Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usages sociaux de la mémoire et de l'imaginaire au Brésil et en France

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin
, 
Ismael Pordeus

Mémoire, imaginaire et politique

La fondation de Brasilia ou la refondation du Brésil (1956-1960)

Laurent Vidal

Texte intégral

1Cette communication veut apporter une pierre à la réflexion suggérée par ce colloque (les usages sociaux de la mémoire et de l’imaginaire) à travers le cas de la fondation de Brasilia, nouvelle capitale du Brésil. En effet, toute fondation de ville est une occasion de réécriture de l'histoire, celle du groupe fondateur ou de la nation, selon l'importance et la fonction de la ville au sein du territoire national. La ville nouvelle est inscrite dans l'histoire tout autant qu'elle se veut le point de départ d'une histoire nouvelle.

2Mais tout d’abord quelques précisions sur la fondation de Brasilia entre 1956 et 1960 : même si le projet de transférer la capitale brésilienne vers l’intérieur du territoire est formulé depuis un siècle et demi, je considère que l’acte du président Juscelino Kubitschek est en tout point le résultat d’une décision personnelle, l’aboutissement d’un parcours politique original et l’illustration claire d’un programme politique : le développementalisme, qui donne un nouvelle définition de la modernité brésilienne. Tel est le paradoxe de la Brasilia de Kubitschek : inscrite de fait, ne serait-ce que par son nom, proposé pour la première fois en 1820, ou par sa localisation, suggérée également au début du XIXe siècle, inscrite de fait donc dans une continuité de projets de transfert, elle en réfute la possibilité même pour lui préférer l’idée d’un geste original, qui tisse un rapport non moins original avec le passé. C’est justement ce que nous souhaitons étudier ici : les usages sociaux et politiques de la mémoire et de l’imaginaire brésiliens lors de la fondation de Brasilia par Juscelino Kubitschek.

3Dans l'esprit du Président de la République cette opération de refondation de l'histoire brésilienne à partir de la construction de Brasilia a une double finalité pratique. Elle vise tout d'abord à légitimer la construction de Brasilia dans l'histoire du Brésil et dans le programme du nationalisme développementaliste. Elle doit permettre ensuite d'obtenir l'appui de la population brésilienne, appui symbolique ou matériel, en orientant les mouvements migratoires internes vers la nouvelle capitale. Petit à petit, par touches successives, Juscelino Kubitschek enveloppe la construction de la nouvelle capitale dans un cocon mythologique qui la rend imperméable à toute attaque et qui en fait le point de convergence de tous les espoirs brésiliens et de toutes les aspirations nationales. Mais ce mythe de Brasilia dépasse la simple justification conjoncturelle. Il sert également à fonder le nouveau Brésil. Brasilia doit être le symbole, l'acte de naissance du Brésil moderne. La création d'un mythe autour de Brasilia permet justement de fonder la nouvelle identité nationale et la nouvelle culture brésilienne.

4La ville, et plus particulièrement la ville nouvelle, constitue un instrument privilégié pour la création de mythes fondateurs, principalement en raison de sa double dimension, verticale et horizontale, au point de contact entre ciel et terre. Pour construire ce mythe de Brasilia, Kubitschek utilise toutes les potentialités de la construction d'une ville-nouvelle. Tel un fondateur de ville antique, il reproduit scrupuleusement les principaux rites de fondation afin de conférer à la ville et au site, une dimension mythico-religieuse. Il décontextualise la construction de Brasilia. Chaque argument scientifique ou technique, chaque étape nouvelle dans la construction de la nouvelle capitale sont réinterprétés en termes mythiques. Il se présente, quant à lui, comme le héros fondateur présidant à chacune des fêtes rituelles rythmant la fondation. La fondation de Brasilia se situe ainsi entre récupération du passé et négation du passé : elle constitue de la sorte un rituel de passage du Brésil encore colonial vers le Brésil moderne.

5L'analogie que nous établissons entre les fondations de villes dans l'antiquité grecque et romaine et la fondation de Brasilia, n'est ni gratuite, ni un pur effet de rhétorique. Ce parallèle semble au contraire recherché et voulu par Juscelino Kubitschek lui-même qui saisit chaque opportunité qu'offre l'avancement de la construction de la capitale pour procéder à un rituel mythico-religieux. Brasilia n'est plus alors simplement la nouvelle capitale du Brésil, mais devient l'autel sur lequel est célébrée la nation brésilienne. Deux moments doivent être distingués : d'une part la fondation et d'autre part l'inauguration. Ils correspondent à des rites distincts mais complémentaires pour légitimer le site et la ville et fonder la nation toute entière engagée dans la création de la nouvelle capitale. Autour de la fondation de Brasilia se noue un drame en cinq actes dont je voudrais ici faire état.

  • 1 Fustel de Coulange (Numa Denis), La cité antique..., op. cit, p. 153.
  • 2 Rykwert (Joseph), The idea of a town..., op. cit, p. 31.

6L'historien Fustel de Coulanges, dans son ouvrage sur la cité antique, rappelle que « le premier soin du fondateur est de choisir l'emplacement de la ville nouvelle. Mais ce choix, chose grave et dont on croit que la destinée du peuple dépend, est toujours laissé à la décision des dieux1 ». Dans le cas de Brasilia, le choix définitif du site a été fonction de facteurs géopolitiques, économiques et hygiéniques. Une telle pratique n'était pas rare non plus dans l'antiquité, seulement ces critères « [...] ont toujours été vus par les anciens en termes mythiques et rituels2 » nous dit Joseph Rykwert. Juscelino Kubitschek, en refusant de conférer a priori une quelconque symbolique identitaire au site choisi se réserve le soin – attribut du fondateur de ville – de vérifier et de légitimer en termes mythiques la justesse de ce choix. En Grèce, le fondateur consulte l'oracle de Delphes ; à Rome, il demande aux dieux de lui révéler leur volonté par le vol des oiseaux. Qui donc allait être l’oracle de Brasilia ? Ainsi s’ouvre le premier acte de Brasilia : la recherche des signes.

Le premier acte de Brasilia : la recherche des signes

7Dès le début des travaux de construction Kubitschek s'attache à démontrer que le site de Brasilia a été révélé par des messages d'essence divine. La revue Brasilia, revue officielle de la Novacap (Compagnie de construction de la nouvelle capitale), publie dans son numéro daté de décembre 1957 un article non signé – c'est-à-dire endossé par la rédaction de revue – intitulé « la prophétie de São João Bosco ». Ce texte fait mention d'un rêve prophétique de Dom Bosco (1815 – 1888), prêtre italien, fondateur de la congrégation des Salésiens, et canonisé par le Pape Pie XI en 1934.

  • 3 « A profecia de São João Bosco », in Revista Brasilia, vol. 1, no 12, déc. 1957, p. 16. Cette prop (...)

« Dans le livre Memorie biografiche de São João Bosco, vol. XVI, pages 385 à 394, on trouve une de ses communications prophétiques qui évoque l'implantation de la nouvelle capitale brésilienne dans le Planalto central de Goiás et fait référence à l'élan de rénovation et de prospérité que l'intériorisation amènera au pays3 ».

  • 4 Ceria (Eugenio), coord., Memorie biografiche di S. Giovanni Bosco, Turin, SEI, vol. 16, 1935 (chap (...)

8Le texte précise ensuite qu'il s'agit d'un rêve fait à Turin par Dom Bosco, qui l'a relaté quelques jours après, le 4 septembre 1893, aux membres du Chapitre Général de sa Congrégation. Mais, ajoute le texte, il fallut attendre 1935 pour que ce rêve soit divulgué lors de la publication du seizième volume des mémoires de Dom Bosco4. De la façon dont cette prophétie a été connue par la revue Brasilia, le texte ne dit rien. Un érudit local de Brasilia, le journaliste Adirson Vasconcelos, dans un ouvrage publié en 1978, explique que :

  • 5 Vasconcelos (Adirson), A mudança da capital : Brasilia, op. cit, p. 72.

« Avec le début des travaux de Brasilia, Israël Pinheiro, à qui a été confiée la grande tâche, a eu des informations sur un rêve prophétique de Dom Bosco, prévoyant le grand développement des terres centrales de l'Amérique du Sud et donnant une emphase particulière au Brésil. Germano Roriz et Sigismundo Melo se mirent alors à la recherche de ce songe prophétique, avec l'aide du père salésien Cleto Caliman, qui en fouillant les Memorie biografiche, a découvert le récit de ce songe dans le volume XVI5 ».

9Cette précision montre que si la demande n'est pas partie de Kubitschek lui-même, du moins a-t-elle été formulée par son collaborateur direct, le Président de la Novacap.

10Dans son rêve, qui lui a semblé durer toute une nuit, Dom Bosco se trouve en Amérique du Sud, dans un salon situé sur la ligne de l'Équateur. Il rencontre un jeune homme de seize ans. Disposant depuis ce salon d'une vue d'ensemble sur toute l'Amérique du Sud, ce jeune homme lui délivre un message sur la mission évangélique des Salésiens sur ce continent. Puis, sans savoir comment, Dom Bosco se retrouve dans un train, en compagnie du même jeune homme, parcourant l'ensemble de l'Amérique du Sud. Il découvre durant le voyage les richesses naturelles de cette vaste région, assiste même à un acte de cannibalisme :

  • 6 Idem, pp. 391-392.

« J'avais sous les yeux les richesses incomparables de ces pays, qui seront un jour découvertes. Je voyais des mines de métaux précieux, des dépôts de charbon-fossile, des jaillissements de pétrole, d’une abondance qu’on n'a jamais vue ailleurs6 ».

11C'est alors que Dom Bosco voit le Planalto central :

  • 7 « A profecia de Sâo João Bosco », in Revista Brasília, vol. 1, no 12, p. 16.

« Mais ce n'était pas tout. Entre le 15e et le 20e parallèle, il y avait un bassin très long et très étendu qui commençait au point où se formait un lac. Une voix répète alors à plusieurs reprises : – quand les mines qui se cachent au milieu de ces montagnes seront exploitées, apparaîtra ici la terre promise, d'où jailliront du lait et du miel ; ce sera une richesse inconcevable [...]. Et cela se passera à la troisième génération7 ».

12Cette vision, à l'intérieur de son rêve prophétique, constitue dès lors pour les partisans du transfert de la capitale brésilienne, la preuve indiscutable d'une révélation divine du site de Brasilia. L'article de la revue officielle de la Novacap décrypte ces quelques lignes en fonction de la construction de Brasilia sur le Planalto central – interprétation qui sera par la suite reprise par tous les partisans de Brasilia et largement divulguée par la propagande gouvernementale :

  • 8 Idem, p. 16.

« Voyons maintenant comment doit être interprété ce rêve prophétique, qui se réfère à un voyage fait en Amérique du Sud [...], en fonction de la réalité actuelle alors que se construit Brasilia. N'oublions pas que la prophétie date de 1883, au temps du Second Empire, six ans avant la promulgation de la première constitution républicaine qui détermina le transfert de la capitale fédérale [...]. "Entre le 15e et le 20e parallèle..." : le nouveau District Fédéral est limité au nord, par le 15e parallèle sud, et au sud, par le 16e parallèle sud8 ».

13La première étape de l'interprétation démontre donc que le District Fédéral est bien situé dans le périmètre du songe de Dom Bosco (voir planche 65). Toutefois, cela ne justifie pas pleinement le choix du site. D'où la suite de la démonstration :

  • 9 Idem, p. 16.

« Il y avait un bassin très long et très étendu, qui partait d'un point où se formait un lac" : si le Saint voulait se référer à l'un des nombreux grands lacs existant dans la région où se trouve situé le nouveau District Fédéral, il n'aurait jamais utilisé l'expression "où se formait", qui signifie action et origine. Il dirait plus simplement "où il y avait un lac". L'allusion est claire : il s'agit du grand lac artificiel de plus de 40 kilomètres d'extension, qui embrassera Brasilia des trois côtés, Nord, Est et Sud et va "se former" par le barrage du rio Paranoá9 ».

14La création d'un lac artificiel, à proximité de la nouvelle capitale, a été suggéré pour la première fois, et ce pour des raisons hygiéniques, par la Commission Cruls, et plus particulièrement par le botaniste André Glaziou. Le principe d'un lac artificiel a toujours été conservé : il a ainsi été mis en eau en 1960. L'interprétation peut sembler tendancieuse, « tirée par les cheveux ». L'auteur ne s'en offusque pas : au contraire, il considère ce songe comme un message divin, qui pour être déchiffré doit prendre en compte les ruses, les malices, les allusions, fréquentes dans les messages divins. L'auteur, c'est-à-dire la Novacap, se présente alors comme le seul capable de traduire en termes contemporains les paraboles du langage divin. Il justifie donc son statut de fondateur de Brasilia, d’intercesseur avec les dieux.

15Toutefois, pour que l'interprétation du songe soit valable, il convient que la totalité du songe désigne de façon cohérente le site de Brasilia. L'auteur poursuit donc son analyse :

  • 10 « A profecia de São João Bosco », in Revista Brasilia, vol. 1, no 12, déc. 1957, p. 16.

« Quand les mines qui se cachent au milieu de ces montagnes seront exploitées..." : les montages sont les nombreux systèmes orographiques qui configurent et délimitent le Planalto central, le Planalto goiano et l'Amazonie. Les mines cachées en leur sein sont les immenses richesses du sol encore non exploitées et non utilisées. "... apparaîtra ici la Grande Civilisation, la Terre promise, d'où jaillira du lait et du miel ; ce sera une richesse inconcevable". La voix parle dans le langage biblique symbolique. La "Grande Civilisation", ici, est l'élan irrévocable de développement et de paix qui saisira le Brésil méditerranéen, avec le transfert de la capitale ; et la "Terre promise, d'où jaillira du lait et du miel", est tout le Brésil, déjà universellement proclamé comme pays du futur [...]. "Et cela se passera à la troisième génération" : la prédiction date de 1883 et les grandes choses prévues pour la troisième génération auront lieu rigoureusement dans le délai prédit10. »

16Il est à noter ici que l'expression « Grande civilisation » n'apparaît pas dans le texte du songe. L'auteur n'hésite pas cependant à rajouter cette expression, pour renforcer sa démonstration. Le songe, du moins l'interprétation qui en est proposée, désigne donc non seulement le site de Brasilia, mais évoque également le futur radieux de la « Grande civilisation » qui va y naître : le lait et le miel sont dans ce songe les symboles bibliques de l'opulence, de l'abondance et de la douceur de vivre.

17Même s'il a été déchiffré quelques mois après le début de la construction de Brasilia, l'important est que le signe divin désignant Brasilia soit antérieur à la construction. La propagande en faveur de Brasilia ne conserve alors que la date du signe et non celle de son interprétation, pour éviter toute accusation de justification a posteriori du site. Dès lors la date de 1883 occupe une place privilégiée dans la chronologie officielle du projet de Brasilia : elle symbolise l'annonce prophétique de la naissance de Brasilia.

Le deuxième acte de Brasilia : l'appel aux dieux

18Pouvait alors s’ouvrir le deuxième acte de Brasilia, l’appel aux dieux. Car il ne suffit pas qu’un message divin ait désigné le site. Encore convient-il que la fondation soit conçue comme une mise en scène de la création du monde, de sorte à inscrire l’établissement nouveau dans la cosmogonie du groupe fondateur.

  • 11 Carta de Pero Vaz de Caminho a El Rei D. Manuel sobre o achamento do Brasil, Lisbonne, Europa-Amér (...)

19La première mise en scène rituelle organisée par Kubitschek sur le site encore vierge de la future capitale est la célébration d'une cérémonie religieuse. Bien que d'autres messes aient été célébrées auparavant sur le site, la messe organisée par le Président Kubitschek devient la première messe officielle de Brasilia. La date choisie pour cette célébration religieuse est le 3 mai 1957. Il s'agit d'une date anniversaire, 457 années plus tôt, le 3 mai 1500, Pedro Alvares Cabrai commandait une messe pour commémorer la découverte du Brésil. Selon le chroniqueur du voyage de Pedro Alvares Cabral, Pero Vaz de Caminha, la première messe fut célébrée le dimanche 26 avril 1500 (dimanche de Pâques) par le Père Frei Henrique. Toutefois, seuls les Portugais y assistèrent : [...] les Indiens Tupiniquins « s'assirent pour regarder11 ». En revanche, lors de la deuxième messe, le 3 mai 1500, les Indiens participent à la cérémonie et imitent en tous points les gestes du rituel catholique : ils embrassent l'imposante croix qui a été dressée en l'honneur du Christ rédempteur du monde, Seigneur du Ciel et de la Terre, selon le vœu du roi. La cérémonie du 26 avril 1500 marque la découverte d'une terre nouvelle par la couronne portugaise, alors que celle du 3 mai 1500 symbolise la naissance du Brésil sous le signe de la croix et dans la communion des peuples. Juscelino Kubitschek préfère donc retenir la deuxième date, afin que Brasilia épouse son message. Le chef des Indiens Carajá, ethnie installée dans le bassin du Rio Tocantins, est ainsi convié à la première messe de Brasilia. Tout comme dans les cérémonies de fondation des villes antiques, la population autochtone est invitée à participer aux célébrations rituelles :

  • 12 Kubitschek (Juscelino), Por que construí Brasília, op. cit., pp. 76-77.

« J'ai choisi la date du 3 mai parce qu'elle me paraissait la plus expressive, étant donné qu'elle rappelait la messe commandée par Pedro Alvares Cabrai. Les deux cérémonies se valaient en symbolisme. La première signalait la découverte de la Terre Nouvelle ; et la deuxième, quatre cents ans plus tard, rappellerait la prise de possession effective de la totalité du territoire national12 ».

20Il s'agit donc pour le fondateur d'établir un lien entre le baptême du Brésil et de Brasilia : le pays et sa capitale naissent sous le signe de la croix.

21Selon Ernesto Silva, membre de la Novacap et présent le jour de cette célébration, plus de 15 000 personnes assistent à cet événement fondateur :

  • 13 Silva (Ernesto), História de Brasilia, op. cit., p. 195.

« Des centaines d'automobiles, de charrettes, de mobylettes et d'avions commerciaux déversèrent sur Brasilia des fidèles en provenance de tous les coins du Brésil, désireux de participer à la cérémonie et de vérifier de près le miracle qui se réalisait sur le Planalto. Sous plusieurs points de vue, cette messe a la même signification que la Première Messe du Brésil13. »

22Une chapelle de fortune réalisée avec d'immenses pieux de bois supportant une bâche, un autel monumental sur lequel est disposée la statue de Notre-Dame d'Aparecida, patronne du Brésil et désormais marraine de Brasilia, une immense croix en bois, le tout situé sur le point le plus haut du futur plan-pilote, voici le cadre de cette première messe de Brasilia, dont la mise en scène a été confiée à l’architecte Oscar Niemeyer. L'analogie entre le décor de cette messe et celui de la première messe du Brésil (du moins telle que la représente le plus célèbre tableau : celui de Victor Meireles) est frappante.

23A la fin de la célébration liturgique, le cardinal-archevêque de São Paulo, Dom Carlos Carmelo de Vasconcelos Mota, prononce une oraison dans laquelle il appuie cette analogie :

  • 14 « Oração de D. Carlos Carmelo de Vasconcelos Mota », in Revista Brasília, vol. 1, no 5, mai 1957, (...)

« La festivité de Pâques de l'an 1500 valut, pour Pedro Alvares Cabral et pour tout le Portugal, un jubilé de joies jusqu'alors jamais atteint : ce fut la Pâques de la découverte du Brésil. De même, pour vous, Monsieur le Président de la République, et pour tous les bons Brésiliens, cette Pâques de 1957 marque également l'heureuse découverte du Brésil, en cette épiphanie, en cette aube de Brasilia. [...] C'est, comme l'a écrit quelqu'un, la deuxième messe du Brésil, si l'on se réfère à la première messe de Porto Seguro. [...] Avec cette première messe célébrée aujourd'hui, Brasilia est fondée dans le Sacrifice Divin offert sur cet autel monumental, sur cette pierre sacrée, étant à la fois offrande et victime, le propre Christ Jésus14. »

24Dans les fondations de villes antiques, un sacrifice était offert aux dieux pour les fixer durablement dans l'enceinte de la ville. Dans la cérémonie sacrificielle, le fondateur appelle les dieux : telle est bien la signification de l'oraison du cardinal-archevêque de São Paulo. Brasilia sert de trait d'union entre Dieu et les hommes : née d'un engagement réciproque entre Dieu et les Brésiliens, elle sera, par nature, éternelle.

25Dans son discours, Juscelino Kubitschek insiste également sur cette signification religieuse de la fondation de la nouvelle capitale :

  • 15 Kubitschek (Juscelino), « Estamos vivendo uma hora que a história vai fixar », in Revista Brasilia (...)

« [...] Nous tous, hauts dignitaires de l'Église Catholique Apostolique Romaine, autorités civiles et militaires, hommes du peuple et hommes d'État, nous tous, ici réunis, vivons une heure que l'histoire va fixer. Aujourd'hui est le jour de la Sainte-Croix, le jour où la capitale nouvellement née, reçoit son baptême chrétien ; jour où en elle se vérifie, pour la première fois, la transformation du pain en chair et en sang du Sauveur du Monde ; jour où la ville du futur, la ville qui représente la rencontre de la patrie brésilienne avec son propre centre de gravité, recueille son âme éternelle, la substance divine du Sauveur. [...] Ce jour est celui du baptême du Brésil nouveau. C'est le jour de l'Espérance, le jour de la Résurrection de l'Espérance. C'est le jour de la ville qui naît. Nous plantons, avec le sacrifice de la Sainte Messe, une semence spirituelle dans ce site, cœur de la Patrie15. »

26L'allocution du Président Kubitschek cherche à décontextualiser la construction de Brasilia. Il ne s’agit plus de l'application d'un simple dispositif constitutionnel, confié à une entreprise de construction, mais d'un acte de foi et de fondation, confié par Dieu aux Brésiliens. Dans cette tâche démesurée – il est question de construire « le reflet de la cité de Dieu » sur terre – tous les Brésiliens sont égaux : hommes d'État, hommes d'Église, hommes du peuple, etc. Brasilia est donc plus qu'une ville brésilienne, c’est une ville chrétienne, ou « la Fraternité » va trouver un refuge sûr. Juscelino Kubitschek, dans un ouvrage de 1975, intitulé Porque construí Brasilia présente ainsi la fraternité qui a uni tous les participants à la première messe :

  • 16 Kubitschek (Juscelino), Por que construi Brasilia, op. cit., pp. 78-79.

« Après la cérémonie eut lieu l'hommage que les Indiens Carajás désiraient me rendre. Ce fut un spectacle touchant et digne d'être noté. Les sylvicoles m'offrirent des lances, des arcs, des haches et des flèches. Le cacique me rendit hommage, m'appelant "Grand Chef", et, alors que l'assistance applaudissait, les autres Indiens criaient. Regardant autour, j'ai été ébloui par le contraste offert par cette concentration humaine. D'un côté les Carajás, vêtus de plumes, et de l'autre, les élégants de la société carioca exhibant les dernières créations des couturiers de Paris. Brasilia naissait déjà comme un facteur d'agglutination des inégalités sociales. Les deux pôles de la vie se rencontraient, donnant naissance à une nouvelle étape dans l'évolution du pays. Et par dessus tout, une projection démocratique du nivellement, s'entremêlant dans la poussière rouge – la caractéristique du monde nouveau qui était en gestation. Brasilia naissait, de fait, sous le signe de la Communion Sociale. Et, également, sous la bénédiction de Dieu16 ».

27Du Président de la République jusqu'au moindre manœuvre de la Novacap, en passant par les autochtones indigènes, chacun participe à également à cet acte de fondation. Et à cette vision d'une société sans classes, répond, même si les motivations de l'urbaniste sont différentes, le plan de Lúcio Costa.

28L'enjeu dépasse donc la simple construction de la ville : il convient de fonder, en même temps que la capitale, le Brésil nouveau, pour la première fois de l'histoire enfin réconciliés.

  • 17 « Oração de D. Carlos Carmelo de Vasconcelos Mota », in Revista Brasília, vol. 1, no 5, mai 1957, (...)

« De fait, s’exclame le cardinal de São Paulo, la découverte en 1500, l'indépendance en 1822 et, aujourd'hui, la fondation de cette nouvelle capitale métropolitaine, au centre du pays, sont les trois marques culminantes de la vie nationale17 ».

29Après avoir placé la fondation de Brasilia sous le signe de valeurs universelles, la première messe permet également d'affirmer la logique de cette fondation dans l'histoire du Brésil. Telle est bien une des intentions de l'oraison du cardinal de São Paulo : placer Brasilia dans le prolongement de la Découverte et de l'Indépendance. Autrement dit, la fondation du Brésil-Nation (1500) et du Brésil-État (1822) trouvent en Brasilia leur accomplissement : celui du Brésil État-Nation. La première pierre du mythe de Brasilia est ainsi posée : la ville naît pour l'histoire, des hommes et du Christ, dans l'histoire, du Brésil, et par la main de l'interprète de cette histoire, Juscelino Kubitschek. Le contexte économique et social de la construction importe peu. Ainsi s’achève le deuxième acte.

Le troisième acte de Brasilia : l'appel aux ancêtres

30Les Grecs ou les Romains ne pouvaient pas se satisfaire dans une fondation de ville de seulement fixer les dieux dans l'enceinte de la ville-nouvelle. Il leur fallait également y fixer leurs ancêtres. Fustel de Coulanges présente ainsi un des rites de la fondation de Rome par Romulus :

  • 18 Fustel de Coulange (Numa Denis), La cité antique.... op. cit, p. 154.

« Quand la cérémonie préliminaire a préparé le peuple au grand acte de la fondation, Romulus creuse une petite fosse de forme circulaire. Il y jette une motte de terre qu'il a apportée de la ville d'Albe. Puis, chacun de ses compagnons, s'approchant à son tour, jette comme lui, un peu de terre qu'il a apportée du pays d'où il vient. Ce rite est remarquable, et il nous révèle chez ces hommes une pensée qu'il importe de signaler. Avant de venir sur le Palatin, ils habitaient Albe ou quelques autres des villes voisines. Là était leur foyer : c'est là que leurs pères avaient vécu et étaient ensevelis. Or la religion défendait de quitter où le foyer avait été fixé et où les ancêtres divins reposaient. Il avait donc fallu, pour se dégager de toute impiété, que chacun de ces hommes usât d'une fiction, et qu'il importât avec lui, sous le symbole d'une motte de terre, le sol sacré où ses ancêtres étaient ensevelis et auquel leurs mânes étaient attachés. L'homme ne pouvait se déplacer qu'en emmenant avec lui son sol et ses aïeux. Il fallait que ce rite lût accompli pour qu'il pût dire en montrant la place nouvelle qu'il avait adoptée : ceci est encore la terre de mes pères, terra patrum, patria ; ici est ma patrie, car ici sont les mânes de ma famille18 »

31Chez les Grecs, les colons emportent une parcelle du feu sacré de leur ville d'origine pour en allumer un foyer nouveau. C'est autour de ce foyer que s'élève la ville.

32A Brasilia, ce seront également des colons qui viendront habiter la ville, – ce sont déjà des colons qui la construisent. Venus ou venant de l'ensemble du Brésil, ils portent en eux une tradition et une culture régionales fortes. Brasilia est encore vierge de toute marque culturelle. Au lieu de simplement juxtaposer les particularismes locaux ou régionaux, la nouvelle capitale doit les rassembler et les unir. De cette façon, elle ne reproduira pas la situation de Rio de Janeiro où la culture dominante de la ville et de la région laisse dans l'ombre les traditions culturelles des groupes de migrants, sans que ces dernières aient une possibilité d'être intégrées. Brasilia, au contraire, doit naître sous le signe de l'intégration culturelle : il est du devoir d'une capitale de cimenter l'ensemble des particularités régionales autour d'une culture nationale.

33Le Président Kubitschek a parfaitement conscience de la nécessité, pour Brasilia, de représenter la culture nationale brésilienne, construite dans le respect des traditions locales. Il use ici aussi du même symbole rituel que les fondateurs de villes anciennes. Le 9 août 1957, la torche du « Feu symbolique pour l'unité nationale » est allumée à Brasilia. Elle doit parcourir toutes les villes et villages du Brésil pour ne revenir dans la nouvelle capitale que le jour de son inauguration, le 21 avril 1960, portant en elle tous les ancêtres des colons, présents et futurs, de Brasilia. Ce « Feu symbolique pour l'unité nationale » symbolise la nouvelle mentalité brésilienne qu'érige la naissance du nouveau Brésil.

34La deuxième pierre du mythe de Brasilia est alors posée : la nouvelle capitale est une œuvre collective, entreprise dans le respect de toutes traditions, et devant produire la nouvelle mentalité du Brésil moderne.

Le quatrième acte de Brasilia : le tracé des axes de la ville

  • 19 Rykwert (Joseph), The idea of a town, op. cit, p. 26.

35Le site désigné, les dieux et les ancêtres fixés, sur ce site reste alors au fondateur à tracer l'enceinte et les axes de la ville : ainsi s’ouvre le quatrième acte de Brésília. Selon Joseph Rykwert : « Toutes les grandes civilisations pratiquent une forme de planification et d'orientation rectiligne, toutes ont des justifications mythiques de leurs origines et des rituels qui guident le planificateur et le constructeur19 ». Prenons à nouveau l'exemple de Rome : Romulus trace autour de la fosse où chacun avait jeté un peu de terre (mundus), un sillon qui marque l'enceinte. Les moindres détails sont fixés par un rituel : le fondateur doit se servir d'un soc de cuivre traîné par un taureau blanc et une vache blanche. Romulus, la tête voilée et sous le costume sacerdotal, tient lui-même le manche de la charrue et la dirige en chantant des prières. Ses compagnons marchent derrière lui en observant un silence religieux. A mesure que le soc soulève des mottes de terre, on les rejette soigneusement à l'intérieur de l'enceinte pour qu'aucune parcelle de cette terre sacrée ne soit du côté de l'étranger. Cette enceinte, tracée par la religion est inviolable : ni étranger, ni citoyen n'a le droit de la franchir. Mais, pour que l'on puisse entrer dans la ville et en sortir, le sillon est interrompu en quelques endroits ; pour cela Romulus a soulevé et porté le soc ; ces intervalles s'appellent portae ; ce sont les portes de la ville.

  • 20 Cité in Costa (Lúcio), Brasília, cidade que inventei, op. cit, p. 35.

36A Brasilia, également, l'espace destiné à accueillir le Plan-Pilote est sacralisé. Une immense « ceinture verte » est prévue, avant que ne commence la construction, pour limiter l'extension de ville : à l'intérieur du périmètre, la ville capitale ; à l'extérieur, les villes satellites. Si les remparts et les murs d'enceintes sont depuis plusieurs siècles obsolètes, la « ceinture verte » remplit dans l'architecture moderne, la même double fonction, circonscrire, limiter la croissance interne de la ville et éviter l'absorption de la ville par les faubourgs ou la banlieue, c'est-à-dire protéger les habitants officiels de ce que les Grecs appelaient les « barbares ». Le rapport du jury du plan-pilote, à la suite des recommandations de la Commission Pessoa, a clairement spécifié que « la taille de la ville est limitée : sa croissance après vingt ans se fera (a) par les péninsules et (b) par les villes satellites20 »

37La ceinture verte, ne limitant pas la perpective visuelle de l'habitant du Plan-Pilote, donne ainsi l'illusion d'une ville ouverte, simplement enchâssée dans une nature sauvage. Toutefois, pour le résident extérieur, pour l'habitant des villes-satellites, cette ceinture verte est l'antichambre obligatoire pour pénétrer dans le sanctuaire de la citoyenneté : elle marque la transition entre le monde profane du dehors et l'espace sacré du dedans, au même titre que le portail d'une cathédrale marquait pour le chrétien du moyen-âge la séparation entre la lumière du dehors, mais l'ombre de la vie extérieure, et l'ombre du dedans, mais la lumière de la vie intérieure.

  • 21 Idem, p. 88.

38Quant aux portes de Brasilia, c'est le prolongement autoroutier de l'axe résidentiel et de l'axe monumental qui en tient lieu. Trois possibilités d'entrée sont ainsi offertes : au nord et au sud par l'axe résidentiel, et à l'ouest, en descendant l'axe résidentiel en direction de la Place des Trois Pouvoirs. Le plan de Lúcio Costa interdit tout autre accès : les entrées dans la capitale sont donc aisément filtrables. Et pour bien signifier au voyageur extérieur qu'il entre dans une capitale et non dans une simple ville, ou pour rappeler à l'habitant de Brasilia qu'il est bien un résident de la capitale du Brésil, Lúcio Costa ajoute une contrainte à son plan. Pour passer de l'axe monumental à l'axe résidentiel, l'automobiliste ou le passager d'un autobus doit se rendre au croisement des axes (plate-forme autoroutière), où un système à sens unique, « [...] permet au voyageur de jeter un dernier regard sur l'axe monumental de la ville avant d'entrer dans l'axe routier-résidentiel, départ psychologiquement désirable21 ». Les trois portes conduisent directement les voyageurs au cœur symbolique de la capitale. Entre le franchissement de la ceinture verte et l'arrivée sur l'axe monumental, c'est à une lente catéchisation civique qu'est convié l'étranger, le « barbare ».

39Le démiurge planificateur a, lui seul, défini l'emplacement des portes et le trajet civique : l'habitant de Brasilia ne peut en aucun cas modifier cette décision. Il en va de même pour le tracé des axes. La décision du planificateur d'adopter ce modèle urbanistique n'est point justifiée logiquement :

  • 22 Idem, pp. 85-86.

« Je me permets, tout au plus, écrit Lúcio Costa, de présenter une solution possible que je n'ai point recherchée mais qui m'est apparue pour ainsi dire d'elle-même. [...] Elle est née du geste premier [...]22 ».

  • 23 Rykwert (Joseph), The idea of a town, op. cit, p. 90.

40Le choix de Lúcio Costa est entouré du même mystère religieux que celui qui guida la main de Romulus pour tracer le sillon de Rome. Même le géomètre romain, – rappelle Joseph Rykwert –, chargé de tracer le cardo et le decumanus (les axes nord-sud et est-ouest) à l'aide d'un sciotherum ou d'un groma, ne se désintéresse pas des rites de fondation et entoure son travail d'un caractère mystérieux : « Les axes ne sont jamais tracés sans référence à l'ordre de l'Univers, car les decumani sont alignés sur le cours du soleil, cependant que les cardines suivent l'axe du ciel23 ». La photo aérienne du croisement des axes de Brasilia, tracés à grand renfort de bulldozers, au cœur d'une nature vierge, est largement diffusée dans tout le Brésil en 1957.

41Consciemment ou non, Lúcio Costa inscrit la naissance de son plan dans cet épais mystère qui entoure chacun des rites de fondation de Brasilia. Son texte de présentation contribue ainsi à renforcer la portée du mythe de Brasilia : du choix du site jusqu'à l'établissement du plan, Brasilia « est apparue pour ainsi dire d'elle-même ». Peu importe alors la signification politique du plan d'urbanisme (une croix inscrite dans un cercle), peu importe sa symbolique autoritaire : le cercle (la ceinture verte) confinant l'expérience humaine entre les murs de l'autorité ; la croix, dont résulte un plan en grille, étant une forme géométrique de puissance au sein de laquelle l'individu demeure une unité abstraite. Pour le fondateur et le planificateur, simples interprètes d'un rêve prémonitoire et d'une idée géniale, la naissance mystérieuse de la ville constitue l'essence même de la future capitale : Brasilia, ville mystère, ville mystique, ville mythique.

Cinquième acte : l’inauguration de Brasilia

  • 24 Breillat (Pierre), Ville nouvelle, capitale modèle, Versailles, op. cit, p. 41.

42Peut alors s’ouvrir le dernier acte : l’inauguration de Brasilia. L'inauguration d'une ville nouvelle est un rite distinct de sa fondation. Fréquent dans l'antiquité, il disparaît peu à peu à l'époque médiévale et moderne, lorsque des villes nouvelles n'ont plus qu'une simple fonction militaire, ou lorsque les délais de construction atteignent une dizaine d'années. Un exemple fameux est celui de Versailles : nulle cérémonie n'a présidé à la naissance ou à l'inauguration du château et de la ville adjacente. Selon Pierre Breillat, « la ville s'élabore en même temps que la religion, non pas d'un coup, mais par une création continue [...]. Ce n'est pas tout de suite que le Grand Roi a voulu une résidence symbolique de ses conceptions politiques24. »

43Brasilia, en revanche est d'emblée présenté comme le symbole du Brésil moderne. La cérémonie d'inauguration a donc pour finalité de sceller l'union entre la nation brésilienne et le fondateur, autour du projet de construction du Brésil moderne. Ce n'est plus la ville qui doit être légitimée, mais les valeurs qu'elle symbolise.

Le choix de la date d'inauguration

44Le premier point sur lequel nous devons insister est le choix de la date de l'inauguration. Celle-ci n'a point été fixée une fois la ville terminée mais dès le début des travaux de construction, en octobre 1957. Son choix n'est donc pas dicté par le hasard du calendrier des travaux : il relève encore une fois d'un acte symbolique. Rien ni personne ne pourrait plus modifier cette date. L'avancement des travaux devrait se plier à cette date butoir.

  • 25 Le gouvernement a en effet attribué les pleins pouvoirs à la Novacap pour dirriger les travaux de (...)

45Avant toute chose, Juscelino Kubitschek tient à inaugurer lui-même la nouvelle capitale. Or, la Constitution de 1946 fixe le mandat de Président de la République à une durée de 5 ans non renouvelable. Dans ces conditions, devant remettre son mandat au 1er janvier 1961, Juscelino Kubitschek se doit d'inaugurer la capitale en 1960 afin que son successeur ne puisse remettre en cause le transfert. Le plan pilote ayant été choisi en mars 1957, le délai de construction sera donc nécessairement inférieur à 4 ans. Pour que l'ensemble des bâtiments civiques et administratifs soient effectivement achevés le jour de l'inauguration, une discipline de fer est imposée aux ouvriers de la construction par la Novacap25.

46Un autre élément important, contraignant le choix de la date, est que celle-ci, au même titre que celle de la première messe, doit fixer le calendrier « liturgique » de la nouvelle capitale. Or, le calendrier des fêtes civiques et religieuses d'une ville nouvelle fournit la clé de l'histoire du groupe fondateur. La date de l'inauguration, dans ce cas, ne peut être le résultat ni du hasard, ni du froid raisonnement économique ou politique. Elle doit renvoyer, explicitement ou implicitement, à des événements marquants de l'histoire du groupe – la nation brésilienne – ou, de façon plus large, de l'histoire de l'humanité. Un projet de loi est ainsi rédigé par un député UDN de l'État de Goiás, Emival Caiado, membre de la Commission parlementaire sur le transfert de la capitale. Le projet propose comme date du transfert de la capitale fédérale, le 21 avril 1960. Interrogé par la revue Brasilia sur le choix de cette date, le député s'explique ainsi :

  • 26 « Entrevista dq deputado Emival Caiado », Revista Brasília, vol. 1, no 9, sept. 1957, p. 11.

« [...] la date choisie est d'une remarquable signification nationale, et il serait juste de rendre hommage encore une fois à la figure singulière de Tiradentes, puisque figure dans le programme de l'Inconfidencia Mineira, et pour la première fois dans l'histoire du Brésil, l'idée de l'intériorisation de la capitale fédérale. Tiradentes est un symbole de l'indépendance politique du Brésil, et Brasilia, si Dieu le veut, sera le symbole de notre indépendance économique26 ».

47L'intérêt stratégique du mois d'avril 1960 – permettre à Juscelino Kubitschek de consolider le transfert – est donc doublé d’une justification symbolique : le 21 avril 1792, Tiradentes, le héros mythique de l'inconfidencia Mineira a été pendu à Rio de Janeiro, puis son corps écartelé et ses membres éparpillés partout où il avait prêché ses idées indépendantistes. Or, dans la mythologie nationale brésilienne, Tiradentes est présenté comme le premier martyr de l'indépendance. Brasilia devient alors le prolongement, dans le domaine économique, des valeurs d'indépendance.

48Toutefois, pour ne pas rejeter, avec ce choix du 21 avril, l’œuvre de la colonisation portugaise, le député mineiro, Manoel França (PSD), également membre de la Commission Parlementaire sur le transfert de la capitale, avance une autre justification de cette date :

  • 27 Campos (Manoel França), Brasília, terceiro março, op. cit, p. 21.

« Pedro Alvares Cabrai arrivé ici (au Brésil) en avril, le huitième jour de Pâques, selon Pero Vaz de Caminha qui ainsi fait savoir au Roi : "Et ainsi nous poursuivîmes notre chemin, sur cette mer, droit devant, jusqu'au Mardi, huitième de Pâques, le vingt-et-unième jour d'avril, lorsque nous rencontrâmes quelques signes de la terre". [...] La Découverte du Brésil, en 1500, par Pedro Alvares Cabrai, est la PREMIERE MARQUE. C'est le point de départ pour la trajectoire grandiose de la plus grande nation latine de la terre27 ».

49Le 21 avril, date de la découverte du Brésil ? Voire ! Jusqu'alors les historiens ont retenu la date du 22 avril. Le député mineiro s'appuie-t-il alors sur de nouveaux éléments ? En réalité Manoel França Campos a simplement utilisé la méthode classique de la citation tronquée pour plier l'histoire du service de cette date du 21 avril. Pero Vaz de Caminha, le chroniqueur officiel de l'expédition de Pedro Alvares Cabrai, évoque en réalité des signes indiquant la proximité de la terre :

  • 28 Carta de Pero Vaz de Caminha a El Rei D. Manuel sobre a achamento do Brasil, op. cit, pp. 60-61.

« [...] le vingt-et-unième jour d'avril, étant de ladite île à quelques 660 ou 670 lieues, selon ce que disaient les pilotes, lorsque nous rencontrâmes quelques signes de la proximité de la terre, lesquels étaient une grande quantité d'herbes comprimées [algues], que les marins appellent "botelho" [...]. Et, le mercredi suivant 22 avril, dans la matinée, nous croisâmes des oiseaux [...]. Ce jour, à l'heure des vêpres, nous eûmes en vue la terre ! Premièrement, un grand mont, haut et rond ; et d'autres collines plus basses, au sud ; et une grande plaine avec de grands bosquets d'arbres : au mont élevé, le capitaine a donné le nom — MONTE PASCOAL (Le Mont de Pâques) – et à la terre – La TERRA DA VERA CRUZ (La Terre de la vraie croix28. »)

50Ce subterfuge de la citation tronquée permet néanmoins d'inclure dans les références symboliques du 21 avril, la Découverte du Brésil, c'est-à-dire l'acte de naissance de « la plus grande nation latine de la terre ».

  • 29 Voir Ragon (Michel), L'homme et les villes, op. cit, p. 88.

51Or – s'agit-il d'une coïncidence ? – Rome, mère et matrice de la civilisation latine, a précisément été fondée, selon la légende, le 21 avril 753 av. J.-C.29. Les Romains célèbrent aujourd'hui encore ce jour anniversaire : la légende de sa fondation a été rattrapée par le besoin des Romains de commémorer la naissance de la ville et de leur civilisation latine.

52Dans l'éphéméride du 21 avril, l'inauguration de Brasilia s'ajoute donc à la fondation de Rome, à la découverte du Brésil, et au symbole de l'indépendance brésilienne, signifiant la naissance d'une nation latine et indépendante.

53La loi no 3.273 du 1er octobre 1957 stipule ainsi :

54« Article 1er – En exécution de l'article 4° et de son paragraphe 3 de l'Acte des Dispositions Constitutionnelles Transitoire, la Capitale de l'Union sera transférée dans le nouveau District Fédéral, déjà délimité sur le Planalto central du Pays, le 21 avril 1960.

55Article 2 – Les pouvoirs Exécutif, Judiciaire et Législatif sont autorisés à prendre toutes mesures nécessaires à l'accomplissement de ce que dispose l'article précédent.

  • 30 Cité in Orico (Osvaldo), Brasil, capital Brasilia, Rio de Janeiro, IBGE, 1958, p. 34.

56[...] Article 4 – La présente loi entrera en vigueur à la date de sa publication, toutes dispositions contraires étant révoquées30. » Le jour de la ratification de cette loi, en présence de ministres, de parlementaires, de magistrats et autres personnalités civiles et militaires, le président Kubitschek prend la parole en ces termes :

  • 31 Kubitschek (Juscelino), Por que construí Brasília, op. cit, p. 94.

« Cet acte constitue un pas en avant, le plus viril, le plus énergique que la Nation ait fait depuis son indépendance politique, pour l'affirmation décisive d'un peuple qui a pris sur ses épaules une des tâches les plus extraordinaires que l'histoire contemporaine a vu être confiée à une collectivité : celle de peupler et de civiliser les terres qu'elle a conquises, vastes comme un continent ; celle d'intégrer dans la communauté des peuples, pour le bien commun de l'humanité, un des plus riches territoires du monde31 ».

57L'acte d'inauguration de Brasilia va justement s'attacher, par l'ensemble des références symboliques en jeu, à présenter la création nouvelle capitale comme un geste typiquement brésilien, mais dont la valeur exemplaire s'adresse autant au Brésil qu'à l'humanité entière.

La cérémonie d'inauguration de Brasilia, le 21 avril 1960

58Juscelino Kubitschek conçoit la cérémonie d'inauguration, officialisant le transfert de la capitale, en deux étapes : il prend tout d'abord, le 20 avril, officiellement congé de Rio de Janeiro, pour ensuite prendre possession du nouveau siège du pouvoir fédéral brésilien, le 21 avril.

59Nous disposons, pour étudier ces deux journées, d'un document officiel exceptionnel, relatant à la minute près, chacun des actes du Président de la République. Il s'agit de « l'Acte Officiel d'inauguration » rédigé, à la demande de Juscelino Kubitschek, par Antônio José Chediak, professeur originaire de Très Corações (Minas Gerais) et résidant à Rio de Janeiro. Simple relation chronologique des événements liés à l'inauguration, ce texte peut sembler purement anecdotique. En revanche si l'on cherche derrière l'anecdote le symbole, alors ce texte devient une source fondamentale capable de nous renseigner, et sur la signification que revêt Brasilia en 1960 aux yeux du gouvernement, et sur les valeurs nouvelles que ce dernier attribue à la ville.

60Dans le tableau ci-dessous, nous avons établi la liste chronologique de chacun des moments de l'inauguration de Brasilia, en essayant, lorsque cela est possible de relever leur signification symbolique.

61Il ressort de ce chronogramme que Brasilia symbolise aux yeux de Kubitschek le passage du cycle de développement colonial du Brésil vers le cycle du Brésil moderne. La naissance du Brésil moderne est marquée par l'adoption d'une mentalité et une identité culturelle nouvelles. Elle offre comme première image et première preuve des nouvelles capacités brésiliennes, la construction de Brasilia. Durant les deux journées d'inauguration, Brasilia est comme un immense plateau de théâtre au décor moderne où chaque scène, telle la Genèse présentant la naissance de l'humanité, évoque la naissance ou une des valeurs fondamentales du Brésil moderne.

62Essayons donc de recomposer le discours symbolique de l'inauguration. La formation du Brésil moderne est en premier lieu présentée comme un acte énergique, volontaire, « viril » (J. Kubitschek). Cet acte repose sur l'adoption d'une mentalité nouvelle. Cette mentalité est respectueuse du passé et des traits principaux du caractère national brésilien, forgés depuis les débuts de la colonisation. Elle emprunte donc à la période coloniale les valeurs sur lesquelles repose l'identité nationale brésilienne : Le Brésil est une « nation catholique et latine » (allégorie de la première messe), fière de son passé colonial (hommage de Salvador, première capitale du Brésil). De la colonisation, ayant conféré une unité culturelle à l'ensemble du territoire, est également conservée l'idée de « l'Unité nationale » : communion du peuple et des élites, flamme de l'unité nationale. Il est à noter cependant, que les Indiens, présents lors de la première messe de Brasilia n'ont pas été conviés à l'inauguration. Leur présence était donc nécessaire pour fonder la ville dans un esprit de conciliation avec les habitants « mythiques » du lieu. Elle n'est plus souhaitée pour lancer les bases d'une mentalité nouvelle, souhaitant tirer un trait sur les stigmates d'un pays arriéré et colonial.

63La nouvelle mentalité du Brésil moderne est également marquée par un « esprit d'indépendance » : hommage à Tiradentes lors de la messe et du discours d'inauguration. Brasilia prolonge dans le domaine économique, technique, intellectuel..., la lutte indépendantiste de l'Inconfidencia mineira.

64Mais cette nouvelle mentalité, marquant l'ouverture de l'ère du Brésil moderne, revendique également des valeurs contemporaines. En premier lieu, la capacité technique du Brésil à maîtriser son développement : le défilé des machines est un hymne à la technicité de la civilisation brésilienne. N'a-t-on pas vu de semblables manifestations en Union Soviétique au temps de Staline alors que le petit père des peuples voulait prouver au monde la supériorité technique des sociétés communistes ? Une autre preuve des capacités techniques du Brésil est apportée par la remise symbolique d'une cravate au président Kubitschek comme gage d'un pari perdu. Le Brésil doit être pris pour un pays sérieux : les Brésiliens doivent le revendiquer.

65L'autre héritage contemporain sur lequel s'appuie le Brésil moderne est celui de la démocratie libérale. Plusieurs mises en scène tendent à présenter le Brésil comme une nation démocratique et libérale : la parole est donnée au peuple (réponse du Barbier G. Fedulo Queiroz à Kubitschek) ; les constructeurs de Brasilia sont félicités pour leur travail (défilé des ouvriers) ; les Trois Pouvoirs de l'État (Exécutif, Législatif et Judiciaire) s'installent séparément ; le lâcher de colombes évoque une nation pacifique.

66Quant à Brasilia, première image et première preuve des capacités du Brésil moderne, elle est à la fois respectueuse des traditions et tournée vers le progrès. C'est une ville catholique (bénédiction, baptême), construite par l'enthousiasme populaire, fondée par un Brésilien d'origine mineira revendiquant les valeurs universalistes du Minas Gerais (esprit ouvert, énergie créatrice...).

67L'inauguration de Brasilia est donc une immense représentation des croyances, des valeurs et des principes du nouveau Brésil. Le mythe Brasilia se double du mythe du Brésil moderne. C'est une des ressources de la ville-nouvelle que de permettre, lors de sa fondation puis de son inauguration, la spatialisation des principaux traits de caractère du groupe fondateur, et leur célébration dans des fêtes commémoratives de la fondation ou de l'inauguration. Le contenu sémantique de la ville-nouvelle est donc pour l'historien une source importante pour la compréhension de l'identité culturelle et des aspirations du groupe fondateur.

Notes

1 Fustel de Coulange (Numa Denis), La cité antique..., op. cit, p. 153.

2 Rykwert (Joseph), The idea of a town..., op. cit, p. 31.

3 « A profecia de São João Bosco », in Revista Brasilia, vol. 1, no 12, déc. 1957, p. 16. Cette prophétie a fait l'objet d’une étude critique à laquelle nous renvoyons pour plus de détails : Espejo (Arturo), Rationalité et formes d'occupation de l'espace, op. cit, pp. 77-95. Nous n’analysons ici cette prophétie que dans son seul aspect de « révélation divine du site », auquel l’auteur de l’étude fait par ailleurs peu de place.

4 Ceria (Eugenio), coord., Memorie biografiche di S. Giovanni Bosco, Turin, SEI, vol. 16, 1935 (chap. 13 : « Il salesani entrano nel Brasile. Vicariato e prefettura apostolica in Patagonia. Grande Sogno missionario »), pp. 385-394.

5 Vasconcelos (Adirson), A mudança da capital : Brasilia, op. cit, p. 72.

6 Idem, pp. 391-392.

7 « A profecia de Sâo João Bosco », in Revista Brasília, vol. 1, no 12, p. 16.

8 Idem, p. 16.

9 Idem, p. 16.

10 « A profecia de São João Bosco », in Revista Brasilia, vol. 1, no 12, déc. 1957, p. 16.

11 Carta de Pero Vaz de Caminho a El Rei D. Manuel sobre o achamento do Brasil, Lisbonne, Europa-América, 1987, 98 p. (p. 74).

12 Kubitschek (Juscelino), Por que construí Brasília, op. cit., pp. 76-77.

13 Silva (Ernesto), História de Brasilia, op. cit., p. 195.

14 « Oração de D. Carlos Carmelo de Vasconcelos Mota », in Revista Brasília, vol. 1, no 5, mai 1957, p. 13.

15 Kubitschek (Juscelino), « Estamos vivendo uma hora que a história vai fixar », in Revista Brasilia, vol. 1, no 5, mai 1957, p. 1.

16 Kubitschek (Juscelino), Por que construi Brasilia, op. cit., pp. 78-79.

17 « Oração de D. Carlos Carmelo de Vasconcelos Mota », in Revista Brasília, vol. 1, no 5, mai 1957, pp. 13-14.

18 Fustel de Coulange (Numa Denis), La cité antique.... op. cit, p. 154.

19 Rykwert (Joseph), The idea of a town, op. cit, p. 26.

20 Cité in Costa (Lúcio), Brasília, cidade que inventei, op. cit, p. 35.

21 Idem, p. 88.

22 Idem, pp. 85-86.

23 Rykwert (Joseph), The idea of a town, op. cit, p. 90.

24 Breillat (Pierre), Ville nouvelle, capitale modèle, Versailles, op. cit, p. 41.

25 Le gouvernement a en effet attribué les pleins pouvoirs à la Novacap pour dirriger les travaux de construction. Le territoire du district fédéral est, durant la construction, situé en dehors des lois publiques. La Novacap définit le nombre d'heures quotidiennes de travail, les jours de repos, etc. Aucune grève, aucun mouvement revendicatif ne sont tolérés : une police de la Novacap veille à la bonne application des mesures prises.
Sur la construction de Brasilia, nous renvoyons à la thèse de Gustavo S. Lins Ribeiro, A capital da expecrança, op. cit., qui relate notament plusieurs cas de repression de grèves par la police de la Novacap : les grévistes ont été tués à bout portant, sans aucune autre forme de procès, par des policiers armés de mitraillettes. Et lorsqu'un ouvrier, ivre de fatigue, perd l'équilibre et fait une chute de 15 étages du haut de la tour du Congrès, la police ramasse le corps avant que ses camarades de travail n'aient dévalé les 15 étages !

26 « Entrevista dq deputado Emival Caiado », Revista Brasília, vol. 1, no 9, sept. 1957, p. 11.

27 Campos (Manoel França), Brasília, terceiro março, op. cit, p. 21.

28 Carta de Pero Vaz de Caminha a El Rei D. Manuel sobre a achamento do Brasil, op. cit, pp. 60-61.

29 Voir Ragon (Michel), L'homme et les villes, op. cit, p. 88.

30 Cité in Orico (Osvaldo), Brasil, capital Brasilia, Rio de Janeiro, IBGE, 1958, p. 34.

31 Kubitschek (Juscelino), Por que construí Brasília, op. cit, p. 94.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site