Version classiqueVersion mobile

Usages sociaux de la mémoire et de l'imaginaire au Brésil et en France

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin
, 
Ismael Pordeus

Présentation

François Laplantine et Ismael Pordeus

Texte intégral

1C’est autour de l’étude de la mémoire et de l’imaginaire qu’est organisé cet ouvrage qui représente les actes d’un colloque organisé en 2000 et c’est uniquement par souci de clarté que nous nous proposons de distinguer les deux termes qui, dans la réalité, sont étroitement intriqués.

2Il n’existe pas une mais des mémoires, car les individus, les groupes sociaux et les cultures sont susceptibles d’entretenir plusieurs modes de relation possibles au passé. Ce dernier peut être revendiqué ou combattu, conservé ou aboli, idéalisé ou détesté. Il peut aussi être commenté ou expliqué. Mais il est avant tout imaginé, raconté, interprété et déplacé.

3La confrontation avec le passé est susceptible de perturber la puissance de l’utopie du présent (la religion des faits), de l’interroger, de la faire douter d’elle-même. Elle est susceptible de mettre en question l’hégémonie contemporaine de l’instant (la culture du « flash », du « scoop » et du « direct ») qui s’oppose à la réflexion.

4Le passé et le présent ne cessent d’empiéter l’un sur l’autre (comme dans la présence-absence du passé qui a pour nom au Brésil saudade), de faire des bonds en direction de l’autre, mais aussi de se perdre de vue.

5Les auteurs se demandent quels sont les usages différenciés du patrimoine et de la mémoire en France et au Brésil, de la mémoire nationale, officielle et glorieuse, mais aussi de ce que Christian Boltanski appelle la « petite mémoire », sobre, fragile et parfois considérée comme misérable, mais qui cherche elle aussi à résister à l’oubli. Ils s’interrogent également sur les liens du passé et de l’avenir. « Il faut lutter, écrit Paul Ricœur, contre la tendance à ne considérer le passé que sous l’angle de l’achevé, de l’inchangeable, du révolu. Il faut rouvrir le passé, raviver en lui des possibilités inaccomplies, empêchées, voire massacrées ».

6Pas plus qu’il n’existe du passé et du présent absolu, de l’intégralement passé et du totalement présent (mais de l’interférence, de l’intermittence, des intervalles, des interstices, des intermédiaires que sont notamment les chercheurs et les artistes, des interprétations), il n’existe de l’imaginaire en soi.

7Ce dernier est beaucoup plus qu’une dimension du réel. Il est ce qui dans le réel nous est non pas étranger, mais étrange. Il est la réalité dans ce qu’elle a d’instable, de contradictoire et de déconcertant. Il est, comme la mémoire, ou plus exactement avec la mémoire, ce qu’on ne peut extirper sans mettre en péril le devenir tant des individus que des civilisations. Si on empêche un chercheur de poursuivre ses recherches (qui mettent en jeu une grande part d’imaginaire scientifique), un artiste de créer, un homme de rêver, ils deviennent fous.

8Nous nous proposons dans cet ouvrage de reformuler le rapport entre la vérité et la fiction. Nous construisons ce que nous appelons nos objets à partir d’une mémoire, d’une histoire et d’un imaginaire dans un dialogue avec ce qui a été dit, écrit, interprété par d’autres que nous, avec ce qui a été interprété autrefois. C’est de ce dialogue que jaillit la virtualité d’un autrement.

9L’une des originalités de la société brésilienne tant pour les Brésiliens que pour les Français est qu’elle nous oblige à complexifier notre pensée. Elle met en crise la pensée catégorielle et classificatoire qui présuppose une séparation du passé et du présent, de la mémoire et de l’imaginaire. Elle appelle non plus une pensée de l’origine, de la matrice et de la filiation simple, mais de la multiplicité née de la rencontre (des gens et des genres). L’individu, comme le groupe social, ne s’appréhendant plus à partir d’une matrice culturelle exclusive, l’histoire des autres devient, beaucoup plus que dans la société française, une partie de sa propre histoire c’est-à-dire une composante de soi.

10Ce livre est organisé en quatre parties. La première est consacrée aux rapports de la mémoire, de l’imaginaire et du politique. Elle étudie quelle est la part des deux premiers termes dans l’édification de la capitale du Brésil (Brasilia) ainsi que dans la construction des images politiques par les candidats aux élections, les élus et les commentateurs qui contribuent à la définition du jeu politique. Elle examine également le thème de l’imaginaire de l’honneur dans des actes relevant de la violence au sein même du champ du politique.

11La seconde partie pose la question de la mémoire, de l'imaginaire et de la religion au Brésil, en France, mais aussi au Portugal. Le mélange des cultures, le déracinement urbain, le doute concernant les certitudes de la tradition et les promesses de la « modernisation » conduisent à une recomposition de ce qui est probablement au Brésil beaucoup plus qu’en France l’une des composantes dominantes du lien social : le religieux. Les tentatives contemporaines de reconstitution des identités, ici confisquées, là perdues, là enfin de plus en plus problématiques, sont des processus qui relèvent pour une part importante des religions. C’est dans le champ même du religieux – qui souvent ne peut être séparé de celui du politique – qu’une grande partie de l’imaginaire social va s’exprimer et qu’une partie du travail de reconquête du sens va s’effectuer (dans des directions parfois imprévisibles).

12Le thème de la mémoire de l'imaginaire et de l'art qui constitue la troisième partie rassemble les articles qui étudient un certain nombre de créations de la tradition orale, de la littérature, de la musique et de la mode. L’art dans ses formes tant populaires qu’érudites entretient certes des liens avec la réalité sociale mais n’est pas exactement celle-ci. Il consiste dans un processus de re-création et non seulement de reproduction et de représentation. Il n’existe pas à proprement parler un art « brésilien » (ou « nordestin ») ou « français », mais des formes différenciées d’écriture – au sens large – qui, aujourd’hui sans doute plus encore qu’autrefois, mêlent les mémoires et les imaginaires.

13Enfin la dernière partie du livre procède, sur la base d’observations ethnographiques, à un élargissement de la réflexion. Elle esquisse un certain nombre de regards comparés sur les mémoires et les imaginaires des deux pays. Elle étudie notamment un certain nombre de relations alternativement convergentes et divergentes à la nature, à la ville et au patrimoine. Elle s’interroge sur les émotions métissées et les légers quiproquos pouvant surgir de la rencontre entre Brésiliens et Français. Elle propose également une analyse non seulement de l’imaginaire brésilien du Brésil (et plus particulièrement du Nordeste) et de l’imaginaire français de la France, mais aussi de l’imaginaire brésilien de la France et de l’imaginaire français du Brésil.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search