Version classiqueVersion mobile

Usages sociaux de la mémoire et de l'imaginaire au Brésil et en France

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin
, 
Ismael Pordeus

Mémoire, imaginaire et création artistique

La boulangerie spirituelle et le symbolisme : réception croisée

Norbert Bandier

Texte intégral

  • 1 Leonardo Mota, A Padaria Espiritual, Fortaleza, UFC, Casa de José de Alencar, Programa editorial, (...)

1Compte tenu de la faible connaissance d’un terrain, où je ne suis allé qu’une fois, la communication présentée ici relève davantage d’un projet de recherches. De plus les hypothèses que je vais présenter se sont progressivement modifiées au cours de l’examen d’un premier corpus d’études déjà réalisées sur la Padarià1. Le titre de cette communication ne correspond donc pas tout à fait à son contenu.

  • 2 Cf. « O Programa de Instalaçào da Padaria Espiritual » in Leonardo Mota, A Padaria Espiritual, op. (...)

2En 1892 est créée à Fortaleza une « société d’hommes de lettres et d’artistes » qui prend pour nom Padaria Espiritual et dont le but est de fournir du « pain d’esprit » à « ses membres, en particulier, et aux gens, en général »2. Filant la métaphore des nourritures spirituelles jusqu’au bout, les membres de cette société se présentent comme des « boulangers » qui entendent se réunir quotidiennement lors de « fournées ». Un « Programme d’installation de la Boulangerie Spirituelle », suivi de la mention « pétri et cuit dans la Boulangerie spirituelle le 30 mai 1892 » et précisant les règles de fonctionnement et les projets de cette société littéraire, est publié par la presse locale dès le 31 mai. De Venceslau Tupiniquim jusqu’à Paulo Kandalaskaia en passant par Lucas Bizarro, dix-huit « noms de guerre » – des pseudonymes – de « boulangers » accompagnent les 48 articles de ce programme.

3Dotée d’un petit journal de 6 à 8 pages, O Pão (Le Pain), qui eut 36 numéros, cette Boulangerie spirituelle cessa son activité en 1898. Les « associés » étaient limités au nombre de vingt par le « programme », mais en 1894 le groupe a accueilli quatorze nouveaux padeiros. Sur les 34 membres du groupe, 17 étaient poètes et les poèmes représentent 67 % des textes imprimés dans O Pão. Le fondateur et l’animateur de cette boulangerie singulière était Antonio Sales, un jeune poète de 24 ans, républicain et abolitionniste qui avait publié en 1890 une plaquette de poèmes intitulée Versos Diversos.

  • 3 Cf. Sânzio de Azevedo, A Padaria Espiritual e o simbolismo no Ceara, Fortaleza, UFC, Casa de José (...)
  • 4 Ibid., p. 200-206.
  • 5 Adolfo Caminha, Cartas literarias, Rio de janeiro, Aldina, 1895, cité par Sânzio de Azevedo, A Pad (...)

4Généralement cette boulangerie est présentée comme un groupe « irrévérencieux, iconoclaste et révolutionnaire », surtout pendant sa première année d’existence, en 1892. La période et les références esthétiques de la plupart des poètes qui participent à cette entreprise font songer à un groupe symboliste. L’auteur de la principale étude consacrée à ce groupe, Sânzio de Azevedo, assimile d’ailleurs ce groupe au symbolisme cearense tout en soulignant sa spécificité humoristique3. Cependant, malgré sa forme, le « programme d’installation » n’est pas un véritable manifeste, et les propositions esthétiques sur la poésie y sont inexistantes. Sans se revendiquer explicitement du symbolisme, les padeiros admettent l’influence de cette école française... et surtout de sa branche portugaise dans leurs productions4. Il y aurait là une particularité cearense : alors qu’un groupe de poètes symbolistes existe à Rio, depuis 1891, autour de la revue Folha Popular, les poètes de la Padarià ne font aucune référence aux symbolistes brésiliens. L’un des fondateurs, Adolfo Caminha, explique même dans un livre publié en 1895 : « Nous étions tous enthousiastes devant la glorieuse constellation portugaise5 » avant de préciser que les Padeiros « méditaient » sur les phrases des symbolistes portugais comme Antonio Nobre ou Guerra Junqueiro. En dehors d’une référence au symbolisme, il n’y a pas de véritable unité esthétique dans les différentes productions des membres du groupe, il y a encore moins d’homogénéité dans les différentes mesures proposées par le programme d’installation qui présente de nombreux aspects contradictoires.

  • 6 Cf. N. Richard, À l’aube du Symbolisme, Paris, Nizet, 1961.

5Canular de la bohème littéraire et artistique locale ? Société savante d’une ville de province ? Groupe poétique symboliste et subversif ? École Zutiste ou Jemenfoutiste6 ? Il semble difficile de qualifier précisément cette joyeuse compagnie de la Padaria.

  • 7 Cf. Joseph Jurt, « Synchronie littéraire et rapport de force. Le champ poétique des années 80 », Œ (...)

6Esthétiquement, une multitude d’influences semblent repérables dans les différentes productions réalisées sous les auspices de cette Boulangerie, mais il y a là une expression autonome dont l’analyse sociologique peut tenter de comprendre la particularité. Au-delà du problème de la filiation avec le symbolisme, la Boulangerie spirituelle peut apparaître comme le révélateur des multiples rapports de force qui caractérisent un champ littéraire local où coexistent plusieurs tendances qui luttent pour incarner la vraie littérature. La particularité de ce regroupement littéraire et artistique trouve son origine dans la synchronie du champ culturel local, où certains rapports de force symboliques peuvent être lus comme des produits de l’histoire des échanges culturels avec l’Europe7.

  • 8 Cf. Mario Carelli, Cultures croisées. Histoire des échanges culturels entre la France et le Brésil (...)
  • 9 Cf. Gustavo Sora, « La maison et l’entreprise. José Olympio et l'évolution de l’édition brésilienn (...)
  • 10 Cf. Leyla Perrone-Moisés, « L’image de la France dans la littérature Brésilienne » in Solange Parv (...)
  • 11 Cf. Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Roman (...)

7En effet, à une influence déjà grande de la littérature française et à la puissance des modèles académiques français dans le champ intellectuel brésilien s’ajoute, dès la proclamation de la République en 1889, la volonté explicite des républicains brésiliens de saluer l’exemple de la Révolution française. Le modèle révolutionnaire français est associé alors à un « positivisme », inspiré par les textes d’Auguste Comte, qui envahit « le discours politique et les débats intellectuels »8. Outre l’héritage colonial portugais, c’est un « ordre culturel gallomane9 » qui domine le champ intellectuel brésilien dans la seconde moitié du XIXe siècle. Cachant mal des ambitions impérialistes, c’est-à-dire marchandes et néo-coloniales, la « mission civilisatrice » associée au prestige artistique et culturel de la France favorise en effet la réception au Brésil d’une « esthétique de la nouveauté et de l’originalité »10 partagée entre Symbolisme et mouvement « Décadent ». L’influence de ces tendances participe donc d’un rapport de forces symbolique international qui se manifeste concrètement à travers des formes largement liées aux intérêts des acteurs des champs littéraires locaux11.

  • 12 Cf. Leyla Perrone-Moisés, loc. cit.

8Dans le cas de la Padarià, la référence au Symbolisme ainsi que les aspects nationalistes de certains articles du Programme d’installation posent le problème de l’influence étrangère sur une littérature locale, au moment où justement certains auteurs brésiliens expriment leur volonté d’affranchir la langue brésilienne des lectures et des études faites en français12. L’association de ce mouvement avec le Symbolisme incite à étudier les conditions concrètes de réception – d’appropriation et de re-création – d’une esthétique d’origine étrangère au Brésil et en particulier au Ceara, dans un champ littéraire local, qui apparaît à la fin du XIXe comme « périphérique » par rapport aux « capitales » intellectuelles et politiques que sont Rio et São Paulo.

9L’accueil critique d’une tendance esthétique nouvelle et européenne est déterminé par la relation générale établie entre la culture brésilienne et la littérature étrangère et surtout par le rapport que les écrivains locaux entretiennent d’une part avec l’autorité littéraire centrale au Brésil et d’autre part avec les cultures européennes. Concrètement, l’influence d’une littérature étrangère dans un champ local passe par des institutions de formation linguistique (on pense ici à l’université, aux écoles et cours privés) et par des instances de traduction et de diffusion (maisons d’édition, revues et journaux) ; mais elle est surtout portée par des agents du champ culturel local qui disposent des ressources linguistiques adéquates.

  • 13 Cf. Pierre Bourdieu, Les règles de l'art, genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1 (...)
  • 14 Cité par Mario Carelli in Mario Carelli, Hervé Théry, Alain Zantman, France-Brésil : Bilan pour un (...)

10Dans un premier temps, nous avons fait l’hypothèse suivante : l’accueil (ou le refus) d’une esthétique nouvelle d’origine étrangère par un écrivain ou un artiste de Fortaleza puis son usage dans l’inspiration d’une création autonome sont des prises de position qui renvoient à des enjeux de carrière liés à des positions occupées dans le champ littéraire cearense et constituent des ressources mobilisées dans les conflits de concurrence13. À propos de l’influence au Brésil du Naturalisme, du Parnasse et du Symbolisme, Roger Bastide a écrit que « nos modes, littéraires ou artistiques, en passant à travers une nouvelle forme de sensibilité, se métamorphosaient14 ». Notre projet était de prolonger cette réflexion de Bastide en analysant concrètement les mécanismes du « passage » d’une culture à l’autre à partir de l’étude, en termes de positions occupées et de trajectoires sociales et littéraires, des alchimistes locaux qui réalisent la fusion entre leur « forme de sensibilité » et une esthétique d’origine étrangère.

  • 15 Surtout dans la rue Formosa, actuellement Rua do Barào do Rio Branco.

11Du point de vue méthodologique, la fusion particulière que représente la Boulangerie offre deux avantages : son caractère collectif et l’abondance des témoignages exogènes produits au moment des faits. Sa forme d’entreprise collective permet à l’analyse d’échapper à la dispersion des cas individuels tout en mettant en évidence ce qui les réunit. Ce groupe a non seulement atteint très vite une notoriété importante grâce à la presse locale, mais il a aussi marqué par sa présence « bruyante » et « voyante » le centre de Fortaleza pendant plusieurs années. Les comptes rendus des activités de la Padarià sont très nombreux dans les journaux locaux. En effet, les padeiros avaient l’habitude de se retrouver au Café Java, un des quatre cafés de la place centrale de Fortaleza ; la place de Ferreira ; là ils vendaient directement leur journal, O Pão, aux passants. Pendant les « fournées », qui se tenaient chaque soir dans une rue du centre ville15, le public était admis. Conformément à leur programme, les padeiros lisaient là des morceaux littéraires classiques, des extraits de leurs œuvres ou des textes trouvés dans la presse nationale et étrangère. Des discussions suivaient les lectures et des conférences étaient prononcées par les membres du groupe sur des sujets littéraires et historiques.

12Dans une étape suivante, nous avons modifié notre perspective de recherche en découvrant que la référence au Symbolisme, et donc sa réception locale, n’était pas la caractéristique principale de ce groupe que le cadre heuristique précédent tendait à définir uniquement par rapport à l’influence d’une culture exogène. Certes, le recueil de poésies intitulé Phantos du padeiro Lopes Filho, mis en vente en 1893 à Fortaleza, un mois avant la publication de Broquéis de Cruz e Sousa, est précédé d’une préface d’Antonio Sales qui assimile Lopes Filho au décadentisme tout en évoquant l’influence de Verlaine, Moréas, Mallarmé, Nobre et Eugênio de Castro. Mais toutes les productions publiées de la plupart des padeiros ne présentent pas ces influences et surtout ce qui constitue l’originalité de la Padarià provient davantage de ses pratiques locales.

  • 16 Cf. Daniel Grojnowski, « Une avant-garde sans avancée : les arts incohérents, 1882-1889 », Actes d (...)

13En considérant certains articles de son programme et les événements associés à la Padarià, on est conduit à constater une similitude avec la forme adoptée en France par des mouvements d’écrivains et d’artistes qui se sont qualifiés de « Zutistes », « Jemenfoutistes » ou « Incohérents » comme celui qui s’est constitué à Paris dans les années 1882-188916. Ces groupes qui sont restés sur le terrain de la plaisanterie et de l’humour, sans adopter de programme théorique sérieux, ont surtout tourné en dérision les conventions littéraires et artistiques et critiqué le formalisme de la bourgeoisie. Les padeiros n’ont peut-être pas eu connaissance de l’existence de ces mouvements mais la tonalité générale des réunions et des articles publiés dans O Pão est clairement parodique et fantaisiste.

14Quelques exemples peuvent illustrer cet aspect. Si par l’article 41 de son programme, la Padarià déclare « une guerre à outrance » à un monument local, elle s’engage aussi dans l’article 46 à intervenir pour mettre un terme au supplice éprouvé par un padeiro « qui, par malheur, aura un voisin qui apprend la clarinette, le piston ou n’importe quel autre instrument irritant ». En juillet 1892, lors d’une « fournée », un padeiro expose la « nécessité de l’émigration chinoise pour le Ceara » tandis qu’en décembre un autre prononce une conférence sur la « supériorité de la race latine » visant à démontrer définitivement « les grands bénéfices que les descendants de ceux qui enlevèrent les Sabines offrirent au Monde ». Des orchestres animent très souvent ces réunions où l’on danse et où les membres du groupe chantent et jouent de la musique, dans une atmosphère qualifiée régulièrement de « joyeuse » par la presse locale qui commente abondamment les événements organisés par la Padarià.

  • 17 Sur l’autonomie d’un champ culturel, voir Joseph Jurt, « L’histoire sociale de la littérature et l (...)

15Pour tenter de comprendre ce groupe, des hypothèses centrées sur la spécificité du champ culturel local peuvent être envisagées. À la fin du XIXe siècle, l’autonomie du champ artistique et littéraire cearense par rapport aux pouvoirs locaux (que sont le gouvernement provincial et les grandes familles des classes dominantes du Nordeste) semble relativement faible17. Ainsi la Padarià pourrait être interprétée comme une tentative d’un groupe d’agents pour construire une véritable autonomie du champ culturel cearense qui se heurte vite à des limites relevant de la position occupée dans ce même champ par les padeiros.

16À partir de l’instauration de la république, non seulement certains liens de dépendance entre les écrivains et le nouveau pouvoir politique tendent à se renforcer, mais les conditions d’une véritable autonomie du champ culturel ne semblent pas pleinement réalisées. La forme fantaisiste adoptée par le groupe de la Boulangerie spirituelle, ainsi que ses dimensions contradictoires sont étroitement liées à cette situation. L’humour semble constituer un mode de dépassement d’incompatibilités littéraires et sociales mal vécues par les padeiros, tandis que les contradictions de leur programme ou de leurs pratiques manifestent et une revendication d’autonomie et des références hétéronomiques. Elles révèlent, à la fois, une exigence forte d’affirmer, contre toutes formes de contrôle et de censure, que l’Art est la seule valeur qui importe, et la volonté de respecter « le bon sens et le bon goût artistiques » (articles 22 et 48).

17Quand la Padarià se forme, la proclamation de la République Fédérale au Brésil est récente et au Ceara c’est un lieutenant-colonel qui occupe la présidence de l’État alors que le Nordeste connaît une période relativement agitée. En particulier, dans le Sertão, depuis 1889, les révoltes populaires et mystiques du Padre Cicero puis d’Antonio Conselhero sont confrontées à une répression violente exercée par les troupes de la nouvelle république. Cependant la ville de Fortaleza semble préservée de la violence des contradictions sociales qui déchirent les zones rurales.

  • 18 Cf. Sebastião Rogério Ponte, Fortaleza Belle Époque, reformas urbanas e contrôle social, 1860 - 19 (...)
  • 19 Ibid., p. 24.
  • 20 Ibid., p. 29.

18Selon l’historien Sebastião Rogério Ponte, aux années 80 correspond l’émergence à Fortaleza d’une sociabilité et de comportements caractéristiques des espaces urbains modernes18. Entre 1860 et 1880, la ville avait connu un essor économique important grâce à l’exportation de la production cotonnière et était devenu l’entrepôt commercial du Ceara. La structure sociale de la ville avait donc changé, avec la multiplication des professions libérales et des professions liées au négoce interrégional et international, des couches moyennes urbaines s’étaient développées19. Si le nombre de travailleurs pauvres avait augmenté, une bourgeoisie enrichie avait affirmé sa présence de façon plus ostentatoire dans l’espace urbain en investissant dans la décoration des façades des maisons et dans l’embellissement des places et jardins du centre ville. Les effets produits par les modes de transport en commun – des voies ferrées, sur lesquelles circulent des voitures à traction animale, inaugurées en 1880 – sont exemplaires de cette transformation des comportements urbains. Les passagers doivent être vêtus décemment : par exemple, des vestes et des chaussures sont exigées20. Le port de la veste semble être désormais nécessaire pour participer aux rituels d’appartenance aux classes moyennes urbaines. On peut penser qu’à partir des années 80, construit sur un modèle bourgeois et européen, un certain conformisme des pratiques d’usage de la ville s’impose dans les espaces de sociabilité urbaine de Fortaleza, où les esclaves noirs, les paysans d’origine indienne et les pauvres en général vont être tout juste tolérés comme figurants silencieux ou domestiques. Ainsi les discours et les pratiques irrévérencieuses de la Padarià, qui visent d’ailleurs essentiellement des « cibles » locales, peuvent être interprétés comme une révolte contre le conformisme bourgeois qui se met en place dans une ville comptant alors environ 30 000 habitants.

  • 21 Cité par Sânzio de Azevedo, A Padaria Espiritual e o simbolismo no Ceara, op. cit., p. 54.

19Dans cette petite ville où la liberté d’expression autorisée par la nouvelle république est confrontée directement à une certaine normalisation des comportements urbains, la Padarià constitue peut-être la première tentative organisée d’autonomisation de ce champ littéraire local. Par l’originalité, la fantaisie et le scandale des événements qu’elle organise, elle permet à des écrivains de se faire connaître à l’extérieur du Ceara et leur offre ainsi l’occasion d’échapper au jeu des dépendances locales. Quand le poète Antonio Sales évoque la création de la Padarià dans ses souvenirs, il souligne la volonté de se distinguer des « sociétés littéraires comme il en a été déjà tant fondées avec le caractère formel d’une académie, bourgeoise, rhétorique et presque bureaucratique » en faisant une « chose nouvelle, originale et même un peu scandaleuse » qui sorte le petit groupe fondateur de son « milieu » en ayant « une répercussion à l’extérieur » (du Ceara)21.

  • 22 Leonardo Mota, A Padaria Espiritual, op. cit., p. 27-28.

20Si l’on se fonde sur l’existence de multiples sociétés savantes ou littéraires locales, on peut observer qu’un champ culturel, que l’on peut qualifier de légitime, s’est développé à Fortaleza depuis les premières décennies du XIXe siècle et s’est sans doute beaucoup agrandi dans les années 80, aux côtés des traditions orales et de la littérature de ficelle. Leonardo Mota recense, dans le Ceara, la création de 14 sociétés savantes ou littéraires entre 1880 et 1889, alors qu’entre 1870 et 1879, 7 seulement étaient comptabilisées22. Cependant comme dans d’autres Etats, le champ culturel est très proche du champ du pouvoir. Écrivains et artistes fréquentent assidûment les cercles des élites locales dont ils sont d’ailleurs souvent issus.

  • 23 En dehors de l’absence ou de l’étroitesse du public, la possibilité de faire carrière sous la dépe (...)
  • 24 De 1887 à 1900 la population de Fortaleza est passée d’environ 27 000 habitants à 50 000, cf. Seba (...)
  • 25 Cf. Nelson Werneck Sodré, Sintese de Historia da Cultura Brasileira, Brasilia, Difel, 1985, p. 52- (...)

21Quelques exemples donnent la mesure du faible degré d’autonomie de ce champ culturel cearense. Le public pour la littérature légitime étant peu étendu, en raison de l’analphabétisme, la vente d’ouvrages sur un marché littéraire local ne semble pas pouvoir permettre l’indépendance économique d’un écrivain23. Selon l’historien Sebastião Rogerio Ponte, à la fin du XIXe siècle, la population de Fortaleza comprend entre 30 000 et 40 000 habitants, parmi lesquels on recense aussi 17 000 analphabètes24. On peut donc supposer une dépendance forte des intellectuels à l’égard d’opportunités d’emploi largement contrôlées par la bourgeoisie locale, en particulier dans le journalisme local ou dans la fonction publique provinciale. L’usage courant des pseudonymes en littérature pourrait être un révélateur de ce contrôle. Pour Nelson Werneck Sodré, en général au Brésil pendant le XIXe siècle, l’absence de public pour les créations légitimes explique la prédominance de la vie littéraire sur l’œuvre elle-même. Ainsi la sociabilité littéraire, c’est-à-dire la fréquentation de salons ou de clubs littéraires, suffit pour marquer son appartenance au champ littéraire25.

  • 26 Cf. Sebastião Rogério Ponte, Fortaleza Belle Époque, reformas urbanas e contrôle social, I860 - 19 (...)

22L’influence de la culture française sur les activités intellectuelles est un autre indicateur de la dépendance du champ culturel par rapport aux élites locales. Réciter des vers en français est déjà courant dans les nombreux cercles littéraires de Fortaleza. Mais surtout, la francophilie et la francophonie sont des traits indispensables à la différenciation sociale des élites économiques locales. À la fin du XIXe siècle, la référence à la France devient pour la bourgeoisie novatrice de Fortaleza un moyen de rompre avec la tradition et le « provincialisme » de la ville, associés à d’autres fractions des classes dominantes. Parmi les nombreuses sociétés savantes qui contribuèrent à la formation du champ culturel légitime du Ceara, le cas de l’Académie Française du Ceara, créée en 1872 pour promouvoir l’esprit et les idées positivistes, est exemplaire. Ses liens étroits avec une bourgeoisie moderne, républicaine et maçonnique sont avérés. Elle disparaît trois ans plus tard, mais un de ses fondateurs, un scientifique positiviste appartenant à une grande famille cearense, Tomas Pompeu de Souza Brasil, sera le propriétaire de la première usine textile créée à Fortaleza en 1883. Pour cette fraction de la bourgeoisie, le choix politique de la république est synonyme de progrès et de « rationalité technico-scientifique »26. Pour les intellectuels urbains l’influence française est donc culturelle et politique.

23Après l’instauration de la République, on peut penser que le sentiment des agents du champ culturel local à l’égard de la culture française évolue vers une certaine ambivalence. L’influence française est vécue comme un modèle mais aussi comme une entrave à la formation d’une véritable culture nationale. La pratique de la Padarià est révélatrice de cette ambivalence.

24Alors que l’article 14 du « Programme d’installation » interdit « l’emploi de mots étrangers à la langue vernaculaire » et que l’article 21 juge « indigne de rendre public un morceau littéraire où l’on parle d’animaux et de plantes étrangers à la faune et à la flore brésiliennes », le journal O Pão, comme les journaux brésiliens de la période, comporte de nombreuses expressions et mots français.

  • 27 Cf. Pedro Nava, Bau de ossos, Rio de Janeiro, José Olympio, 1972.

25D’autres aspects soulignent des contradictions supplémentaires, par exemple l’article 26 indique qu’aucun padeiros « ne devra perdre l’occasion d’affirmer publiquement son dégoût [...] des curés, des tailleurs et de la police ». Cette directive d’aspect subversif, et pour le moins énigmatique en ce qui concerne les « tailleurs », est contredite par de nombreuses références bienveillantes pour la religion catholique, tel le numéro du 24 décembre 1892 de O Pão, consacré à Noël avec des poèmes sur « l’enfant Jésus et la Vierge Marie ». Si selon certains auteurs, le terme de « tailleur » est ici à entendre au sens figuré et désigne « le lucre, l’exploitation »27, il n’y a pas dans les textes de la Padarià de prises de position significatives d’un engagement de type socialiste ou libertaire contre « l’exploitation ». En revanche malgré cet article 26, en 1895, un chef de la police locale assiste régulièrement aux réunions de la Padarià et surtout, tandis que la plupart des Padeiros sont des bacharels, c’est-à-dire des diplômés de la Faculté de Droit, certains d’entre eux sont des fonctionnaires qui exercent des responsabilités dans la justice ou dans la police (tels José Carlos Junior, Valdemiro Cavalcante, Carlos Vitor).

26Quelques exemples permettent d’approcher la nature des contradictions devant lesquelles certains padeiros sont placés entre 1892 et 1898, mais seule une étude exhaustive de la trajectoire de tous les membres du groupe pourrait permettre de déterminer si ces situations contradictoires constituent une variable pertinente.

27Des membres du groupe appartenaient au Centre Républicain, un parti républicain qui, quelques mois après sa création, participe, en novembre 1889, à l’instauration de la République au Ceara. La Padarià est donc très proche du nouveau pouvoir républicain. Par exemple Antonio Sales qui était, comme les padeiros Jovino Guedes, Adolfo Caminha et Luis Sà, membre du Centre Républicain, exerce entre 1893 et 1895 la charge de Secrétaire du Commerce de l’intérieur dans le gouvernement du lieutenant-colonel Bezeril Fontenele. Dans ce même secrétariat travaillent alors également deux autres padeiros, Ulisses Bezerra et Sabino Batista. Dans le même temps, de nombreux membres du groupe occupent des emplois soit publics soit dépendant directement de l’État du Ceara (douanes, trésor public, chemins de fer...) et par ailleurs certains postulent souvent à des fonctions électives.

28Ainsi malgré leur intention critique à l’égard de la bourgeoisie locale, la plupart des membres de la Padarià dépendent économiquement des élites locales et se retrouvent dans un état de proximité idéologique avec le nouveau pouvoir. Dans ces conditions seul l’humour pourrait permettre de ridiculiser l’ignorance des fractions archaïques de la bourgeoisie et de souligner le poids des contraintes morales sur la création artistique en évitant une critique radicale de l’ensemble des valeurs bourgeoises comme l’esthétique de la nouveauté conduit à le faire par exemple en Europe.

  • 28 Cf Alain Viala, « Effets de champ, effets de prisme », Littérature, no 70, mai 1988, p. 64-71.

29A l’origine on peut mettre en évidence dans la Padarià une double dimension, fantaisiste et institutionnelle. Ce groupe, composé de poètes dont la moyenne d’âge est de 25 ans, entre dans le champ littéraire de façon quelque peu scandaleuse qui fait songer à la revendication d’un projet « fantaisiste ». Malgré les références symbolistes de certaines productions de certains padeiros et l’esthétique de la nouveauté qui s’impose alors aux nouvelles générations du champ littéraire, le programme et la pratique de ce groupe ne manifestent pas de critique des conventions littéraires ou des valeurs reconnues (les padeiros entendent célébrer par exemple Hugo ou Camoes et publient dans leur journal un poème dédié à Machado de Assis). En revanche, sa composition sociale, sa proximité avec le pouvoir républicain, l’accueil bienveillant dont bénéficient ses productions et ses activités dans A Republica, l’organe « officiel » du gouvernement, la ritualisation de ses réunions, font de ce groupe une institution locale de la vie littéraire28.

30Cependant il faudrait compléter l’analyse sur les périodes suivantes en intégrant évidemment dans celle-ci les groupes plus ou moins concurrents qui se forment en 1894, tels le Centre littéraire et l’Académie Cearense. De même l’élection en 1896 à la présidence de l’État de l’oligarque Nogueira Accioly qui va modifier les rapports entre le champ culturel local et le pouvoir politico-économique aura des effets sur la stratégie de la Padarià qu’il conviendrait d’examiner.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Sociologie du surréalisme (1924-1929), La Dispute, 1999.

Articles et contributions à ouvrages collectifs

« Les relations de Tzara avec le premier groupe surréaliste », Itinéraires et Contacts de Cultures, revue du Centre d’études littéraires et francophones comparées de l’Université Paris 13, à paraître, automne 2000.

« Écriture et action chez les surréalistes et chez Walter Benjamin », Agone, no 20, 1998, p. 35-48. (Version espagnole : « Escritura y accion en Walter Benjamin y los surrealistas », Politeia, no 19, Revista de la faculdad de Derecho, ciencias politicas y sociales, Universidad Nacional de Colombia, 1996, p. 36-43).

Notes

1 Leonardo Mota, A Padaria Espiritual, Fortaleza, UFC, Casa de José de Alencar, Programa editorial, 1994. Regina Claudia Pamplona Fiuza, O Pào... da padaria espiritual, Rio de Janeiro, Universidade Federal do Rio de Janeiro, 1992. Sânzio de Azevedo, A Padaria Espiritual e o simbolismo no Ceara, Fortaleza, UFC, Casa de José de Alencar, Programa editorial, 1996.

2 Cf. « O Programa de Instalaçào da Padaria Espiritual » in Leonardo Mota, A Padaria Espiritual, op. cit., p. 41-47.

3 Cf. Sânzio de Azevedo, A Padaria Espiritual e o simbolismo no Ceara, Fortaleza, UFC, Casa de José de Alencar, Programa editorial, 1996.

4 Ibid., p. 200-206.

5 Adolfo Caminha, Cartas literarias, Rio de janeiro, Aldina, 1895, cité par Sânzio de Azevedo, A Padaria Espiritual e o simbolismo no Ceara, op. cit., p. 56.

6 Cf. N. Richard, À l’aube du Symbolisme, Paris, Nizet, 1961.

7 Cf. Joseph Jurt, « Synchronie littéraire et rapport de force. Le champ poétique des années 80 », Œuvres et Critiques, XII, 2, 1987, p. 19-33.

8 Cf. Mario Carelli, Cultures croisées. Histoire des échanges culturels entre la France et le Brésil, de la découverte aux temps modernes, Paris, Nathan, 1993, p. 118.

9 Cf. Gustavo Sora, « La maison et l’entreprise. José Olympio et l'évolution de l’édition brésilienne », Actes de la recherche en sciences sociales, no 126-127, mars 1999, p. 92.

10 Cf. Leyla Perrone-Moisés, « L’image de la France dans la littérature Brésilienne » in Solange Parvaux, Jean Revel-Mouroz (éd.), Images réciproques du Brésil et de la France, tome 1, Paris, IHEAL, 1991, p. 179-184.

11 Cf. Pierre Bourdieu, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Romanische Zeitschrift für Literaturgeschichte / Cahiers d’histoire des littératures romanes, 14, 1990, 1-2, p. 1-10.

12 Cf. Leyla Perrone-Moisés, loc. cit.

13 Cf. Pierre Bourdieu, Les règles de l'art, genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

14 Cité par Mario Carelli in Mario Carelli, Hervé Théry, Alain Zantman, France-Brésil : Bilan pour une relance, Parsi, Éd. Entente, 1987, p. 150.

15 Surtout dans la rue Formosa, actuellement Rua do Barào do Rio Branco.

16 Cf. Daniel Grojnowski, « Une avant-garde sans avancée : les arts incohérents, 1882-1889 », Actes de la recherche en sciences sociales, no 40, novembre 1981, p. 73-86.

17 Sur l’autonomie d’un champ culturel, voir Joseph Jurt, « L’histoire sociale de la littérature et la question de l’autonomie », Regards sociologiques, no 17-18, 1999, p. 29-44. Sur les classes dominantes du Nordeste, voir Ronald H. Chilcote, Transiçào capitalista e classe dominante no Nordeste, São Paulo, EDUSP, 1991.

18 Cf. Sebastião Rogério Ponte, Fortaleza Belle Époque, reformas urbanas e contrôle social, 1860 - 1930, 2e édition, Fortaleza, Fundação Democrito Rocha, 1999,

19 Ibid., p. 24.

20 Ibid., p. 29.

21 Cité par Sânzio de Azevedo, A Padaria Espiritual e o simbolismo no Ceara, op. cit., p. 54.

22 Leonardo Mota, A Padaria Espiritual, op. cit., p. 27-28.

23 En dehors de l’absence ou de l’étroitesse du public, la possibilité de faire carrière sous la dépendance d’une protection politique locale, les réglementations locales des publications et de la diffusion culturelle constituent aussi des indicateurs d’une faible autonomie.

24 De 1887 à 1900 la population de Fortaleza est passée d’environ 27 000 habitants à 50 000, cf. Sebastião Rogério Ponte, Fortaleza Belle Époque, reformas urbanas e contrôle social, 1860 - 1930, op. cit., p. 32 et 95.

25 Cf. Nelson Werneck Sodré, Sintese de Historia da Cultura Brasileira, Brasilia, Difel, 1985, p. 52-53.

26 Cf. Sebastião Rogério Ponte, Fortaleza Belle Époque, reformas urbanas e contrôle social, I860 - 1930, op. cit., p. 96-97, et Regina Clàudia Pamplona Fiuza, O Pào... da padaria espiritual, op. cit., p. 16.

27 Cf. Pedro Nava, Bau de ossos, Rio de Janeiro, José Olympio, 1972.

28 Cf Alain Viala, « Effets de champ, effets de prisme », Littérature, no 70, mai 1988, p. 64-71.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search