Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usages sociaux de la mémoire et de l'imaginaire au Brésil et en France

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin
, 
Ismael Pordeus

Mémoire, imaginaire et création artistique

« C’était vraiment merveilleux »

Récits et histoire de la grande plage

Thierry Valentin

Texte intégral

1Mettre le statut du récit au centre des préoccupations de l’anthropologie contemporaine est devenu un lieu commun de notre discipline. Cet essai abordera la question de la narration sous un angle peut-être plus ludique que réellement théorique. Il soulève pourtant certaines questions que je crois sérieuses, et que j’aurais voulu pouvoir débattre directement avec vous. Ma voix étant relayée par celui qui vous fait face – et que je remercie de bien vouloir assumer cette tâche ingrate –, la discussion n’aura donc pas lieu. D’un autre côté, la virtualité de ma présence a quelque chose à voir avec le sujet abordé.

2Je vous invite donc à accompagner le déroulement d’une histoire particulière, qu’il m’a été donné d’entendre au détour d’une recherche que je mène actuellement sur la côte amazonienne de l’État du Para. La scène se déroule dans un village de pêcheurs, dos à la mangrove et face à l’océan. L’image pourrait être idyllique. Et pourtant...

L’Histoire de la Plage

« Sur la plage

3C’était vraiment merveilleux, il y avait beaucoup de poissons. On allait pêcher comme on voulait, il y avait de la nourriture tout de suite, beaucoup de crevettes. Mais les gens disaient que sur cette plage, au bord de la marée, il y avait une chose, un dauphin. On disait que c’était un dauphin, mais les pajés (xaman) disaient que c’était un jeune garçon enchanté, qui se transformait. Quand il n’y avait personne sur la plage, il s’y promenait. Je veux dire qu’il était le propriétaire de la plage.

4On était presque possédés de tellement le voir marcher comme ça. Et puis il y avait aussi un noir, énorme, nous regardant assis sur la dune. Quand on voyait quoi que ce soit, un caméléon, un grand rapace, un crapaud, les pajés nous disaient qu’il ne fallait pas s’en mêler, leur jeter des pierres, car ce n’était pas une bonne chose.

5La nuit, il y avait beaucoup de mères d’eau (êtres enchantés anthropomorphes) qui sifflaient. Certaines semaines, tous les enfants mouraient presque de fièvre. Alors, on pouvait être sûrs qu’il s’agissait d’une mère d’eau qui était le chef, une certaine Silvana. Elle était bien noire. C’était elle leur chef.

6Je crois vraiment que cette plage était enchantée. La marée la recouvrait de tous les côtés, de l’eau vraiment salée, et si on creusait un puits, l’eau était bonne. Cela ne peut être qu’un miracle.

7Je sais beaucoup de choses. On voyait beaucoup de choses. Chaque personne, chaque chose a son enchantement. Une fois, j’ai rêvé d’un roi. Il m’a parlé comme ça : « quand je vivais là, je creusais beaucoup de puits, pour trouver de l’eau ». Alors il m’a dit : « Regarde, ne creuse pas ici, ne viens pas ici sur ce morceau ». Sauf qu’il a creusé pour me montrer, et j’ai vu beaucoup d’or, des chaînes, des bagues, de la vaisselle. Il m’a dit : « La plage va disparaître, mais le propriétaire va trouver cet or, le jour venu. » Ce roi, c’était le fils du Roi Bastien (Roi portugais), là-bas, de la Plage du Lençol. C’était peut-être lui, le dauphin...

8Tu vois, sur la plage, il y avait vraiment un enchantement. Un vieux, Zé Padua, a trouvé de l’or. C’est un prêtre qui lui a offert, dans son sommeil. Quand il s’est réveillé, il y est allé et a creusé. Il a trouvé une caisse pleine de bijoux. Cet or, c’est des étrangers qui l’ont laissé, des Portugais. Une fois, il y a emmené mon fils, pour lui montrer l’endroit. Mon fils sait où c’était.

9Il y avait un feu qui apparaissait en bas de la plage, en direction de la pointe. Ce feu se promenait sur la grève. Beaucoup l’ont vu. Ils disaient que c’était de l’or. D’autres disaient que c’était le signal, que la plage disparaissait, qu’elle allait disparaître. Elle a disparu. Mais personne ne sait vraiment.

10Les gens pêchaient beaucoup, et ils lavaient les poissons et les crevettes sur la plage. Elle devait se défaire comme ça. Une plage, là où on laisse du sang, des têtes de poisson, là où les femmes perdent du sang, elle doit disparaître.

Dans l’océan

11au large de la Plage, il y avait beaucoup de rochers, une forêt de pierres. C’était entre ces pierres que les enchantés mettaient leurs filets. Quand la tempête se levait, les pêcheurs revenaient tous, parce que c’était les propriétaires qui se mettaient en colère. Un jour, Zequinha et deux compagnons étaient là-bas. Un rouleau énorme a soulevé le canoë presque à la hauteur de cette maison. On aurait dit un grand serpent.

12Il y avait beaucoup de fêtes. Les jours fériés, beaucoup de personnes allaient sur la plage. Une fois, une jeune fille de Caratateua est venue, elle était jolie. Au bout d’une semaine, elle a commencé à sentir... tu sais, cette chose... elle était possédée. Les gens disaient que c’était un esprit du mal en elle. Pas du tout, c’était les enchantés qui s’étaient attachés à elle. Un jour, elle est tombée dans l’eau, et personne n’a pu la retenir. Il y avait une dame, qui enseignait des médicaments (xaman). Elle dit que personne ne pouvait rien faire. La fille partait loin, vraiment loin, au dessus d’une vague. La dame disait que personne ne devait pleurer. Et puis, vers minuit, la fille est revenue. Elle conta qu’elle avait été emmenée sur le dos d’un grand serpent, et qu’elle était allée dans leur royaume enchanté. Elle disait que leur ville était très belle, la ville des enchantés. Elle aussi était très belle, cette fille.

Dans la mangrove

13il y avait un Ataíde (monstre anthropomorphe). Tout le monde le voyait dormir sur les branches d’arbres, au bord de la mangrove. Une fois, un homme qui est aujourd’hui mort est allé dans la mangrove pour prendre des crabes, et quand il est arrivé là-bas, il dormait sur une fourche, les bras ouverts. Cet homme est presque mort de migraine, d’avoir tellement entendu son ronflement.

14Un jour, c’était presque cinq heures, il est venu. Il était comme mon mari, avec les vêtements qu’avait mon mari quand il était sorti, la chemisette noire, le short, vraiment pareil ! Sauf que ce n’était pas mon mari... Il était très grand et chevelu, et des poils monstrueux sur les bras. J’étais réveillée, mais il m’a endormie tout de suite. Il est rentré dans la maison. Je criais pour mes voisins, je sentais que ma voix sortait mais personne n’entendait. J’étais endormie toute réveillée. Mon premier fils était dans un hamac, et le deuxième était avec moi. Que faire ? Alors j’ai commencé à prier. Alors il s’est approché et s’est couché sur moi, comme ça, de travers, tentant de tirer l’enfant de mes bras. Je sentais que je réussissais à retenir l’enfant. J’ai continué à prier, toutes les prières que je connais. À un moment, il s’est éloigné et est resté comme ça, me regardant. Puis il a dit : « À ta vaillance ! » Et il est sorti. Mais je sentais que cette chose restait près de la maison. J’ai pris mes deux enfants dans les bras et j’ai sauté comme ça. C’était haut, le plancher était haut à cause de la marée. Il fallait descendre par une petite échelle. Dehors, je l’ai vu, sur la dune. Heureusement, les voisins se sont réveillés. Quand je suis arrivée chez eux, j’étais toute froide, de ses cheveux qui m’avaient touchée. C’était la pleine lune, et les voisins sont sortis avec une lanterne, et ils ont suivi les traces jusqu’à la limite de la mangrove. La mangrove, c’est comme ça qu’on l’appelle.

Le meurtre

15c’est une chose que je n’avais jamais vue sur cette plage. J’y ai vécu vingt ans, et cela s’est passé. C’était la première fois... Quand nous sommes arrivés, il était encore vivant, il levait encore la tête vers le haut, et quand il la baissait, l’homme tranchait à nouveau. Alors, quand il a été bien faible, qu’il ne réussissait plus à relever la tête, l’autre lui a sauté trois fois dessus. J’étais là, je l’ai vu. Même comme ça, les gens ont dit : « Regardez, il n’est pas encore mort ! » Alors ils se sont souvenus, ont mis la main dans sa poche et ont retiré un papier avec une oraison. Il est seulement mort après qu’on ait retiré son oraison. C’était un homme dont on disait qu’il utilisait beaucoup ces oraisons. Ces choses, ils les tirent du livre de Saint Cyprien, à la couverture noire, pour faire le mal. Je crois que ça le protégeait, c’est Satanas qui le protégeait, parce que Dieu ne fait pas des choses comme ça. Il priait juste pour faire du mal aux autres.

16Après l’époque où ils ont tué cet homme, violemment, tout le monde vivait mal, sans sommeil. Cette chose se faisait sentir. Une nuit, après une messe sur la plage, j’ai décidé de faire un feu. C’est alors que mes cheveux se sont dressés et que je l’ai vu. Il était là, au bord de la mangrove, et il ressemblait à cet homme que l’on avait transporté comme ça, les bras ouverts. Je n’ai pas eu le courage de bouger. Le jour d’après, je me suis sentie mal, avec beaucoup de fièvre. Une Dame est venue me bénir à la maison, et elle m’a dit que j’avais le corps ouvert. Et puis, la Plage a commencé à disparaître. Les gens disaient que c’était à cause de ça. Alors tout le monde partait. Quand il y a une mort, là où il y a du sang comme ça, la mer va le chercher. Quand c’est une plage, la mer vient pour tout enlever.

C’était le jour de Saint Pierre

17qu’ils ont tué cet homme, il y a vingt-six ans. Après, ça a été la faillite. Cette plage était vraiment très belle, fameuse. J’ai de la saudade. C’est où j’ai élevé tous mes fils. Là où on habitait, aujourd’hui c’est une grande pointe de mangrove. Personne ne pense qu’ici c’était la Grande Plage. Mais ici, il y avait des fêtes.

18Une fois, ils sont retournés là-bas, avec notre Saint Pierre sur le bateau. Il y a quelques années. Ils ont prié, fait une procession. Quand ils sont arrivés près de la Plage, le ciel était beau, propre. Alors une grande tempête de pluie s’est formée. Ce Saint Pierre, c’est le Patron de la Plage, il est le successeur de Dieu, il est le protecteur des pêcheurs. Ce Saint Pierre ici, il est vraiment miraculeux.

19Ils disent que la Plage se reforme, qu’elle revient. Si elle continue à se reformer, je vais retourner là-bas pour y vivre. Ce que la mer détruit, elle le reconstruit. D’ici à quelques temps, on peut espérer de Dieu qu’elle sera là à nouveau. Mais un jour nous irons là.. »

Petit détour

20Je suppose que vous connaissez Le château des destins croisés, de Italo Calvino. Dans cet ouvrage, des voyageurs, qui ne se connaissent pas, se retrouvent dans un château à la nuit tombée. L’endroit est frappé d’un sortilège, et tous les occupants deviennent provisoirement muets. L’un d’entre eux possède un jeu de tarot de Visconti, et commence à aligner certaines cartes comme pour raconter son histoire en prenant appui sur les figures dessinées et leurs possibles interprétations. Chacun finit par raconter sa propre vie en s’aidant du jeu, et chaque histoire est soumise aux multiples compréhensions des autres participants. Comme le nombre de cartes est limité, et comme certaines demandent à être utilisées dans plusieurs histoires, la table de la salle à manger se recouvre d’un réseau de récits qui s’entrecroisent, finissant par n’en faire qu’un seul, immense, où il est possible de naviguer au gré des cartes à la recherche de significations infinies.

  • 1 « (...) le propre de la pensée mythique, comme du bricolage sur le plan pratique, est d’élaborer de (...)

21Le schéma mis en place par Calvino pourrait sembler être une bonne introduction à la théorie structuraliste, et plus particulièrement aux idées qu’expose Claude Lévi-Strauss dans La Pensée sauvage. Ce que le hasard de la rencontre et du sortilège pousse ces voyageurs à créer pourrait bien être désigné comme « structure », et l’utilisation des cartes – que Lévi-Strauss dirait « précontraintes » – cadrerait parfaitement dans sa célèbre image du « bricolage »1. Mais disant cela, je cours le risque d’être incorporé dans la grande liste de ceux qui ont cherché – ou cherchent encore – à expliquer tous les faits de culture par usage quasi-incantatoire de cette métaphore. Je pondère donc tout de suite le propos en admettant que la comparaison peut être mise à mal si l’on considère le caractère expressément narratif et dialogique du schéma de Calvino. Les histoires que l’on raconte, et principalement les histoires de vie, sont-elles réellement de même nature que les récits mythiques ?

  • 2 J’encourage les éventuels amateurs de Umberto Eco à y voir la figure de Guillaume de Baskerville, a (...)

22Je vous propose de donner une suite au roman, tout en étant conscient que Calvino la renierait sûrement. Imaginons qu’au petit matin, alors qu’ils laissent le château pour poursuivre séparément leur route, nos voyageurs oublient de récupérer le jeu de carte, et laissent leur étrange réseau disposé tel quel sur la table. Un autre voyageur arrive plus tard et, voulant se signaler aux supposés propriétaires du lieu, ne peut que constater son propre mutisme. Ce nouveau protagoniste, quelque peu détective, commence alors à s’interroger2. Il voit le jeu, la table, plusieurs chaises, les cendres fumantes dans la cheminée. Combien de personnes se trouvaient ici ? Qui étaient-elles ? Ces cartes oubliées sont-elles les restes d’une partie aux règles obscures ? Tout le monde a-t-il joué ? S’agit-il d’un travail de divination ou de quelque autre magie ?

23Notre détective, partant de la supposition qu’un même silence s’était imposé aux précédents visiteurs, finit par comprendre l’utilisation discursive du jeu de cartes. Mais, privé de la vision des participants et de leur interaction, il semble qu’il ne réussira pas à reconstituer le sens des récits, et qu’il ne pourra tout au plus que deviner la logique de certains agencements particuliers. Alors, comme il faut bien passer le temps, il commencera à imaginer lui-même d’autres histoires à partir de celles des autres.

24Revenons à la pensée sauvage. Dans un texte particulièrement stimulant, Max Caisson établit une analogie entre l’activité de l’ethnologue interprétant, de l’Indien pistant – le Dernier des Mohicans – et du détective enquêtant – Sherlock Holmes. Il s’agit bien, pour les trois, de traduire des signes, des traces ou des indices, pour reconstituer des univers, des pistes ou des crimes. Comme l’exprime Caisson, dans chacun des cas, il s’agit de « penser sauvagement des détails pour en restituer un monde, un cosmos » (1995 : 116).

25Ainsi, un type d’activité intellectuelle identique présiderait tant à la constitution d’un monde – une culture ou une veillée dans un château enchanté – qu’à la tentative de reconstitution que l’on peut tenter d’en faire – un essai ethnologique ou une deuxième veillée dans le même château. Mais, dans notre exemple volontairement adéquat, nous percevons que l’écart entre le résultat de ces deux temps peut-être particulièrement lâche. En d’autres termes, l’ethnologue ne finit-il pas par raconter une autre histoire en s’appuyant sur les débris de la vie des autres ? Notre but n’est après tout pas aussi bien ciblé que la recherche d’un assassin ou la traque d’un quelconque cervidé.

26Considérons que le monde de la vie est le fait de destins qui se croisent et qui se disent. Il nous apparaît clairement que le récit, loin de n’être qu’une expression de la culture, en est l’un des puissants artisans. Comme l’exprime Paul Ricœur, la vie est un « tissu d’histoires racontées » (1991 : 443). Doté d’une capacité proprement ontologique, le récit est l’une des forces qui façonnent la réalité du monde humain. Il existe « une relation circulaire entre, d’une part, ce qu’on peut bien appeler un caractère – et qui peut être aussi bien celui d’un individu que d’un peuple – et, d’autre part, les récits qui, tout à la fois, expriment et façonnent ce caractère » (1991 : 445). Il importe donc de travailler autour de « l’idée d’une re-figuration de la vie par la fiction » (1996 : 188).

27Que peut-on donc faire de la « pensée sauvage », aussi séduisante soit-elle, quand il nous faut ainsi comprendre V intériorité des récits – ou ce qu’ils disent sur le monde – mais aussi, et surtout, leur extériorité – ou ce qu’ils font du monde ?

Retour à la Plage

28Vous vous demandez quel est le rapport entre le récit d’ouverture et la digression qui l’a suivi, entre une plage amazonienne et un château italien. J’en viens donc au fait.

29L’histoire que je viens de vous rapporter n’a pas de commencement fixe, ni de fin certaine. Les auteurs, trois femmes et trois hommes, ont été rencontrés dans trois lieux : un quartier populaire de la ville de Bragança, un village urbanisé de l’intérieur de Augusto Corrêa, un hameau insulaire du même município. Tous sont d’anciens habitants de la Grande Plage et, à une exception, y sont nés. C’est donc en fait un texte à plusieurs voix, une conjonction de récits de soi et du monde, qui, d’un locuteur et d’un endroit à l’autre, dessine l’existence d’un lieu invisible et l’histoire d’un terrible événement. Ce lieu, c’est la Grande Plage.

30Le but de nos entretiens n’avait alors rien à voir avec le sujet de ce texte. J’enregistrais des histoires de vie à titre exploratoire, destinées à mieux cerner ma problématique de recherche, et le choix de mes interlocuteurs était plus lié au hasard des rencontres qu’à une réelle sélection. Aussi, chaque récit de vie recueilli se compose en grande part d’extraits liés aux lieux et aux événements qui ont marqué la vie des auteurs après la disparition de la Grande Plage – soit 26 ans –, si l’on prend le jour du crime comme repère. Pourtant, celle-ci revenait souvent dans le discours, et la charge affective qui habitait les voix quand elles en prononçaient le nom commençait à m’interpeller. J’étais curieux d’en savoir plus sur l’histoire de ce lieu qui n’était plus, et, d’un entretien à l’autre, je commençais à infléchir mes questions dans cette direction. D’autres auteurs, qui ne vécurent pas sur la Plage mais qui l’avaient fréquentée, me parlèrent aussi.

31Je finissais par percevoir que les récits ainsi reçus semblaient tisser comme une toile entre les membres de cette communauté dispersée mais pourtant vive. Malgré la distance, leur ancien réseau social était maintenu, et les « praieros » se distinguaient encore de « ceux de la terre ferme » dont ils avaient été contraints de partager l’espace. La Plage, dont on guettait le retour, existait quelque part, maintenue et encore vécue par la voix de ses habitants. L’image de son Saint Pierre était encore gardée par l’une de mes interlocutrices, dans l’attente de retourner en des lieux retrouvés. En bref, gardés dans les récits, semblaient se dessiner les contours d’un monde en suspension mais non absent.

32Si chaque auteur m’offrait un récit personnel de soi, de son monde, de son histoire, je me suis demandé dans quelle mesure je pourrais deviner l’existence, à travers ces récits, d’une histoire plus globale, commune. En d’autres termes : si chaque auteur des six récits laissait entendre ce que Ricœur appelle une « identité narrative » particulière, en s’instituant comme personnage du récit de sa propre vie, était-il possible de deviner une telle sorte d’identité à un niveau collectif, forcément liée à l’histoire des événements passés et à la vie qu’ils avaient impulsée ? Pour Ricœur, « le rejeton fragile issu de l’union de l’histoire et de la fiction, c’est l'assignation à un individu ou à une communauté d’une identité spécifique qu’on peut appeler leur identité narrative » (1991 : 442). C’est le récit qui « construit l’identité du personnage, qu’on peut appeler son identité narrative, en construisant celle de l’histoire racontée » (1996 : 170).

  • 3 « La mémoire collective est bien une mémoire de groupe, mais c’est la mémoire d’un scénario – c’est (...)

33Comme le rappelait Roger Bastide (1970), un groupe humain dispersé et privé de son espace d’origine peut élaborer certaines procédures de maintien d’une cohésion par création d’un « scénario » qui dit et met en performance ce qui a été perdu3. J’emprunte ici le sens du concept d’« énoncé performatif », c’est à dire celui d’un acte de locution qui fait advenir la réalité qu’il énonce (J. L. Austin, 1991). Si Bastide dresse ce modèle dans le cadre des religions afro-brésiliennes et de leurs expressions corporelles – il s’agit alors de scénarii chorégraphiques –, il semble intéressant de le rapporter à l’exemple ici discuté. La notion de « scénario » – que je rapproche de la notion d’intrigue chez Ricœur (1991) – est une catégorie structurellement liée à celle du récit. Que ce soient les gestes ou les voix, nous sommes bien dans l’ordre de la narration. L’élaboration de ces scénarii, que Bastide liait à la dynamique du bricolage, de la pensée sauvage, se ferait à partir des signes interprétés de la mémoire et d’emprunts destinés à boucher les trous de celle-ci – ce qu’il appelait un « replâtrage ».

34Dans l’espace rituel, clos et collectif, la reconstitution narrative de la terre africaine, sa permanence « malgré tout », est finalement un donné saisissable en action. Mais, dans le cas de la Plage, la dispersion des anciens habitants rendait problématique la saisie d’un texte collectif, qui dise et rende intelligible, dans la même trame, ce qui constitue cette identité à la Plage : à la fois la disparition et la présence de la terre. Cet univers qui se dessinait à travers les mondes reçus en récits n’était que partiel. J’étais face à des traces, à des matériaux « sauvages » à partir desquels il fallait reconstituer l’histoire de l’Histoire. La « méta narration » recherchée n’étant pas donnée, elle était donc à construire. Alors, à partir de ces récits-cartes, j’ai essayé de me faire le co-auteur de l’histoire des événements.

35Comme par un heureux bonheur herméneutique, l’histoire commune qui se révèle de cette activité de recollage s’avère être proprement policière et merveilleuse – au sens des genres littéraires. Il y a du bonheur et des nuages qui planent, de la menace, du mystère, des êtres intrigants, des transgressions, des crimes, des suspects et des coupables, un châtiment et une fin qui laisse la place à un autre épisode... Car les indices sont multiples et tous les informateurs n’en ont pas la même interprétation. L’histoire ne saurait être mono logique mais bien polyphonique – en ce qu’elle possède plusieurs narrateurs – et dialogique – en ce qu’elle se constitue du croisement des énoncés et des interprétations des acteurs entre eux et des acteurs avec moi.

36Comme vous l’aurez compris, ma fin n’est pas ici d’analyser proprement dit le contenu informatif de chaque récit. Ceux d’entre vous qui sont coutumiers du monde rural brésilien en général et amazonien en particulier, notamment dans ses relations symboliques à la nature, auront reconnu des êtres et des forces devenus classiques depuis les travaux d’Eduardo Galvão (1976). Mais, si chaque phrase de cette histoire est une porte pour une nouvelle recherche, mon propos n’était rien de plus que de vous faire partager le plaisir d’un récit particulier.

37Entre-temps : Plusieurs mois se sont écoulés depuis le recueil de ces récits. Depuis, deux faits ont été portés à ma connaissance. Seu Zequinha, l’un des auteurs, est aujourd’hui frappé de folie. On dit que le « noir énorme », qui se promenait sur la plage, est revenu pour le posséder. Autre victime, fatale, le frère d’une amie a été retrouvé mort alors qu’il était parti pêcher dans les parages de l’histoire. Victime de l’Ataíde. Si, comme on l’annonce, la Plage est en passe de revenir, ses enchantés l’ont visiblement précédée.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Austin J. L., Quand dire, c’est faire, Paris, Points, 1991.

Bastide R., « Mémoire collective et sociologie du bricolage », in L’Année sociologique, p. 3-108, Paris, PUF, 1970.

Caisson M., « L’Indien, le détective et l’ethnologue », in Terrain, 25, 1995.

Calvino I., Le Château des destins croisés, Paris, Points, 1985.

Eco U., Le Nom de la rose, Paris, Garnier-Flammarion, 1996.

Galvão E., Santos e visagens. Um estudo da vida religiosa de Itá, Baixo Amazonas, São Paulo, Companhia Editora Nacional, 1976.

Glissant E., Poétique de la relation, Paris, Gallimard, 1990.

Levi-Strauss C., La Pensée sauvage, Paris, Presses Pocket, 1990.

Lewis O., Les Enfants de Sanchez, Paris, Gallimard, 1963.

Ricœur P., Temps et récit. 3. Le Temps raconté, Paris, Points, 1991 – Soi-même comme un autre, Paris, Points, 1996.

Notes

1 « (...) le propre de la pensée mythique, comme du bricolage sur le plan pratique, est d’élaborer des ensembles structurés, non pas directement avec d’autres ensembles structurés, mais en utilisant des résidus et des débris d’événements. » (1990 : 36).

2 J’encourage les éventuels amateurs de Umberto Eco à y voir la figure de Guillaume de Baskerville, alors sur le chemin du retour. Il y aurait là une bonne complémentarité à mon propos, que je n’aurai malheureusement pas l’espace de développer ici (Le nom de la rose, Paris, Garnier-Flammarion, 1996).

3 « La mémoire collective est bien une mémoire de groupe, mais c’est la mémoire d’un scénario – c’est à dire de liaison entre des rôles (...) » (1970 : 92).

Auteur

Doctorant en cotutelle (Université Lumière-Lyon 2 et Université Fédérale du Ceará), Lauréat de la bourse Lavoisier 1999.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site