Version classiqueVersion mobile

Usages sociaux de la mémoire et de l'imaginaire au Brésil et en France

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin
, 
Ismael Pordeus

Mémoire, imaginaire et politique

L'institution imaginaire de la non-citoyenneté au Brésil : l’individu et la personne

Lineimar Pereira Martins

Texte intégral

1Il peut vous paraître étrange que dans un colloque intitulé « Usages sociaux de la mémoire et de l'imaginaire au Brésil et en France » je vienne vous présenter un éloge de l'anthropologie. Cependant, ce sont les instruments fournis par cette discipline qui m'aideront dans la tentative de démontrer de quelle manière l'imaginaire social oriente l'action politique au Brésil. En distinguant les particularités culturelles de cette société dans un univers social qui fonctionne, en apparence, comme toutes les autres sociétés porteuses d'un régime démocratique, je me permettrai de suggérer que ce sont les significations imaginaires instituées dans l'histoire de longue durée, l'un des facteurs auquel se heurte le processus d'instauration d'un Etat de droit dans ce pays.

  • 1 Bourdieu P. et Wacquant L., Le Monde Diplomatique, mai 2000 : 6.

2Cherchant à distinguer les significations qui rendent un contexte social spécifique et unique, cette discipline m'aidera à démontrer ce que Pierre Bourdieu et Loïc Wacquant désignent comme étant une violence symbolique, lorsqu'ils suggèrent que l'universalisation des particularismes liés à une expérience historique singulière rend, parfois, certains concepts et notions méconnaissables et tronquées1. Selon ces auteurs, la circulation internationale des idées tend à masquer les racines historiques de tout un ensemble de questions, occultant ainsi leurs significations d'origine, transformant des réalités complexes et contestées d'une société historique particulière en sens commun universel. Je souhaite, ici, introduire dans le débat qu'il en est ainsi pour le concept de démocratie.

  • 2 Revue Croissance, no 382, mai 1995 : 40.

3Nous avons assisté, à la fin de la guerre froide, à l'inauguration d'un nouvel âge dans les relations internationales, représenté par la victoire de la démocratie libérale sur le totalitarisme social. Par conséquent, ce système devrait, comme ironise Bertrand Badie, « étendre ses bénéfices sur toute la planète »2.

4La démocratie est alors devenue un modèle politique universel, le système politique par excellence dans ce nouvel ordre mondial selon l'orientation des organisations supranationales mises en marche depuis, qui se sont attribué le rôle d'arbitre dans les conflits internationaux, transformant la démocratie en modèle moral de gouvernement. Certains organismes subsidiaires de l'ONU, comme le Fonds Monétaire International, ayant acquis le pouvoir d'intervenir dans la politique économique intérieure de divers pays, suggèrent, directement ou indirectement, que le modèle démocratique est le seul système politique acceptable, gage d'honorabilité de remboursement des dettes extérieures.

5En l’occurrence, en observant le discours de certains journalistes de la grande presse, j'ai l'impression que la démocratie est souvent perçue comme un modèle applicable à n'importe quel contexte socioculturel, devenu un critère qui divise la planète globalement entre, d'un côté, les pays démocratiques et, de l'autre, les pays non-démocratiques. Ces derniers sont fréquemment montrés du doigt à travers la diabolisation de leurs figures emblématiques, où les Castro et les Saddam se retrouvent réunis dans un même panier.

6C'est un peu comme si la démocratie était devenue un kit facilement applicable, conforme à un « mode d'emploi » unique, de l'extérieur vers l'intérieur, du haut vers le bas, s'étant vidée de tout son sens par la dissociation de ce concept de son contexte d'émergence particulier. Un exemple illustratif nous est donné par un article de Jean-François Kahn, dans Marianne, qui nous rappelle qu'au moment où Boris Eltsine envoya ses chars d'assaut écraser la Douma élue, la quasi-totalité des médias estima qu'il s'agissait d'une « grande victoire de la démocratie ».

7Quel paradoxe ! Oublions-nous que la transformation de ce concept en fait social est le produit d'une histoire propre à des groupes sociaux qui, par la révolution, ont su instaurer une nouvelle vision du monde par l'établissement d'une organisation politique autre ?

8En outre, je souhaiterais attirer l’attention, avec Bertrand Badie, sur le fait que, dans un grand nombre de pays, la démocratie est proposée, non comme élévation de la participation politique des individus, mais en tant que technique de gouvernement représentatif.

9A ce propos, en janvier 1998, Thierry Michalon nous parlait, dans un article paru au Monde Diplomatique, de l'échec des tentatives faites en Afrique pour greffer les institutions sous forme d'Etat moderne sur des sociétés traditionnelles africaines. Selon cet auteur, le suffrage universel est devenu nocif en Afrique car il établit une déplorable continuité entre le concept d'Etat moderne importé des anciens colonisateurs et les traditions rurales ancestrales fondées sur le consensus, engendrant le fait que la figure du chef s'impose au détriment de la notion de l'institution qu'il représente. Ces contradictions se traduisent par ce qu'il appelle la démocratie unanimitaire dont la victoire de MM. Kérékou au Bénin et Ratsiraka à Madagascar par l'élection directe, despotes qui avaient ruiné leurs pays respectifs, en est la preuve. Pour Michalon, cette tension constitue la source des graves difficultés que connaît le continent subsaharien.

10Partant de ces considérations, je souhaiterai, maintenant, illustrer par un autre exemple, suite aux recherches effectuées sur la société brésilienne, les risques résultant de l'universalisation de ce concept en tant qu'un régime « prêt à poser », sans la prise en compte des valeurs qui orientent une société donnée et suggérer, à travers lui, que tous les efforts d'instauration d'une démocratie participative seront nuls si les principaux agents transformateurs de cette société, ses membres, se pensent exclus du processus en cours.

11Je prendrai comme point de départ un constat d'altérité observé lors de mon premier séjour en France il y a huit ans. Car parmi tous les d'aspects de la vie institutionnelle de ce pays considérés distincts par mon regard éloigné, l'un m'a interpellé davantage que d'autres, à savoir l'octroi du titre honorifique « meilleur ouvrier de France », exposé fièrement dans la vitrine de plusieurs bouchers, boulangers ou coiffeurs, bénéficiaires de ce titre. Je me suis demandé alors pourquoi ce fait en apparence anodin m'avait paru si significatif. Ce fut, alors, le sentiment d'étrangeté inspiré par ce fait qui m'a permis de soulever des questions concernant ma propre société. La manière que nous avons de nous penser et de penser notre organisation sociale est devenue, depuis lors, l'un des principaux axes de mes recherches.

  • 3 DaMatta R., Carnavals, malandros e heróis, Rio de Janeiro, Zahar Editores : 1978.

12Parmi les catégories sociologiques produites par ce que Christina Chaves appelle l'anthropologie native, celles construites par l’anthropologue Roberto DaMatta me semblent chargées d'une grande complexité significative et susceptible de rendre compte de la manière dont nous pensons notre organisation sociale. Pour cette raison, j'aurai recours à deux catégories d'analyse développées par cet anthropologue, celles de l'individu et de la personne3.

13Cet auteur, utilisant les théories de Louis Dumont qui identifie et distingue analytiquement deux principes idéologiques d'organisation sociale, les sociétés hiérarchiques et les sociétés égalitaires, suggère que ces deux caractéristiques cohabitent dans l'univers social brésilien. Selon DaMatta, nous pensons notre système social à travers deux bases fondamentales, composées à la fois d'un versant égalitaire et d'un versant hiérarchique.

14Le premier, plutôt abstrait, serait celui où les lois bureaucratiques rendent égaux des personnages anonymes, définissant et structurant les relations impersonnelles constitutives du domaine public, composant l'univers des individus. Le deuxième, plutôt concret, serait celui qui organise et structure les relations personnelles, et qui, contrairement au premier, distingue des personnages connus qui cherchent, par des divers rites quotidiens, à se faire reconnaître, constituant l'univers des personnes.

15Cependant, alors que dans les sociétés occidentales l'idée d'individu a été appropriée idéologiquement en tant que fondement de la démocratie moderne et constitue le centre de l'univers social qui contient la société en soi, au Brésil cette idée recouvrirait des aspects d'une autre réalité sociale. Dans la société brésilienne, elle acquiert des valeurs plutôt négatives, associées à la non-reconnaissance, surtout lorsqu'elle est mise en contraste avec la notion de personne, cette opposition étant révélatrice de la forte hiérarchie caractéristique de son organisation sociale.

16En d'autres mots, pour DaMatta, la société brésilienne recouvre deux univers sociaux parallèles qui composent la totalité sociale, où coexistent ces deux notions, l'individu représentant le sens de l'action sociale qui égalise par l'uniformisation et la personne qui distingue par les particularismes socio-politico-économiques.

17Les individus seraient, ainsi, sujets aux lois universelles et impersonnelles de la machine administrative et les personnes détourneraient la loi à leur profit et se considéreraient au-dessus de la justice. Cette vision du monde peut être traduite par un dicton très répandu au Brésil, que je cite : « A mes amis tout, à mes ennemis la loi ».

18DaMatta considère que, dans ce pays, la loi servirait plutôt comme élément d'assujettissement de la part des plus forts envers les plus faibles, rendant visibles les différences des positions sociales et des pouvoirs politiques entre les individus anonymes et les personnes qui cherchent à se faire reconnaître. En dernière instance, il propose que cette société soit formée par un petit groupe de personnes qui commande la vie et la destinée d'une multitude d'individus.

19En partant de cette analyse proposée par DaMatta, j'aimerais vous suggérer que cette forme de constitution de la pyramide sociale brésilienne correspond, selon mon interprétation, à l'actualisation des significations imaginaires instituées au début de son histoire coloniale, qui ont su structurer un ordre social jusqu'alors immuable.

20Or, pendant la période coloniale, les relations sociales fondatrices de la société brésilienne elle-même composée d'un petit nombre de seigneurs qui commandait la vie et la destinée d'une grande masse de travailleurs, qu'ils soient esclaves ou hommes libres, ont institué des significations imaginaires qui séparent et divisent symboliquement les dominants des dominés. En l’occurrence, à chacun de ces deux groupes qui composent la totalité sociale, sont rattachées deux structures symboliques différentes, composées de gestes, d'objets, de mots et de qualités qui leur sont propres et qui les distinguent. Je ne cherche pas à proposer que cette distinction est une spécificité de la société brésilienne, mais à suggérer qu'elle assume dans cet univers social-là, un rôle central dans son organisation sociale, puisqu'elle oriente les pratiques sociales et politiques.

21Le problème majeur s'exprime dans le fait que cette distinction engendre des valeurs positives pour les uns et des valeurs négatives pour les autres, constituant des notions de supériorité et d'infériorité lorsque les uns sont mis en contact avec les autres qui se traduisent, en dernière instance, dans une domination symbolique d'un groupe sur l'autre.

  • 4 Castoriadis C., L'institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975.

22Si je me permets de vous suggérer cette lecture de la manière dont les membres de la société brésilienne se pensent et pensent leur organisation sociale, c'est après m'être tournée vers l'étude de l'histoire de notre pays, où j'ai pu constater qu'il n'y a jamais eu un changement institutionnel profond qui puisse engendrer un renversement de sa structure sociale et, par conséquent, une modification profonde dans le système de valeurs dominant. Je pense que les événements survenus pendant la célébration des « 500 ans du Brésil » le confirment. Pour cette raison, je propose, en m’appuyant sur les théories du philosophe Cornelius Castoriadis4, que la non-altération des institutions sociales dans l'histoire de longue durée a pu rendre autonomes les significations imaginaires originelles constitutives du système de valeurs de la société brésilienne, et nous laisse supposer que celles qui ont été instituées au début de son histoire sont toujours celles qui fournissent la vision du monde de ses membres, intériorisées et réactualisées.

23Or, en acceptant les rôles qui nous ont été proposés par les significations imaginaires dominantes, nous acceptons également que l'ordre social hiérarchique et autoritaire tel qu'il se maintient jusqu'à ce jour, soit perçu comme un ordre « naturel ». Je me permettrai de dire, après l'intervention d'Afrânio Garcia, que les significations imaginaires dominantes agissent en tant que moteur des mécanismes de recréation de la hiérarchie sociale, selon l'idée présente dans l'œuvre de Gilberto Freyre.

24Il peut ainsi paraître normal pour certains Brésiliens que l'univers social constitué des personnes, celui où circulent les grands noms médiatiques, les hauts fonctionnaires d'Etat, les chefs d'entreprise, entre autres, soit le seul univers valorisé et valable, en opposition à celui non valorisé et non valable des individus, constitué des simples citoyens anonymes.

  • 5 Chaui M., Conformismo e resistência, São Paulo, Brasiliense, 1987.

25Cette suggestion nous renvoie à l'analyse de l'univers social brésilien proposée par le philosophe Marilena Chauí5, qui considère que l'univers des individus n'est rien d'autre que le prolongement de l'univers privé des personnes, celui-ci étant, en dernière instance, l'unique espace d'existence socialement reconnue. Pour ma part, je propose que l'univers des individus soit, selon les significations imaginaires dominantes, un univers de non-existence sociale.

26J'ai pu, alors, comprendre pourquoi il m'a paru si étrange qu'en France un ouvrier puisse recevoir une distinction honorifique quelconque, surtout de la part des organismes étatiques, puisque au Brésil un ouvrier appartenant à l’univers des individus, celui où prévaut l'anonymat, socialement dévalorisé, son existence sociale est souvent ignorée. Et revenir, enfin, à la question de la démocratie posée ci-dessus.

  • 6 Dans Marianne, no 152, mars 2000.

27Sans pouvoir nous permettre de rentrer trop profondément dans l'histoire du concept, nous pouvons cependant adopter la définition courte mais efficace formulée par Alain Renaut6, lorsqu'il affirme que tout le trajet commencé par Aristote ayant conduit à Rousseau, a abouti à faire du peuple le seul souverain légitime. Les révolutions du XVIIIe siècle ont, selon lui, exprimé dans l'histoire réelle ce que la philosophie politique avait contribué à établir en théorie. Pour ce philosophe, le problème de la souveraineté légitime étant clos, des nouvelles questions surgissent, constituant l'un des aspects propres à la démocratie, raison pour laquelle je me permets d'en proposer d'autres.

28Alors, est-il possible de parler de souveraineté du peuple lorsqu'un régime démocratique est imposé du haut vers le bas sans aucun dialogue possible et, en l’occurrence, est-ce que le suffrage universel est un garant de représentativité de la souveraineté populaire ?

  • 7 Schnapper D., Qu'est-ce que la citoyenneté ?, Paris, Gallimard, 2000.

29J'ose anticiper le débat en répondant par la négative et en introduisant maintenant le terme de citoyen, considéré par Dominique Schnapper7, comme le principe même de la légitimité politique. Pour cet auteur le citoyen n'est pas seulement un sujet de droit individuel mais le détenteur d'une part de la souveraineté politique. Ainsi, la citoyenneté serait la source du lien social puisque tous les individus deviennent, par l'acquisition de ce droit politique, égaux devant la loi. Alors, n'étant plus assujettis à un même monarque ou à une même autorité supérieure, le lien de l'homme avec l'homme se transforme, ils deviennent tous membres d'une seule organisation politique. De ce fait, une relation de réciprocité remplacerait les rapports hiérarchiques de soumission et de domination jusqu'alors établis.

30Une nouvelle définition de la cité a su renverser l'ordre politique, représenté par le passage de la légitimité du Roi, source traditionnelle de pouvoir, vers l'individu souverain, qui depuis ne fait qu'un tout avec le corps politique. L'individu-citoyen se retrouve arraché de ses particularismes et n'est plus déterminé par son appartenance à un groupe quelconque, mais, au contraire, il s’attribue le droit d'exiger l'égalité entre tous.

  • 8 Palmeira M., Antropologia, voto e representação politico, Rio de Janeiro, Contra capa, 1996.

31Si nous revenons au contexte brésilien et au travail de recherche effectué dans la ville de Rio pendant la période électorale, qui constitue, selon Moacir Palmeira8, le temps de la politique dans ce pays, nous avons pu constater que le choix du vote d'une partie de la population brésilienne concernant les élections présidentielles est dénué d'une prise de position idéologique quelconque et de convictions politiques profondes. Aussi, parmi les critères qui orientent le vote des électeurs et les significations qui l'habitent, une chose nous est parue assez clairement pour ce que concerne ce suffrage, à savoir que pour bon nombre de Brésiliens non seulement la politique advient dans un temps social à part, mais aussi qu'elle se situe dans un espace social isolé, coupé du reste de la société, l'espace de la politique.

32Etant donné la manière dont une partie de la population brésilienne pense la politique, nous nous permettons de suggérer que les citoyens communs ayant intériorisé leur rôle de dominés, de sans droit, inférieurs aux personnes, considèrent que seules celles-ci sont capables de prises de décision importantes concernant le tout. Ceci implique, en l’occurrence, que pour une partie de la population la politique n'est pas l’affaire de tous, mais celle d'un petit groupe qui se trouve en haut de la pyramide sociale, prescrit aux seuls hommes – et femmes – qui possèdent des caractéristiques inhérentes à l'univers valorisé des personnes.

33Car dans le prolongement de cette division symbolique, seuls ceux qui composent l'univers des personnes posséderaient des attributs suffisamment valorisés leur permettant de s'introduire dans cet espace social aussi valorisé où se situe l'espace de la politique.

34Pour le dire dans d'autres mots, la politique, surtout pour ce que concerne le pouvoir suprême, ne serait pas considérée, pour une partie de la population brésilienne, comme l’affaire de tous, mais de quelques-uns, ceux du haut, qui se trouvent dans l'espace social valorisé des personnes. Dans ce cas, nous sommes encore loin, dans la pratique, de l'idéal démocratique où la souveraineté émane du peuple.

35Pour cette raison, il me paraît urgent de reformuler les modes de reconnaissance d'un système démocratique, au-delà de la seule instauration du suffrage universel.

36Car au Brésil, le sens attribué à la notion d'égalitarisme se heurte à une structure historiquement constituée par l'inégalité sociale, qui renvoie, encore de nos jours, chaque individu à sa place, en limitant l'action de chacun à son groupe d'appartenance social, par conséquent aux particularismes symboliques qui en découlent.

37Le vote, perçu comme instrument et symbole de la souveraineté des citoyens, proposant que la société ne soit plus conçue comme une donnée issue d'un projet surnaturel, qui appliquerait des règles de fonctionnement et des normes imposées par une instance supérieure n'assume pas, dans cette société, son rôle de sacrement de l'égalité des citoyens.

38Castoriadis disait, peu avant sa mort, que la démocratie dite représentative n'est pas une vraie démocratie, considérant qu'elle est pipée, non pas parce qu'on peut tricher dans les urnes, mais parce que les opinions y sont définies d'avance.

39Au Brésil, si l'on considère que la légitimité politique trouve sa source dans un imaginaire social qui distingue et sépare symboliquement les individus et les personnes, ces dernières étant les seuls détenteurs de qualificatifs suffisamment valorisés permettant leur introduction dans l'espace de la politique, ne pouvons-nous pas considérer que là aussi les cartes ont été tirées d'avance ?

40Thierry Michalon faisait récemment, dans son article cité plus haut, un appel à la suppression du suffrage universel pour les élections présidentielles en Afrique, considérant que ce système entraîne une personnalisation du pouvoir faisant de l'ombre aux mécanismes représentatifs qui assurent le respect des règles. Déjà en 1973, Jean-Paul Sartre rendait célèbre la phrase : « élections, piège à con ». Je ne me permettrais pas d'en dire autant, nous nous sommes tellement battus pour le retour du suffrage universel au Brésil.

41Cependant, comme pour Schnapper, le citoyen ne peut pas être souverain sans que lui soient garanties des conditions de vie matérielles qui assurent sa dignité.

  • 9 In Oliveira F. e Paoli M.C., Os sentidos da democracia, Petrópolis, Vozes, 1999.

42Selon les donnés fournies par Bernardo Kliksber, directeur du Programme Régional de l'Organisation des Nations Unies pour l'Amérique Latine, le Brésil reste le pays qui présente le plus grand écart social au monde et maintient 40 % de sa population dans une situation d'extrême pauvreté. Ce pourcentage atteindra les 70 % en 2010 si rien n'est fait pour changer la condition de vie des couches les plus démunies9. Selon une étude effectuée par le sociologue Emir Sader, près de 50 % de la population brésilienne sont considérés comme analphabètes fonctionnels, qui ne peuvent comprendre ou reproduire un texte lu.

43Tout ceci étant, nous pouvons considérer qu'au Brésil, seules les personnes connaissent la démocratie participative. Pour tous les individus, ce système se résume au droit de vote, ce qui ne saurait leur garantir des droits juridiques égalitaires. Pour cette raison, il me paraît urgent de rendre visible les conflits qui traversent notre corps social, car leur non-reconnaissance effacerait, comme nous l'a appris Castoriadis, l'importance du débat politique, sans lequel la démocratie serait stérile dans sa fin ultime.

44A l'aide des outils fournis par l'anthropologie, nous pouvons mieux comprendre comment les membres de la société brésilienne se pensent et pensent leur organisation sociale, sous quelles valeurs sont orientés leurs choix, y compris leurs choix politiques. Aussi longtemps que les individus seront soumis aux personnes, il n'y aura pas de démocratie possible car celle-ci est considérée par Castoriadis comme une affaire d'éducation des citoyens qui doivent être incités à la participation, et non le contraire.

  • 10 Schnapper D., Qu'est-ce que la citoyenneté ?, Paris, Gallimard, 2000.

45Pour conclure, je citerai une vieille connaissance, dont le nom à lui seul, de nos jours, est devenu symbole d'archaïsme, selon les nouvelles donnes qui régissent l'économie de marché : « La démocratie réelle ne s'accomplira que lorsque le travailleur et le citoyen seront unis, lorsque la participation politique du citoyen ne se réduira pas à la participation épisodique à la vie publique par l'élection »10. Cette phrase, écrite il y a plus d'un siècle par Karl Max, me paraît, malgré son obsolescence présumée, à l'ordre du jour du dilemme de la démocratie au Brésil. Car dans ce pays, ce serait seulement à partir d’une mise à nu de la tension engendrée par le rapport individu-personne, révélateur de l'immense inégalité sociale persistante et de la domination symbolique qui en découle, souvent cachée derrière nos hommes cordiaux, que pourront être posés les jalons d'un Etat où l'égalité de tous serait garantie en droit.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Livres :

Castoriadis C., L'institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975.

Chaui M., Conformismo e resistência, São Paulo, Brasiliense, 1987.

Damatta R., Carnavais, malandros e heróis, Rio de Janeiro, Zahar Editores, 1978.

Oliveira F. et Paoli M.C., Os sentidos da democracia, Petrópolis, Vozes, 1999.

Palmeira M., Antropologia, voto e representações, Rio de Janeiro, Contra Capa, 1996.

Schnapper D., Qu'est-ce que la citoyenneté ?, Paris, Gallimard, 2000.

Périodiques :

Le Monde Diplomatique, mai 2000.

Marianne, no 156, 17 au 23 avril 2000.

Croissance, no 382, mai 1995.

Notes

1 Bourdieu P. et Wacquant L., Le Monde Diplomatique, mai 2000 : 6.

2 Revue Croissance, no 382, mai 1995 : 40.

3 DaMatta R., Carnavals, malandros e heróis, Rio de Janeiro, Zahar Editores : 1978.

4 Castoriadis C., L'institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975.

5 Chaui M., Conformismo e resistência, São Paulo, Brasiliense, 1987.

6 Dans Marianne, no 152, mars 2000.

7 Schnapper D., Qu'est-ce que la citoyenneté ?, Paris, Gallimard, 2000.

8 Palmeira M., Antropologia, voto e representação politico, Rio de Janeiro, Contra capa, 1996.

9 In Oliveira F. e Paoli M.C., Os sentidos da democracia, Petrópolis, Vozes, 1999.

10 Schnapper D., Qu'est-ce que la citoyenneté ?, Paris, Gallimard, 2000.

Auteur

Docteur de l’Université Fédérale du Ceará et de l’Université Lumière-Lyon 2.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search