Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Récit et connaissance

 | 
François Laplantine
, 
Joseph Lévy
, 
Jean-Baptiste Martin
, 
et al.

Récits de vie

L’utilisation du dialecte ou de termes d’origine vernaculaire dans deux récits de vie : Marius Champailler, paysan de Pelussin (Loire) et Le Crêt de Fonbelle de Michel Jeury

Jean-Baptiste Martin

Texte intégral

1Ayant eu récemment la chance de m’entretenir longuement avec Michel Jeury, écrivain français ayant des racines à Pélussin, j’ai décidé d’élargir à l’un de ses récits Le Crêt de Fonbelle, les gens du mont Pilat (Seghers, Paris, 1981) mon projet initial qui était seulement basé sur Marius Champailler, paysan de Pélussin (Loire), ouvrage que j’ai publié en 1986 avec Florence Charpigny et Anne-Marie Grenouiller (Edisud et Édition du CNRS). En raison de la notoriété actuelle de Michel Jeury (son dernier ouvrage L’Année du Certif connaît un grand succès et vient de faire l’objet d’un téléfilm), mon propos devrait prendre plus de force, car Michel Jeury, comme beaucoup d’autres auteurs qualifiés de régionalistes, a introduit dans son récit des termes vernaculaires et des régionalismes du français. Ce rapprochement est loin d’être artificiel puisque les deux ouvrages décrivent la même réalité : la vie rurale au début du siècle à Pélussin qui est une petite commune du massif du Pilat située au sud de Lyon.

2Marius Champailler, qui est né en 1903 à Pélussin et qui y est décédé il y a trois ans, était un personnage assez remarquable. Avant notre rencontre en 1977, il avait commencé à laisser pour la postérité, ses petits-enfants en particulier, des souvenirs sur la vie paysanne qu’il avait connue dans sa jeunesse sous la forme d’enregistrements effectués avec le magnétophone à cassettes dont il s’était équipé. Travaillant à l’époque à la collecte d’ethnotextes, je compris très vite l’intérêt que pouvait susciter son témoignage, Marius Champailler ayant une mémoire particulièrement vive et des dons réels de narrateur. Je l’incitai alors à poursuivre son projet, en lui indiquant que ses témoignages pourraient faire l’objet d’une publication. Ce fut pour lui un puissant encouragement. Sachant que son témoignage allait passer à la postérité par l’intermédiaire d’une publication, il se mit donc encore plus résolument à l’œuvre et devant son magnétophone, des heures et des jours durant, en ma présence ou en mon absence, il conta ses souvenirs. Je sentis alors, par ses remarques et par ses interrogations répétées sur la date de la sortie de l’ouvrage, que la possibilité de valorisation qui lui était offerte lui apportait en plus une grande fierté.

3Les premières rencontres, tout comme l’écoute des premiers enregistrements qu’il avait effectués seul, me montrèrent qu’à travers son expérience et celle de ses parents qu’il mettait en scène (son père en particulier) c’était surtout des témoignages sur la vie rurale traditionnelle de la première moitié du XXe siècle dans la communauté paysanne de Pélussin qu’il voulait transmettre. Comme la plupart des échanges se faisaient à l’époque en langue vernaculaire, je lui proposai d’utiliser cette langue qui était naturellement sa langue maternelle. Cela l’étonna un peu car, déjà à cette époque, la langue vernaculaire n’était pratiquement plus parlée à Pélussin et elle ne bénéficiait pas d’un statut très positif comme c’était alors le cas dans de nombreuses régions de France. Cela le ravit cependant, car il comprit qu’il pouvait par la même occasion laisser un témoignage sur sa langue maternelle pour laquelle il éprouvait une grande sympathie, malgré les pressions de toutes sortes qu’il avait connues, en particulier de la part de l’école. Je perçus, après quelques enregistrements, que l’utilisation du dialecte lui donnait plus de spontanéité et contribuait à mieux recréer l’atmosphère qu’il voulait faire revivre.

4De ses nombreux témoignages, nous n’avons pu retenir pour la publication que certaines parties que nous avons regroupées en six chapitres : le cycle de la vie depuis la naissance jusqu’à la mort, les principales fêtes religieuses ou profanes, les grands travaux de la maison, le travail de la vigne et du vin, l’évolution des outils et des pratiques agricoles et enfin les éléments de littérature orale.

5Malgré les restrictions apportées et motivées uniquement par les possibilités de l’édition, cet ouvrage montre que, l’utilisation de la langue vernaculaire aidant, Marius Champailler ne s’est pas contenté de laisser des témoignages personnels. Son but n’était pas de dresser son autobiographie. Son objectif n’était pas, non plus, une simple description de la vie quotidienne. Il a voulu, à travers des récits structurés et élaborés, faire partager son expérience et sa vision, ne laissant pas à d’autres, y compris l’enquêteur, le soin de les expliciter. Certes, il s’est fait plaisir en racontant, mais il n’a pas raconté seulement pour se faire plaisir. Il s’est voulu messager et, nous le verrons plus loin, pédagogue pour mieux faire comprendre son message, en particulier l’analyse du changement auquel il est particulièrement sensible comme le démontrent les allers-retours incessants qu’il effectue entre le passé et le présent. Ce qu’il a voulu livrer à la postérité, c’est le patrimoine culturel et linguistique forgé par ses ancêtres et fortement mis à mal par les mutations récentes. Il est vrai que le changement a été particulièrement important à Pélussin car à la forte mutation de l’agriculture se sont ajoutées la crise du tissage qui a fait disparaître la plupart des ateliers familiaux et l’arrivée de la grande industrie chimique sur la rive gauche du Rhône qui a constitué un puissant appel de main-d'œuvre au détriment de l’agriculture.

6L’originalité de Marius Champailler tient à ce que, contrairement à beaucoup de gens de son âge, il sait prendre du recul par rapport à ses souvenirs et qu’il s’attache à comprendre les causes et les conséquences de l’évolution sur le plan technique et culturel. Il n’est pas figé dans la nostalgie : certes, il regrette globalement le passé, mais il reconnaît les côtés positifs du changement. Ce qu’il regrette sans doute le plus, car cela revient de façon récurrente dans ses enregistrements, ce sont la convivialité et la chaleur humaine qui caractérisaient la société paysanne traditionnelle confrontée à la dureté du travail et à la nécessité d’unir les efforts pour les grands travaux.

7Comme l’a souligné Jean-Claude Bouvier dans la préface, Marins Champailler, paysan de Pélussin ne ressemble pas beaucoup aux autres récits de vie qui ont fleuri il y a une vingtaine d’années. Cela tient naturellement au caractère particulier de Marius Champailler qui a tenu à rester le maître de l’enquête, ne laissant que très peu d’initiative à l’enquêteur. Cela tient aussi à l’emploi de la langue vernaculaire, ici une variété de francoprovençal, qui est la langue gallo-romane issue de la latinisation qui s’est opérée à partir de Lugdunum (Lyon). Il me semble que l’utilisation de la langue vernaculaire a permis à Marius Champailler de mieux nous faire entrer dans cette culture rurale aujourd’hui fortement amoindrie par la modernité.

8L’utilisation de la langue vernaculaire, grâce à la richesse du vocabulaire technique, permet de faire une description extrêmement précise des travaux du paysan traditionnel (qu’il s’agisse des travaux des champs ou des travaux domestiques surtout réservés à la femme). La langue vernaculaire permet aussi de présenter de façon plus dynamique les réalités régionales qui n’ont pas d’équivalent en français. À de nombreuses reprises dans la traduction de ces textes, j’ai éprouvé des difficultés pour traduire certains mots ou certaines expressions, non parce que j’ignorais le sens de ces mots (Marius Champailler était d’ailleurs là pour m’aider), mais tout simplement parce que le français n’avait pas de mots correspondants ou parce que le mot de la langue locale avait UT sémantisme ou une charge affective différents. Comment, par exemple, traduire en français, autrement que par des périphrases descriptives qui sont en fait des définitions, ces deux réalités culinaires que sont l'éculo qui est une soupe de pain et de lait, et la socana qui est une soupe de pain et de vin sucré ? Le recours aux mots du français régional correspondants (lorsqu’ils existent) a été pour moi une solution à laquelle j’ai dû avoir recours plusieurs fois. Et je l’ai fait d’autant plus volontiers que Marius Champailler les utilisait lorsqu’il s’exprimait en français ou qu’il me traduisait lui-même certains passages.

9Dans certains cas, j’ai l’impression que l’utilisation du parler local l’a poussé à être plus explicite pour être mieux compris, en particulier lorsque certains mots peuvent revêtir un double sens. C’est le cas par exemple lorsqu’il décrit les fonctions dévolues au kyuro, au volè et au bouoryou dans le passage suivant (suivi de sa traduction). Il s’agit d’un rituel très curieux qui avait lieu au début du battage au fléau, rituel qui avait pour fonction de désigner à partir de qualités physiques des personnages symboliques et d’apporter un peu d’agrément à ce travail très pénible.

Alor, ou fo vo dzere, avan ke de dono le promaé kou d’ékouossou, i noveman ko k’il alevan apelo pe la jorno le kyuro. Le kyuro, vo konprenaé po trè byon ! Oul étye po ron le kyuro de la péroche ; a konfessove po le fene ko-titye, mè al aye ïn grade byon détermino. A konessiy son boulo kan méme. Le Kyuro al étye ko k’aye tra son ékouossou le plu louein posseble su la solo. Tou louz ékousseraé i trézyan lye ékouossou. Alor ko k’aye tra le plu louein al étye ko k’étye le kyoro, alo ko k’aye tra apré al étye le volè, apré le bouoryou. Apre, louz otre il ayan pa de grade. Le réglyamon al étye ke le kyuro deviy onbrassiy tote le fene, tote le fene, le vyèlye è le jouéne, ke passevan, an komonsan pe kele ke verevan la solo byon soe. E le vofè al édove le kyuro : oul étye lui ke le tenyiy kant i volyan po se léssi onbrassiy byon soe, ou n-y aye de vaé ke volyon po. E le bouoryou al avezove tot ikon è oul étye lui ke deviy vaére si le kyuro féziy son devaé. Alor kema vo povaé z-ou konprondre, oul n-y aye de vaé k’oul étye mouvemonto : ou n-y aye de fene ke volyan po se léssiy onbrassi ; il étyan po télamon propre, plein de soualye ! Anfin la plu gran partyi dou tsyon i se léssevan byon fére ; an tou lou ka i rizyan byon.

Alors il faut dire qu’avant de donner le premier coup de fléau, on nommait celui que, pour la journée, on allait appeler le curé. Le curé, vous ne comprenez pas très bien ! Ce n’était pas du tout le curé de la paroisse ; il ne confessait pas les femmes, celui-là, mais il avait un grade bien déterminé. Il connaissait tout de même son travail. Le curé était celui qui avait lancé son fléau le plus loin possible sur l’airée. Tous les batteurs jetaient leur fléau : alors celui qui avait lancé le plus loin était celui qui était le curé ; celui qui avait lancé en deuxième position était le valet, ensuite c’était le bourreau. Après, les autres n’avaient pas de grade. Le règlement était que le cure devait embrasser toutes les femmes, toutes les femmes, les vieilles et les jeunes, qui passaient, en commençant par celles qui tournaient les gerbes posées sur l’aire, bien sûr. Et le valet aidait le curé : c’était lui qui les tenait quand elles ne voulaient pas se laisser embrasser, il y a des fois qu’elles ne voulaient pas. Et le bourreau regardait tout ça et c’était lui qui devait savoir si le curé faisait son devoir. Alors, comme vous pouvez le comprendre, il y avait des fois où c’était mouvementé : il y avait des femmes qui ne voulaient pas se laisser embrasser ; les batteurs n’étaient pas tellement propres, ils étaient pleins de sueur. Enfin, la plupart du temps elles se laissaient bien faire. Dans tous les cas, on riait bien.

10L’emploi de la langue vernaculaire permet encore à Marius Champailler de mieux s’identifier à la communauté paysanne traditionnelle dont il veut se faire le porte-parole. Cela est particulièrement net dans le cas où, lorsqu’il s’exprime en français, il utilise on suivi de la troisième personne du singulier. Alors qu’en français Marius Champailler utilise, comme la plupart des Français ou des francophones, le on aussi bien pour exprimer l’indéfini que pour exprimer la première personne du pluriel, en dialecte, comme le veut la règle générale, il fait toujours la distinction entre le cas où lui ou ses semblables sont partie prenante et le cas où ils ne sont pas partie prenante. Dans le premier cas, ce qui correspond au français on est rendu par la première personne du pluriel (nous), dans le deuxième cas par la troisième personne du pluriel (ils). Pour exprimer ce qui est rendu en français par l’indéfini on, Marius Champailler utilise donc la première personne du pluriel lorsqu’il se sent concerné et la troisième personne du pluriel lorsqu’il n’est pas impliqué. La structure grammaticale de la langue vernaculaire contribue donc à faire de lui un porte-parole engagé.

11Marius Champailler n’a donc pas seulement laissé un simple récit de vie. Sa démarche est de type ethnotextuel. Ce qu’il a voulu transmettre, c’est la culture de la communauté paysanne traditionnelle de Pélussin à laquelle il appartient et s’identifie. Et on peut dire que l’usage de la langue vernaculaire l’a fortement aidé à construire l’image qu’il voulait nous donner de cette culture. La langue locale a été un élément supplémentaire d’authenticité dans la description de cette communauté. Il serait donc souhaitable que des récits analogues soient recueillis dans d’autres aires linguistiques. C’est d’ailleurs en breton que Per Jakez Helias a d’abord écrit son célèbre Cheval d’orgueil qui constitue un témoignage sur la civilisation rurale traditionnelle de la Bretagne.

12L’ouvrage Le Crêt de Fonbelle : les gens du mont Pilat publié en 1981 présente de nombreuses analogies avec l’ouvrage consacré à Marius Champailler. C’est un récit écrit par Michel Jeury, écrivain aujourd’hui bien connu comme je le disais tout à l’heure, à partir de souvenirs recueillis au magnétophone de la bouche de ses parents. Comme me l’a précisé Michel Jeury, il s’agit essentiellement de récits faits par sa mère, Claudia Jeury. Les parents Jeury sont nés sur la commune de Pélussin dans la dernière décennie du XIXe siècle mais, à la différence de Marius Champailler, après leur mariage ils ont quitté Pélussin car ils trouvaient que leur maigre exploitation agricole ne leur permettait pas d’assurer leur subsistance. Après avoir songé à émigrer au Brésil (information communiquée par Michel Jeury), ils sont partis s’installer en Dordogne près de Bergerac. Au crépuscule de leur vie, la nostalgie aidant, ils ont raconté à leur fils leurs souvenirs du début du XXe siècle à Pélussin.

13Mon objectif n’est pas d’établir une comparaison poussée entre les deux récits. Dans les deux ouvrages, on trouve des informations semblables sur les travaux des champs ou dans les usines de tissage, sur la société de Pélussin, sur les fêtes, les coutumes, les croyances d’autrefois. Cela n’est pas étonnant : Claudia Jeury et Marius Champailler ont moins de 10 ans d’écart et sont issus du même milieu paysan. Il y a cependant une grande différence : Marius Champailler se fait le porte-parole d’une société et d’une culture qu’il a toujours appréciées malgré les difficultés, Claudia Jeury effectue un retour sur un passé qui l’a profondément marquée et elle décrit – fort bien d’ailleurs – une société qu’elle a décidé de quitter.

14Une autre différence importante tient à la forme. Alors que le récit oral de Marius Champailler en langue vernaculaire est reproduit intégralement accompagné d’une traduction aussi littérale que possible, le récit de Claudia Jeury a été transformé par son fils pour en faire une œuvre littéraire écrite en français. Bien que Michel Jeury ait remanié le texte oral de sa mère et en ait organisé les différentes séquences, il a eu pour préoccupation constante de rester fidèle au message qui lui était fourni. L’utilisation de termes vernaculaires passés dans le français local et d’une quinzaine de courtes phrases de patois a été pour lui le moyen de donner à son récit plus de couleur et de saveur, mais aussi d’authenticité. Il ne l’a pas fait par automatisme, car il ignorait aussi bien les réalités décrites que le patois ou les particularités du français parlé à Pélussin, puisque lui-même n’y a jamais vécu.

15Les phrases en dialecte sont généralement introduites dans des dialogues et sont mises dans la bouche de personnes âgées nées en général avant le milieu du XIXe siècle, c’est-à-dire à une époque où le patois était la langue courante. À la question posée sur l’utilisation d’éléments du dialecte dans cette œuvre, comme dans d’autres œuvres, Michel Jeury m’a répondu qu’il ne mettait pas trop de dialecte pour ne pas gêner le lecteur, mais qu’il en introduisait une certaine quantité, car les langues régionales lui apparaissent « supérieures pour décrire le sensible » (c’est sa propre expression). Il m’a même affirmé que les phrases de patois, tout comme les mots du français parlé localement, sont « plus branchées sur le sensible que le français ».

16Pour recréer l’atmosphère rurale du Pilât, Michel Jeury a aussi recouru très largement aux régionalismes du français puisqu’une cinquantaine ont été recensés (les régionalismes du français sont essentiellement les mots ou tournures de la langue vernaculaire qui sont passés dans le français parlé : nos régionalismes correspondent aux québecismes que l’on entend toujours avec plaisir quand on arrive dans la Belle Province). Mais Jeury n’utilise que des régionalismes lexicaux et sémantiques, c’est-à-dire les régionalismes qui correspondent à des mots ou à des sens particuliers du patois. Il n’utilise pas les régionalismes grammaticaux ou phonétiques qui peuvent évoquer une maîtrise incorrecte ou maladroite du français. Son objectif n’est pas de surprendre le lecteur ou de donner une image peu flatteuse de ses héros locaux. Par exemple, sont totalement absentes les tournures grammaticales particulières que l’on entend pourtant constamment à Pélussin et que sa mère employait certainement comme le que restrictif (ex. « il arrive que » à la place de « il arrive seulement ») ou les adjectifs verbaux qui indiquent l’état (ex. trempe pour trempé, gonfle pour gonflé, arrête pour arrêté, use pour usé...). Les termes d’origine vernaculaire utilisés par Jeury expriment souvent des réalités locales pour lesquelles le français n’a pas d’équivalent exact comme, par exemple, la rigotte qui est un petit fromage à base de lait de chèvre ou d’un mélange de lait de chèvre et de lait de vache, la chasière qui est une cage grillagée pour faire sécher ces fromages, le companage qui désigne les produits dérivés du lait, c’est-à-dire le beurre et le fromage, la sibère qui est une tourmente de neige, le champêtre qui désigne un mauvais pacage ou un terrain inculte utilisé comme pâturage, la garampelée qui est une lande buissonneuse, le go lignant qui est un personnage grand et niais. C’est donc par « souci d’exactitude et de précision » (c’est sa propre expression) que Michel Jeury a conservé ces mots dans son récit. Mais il en a employé d’autres qui ont un équivalent en français comme le babé « la pomme de pin », le pâté « le chausson aux fruits », la truffe « la pomme de terre », le fayard « le hêtre », le bigan « le débardeur », etc... Il a aussi utilisé des expressions particulièrement motivées et savoureuses comme à point d’heure « tardivement » et à borgnon « à l’aveuglette » ou encore l’exclamation de commisération beauseigne « pauvre malheureux ! ». Il m’a précisé que ces mots ou locutions présentaient une richesse de nuances qu’il ne trouvait pas dans les équivalents français.

17Si dans ses romans sur le Périgord, où il a vécu, Michel Jeury reconnaît qu’il a pu utiliser un certain nombre de mots régionaux par automatisme, dans l’ouvrage sur le Pilat comme dans celui qu’il a consacré aux Cévennes (L’Année du Certif), il l’a fait tout à fait volontairement puisque ces mots ne faisaient pas partie de son propre vocabulaire. L’emploi de la langue vernaculaire et l’utilisation de traits régionaux du français sont pour lui indispensables pour recréer la réalité qu’il veut présenter, qu’il s’agisse d’un terroir, d’une époque ou d’une entité religieuse comme c’est le cas dans l’ouvrage sur les Cévennes. C’est donc dans « un souci d’exactitude locale » (c’est son expression) que Michel Jeury a employé ces phrases ou ces mots d’origine vernaculaire. À plusieurs reprises, il m’a d’ailleurs répété que, dans le cas du Crêt de Fonbelle, il s’agissait du vocabulaire de sa mère.

18Michel Jeury, qui se présente comme « écrivain de métier, paysan de cœur », trouve son inspiration dans le terroir et il donne relief et authenticité à son récit en faisant largement appel à la langue vernaculaire et aux régionalismes du français. Comme l’ont bien démontré JeanClaude Bouvier et Claude Martel dans la communication intitulée « Marqueurs du français régional dans l’écrit » qu’ils ont présentée lors d’un récent colloque tenu à Mulhouse en 1994, les régionalismes du français ne sont pas « de simples indicateurs d’un état de langue, mais des marqueurs d’une langue littéraire, qui disent aussi, à leur façon, l’appartenance à un genre, à un tempérament littéraire, à une ambition créatrice ». Marius Champailler, en utilisant spontanément la langue vernaculaire de Pélussin, et Michel Jeury, en émaillant son texte de phrases de patois local et de termes régionaux, ont fait de leur récit l’expression vigoureuse et colorée d’une culture populaire et régionale. A la suite de Paul Vernois qui a étudié Le Style rustique dans les romans champêtres après George Sand (P.U.F., 1963), on peut donc encore dire que les parlers locaux sont les « garants de l’âme paysanne ».

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Helias, P. J. (1976).Cheval d’orgueil. Paris, Plon.

Jeury, M. (1981). Le Crêt de Fonbelle : les gens du mont Pilat. Paris, Seghers.

Jeury, M. (1995). L’Année du Certif. Paris.

Martin, J-B., Charpigny, F., Grenouiller, A-M. (1986). Marins Champailler, paysan de Pélussin (Loire). Paris, Edisud/CNRS.

Vernois, P. (1963). Le Style rustique dans les romans champêtres après George Sand. Paris, PUF.

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.