Version classiqueVersion mobile

Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes

 | 
Jean-Baptiste Martin
, 
Nadine Decourt

Circulations de la parole - Migrations de l'imaginaire

La fable transposée dans les Contes populaires de Paul Stevens

Jean-Pierre Pichette

Texte intégral

I. À propos de l’auteur et du titre de son ouvrage

  • 1 P. Stevens, Contes populaires, Ottawa, G.-E. Desbarats, 1867, XIII-253 pages.
  • 2 É.-Z. Massicotte, « Paul Stevens, fabuliste et conteur », dans le Bulletin des recherches historiq (...)
  • 3 P. Stevens, Fables, Montréal, John Lovell, 1857, 119 pages.
  • 4 Dans l’Artiste (Montréal, vol. 1, no 1, 18 mai 1860, p. 16), l’auteur s’annonce ainsi : « Paul Ste (...)
  • 5 Dans la section des « annonces » du dernier numéro de l’Artiste (Montréal, vol. 1, no 1, 18 mai 18 (...)

1En 1867, paraît à Ottawa le recueil Contes populaires sous le nom de Paul Stevens1. Parce qu’il portait un patronyme « très répandu en Grande-Bretagne et aux États-Unis », on s’est d’abord demandé si cet auteur n’était pas « d’origine anglo-saxonne2 ». Il n’en est rien. Né à Namur, en Belgique, le 1er mai 1830, Paul Stevens fait des études à l’Université de Bruxelles et, pour une raison inconnue, émigre au Canada avant juillet 1854. Il se marie à Berthier-en-Haut (Berthierville) en 1855 où il exerce la profession d’instituteur. En 1856, il collabore aussi à plusieurs journaux de Montréal et de Québec auxquels il soumet les apologues qui formeront le recueil Fables3, publié en 1857. Il poursuit sa carrière d’enseignant au collège de Chambly puis à Montréal où il participera plus assidûment, par ses écrits et ses conférences, aux activités de l’Écho du cabinet de lecture paroissial4. C’est dans ce périodique que, de 1859 à 1866, il présentera la plupart des récits réunis dans ses Contes populaires et qu’il entretiendra, entre 1864 et 1865, une chronique sur l’histoire du Canada, « Esquisses nationales5 ». Il est alors précepteur des familles Chaussegros de Léry et Saveuse de Beaujeu à Coteau-du-Lac. Il meurt à cet endroit le 29 octobre 1881 à l’âge de 51 ans.

  • 6 Massicotte, ibid., p. 373, écrit « Jacob ».
  • 7 Aurélien Boivin, « Stevens, Paul », dans le Dictionnaire biographique du Canada, vol. XI. De 1881 (...)

2Paul Stevens était donc d’origine belge. Mais son patronyme révélerait une ascendance flamande plutôt que wallonne. Son père, Jacques6 Joseph – Stevens, fut entrepreneur de travaux publics puis chef de bureau au ministère de la Guerre à Bruxelles ; sa mère, qui s’appelait Adélaïde-Rose-Josèphe Wautier7, était sans doute wallonne. Ainsi, cet écrivain a peut-être hérité, par son père ou par son milieu bruxellois, d’une culture orale flamande et, fort probablement par sa mère, de la culture orale et de la langue française dont il fit d’ailleurs son mode d’expression. On peut encore supposer que ses études universitaires l’avaient initié à la littérature française puisqu’il enseignera et la littérature et la langue française au Canada. En outre, son intégration à la culture canadienne-française, par son mariage avec Marie Valier, dit Léveillé, à Berthier-en-Haut, le 10 mai 1855, et les 27 années qu’il y vivra jusqu’à sa mort, l’auront certainement familiarisé avec les traditions françaises d’Amérique.

  • 8 Treize récits ont été publiés, entre le 15 mai 1859 et le 1er mai 1866, dans cette « revue religie (...)
  • 9 The Types of the Folktale. A Classification and Bibliography. Antti Aarne's Verzeichnis der Märche (...)

3Comment entendre le titre de Contes populaires qu’il a donné à son livre ? De quels types de contes s’agit-il ? Les ethnologues ou folkloristes, comme on les appela d’abord, ont donné à cette expression, depuis l’invention de la littérature orale au XIXe siècle, une acception bien précise que Stevens ne pouvait connaître ni prévoir au moment où il réunissait les récits antérieurement préparés pour L’Écho du cabinet de lecture paroissial de Montréal8. À la définition habituelle des contes, ces « récits imaginaires destinés à distraire », les folkloristes ont ajouté « transmis par la tradition orale ». Dès le milieu du XIXe siècle, des passionnés de littérature orale en avaient compilé des recueils et des analystes en avaient reconnu les ramifications internationales. Au début du XXe siècle, Antti Aarne créa une typologie des contes et constitua les premiers catalogues nationaux. La mise à jour en 1928 de ce système de classification par son continuateur Stith Thompson et sa révision en 1961 le propagèrent mondialement et en font aujourd’hui, malgré ses imperfections, un outil nécessaire et si généralement accepté qu’on en prépare à Göttingen une troisième révision9. Un siècle environ après sa création, le catalogue international propose une division des contes en quatre grandes catégories : 1) les contes d’animaux (1-299) ; 2) les contes courants (300-1199) eux-mêmes subdivisés en contes merveilleux (300-749), contes religieux (750-849), contes réalistes (850-999) et contes du géant ou de l’ogre stupide (1000-1199), sorte de doublet des contes animaliers ; 3) les contes facétieux (1200-1999) et 4) les randonnées (2000-2399).

4Sans que Paul Stevens n’ait élaboré sur la provenance de ses histoires, l’analyse révèle clairement que douze d’entre elles, sur les seize que compte son recueil, trouvent rapidement leur niche dans le système international des types d’Aarne et Thompson (TABLEAU 1). Si sa compilation ne contient aucun conte d’animaux ni aucune randonnée, sept contes courants, comprenant deux contes merveilleux, un conte religieux et quatre contes réalistes, y figurent auprès de cinq contes facétieux. C’est donc dire que le titre dont il a coiffé son ouvrage ne trompe pas sur son contenu, qu’il est tout à fait exact et même toujours d’actualité.

  • 10 L. Fréchette, Contes de Jos Violon. Présentés par Victor-Lévy Beaulieu, notes de Jacques Roy, illu (...)

5En cela, Stevens innovait sur ses contemporains. A la différence de la plupart des écrivains canadiens-français du XIXe siècle, qui ont préféré les légendes, bien ancrées dans le sol laurentien par leurs actions fantastiques, leurs personnages de chair et d’os situés dans un espace et un temps connus, et propres à élaborer une littérature nationale, Stevens n’a publié aucun récit de croyances dans ses Contes populaires. Par comparaison, les récits du plus célèbre des écrivains de son temps, Louis Fréchette, qu’on a réédités sous le titre Contes de Jos Violon10, une dénomination impropre pour l’ethnologue, se limitent exclusivement à des anecdotes légendaires, c’est-à-dire tantôt des mystifications ou fausses légendes qui ne contiennent aucune intervention du surnaturel, tantôt des légendes véritables, tantôt enfin un mélange des deux, car Fréchette y livre parfois le point de vue opposé de deux groupes de témoins. En fait, trente ans avant le recueil d’Alcée Fortier, dont les contes louisianais de 1895 satisfaisaient aux normes des premiers folkloristes, Paul Stevens avait donné aux Français d’Amérique un premier livre d’authentiques contes tirés du fonds traditionnel, choisis pour leurs qualités morales, mais revêtus du « suisse » des collégiens. Comme son maître La Fontaine, qui ne prétendait pas être l’inventeur de toutes les fables que son génie avait ciselées, Stevens s’est autorisé à traduire, dans une mise en scène littéraire, ce que la tradition lui présentait.

6En plus des douze contes de source populaire, dont nous examinerons ici quelques échantillons, Paul Stevens a inclus dans son recueil quatre autres récits bien différents, de son invention fort probablement. Ce sont des narrations à caractère exemplaire qui s’imbriquent parfaitement dans le discours de l’élite canadienne de son temps contre la séduction de l’émigration étatsunienne (« Pierre Cardon », « Pierre Souci dit Va-de-boncœur »), l’alcoolisme (« Pierre Cardon »), l’ambition démesurée des familles en regard des principes de l’économie domestique (« Les Deux Voisins ») et les dangers de la mode chez les femmes (« Pierre Cardon », « Crinoline »). En contrepartie, de telles mises en garde contre ces mirages élèvent au rang de vertus nationales l’attachement au sol, la bonne éducation des enfants et le respect des valeurs familiales, tout comme la réussite que procure un honnête travail dans le commerce ou l’agriculture.

II. À propos de ses sources

  • 11 Maurits de Meyer, Le Conte populaire flamand. Catalogue analytique et répertoire des épisodes et é (...)
  • 12 George Laport, Les Contes populaires wallons, Helsinki, Academia Scientiarum Fennica, « Folklore F (...)
  • 13 Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze, Le Conte populaire français. [Catalogue raisonné des versions (...)

7De quelles sources alors l’auteur a-t-il tiré ses contes authentiquement populaires ? De sources littéraires ou de sources orales ? Si, comme nous le supposons, ils sont pour la plupart de sources orales populaires, desquelles s’agit-il : des traditions flamandes ? wallonnes ? françaises ? des traditions canadiennes-françaises ? ou des unes et des autres à la fois ? Heureusement, pour démêler cet écheveau, nous disposons d’un certain nombre d’outils : d’abord, les indications fort parcimonieuses du compilateur ; ensuite, des catalogues nationaux de contes populaires : celui de Maurits de Meyer pour les contes flamands11, celui de George Laport pour les contes wallons12, celui de Paul Delarue et de Marie-Louise Tenèze pour la France et la francophonie13, et celui, toujours inédit des Archives de folklore de l’université Laval, compilé par Luc Lacourcière et Margaret Low, pour le Canada français.

8Pour les fins de cet exposé, nous limiterons notre recherche des sources populaires des contes de Stevens à trois cas seulement que nous avons soumis à la comparaison : « Les Trois Diables », un conte merveilleux (Aa.-Th. 330) ; « Les Trois Souhaits », un conte religieux (Aa.-Th. 750 A) ; et un conte facétieux : « Il ne faut jamais remettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même » (Aa.-Th. 1641 C*) (TABLEAU 2).

III. Analyse des contes

  • 14 « III. Les Trois Diables », Contes populaires, 1867, p.p. [49]-65.

9A. Voyons d’abord le conte merveilleux : « Les Trois Diables14 ».

Travailleur, le cordonnier Richard ne manque pas d’ouvrage ; pourtant, même sans enfant, il n’est pas riche parce que sa femme boit depuis 30 ans. Celle-ci se lassa pourtant de chercher l’argent que son mari cachait pour l’empêcher de boire et elle invoqua le diable qui, en échange de son âme, lui procura tout le rhum qu’elle pouvait boire pendant un an. Deux jours plus tard, Saint Pierre, déguisé en pauvre, accorde à Richard les trois souhaits qu’il formulera en reconnaissance de la charité qu’il a manifestée à son endroit : un banc duquel on ne peut se lever sans sa volonté, un violon qui fait danser bon gré, mal gré, et un sac d’où rien ne sortirait sans son bon plaisir. Au terme d’un an et un jour, le diable vient réclamer la femme de Richard. Ce dernier l’invite à patienter un moment et lui propose son banc magique sur lequel le diable demeure, malgré tous ses efforts, cloué ; au bout de neuf jours, le cordonnier le libère après l’obtention d’un sursis d’une année pour sa femme. À la fin de la deuxième année, un deuxième diable se présente et, prévenu, refuse le banc offert. Richard, prenant son violon, fait alors danser une polka au diable qui, complètement éreinté après douze jours de ce supplice, consent à reporter encore la sentence. Le troisième diable, l’année suivante, évita le banc et le violon. Cette fois, Richard flatta son orgueil en l’incitant à se métamorphoser en rat, ce que le diable fit sur-le-champ. Richard le fourra dans son sac magique et le confia au forgeron et à son apprenti qui, pendant quinze jours, le battirent sans arrêt. Les os rompus, le diable abandonna alors tous ses droits sur l’ivrognesse. Celle-ci mourut peu après et se retrouva en enfer. Puis ce fut au tour de Richard. Saint-Pierre lui ferma le paradis parce qu’il ne l’avait pas souhaité en son temps. Mais les diables refusèrent de lui ouvrir. Menacés du banc, du violon et du sac magiques, ils libérèrent les âmes de cent personnes en plus de celle de la femme du cordonnier. Puis Richard, voyant que la porte du paradis était entrouverte, s’y précipita avec sa charge.

  • 15 Contes populaires, op. cit., p. 65.

10Ce conte merveilleux (Aa.-Th. 330) est fort bien connu dans la tradition orale des pays ici en cause : la Belgique flamande en possède 39 versions et la Wallonie, trois, tandis que la France en affiche 92 et le Canada français, 71 versions. Toutes les versions européennes diffèrent à plusieurs points de vue du récit de Paul Stevens. En Europe, le héros est généralement un forgeron ou un maréchal-ferrant, jamais un cordonnier ; il se nomme parfois Misère, Pipette ou Laramée, mais jamais Richard ; les dons qu’il reçoit, quand ils sont au nombre de trois, comprennent presque toujours un siège et un sac avec un arbre fruitier qui retiennent celui qui les touche ; quelques rares versions françaises, de la Bretagne et du Poitou principalement, portent un violon, un sifflet, une flûte ou une pipe qui fait danser. En Amérique française cependant, le héros est ordinairement un cordonnier, plus rarement un forgeron ; il se nomme tantôt Pipette, Tipette ou Pépette, parfois Fédérico, mais tout aussi souvent Richard. Les souhaits obtenus se composent normalement d’un banc, d’un violon et d’un sac magiques. De plus, le cordonnier a parfois une épouse ivrognesse, ce qu’on ne rencontre pas dans les versions européennes considérées. Enfin, une quinzaine de versions canadiennes s’intitulent justement « Richard le cordonnier » ou contiennent ces mots séparément ; sept autres versions portent le même titre que la version de Stevens, « les Trois Diables », alors que les titres européens les plus rapprochés sont « le Diable et le forgeron (ou le maréchal-ferrant) ». Compte tenu de toutes les particularités que le conte des « Trois Diables » possède (le nom et l’occupation du héros, l’ivrognerie de son épouse, la présence du violon magique et jusqu’à son titre même), nous pensons que la narration qui a inspiré Paul Stevens ne peut être que d’origine canadienne. Cette déduction s’accorde parfaitement avec la toute dernière phrase du récit où l’auteur parle ironiquement de « l’exactitude de cette étonnante et véridique histoire », mais où il regrette de n’avoir pu la « raconter mieux, et surtout avec ces gestes inimitables dont [s]on ami Blanchard semble avoir seul le secret15, » révélant ici le patronyme très canadien-français de son informateur.

  • 16 Contes populaires, op. cit., p.p. 1191]-198 [Conte en vers].

11B. Considérons maintenant un récit appartenant à la catégorie des contes religieux : « Les Trois Souhaits16. »

Pierre, qui est bûcheron, et sa femme Josette forment un couple pauvre, mais heureux. Un soir que, causant près du feu, Josette rêve d’être dame, une fée leur apparaît qui leur accorde la réalisation de trois souhaits. Le couple prudent décide d’y réfléchir durant la nuit avant de prendre une décision. Mais, en faisant du feu, Josette désire du boudin par mégarde. Aussitôt, le plus beau boudin tombe de la cheminée. Dans sa colère, Pierre souhaite alors que cette fameuse tripe pende au bout du nez de la gourmande : ce deuxième vœu est tout aussi vite comblé. Pour ne pas gaspiller leur dernier souhait, le mari songe à demander un trésor, quitte à cacher dans un étui d’or le nouvel appendice de sa compagne. Mais Josette, désespérée, menace de se jeter à l’eau et Pierre doit lui abandonner son dernier vœu. « Que ce boudin me tombe », commanda-t-elle. Ce qui fut fait. Et le couple jugea que la fée s’était bien moquée d’eux.

  • 17 Laport, op. cit., p.p. 72-73 ; De Meyer, op. cit., p. 87 ; Delarue-Tenèze, op. cit., T. 4-1, p. 12 (...)

12Comme le précédent, ce conte, connu sous le nom des « Souhaits ridicules » (Aa.-Th. 750 A) par la version en vers qu’en donna Charles Perrault en 1693, est bien attesté tant en Europe qu’en Amérique française : sept versions flamandes, deux wallonnes, treize françaises et quatorze canadiennes. Normalement appliqué à un seul couple, parfois à deux, dont le premier s’est enrichi par ses dons bien employés, ce récit contient une série de trois ou de quatre souhaits : le premier souhait, toujours fait par inadvertance, porte tantôt sur un plat de saucisses ou une aune de boudin qu’on désire manger, tantôt sur le fond ou une patte qu’on veut réparer à la marmite17 ; le deuxième, formulé en réaction par le mari, fait coller l’objet souhaité inopinément au nez ou aux fesses de l’épouse, ce qui oblige le couple à utiliser le dernier souhait pour revenir, sans aucun profit, à la situation de départ.

  • 18 Les Contes de Perrault, texte intégral, suivis des contes de Mme d’Aulnoye et de Mme Leprince de B (...)

13Ici, le conte en vers qu’en a tiré Paul Stevens délaisse la tradition strictement orale pour s’aligner sur l’un de ses avatars littéraires, « Les Trois Souhaits », version reprise par Mme Jeanne-Marie Leprince de Beaumont (1711-1780) en 175718. Si le titre ne peut guère plus fournir qu’un bien faible indice de l’inspiration de Stevens, étant donné que plusieurs versions orales de la tradition française et de la tradition canadienne sont aussi coiffées du même, la comparaison synoptique est révélatrice d’un asservissement certain au texte littéraire, jusque dans les plus menus détails : notons d’abord la verbalisation des rêves du couple suivie de l’apparition soudaine d’une fée qui lui accorde les « trois premières choses » demandées avec la mise en garde qu’après cela elle ne leur accordera rien de plus ; ensuite, le même embarras du couple, dont l’épouse voudrait « être belle, riche et grande dame » et dont le mari voudrait y joindre « de la santé, de la joie et une longue vie », ce qui mène à la conclusion qu’il faudrait bien « une douzaine de dons » pour le contenter et sur le report de ses choix au lendemain ; de même, la réaction similaire du mari qui, pour éviter de gâcher le voeu ultime, propose de demander « de grandes richesses » et de « faire faire un étui d’or pour cacher ce boudin » se heurtant à la menace de l’épouse de se « jeter par la fenêtre » s’il ne lui remet pas le dernier souhait ; enfin, la constatation identique que « la fée s’est moquée de nous » et la décision de manger le boudin « puisqu’il ne reste que cela de nos souhaits ». Ainsi, en dehors de la mise en vers de ce conte, les ajouts de Stevens à son modèle littéraire se limitent à des attributs accessoires : l’invention des prénoms de ses personnages, Pierre et Josette, et la précision de leur occupation de bûcheron et de fileuse.

  • 19 Contes populaires, op. cit., p.p. 11731-181.

14C. Enfin, un conte facétieux mérite un commentaire : « Il ne faut jamais remettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même19. »

Au cours d’une excursion à la Pointe-Lévy, l’auteur est surpris par l’orage et se réfugie dans une maison de ferme. Son hôte l’accueille bien et le fait passer au salon où une maxime encadrée au mur retient son attention : « Il ne faut jamais remettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même ». L’homme lui raconte alors que son père, de Saint-Lazare, se rendit un jour à Québec pour obtenir une « consulte », car tous ses voisins se vantaient des bénéfices qu’ils en avaient retirés. L’avocat qu’il consulta, voyant qu’il n’avait aucune plainte à formuler, lui remit pour une piastre un billet contenant cette sentence. Le maître d’école de son village lui en donna lecture et, malgré la chaleur accablante, il se mit aussitôt au travail pour rentrer son grain. Heureusement, car la tempête qui s’éleva durant la nuit aurait détruit sa récolte. L’homme fit encadrer sa « consulte » et la légua à son fils.

  • 20 Remacle, « Deux Contes. I. Ni maie rimett’ po d’main çou qu’on pout fer l’mêm’ jou » [Ne jamais re (...)

15Il s’agit d’un conte à rire (Aa.-Th. 1641 C*), qui appartient au cycle des « accidents heureux ». Ce conte n’a pas été recueilli au Canada non plus qu’en France ni en Belgique flamande. On n’en connaît qu’une seule version, très voisine de celle de Paul Stevens, et elle est wallonne20. Parmi les divergences notables, signalons les éléments suivants qui appartiennent en propre à la version wallonne, plus courte, versifiée par un certain Remacle : report au lendemain de la rentrée du foin annoncé au valet ; lecture du document de l’avocat par une jeune femme, du nom de Thérèse, qui grogne ; rentrée immédiate du foin quand le paysan entend la lecture de l’avis. La version Stevens possède aussi plusieurs traits particuliers : recherche d’une « consulte » d’avocat comme celles qui avaient rapporté tant de bénéfices à ses voisins ; lecture de la « consulte » par le maître d’école ; rentrée sans report du foin coupé ; encadrement de la parole de l’avocat et legs à son fils ; insertion de cette histoire dans un récit fait à l’auteur par un paysan qui l’avait hébergé un jour d’orage.

  • 21 Contes populaires, op. cit., p. 178.
  • 22 Une légère variation cependant dans le titre : « ce que l’on peut faire » est devenu « ce qu’on pe (...)
  • 23 L’Écho du cabinet de lecture paroissial, Montréal, vol. 6, no 14, 15 juillet 1864, p. 222.

16Compte tenu qu’elle n’a jamais été relevée au Canada, cette histoire de tradition orale aurait bien pu immigrer au Canada avec son auteur. Il n’est pas impossible non plus que Stevens ait lu la version Remacle, publiée en 1860, soit deux ans avant la première publication de sa version personnelle. Si tel était le cas, l’ironie de la chose serait que Stevens se soit donné la peine de placer son récit dans un contexte québécois, au « village de Pointe-Lévy », où il prétend l’avoir appris de gens originaires de Saint-Lazare, et de faire référence à la recherche de couleur locale qui avait cours : « Je tenais une histoire, une histoire "ayant la senteur du terroir laurentien", comme dit si bien M. Taché21. » Paul Stevens livra une variante de ce récit, portant le même titre22, dans L’Écho du cabinet de lecture paroissial du 15 juillet 1864, mais il ne la reprit pas dans l’édition de ses Contes populaires en 1867. Il pourrait bien être le véritable auteur de cette nouvelle version : « Il ne faut jamais remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour même23. »

Un marchand, en voyage d’affaires, s’arrête à une auberge. Son chapelet, qu’il avait omis de réciter avant d’aller au lit, glissa par terre. Malgré la noirceur, le froid et la fatigue, l’homme, pratiquant scrupuleux, ne voulut pas remettre ce devoir au lendemain et, sans hésiter, chercha l’objet sous le lit. Ayant découvert que quelqu’un s’y cache, il quitte la chambre qu’il verrouille avec soin, et revient bientôt avec du renfort pour cueillir le brigand armé jusqu’aux dents qui voulait attenter à sa vie. Le marchand se promit « de ne jamais remettre au lendemain ce qu’il pourrait faire le jour même ».

IV. À propos de la couleur locale

17À la différence de Louis Fréchette, qui transforme ses lecteurs en auditeurs des histoires de son conteur Jos Violon dont il tente de recréer le style oral, Paul Stevens destine ses contes à des lecteurs bien sages, des adultes, des jeunes gens, voire des écoliers – car il était enseignant – pour qui il dégage ses moralités. Aussi ne peut-il se permettre les écarts de langage de Fréchette qui, pour faire vrai, met dans la bouche de Jos Violon des mots populaires, des prononciations déformées, des anglicismes, des jurons, toutes licences soigneusement mises en évidence par la typographie afin de bien marquer son souci de réalisme et de couleur locale. La profession d’enseignant de Stevens l’empêche d’en faire autant, mais il n’aura pas moins recours à la langue populaire et à la couleur locale.

  • 24 P. Stevens, « Considérations générales », dans L’Artiste, Montréal, vol. 1, no 1, 10 mai 1860, p.  (...)

18Fréchette se sert de la légende, mais il l’habille du rituel et des formules d’ouverture et de clôture propres au conte. À l’inverse, Stevens emploie de véritables contes sans les encadrer du rituel populaire. Il en fait plutôt un récit moral. On croit parfois entendre le discours d’un prédicateur qui raconte un exemple ou une parabole pour illustrer sa thèse. Si la fortune de son œuvre est loin d’avoir atteint l’envergure de Louis Fréchette, l’examen de ses sources, rarement littéraires, révèle une inspiration de la tradition orale canadienne-française principalement et peut-être aussi wallonne. D’autre part, il nous semble que la recherche de la couleur locale était bien une préoccupation constante chez cet écrivain, qui tenta d’abord et ardemment de s’intégrer à la vie littéraire canadienne-française qu’il appelait « notre littérature24 ».

19Cette recherche se manifeste de plusieurs façons dans son recueil de contes. Tout premièrement par la localisation de la moitié de ses récits en contexte québécois et nord-américain : Jean-Baptiste Martin, qui marie sa fille à Pierre Cardon, est un traversier installé en bordure du Saint-Laurent (I) ; Pierre Souci, avant de s’exiler aux États-Unis, vivait dans la maison paternelle entre Saint-Sulpice et Lanoraie (VII) ; c’est au cours d’une excursion à la Pointe-Lévy, en face de Québec, que l’auteur apprend le récit d’une famille originaire de Saint-Lazare (X) ; l’anecdote qu’il consacre à l’enthousiasme des femmes pour la crinoline se situe dans un village éloigné de Montréal (XI) ; l’histoire de Fortuné Bellehumeur se passe entre Saint-Sulpice et Repentigny (XIII) ; les États-Unis apparaissent comme le lieu de la dépravation et de la déchéance de trois personnages qui font un séjour en Californie (I, IV, VII), à San Francisco, ou à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane (VII), et dans le surnom d’un autre, Télesphore le Bostonnais (XV) ; seule, l’histoire de trois frères Martin est située à Paris, après le retour des Indes de l’aîné (XVI). Il faut ici noter qu’en dehors des quatre ou cinq récits de son invention (I, IV, VII, XI et peut-être XVI), c’est un tour de force pour l’auteur de situer dans un cadre historique un véritable conte populaire, par définition un récit imaginaire dont le lieu, l’époque et les personnages ne sont que sommairement esquissés par des traits généraux puisqu'ils ne s’inscrivent pas dans la réalité historique de la légende.

20Ensuite et surtout, son souci de coloration laurentienne transparaît dans l’usage qu’il fait de mots et d’expressions de la langue populaire franco-canadienne : l’emploi de jurons : pardi, parbleu (qui nous semblent aujourd’hui plutôt littéraires), mais bateau, mille bateaux, mille noms d’un bateau ; d’invocations : sainte croix bénite, sainte Mère de Dieu, bonté divine ; l’emploi de mots tirés du lexique populaire : « tuque » (bonnet d’hiver), « catalogne » (tapis tissé), « habitant » (cultivateur), « emboucanné » (enfumé), « ceinture fléchée », « tourtière » (pâté de viande), « car[r[iole » (voiture d’hiver), « piastre » (monnaie du Canada), « blonde » (amoureuse), « s’adonner bien » (tomber à point), « serrer » (ranger), « tarlette » (imbécile), « pays d’en haut » (territoire au-delà de la rivière des Outaouais), « paré » (prêt, servi), « bled-d’Inde » (maïs), « mouillé » (trempé) ; la reproduction de rares prononciations populaires : ben (bien), fieu (fils) ; et d’expressions populaires : « beau dommage » (certainement) ; « se lever de travers » (de mauvaise humeur), « mettre sa main au feu » (jurer), « parler dans les termes » (avec des mots recherchés) ; « manger de la vache enragée » (vivre dans la misère), « capot d’étoffe du pays » (manteau d’hiver), « souliers de bœuf » (chaussure sans talon), « ce cheval m’allait comme une tuque au pied » (inconfortable) ; de plus, il cite des traditions populaires : des refrains traditionnels : « la Canadienne », « En roulant ma boule », « C’est la cocotte grise » ; et même un jeu de cartes : « jouer au major ».

V. La moralité des fables

  • 25 Jacques Blais, « Fables, de Paul Stevens », dans le Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec. (...)
  • 26 Œuvres complètes de La Fontaine. Nouvelle édition [...] par Louis Moland, Paris, Garnier frères, 1 (...)
  • 27 Cette préface reprend en grande partie un texte que Paul Stevens avait « déjà eu l’honneur de lire (...)

21Dans le Canada français du XIXe siècle, le carcan religieux étant particulièrement serré, il était de bon ton, sinon forcé, de relever ses travaux littéraires d’une épice morale. Pour Paul Stevens, la chose ne fut pas difficile. De formation classique, il s’était d’abord découvert une prédilection pour la fable, genre auquel il avait consacré son premier livre, Fables, où transparaissait l’influence de son modèle, Jean de La Fontaine25. Aussi ne faudra-t-il pas s’étonner que ce « fils adoptif du Canada » se propose des fins comparables à celles de son maître qui avait déjà avancé : « Je ne doute point, Monseigneur, que vous ne regardiez favorablement des inventions si utiles et tout ensemble si agréables ; car que peut-on souhaiter davantage que ces deux points ?26 » Stevens, dans la préface27 de ses Contes populaires, écrira à son tour :

Éclairer les esprits, ennoblir les cœurs, tels doivent être les deux buts de la littérature.
Tous les charmes de l’art d’écrire [...] doivent être employés à rendre les hommes meilleurs. [...] Tout littérateur[,] qui a la conscience de sa dignité, doit se regarder comme un soldat. Son devoir est de combattre le mensonge [...]. S’ils se proposaient tous la même fin, les littérateurs [...], de mille manières exerceraient un magnifique apostolat.

  • 28 Fables, op. cit., p.p. [116]-117.

22La fable et le conte étaient à ce point liés chez Stevens qu’il reprendra intégralement dans ses Contes populaires, avec de légères variations à deux vers, la fable « LXIII. La Fortune et Sylvain » qu’il avait publiée dans ses Fables dix ans plus tôt28. L’envoi de sa fable « XXVI. Le Coq et le chien » pourrait en outre conclure deux ou trois des récits de ses Contes populaires, tant le thème est identique :

  • 29 Ibid., p.p. [49]-52.

Pauvres gens qui courez vers de lointains climats / Sur les ailes de l’espérance, / Croyez-vous que votre indigence / Va s’y changer soudain en heureuse abondance / Quand vous ne savez même où diriger vos pas ?... / Voyez la triste destinée / De Moufflard périssant sous la griffe du loup... / Et n’oubliez jamais que toute âme bien née / Chérit son pays avant tout !...29

23D’ailleurs, la moralité de ses contes est constamment appuyée par une surenchère de formules sentencieuses, dogmatiques, et par quantité de proverbes. Au moins huit contes possèdent une, parfois deux maximes, citées en exergue, et, chez trois d’entre ceux-ci, elles forment aussi la conclusion. Ailleurs, ce sont des considérations sur la disparition de la franche gaîté devant la montée du progrès ou en présence de la fortune ; sur la déperdition des bons vieux usages et des saintes traditions ; sur l’abandon criminel de l’héritage paternel et la patrie, amèrement regretté par la suite, pour des gains chimériques ; souvent encore des leçons de sagesse qui finalement débouchent sur la résignation et l’acceptation de son sort, et sur la prépondérance du salut de son âme.

Conclusion

  • 30 Paul Stevens, « Sur la fable », dans L’Écho du cabinet de lecture paroissial, Montréal, vol. 2, no(...)

24Le 14 avril 1857, vers l’époque de la publication de son recueil d’apologues, Stevens prononçait une conférence sur la nature et l’histoire de la fable devant les membres du Cabinet de lecture paroissial de Montréal. Le texte en sera publié partiellement en 186030. Voyons comment il y distingue la fable du conte :

  • 31 ÉCLP, op. cit., p.p. 11-12.

Dans le sens primitif, fable est synonyme de conte. [...] L’usage cependant [...] s’est chargé de leur donner insensiblement une signification et une valeur tout à fait distinctes. Le conte en effet n’a été créé que pour divertir, et si par hasard il est moral, ce qui n’arrive pas souvent, témoins Bocace et Lafontaine, on a grand soin de lui accoler une épithète et de l’appeler « conte moral ». Ceci prouve à l’évidence que le conte moral fait exception dans le genre. [...] Donc la fable est non-seulement instructive, mais morale, essentiellement morale. Cela est tellement vrai, messieurs, que du moment que la fable est veuve de moralité, elle perd son titre glorieux de fable pour tomber dans la catégorie des contes. [...] Ainsi donc la meilleure et la plus courte définition de la fable sera celle-ci : / Une leçon de sagesse, cachée sous une image31.

25Si telle est la définition de la fable, c’est bien encore de fables – ces contes moraux qui comportent tous « une leçon de sagesse, cachée sous une image » – qu’il s’agit dans son recueil de contes. En dépit de cette moralité omniprésente, renforcée par de fréquents appels aux lecteurs, qui nous agacent et paraissent aujourd’hui artificiels et scolaires, le recueil de Stevens mériterait de sortir du purgatoire où on l’a relégué depuis sa parution en 1867. Si, au premier coup d’œil, ses récits témoignent de l’écriture compassée et de l’atmosphère ultramontaine d’un siècle révolu, ils constituent surtout les premières promesses d’une tradition orale sur laquelle on allait se pencher un demi-siècle plus tard. Ne serait-ce qu’à ce dernier titre, la réédition intégrale des Contes populaires de Paul Stevens est souhaitée, puisque cet ouvrage renferme la plus ancienne forme attestée de la tradition du conte populaire en Amérique française.

TABLEAU 1. Classement des contes de Paul Stevens selon la typologie internationale d’Aarne et Thompson

TABLEAU 1. Classement des contes de Paul Stevens selon la typologie internationale d’Aarne et Thompson

TABLEAU 2. Comparaison des contes de Paul Stevens selon les catalogues nationaux flamand, wallon, français et canadien-français

TABLEAU 2. Comparaison des contes de Paul Stevens selon les catalogues nationaux flamand, wallon, français et canadien-français
  • 32 La seule version canadienne connue est précisément celle de Paul Stevens.
  • 33 Les données entre crochets proviennent du catalogue Aarne-Thompson.

Note 3232
Note 3333

Notes

1 P. Stevens, Contes populaires, Ottawa, G.-E. Desbarats, 1867, XIII-253 pages.

2 É.-Z. Massicotte, « Paul Stevens, fabuliste et conteur », dans le Bulletin des recherches historiques, [Lévis ?], vol. 51, 1945, p.p. 373-374.

3 P. Stevens, Fables, Montréal, John Lovell, 1857, 119 pages.

4 Dans l’Artiste (Montréal, vol. 1, no 1, 18 mai 1860, p. 16), l’auteur s’annonce ainsi : « Paul Stevens, professeur de français et de dessin ».

5 Dans la section des « annonces » du dernier numéro de l’Artiste (Montréal, vol. 1, no 1, 18 mai 1860, p. 16), la publication en recueil de cette chronique semblait imminente, mais elle ne vit pas le jour : « Esquisses nationales, Dédiées au peuple Canadien, par Paul Stevens. Beau volume in-douze, magnifiquement imprimé, devant paraître à la fin du mois de juin. Prix de l’ouvrage, 75 cts ».

6 Massicotte, ibid., p. 373, écrit « Jacob ».

7 Aurélien Boivin, « Stevens, Paul », dans le Dictionnaire biographique du Canada, vol. XI. De 1881 à 1890, [Sainte-Foy], Presses de l'Université Laval, [1982], p.p. 943-944.

8 Treize récits ont été publiés, entre le 15 mai 1859 et le 1er mai 1866, dans cette « revue religieuse, scientifique, historique, littéraire et artistique », comme annonçait son sous-titre qui fut ensuite remplacé par « journal des familles ». De ce nombre, douze seront repris dans les Contes populaires.

9 The Types of the Folktale. A Classification and Bibliography. Antti Aarne's Verzeichnis der Märchentypen (FF Communications No 3) Translated and Enlarged by Stith Thompson. Second Revision, Helsinki, Academia Scientiarum Fennica, « Folklore Fellows Communications » 184, 1961, 588 pages.

10 L. Fréchette, Contes de Jos Violon. Présentés par Victor-Lévy Beaulieu, notes de Jacques Roy, illustrés par Henri Julien, [Montréal], L’Aurore, [1974], 143 pages ; Ibid., Contes de Jos Violon. Édition préparée, présentée et annotée par Aurélien Boivin, Montréal, Guérin, |1999|, XXXIII-119 pages.

11 Maurits de Meyer, Le Conte populaire flamand. Catalogue analytique et répertoire des épisodes et éléments des contes. « Motif-index », Helsinki, Academia Scientiarum Fennica, « Folklore Fellows Communications » 203, 1968, 183 pages.

12 George Laport, Les Contes populaires wallons, Helsinki, Academia Scientiarum Fennica, « Folklore Fellows Communications » 101, 1932, 144 pages.

13 Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze, Le Conte populaire français. [Catalogue raisonné des versions de France et des pays de langue française d'outre-mer : Canada, Louisiane, Îlots français des États-Unis, Antilles françaises, Haïti, Île Maurice, La Réunion], Édition en un seul volume reprenant les quatre tomes publiés entre 1976 et 1985, [Paris], Maisonneuve & Larose, 1997 : T. I, 11957, 1976], 393 pages ; T. II, [1964], XXVIII-731 pages ; T. III, [1976], XI-507 pages ; T. IV, premier vol., [1985], 313 pages. Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze avec la collaboration de Josiane Bru, Le Conte populaire français [Contes-nouvelles], Paris, Éditions du C.T.H.S., T. IV, deuxième vol., [2000], 229 pages.

14 « III. Les Trois Diables », Contes populaires, 1867, p.p. [49]-65.

15 Contes populaires, op. cit., p. 65.

16 Contes populaires, op. cit., p.p. 1191]-198 [Conte en vers].

17 Laport, op. cit., p.p. 72-73 ; De Meyer, op. cit., p. 87 ; Delarue-Tenèze, op. cit., T. 4-1, p. 122 ; AFUL, 4 v. consultées.

18 Les Contes de Perrault, texte intégral, suivis des contes de Mme d’Aulnoye et de Mme Leprince de Beaumont [présentés par] Bruno Bettelheim. Traduction de l’introduction et adaptation des contes par Théo Carlier, [Paris], Seghers, [1978], p.p. 253-255.

19 Contes populaires, op. cit., p.p. 11731-181.

20 Remacle, « Deux Contes. I. Ni maie rimett’ po d’main çou qu’on pout fer l’mêm’ jou » [Ne jamais remettre pour demain ce qu’on peut faire le même jour »], Bulletin de la Société liégeoise de littérature wallonne, Liège, vol. 3, 1860, p.p. 221 222 |texte de 28 vers en patois wallon ; un résumé figure en p. 201] ; George Laport, op. cit., p. 121 : type * 1594.

21 Contes populaires, op. cit., p. 178.

22 Une légère variation cependant dans le titre : « ce que l’on peut faire » est devenu « ce qu’on peut faire ».

23 L’Écho du cabinet de lecture paroissial, Montréal, vol. 6, no 14, 15 juillet 1864, p. 222.

24 P. Stevens, « Considérations générales », dans L’Artiste, Montréal, vol. 1, no 1, 10 mai 1860, p. 1.

25 Jacques Blais, « Fables, de Paul Stevens », dans le Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec. Tome premier. Des origines à 1900, sous la direction de Maurice Lemire, Montréal, Fides, 1978, p.p. 241-242.

26 Œuvres complètes de La Fontaine. Nouvelle édition [...] par Louis Moland, Paris, Garnier frères, 1877, Tome premier, p. 2.

27 Cette préface reprend en grande partie un texte que Paul Stevens avait « déjà eu l’honneur de lire en public, il y a quelques années, en guise d’introduction à [son] premier conte ». Mais elle n’est pas de lui, dit-il. Comme il n’indique pas le nom de son auteur et qu’« elle reproduit de tout point, notre manière de penser et d’agir », nous considérons ces propos comme les siens.

28 Fables, op. cit., p.p. [116]-117.

29 Ibid., p.p. [49]-52.

30 Paul Stevens, « Sur la fable », dans L’Écho du cabinet de lecture paroissial, Montréal, vol. 2, no 1,5 janvier 1860, p.p. 11-15. Voir aussi « Lecture de Paul Stevens, Ecuyer, sur la fable », dans La Minerve, 23 avril 1857, p.p. 1-2.

31 ÉCLP, op. cit., p.p. 11-12.

32 La seule version canadienne connue est précisément celle de Paul Stevens.

33 Les données entre crochets proviennent du catalogue Aarne-Thompson.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. Classement des contes de Paul Stevens selon la typologie internationale d’Aarne et Thompson
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/11636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre TABLEAU 2. Comparaison des contes de Paul Stevens selon les catalogues nationaux flamand, wallon, français et canadien-français
Légende Note 3232Note 3333
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/11636/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search