Version classiqueVersion mobile

Usages sociaux de la mémoire et de l'imaginaire au Brésil et en France

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin
, 
Ismael Pordeus

Mémoire, imaginaire : regards comparés

Fortaleza : commerce et patrimoine

Denis Cerclet

Texte intégral

1Fortaleza est une ville ambiguë. Tiraillée entre Gilberto Freyre et ses ouvrages Terre de Sucre et Nordeste. Aspects de l’influence de la canne sur la vie et le paysage du Nordeste du Brésil et Paulo Linhares auteur de Ville d’eau et de sel. Pour une anthropologie du littoral nordestin sans canne et sans sucre. A en croire ce clin d’œil de Paulo Linhares à Gilberto Freyre, le lien entre le Sertão et Fortaleza, sa capitale, n’est pas sans poser quelques problèmes.

2Cette ambiguïté m’était apparue dès mes premiers voyages à Fortaleza. Apparue est un bien grand mot car mon sentiment relevait plutôt de l’incompréhension entre ce que je percevais, ce que l’on me montrait et ce que l’on me disait. Le décor est celui d’une station balnéaire mais l’imaginaire est ailleurs. Les références au Sertão sont nombreuses qui, relevant d’un folklore rural, imprègnent la vie urbaine : Lampião, aussi bien surnomé la Terreur du Nordeste que le Bandit social, le Forro, la viande séchée... Mais, plus que tout, c’est le spectre de la sécheresse qui hante les esprits et génère de la compassion.

3Prendre connaissance d’une ville passe par la visite de ses lieux de mémoire. Ils sont, pour toutes les villes, un moyen de se raconter aux touristes mais aussi aux habitants. Ils disent une certaine conception du passé et une certaine relation au passé en mettant en scène soit un passé révolu soit un passé exhumé pour tracer des perspectives d’avenir. Et ce n’est qu’en pénétrant l’intimité d’une ville que l’on peut savoir si l’on est face à un patrimoine embaumé ou un patrimoine qui instruit l’espace public et affirme une orientation au sein du débat public. Les étapes qui ont marqué, à ce titre, ma découverte pédestre de Fortaleza sont le Mercado central, le Museu do Ceara, la Praça Ferreira, le théâtre José de Alencar, l’ancienne prison transformée en centre de tourisme, le vieux phare de Mucuripe et le Pont des Anglais.

4Je m’arrête quelques instants sur le Pont des Anglais car c’est la porte d’entrée que j’ai choisie pour pénétrer dans Fortaleza. Je vous le décris pour que vous puissiez comprendre pourquoi il m’a tout de suite intéressé.

5Ce pont, appelé Pont des Anglais ou encore Pont Métallique voire Pont des Amoureux, est en fait un ancien embarcadère qui s’avance dans la mer à la hauteur de la plage d’Iracema. Il a été restauré par l’architecte Fausto Nilo et inauguré le 4 octobre 1994.

6Ce ponton se présente comme un long couloir au sol fait de lattes de bois non jointes qui permet une véritable vue sur la mer et parfois d’être aspergé par l’écume des vagues. Le plancher, délimité par un garde-fou, est occupé par des kiosques dont les fonctions sont diverses : à l’entrée, une boutique de livres et de souvenirs puis se succèdent un salon de thé, deux espaces d’exposition consacrés l’un à l’histoire de ce pont, l’autre à la vie traditionnelle dans le Sertão (reconstitution partielle d’une maison en pisé et clayonnages permettant une vue de l’intérieur et des objets quotidiens) et enfin une tour d’observation des cétacés du Ceará.

7On est tout d’abord frappé par l’éclectisme du lieu qui combine, en un même espace, la mer, le Sertão, l’histoire et une esthétique de prime abord moderne. Fausto Nilo dit de son projet que c’est une mixture, qu’il cherchait à concilier passé et innovation, cultures rurale et urbaine, influences européenne et locale, qu’il voulait mettre en relation l’eau de la mer, le soleil, le vent et la lumière en privilégiant les surfaces ajourées et les teintes claires (le blanc et le bleu ciel).

8Avant d’aller plus loin dans l’explicitation des enjeux d’une telle restauration, je vais aborder l’histoire de Fortaleza car elle devrait nous permettre de mieux comprendre cette ambiguïté que j’évoquais en commençant et que l’on retrouve lors de la visite de ce pont.

9Les premières tentatives de colonisation du Ceará datent de 1605. Mais c’est Martim Soares Moreno qui restera dans les mémoires comme le découvreur du Ceará. Son débarquement plage de Mucuripe, en 1612, est le prétexte du très bel ouvrage publié en 1865 par José de Alencar Iracema. Ce roman, qui relève quasiment du mythe, retrace la rencontre de Martim et Iracema, qui signifie en Guarani la vierge aux lèvres de miel, leur amour tragique et la naissance de Moacir, enfant métis. Ce texte, étonnamment signé par João Martins de Athayde, fut publié en littérature de cordel sous le titre Le roman ci’Iracema, la vierge aux lèvres de miel et réédité par 1ΊΡΗΑΝ afin « de préserver un de nos plus importants biens culturels » peut-on lire en dernière de couverture. L’IPHAN a aussi édité, en 1996, en collaboration avec l’UFC, une adaptation du texte de Alencar en bandes dessinées.

10Les Hollandais, placés sous l’autorité de Matias Beck, débarquèrent le 2 avril 1649 à Mucuripe, baie commode, très tranquille et pouvant accueillir de grands navires (Girão, 1997 : 25). A quelques pas de là, les Hollandais construisirent un fortin pour se protéger des Indiens d’où le nom de Fortaleza.

11Selon Fatiana Caria Araujo, c’est lorsque Matias Beck abandonna ce fort au Portugais Alvaro de Azevedo Barreto que Fortaleza s’est développée. Comme la recherche d’or n’a pas donné les résultats escomptés, c’est l’agriculture qui va jouer un rôle déterminant dans l’expansion de la colonisation.

12La culture de la canne à sucre va s’implanter dans les zones littorales et va devenir une activité agricole primordiale. Du XVIe siècle à la première moitié du XVIIIe, le Pernambuco va jouir d’une hégémonie, dans ce domaine, en raison de sa « relative proximité des centres de consommation européens et des régions africaines pourvoyeuses de main d’oeuvre, outre les propres conditions géographiques bénéfiques » (Mota Jucá, 1994 : 15).

13L’élevage bovin se situe au second plan dans l’occupation de l’espace du Nordeste et semble être à l’origine de la création des fazendas dans le Sertão.

14Le Ceará est marqué par ce que certains auteurs ont désigné par l’expression « La civilisation du cuir ». Cette activité atteint son apogée à partir de la première moitié du XVIIIe siècle avec la commercialisation de ses produits dérivés : le cuir et l’incomparable « Carne do Sol » ou viande salée et séchée ; elle devient alors la première activité économique du Ceará.

15La part grandissante de l’élevage bovin n’est sans doute pas étrangère à l’augmentation de la population au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle qui conduit à la reconnaissance administrative de bourgades telles Ico (1738), Aracati (1748), Caucaia (1758), Baturite (1764), Sobral (1773) et Quixeramobim (1789) (Lemenhe, 1991 : 35).

16Avec l’accroissement de la production de coton, le secteur agricole peut, dès la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècles, afficher des ambitions exportatrices. Et cela, pour deux raisons retenues par Mota Jucá (1994 : 19) : l’accroissement de population et le développement de l’industrie textile en Europe et particulièrement en Angleterre à la suite de la Révolution industrielle. Le coton devient une matière recherchée sur le marché international. Le coton du Nordeste a aussi bénéficié du blocus continental (1806-1810) et de la guerre de sécession (1861-1864) aux Etats-Unis.

17Jusqu’au début du XIXe siècle, Fortaleza n’a que très peu bénéficié du développement économique lié au bétail et à la canne à sucre, tenue qu’elle était dans son rôle de défense contre les attaques extérieures. Longtemps, le pôle économique de la production agricole du Ceará reste le Pernambuco et le port de Recife. En revanche, Aracati, en raison de son ouverture sur la mer, a pu jouer un rôle économique non négligeable et devenir, selon les termes de Valdelice Carnero Girão, « le poumon économique de la Capitainerie ». De même, Sobral, avec le port de Camocim, a su tirer profit du binôme port/ville.

18Mais avec le coton, Fortaleza va prendre sa revanche. En 1783, la ville acquiert le droit de commercer directement avec Lisbonne et, en 1799, elle se libère de la domination de Recife. Cette indépendance qui coïncide avec l’accroissement de la production du coton, va permettre à Fortaleza de prendre une part importante dans le commerce extérieur.

19Pour José Borzacchiello da Silva (1994 : 87) « Le Ceará se révèle un territoire indiqué pour la culture du coton supplantant la production des provinces voisines du Maranhão et du Pernambuco. » Le port d’Aracati ne résiste pas à l’apparition des bateaux à vapeur et Fortaleza va devenir, au détriment d’Ico et de Sobral, le principal centre collecteur de la production agricole du Ceará.

20Fortaleza, centre postal et douanier, est élevée au rang de ville en 1823 et va se comporter comme un véritable centre urbain en élaborant des stratégies de développement commercial, industriel et culturel.

21En 1866, Fortaleza instaure des liens avec Rio de Janeiro et l’Europe en créant des lignes de navires à vapeur. Alors qu’elle était restée repliée sur elle-même, elle s’ouvre sur l’arrière pays par la construction d’une ligne de chemin de fer Fortaleza-Parangaba, inaugurée en septembre 1873. Liaison qui va être étendue, au cours de la période 1880-1926, à d’autres localités comme Baturité, Quixada, Crato, Sobral et Crateus (Borzacchiello de Silva, 1992 : 25). Cette connexion avec le Sertão accroît considérablement la fonction commerciale de la cité et va jouer un rôle dans l’augmentation de la population. Entre 1850 et 1870, la valeur des exportations va être multipliée par plus de 10 ; la population passe de 33.355 habitants (1857/58) à 40.902 (1890) puis à 48.369 (1900).

22Le port est la clé de voûte du système. Fortaleza draine les produits du Sertão pour les distribuer par voie maritime. Cependant, la question du port n’a pas cessé de poser problème. Les premiers colons ont débarqué à Mucuripe mais l’ensemble de la baie s’avère peu propice à une activité portuaire conséquente en raison de sa faible profondeur.

23Pour pallier cet inconvénient, il est projeté, au début du XIXe siècle, de construire une avancée de bois pour atteindre une certaine profondeur. Le financement de ces travaux aurait pu provenir d’un impôt sur les eaux-de-vie. Mais la solution de rapprocher les activités portuaires de la ville a été retenue. Ainsi, en 1805, débutent les travaux de construction d’un magasin adapté au débarquement des marchandises à proximité de Jacarecanga, au Poço das Dragas, c’est-à-dire à l’opposé de Mucuripe, là où la mer est moins violente. Un autre magasin fut construit par l’Anglais Henry Ellery, tout près de la plage d’Iracema, à l’angle des rues Senador Almino et Dragão do Mar. Puis d’autres encore.

24Raimundo Girão (1997 : 211) énonce le problème en ces termes : « Les très mauvaises conditions du service de chargement et de déchargement de la mer sont une constante préoccupation du gouvernement et des personnes intéressées par la solution de ce délicat problème. Beaucoup de plans et de projets se sont succédé à cette fin, mais sans résultat aucun ».

25Les travaux se succèdent à Meireles et à Mucuripe pour contenir les dunes. Pourtant, rien de convaincant. En 1875, il est encore question de réinstaller le port à Mucuripe. Il suffirait de construire un brise-lames afin de protéger les bateaux lors des opérations à quai. Mais, avec éloquence, Raimundo Girão (1997 : 213) remarque que « l’impétuosité des flots verts et la volubilité des vents et des sables rendent complètement inutile le défi de Hawkshaw (l’auteur du projet), le réduisant finalement à un simple mur sans utilité, battu impétueusement par les vagues furieuses ».

26Retour à Poço das Dragas. L’ingénieur Domingos Sergio de Saboia e Silva propose d’améliorer les conditions de transfert des marchandises et des personnes. Et je cite Raimundo Girão (1997 : 213) :

« Il a été construit un viaduc avec une structure de fer pavée de bois, appelé Pont Métallique, dont la construction, initiée le 18 décembre 1902, fut seulement ouverte au trafic le 26 mai 1906. [...] Le pont métallique était doté d’un escalier mobile pour la descente et la montée des passagers, ne leur olifant pas la meilleure sécurité. Le chargement et le déchargement des marchandises étaient faits au moyen de grues. Les navires stationnaient le long, et le parcours vers le pont et vice-versa était effectué par des chaloupes, des barges et des barques. Il a rendu service pendant environ 20 ans, mais, gravement détérioré, il fut reconstruit le 24 février 1928 ».

27Le projet de Mucuripe n’est pas abandonné pour autant et entre en concurrence avec le prolongement du pont qui a l’avantage de se trouver à proximité de la gare, des services portuaires et du centre-ville. Les travaux de reconstruction en béton armé de cet embarcadère sont confiés à l’Anglais Norton Griffiths d’où le nom Pont des Anglais aussi appelé Pont Bicalho du nom du chef de projet Lucas Bicalho. Il sera inauguré, sans atteindre la longueur escomptée, le 18 février 1926.

28Mais le décret numéro 544 du 7 juillet 1938 institue le transfert du port de Fortaleza dans l’anse de Mucuripe (Girão, 1997 : 221).

29Le coton était essentiellement un produit d’exportation. Mais, selon Zenilde Baima Amora (1994 : 122), « la baisse du prix du produit et la cherté du coût du transport [...] stimule l‘apparition des premières fabriques de textile dans la région du Nordeste. [...] Dans la province du Ceará, autour de 1862, le gouvernement offrit des avantages financiers pour l’installation, à Fortaleza, d’usines textiles [...]. » Ainsi, à la fin du XIXe siècle, la première entreprise textile de Fortaleza est créée.

30L’industrialisation prend un certain essor lors de la Seconde Guerre mondiale car il faut subvenir à la production européenne entravée. Dans les années 60, le gouvernement brésilien engage une politique de développement industriel qui aura des effets à Fortaleza dans les domaines de la métallurgie, de la mécanique, du matériel électrique, du bois, de la chimie, des vêtements, des produits alimentaires et des boissons. Et, plus récemment, ce sont les activités de service qui sont prédominantes.

31L’expansion de l’économie a des effets sur l’organisation urbaine et sociale de Fortaleza. Nous distinguerons trois phases importantes du point de vue de l’ouverture sur la mer. La première est initiée par la rapide croissance des années 1880-1910. Certains auteurs évoquent, à propos de cette période marquée par l’installation de nouveaux services publics, une explosion urbaine annoncée par le plan d’Adolfo Herbster de 1875. Selon Paulo Linhares (1992 : 157), « Le centre de sociabilité de ce moment est le Passeio Publico, remodelé durant toute la décade de 1880. Des bancs ont été installés, des parterres créés ; des répliques de sculptures classiques ont été installées. Le projet se présentait en trois plans ou allées : un pour l’élite avec vue sur la mer [je souligne le vue sur la mer] ; un deuxième pour les classes moyennes et un troisième pour les bas revenus ». Ce processus de réformes urbaines est en grande partie redevable de l’installation de la première république de l’Etat du Ceará. C’est aussi la construction du théâtre José de Alencar, du marché métallique et la recomposition des trois principales places de la ville.

32A propos de la deuxième phase, qui est marquée par le renouveau des années 20/30 de ce siècle, nous retiendrons l’attrait que suscite la plage d’Iracema. Mario de Andrade y fait halte le 5 août 1927. Il se désaltère d’un lait de coco au Balneârio et a, selon ses termes « l’outrecuidance de ramasser des petits coquillages ». Il note : « Et l’embarquement est difficile, mer grosse ». La plage ne porte ce nom que depuis l’inauguration du pont métallique, étant tour à tour dénommée Plage des Pécheurs, du Poisson, Plage du Ceará, Plage des Amoureux. A l’image des stations balnéaires d’Europe puis de Rio de Janeiro, cette plage devient un haut lieu de la sociabilité des classes supérieures qui découvrent les bienfaits des bains de mer. Un quartier naît autour d’un hôtel et d’un restaurant, relié au palais du gouvernement par un « système d’avenues » (Linhares) qui passe par la Douane, les entrepôts d’exportation, le Secrétariat de l’Industrie, le Quartier Fédéral et la cathédrale. Un itinéraire digne de celui d’une procession qui réunit les institutions de la ville. La plage est désormais à l’égal d’un équipement urbain.

33La troisième phase est postérieure aux années soixante et coïncide avec l’émergence d’une nouvelle bourgeoisie industrielle. C’est en 1962 qu’est réalisé l’Avenue Beira-Mar bien que le projet date de 1947. Il s’agissait « d’explorer une zone de grand potentiel et de tourner finalement la ville vers la mer » (Girão, cité par Linhares 1992 : 205). Beira-Mar est aujourd’hui une véritable scène de la vie sociale qui, comme le Passeio Publico est à trois bandes. C’est un décor sophistiqué d’immeubles de luxe, des trottoirs aménagés et parcourus par les classes moyennes à la tombée du jour, pratiquant le jogging, de Mucuripe à Iracema, dans les tenues les plus spectaculaires. Et une plage fréquentée par les classes populaires.

34Il est une quatrième phase en projet que laissent entrevoir les travaux du Plan stratégique de la Région métropolitaine de Fortaleza. Ce groupe de travail pense la ville de demain dans tous les secteurs de l’activité économique, sociale, culturelle. La partie qui nous concerne a trait à la reconstruction du bord de mer. Le port quittera l’anse de Mucuripe et laissera la place à un immense complexe touristique installé sur une presqu’île artificielle. Ce projet s’inscrit dans la continuité des aménagements du Pont des Anglais et de la construction du centre culturel Dragão do Mar. et proposera un musée océanique, une nouvelle plage, un hôtel 5 étoiles, un port de tourisme et un palais des congrès.

35Comme nous l’avons vu, Fortaleza s’est peu à peu attribuée le rôle de portail du Sertão et s’est constituée dans cette dynamique d’échanges intérieur/extérieur. Cette ville est autant rurale qu’urbaine, brésilienne qu’européenne. Mais si ses origines sont profondément rurales, elle est, par ambition, éminemment urbaine.

36Au regard de son histoire, je serais tenté de dire que Fortaleza est une ville imaginaire mais ce n’est pas vrai. C’est une ville façonnée par le commerce qui n’existe vraiment que dans la relation, le négoce. Elle est anthropophage. Elle s’est nourrie du Sertão, de l’Europe, elle est en passe de digérer les Etats-Unis. Qu’est-elle réellement ? Ce n’est pas une ville rurale, ce n’est pas une ville portuaire, ce n’est même pas une ville maritime car son littoral a été endigué mais elle est tout cela.

37Si l’on se penche sur son patrimoine, on est bien forcé de constater qu’il ne reste pas grand chose de cette histoire comme si la ville, en son devenir, s’efforçait de brouiller les pistes. Elle conserve la mémoire des événements et des personnages historiques et les restes de la belle époque : le Théâtre José de Alencar, la Casa José de Alencar et quelques maisons du quartier d’Iracema, transformé en un gigantesque bar de nuit et objet de spéculations. Pour dire combien cette époque est aujourd’hui emblématique, Fortaleza Belle époque, titre d’un ouvrage de Sebastião Rogerio Ponte, a été au centre de la célébration du273e anniversaire de la ville (1726 date de son élection au statut de ville).

38Pour le reste, le marché central qui constituait une véritable enclave du Sertão dans la ville est fermé au profit d’un nouveau marché désolant de froideur et qui fait concurrence à l’Ancienne Prison dont les geôles ont été transformées en boutiques de souvenirs ; la Praça Ferreira, autre emblème de l’histoire politique de la ville, a été rénovée ; le Passeio Publico est devenu un lieu de prostitution ; le Musée du Ceará conserve embaumés les restes d’une civilisation disparue. Seul le marché métallique conserve la mémoire d’une économie populaire en voie de disparition dans cet univers de shopping center. Alors que le centre-ville, lieu d’approvisionnement de la campagne, est en train de dépérir.

39Restent pourtant le Pont des Anglais, le nom de Dragão do Mar donné au nouveau centre culturel et Iracema dont la plage porte le nom depuis 1927 et les deux sculptures qui la représentent le long de Beira-Mar.

40Le Pont des Anglais est le symbole d’une époque d’expansion économique fondée sur les relations avec l’Europe. C’est Fortaleza de la belle époque et de l’ouverture sur la mer. Mais ce pont a eu des heures moins glorieuses. Après le transfert du port à Mucuripe, cette installation est délaissée et se dégrade lentement. Toutefois il reprend du service au cours des années 50-60, puis 80, lorsque des personnes d’horizons sociaux divers se retrouvent là pour jouir de la poésie du lieu. En 1990, un journaliste (Tribuna do Ceará, 25 sept.) rapporte que le pont « est toujours fréquenté par les admirateurs du crépuscule solaire. Inspirateur de poésies variées, de musiques et de paroles, le pont continue d’être un des points de rencontre des amis et des amoureux qui cherchent la brise marine et un climat romantique ». Pour la majorité des habitants du quartier et pour les surfistes, il « signifie plus qu’une structure de béton prête à s’écrouler ». Madame Alzira, 84 ans en 1990, raconte que « les meilleurs moments de sa vie se sont passés au son des guitares et des sérénades sur le pont » (Tribuna do Ceará, 26.07.90) et se rappelle « avec une grande nostalgie [...] le temps que les poètes et l’élite passaient en ce lieu ». Pour de nombreuses personnes, « le pont doit être conservé par nostalgie mais aussi pour les rencontres entre amis ou même les revendications politiques » (Tribuna do Ceará, 26.07.90).

41En 1991, il est interdit au public et muré pour des raisons de sécurité. Cet acte est immédiatement suivi par la création du « Mouvement de défense du Pont Métallique » dont l’objectif est d’« attirer l’attention de la population à propos de cet acte de violence contre la jeunesse, les amoureux de la plage d’Iracema et les touristes ». Une lettre ouverte, signée, entre autres, par Le Mouvement de la Jeunesse pour la Liberté, l’Association des habitants de la Plage d’Iracema, l’Union métropolitaine des étudiants du secondaire, dit « que le pont est et sera toujours : un espace pour la culture du rêve, de la fantaisie, de la paix de l’esprit et de la beauté. Ouvert sur la mer et à toutes les personnes, sous les bénédictions du soleil et les caresses du vent » (Diario do Nordeste, 28.01.91). Quelques mois plus tard le Diario do Nordeste (24.07.91) titre « Le Pont Métallique sert de demeure à trois familles ». En effet, Antonio Lima habite sur le pont depuis 34 ans et refuse d’être expulsé car, selon lui, on ne tient pas à le protéger de l’écroulement du pont mais seulement à l’éloigner pour laisser la place aux riches. Un article d'O Povo de novembre leur est consacré et montre qu’elles sont toujours là. L’interdiction au public et la construction par deux fois d’un mur en barrant l’accès, aussitôt démoli, sont sans effet sur la fréquentation du pont qui demeure très importante en fins de semaines et les jours fériés.

42En juillet 1994, le pont est réellement fermé mais cette fois pour travaux. L’inauguration a lieu le 4 octobre. Selon Fausto Nilo, l’architecte chargé de la restauration, « le projet a été une intervention de poétique urbaine qui n’a pas dégradé les caractéristiques naturelles de l’espace. [...].La population a fait la preuve de l’identité qu’elle a avec le lieu et la restauration est, en vérité, une réponse aux désirs de cette population » (O Povo, 3 oct. 1994). Et le secrétaire de la Culture de Fortaleza, Paulo Linhares, l’auteur du livre Cidade de água e sal, rappelle que la restauration du Pont est le premier pas d’une consolidation du centre culturel de la plage d’Iracema : « Elle sera un lieu de cohabitation sociale urbaine, où les personnes pourront s’informer, échanger des idées, courtiser et pratiquer le domaine du jeu » dans le cadre d’un centre culturel avec trois salles de cinéma, un théâtre, un musée, un centre des arts visuels et des galeries d’art (O Povo, 3 oct. 1994). Mais dix jours plus tard, le pont doit être à nouveau fermé pour des raisons de sécurité. Non pas pour quelques vices de fabrication mais parce que le nombre de personnes présentes simultanément au mètre carré outrepassait les règles de sécurité. J’ai réellement vu le pont se remplir le 31 décembre 1997, lorsque une foultitude de personnes s’était retrouvée là pour fêter le changement d’année, et boire du vin pétillant, illuminées par un feu d’artifice.

43Au regard de l’attitude que Fortaleza a pour son patrimoine, on peut se demander si les démarches de conservation des traces du passé sont véritablement sous-tendues par un intérêt pour sa mémoire.

44Le nom d’Iracema donné à la plage symbolisait la rencontre entre deux mondes et les espoirs d’un développement des échanges commerciaux. La première sculpture d’Iracema a été installée sur Beira-Mar alors que la ville s’engageait dans l’exploitation d’un secteur riche de perspectives économiques ; la seconde fait partie de l’aménagement urbain de la plage d’Iracema et s’inscrit dans la recomposition du décor du bord de mer. Dragão do Mar, de son vrai nom Francisco José do Nascimento, fut le leader des jangadeiros pour la lutte pour l’abolition de l’esclavage. Outre la forte connotation interculturelle de ces deux personnages, il me semble qu’ils disent, aujourd’hui, autre chose qu’un projet de société qui serait fondé sur le rapprochement des cultures et des classes sociales. Ils aident à penser la mutation que Fortaleza est en train de vivre. L’histoire avec le Sertão est finie ; on en efface les traces dans la ville. Une nouvelle ère dédiée au tourisme s’ouvre.

45Fortaleza a tout d’abord regardé la mer du haut du Passeio Publico, elle s’en est rapprochée Plage d’Iracema et aujourd’hui elle s’avance dans les flots en investissant le Pont des Anglais, Beira-Mar et bientôt en marchant sur l’eau à Mucuripe. La mer conserve sa vocation industrielle, il suffit seulement de changer de décor. Le travail fait sur le patrimoine légitime ces transformations qui paraissent dès lors s’inscrire dans une génalogie urbaine qui, ne l’oublions pas, ne s’est jamais démarquée de cette logique commerciale constitutive de Fortaleza.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search