Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usages sociaux de la mémoire et de l'imaginaire au Brésil et en France

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin
, 
Ismael Pordeus

Mémoire, imaginaire : regards comparés

Langages de la ville et patrimoine

Le dialogue entre passé et présent

Irlys Alencar F. Barreira

Texte intégral

  • 1 Allusion à la phrase de Marx qui sert de titre au livre de Marshal Berman : Tudo que é sólido se d (...)

1La décade de 1990, à Fortaleza, se distingue par un double phénomène. D'une part, les grandes transformations urbanistiques qui s'annonçaient dès la décade de 70, rejouent ce qui paraît être le destin de la plus grande partie des métropoles brésiliennes. D'autre part, les discours sur la conservation des espaces et des monuments montrent la nécessité de protéger « l'histoire de la ville ». Revitaliser ce qui est décadent et préserver l'ancien constituent l'emblème des gestionnaires ou des planificateurs urbains, qui s'inquiètent de freiner l'avancée du « tout solide se défait »1.

2Le principe de revitalisation des centres historiques et d'instauration des lieux de tourisme ne se restreint pas, à vrai dire, à Fortaleza ; il est commun à la considérable majorité des métropoles brésiliennes. Il suffit pour s'en convaincre de citer quelques villes du Nordeste : le Pelourinho de Salvador, les centres historiques de Récife, São Luis et João Pessoa. La croissance urbaine des villes, ou l'ensemble des processus qu'il est convenu de nommer « modernisation » s'accompagnent, en ce sens, d'investissements matériels et symboliques autour de la manutention d'équipements qui sont supposés traduire le patrimoine des villes.

3Les processus urbains de changement deviennent effectifs en se référant à différents discours. Des discours qui sont le fondement des interventions ou des critiques à caractère social, qui sont énoncés par des intellectuels ou des spécialistes de ce thème, et généralement adressés aux représentants du pouvoir local.

4Repenser la ville dans l'optique de sa mémoire, ou de représentations qui sont alors élevées à la catégorie de patrimoine, suppose qu'on comprenne le signifié des priorités et des projections temporelles qui apparaissent comme étant construites collectivement, bien qu'elles soient l'objet permanent de disputes symboliques. Ce qui se préserve et ce qui se modifie n'est pas auto-évident, c'est un fait qui renvoie à la question des intérêts des différents acteurs sociaux. Ce qu'il y a lieu de préserver, ou de changer, et comment le changer, sont des questions qui, actuellement, deviennent plus évidentes, elles alimentent le domaine des représentations de la ville contenues dans les différents discours.

  • 2 Au sujet du concept d'imaginaire voir, entre autres, Cornelius Castoriadis, A institução imaginári (...)

5L'ensemble des interventions, discours et témoignages qui forment l'opinion au sujet des processus urbains contemporains, à Fortaleza, caractérisent ce qu'on appelle le « dialogue entre le passé et le présent ». Il s'agit d'une métaphore qui vise à montrer les différentes façons d'évoquer le passé, qu'il soit conçu sous l'angle d'un temps mythique et sans retour, ou d'un temps vécu en continuité avec les utilisations contemporaines de l'espace urbain. C'est pourquoi je souhaite dire que « l'histoire ou la mémoire de la ville », matérialisées dans le concept de patrimoine, expriment des versions différenciées ou des visions d'un imaginaire2 urbain qui ne sont pas toujours convergentes.

6Les discours sur la ville dépendent des circonstances, des différents contextes et à de multiples interlocutions. En ce sens, nous pouvons remarquer les témoignages et les prises de parole sur la ville de chroniqueuses, d'historiens, d'hommes politiques et de professionnels de la planification urbaine. L'urbe a été, par conséquent, un point de référence pour nommer la vie sociale moderne, avec ses problèmes et ses utopies. Si la ville qui émerge en même temps que le capitalisme se caractérise par des airs de liberté et de rupture avec le passé, la vie contemporaine citadine apparaît souvent comme un lieu d'oppression, de conflit et de violence, la tradition étant perçue sous le prisme d'une nouvelle fonctionnalité : on réforme des ponts, des espaces, des maisons des monuments. Tout semble évoquer le retour d'un temps nécessaire.

7Les transformations actuelles par lesquelles passe la ville dans la société contemporaine autorisent, dans ce sens, des discours fréquemment allusifs à différentes temporalités. Dans ce contexte, l'espace et la vie urbaine apparaissent comme s'ils étaient soumis à des pertes successives qui remontent à la nostalgie d'un temps antérieur, de plus grande sociabilité et d'intimité avec la métropole. Un temps où il était possible d'avoir un contrôle sur les processus citadins.

8Cette représentation du passé ne s'appuie pas toujours sur une conception pessimiste. David Harvey, par exemple, recherche comment il est possible de « construire la prochaine couche dans le palimpseste urbain de façon à canaliser les aspirations et les besoins futurs sans trop violenter tout ce qui a déjà été fait auparavant. Une partie du legs du passé devra évidemment être remplacée. Des constructions dégradées et en ruines doivent certainement être démolies et les lieux abandonnés méritent une revitalisation » (Harvey, 1966, p. 171). L'auteur continue ses réflexions en argumentant sur les effets de la technologie dans la modification et l'augmentation des espaces et les conséquentes réactions qui induisent à la récupération d'un lieu et d'un sentiment d'appartenance. La perspective générale de Harvey est de penser à la création de quelque chose de nouveau, construit de façon socialement responsable, détruire ce qui existait avant.

  • 3 Apud Clifford Geertz, O saber local, novos ensaios de antropologia interpretativa, p. 111, Vozes, (...)

9Discuter les langages qui font allusion à la ville suppose une investigation antérieure : en quel sens est-il possible de penser à des constructions discursives sur la ville ? Wittgenstein (1996)3 compare le langage à une ville : « ... et combien de rues sont nécessaires pour qu'une ville commence à être une ville ? Notre langue peut être vue comme une ville ancienne : un labyrinthe de petites rues et de places, de maisons vieilles et neuves, parfois avec des extensions construites en différentes périodes : et tout ça entouré par une profusion de plans modernes, avec des rues régulières et droites et des maisons uniformes ». La métaphore de la ville comme langage évoque le thème des signes et des investissements culturels qui intègrent différentes spatialité. En ce sens, les discours littéraires, artistiques et les témoignages diffusés par les mass media constituent des registres des drames de la ville, de ses transformations, de ses pertes et de ses utopies (Canclini : 1997).

10Les villes brésiliennes, en général, nonobstant la diversité qui les caractérise, peuvent aussi être l'objet de cette réflexion complexe qui surgit en cette fin de siècle. Dans le contexte des idées ainsi développées, je prendrai pour référence la ville de Fortaleza qui, semble-t-il, en ce moment, exprime nettement une multiplicité de discours articulés à des formes d'intervention. Les discours construits sur la ville et la façon d'évoquer le passé en l'articulant à des fonctions présentes constituent le noyau fondamental des réflexions ébauchées ici. Le matériel de recherche sera constitué d'articles de journaux, de romans sur Fortaleza, d'interviews, de programmes télévisés et de documents qui se réfèrent au contexte urbain local.

Les villes en tant que champ d’investissement symbolique

11Les villes, avec leurs dilemmes et leurs utopies, ont été la scène de représentations discursives dans différentes dimensions créatives de la vie sociale. Depuis la mythologie religieuse qui sépare les villes maudites (Sodome, Gomorrhe) des villes rédemptrices (Jérusalem, Rome), en passant par la ville juste de Platon ou les ténébreuses villes des contes de Edgar Allan Poe, on observe que l'espace urbain condense un ensemble de significations imaginaires. Dans le contexte plus récent de ce qu'il est convenu d'appeler la post-modernité, les villes apparaissent habitées par de nouvelles dynamiques de violence et de pouvoir révélées dans les formes de sociabilité et dans les différentes expressions culturelles (Harvey, 1993 ; Jameson, 1994 ; Feartherstone, 1995).

12Dans l'écrit littéraire, les interpellations des planificateurs et la réflexion philosophique, se trouvent des modèles de constitution de métropoles qui apparaissent en tant qu'espaces paradigmatiques de sociétés à des moments variés. Ainsi, les villes avec leurs peurs, avec les airs de liberté ou d'oppression qui leur sont associés, ont occupé une partie significative de la pensée sociale, influant non seulement sur les réflexions des théoriciens et des chercheurs spécialistes, mais engageant aussi ceux qui décidaient de leurs destins. La cité a été la scène de la référence à la pensée classique, en ce qu'elle représente le locus à partir duquel se pensait le monde social. Les catégories de l'espace et du temps se fondaient sur l'agglomération urbaine, à l'exemple du concept de pouvoir disciplinaire, chez Foucault ou d'espace social, chez Bourdieu. Habermas aussi pensait la constitution de la sphère publique en analogie avec la ville, vue comme antithèse de la cour, puisque c'est en elle que se concentraient les institutions, les cafés et les salons.

13L'imaginaire des villes, évoqué en situations diverses, constitue une riche approche analytique qui permet de penser le mode selon lequel les circonstances historiques viabilisent les projections de sociabilité urbaine, le passé ou le futur étant les sources de référence d'où se construit le « paradis perdu » ou la « vision de la nouvelle société ». Actuellement, un des aspects qui vont configurer la perspective de la cité idéalisée, est la possibilité de l'assumer comme projet de gestion. La ville émerge comme « sujet politique » si l’on suppose, selon la conception de Castells (1996), la présence d’acteurs capables d'intervenir et de définir des pratiques collectives basées sur des décisions démocratiques.

14Les villes apparaissent aussi, en cette fin de siècle, comme des champs articulés d'intérêts économiques et technologiques. C'est ainsi qu'émerge une revalorisation d'espaces internes aux métropoles, considérées comme sources d'investissements originaires de différents champs de l'activité sociale. C'est dans ce contexte que se révèle la cité-synthèse qui, en accord avec la recherche de Ribeiro et Garcia (1996), à Curitiba, est l'expression d'un territoire articulé de pratiques et d'intérêts économiques et politiques accompagnés d'investissements symboliques qui leur servent de supports.

15Les images de la ville offertes à la consommation induisent aussi des spécialisations qui agissent comme échantillon de vocations. C'est ainsi que surgissent les villes touristiques, les villes culturelles, les villes à vocation laborieuse, entre autres. Les villes contemporaines paraissent donc exprimer de façon plus claire un ensemble de représentations et un champ de disputes qui sont évidentes à certains moments spécifiques d'interventions et dans les situations de campagnes électorales municipales. Divers indices provenant d'organisations populaires qui souhaitent plus de participation, sont également constitutifs de versions qui ont pour objectif de rendre la cité « démocratique », en opposition aux dualités qui caractérisent, par exemple, une grande partie des métropoles brésiliennes.

L’invention des traditions

16Au cours des transformations actuelles de l'espace urbain, on s'aperçoit que la récupération des lieux et des traditions qui composent « l'histoire » des différentes cités émerge intensément. Les villes paraissent construire des « mots d'ordre » référents à la préservation, avant que le passé ne subsiste qu'en une lointaine mémoire, privé du monument objectif de référence. On considère que sont sous-jacentes aux stratégies de conservation des espaces, aussi bien la valorisation des « ruines », que ce qui est appelé revitalisation qui, souvent, vise de nouveaux usages collectifs, tournés surtout vers le loisir ou la consommation culturelle.

  • 4 Voir Hobsbawm, Eric et Ranger, Terence, A invenção das tradições, Paz e Terra, Rio de Janeiro, 198 (...)

17Récupérer le passé, ce n'est cependant pas retourner dans le temps, mais le réinventer4. En contraste avec leurs usages premiers, les équipements urbains deviennent des sortes de musée, qui acquièrent alors de nouvelles fonctions sociales ou politiques. L'idée même de patrimoine signifie la tentative de « raconter » le passé en l'adaptant au nouveau langage du présent. Il est symptomatique de constater que les centres de la majorité des villes nordestines sont actuellement la cible de la remodélation. L'ancien café, le bar, le théâtre, la maison de prostitution sont rénovés, et on pense ainsi freiner la marche destructive de l'expansion et de la reformulation des équipements et des styles. Sur le plan des sociabilités, l'objectif est d'avoir de nouveau d'anciennes formes. Les vieilles places, les villages et les sentiments hérités d'une tradition sont réactivés et on essaie ainsi de recomposer d'anciennes références associatives gommées par une modernité qui a rendu la cité fonctionnelle, en ce qui concerne la réalisation des activités productives, mais assez problématique en ce qui concerne la fréquentation humaine.

  • 5 Le Centre Dragão de la Mer constitue un des exemples d'intervention urbaine effectués sous l'optiq (...)

18Un exemple de recherche de réactivation des coutumes du passé se trouve dans le discours de l'architecte Fausto Nilo : « Fortaleza est une ville qui a peu de traditions. Ma proposition est de récupérer un peu des habitudes des citoyens et de créer un contexte paysager qui rende possible la consommation culturelle et qui bénéficie de grands espaces. Le centre Dragon de la Mer5 essaie d'utiliser la lumière du soleil, les murs blancs, la nature, en offrant aussi au citoyen la consommation casuelle. Celui-ci traverse certains lieux et se sent attiré par des biens culturels déterminés. Fortaleza est une ville où les personnes ont peu d'habitudes culturelles. L'idée est alors de créer une offre et d'induire un type de consommation » (Entrevue accordée à l'auteur en mai 1999).

19Les lamentations sur la défiguration de l’espace urbain ou la recherche en vue de recomposer « l'histoire » de la ville, à travers une politique de préservation du patrimoine, ont surgi plus récemment à Fortaleza, depuis la décade de 1990, coïncidant avec la grande augmentation de constructions d'immeubles, d'aires spécifiques de loisirs et de commerces typiquement métropolitains. La « revitalisation » du centre de la ville et la protection d'anciens immeubles, considérés comme patrimoine historique, répondent à ce flux dialectique de transformation et de préservation qui caractérise la majorité des villes brésiliennes, au cours de ces dernières années.

20Ce qu'on appelle l'invention des traditions ne se réalise pas sans un support historique référentiel. En ce sens, il est important d'élaborer une brève caractérisation de la ville de Fortaleza. L'évolution du village au statut de ville eut lieu en 1726, le 13 avril, date qui devint un espace annuel de commémoration et de discussions au sujet de l'histoire de la ville, réunissant diverses opinions de spécialistes largement diffusées dans la presse. En raison d'une croissance qui s'accentue à partir du XIXe siècle, Fortaleza devient capitale, non seulement centre politique de l'Etat, mais également centre économique grâce au commerce d'exportation du coton et d'importation de biens manufacturés. La ville s'affirme alors de plus en plus comme ville moderne, que ce soit par son tracé urbain ou par l'ampleur des services et des transports disponibles.

21Il est intéressant d'observer, en analysant la remodélation urbaine de Fortaleza, lors du passage entre le XIXe siècle et le XXe, que la croyance dans le progrès semble substituer les stratégies régulatrices de l'intervention urbaine. La remodélation de plusieurs places traditionnelles du centre de Fortaleza répond, à ce moment, au flux croissant d'une ville en expansion. Dans la perspective de l'architecte Libéral de Castro, les réformes urbaines s'alignaient sur les réformes réalisées en Europe, comme c'est le cas, par exemple, des styles architecturaux adoptés. Ce discours de progrès et de modernité devient également hégémonique dans les formulations de l'oligarchie Accioly, désireuse d'augmenter ses bases d'acceptation (Barros de la Ponte 1990).

22La transformation graduelle de la ville en une métropole, qui est aujourd'hui la cinquième du pays, se déroule en reproduisant des caractéristiques similaires à d'autres villes brésiliennes : croissance désordonnée et cohabitation simultanée de la modernisation et de la pauvreté. C'est surtout dans la décade de 1970 que Fortaleza fait l'expérience d'un processus de verticalisation et de décentrage des activités de commerce et de loisir. Cette tendance s'accentue dans les décades de 1980 et 1990, à l'occasion desquelles la ville consolide sa condition de métropole à vocation touristique.

23Fortaleza, aujourd'hui, présente une grande densité de population, avec presque deux millions d'habitants et une richesse concentrée dans les secteurs commerciaux et touristiques. Ce dernier représente une des plus grandes sources de production de richesses. Des investissements publics, à la fois de la Mairie et de l'Etat du Ceará, lui sont destinés.

24L'essor du réseau hôtelier et d’offres de services correspond à la phase actuelle, marquée par la diversification des activités et l'offre de biens dans les domaines des loisirs et de la culture. Les incitations au tourisme, qui augmentent à Fortaleza, sont en train de créer un nouveau discours d'exportation d'images à propager, à absorber et à consommer. Deux perspectives de présentation de la ville marquent cette dynamique : « l'histoire » de la ville avec ses coutumes, et sa production artisanale avec sa nature. Alors que la première renvoie au renforcement de la « réinvention » de coutumes et de valeurs, la seconde propose une sorte de paradis, qui sert d'exemple et soutient la conception d'une région privilégiée par ses beautés naturelles. C'est à ce moment que les propositions de revitalisation gagnent une plus grande densité. La décentralisation graduelle des activités a explicité les différences de zones, en ce qui concerne les offres de services et les équipements, ce qui a géré des discours sur les inégalités et la nécessaire récupération des aires auparavant valorisées, par exemple, le centre de la ville. En termes d'organisation des idées, je prends pour référence deux formes discursives qui synthétisent, de façon non antagonique, les paroles et les conceptions sur la ville de Fortaleza : le discours de la préservation et le discours de la transformation planifiée.

Le discours de la préservation : nostalgie et critique sociale

« Il n'y a pas de coin de Fortaleza aussi humble ou aussi modifié par le progrès soit-il, qui ne remette en mémoire un ancien événement occulté dans les plis du passé » (Otacílio Azevedo, Fortaleza pieds nus, p. 214).

25L'idée d'une ville défigurée par les transformations rapides, par exemple par la création de grandes avenues et par les transformations de zones résidentielles en espaces qui visent à rationaliser les activités de commerce et de loisir, est présente dans de multiples formulations du sens commun, mais également dans les discours proférés par les intellectuels. Les transformations rapides sont perçues comme une espèce de rouleau compresseur qui donne à la ville une physionomie homogénéisante.

26Le discours de préservation a des caractéristiques nostalgiques, souvent présentes dans les paroles des habitants. Ce que la ville « n'est plus » donne le ton des perceptions qui font souvent du passé un moment de bonheur perdu. Les discours des romanciers ou des chroniqueurs tentent d'exprimer l'idée d'un passé non seulement perdu mais aussi radicalement différent de l'époque contemporaine. Ainsi, l'écrivain et journaliste Blanchard Girão raconte ce que seraient les mémoires affectives de la ville de Fortaleza : « Paris était la capitale du monde et Fortaleza était une ville clonée, une espèce de miniature de la capitale française avec ses cafés et ses constructions art nouveau » (Journal O Povo, 12/4/99). Dans la suite de ses mémoires, l'auteur situe les personnages et les coutumes qui ont marqué l'histoire de Fortaleza au début du siècle : « Maintenant nous avons la Fortaleza yankee, américanisée, avec ses larges blousons et ses bermudas aux couleurs criantes, avec son coca-cola et ses fast-foods, ses sandwiches et ses cours d'anglais dans tous les coins. Une Fortaleza de gratte-ciel qui bloquent le vent marin, occupent les espaces, suivant un modèle architectural exporté de New York vers le monde occidental. Une ville qui accompagne les modes dictées par la télévision, copie bêtement des coutumes étrangères, s'exprime avec des accents différents du nôtre, danse sur de la musique de discothèque, imite même d'autres habitudes condamnables qui nous arrivent par tous les moyens, en jet ou par satellite ».

  • 6 Les villes européennes sont évoquées ici en raison des réformes urbaines vécues en France et en An (...)

27L'écrivain Otacilio Azevedo aussi personnifie la ville pour narrer les transformations réalisées depuis le début du siècle : « Jeune fille pauvre mais coquette, Fortaleza faisait ses premiers pas sur les chemins du commerce international, elle échangeait de la « dentelle d'Almofala contre de la dentelle française, envoyait chercher les meilleurs modèles de Paris6, du cachemire d'Angleterre, mangeait du beurre « Le Pelletier » et « Bétel Frères » – enfin, elle cherchait à s'amuser et à se montrer dans les soirées et les fêtes, les cinémas et les églises ». Ensuite, l'auteur annonce les « premiers pas » vers ce qui va configurer une ville moderne : « Pauvre petite, encore pieds-nus, mais qui songe déjà aux premières rues pavées – le sol rugueux et inégal qui annonce les futures sandales plus riches, en asphalte » (Azevedo, 1992 p. 26).

28Le ton nostalgique des chroniqueuses apparaît d'une manière plus subtile dans des discours qui préconisent l'effet des transformations rapides dans la culture et la structure urbaine de la ville. A l'occasion de l'anniversaire de la ville de Fortaleza, l'architecte Gerson Castelo Branco affirme que Fortaleza, avec ses 271 ans, est une ville sans identité. Selon ses paroles : « A l'inverse de capitales comme Récife ou Salvador, Fortaleza n'a pas connu le processus de revitalisation de ses quartiers plus anciens, de ses maisons séculaires qui, aujourd'hui, sont vues avec d'autres yeux. Notre patrimoine architectural est éparpillé. Les gens sont mal informés et ne valorisent pas notre culture » (cf. Silva Araujo, Tribuna do Ceara, 8/4/79).

29Une autre perspective de critique sociale de la croissance de Fortaleza fait écho à une idée déjà thématisée par des intellectuels brésiliens. Elle consiste à dénoncer une ville qui est le théâtre de l'inégalité sociale, un lieu d'exclusion et de pauvreté. A Fortaleza, la ville serait également le reflet d'une structure basée sur la concentration de la propriété foncière. L'urbanisation paupérisée provoquerait l'existence d'un antagonisme social inducteur de différences entre la ville légale et la ville réelle. Les formulations de cette critique sociale questionnent également la priorité conférée à des travaux touristiques : la plage d'Iracema, le Pont Métallique, le Centre culturel Dragon de la Mer et l'aéroport. Autour de cette postulation critique au sujet des interventions urbaines, l'idée qu'elles reproduisent ce qu'on appelle « la Fortaleza des pauvres et la Fortaleza des riches » prédomine.

Le discours de la transformation planifiée : investissement et revitalisation

30Les années 90 sont riches en symptômes de revitalisation dans le discours des planificateurs et des gestionnaires de la ville. L'argument de la revitalisation se justifie par l'existence de la violence, la dégradation des immeubles anciens, le mauvais usage des espaces et, pour finir, la négligence vis-à-vis de la préservation du patrimoine expressif de l'histoire de la ville. Il s'agit d'une proposition de revitalisation qui considère le centre ville comme le lieu par excellence de la récupération de la dignité du passé.

31Certains signes révèlent ce qu'on appelle la décadence du centre : perte d'habitabilité, présence accentuée de marginaux, prostitution et désorganisation des activités de commerce. Le transfert même, vers d'autres espaces, de bâtiments qui abritaient les centres du pouvoir, comme le Palais du Gouverneur de l'Etat, l'Assemblée, le Palais de l'Evêque et la Chambre des Députés, met en évidence l'anachronisme du centre, en opposition à la vitalité d'autres zones de la cité. Les opinions des architectes au sujet de la nécessité de la revitalisation du centre ville, diffusée par le journal O Povo du 8/11/99, à l'occasion du Forum Fortaleza 2000, convergent sur de nombreux points. Des extraits des propositions des architectes qui ont une participation active au sein de l'espace urbain sont significatifs en relation aux sens actuels des idées de revitalisation. Les propositions annoncées sont les suivantes :

« Récupération définitive, radicale et courageuse du centre urbain de Fortaleza avec la participation indispensable des gouvernements de la localité, de l'Etat du Ceará et de la Fédération. Ce dernier a, tout au long de son histoire, accumulé une lourde responsabilité à l'égard de la décadence locale » (Fausto Nilo).

  • 7 Le centre se caractérise comme étant le lieu qui regroupait auparavant les activités commerciales, (...)

« Préserver les lieux historiques qui se dégradent également. Le centre ville7 est, en soi, une preuve de mépris total envers l’histoire de la ville. Du jour au lendemain, qu'est-ce qui a été fait ? On a tué une rivière qui était le lieu de naissance de la ville, le Pajeú, on a assassiné le Fort de nossa Senhora de Assunção qui détenait une importance historique » (Jorge Neves).

« L'identité de la ville doit être construite à partir de sa diversité et non de son homogénéité. Surgirait alors l'unité du quartier comme unité de planification. Le quartier devrait être respecté en son identité physique à partir des coutumes et des traditions de sa population, de ses fêtes sacrées, artistiques et de toute sa culture » (José Lemenhe).

« Evolution de la connaissance de la ville et de son histoire. Ne pas présumer que le touriste qui vient à Fortaleza ne s'intéresse pas à la culture. Mettre en valeur les avenues et les immeubles historiques et diffuser des matériaux explicatifs au sujet de la ville. Vous passez souvent devant certains immeubles sans avoir la moindre idée de l'histoire qu'ils recèlent » (José Lemenhe).

« Il faut contrôler la verticalisation, présente, aujourd'hui, dans les quartiers Aldeota, Papicu, et Meireles. Il faut augmenter les espaces verts publics » (Joaquim Cartaxo).

32Ces discours font allusion à une idée de préservation, de contrôle, de revitalisation, en présentant différentes harmonies entre la ville et son histoire. Un point commun entre les diverses perspectives serait la volonté de recomposition des pertes par des formes d'interventions effectives.

33Un autre moment notable de la discussion au sujet de la revitalisation du centre de la ville a eu lieu à l'occasion du forum « Adolf Herbster – réflexion sur le futur du cœur de Fortaleza ». L'idée de réunir leaders et entrepreneurs, gestionnaires et spécialistes de la thématique urbaine, avait pour objectif de rassembler des propositions d'interventions dans les zones du centre. Selon ses concepteurs, le forum a été pensé comme un espace ouvert au débat de thèmes liés à la planification et au développement urbain de Fortaleza (dépliant présentant la programmation générale de l'événement). La recherche d'expériences similaires s'est concrétisée dans le discours du premier conférencier du forum, le secrétaire de l'urbanisme de Rio de Janeiro, qui a affirmé que la capitale « carioca » passait par un processus urbanistique qui se proposait de maintenir l'identité du centre historique de la ville (Journal O Povo, 13/04/99). Le forum, organisé par la mairie, n'a eu, en réalité, que très peu de résultats effectifs. Il a surtout contribué à donner l'alerte pour que soient pensées des manières effectives de reconstruire le centre ville. Bien que les signifiés attribués à la revitalisation se soient révélés distincts, une vision d'unité a prévalu durant le Forum. Cette unité pourrait être aussi bien au cœur de la proposition de congrégation des espaces que dans les signes vers une esthétique de diversité.

34L'idée de construire une perspective d'équilibre entre les différentes activités urbaines est bien présente dans le discours de Fausto Nilo : « J'aime le mélange des usages et des styles. Il est prouvé qu'une ville qui a des spécialisations fonctionnelles est dépassée. L'individu prend sa voiture, se déplace pour son travail et revient. Ma proposition est de construire des quartiers entièrement équipés, comme cela existe, par exemple, à Copacabana. Mais le centre en tant que lieu agglutinateur doit tout de même perdurer. Nous savons qu'un lieu est agréable quand on y constate la présence des anciens » (Entretien accordé à l'auteur en mai 1999).

35L'intervention planifiée s'appuie sur la perspective d'organiser la ville pour qu'elle soit habitable par les touristes. Il s'agit d'une conception qui maintient un dialogue avec le passé et qui pourrait être considérée comme invention. Récupérer l'allusion typique à l’idée de manutention des lieux. C'est en se basant sur le principe de présentation du typique que les pratiques sociales se dynamisent, classifiant aussi bien une optique de représentation de la nature que ce qu'on appelle les coutumes locales. Dans ce cas, le tourisme peut être perçu comme une réinvention de la ville, reproduisant des images similaires aux cartes postales.

36Il est important d'observer qu'en 1992, l'Embratur a lancé le Programme National de Municipalisation du Tourisme, ce qui, en motivant les municipalités à trouver leurs vocations spécifiques, a géré plusieurs politiques de développement local. En ce qui concerne la municipalité et le gouvernement de l'Etat, la « vocation touristique » de Fortaleza est mentionnée, ce qui donne un exemple des profondes articulations entre la politique, l'intervention planifiée et les représentations sur la ville. Les discours sur la revitalisation, accompagnés de la perspective de contrôle sur le destin de la ville apparaissent au moment des campagnes électorales municipales, occasion opportune de penser et de présenter la ville.

Campagnes électorales – des indices de l’avenir de la ville

37C'est particulièrement le moment de la campagne électorale qui abonde en discours concernant l'espace urbain. Ce ne serait pas exagéré d'affirmer que les débats municipaux mettent la ville en vitrine, par des exposés qui offrent au public aussi bien des images exaltées que dépréciatives. La ville disséquée en ses espaces de changement, de détérioration, de violence, d'inégalité, d’harmonie et de félicité apparaît comme une espèce de kaléidoscope qui émerge à travers des rituels discursifs présents à différents moments de la campagne électorale municipale.

38Les villes habituellement évoquées au cours des campagnes électorales paraissent être objets potentiels d'une intervention politique. Elles sont considérées comme symbole du pouvoir, champ d'investissement symbolique. Ceci étant, la gestion de la ville n'est plus perçue comme dépendante des actions gouvernementales à caractère national, mais comme espace relativement autonome et passible de multiples interventions. Au Brésil, durant les dernières élections municipales, la plupart des arguments qui abordaient les problèmes urbains se référaient à la nécessité de réaliser des travaux {ponts, avenues, parcs...) considérés comme paramètres de bonne administration. Une sorte de langage incorporé dans les constructions apportait la preuve de ce que les « réalisations » avaient un statut d'objectivité. N'importe quel citoyen pouvait le vérifier, d'où une confirmation de la bonne administration politique.

39Le « langage des travaux » a substitué la rhétorique oppositionniste qui avait marqué les élections de la période de reconstruction démocratique et est actuellement discréditée. La crédibilité politique, essentiellement matérialisée par l'acte de « faire », « d'agir », a été le thème de la campagne de 1996 du candidat aux élections municipales de Fortaleza Juraci Magalhães. Son slogan est la phrase : « Juraci fait ». Il s'agit d'un argument basé sur l'efficacité, comme preuve irréfutable de compétence, ce qui crée ainsi un référentiel important pour différentes autres candidatures. Même les candidats de l'opposition qui critiquent les grands travaux publics comme étant l'expression des privilèges de certains citoyens, puisqu'ils bénéficient surtout aux quartiers favorisés ne sont pas arrivés à sortir de ce signifiant déjà légitimé du « faire », comme l'expression d'une gestion compétente. Juraci Magalhães a bénéficié d'une campagne électorale parmi les plus expressives du Pays, ce qui a montré que le recours aux édifications urbaines, réalisées au cours de son premier mandat, était sans aucun doute, une forme de capital politique.

40L'autre candidate à la Mairie de Fortaleza a plus clairement intégré le discours de la critique sociale, en soulignant la nécessité de planification en opposition à la prolifération des travaux urbains.

« Nous ne pouvons pas permettre que Fortaleza ressemble à Rio de Janeiro », a répété plusieurs fois la candidate à la Mairie de Fortaleza Socorro França, dans ses discours, faisant allusion ainsi aux problèmes de violence et d'inégalités sociales de cette ville. A une autre occasion, la candidate a affirmé : « Egoïsme, violence, et mauvaise qualité de vie, c'est ce à quoi nous pouvons nous attendre à des doses qui augmenteront sans cesse. Ce n'est pas une prophétie, tout ça est déjà arrivé dans d'autres grandes villes brésiliennes dans lesquelles les mairies ont donné priorité aux travaux, en oubliant les personnes ».

41Les discours qui caractérisent plus nettement une position d’opposition se révèlent moins réfractaires à une personnification de la ville, en mettant la condition de la citoyenneté comme matrice essentielle des possibilités d'intervention. Les droits des travailleurs, la valorisation de la culture, la diminution des inégalités et la participation apparaissent comme un aspect de la citoyenneté à construire. L'idée de la ville comme espace de liberté et de création prend place plus fortement dans ce cas, reproduisant la pensée de ce que le paysage urbain est la scène de mobilisations collectives passibles de promouvoir les changements.

42A Fortaleza, les contrastes sociaux sont énoncés à partir de la radicalité relevée entre la « ville des riches » et la « ville des pauvres », exemple récurrent dans les autres discours de la campagne électorale qui tendent à expliquer les espaces de contraste, surtout en ce qui concerne les thèmes liés à la santé, l'éducation ou l'habitation. Des modifications politiques récentes, qui rompent avec les oligarchies traditionnelles, regroupées sous le vocable de « colonels », ont fondé des opinions sur la nécessaire adaptation de la ville aux « nouveaux modèles » de modernité. L'expansion croissante des équipements urbains a marqué la vie de la cité de Fortaleza ces dernières années, ce qui a alimenté la construction de l'image d'une ville en voie de développement et de modernisation. Cette conception a imprégné les discours des campagnes électorales, en imposant à chaque candidat de défendre ou de critiquer la logique d'entreprise, considérée comme indispensable à la « vigueur » des temps modernes.

43Cependant, ce n'est pas seulement l'absence effective de services urbains qui alimente des discours dénonciateurs. La période de la campagne électorale fonctionne aussi comme une espèce de règlement de comptes ou bien de renouvellement du pacte entre les électeurs et les représentants, moment unique pendant lequel cette rénovation est réellement offerte au public. On définit ce que la ville n'est pas, que ce soit à cause d'un détournement de sa « nature prospère » ou par « le manque de volonté et d'implication politique » de ses gouvernants, on favorise les discours qui abordent le thème des carences sociales, généralement accompagnés de diverses propositions de changements et de revitalisation.

44L'explication des problèmes sociaux n’implique pas le sentiment nostalgique d'impuissance. A l'inverse du propre désenchantement des réflexions présentes dans la littérature de Benjamin et de Baudelaire, toutes deux marquées par l'incapacité de réagir aux effets inéluctables de la modernité, les discours des campagnes politiques évoquent de façon permanente les possibilités de changements. Dans ce cas, l'espérance se substitue au désenchantement. Elle est basée, non seulement sur des discours, mais aussi sur la « preuve » de la capacité à réaliser des interventions – les travaux urbains. Les interpellations basées sur la valorisation de la citoyenneté et la participation, plus souvent utilisées par les partis d'opposition, mobilisent les espérances de changement par les formes organisées et associatives de la société civile.

Langages du passé et du présent

45Si on peut relier les représentations et les pratiques qui prennent effet dans le contexte urbain et la logique des interventions et de la place occupée par les différents acteurs sociaux, il est important de penser aussi aux significations imaginaires qui forment le concept même de ville. Ceci parce que : « les villes, à l'inverse des villages et des petites municipalités, sont plastiques par nature. Nous les moulons à notre image : elles, à leur tour, nous moulent à cause de la résistance qui apparaît quand nous tentons de leur imposer notre propre forme personnelle. Dans ce sens, il me semble que vivre dans une ville est un art, et nous avons besoin du vocabulaire de l'art, de style, pour décrire la relation particulière entre l'homme et le matériel qui existe dans l'intervention continuelle créative de la vie urbaine. La ville telle que nous l'imaginons, la douce ville de l'illusion, la ville du mythe, la ville des aspirations et la ville des cauchemars, est aussi réelle, et peut-être plus réelle, que la ville dure des cartes et des statistiques, des monographies de sociologie urbaine, de la démographie et de l’architecture ». (Raban cité par Harvey). C'est dans la perspective de l'imaginaire et de ses effets sur les formes urbaines d'intervention que la cité dialogue avec son passé. L'ère de la restitution du « perdu » et la quête des liens mènent à des discours sur le patrimoine, espace par excellence de négociations entre passé et présent. Le passé inventé peut actionner un temps mythique, une harmonie perdue ou une relation avec la nature. Ainsi pense Hewinson (1987), en se référant aux paysages urbains typiquement londoniens, reconstruits et réhabilités, ce que l'auteur appelle manufacture de l'héritage : « La pulsion de préservation du passé fait partie des pulsions de préservation du moi. Si nous ne savons pas où nous étions, il est difficile de savoir où nous allons. Le passé est le fondement de l'identité individuelle et collective ; les objets du passé sont source de signification en tant que symboles culturels. La continuité entre passé et présent crée un sens, une séquence, dans le chaos aléatoire et, comme le changement est inévitable, un système stable de sens organisés nous permet de vivre avec l'innovation et la décadence. L'impulsion nostalgique est un important agent d'ajustement à la crise, c'est son émollient social, qui affirme l'identité nationale lorsque la confiance s'affaiblit ou est menacée » (Hewinson, cité par Harvey, 1993, p. 85).

46Le dialogue avec le passé représente la recherche d'un référent commun, capable de discipliner des dynamiques sociales qui semblent démontrer un certain déséquilibre. Dans l'espace des investissements touristiques, la découverte des « vocations » et des « identités » exprime un processus de redécouverte du monde que Denis Cerclet a nommé de façon très appropriée le réenchantement (Cerclet, s/d). Selon la perspective du chercheur français, le tourisme est un instrument de réenchantement du monde, qui met en scène la valeur des patrimoines culturels et naturels qui construisent l'idée d'identité.

47La perspective d'indices de la transformation de la ville est étroitement liée aux administrations gouvernementales, soutiens par excellence du tourisme, et dont les prétentions sont basées sur la manutention d'un flux constant de visiteurs. Ce n'est pas par hasard que ce dialogue avec le passé apparaît si clairement maintenant.

48Le discours nostalgique et le discours de l'intervention planifiée et de la revitalisation explicitent deux formes paragmatiques d'allusion au passé, toutes deux compromises avec la conception mythologique de la quête des origines. Dans la version nostalgique, le flux entre le passé et le présent paraît inexistant ; il est ancré dans un plan fondamentaliste. L'histoire des débuts (quand tout a commencé), constamment évoquée à l'occasion de l'anniversaire du passage de Fortaleza à la catégorie de ville, le 13 avril, fait de la narration un éternel retour, ou la réminiscence d'un passé qui ne rencontre pas le quotidien actuel. On fête l'anniversaire et on se souvient de l'histoire, comme dans un rituel de consécration.

49D'autre part, la réadaptation du passé aux temps nouveaux, à partir d'indices de « revitalisation », suppose la possibilité de construction de liens temporels dotés d’éléments narratifs multiples. Les appels touristiques, les interventions urbanistiques ou les projections architectoniques cherchent, chacun à leur façon, à fortifier l'identité urbaine, tout en gardant leur part de passé. C'est à ce niveau que l'idée de patrimoine suscite une sorte d'affinité élective avec la notion de mythe qui « a à sa disposition une masse illimitée de signifiants » (Barthes, 1989, p. 141).

  • 8 Pont construit par une firme anglaise au début du siècle, restauré en 1994, afin de devenir zone t (...)
  • 9 Restaurant de l'époque de la seconde guerre, fréquenté par la bohème

50Des images de cette perception du patrimoine peuvent être détectées actuellement à Fortaleza, lors de la création de centres de loisirs qui se référent à des équipements qui ont eu d'autres fonctions dans le passé : le Pont des Anglais8, l'Estoril9, le Centre Dragon de la Mer. Il s'agit de tenter de réinventer le passé, en récupérant, de façon symbolique, « l'histoire » de l'équipement, en introduisant de nouvelles habitudes et en mettant en valeur la dimension esthétique. Dans la perspective de Gondim (1998), la construction du Dragon de la Mer, prend place dans un projet qui « prétend articuler le tourisme, la rénovation urbaine et la politique culturelle » (p. 11).

51Une intéressante discussion sur la façon de mettre en relation le passé et le présent alimente la polémique entre ceux qu'on appelle les modernes et les postmodernes. Tandis que pour les premiers la rupture d'avec la tradition se projette en un temps futur, les post-modernistes valorisent la diversité des styles, le mélange des époques dans lesquelles le passé apparaît comme un texte à citer sans priorité hiérarchique. La postmodernité se présente comme une ère du pastiche, du simulacre, dont l'expression la plus évidente est la ville contemporaine. (Jameson, 1994).

52Fortuna, quand il réfléchit au sujet des ruines de la ville et de la transformation du quotidien, se demande si « les ruines, les monuments et les musées sont des manifestations spatiales et des artefacts qui décorent la ville que nous habitons, ou si, au contraire, ils sont des éléments historiques, artistiques et culturels qui actualisent le passé et le font revivre ? » (Fortuna, 1997, p. 131) Si la réponse à cette question dépasse la conception essentialiste du passé, il nous faut penser aux différents flux historiques qui ne se restreignent pas aux dynamiques locales, mais sont aussi circonscrits par des logiques interactives plus amples que les chercheurs appellent globalisation. Un des exemples de cette perspective de recomposition des images ayant pour référence la ville vue par les « autres », est le tourisme, dans lequel la consommation opère en tant qu'élément important et inducteur d'interventions et de programmes publics à long terme.

53Les discours construits au sujet de la ville correspondent à différents moments, à des intérêts divers, véhiculés par différents acteurs sociaux. Une négociation entre ce qui se préserve et ce qui se modifie paraît indiquer l'établissement de dialogues qui vont acquérir des nuances différenciées, selon les moments et les acteurs concernés par les destins de la cité. On observe, par conséquent, l'existence de différentes articulations établies entre la ville et son temps. Dialogues temporels avec le passé ou projections du futur sont construits non seulement comme direction pour penser la formation d'une identité, mais surtout pour révéler les caractéristiques discursives des acteurs urbains en cette fin de siècle.

54J'aimerais enfin citer un personnage de l'intéressante œuvre littéraire de Italo Calvino qui, à mon sens, contient une image métaphorique de la recherche de ce qui s'est perdu dans le passé.

« Ce Marcovaldo avait un regard peu adapté à la vie citadine : panneaux, feux de signalisation routière, vitrines, lettres lumineuses, affiches, aussi habilement conçus fussent-ils pour attirer l'attention, ne retenaient jamais son regard qui paraissait se perdre dans les sables du désert. Une feuille qui jaunissait sur la branche, une plume qui se perdait dans les tuiles ne lui échappaient jamais : il n'y avait pas de mouche sur le dos d'un cheval, de trou de termites dans une table, de peau de figue se décomposant sur la chaussée que Marcovaldo n'observât et ne commentât, découvrant les changements de saison, ses désirs les plus intimes et les misères de son existence ».

55Ce personnage anachronique, dans le contreflux de la vie urbaine, peut matérialiser la quête du passé.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Azevedo Otacílio (1992) : Fortaleza descalça, UFC, Fortaleza, 1992 2a edição.

Barthes Roland (1989) : Mitologias, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil.

Berman Marshal (1982) : Tudo que é sólido se desmancha no ar, a aventura da modernidade, Companhia das letras, São Paulo.

Calvino Ítalo (1991) : Marcovaldo e as estações na cidade Companhia das Letras, São Paulo.

Canclini Nestor Garcia (1997) : Consumidores e cidadâos, conflitos multiculturais da globalização, editora UFRJ, Rio de Janeiro.

Castells Manuel e Borja Jordi (1996) : « As cidades como atores politicos ». Novos estudos, Cebrap 45, São Paulo.

Castoriadis Cornelius (1992) : A instituição imaginária da sociedade, Paz e Terra Rio de Janeiro.

Dubois Claude Gilbert (1995) : O Imaginário da Renascença, Brasilia, UNB.

Featherstone Mike (1995) : Cultura de Consume e Pósmodernismo, Stúdio Nobel, São Paulo.

Fortuna Carlos (1997) : « As cidades e as identidades. Narrativas, patrimônios e memórias », Revista brasileira de ciências sociais 33 fevereiro, de 1997, ANPOCS, São Paulo.

Geertz Clifford (1999) : O saber local, novos ensaios de antropologia interpretativa, p. 111, Vozes, Petrópolis.

Gondim Linda (1998) : « O dragão do lazer e da cultura invade a praia de Iracema », V seminário de história da cidade e urbanismo, PUC/Campinas, 14-16 de outubro.

Gonçalves José Reginaldo Santos (1999) : « Os patrimônios culturais como gênero de discurso », IX Encontro de Ciências Sociais Norte/Nordeste, Natal.

Harvey David (1989) : A Condição Pós Moderna : uma pesquisa sobre as origens da mudança cultural. Sào Paulo : Loyola.

Harvey David (1996) : « Espaços urbanos na aldeia global : reflexões sobre a condição urbana no capitalismo no final do século XX », Cadernos de arquitetura e urbanismo, 4, maio de 1996, PUC Minas Gerais.

Hobsbawm Eric e Ranger Terence (1984) : A invenção das tradições, Paz e Terra, Rio de Janeiro.

Jameson Frederick (1994) : Espaço e imagem, teorias do pósmoderno e outros ensaios, UFRJ, Rio de janeiro.

Laplantine François (1974) : Les trois voix de l’imaginaire, Editions Universitaires, Paris.

Ponte Rogério Sebastião (1993) : Fortaleza Belle Époque, Reformas urbanas e controle social 1860-1930, Fundação Demócrito Rocha, Fortaleza.

Ribeiro Ana Clara T.e Garcia, Fernanda Sanchez (1996) : « City Marketing : a nova face da gestào da cidade no final do século » in Reis Elisa, Fry Peter e Almeida Maria Hermínia (orgs) Político e Cultura : visões do passado e perspectivas contemporâneas, São Paulo Hucitec/ANPOCS.

Notes

1 Allusion à la phrase de Marx qui sert de titre au livre de Marshal Berman : Tudo que é sólido se desfazno ar : a aventura da modernidade, Companhia das letras, São Paulo, 1982

2 Au sujet du concept d'imaginaire voir, entre autres, Cornelius Castoriadis, A institução imaginária da sociedade, Paz e Terra, Rio de Janeiro, 1992, et François Laplantine Les troix voix de l'imaginaire, Editions Universitaires, Paris, 1974.

3 Apud Clifford Geertz, O saber local, novos ensaios de antropologia interpretativa, p. 111, Vozes, Petrópolis, 1999.

4 Voir Hobsbawm, Eric et Ranger, Terence, A invenção das tradições, Paz e Terra, Rio de Janeiro, 1984.

5 Le Centre Dragão de la Mer constitue un des exemples d'intervention urbaine effectués sous l'optique de la revitalisation. L'espace réunit musées, bars, salles de spectacles, cinémas, et école d'art.

6 Les villes européennes sont évoquées ici en raison des réformes urbaines vécues en France et en Angleterre, pays les plus en contact avec les villes brésiliennes. Fortaleza comptait à l'époque avec la présence de capitalistes, de sociétés et de techniciens anglais et français qui influençaient les projets architectoniques. (Rogério Ponte, 1993). Il est intéressant de constater que les auteurs attribuent une valence positive aux influences européennes et une valence négative aux influences nord-américaines.

7 Le centre se caractérise comme étant le lieu qui regroupait auparavant les activités commerciales, ainsi que les activités administratives. Pour cette raison, le mot centre et le mot ville, en un sens métaphorique, peuvent être utilisés de mode similaire.

8 Pont construit par une firme anglaise au début du siècle, restauré en 1994, afin de devenir zone touristique.

9 Restaurant de l'époque de la seconde guerre, fréquenté par la bohème

Auteur

Professeur Titulaire à l’Université Fédérale du Ceara.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site