Version classiqueVersion mobile

Usages sociaux de la mémoire et de l'imaginaire au Brésil et en France

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin
, 
Ismael Pordeus

Mémoire, imaginaire et création artistique

La création : réalité imaginaire

Mongi Guibane

Texte intégral

Ce texte est un hommage à
Cornelius CASTORIADIS
et à son enseignement fertile

I

1Il est une « tradition » tenace, depuis les Lumières qui exige de tout créateur de faire du nouveau et le charge ainsi de trouver, d'accorder, de dévoiler, de représenter la réalité, une réalité visible ou invisible, essentielle, vraie ou authentique.

2Chez Molevitch « Dieu n'est pas déchu ».

3Chez Baudelaire « le beau est fait d'un élément éternel, invariable dont la quantité est excessivement difficile à déterminer et d'un élément relatif, circonstanciel qui sera si l'on veut, tour à tour ou tout ensemble l'époque, la mode, la morale, la passion ».

4Baudelaire domestique le nouveau car il est muselé par la tradition comme « beauté éternelle ».

5Chez Descartes l'utopie comme destruction totale est raisonnée par « l'ego-cogitans » :

« Ainsi voit-on que les bâtiments qu'un seul architecte a entrepris et achevés ont coutume d’être plus beaux et mieux ordonnés que ceux que plusieurs ont tâché de raccommoder, en faisant servir de vieilles murailles qui avaient été bâties à d’autres fins [...]. Ainsi, je m'imaginais que les peuples qui, ayant été autrefois demi-sauvages et ne s'étant civilisés que peu à peu, n'ont fait leurs lois qu'à mesure que l'incommodité des crimes et des querelles les y a contraints, ne sauraient être si bien policés que ceux qui dès le commencement qu'ils se sont assemblés ont observé les constatations de quelques prudents législateurs. [...] Il est vrai que nous ne voyons point qu'on jette par terre toutes les maisons d'une ville, pour le seul dessein de les refaire d’autre façon, et d'en rendre les mes plus belles ; mais on voit bien que plusieurs font abattre les leurs pour les rebâtir [...] A l'exemple de quoi je me persuadais qu'il n'aurait véritablement point d'apparences qu'un particulier fit dessein de réformer un État, en y changeant tout dès les fondements et en le renversant pour le redresser [...] mais que pour toutes les opinions que j'avais reçues jusque alors en ma créance, je ne pouvais mieux faire que d'entreprendre une bonne foi, de les en ôter, afin d'y en remettre par après, ou d'autres meilleures ou bien les mêmes lorsque je les aurais ajustées au niveau de la raison. »

II

6Or depuis quelque temps, il semblerait que toute quête utopique est vouée à l'échec. Car du nouveau, il ne faut rien attendre. Tout est là, nous disent les penseurs de la « post-modernité ». Ce tout est : l'impossibilité de la modernité et l'impossibilité de son dépassement. C'est ce que Derrida appelle la « clôture ».

« Il faut bien entendre ici cette incompétence de la science qui est aussi l'incompétence de la philosophie, la clôture de l'épistémé. »

7La leçon sera bien comprise et bien portée. Ainsi c'est l'Allemand Lachmann qui s'écrie : « l'espace existant entre les textes, n'est-ce pas là le véritable espace de la mémoire ? ».

8Dès lors, donner une nouvelle interprétation d'une œuvre, c'est créer une œuvre nouvelle.

9Ce qui implique que, si il y a « multiplicité » (il y a plutôt pluralisme en fait) elle se déploie exclusivement sur le mode de la « différence » comme « répétition » : une « multiplicité identique ». Le flux du temps est « exclusivement » institué, ce qui fait que l'altérité est perçue comme permutation de « différences », du fait que l'identique est toujours disponible, indestructible. Ce qui est fini et n'a pas de fin et l'imaginaire est dans l'infini du texte, dans « l'archive » disait M. Foucault.

10Ainsi pour Derrida : « Il n'y a pas de hors texte...il n'y a jamais eu que des suppléments, des significations institutives qui n'ont pu surgir que dans une chaîne de renvois différentiels... et ainsi à l'infini ».

11J'arrête là ce panorama schématique qui illustre (à grands traits je m'en excuse) le champ dans lequel la parole du créateur (s'il n'est pas encore mort comme le pensent certains) se déploie.

III

12Je suis « créateur » et par la voix du désir, du besoin ou de la nécessité je me trouve dans l'état de vouloir créer une « chaise ». Or, il se trouve que le « réel/chaise » existe et qu'il est même un réel foisonnant : une multitude de chaises m'entourant, cet « ensemble identitaire » chaise est constitué depuis un temps et dans des espaces presque infinis.

13Certes, je pourrais décider de chambouler toute cette mémoire « chaise/de », défaire son unité formelle car je me refuse (ou je trouve inutile) de faire un nouveau style de chaise. Je voudrais profiter de l'expérience accumulée. Supprimer les distances entre plusieurs styles et rechercher des proximités. Prendre ce qui est bon dans chaque style et l'exploiter (fonctions, technologies, esthétiques...). Bref, procéder par la citation stylistique, le collage d'éléments épars, l'évocation ou le changement d'échelle, etc. Ce faisant, je considère que le réel/chaise est déjà l'objet d'une clôture. Je décide finalement que la question sera mieux en créant un manifeste autour de la « chaise absente » qui est, comme chacun sait, une infinie présence, y compris dans son absence.

14Donc, je considère que tout a été dit et fait sur la chaise et que je ne pourrais procéder que par récurrence, répétition ou équivalence par la décontraction du réel/chaise.

15Je n'aurais aucun mal à faire et à défaire du néo-éthique, néoclassique, néo-moderne, etc. Mais voilà, le créateur que je suis a un doute quant à la validité de cette méthode, surtout qu'à force de s'immerger dans toute cette mémoire, une partie de mon héritage culturel remonte à la surface ; n'ai-je pas appris, il n'y a pas si longtemps qu'il fallait que je sois « moderne » et que tout fait social se doit d'être un progrès et que notre société croule sous le poids de la mémoire ? Alors, peut-être qu'il faut brûler nos vieilles chaises, comme on jette nos vieux vêtements pour en faire des chiffons et non des « reliques » sacrées dignement conservées au musée.

16Car pour un monde nouveau, un nouvel individu, des temps nouveaux faisons des objets nouveaux. La tentation est grande d'adopter la stratégie de la « Table Rase » et de recommencer l'histoire de ma chaise.

17De faire la chaise du « futur » avec des matériaux du « futur », des techniques futuristes, pour un homme du futur, bien entendu.

18Ainsi le présent succédera au présent car le nouveau, chaque nouveau, sera un présent absolu ayant accompli le meurtre de son immédiat antécédent. Surtout ne restons pas sur place et oublions vite le passé.

19Mais là aussi, le créateur submergé par ce déferlement « prométhéen » qui finit par encombrer les rayonnages de nos supermarchés, et dérouté par la surenchère formelle, happé par la contrainte obsessionnelle de faire du nouveau à tout prix, finit par douter quant à sa réelle capacité d'assurer par son faire/sa création le bonheur tant promis par l'utopisme moderniste.

20Mais le créateur doit créer, faire et faire advenir et il ne peut le faire uniquement avec ce qui est ou ce qui lui est donné. Il se doit de prendre ses distances avec ce donné, sinon il s'inscrit dans la différence comme répétition ou dans la multiplicité identique. La prise de distance signifie la création de nouvelles idées, de nouvelles mesures, de nouvelles formes de pensée, c'est-à-dire l'émergence d'une multiplicité créatrice, imaginaire poétique, autrement dit l'altérité.

21La création est une activité qui se déploie à la fois librement et sans contrainte de son propre passé.

22G. Gurvitch disait « la vie sociale s'écroule dans des temps multiples, toujours divergents, souvent contradictoires et dont l'unification relative liée à une hiérarchisation souvent précaire, représente un problème pour toute société ».

23Il y a une irréductibilité du social à ce qui est exclusivement identitaire, c'est-à-dire centré sur l'identique ou le vécu ou l'expérience du sujet, ou à ce qui est une addition d'identiques caractérisés par la répétition, la récurrence, l'équivalence. L'identitaire ne peut qu'établir des repères dans le temps et l'espace social.

24Ce qui est là, il ne détermine pas le nouveau. C'est celui qui se l'approprie et lui donne sa signification. « Ce qui existe conditionne la nouvelle forme, il ne la cause, ni la détermine ».

25Nous vivons le temps identitaire, mais en même temps le temps imaginaire investit et coordonne ce temps identitaire. Il l'interprète, le croise, le tisse, le recouvre...

26« Les sociétés tout en connaissant le monde [...] le construisent » (Castoriadis).

27G. Gurvitch dit que « la société ne peut vivre sans essayer d'unifier la pluralité de ses temps sociaux ».

28Cette unité – ou cohésion interne – dont toute société a besoin est un enchevêtrement de significations, non réductibles à des systèmes.

Auteur

Créateur, Université de la Mode (Lumière-Lyon 2).

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search