Version classiqueVersion mobile

Usages sociaux de la mémoire et de l'imaginaire au Brésil et en France

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin
, 
Ismael Pordeus

La coopération France-Brésil dans le domaine des sciences sociales

Paulo Elpídio de Menezes Neto

Texte intégral

I

1Les premières universités créées au Brésil datent des années 20 de ce siècle. Elles proviennent, dans leur ensemble, de l’initiative publique, de l’État fédéral. En effet les projets privés, dans ce domaine, ne seront implantés qu'après 1930. Ils gardent, dans leur ensemble, un rapport direct avec l’Église catholique, suivant la tradition éducatrice et évangélisatrice de la Sainte-Eglise.

2Avant la constitution des premières universités, les études supérieures au Brésil prenaient place dans des établissements isolés d’enseignement, écoles, d'après le modèle napoléonien, imprégnées d’un propos de formation professionnelle libérale.

3Les universités se constituent, peu à peu, au cours de plus de 30 années, par l’intégration des unités d’enseignement, une sorte de fédération dont le rectorat assure le mandat universitaire octroyé par la loi.

4Le Brésil a été un des derniers pays de l’Amérique Latine à consolider ses institutions universitaires. L'ouverture des premiers cours – Droit et Médecine – signale un moment de rupture avec le passé colonial, qui s’étend pendant trois siècles, depuis l’arrivée des Portugais à Bahia et l’implantation du gouvernement colonial, jusqu’au au débarquement de la Cour de D. João VI, et son installation à Rio.

5L'université brésilienne est, ainsi, une création des Brésiliens. Une création sortie d'un héritage presque millénaire, française, pour une part considérable. Elle cherche, encore, en pleine jeunesse, son identité, en esquissant soigneusement les formes d’une création susceptible d'assurer des liens effectifs et bien solides avec la société brésilienne. La plus ancienne des nos universités n’a pas plus que 70 ans.

6L’Université du District Fédéral (1920), UDF, fondée à Rio, et l’Université de São Paulo (1930) ont consacré dans leurs conceptions un projet universitaire ambitieux, dont les lignes axiales reposent sur le fondement de la recherche en sciences humaines, à côté des sciences exactes, ou si nous reprenons le jargon du milieu, des sciences « molles » et des sciences « dures ». La première a connu une vie éphémère, selon les idées dans lesquelles plongent ses racines. Les forces de l’autoritarisme de l’État Nouveau, un de ces moments fréquents au Brésil, de rupture de l'ordre démocratique, réussissent à transformer cet essai innovateur, tout en changeant l’essence de ses propos et ceux d’Anísio Teixeira, sans rien apporter de réellement significatif. Bien au contraire. La deuxième est bien arrivée dans la direction de son projet, assurant la consolidation, au long des sept dernières décennies, de l’image d’une université moderne, tournée vers le savoir et la recherche, en faisant de la science un continuum de toutes ses actions innovatrices.

7Si l’on veut parler de la coopération internationale dans le domaine universitaire, au Brésil, c'est précisément de l’Université de São Paulo que nous devons nous occuper.

8En effet, c’est à l’USP que commencent les premiers programmes d’échanges au niveau d’enseignants et des chercheurs.

9La Faculté de Philosophie, Sciences et Lettres devient l’instrument efficace d’un projet scientifique d’une ampleur considérable, à l’époque. Les domaines du savoir cultivés dans les locaux prestigieux de l’université européenne devaient se reproduire au Brésil, à São Paulo, plus précisément, dans cette Faculté naissante, grâce à l’apport intellectuel et scientifique offert par des spécialistes français et allemands. Selon l’influence exercée sur les milieux universitaires brésiliens et d’ailleurs, les territoires de la connaissance se sont partagés entre Français et Allemands. Pour les premiers, les sciences sociales et humaines. Pour les seconds, les sciences exactes.

10Voilà comment « nos » sciences ont été construites. Les Français ont été les fondateurs de la sociologie, de l’anthropologie, de l’histoire, de la géographie, de la littérature, de la philosophie « brésiliennes ». Les Allemands se sont occupés des mathématiques, de la physique, de la chimie, de la biologie, de l’histoire naturelle.

11Le débarquement des universitaires français à São Paulo reproduit dans de nouvelles circonstances une sorte de France Equatoriale, avec d'autres Duguay-Trouin et Villegaignon, plus cultivés, mais également combattants redoutables. Ils amènent avec eux un grand approvisionnement d’idées et de mots, de décisions et d’intentions intellectuelles. De leurs valises savantes ils tirent Rousseau, Gurvitch, Mauss, Lefèvre, Marx et beaucoup d'autres révélations. Ces prêcheurs dévoués d’idées s’appellent Pierre Monbeig, Roland Bastide, Claude Levi-Strauss ou, encore, Charles Morazé, entre autres, qui ont laissé leurs noms profondément liés aux études et aux étudiants des sciences sociales au Brésil.

II

12L’Université Fédérale du Ceará a été créée en 1954. Elle s’est constituée en regroupant d’anciennes facultés déjà existantes à Fortaleza, capitale de l’État du Ceará, au Nord-Est du Brésil.

13Le cours de Sciences Sociales (licence et « bacharelado ») reçoit les premiers élèves au début de l’année de 1968. Les enseignants provenaient, dans leur majorité, de la filière de Droit. Les premiers chercheurs, de leur côté, ont obtenu une formation sur le terrain, sous l’orientation de spécialistes visitants.

14L’Institut d’Anthropologie et le Département des Sciences Sociales de l’UFC ont présenté, au cour de 1966, une demande au Département de Sciences Sociales de l’UNESCO une assistance technique et scientifique dans leur domaine d’enseignement et de recherche. Au terme de négociations prolongées, l’UNESCO a formalisé son appui aux activités proposées. Le programme établi prévoyait, dans une premier phase, l’envoi au Ceará d’un expert de haut niveau académique chargé de procéder à l’évaluation, « in situ », des conditions de fonctionnement du Département des Sciences Sociales (DSS) et de l’Institut d’Anthropologie (IA) de l’UFC, en vue de soumettre à l’UNESCO un projet d’assistance et de coopération, envisageant l’attribution des moyens indispensables au développement des études dans le domaine considéré.

15Deux noms ont été proposés au DSS de l’UFC pour diriger la mission : les professeurs Jean Duvignaud, de l’Université François Rabelais, de Tours, et Charles Wagley, de l’Université de Columbia, en Amérique. Jean Duvignaud a été choisi. L’UNESCO a accepté l’indication de l’UFC. Quelques conditions objectives justifiaient cette décision. D'abord, parce que l'UNESCO défendait la participation du gouvernement français dans des opérations de coopérations futures. Mais l'argument décisif avait tout à voir avec le prestige intellectuel de Jean Duvignaud, un des sociologues les plus importants de sa génération, représentant légitime d'une des tendances plus expressives de la pensée sociologique, philosophique et anthropologique française. Son livre Chebika, produit d'une recherche sur le terrain réalisée en Tunisie, dans les années 60, était devenu, déjà, une contribution remarquable pour les études de communauté. Le film de Bertuccelli, « Les remparts d’argile », basé sur Chebika, avait connu un énorme succès. Le professeur Charles Wagley était, à ce temps-là, un des « brazilianists » le plus connu au Brésil. Wagley avait créé des liaisons affectives et : pas seulement intellectuelles, depuis son mariage avec une brésilienne. Duvignaud remplissait, toutefois, à l'unanimité, les attentes des jeunes enseignants du DSS.

16D'autres circonstances ont favorisé cette sage décision. L’influence américaine sur l'étude des sciences sociales, très forte au Brésil, répandue partout dans le monde, jouait, par opposition, en faveur de nouveaux rapports avec la France.

17La Mission de Jean Duvignaud s'est développée normalement, pendant deux mois. Le rapport diffusé par l'UNESCO, en novembre 1968, deux mois après la clôture de ses activités, présente une reconstitution soigneuse de toutes les phases, des conditions évaluées et de circonstances qui ont encadré son travail.

Le Rapport de la Mission Jean Duvignaud – UNESCO, série 895/BMS, RD/SS

18Le Rapport remarque « l’homogénéité et l'efficacité de l'équipe [...] qui nous a offert une impression particulièrement favorable ». Le programme de recherche de l'Institut d'Anthropologie présentait, à son jugement, « un évident équilibre, dans la mesure où il effectue une coupure raisonnable des régions économiques du Ceará ». Malgré la limitation des ressources matérielles disponibles, le Rapport signale que « le travail qui se développe ici est sérieux, de bonne qualité scientifique ». Sur l'équipe il est précisé : « l'effort et le dynamisme des membres de l'Institut d'Anthropologie et du Département des Sciences Sociales pourraient assurer des conséquences scientifiques très importantes dans toute la région, du Rio Grande do Norte aux Amazones ».

Plan d'activités présenté par Jean Duvignaud

19L'idée centrale envisageait la fixation de la recherche sociologique sur le Brésil. La formation de chercheurs de haut niveau intellectuel devenait l'essentiel des stratégies à mettre en œuvre :

20Première Phase (le coût du financement devrait être absorbé par l'UNESCO) :

  • création d’un cycle de formation théorique dans le domaine de l'écologie, de la morphologie, de la géographie, de l'histoire et de l'économie ;
  • création d'un cycle de formation pratique en recherche sur le terrain ;
  • constitution d'un répertoire de recherches réalisées, initiées, inachevées et en réalisation dans des universités et organismes et agences publiques.

21Seconde Phase (à être financée par l’UNESCO et par l'UFC) :

  • établissement d'un répertoire de travaux de recherche, selon les conditions établies ;
  • réalisation de séminaires interdisciplinaires extensifs aux représentants des organismes et agences gouvernementaux ;
  • transformation du répertoire en banque de recherche pour la région Nord et Nord-Est, à partir d'une base documentale scientifique.

22Troisième Phase (avec l'appui de l'UNESCO et des universités et organismes gouvernementaux) :

  • formation supérieure de spécialistes en sociologie du développement pour les organismes nationaux ;
  • publication des résultats.

III

23Les conséquences pratiques des conclusions du Rapport et des propositions du Plan peuvent être considérées du point de vue de leurs effets sur le plan enseignant : la définition des lignes de recherches et la création des programmes de post-graduation de l'Université Fédérale du Ceará.

24L'UNESCO a organisé un programme de bourses d'études pour des séjours, de courte et longue durée en France, et un fond pour le financement de la bibliothèque de l’ΙΑ e du DSS.

25La Mission Duvignaud a produit des résultats très importants et durables. Parmi eux on peut citer :

  • la création du « Programme de Formation et Perfectionnement de Chercheurs en Sciences Sociales du Nord-Est » – PRAPSON ;
  • la définition d’un Plan Général de Recherche avec 7 projets indépendants de recherches ;
  • la création de la Revista de Ciências Sociais, du Département des Sciences Sociales de l’UFC ;
  • le programme de bourses pour des cours de Maîtrise et Doctorat en France – UFC/Université de Tours ;
  • l’Accord interuniversitaire Brésil-France (CAPES-COFECUB), 1978 ;
  • le Programme de Mestrado en Sociologie du Développement de l’UFC.

La Coopération Brésil-France (Ceará/Tours)

26À partir de 1968, jusqu'au 1975 les actions de coopération développées par l'UFC et l'Université de Tours ont reçu l'apport du gouvernement français, par intermédiaire du Ministère des Affaires Etrangères/Service de Coopération Technique.

27Après 1975, les actions de coopération entre les deux universités ont obéi aux règles et procédures prévues dans l'Accord Ceará/Tours. Cet Accord prévoyait un ensemble d'activités définies :

  • échange d'enseignants et d'élèves pour la réalisation de cours ou de programmes de Maîtrise ou Doctorat ;
  • aide aux programmes de recherches fondamentaux et appliqués, avec la participation d'organismes spécialisés ;
  • organisation de stages d'étude ou de perfectionnement et offre de bourses d'études ;
  • articulation d'organismes spécialisés dans le domaine du développement économique et social.

28L'Accord Ceará/Tours a été signé en 1975 pour une durée de 4 ans, renouvelables. Les actions qui ont commencé en 1975 se sont prolongées jusqu’à 1983.

29Du côté des échanges, plusieurs Missions ont été réalisées.

30Missions de professeurs français à l’UFC (1968/83) :

31Jean Duvignaud ; Abraham Molles ; Jean-Pierre Corbeau ; Jean-Claude Pairault ; Annie Guedez ; Alain Bourdin ; Remy Riand ; Georges Balandier ; Edgar Morin ; Irène Morin Penacchionni ; Lucien Sfez ; Anne Cocquelin ; Georges Gusdorf ; Jean Ziégler ; A. M. D'Ans ; Alain Robbe-Grillet ; Claude Leffort ; Jean-Claude Bernardet ; Michel Mafesoli ; Augustin Gilloire.

32Missions de professeurs brésiliens en France (Tours/Paris VII) :

33Luiz Fernando Raposo Fontenelle ; Edaurdo Diatay Bezerra de Menezes ; Geraldo Markan Ferreira Gomes ; Ana Maria Lopes Roland ; Teresinha Helena de Alencar Cunha ; Ismael Pordeus ; André Haguette ; Elza Franco Braga ; Ricardo Barrocas ; Tarcísio Santiago ; Paulo Elpídio de Menezes Neto.

IV

34L'Accord Interuniversitaire Brésil-France allait remplacer les actions appuyées par le Service de Coopération Technique, à partir de 1978.

35La coopération entre l’UFC et l'Université Lumière-Lyon 2 ouvre une nouvelle étape des échanges bi-latéraux entre le Ceara et la France. Ces rapports devenus, aujourd’hui, un modèle équilibré d’échanges académiques, tiennent beaucoup à l’initiative d’un groupe d’universitaires français et brésiliens, représentés par François Laplantine et Jean-Baptiste Martin, du côté lyonnais ; et Ismael Pordeus et César Barreira, du côté cearense.

36Ce Colloque sur les « Usages de la mémoire et de l’imaginaire au Brésil et en France » donne la mesure exacte de l'importance des nouveaux rapports qui se sont développés au cours des dernières années. Les participants de cette réunion proviennent, dans leur majorité, des deux universités coopérantes.

V

37Il y a beaucoup à attendre de cette association intellectuelle.

VI

38Il y a beaucoup à remercier Jean Duvignaud pour son dévouement à quelques utopies honorables pour les humains : l’aventure ambitieuse de l'esprit et la recherche sans relâche de la vérité.

Auteur

PEMN a été Chef du Département des Sciences Sociales de l’UFC ; Recteur de l’UFC ; Secrétaire National de l'Éducation Supérieure du Brésil ; Secrétaire de l’Éducation de l’État du Ceará. Il est, actuellement, membre de l’Académie Brésilienne d’Education et Pró-Recteur de l’Université Candido Mendes, à Rio de Janeiro, Brésil.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search