Version classiqueVersion mobile

Usages sociaux de la mémoire et de l'imaginaire au Brésil et en France

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin
, 
Ismael Pordeus

Préface

Bruno Gelas et Roberto Cláudio Frota Bezerra

Texte intégral

1Le colloque dont on va lire les Actes a réuni dans les murs de l'Université Lumière Lyon 2 des chercheurs et enseignants pour qui cette rencontre représentait à la fois la sanction d'une collaboration qui a su faire ses preuves, et l'affirmation renouvelée d'une volonté de poursuivre plus avant leur interrogation conjointe. Et il est vrai que, dans le champ des relations internationales universitaires, rares sont celles qui développent une qualité et une constance analogues à celles qui existent entre les départements et centres d'anthropologie et ethnologie de nos universités : les échanges entre enseignants-chercheurs sont conçus pour leur permettre une participation significative et durable aux enseignements et aux séminaires de recherche de leur partenaire ; les étudiants de maîtrise et de doctorat trouvent chacun de l'autre côté de l'océan un accueil et un encadrement scientifique attentifs à son projet ; et le récent développement des cotutelles de thèse consacre institutionnellement cette communauté mixte dont les programmes internationaux ont permis l'essor. C'est dire que les Recteur et Président des universités partenaires ne pouvaient que se réjouir de la tenue d'une telle manifestation – et d'abord en remercier les collègues brésiliens et français qui en ont, avec cœur et rigueur, permis l'initiative, nourri le propos, assuré la préparation, conduit à terme le projet.

2Comme pour toute rencontre scientifique significative, l'approche proposée à cette occasion sollicite des intervenants venus d'horizons disciplinaires différents, et qui se retrouvent, dans tous les sens du terme, autour de la même interrogation culturelle. Poser en l'occurrence la mémoire et l’imaginaire comme les références à partir desquelles se déclinent et se laissent lire des pratiques et des usages sociaux ne pouvait que trouver une réelle résonance au sein d'universités ou de facultés de lettres, arts, sciences humaines et sociales, juridiques, économiques et politiques. Car s'y articulent à la fois les diversifications culturelles et la continuité de la filiation, c'est-à-dire ce qui, avant toute confrontation interculturelle, installe déjà l'humain – et son étude – au carrefour des différences et de l'identité. Et il est beau de penser qu'un propos sociologique se place aussi sous la parole du poète qui écrivait :

« Tous les pays qui n'ont plus de légende
Seront condamnés à mourir de froid... » (La Tour du Pin)

3Mais, au-delà des thèmes précis abordés par les différentes communications, c'est l'orientation même retenue pour ce colloque qui contient en elle-même la clé de la réussite de la collaboration et du dynamisme prospectif, que j'évoquais plus haut. Car elle situe délibérément la recherche commune comme recherche croisée : non pas une répartition du travail qui conduirait à la production de deux séries de discours parallèles, mais la formulation et le développement d'une problématique qui constitue et effectue – c'est-à-dire réalise, pour ainsi dire, en actes le métissage qu'elle interroge. Elle nous rappelle que l'interculturel ne se résume pas à la simple connaissance de l'autre, aussi précise et aiguë soit-elle, mais que, partout où il se présente et a fortiori dans la recherche qu'il suscite, il est à la fois un objet et un enjeu, invitant par là-même aux risques déstabilisateurs de toute vraie rencontre. C'est en cela, et en cela seulement, que la production et la transmission du savoir, auxquelles est ordonnée l'Université, relèvent d'une démarche vivante et toujours actualisée, même lorsqu'elle s'attache à une réalité séculaire ; de cette manière, et de cette manière seulement, qu'un colloque cesse d'être un rite d'intellectuels pour assumer aussi une fonction d'événement. Il faut en remercier les participants d'avoir voulu une nouvelle fois relever ce défi.

4Instaurée dès les années 80, la collaboration entre l'Université Fédérale du Ceará et l'Université de Lyon 2 a apporté jusqu’à présent un réel soutien à notre programme universitaire du cycle supérieur, permettant à plusieurs professeurs d’obtenir leur doctorat. Elle a permis également l'échange d'étudiants français et brésiliens, notamment ceux des cycles intermédiaires.

5Cette intéraction/intégratrion traduit l'efficacité des différents mécanismes mis en place, tels que la convention entre l'UFC et l'Université de Lyon 2 et le contrat Capes/Cofecub. Il résulte de ces accords réciproques l'un des programmes de coopération internationale les plus réussis, parmi les vingt-neuf actuellement maintenus par notre institution. Ce succès doit être attribué, avant tout, aux personnes directement responsables de ces accords. Du côté français, il faut mentionner l'importance de l'engagement des professeurs Jean-Baptiste Martin et François Laplantine, dont la participation, la présence, l'enthousiasme et le dévouement ont été essentiels dans les diverses étapes de toutes les activités développées jusqu'à présent. Un exemple remarquable de cette collaboration a été la réalisation du Colloque international en 2000. L'année dernière, un autre événement de grande signification a également eu lieu : la première soutenance de thèse de doctorat sous le système de cotutelle. La co-direction des professeurs des deux universités – les Professeurs Julia Miranda, da l'UFC, et François Laplantine, de Lyon 2 et l'approfondissement d'un sujet contribuant à une meilleure compréhension de l'imaginaire collectif brésilien se sont conjugués pour nous transmettre le sentiment qu'une nouvelle étape venait d'être franchie.

6En tant que Recteur d'une université qui cherche à avancer vers la meilleure qualité et à élargir sa capacité de servir son environnement, je suis extrêmement satisfait de voir que le Programme de Post-graduation en Sociologie maintient son dynamisme, préserve sa capacité de dialogue et se fait présent sur la scène internationale, intégrant la commission d'avant-garde de tous ceux qui contribuent au prestige de l'Université Fédérale du Ceará au sein de la communauté universitaire brésilienne.

© Presses universitaires de Lyon, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search