Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Samedi 13 juin après-midi. Séance dirigée par Jochen Schlobach

Du dispositif du périodique au texte du journal

Essai de compréhension d’une stratégie complexe

Claude Labrosse

Texte intégral

1Nous savons, d’expérience quotidienne, l’importance de la presse et des médias dans les sociétés modernes. C’est un mode d’organisation de l’information, lié à des appareils et à des machines complexes, branchés les uns sur les autres et organisés en réseaux. C’est un mode de gestion et d’intégration du territoire, c’est une sorte de pédagogie quotidienne à l’échelle de la planète : une nouvelle culture, un nouveau pouvoir. Il faudrait donc concevoir une sorte d’économie politique de la presse qui considère à la fois son histoire et ses diverses possibilités stratégiques.

2Face à ces enjeux et en faisant elle-même partie, la recherche doit aussi se penser comme stratégie et ne pas simplement s’imaginer comme un travail autonome et un ensemble de fonctions indépendantes. Il faudrait pouvoir élaborer une théorie critique et scientifique de la presse qui intègre sa dimension historique. Les dix-huitièmistes que nous sommes commencent à savoir assez bien que cette forme de culture et de pouvoir n’est pas tout à fait aussi neuve qu’il y paraît. Si ces phénomènes ont tant d’impact, c’est parce qu’ils contribuent aussi à constituer la mémoire de notre culture et cette forme de mémoire complexe, qui nous fait respirer l’événement et nous redistribue les discours selon ses rythmes, s’est constituée peu à peu au sein de la société où nous sommes.

3Même si provisoirement, l’indispensable érudition du détail doit en souffrir un peu, il faut se donner le temps d’envisager le problème dans son ensemble et consentir à formuler quelques hypothèses générales. Car si le savoir est fait de détails patiemment accumulés, les stratégies, elles, sont toujours générales, et un savoir ou une recherche qui ignorerait ses positions stratégiques serait peut-être manipulée, ou tout au moins manipulable.

4Nous voudrions tenter de tenir compte à la fois de deux choses que l’on a tendance à séparer : le périodique comme dispositif ou instrument général et le journal comme textualité spécifique afin d’essayer de relier les modalités du texte à l’infrastructure générale.

Dispositif d’ensemble

Dispositif d’ensemble

5Ce schéma est un essai de description abstraite de l’appareil général du périodique au XVIIIème siècle. Il pourrait être adapté, actualisé, modifié pour chaque périodique. Chaque point de l’« hexagone » proposé est lui-même un ensemble de fonctions et de problèmes que l’on pourrait décomposer en nombreux schémas.

6L’HORLOGE : C’est dans le périodique, la création d’une scansion temporelle qui sert de mode de mesure et ordonne une sorte «d’horaire de production. »

7LA TABLE : C’est la constitution ou la recherche d’un champ homogène (celui de la culture et du savoir, par exemple) divisé en éléments ou en sous-espaces juxtaposés, articulés ou hiérarchisés (cf. les catégories bibliographiques). La liste, le catalogue, sans être des tables organisées précèdent ou annoncent le phénomène périodique et y conduisent. Le Mercure français de 1611 proposait un résumé chronologique des événements et des faits depuis 1605. Le P. Jacob publie de l643 à 1653, sous forme de liste, une bibliographie parisienne. On voit peu à peu les périodiques s’efforcer d’avoir leurs propres tables (tables par livraisons, tables annuelles, tables générales méthodiques). Le périodique recueille et propose l’information, il l’ordonne pour la communiquer, selon des rubriques diverses. On peut aussi segmenter, classer et repérer l’information qu’il contient à l’aide de techniques nouvelles (dépouillement informatique). La table signifie que le périodique relève de l’organisation archivale et documentaire. Son organisation ressortit à des catégories sociales et cognitives minimales.

8La conjonction de l’horloge et de la table trame la communication. Le module : dispositif tabulaire + scansion périodique constitue l’armature d’un vaste appareil à enregistrer, à sélectionner et à prévoir. Cette nouvelle économie de la mémoire peut organiser les attentes, associer le temps irréversible et le temps circulaire et coloniser des territoires.

  • 1 « Voici comment les hommes se forment la notion de l’espace. Ils considèrent que plusieurs choses (...)
  • 2 On pourrait commenter en tous sens ce que J.J. Rousseau écrit dans le Contrat social, parlant des (...)

9LE TERRITOIRE est convoqué dans le périodique de plusieurs façons. La gazette peut proposer certaines représentations du territoire humain dont elle repense, à sa façon, la géographie (récits de guerres, description de batailles...) En se produisant, le périodique établit aussi un « territoire » d’information différent de l’étendue géographique et qui pour ainsi dire la « couvre ». A partir de lieux où se fabrique l’énoncé de presse, il fait apparaître des lieux où se passent des événements et tend vers des lieux où sont reçus ces énoncés. Le rapport entre ces lieux (et aussi l’inertie des distances qui les séparent) crée, dans le dispositif et dans l’énoncé du périodique, un territoire second peuplé d’informations diversifiées ou homogènes. On pourrait, en s’inspirant de Leibniz, considérer le rapport entre ces lieux comme un effet de « coexistence »1. Cette association de lieux contribue à créer une « conscience » du territoire (social, historique, culturel), elle définit une étendue à la fois spéculative et « spéculée ». La stratégie du périodique, au moyen d’un effet général de cotemporalité, fait exister en même temps l’événement produit, l’énoncé qu’en propose le journal et la réception de cet énoncé par le lecteur. Cette manipulation qui joue avec le temps et l’espace permet l’expansion et le transport des discours, elle est indispensable à toute opération idéologique parce qu’elle peut interpeller les sujets cultivés comme habitants d’un territoire2.

10Les autres points du schéma proposé paraissent assez explicites pour ne pas appeler de commentaire.

11L’ensemble signale le périodique comme un mode complexe qui conjoint deux types généraux de performance : celui qui s’appuie sur des instruments et des réseaux matériels et concrets (comptage du temps, organisation des transports...) et sur des opérations essentielles à la vie sociale (échanges, communication, marché...) et celui qui procède des activités du langage (classement, récit, argumentation, énonciation). Le périodique, en son dispositif, tend à fédérer les instruments socio-techniques et le langage, il annonce l’expansion et la généralisation des langages instrumentés et place la production du sens et de la communication dans la dépendance de techniques matérielles socialisables. Le périodique apparaît aussi comme un mode permanent d’édition d’énoncés sociaux divers. Il inscrit l’édition dans l’espace-temps de la culture et la définit elle-même comme une technique complexe coextensive à la vie sociale, qui parvient à associer les possibilités de la chaîne temporelle, les modalités techniques de la production d’un objet imprimé, celles du discours et des occurrences événementielles.

Approche du texte

12On peut aussi étudier la stratégie du périodique à travers son texte, en examinant l’organisation de l’article et en étudiant, par exemple, de quelle façon les journaux littéraires produisent des énoncés sur des livres, c’est-à-dire aussi sur des textes. Nous avons retenu comme exemple celui des articles que les périodiques de 1761 ont consacré à la Nouvelle Héloïse. En comparant et en superposant ces articles, on peut voir apparaître quatre grandes fonctions que nous étudierons brièvement (voir déjà pour un cas différent le texte de P. Rétat : « rhétorique de l’article de journal », in Études sur la presse au XVIIIème siècle, No 3, 1978, p.80-100) : l’annonce et la présentation, la production d’un récit de roman et l’utilisation d’extraits cités, le discours, c’est-à-dire la discussion du contenu et de la manière de l’ouvrage, enfin l’émergence d’une parole assumée par le journaliste et par un lecteur potentiel.

A - PRÉSENTATION - ANNONCE

13Elle propose deux informations conjointes : un titre, un nom d’auteur. Ce titre et ce nom ne sont pas que de simples désignations. Ils se voient affecter aussi des qualités. L’annonce peut déjà contenir un commentaire ou un développement du titre et du nom.

« On reconnaît le style de l’ennemi des sciences et des arts » (Censeur hebdomadaire).
« Ce roman épistolaire dans le goût anglais » (Affiches de province). « Ces lettres sont touchantes et écrites avec une éloquence mâle et nerveuse » (Journal helvétique).

14Tout en étant strictement informative, l’annonce commence déjà à dessiner les traits d’un objet culturel (titre) et a qualifier une compétence littéraire (auteur). Elle est l’amorce d’un discours. Le titre et le nom ne renvoient pas seulement à un répertoire d’information, mais à des ensembles ou à des réseaux de qualités. Le répertoire et la table sont aussi des modes d’évaluation. L’annonce - présentation reprend, en une brève esquisse, à la fois la page de titre et la préface (cf. le début du 1er article du Journal encyclopédique sur la Julie, 15/2/1761, p.61-62) Elle réunit les traits du livre et ceux de l’auteur en un même petit ensemble qui serait le livre - auteur ou l’auteur - livre. C’est cette nouvelle entité qui sera l’objet du discours de l’article. Dans le répertoire des qualités et sur l’horizon de la culture, elle désigne un segment qu’elle identifie et auquel elle commence à donner une consistance. Elle met en œuvre une sorte de table des objets et des valeurs.

15Ce module d’annonce et de présentation qui n’est pas seulement présent dans les débuts d’articles mais que l’on peut retrouver parfois dans les conclusions essaie aussi d’impliquer le public et le lecteur.

« les cœurs corrompus qui ne veulent que des romans, les âmes communes pour lesquelles l’amour n’est qu’une faiblesse (...) ne s’amusent point à la lecture de ces lettres » (Journal encyclopédique)

« Il y a de l’intérêt dans ce roman, mais peut-être cet intérêt ne sera-il pas senti par certaines gens. Ces mêmes personnes y trouveront peut-être trop de longueur et trop peu d’action... » (L’Avant-coureur).

« Je ne dirai pas comme un de mes amis qu’il faut mourir après avoir lu cet ouvrage ou plutôt qu’il faut vivre pour continuer à le lire... » Journal helvétique).

16L’annonce et la présentation font donc percevoir des relations ou rappellent des contrats qui lient entre eux le titre, l’auteur, le lecteur et le sujet ou le contenu. Elles essaient d’appréhender et de préparer l’organisation générale d’un effet de lecture. Elles se définissent comme l’acte élémentaire de publication qui double et accompagne celui de l’édition. Elles tendent à constituer déjà l’écho du livre et confèrent à la lecture un caractère d’événement. Les linéaments du contrat de lecture peuvent se former en l’occurrence autour de la crédibilité du message (ce que Grimm appelle « bonne foi ») ou à partir du phénomène plus ambigu des larmes : « que de larmes cette mort (celle de Mme d’Étange) fait répandre à Julie ! Combien le récit de M. Rousseau en fait couler des yeux de ses lecteurs ! » (Observateur littéraire). La présentation est une préfiguration de l’article, elle est aussi une simulation et une anticipation de la lecture.

B - RÉCIT DU ROMAN ET CITATION

17L’article de journal doit chercher à s’approprier le texte du livre pour le mettre à la disposition du lecteur. Il tend à réduire le roman à une trame simple, à la succession essentielle des événements qui le constituent. Le texte de presse forme le roman en un syntagme qu’il élabore. Pour cela, il abandonnera, à ce stade de sa stratégie, les « réflexions », certains épisodes et beaucoup de détails pour proposer son esquisse, qu’il appelle parfois « précis ». Chaque esquisse a une perspective, elle peut procéder d’une motivation relativement neutre ou plus franchement polémique, mais chacune réduit le roman à une séquence. La stratégie du texte de journal consiste à offrir le roman en syntagme relativement typé qu’elle extrait du texte et lui impose. Lorsque l’article est long ou lorsque le journal consacre au roman une suite d’articles (Journal encyclopédique, Mercure de France, Observateur littéraire) le processus du résumé est plus complexe. Le journal se donne alors le loisir de choisir des scènes, des épisodes, des événements ou des situations qu’il peut d’abord très brièvement présenter et qu’il développe ensuite dans le détail, allant même jusqu’à reprendre certains passages du texte. Ces reprises peuvent être parfois explicitées sous formes de citations déclarées, elles peuvent aussi bien se fondre dans le texte du journal sans indication particulière. On voit que le texte du journal sélectionne dans le roman des « scènes » et prélève certains segments qui lui servent à construire sa séquence. L’article procède à un travail de découpage et de montage, et, si l’on superpose les textes de plusieurs journaux, on peut voir revenir certaines scènes qui apparaissent alors comme des sortes de noyaux paradigmatiques (l’on en voit apparaître ainsi une vingtaine : de la scène du bosquet à la mort de Julie). Ce procès général de découpage et de montage, la constitution de séries paradigmatiques signale un travail de manipulation du texte de la Julie et une recomposition du texte romanesque : une œuvre générale de lecture. Ces noyaux associatifs ou paradigmatiques correspondent souvent à des scènes représentables qu’illustrent parfois des estampes, ou à des énoncés généraux de maxime (« Les grandes passions ont peine à se contenir », Journal encyclopédique.) La scène, l’image et la maxime sont des formes archaïques (et peut-être idéales) de résumé. Le texte du journal semble être attentif à un jeu des scènes et des maximes, comme si, par le mode du récit qu’il produit, il était amené à découvrir, dans ce roman par lettres, à la fois un livre des images et un livre des préceptes. Lorsque parfois pour certains items, la série des images et celle des maximes convergent, on a l’impression de retrouver, dans le roman, et à travers le récit du journal, l’organisation de l’emblème (image + maxime).

18Avoué ou dissimulé, le processus citationnel est un mode de cette stratégie du prélèvement et de la mise en morceaux. Ce mode de reprise, par des omissions et des modifications, transforme le texte cité. En particulier, l’énonciation des personnages du roman est délibérément gommée. Ce qui relève de la parole (fictive, il est vrai) disparaît pour laisser place au récit et au discours. La relation proprement personnelle JE/TU qui constitue les lettres du roman disparaît au profit d’une troisième personne (la personne « impersonnelle » de Benveniste) indispensable pour la relation des événements. Cette altération fondamentale du roman, cette manipulation de la parole de la fiction tient au fait que l’article de journal est l’œuvre d’un lecteur permanent mais relativement anonyme. Le texte de presse travaille ainsi à déporter vers une sorte de traduction impersonnelle mais aisément généralisable et propageable l’énonciation spécifique du texte littéraire. L’article est le champ où opère une sorte de lecteur impersonnel (il n’avoue pas toujours son nom) qui devient le partenaire jumeau du public.

19A la limite du processus citationnel, il y aurait la répétition totale du texte : sa réédition ou sa lecture in extenso à haute voix. Deux termes interdits au périodique. Sa stratégie et son éditorialité propres l’amènent à résumer, à citer, à transposer parce qu’il lui est impossible de restituer totalement ce qu’il ne parvient pas à s’approprier. Il nous montre en revanche qu’au sein des appareils qui les informent, les processus sociaux de lecture sont liés aux pouvoirs de la fragmentation.

C - LE DISCOURS

20On retrouve dans les articles de périodique, les critiques et les controverses suscitées par le livre. La presse est par excellence le lieu où peuvent se développer ces phénomènes. Ils apparaissent dans la lumière d’une double doxa : celle des valeurs littéraires et celle des valeurs morales. A travers les énoncés de presse, le texte du roman est blutté et ressassé par cette double grille. On retrouve dans les articles les thèmes et les termes de la rhétorique et de la poésie de l’époque : art de composer un roman, vraisemblance, convenance, goût, modalités de la conduite des événements, style, beauté, vérité etc. Appuyé sur la référence constante au code reconnu de la rhétorique, le texte du périodique développe une représentation générale du roman qui lui sert de critère et à l’aide de laquelle il juge et apprécie la Nouvelle Héloïse. On reproche à Rousseau de parler lui-même au lieu de laisser parler ses personnages (Grimm, Année littéraire), on a peine à supporter l’irruption de la parole ou du discours propres de l’auteur dans ce qui ne devrait être que l’effectuation discrète et parfaite des lois générales de la rhétorique. Confondre ainsi le roman, le traité et l’autobiographie est tenu pour incongruité majeure. Il se trouve que cette contamination constitue l’art de Rousseau. On discute aussi longuement des préceptes de Jean-Jacques. On rappelle les principes d’une morale sociale universelle (la décence). Les périodiques exigent une représentation conforme de la vie sociale et des relations humaines (conduites sexuelles) et dénoncent comme paradoxales (Année littéraire) les entorses flagrantes à la conformité. Ils peuvent discuter et apprécier différemment les conduites de Julie, Saint-Preux et Wolmar.

21La presse, dans son ensemble, apparaît comme une grande oreille qui attend de percevoir dans le livre, le bruit de fond dont elle est elle-même habitée. Le paradoxe se forme et le scandale peut éclater si le discours attendu ou anticipé n’advient pas ou si l’auteur s’avise de substituer à cette parole anticipée et espérée comme nécessaire, son propre discours. Le paradoxe, c’est alors qu’il veuille se faire prendre pour la doxa et l’autorité ecclésiastique dénoncera bientôt le faux prophète (cf. Le mandement de Christophe de Beaumont sur Émile).

22La réthorique et la doxa se donnent la main. Le ressort essentiel du personnage doit être l’analogie du caractère et de l’action. Cette correspondance est au cœur de la conception classique de la personne qui fait du personnage cette entité stable, ce leurre anthropomorphe qui permet le recyclage de la doxa. D’où les problèmes soulignés par les périodiques : comment concilier l’athéisme et l’honnêteté de Wolmar, et comment concevoir une Julie à la fois amante, épouse et amie, comment lire aussi bien le roman des amants et celui des époux ? Tout ce qui, dans l’organisation narrative et dans le discours de la Julie, contrevient à l’attente générale de la doxa est repéré et souligné dans la presse. Si bien que l’on voit apparaître deux tendances générales dans ce discours de presse : celle qui essaie de retrouver dans la Julie un discours cohérent, celle qui ne peut ou ne veut y parvenir et fait éclater dans l’argumentation le relief des paradoxes.

D - LA PAROLE

23Dans les interstices du discours et du récit, là où la citation n’a plus cours, semble survenir, dans le texte du journal, autre chose : une parole peut-être, l’indice d’une émotion de lecture ou bien une sorte d’enthousiasme et d’engagement (cf. le 2ème article du Journal des savants, juin 1761). On trouve alors dans l’article des apostrophes, des exclamations, des interrogations, des moments d’éloquence propre : douleur et plaisir affleurent dans le texte du périodique. Des personnages sont adoptés, acceptés, on pleure avec eux. Appropriation et participation analogiques : c’est le jeu de la parole classique qui s’exprime ainsi, c’est son mode de fantasmatisation. La parole devient alors un lieu et un mode de croyance fondamentale qui captive un instant le journaliste, où il retrouve à la fois l’âme de Julie et « toutes les épreuves que l’âme peut subir, où tout cœur sensible retrouve son histoire » (Journal des savants). Ces moments d’émotion et de croyance sans soupçon correspondent souvent à des scènes qui appellent les larmes et dont ni le discours, ni le récit ne peuvent parler. Le journaliste ne peut ni écrire ni opiner. Il dit plutôt : « Il faut lire dans l’ouvrage même cette scène attendrissante » (Mercure de France). Au moment où il pourrait rencontrer sa propre parole, le journaliste retrouve la position du lecteur, mais il est aussi au bout de son art de journaliste. Il n’est plus qu’un lecteur habité par la chaleur des images et obsédé par la fiction. Si la parole propre ne se retrouve que par bribes dans l’article, c’est parce qu’elle ne pourrait trouver sa cohérence et connaître son essor qu’au dépend de la fonction du journaliste et de l’économie du texte de presse ; elle se trouve aussi confisquée et hypnotisée par la fiction elle-même.

24Le périodique littéraire apparaît comme une stratégie générale de reprise des textes. Il est au sein de la culture un instrument général de traduction et de lecture. Ce qui apparaît, dans le détail, pour le texte de la Nouvelle Héloïse se produit au fond, dans ce type de périodique, pour l’ensemble de la culture de l’époque. Le titre et le nom de l’auteur rattachent le texte à lire aux tables du répertoire et l’art complexe du découpage et du montage révèle la présence d’une table paradigmatique des significations (images, maximes). Le dispositif instrumental de la presse, au moyen de la traduction et du déplacement des énoncés, manipule et ordonne les éléments symboliques de la culture. Le problème du « territoire » peut maintenant nous apparaître sous un autre angle. Il y a le texte des livres et le texte des périodiques. Par le découpage, la traduction, la reformulation (résumé), l’un sert à transporter l’autre. Par la complexité de son organisation et sa présence permanente, le périodique fait du texte de presse une sorte de milieu homogène et organisé, où peut circuler l’énonciation des autres textes. C’est son mode original d’éditorialité. Il instaure un milieu de langage et de discours qui, de même qu’un espace newtonien pour d’autres phénomènes, permet une propagation de discours, de textes, de parole. Le périodique est au fond lui-même un territoire formé d’une circulation d’information et d’énoncés : à la fois texte-vecteur et territoire-réseau.

25On ne doutera donc pas qu’il s’agisse là d’un outil idéologique performant. Utilisant conjointement les stratégies du langage et celles de l’instrument, il peut contribuer à gérer une profération sociale des textes et des idées, il peut organiser la lecture en séries événementielles.

26Mais surtout, il est l’un des instruments de l’économie sociale et politique de l’énonciation, l’un des constituants des faits d’opinion et de publics : une organisation impersonnelle de la parole sociale. Il y a loin semble-t-il du dispositif général à cette parole cachée qu’on croit parfois entendre dans les articles. La parole propre de la fiction, ses modes spécifiques de symbolisation et d’expression sont récusés par le processus du résumé. La présence de la parole de l’auteur est critiquée dans le discours du périodique. Ce qui, derrière l’affiche du titre, pourrait être la parole du texte et, derrière l’effigie du nom, celle d’un sujet est mal perçu dans le périodique, et le journaliste ne semble trouver une parole que lorsqu’il est au bout de son procédé. Cette construction symbolique qu’est la parole ne peut semble-t-il être tolérée dans le dispositif et dans le texte du périodique. L’on aperçoit ici un litige essentiel entre la parole des sujets et un complexe appareillage de traduction et de prélèvement. Texte ou dispositif, le périodique ne reconnaît au sujet que la place et la fonction qu’il lui assigne. N’est-ce pas là la définition élémentaire d’un appareil idéologique ?

27La stratégie à laquelle nous avons à faire est une association complexe de méthodes, d’instruments, d’agents, d’institutions, de relations et de réseaux qui cherche à gouverner les discours sociaux et la parole humaine et qui sans qu’elle le déclare expressément et bien que ses formes générales soient impersonnelles s’intéresse essentiellement au sujet. Car elle ne cesse de l’inviter, de le solliciter, de l’informer, de le définir, elle ne peut se passer de lui. Elle n’a besoin de ses tables, de ses territoires, de ses modes de traduction et de transport que pour occuper le sujet. Il devient sa cible et même son territoire ; elle tend à l’expulser comme sujet propre mais elle l’institue comme objet permanent de ses opérations.

28Le périodique souligne avec obstination :

  1. Que les cultures, les idéologies ne sont pas seulement l’œuvre du langage et du discours, mais qu’elles sont aussi articulées par des instruments et des appareils.
  2. Il nous invite à interroger les rapports entre le discours et l’instrument : le langage, les sujets et les appareils. L’avantage de l’étude de ces phénomènes, dans la perspective de l’histoire, c’est qu’elle nous empêche de faire l’économie de ces questions fondamentales. L’étude des rapports entre la littérature et la presse a aussi une vertu heuristique. Le fait de prendre en compte le texte littéraire amène à mieux comprendre les pouvoirs et les limites du périodique et l’analyse de la médiation de la presse, en révélant une fonction de lecture coexstensive à l’ensemble des événements et des techniques d’une société, devrait nous conduire à porter sur la littérature un nouveau regard.

Notes

1 « Voici comment les hommes se forment la notion de l’espace. Ils considèrent que plusieurs choses existent à la foi et ils y trouvent un certain ordre de coexistence (...) Car l’espace marque en termes de possibilités un ordre des choses qui existent en même temps en tant qu’elles existent ensemble », in Leibniz, Les deux labyrinthes, textes recueillis par Alain Chauve, PUF, 1973, p. 70, 73.

2 On pourrait commenter en tous sens ce que J.J. Rousseau écrit dans le Contrat social, parlant des « monarques modernes » : « en tenant ainsi le terrain, ils sont bien sûrs d’en tenir les habitants », Oeuvres complètes, t. III, p. 293.

Table des illustrations

Titre Dispositif d’ensemble
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/1136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540