Version classiqueVersion mobile

Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes

 | 
Jean-Baptiste Martin
, 
Nadine Decourt

Présentation

Nadine Decourt

Texte intégral

1La littérature orale est un domaine qui a conquis, en deux décennies, une relative autonomie, comme l'attestent les Premières, puis les Deuxièmes journées d’étude organisées à Paris par le Groupe de Recherche en Littérature orale sous la responsabilité de G. Calame-Griaule et de V. Körög-Karady : Le conte : Pourquoi ? Comment ? (CNRS, 1984), D'un conte à l'autre... La variabilité dans la littérature orale (CNRS, 1990), auxquelles on peut adjoindre les journées consacrées au Renouveau du conte en France et ailleurs (CNRS, 1991). L’étude scientifique de la littérature orale a pris le relais des grandes collectes des folkloristes du XIXe siècle et du début du XXe qui ont présidé, en France et en Europe, à la naissance de l’ethnologie, tout comme ils ont contribué à frayer la voie aux nouveaux conteurs. Elle constitue une discipline carrefour ouverte sur des approches interdisciplinaires (littérature, linguistique, ethnologie, psychanalyse, histoire...) et embrasse une diversité de formes et de genres en perpétuel mélange et renouvellement, dont la dénomination intéresse tant ceux qui la pratiquent que ceux qui l'étudient et déborde sans cesse les tentatives de classification.

2Plutôt que de mettre en exergue l'objet conte, dont la prédominance s'explique de fait par la diversité et la fécondité de ses usages sociaux, culturels, épistémologiques, c'est la mouvance de textes non fixés, pour reprendre le terme du médiéviste P. Zumthor, que nous proposons ici à la réflexion, par-delà les expériences que chacun peut avoir d'un art trop facilement réduit à l'imagerie de la petite enfance. Si l'héritage de Charles Perrault et des frères Grimm est aujourd'hui bousculé, revisité par un retour inespéré à l’oralité, il n'en reste pas moins obéré par une tradition d’instrumentalisation éducative. « Le » conte a fini par désigner une sorte de domaine spécifique, au répertoire singulièrement étriqué, enfermé dans les limites d'un genre ad hoc : apprendre aux enfants à grandir, voire à lire et à écrire et aujourd'hui à parler. C'est pourquoi, nous nous éloignerons de l'outil, pour mieux le questionner.

3Paroles vivantes et mouvantes : la littérature orale est tissage de la mémoire, travail de la voix. Elle se transmet dans la singularité de la performance et se joue des limites et confins qui lui seraient tour à tour assignés, dans la longue durée de son histoire, par des chercheurs curieux de sa définition et des usagers friands de son efficience : entre l'oralité et l'écriture, la culture savante et les traditions populaires, le proche et le lointain, l'adulte et l'enfant, l'originalité et l'héritage... Dans l'effervescence de ses formes protéiformes, elle opère des liens, provoque des rencontres. La répétition n'y est pas le contraire de la variation, mais la condition même de son exercice. Le renouveau du conte en France et ailleurs multiplie les expérimentations in situ, les circulations des répertoires.

4Le colloque international Littérature orale : paroles vivantes et mouvantes, qui a eu lieu les 13, 14 et 15 mars 2002 pour partie à l'IUFM de Lyon, pour partie à l'Université Lumière-Lyon 2, s'est donc donné pour objet d'interroger, dans une approche anthropologique, les pratiques en cours, d'étudier un art de la relation et du passage où s'élabore une pensée métisse. Il s'inscrit dans la dynamique des programmes de recherche entrepris par l'équipe du Centre de Recherches et d'Études Anthropologiques (Université Lumière-Lyon 2) autour des questions de l'imaginaire et du patrimoine et plus particulièrement des travaux menés sur les transformations de l'oralité en situation migratoire. Pari de la rencontre, il s'est appuyé sur un réseau de partenaires, autour de deux institutions engagées dans les dynamiques de la parole : l'IUFM de l'Académie de Lyon et les Ateliers de la Rue Raisin de Saint-Etienne, liés par une longue pratique concertée d'ateliers contes, de séminaires, d'événements tels que les « Nuits du conte à l'IUFM ». Le Centre Jacques-Cartier a garanti une ouverture culturelle qui a fait trait d'union, côté Québec, entre les deux lieux d'accueil du colloque, le CREA d'une part, le réseau des Relations Internationales de l'IUFM de l'autre. De plus, le Québec a ouvert un espace francophone, où la question de la transmission du patrimoine inverse le sens des flèches migratoires qui nous est le plus familier et place les transformations des contes français hors des frontières habituelles de la nation et de la langue. D'autres exemples venus d'autres pays n'ont pas manqué : Brésil, Cuba, Hongrie, Maghreb, Grèce, le parti pris n'étant pas celui de l’exhaustivité, mais celui de la diversité, de l'hérétogénéité, de l'écart, du détour.

5Le premier aspect, dans cette perspective d'une poétique de la rencontre, dont les Actes se doivent de rendre compte, relève de la tâche impossible : comment rendre compte en effet par écrit du fait de performance, de la qualité des moments de conte qui ont rythmé le colloque et servi l'écoute ? Qu'il me suffise ici d'évoquer le contexte de ces journées, les aimantations de la parole qui en ont marqué le déroulement. Il s'agissait en effet tout d'abord de donner la parole à la Parole, au sens de la belle parole, la parole des conteurs, par une sorte de déontologie, ou plutôt de méthodologie non exempte d'une dimension éthique que l'on pourrait définir comme une exigence de mise en situation. Si, comme le souligne le chercheur J.-N. Pelen, parler du conte est une manière de conter et s'il y a là matière à être chercheur-conteur de ses travaux, qu'est-ce que le conte en bouche, dans l'instant même de la performance ? Comment agit-il hic et nunc ? Quel est ce phénomène de retour à l'oralité ou plutôt d'invention de nouvelles formes d'oralité qui traverse les sociétés occidentales et bouleverse les représentations et les idées reçues et nous réunit régulièrement ici ou là pour tâcher de comprendre ? Les experts ne sont-ils pas aujourd'hui ceux qui en sont les créateurs, à savoir les conteurs eux-mêmes dans l'extrême variété de leur statut et de leur style ? Ne sont-ils pas aussi les enfants qui s'approprient autrement un genre longtemps relégué dans les sphères de la littérature enfantine, eux qui sont invités aujourd'hui à entrer dans un travail de la voix et du corps, à trouver leur créativité propre ? Il importait donc de situer nos propos, de les ancrer dans la réalité d'une localité. Le prologue conté a réuni tous les protagonistes, à commencer par ceux-là mêmes qui ne pourraient suivre les autres journées : Anais, Marion, Alexis, Daniel et les autres, entrés dans le cercle des conteurs/écouteurs, élèves partenaires qui ont fait la démonstration, par leurs paroles naissantes, d'une vitalité conteuse, élèves d'école primaire (Lentilly) et de collège, venus de Lyon (collège Clément Marot), de Belleville, Firminy et Meximieux. Mimi Barthélémy n'a plus eu qu'à cueillir-accueillir ce public expert dans les tourbillons de quelques contes dont les formules et refrains ont entraîné une connivence ludique, une coopération éthique aussi dans cet échange ouvreur du conte haïtien : Honneur dit la conteuse, – Respect, répond l'auditoire. Un autre moment de contes a fait lien entre la première et la deuxième journée. Christine Adjahi a su transporter les participants de ce début de Nuit dans son village béninois avec ses chants et ses contes, Lila Khaled a tissé l'arabe et le français, Melisdjane Sezer (conteuse et danseuse orientale) nous a fait la surprise d'un conte turc, un conte d'amour, qui s'est terminé par une danse qu'elle a improvisée sur un poème dit en persan par Manijeh, la traductrice. Auparavant Evelyne Girardon avait irréversiblement ouvert le répertoire des chansons populaires et provoqué l’auditoire, époustouflé par la participation savoureuse de nos collègues québécois. Ainsi des frontières étaient brisées entre les générations, les genres, les catégories de personnes et de discours... dans la logique même des attentes de ce colloque.

6Il ne s'agissait pas pour autant de transformer les sessions en ateliers contés, chantés ou dansés, mais d'introduire dans le tempo drastique des communications savantes, le souffle d'une autre temporalité démultiplicatrice d'échanges. Peut-être avons-nous été d'autant plus sensibles au brio et à la verve des orateurs qui se sont eux-mêmes prêtés à l'art de la parole, mais je laisse le lecteur, à partir des seuls textes écrits, tenter ses propres alchimies interprétatives.

7Il est une autre exigence, liée à la première, que l'on peut espérer cependant plus lisible dans les Actes et dont je tâcherai ici aussi de rendre compte : celle de donner la parole aux acteurs de terrain, à ceux qui sont, au quotidien, les médiateurs, les passeurs d'entre les mondes, les « praticiens » ou « professionnels », dit-on encore, dont les réflexions revêtent la force du témoignage et ouvrent des chemins d'action. Ainsi M. Raynaud (Institutrice, La Maison du citoyen, Villeurbanne) et C. Larue Bernard (professeur, collège C. Marot, Lyon) ont-elles témoigné d'une expérience dans la longue durée de pratiques de médiations à partir du conte en milieu scolaire. Ainsi J.-P. Collos (responsable du Monde REEL, Vaulx-en-velin) et M. Vergne (La Forêt des contes en Vocance, Annonay) ont montré la part des associations investies dans les espaces intermédiaires entre l'école et les familles, les réussites et les difficultés qui donnent précisément le droit d'espérer dans la création de liens, là où pourrait l'emporter la haine et la violence qui accompagnent souvent la privation de la parole, le déni de l'accueil. Nous reproduisons ici leur texte écrit, tout en saluant au passage leur liberté de parole, celle dont Mariette nous a donné un vigoureux exemple : Bonjour, je suis Mariette Vergne. Je vais vous dire un tout petit mot pour peut-être expliquer certaines choses que moi je ne suis pas capable d'expliquer. Je suis petite fille de meunier du fin fond du Périgord et toute mon enfance a été bercée tous les soirs par des contes. J'ai eu une chance énorme (pause,) Parce que je m'en suis rendu compte plus tard, c'est ce qui fait tenir droit et qui permet de penser de façon quelquefois un peu différente, quand il y a des coups durs qui arrivent. Et peut-être que c'est ce qui m'a fait tenir dans mon métier d'enseignante où j'ai eu la chance de travailler très longtemps dans le même collège que Jean mais sous une forme différente. J'étais moi prof de sciences nat. comme on dit et j'avais une matière qui permettait beaucoup de raconter. On faisait des safaris dans la mousse, on cherchait sous le microscope le plus gros monstre de paramécie (rires dans la salle). Il y avait toujours des histoires de loup ou de petit bonhomme qui ne pouvait pas grandir ou de maternité qui se passait mal ou d'infanticide avec mes élèves de troisième quand je racontais comment, ben oui, les méthodes se faisaient dans les campagnes au début du siècle ou avant. Et c'est vrai que je prenais toujours un petit temps de racontage. Mais j'avais pas fait la liaison du tout et c'est quand j'ai pris ma retraite et que j'ai travaillé aux Ateliers du lundi dont vous parlait Jean. Moi, dans ma retraite ardéchoise je me suis mise à raconter parce que c'était un besoin urgent de permettre aux gens petits et grands de retrouver ce bonheur qu'on avait tous nous, enfants et grands, autour du grand-père qui racontait. C'étaient peut-être des moments très mythifiés je pense, mais qui étaient très précieux... Mariette enchaînera sur son travail dans un quartier d'Annonay avec des familles cambodgiennes et expliquera comment l'ardéchoise, de berceuses en chants d'amour et de mort sur fond de rizières, en est venue à entendre des contes merveilleux, entremêlés de récits de guerre, et à les raconter (un CD bilingue a même été réalisé à l'occasion des sixièmes journées du conte en Vocance).

8Quelle est cette parole des contes ? A-t-elle tout pouvoir ? Quel(s) pouvoir(s) ? Loin de prescrire et d'angéliser à propos d'un matériau déjà si suspect d'enfantillage dans les cultures où domine le prestige de l'écrit, le colloque s'est donné pour objectif d'ouvrir des espaces de confrontations, de provoquer des mises à distance, de multiplier l’exercice du décentrement.

9Les Actes que nous présentons ici suivent le déroulement du colloque, au rythme des quatre demi-journée consacrées chacune à un thème.

1. Les circulations de la parole ou les migrations de l’imaginaire

10Nous avons confié à C. Lacoste-Dujardin le soin d’introduire le thème des circulations de la parole à partir de la littérature kabyle et plus spécifiquement des contes. De ces derniers, elle a tracé la place singulière dans l’immense répertoire de la littérature orale, en a précisé les fonctions. Le concept de métissage a été interrogé à partir d’exemples concrets (un conte kabyle immigré, « Mqidech », qui s'apparente au conte universellement connu du « Petit Poucet » et un conte arabe, inspiré des Mille et Une Nuits, « Le fils de la veuve », un « Aladdin » kabylisé en quelque sorte, le premier raconté par une femme, le second colporté en milieu urbain et masculin. L’étude des transformations a permis de mettre en question les voies et les modalités d’un métissage inscrit dans une histoire au quotidien qui met en jeu les rapports du masculin et du féminin compte tenu de leurs contextes d’énonciation. Les femmes seraient-elles plus douées pour le métissage, suggère comme en douceur C. Lacoste-Dujardin ?

11La question du masculin et du féminin est également au cœur de la communication de V. Görög-Karady portant sur un conte africain « La fille difficile », l’un des contes les plus populaires de l’Afrique Noire. Ce conte, qui n’a pas son équivalent dans la classification internationale des contes, a fait l’objet d’un travail d’équipe mobilisant une dizaine de chercheurs qui ont entrepris l’expérimentation d’une méthodologie élaborée spécifiquement pour l’analyse de textes produits par les cultures de tradition orale et pour la détermination d’un conte-type à partir de la multiplicité de ses variantes. Là encore exemples à l’appui, V. Görög-Karady a montré, à travers la variété des séquences finales, comment s’expriment et s’affrontent les points de vue sur la grave question de la contestation de la coutume par une jeune femme, qui, en revendiquant le droit de choisir son conjoint, n’est pas sans remettre en cause le bien-fondé de la main-mise masculine sur la circulation des femmes. Pour plus de détails, le texte de la communication n’ayant pu nous parvenir à temps, le lecteur pourra se reporter à l’ouvrage édité par V. Görög-Karady et C. Seydou sous le même titre (Éditions du CNRS, 2001, cédérom inclus).

12Plus largement, I. Pordeus s’interroge, lui, sur la transculturalité du conte merveilleux dans les mythes afro-cubains, à travers les livrets et manuels de santeria. Il recense un matériau riche et varié, notamment en langue yoruba, qui témoigne de la plasticité des thèmes et des motifs, où orixas, hommes et animaux exercent un rôle magique et entrent dans des textes liturgiques, qui sont des aide-mémoire sans prétention littéraire. C’est à un autre type d’exploration que se livre en Amazonie brésilienne T. Valentin, à travers le réseau des récits où s’est trouvé pris l’anthropologue, entre mythe et réalité, personnage et conteur malgré lui d’une activité narrative qui vise à comprendre l'essence de chaque chose, le sens de chaque expérience en relation de complémentarité avec d'autres, selon un principe d'enchâssement sans fin. Du moins lui a-t-il fallu dessiner au tableau une trajectoire complexe sur le mode boustrophédon, rhizome narratif vertigineux dont la mise en écriture tente ici de rendre le mouvement. Enfin, J.P. Pichette nous a donné un premier aperçu de la manière dont des contes populaires (merveilleux, facétieux), pour en revenir à eux, ont migré de la Belgique au Québec ; ils ont pris, sous la plume de P. Stevens (1867), une couleur locale attestant leur faculté moins à s’adapter, qu’à tourner la page, à s’inventer une nouvelle vie canadienne-française.

2. Art de la performance, art de la relation

13La voix, le corps, la gestualité sont constitutifs d’un art de la parole, dont l’écriture s’épuise à donner trace. Nous avons voulu ici lui donner toute sa place et pris le parti de nous déplacer du côté des récits ordinaires qui surgissent dans la conversation et donnent à mieux percevoir une poétique du style oral liée à la situation, aux circonstances, à la participation d’un auditoire. C. Kerbrat-Orecchioni a utilisé les apports de la linguistique pour conduire l’analyse malicieuse et heuristique du récit de l’agrafe. S’appuyant sur les travaux de Labov, elle a esquissé un continuum allant des récits conversationnels spontanés à la littérature narrative écrite, qui peut nous aider paradoxalement à sortir des oppositions réifiantes entre l’oralité et l’écriture. Elle nous invite de plus à comprendre les processus d’élaboration d’une histoire qui devient exemplaire et, par le jeu des reprises, peut amorcer une entrée en littérature.

14De ces nouveaux récits urbains et non moins légendaires, V. Milliot donne quelques exemples pris dans les banlieues populaires où s’inventent des formes d’oralité ou paroles vives, dont elle étudie les contours et fonctions. Ragots, vannes, promesses, fragments de vie héroïsée sont les manifestations contemporaines d’une parole, qui, comme la parole des conteurs, tente à sa manière de créer des liens et participe d’une stratégie de survie à travers les bricolages de l’imaginaire. Une autre forme de récit témoigne du travail de l’imaginaire dans une société exposée à tous les commerces avec l’autre et de l’autre ; elle transparaît dans les récits d’adoption internationale et les rumeurs de trafics d’organes qu’étudie D. Abreu, entre le Brésil et ce qu’il appelle le Premier Monde. C'est à travers le rituel des joutes poétiques encore pratiquées au Nord du Portugal que M. Soares étudie les émotions et la manière dont elles se négocient dans un espace public de relations.

15Mais qu’en est-il des conteurs d’hier et d’aujourd’hui ? K. Verebélyi dresse un panorama des recherches menées par l’école de Budapest sur la personnalité du conteur et des techniques d’enquête utilisées en Hongrie, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours. Si les moyens technologiques font progresser les recherches, l’art du conte ne semble pas moins subir une éclipse depuis les années 1970 et même marquer une tendance à ce qu’elle appelle la falsification du patrimoine folklorique, qui n’est pas sans mettre en débat le phénomène du néocontage. O. Anahory témoigne, quant à elle, d’une expérience vécue de néoconteuse. Québécoise, d’origine marocaine et multilingue, elle s’attache essentiellement à décrire ses haltes par l’écriture, à interroger à travers ses pratiques les frontières entre la théâtralité du conteur et celle de l'acteur. Entre l’oralité et l’écriture, dans un monde d’images, la question posée est celle de la place du conteur et du défi artistique qu’il lui tient à cœur de relever.

3. Traduction, transcription, transmission

16La littérature orale, dans sa désignation en forme d’oxymore, est à la fois lettre et voix. Les sociétés que l’on peut oser dire sans écriture sont si peu nombreuses, qu’elle ne saurait guère se concevoir sans les va-et-vient permanents d’un nomadisme de la voix (autre belle expression zumthorienne), qui a su emprunter les chemins de grande diffusion des livres. Elle se prête à merveille aux jeux de l’entre-deux, à tous les passages et traductions possibles. Nous avons là aussi tenté de saisir par le dehors cette paradoxale mouvance : dans la tension des modulations de l'oral entre la vive parole du face à face et les courbures de l'écriture, qui est l'expérience du livre-entretien présentée par F. Laplantine et J. Lévy. Cette communication à deux voix remet en question le statut de l'oralité et de l'écriture dans la perspective d'une pensée métisse ; elle explore, entre culture-monument et culture-événement, la notion de vocalité et ouvre sur des genres hybrides qui intéressent tant les processus de production que de réception. Nous convions le lecteur à cheminer plus avant dans le livre lui-même des Entretiens où F. Laplantine répond à J. Lévy d'une anthropologie latérale (Montréal, Éditions Liber, 2002).

17M. Kunz, à partir du poète Rodolfo Coelho Cavalcante, montre comment la littérature populaire en vers du Nord-Est du Brésil (littérature de cordel) offre un entrelacement de l'écriture et de la voix, une littérature plus écoutée que lue qui s'adapte au goût du public et traite de thèmes tant traditionnels que circonstanciels. Prenant appui sur les travaux de J. Cavignac, elle analyse les paradoxes d'un poète à la fois populaire et érudit, qui sait se jouer d'une forme à la fois dogmatique et vivante, au risque du technicisme de la rime, et laisse percevoir à quels points les frontières entre l'oralité et l'écriture sont incertaines. Cette question du passage de l'oralité à l'écriture, E. Saucourt la ressaisit dans l'œuvre d'Hamadou Hampâté Bâ, dont elle étudie les contes initiatiques peuls comme création à la fois littéraire et scientifique. Le parti pris de mise en écriture laisse voir un jeu de pistes et de renvois entre les notes et les différents ouvrages qui semblent renouer avec la relation privilégiée entre le conteur et l'auditoire, avec une variation jamais achevée.

18La liaison est étroite entre littérature orale et ethnologie. Le conteur n'est-il pas en position d'« ethnologue avant la lettre », se demande A. Boivin, pour peu qu'il veuille noter et transmettre un patrimoine, même s'il en profite pour faire un peu de morale ? A. Boivin nous entraîne sur les rives du majestueux Saint-Laurent au XIXe siècle, avec Jean-Charles Taché, Louis Fréchette et Françoise, du côté des chantiers où se retrouvent forestiers et voyageurs. Le conteur y est le personnage le plus important après le cuisinier. Dans ces contes qui content les us et coutumes, n'est-ce pas une figure de l'ethnologue-conteur qui se dessine et met en jeu les modalités même de l'écriture en anthropologie ?

19Il est une autre figure que nous ne pouvions manquer de convoquer : celle du traducteur, lui aussi passeur de paroles d'une langue à l'autre, d'une culture à l'autre. M. Nouri-Ortega prend l'exemple des Sept portraits ou Pavillon des sept princesses, roman au sens médiéval du terme, précise-t-elle, écrit à la fin du XIIe siècle par le grand poète persan Nezâmi de Ganja. Elle nous propose ainsi un éloignement dans l'espace et dans le temps, qui invite à imaginer une autre histoire des rapports entre l'oralité et l'écriture. C'est avec sa propre sensibilité de traductrice qu'elle nous offre une réflexion sur la traduction, sur les affres et les charmes de son exercice.

20Il nous a paru judicieux de ponctuer cette session par un court moment de silence confié à D. Pelligra : Ecoutes, le temps d'écouter-voir un court-métrage, qui met à mal sur un mode satirique les prétentions à l'entretien, à l'enquête, à l'écoute, qui peuvent être celles de tout homme et toute femme de terrain, lorsque le technologique vient éclipser et brouiller l'éthique.

4. Lignes de recherche. Passages

21La littérature orale n'en reste pas moins, en dépit des manifestations, des rencontres, des engouements qu'elle suscite, un domaine où la recherche scientifique marque quelque embarras ou frilosité. Les espaces culturels mouvants qui la caractérisent exigent une approche interdisciplinaire, une interrogation sur les finalités, les méthodes et les outils qui ressortissent à des préoccupations tant épistémologiques qu'éthiques et déontologiques.

22Le champ de la performance en effet offre une complexité que ne résout pas l'avancée de la technique, pas plus que ne pourrait le faire un repli confortable de l'oralité dans l'écriture. Si l'on veut dépasser l'historique dichotomie et subsumer l'orature dans la littérature, quels moyens se donne-ton hic et nunc de ne pas perdre une nouvelle fois la vive voix ? Les outils d'approche restent marqués et dominés par la raison graphique ; ils ont tendance le plus souvent à privilégier tantôt le contenu, tantôt la structure, plus rarement la forme, au détriment du rythme, du vivant d'un art de la relation, qui s'invente, dans la singularité du moment, entre le conteur, l'auditoire et l'histoire prise dans une mémoire collective plus ou moins partagée, arrangée, en train de se négocier, de s'éprouver.

23Il nous a semblé ici intéressant d'aller au plus près de pratiques locales, là où la parole des conteurs se fait entendre en réponse à des demandes sociales et trouve ses publics. Nous ne proposons pas de modèles, mais seulement une invitation à imaginer des partenariats, des ouvertures sur des dispositifs possibles. Le conteur ne peut-il devenir partenaire, comme tous les protagonistes de l'interaction conteuse, et être partie prenante d'un processus qui ne peut faire l'économie d'une recherche-action ? Tel est l'objet de la communication présentée à deux voix avec le conteur Jean Porcherot. Elle se termine par deux propositions exploratoires d'une dynamique de réseau, l’une autour de l'idée de récit de contes, l'autre amorcée déjà par Jean Porcherot autour d'une expérimentation des productions de l'imaginaire à partir d'un conte africain. Elle a été suivie d'une table ronde, dont les participants, M. Raynaud, C. Larue-Bernard, J.-P. Collos et M. Vergne ont déjà été présentés. Tous les quatre ont témoigné de la créativité d'acteurs de terrain qui, en se mettant au service d'un art de la médiation, en révèlent une opérationalité multidimensionnelle.

24La recherche expérimentale présentée par d'A. Brouskou, tout en se fixant pour objectif d'amener une classe multiculturelle à s'emparer du grec ancien en même temps que du grec moderne, prend le biais des contes et nouvelles d'Hérodote pour provoquer une situation de rencontre entre des élèves grecs de 12-13 ans d'origine albanaise, russe, géorgienne, arménienne, qui passera par des pratiques de contage, par des travaux de traduction et de collecte (il s’agit d’une esquisse du projet puisque le texte n’a pu nous parvenir à temps pour pouvoir figurer dans ce volume).

25C. Liégeois, quant à elle, a mis en place une démarche originale qui devrait aboutir à une thèse en forme de cédérom pour les Roms. Outre les jubilations de la rencontre, elle nous fait partager son expérience de la gravure et ouvre d'autres voies à la variation.

26Il revenait enfin à A. Nouss de clore cette quatrième session et le colloque tout entier en proposant, à travers la lecture de W. Benjamin, une réflexion sur le conteur et le traducteur, sur le conteur comme traducteur. L'un et l'autre, l'un comme l'autre nous disent un souci de la transmissibilité qui a préoccupé W. Benjamin et nous préoccupe aujourd'hui. Tous deux n'existent que dans la chaîne des transmissions successives.

27Qu'apporte pour terminer ce colloque ? Tout d'abord un premier constat qui vient confirmer l'expérience d'autres rencontres du même type : si la parole est événement, en parler, en colloquer fait événement. Il ne peut y avoir de parole sur sans la parole avec. Le fait avait déjà été noté par G. Calame-Griaule lors des journées d'étude consacrées au renouveau du conte. Nous pouvons ici prendre acte d'un pari de l'humain, qui n'exclut pas la rigueur ni l'âpreté du débat scientifique. Je ne reviendrai pas ici sur la qualité de l'écoute, mais sur la richesse et la diversité des contacts qui se sont esquissés et que la publication des Actes réussira peut-être à relayer. Les demandes d'une suite font apparaître le besoin de mettre à distance les pratiques, de faire régulièrement le point, de ne pas séparer les sphères de la recherche des sphères de l'action, d'engager des processus d'échanges susceptibles de stimuler et croiser les approches d'objets culturels complexes.

28Un autre élément apparaît de manière récurrente, à travers la diversité des communications : si l'opposition entre l'oralité et l'écriture ne fait plus recette, la question se pose avec acuité de construire de nouveaux objets de recherche, de concevoir des partenariats créatifs. Que les auteurs se réclament ou non d'une pensée métisse, ils n'ouvrent pas moins un champ privilégié de recherche où toutes les formes et situations d’hybridation sont bonnes à prendre et nous renvoient à l’infinie liberté des façons de dire. En ce sens, si le terme de littérature orale peut, à l'issue de ces journées, paraître étrangement caduc (et l'adjectif superfétatoire), nous ne le gardons pas moins comme signe de vigilance, par la tension même qu'il maintient entre des mondes dont l'un essaie toujours de dominer l'autre, équilibre instable où se jouent pour beaucoup l'histoire d'une survie et l'inlassable quête du juste. Dans une période où les villes sont toujours fragiles et en reconstruction, où le déclin du don de prêter l'oreille va de pair avec le fracas des décibels et le foisonnement des paraboles, il est une voie d'espoir que le conte, comme la traduction, nous trace, une ligne de vie.

29Nous remercions les organismes qui ont apporté leur concours (la Direction Régionale des affaires culturelles Rhône-Alpes, la Région Rhône-Alpes, le Centre Jacques Cartier, l’IUFM de Lyon et l’Université Lumière-Lyon 2) et les équipes organisatrices du CREA et de l’IUFM. Nos remerciements vont aussi à Jean Porcherot et au réseau des conteurs qu'il a su réunir autour des Ateliers de la Rue Raisin, ainsi qu’aux enfants et aux enseignants qui ont donné voix et vie au Prologue. Merci aussi aux artistes qui ont relevé le défi d'un temps compté, si magistralement et gracieusement conté, chanté, dansé. Merci enfin à ceux qui ont prêté leurs précieuses et indispensables oreilles sans avoir toujours eu le temps qu’ils auraient souhaité pour prendre à leur tour la parole. La société n'a pas dormi, pour reprendre la formule de Mimi. À tous, merci.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search