le Ceará, ne sont pas adoptés mais utilisés comme cobayes par les laboratoires clandestins en Europe et aux États-Unis. En effet, les recherches sur des cobayes communs ne donnent des résultats que lentement, alors que ces derniers s’obtiennent plus rapidement sur des êtres humains (...). J’ajoute avoir également reçu des dénonciations concernant des trafiquants qui tuent les enfants et revendent leurs organes à des riches en Europe (O Povo, 07/03/90).

Vampires d’enfants

La révélation du commissaire Romeu Tuma sur l’existence d’un gang de trafiquants d’enfants, aux ramifications internationales, liées au commerce d’organes pour les greffes, laisse la société stupéfaite (O Povo, 22/09/90).

40La première dénonciation de « trafic d’organes » à partir d’enfants adoptés a eu lieu en 1987, au Honduras, dans le journal La Tribune (02/01/1987), qui attribuait à Leonardo Villela Bermudes, secrétaire général de la Junta Nacional do Buenestar Social (l’équivalent de la DASS) l’affirmation que des enfants honduriens étaient emmenés aux États-Unis dans le but de vendre leurs organes. Le jour suivant, le secrétaire général écrivit au journal pour démentir l’information, en précisant qu’il avait seulement raconté que cette rumeur circulait entre les fonctionnaires de l’organisme (Campion-Vincent, 1992, p. 300). Cependant, la nouvelle fut publiée – sans le démenti de Bermudes – et fit le tour de l’Amérique Latine. Malgré son démenti, Bermudes a été fréquemment cité comme « témoin clef » du « trafic d’organes » par les journalistes occidentaux (par exemple, dans les éditions du 07/03/87 du Volksktrant en Hollande ou du 15/03/87 du Nin en Yougoslavie). A partir de là, la presse de l’ancien bloc communiste a répété la nouvelle de temps en temps, comme s’il s’agissait d’une nouvelle dénonciation, présentant toujours les USA comme « racistes envers les Américains du sud » ou comme des « cannibales » (voir par exemple la Pravda du 05/04/87).

41En décembre 1988, la télévision suisse réalise un reportage spécial sur le sujet et montre les principaux accusateurs – ou pseudo-accusateurs – niant ces informations (Campion-Vincent, 1992, p. 303). Différentes missions d’organismes internationaux ont réalisé des enquêtes pour tenter de vérifier la véracité de ces dénonciations. En 1988, la Fédération Internationale des Droits de l’Homme a réalisé une expertise sur la question et son porte-parole a déclaré « n’avoir pu réunir aucune preuve de la réalité d’un tel trafic ». À deux reprises (le 11 juillet 1988, puis le 12 juin 1989), le secrétaire général de l’ONU a affirmé que « les informations sur ce sujet sont improbables » (cité par Trillat et Nabingen, 1991, p. 21). L’investigation la plus longue sur le sujet fut réalisée par J.R. Van Loon, au service de la Conférence de La Haye du Droit International Privé et relatée dans le rapport sur l’Adoption d’Enfants d’Origine Étrangère. Van Loon affirme l’impossibilité de réunir des preuves sur ce « trafic d’organes » (p. 91). En revanche, ce rapport dénonce les « irrégularités de l’adoption internationale », motivées par un « grand trafic d’enfants ». Beaucoup de ces nouvelles de trafic d’organes d’enfants ont été affirmées puis démenties. La presse a surtout divulgué des informations alertant contre les « abattoirs d’enfants brésiliens », sortis du pays au travers de l’adoption internationale.

42Il me semble que ces récits dans la presse furent très importants dans la construction des représentations. Si le « trafic d’organes d’enfants innocents » (« dépecés », « découpés », « morts », « transformés en cobayes » etc.) est possible, pourquoi ne pas donner crédit au « commerce de bébés » en relation aux couples qui adoptent ? Si la première hypothèse se confirme, elle ouvre la porte pour croire à l’autre. En témoigne la crainte fréquente chez des techniciens de la justice que les enfants qui sortent du Brésil courent des « risques vitaux ».

Je ne sais pas si cette histoire d’adoption internationale est très saine. Aujourd’hui, ça va peut-être mieux. Mais j’y ai participé il y a quelques années. Il y avait des dénonciations de trafic et de vente d’enfants pour le trafic d’organes... On dit qu’il y a des cas d’enfants brésiliens adoptés et emmenés au Paraguay, puis envoyés en Thaïlande, au Maroc, que sais-je encore... C’est pourquoi je ne suis pas très favorable à l’adoption internationale.

43Ce type de témoignage montre bien l’amalgame opéré entre « le trafic d’organes », les adoptions « irrégulières » et « l’intérêt de l’enfant » à rester au Brésil. Pour moi, l’une des phrases qui définit le mieux cette situation est celle d’un député brésilien chargé d'enquêter sur le trafic d’organes : « je préfère un enfant vivant dans une favela qu’un enfant mort en France ».

Bibliographie

Bibliographie

ABREU D., (1994) : Adoption et aide humanitaire : stérilité biologique, fécondité sociale et parenté s symbolique, D.E.A. de Sociologie et Sciences Sociales, Université Lumière-Lyon II.

BLOCH F., BUISSON M., (1994) : « La circulation du don entre générations ou comment reçoit-on ? », Communications, N. 59. Paris.

BLOCH F., BUISSON M., (1996) : « Les échanges », La famille en question, Paris, Syros.

CAMPION-VINCENT V., (1992) : « Bébés en pièces détachées : une nouvelle "légende" latino-américaine », Cahiers internationaux de sociologie, V. XCIII.

COSTA C., (1988) : Os « filhos do coração » : adoção em camadas médias brasileiras, Tese de doutorado em Antropologia Social, Museu Nacional, UFRJ.

DIÁRIO DA ASSEMBLÉIA NACIONAL CONSTITUINTE, (1987) : Ata da 13 Reunião Ordinária. 06/05/1987, Câmara dos Deputados.

FONSECA C., (1995) : Caminhos da adoção, São Paulo, Cortez.

GODELIER M., (1996) : L'énigme du don, Paris, Fayard.

LAPLANTINE F., (1989) : « Anthropologie des systèmes de représentations de la maladie », in JODELET D. (Dir.) Les représentations sociales, Paris, PUF.

MAUSS M., (1950) : Sociologie et anthropologie, Paris, PUF.

OUELLETTE F.R., (1995) : « La part du don dans l'adoption », Anthropologie et société, vol. 19, No 1 et 2.

TRILLAT B., NABINGER S., (jan./fev. 1991) : « Adoption internationale et trafic d'enfants : mythes et réalités », RIPC.

VAN LOON J.H. A., (1990) : « Rapport sur l'adoption d'enfants originaires de l'étranger ». Conférence de la Haye de Droit International Privé, La Haye, Bureau Permanent de la Conférence.

Notes

1 L’une des figures centrales du travail de placement d’enfant dans des familles de substitution a été, et est encore, une personne que l’on appelle cigogne. Il s’agit en général de femmes, maîtresses de maison ou de profession libérale, appartenant aux classes moyennes ou hautes de la société, qui localisent les enfants disponibles pour l’adoption d’un côté, et qui, de l’autre, essaient de trouver des personnes disposées à les adopter (Costa, 1988, p. 101).

2 L’une des œuvres réalisées par une cigogne brésilienne que j’ai pu connaître se situait à la périphérie d’une grande ville. Il s’agissait d’une école privée qui recevait environ cinquante enfants. Le goûter était fourni par la mairie de la ville, les familles des élèves collaboraient au fonctionnement de l’école, mais les salaires des professeurs et des employés de l’école, ainsi que l'achat de l’immeuble et son entretien étaient de la responsabilité de la cigogne, grâce à l’aide des adoptants étrangers qui avaient eu recours à ses services pour adopter.

3 Une fois, nous (l’avocat, l’interprète, le couple, l’enfant et le sociologue) sommes arrivés au tribunal pour un jugement d’adoption. Il était encore tôt et nous avons attendu l’arrivée du juge. À midi, nous n’avions pas encore été reçus. Nous sommes revenus après le déjeuner et avons su que le juge était déjà arrivé (car « son veston était sur la chaise » comme nous l’a expliqué le garde). Le couple sourit et me dit en français : « pourquoi au Brésil, ne préviennent-ils pas de l’heure de l’audience ? » À quatre heures de l’après-midi, le couple est informé que le juge ne peut plus les recevoir, car il doit sortir pour un « rendez-vous très important ». Le couple me demande de nouveau en français « et un enfant, ça n’est pas important ? ». Le jour suivant, nous revenons (l'interprète se prépare à gagner une nouvelle journée de salaire). Le juge arrive à dix heures. À midi, il prévient que tous doivent revenir le jour suivant. Le troisième jour, le couple est reçu et l’adoption est réalisée.

4 Pour plus d'information sur l'usage du concept de représentation, voir Laplantine (1989).

5 D’autres vont parler de « nouveaux négriers », comme l’explique le juriste Albegaria, condamnant cette forme « d'adoption massive » (1990, p. 220).

6 Il est clair que ce que j’appelle troisième phase n'a qu’une correspondance partielle avec la chronologie exacte des événements. Ces trois phases se mélangent et leur séparation est liée aux nécessités didactiques de l’exposé.

7 Sur les honoraires des avocats, un long débat fut engagé durant les premières années de l’adoption internationale. Cependant, depuis août 1999, tout nouveau jugement d’adoption internationale au Brésil ne peut plus être représenté par un avocat, conformément à la mesure de la Convention Internationale de La Haye envers l’adoption internationale.

8 Un avocat qui s’était positionné contre ces pratiques m’a raconté un exemple « typique » d’avocat de cette « industrie », celui d’une femme qui « découvrait l’enfant » et « l'emmenait dans une crèche privée », comme s’il avait « été abandonné ». En même temps, elle se mettait « en relation avec un couple d’étrangers ». Le mari de cette femme était « médecin » et savait toujours « où trouver une femme voulant donner son enfant ». Le médecin persuadait la mère biologique de lui confier l’enfant (à lui et non à un adoptant brésilien), en disant que l’enfant serait « mieux dans le Premier Monde », qu’il serait « éduqué et aimé » par une « bonne famille » etc. La fille de cette femme, qui était interprète, « recevait de l’argent » pour les « traductions nécessaires aux couples ».

Auteur

Professeur à l’Université Fédérale du Ceará (Fortaleza. Brésil).

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search