Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Samedi 13 juin après-midi. Séance dirigée par Jochen Schlobach

Discussion

Texte intégral

1La communication de l’équipe grenobloise, présentée par J. Sgard, et complétée par celle de R. Granderoute, lance immédiatement la question majeure du statut du « je » dans le journalisme à la première personne. P. Rétat regrette et excuse l’absence d’A. Bony, que des obligations retiennent hors de France, et dont le texte sur l’essai périodique se situait au cœur de ce sujet. Le « je » cautionne la véracité de son discours par son expérience. Peut-il correspondre à une stratégie polémique (M. Jouve)  ? Ce « je » constitue une « forme suprême d’anonymat » ou bien s’il est soussigné, il répond à la personne qui signe le journal (Fréron par exemple), ou bien il est un jeu, jeu de la sincérité, esquisse et escrime (J. Sgard). La « parole » est toujours alléguée, soit comme une limite, une marge où s’arrête le discours du périodique (CI. Labrosse), soit comme une fonction essentielle des Spectateurs, mais qui répond toujours à un pacte de lecture, à un système de convention : la parole débridée de /’Indigent philosophe de Marivaux rappelle étrangement la logorrhée de personnages de ses premiers romans. La « personne » et sa « parole » seraient une origine mythique, une source à laquelle on ne peut remonter dès qu’il y a communication, ce que manifeste l’étude de l’équipe grenobloise, qui conclut à la fois à l’exigence et à l’échec d’une « parole » amenée toujours à emprunter le masque d’un personnage (P. Rétat). Selon J. Wagner, « je » suppose effectivement toujours un pacte : il réintroduit l’expérience individuelle dans une convention consentie. Le XVIIIème siècle tend à expulser le « je » comme pathologie de l’énonciation (le « je » malade de Rousseau, plus tard celui d’Amiel). Le « je » sans nom est inquiet, c’est une forme littéraire qui éprouve une difficulté à se créer, et qui révèle la tentation permanente de se couvrir. Pas de texte assurément sans pacte, répond J. Sgard. Mais le XVIIIème siècle n’a-t-il pas inventé un « je » pathologique qui déraille, sous la belle ordonnance de certains textes de Montesquieu (Usbeck met le feu au sérail) ou de Prévost ? Il faut distinguer le « je » fictif et le « je » construit du pacte autobiographique (J. Biou) ; à la suite de quelle nécessité passe-t-on de l’un à l’autre ? L’écriture journalistique n’interdit-elle pas ce passage ? Dans un numéro du Pour et contre, Prévost raconte sa vie ; un autre narrateur y apparaît, mais son discours entouré de précautions et de références est toujours fictif (J. Sgard). Au XVIIIème siècle, le jeu sur les identités fait partie du jeu social ; les journalistes se connaissent tous dans un monde étroit, ils écrivent, en même temps que pour leurs lecteurs, pour d’autres journalistes ; l’impensable, comme dans un bal masqué, c’est qu’on puisse en soulevant le masque trouver un véritable inconnu : jeu carnavalesque et non pathologique (J. Proust). Il faut pourtant remarquer que les identifications de journalistes sont parfois extrêmement difficiles et l’étaient déjà pour les contemporains (J. Sgard). Que les masques aient été alors transparents pour un certain public, les signatures d’une initiale de textes parus dans les Éphémérides du citoyen le prouvent, par exemple le M.T. qui cache Diderot (G. Dulac).

2M. Mouillaud, d’un point de vue d’analyste de la presse moderne, rappelle la nécessité de se placer dans une perspective sémiologique pour l’étude des Spectateurs. Le « je » introduit un « effet de subjectivité ». Que voulait dire, dans le Monde de naguère la double signature H. Beuve-Méry et Sirius ? Quel en est le rapport avec le titre Le monde P L’idéologie d’H. Beuve-Méry était d’écrire sous le patronage du Monde, en son nom. Il existe un hiatus entre le journal qui ne dit pas « je » (on lit le Monde et non tel ou tel journaliste), et le « nous » qui apparaît dans le texte. Selon J. Sgard, on retrouve là le problème du journal d’institution au XVIIIème siècle, et du statut du « nous » et du « on » qui y apparaissent. Selon Cl. Labrosse, le « je » qui parle si souvent dans le journal, par définition n’est personne. Il est lié à l’incertitude du statut de l’auteur. Les textes critiques de Fréron et de Baculard d’Arnaud sur la Nouvelle Héloïse sont personnels, et pourtant étrangement semblables.

3Pourquoi la veine des Spectateurs s’est-elle si vite tarie en Angleterre (pour faire place, sauf quelques essais de type personnel, à l’essai politique dans les hebdomadaires), alors qu’elle s’est en France poursuivie avec une si grande profusion (A. Pailler) ? Le genre est inséparable de la situation globale de la presse : en France, le Spectateur joue un rôle de complémentarité ; très tôt en Angleterre, en particulier dans l’ordre politique, l’expression personnelle était beaucoup plus aisée et diversifiée. L’essai politique (Linguet, Mallet du Pan) apparaît en France à partir de 1730 environ, mais dès 1710 en Angleterre (J. Sgard) La communication de J. Wagner ouvre largement la question du rapport du journal au modèle « littéraire », au temps, continu ou fragmenté, de l’œuvre. Est-ce que la tendance et la volonté analysées dans le Journal encyclopédique, de faire du journal une collection qui prend sens et défie le temps ne sont pas déjà présentes dans des sommes journalistiques comme les Mémoires de Trévoux (R. Favre)  ? Le journal, comme les sommes savantes, accumule pour lutter contre la mort ; il a pour corollaire et aboutissement le dictionnaire, qui permet de tout saisir et de tout parcourir en tous sens, comme le prouvent les tentatives de Camusat et de P. Marchand (P. Rétat). Mais une autre relation du journal au dictionnaire s’installe au milieu du XVIIIème siècle. P. Rousseau et son équipe voudraient persuader les encyclopédistes d’abandonner le dictionnaire et d’adopter la forme du journal (J. Wagner) J. Proust fait remarquer que /’Encyclopédie est en elle-même un objet contradictoire, et Diderot était conscient d’être enfermé dans cet objet qu’il avait contribué à fabriquer. Les renvois implicites, plus intéressants que les renvois explicites bien connus, jouent de la juxtaposition, mettent en scène la matière encyclopédique. Ils font apparaître l’aspect journalistique de l’œuvre : le temps y entre, par exemple par le biais de l’orthographe (art. Oeconomie). La négation absolue de l’Encyclopédie, sa « pierre tombale », ce sera l’Encyclopédie méthodique. Le Journal encyclopédique est le perpetuum mobile conforme à l’esprit de Diderot Le journal colle à l’actualité, mais en refusant toujours de s’y perdre. Il y cherche un sens. Les grands ancêtres - Bossuet, J.B. Rousseau représentent toujours l’image absolue, fantasmée de l’écriture : ils proposent des modèles indépassables. Le journal se cherche des paternités pour entrer dans le Panthéon très fermé des belles-lettres ; il a conscience d’être soumis au temps, à la déperdition, et doit lutter contre eux. Cette conception très haute ouvre l’ère de l’écriture des clercs laïques (J. Wagner). L’angoisse de ne pas s’inscrire dans la littérature apparaît, de la même façon, dans le Neveu de Rameau (J.Cl. Bonnet).

4Comment le journal se situe-t-il finalement par rapport au modèle de l’« œuvre » ? Avant la Révolution, le journal est habité par l’idée du « livre », son ambition est encyclopédique (J. Sgard). Mais Diderot a conçu sa propre encyclopédie comme une œuvre ouverte, en perpétuelle mutation (J. Proust). Une nouvelle écriture, une nouvelle lecture apparaissent : Voltaire, selon Lamartine dans son Cours familier de littérature, n’a pas créé de chef-d’œuvre, mais a forgé les « mille langues » du journalisme. Selon l’Avant-propos de l’édition de 1765, le Dictionnaire philosophique de Voltaire a l’avantage de pouvoir être lu dans tous les sens l’esthétique compte moins que les effets de sens que peut former la marche errante dans l’espace du texte (J. Wagner).

5Avec la communication d’ E. Walter, on passe à la production des discours sur l’événement, et à l’analyse de la correspondance de Voltaire comme gazette et comme agence de presse. E. Walter appelle à la constitution d’une sociologie et d’une géographie des correspondants de Voltaire. A cet égard, l’inventaire reste dispersé, au gré des travaux de chaque chercheur.

6Cl. Labrosse conclut et prolonge son intervention en revenant sur un sujet abordé auparavant dans la discussion : la « parole » propre n’a pas sa place dans le périodique. De là une concomitance entre les deux parts d’un même ensemble culturel : le périodique, grand monument homogénéisant de la littérature, et l’autobiographie, qui repersonnalise la parole et l’écriture. Mais, fait remarquer J. Biou, l’autobiographie n’est pas l’expression d’une identité, mais naît d’une crise de l’identité. Jean-Jacques ne sera jamais celui qui aurait pu se reconnaître lui-même en restant citoyen de Genève (fin du livre I des Confessions).

7Le schéma proposé par Cl. Labrosse pourrait être conçu comme un vaste « miroir » (J. Sgard). N’est-ce pas plutôt une « machine » ? Le périodique fonctionne comme fabrique dénoncés ; la mise en ordre du réel à laquelle il procède est radicalement idéologique. Les deux formes du journal, le numéro et la collection, prétendent chacune à son autonomie. La collection n’existe que pour celui qui étudie le journal ; seul le numéro existe pour le lecteur, chaque journal est comme un numéro zéro. Le système du titre offre l’énoncé le plus spécifique, composé de deux parties, l’énoncé de référence, de présupposition, et l’énoncé actualisateur, ou fonctionnel. Chaque journal est donc un isolat. Les numéros ne composent pas de chaîne syntagmatique, par opposition au livre. Il y a simplement chaque fois production de différence au sein des paradigmes. Les media ne sont donc pas producteurs d’historicité (M. Mouillaud). Cette analyse est-elle pertinente pour le passé puisque la lecture par abonnement modifie les perspectives, la vente au numéro n’intervenant que très tardivement au XIXème siècle (J. Biou)  ? Le rapport au temps semble beaucoup plus positif au XVIIIème siècle que de nos jours : le journal construit une continuité d’un numéro à l’autre, se réfère à des comptes rendus antérieurs... (J. Wagner), Les catégories du territoire qu’envisage Cl. Labrosse (espace rural..) ne sont-elles pas modernes ? Dans le journal apparaît un espace particulier de la communication, en rapport avec la situation professionnelle et géographique du journaliste : il est, au sens propre, un traducteur, il fait passer un texte d’un espace dans un autre (J. Wagner). J.Cl. Bonnet signale qu’on ne peut parler uniquement d’espace abstrait : l’analyse de l’année 1778 prouve par exemple que le journal fait apparaître des espaces très précis et très historiques (enquête sur les jardinistes qui entourent Paris, qui est une étude ethno-linguistique très fouillée).

8Le traitement du texte du livre par le périodique est comparable à celui du film dans les bandes annonces du cinéma moderne : il présente les moments essentiels de condensation du récit (J.Cl. Bonnet). Les « esprits » se livrent au même découpage : L’Esprit de Marivaux réduit la Vie de Marianne à quelques portraits et à quelques maximes (M. Gilot). Le traitement de la préface de Narcisse de J.J. Rousseau par les périodiques aboutit à l’anéantissement du texte, et il en est ainsi de tous les textes littéraires (J. Biou).

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540