Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Récit et connaissance

 | 
François Laplantine
, 
Joseph Lévy
, 
Jean-Baptiste Martin
, 
et al.

Présentation

Joseph Lévy, Alexis Nouss, François Laplantine et Jean-Baptiste Martin

Texte intégral

1Le récit a traditionnellement occupé une place essentielle en tant que vecteur et facteur de connaissance, soit à un niveau individuel (l'identité du sujet s'articulant autour des récits qu'il peut faire de sa propre expérience), soit à un niveau collectif (les valeurs sociales s'articulant grâce aux récits fondateurs, mythiques ou épiques). Or, avec le bouleversement introduit entre le XVIe et le XVIIe siècles en Occident par le triomphe de la raison, la science a relégué le récit dans les domaines relevant de la vie privée ou de l'esthétique littéraire, lui refusant tout statut objectif. Il prend d'autres formes, cependant, et se développe dans les grandes utopies politico-sociales et les discours identitaires des deux derniers siècles.

2Mais la culture contemporaine en proclame la fin sous trois aspects : le récit classique (balzacien ou flaubertien) aurait déserté le champ littéraire, les grands récits émancipateurs ou unificateurs auraient disparu avec la faillite des idéologies, et l'aliénation propre au monde moderne, empêchant toute communication, tarit la source du récit personnel.

3Aujourd'hui, néanmoins, le récit semble avoir retrouvé droit de cité dans la sphère culturelle, comme en témoigne le succès des biographies, des témoignages, des productions journalistiques et des narrations romanesques. Les sciences humaines en font un objet d'élection : le journal intime, les mémoires, les correspondances. En outre, certaines reconnaissent qu'elles fonctionnent selon des formes analogues au récit (par exemple en psychologie, anthropologie, sociologie).

4Ce colloque s'est donc proposé d'interroger la nature de ces nouveaux récits et leur place dans différents secteurs discursifs et disciplinaires. Quatre sessions thématiques ont ainsi été organisées, en regard de questionnements spécifiques. La première a porté sur les enjeux et stratégies des récits historiques et témoignages, un axe actuellement privilégié dans les sciences sociales. La deuxième s'est interrogée sur les continuités et les ruptures dans les mythes, utopies et grands récits, aux niveaux individuel et communautaire. La troisième session a exposé diverses définitions contemporaines des fictions narratives en littérature, depuis les analyses formalistes jusqu'aux approches herméneutiques. La quatrième session, enfin, s'est penchée sur la place du récit dans les discours des sciences sociales et dans le journalisme de vulgarisation quant à la transmission et l'organisation des savoirs.

5À partir des contributions de disciplines aussi diverses que l'anthropologie, la sociologie, les études littéraires, la linguistique, le journalisme et au croisement de leurs épistémologies respectives, il a été loisible d'examiner comment une telle réémergence du récit est susceptible d'entraîner la redéfinition et la revalorisation de ce qui peut être considéré non seulement comme un objet de connaissance, mais encore comme un mode de connaissance susceptible de renouveler un certain nombre de questions posées par les sciences humaines.

*

6Nous voulons ici remercier le Centre Jacques-Cartier qui a permis la réalisation de ce colloque dans le cadre de ses Neuvièmes Entretiens, tenus à Montréal en 1996, ainsi que le Conseil de la Recherche en Sciences Humaines du Canada dont la subvention a permis de couvrir les frais de déplacement de plusieurs des conférenciers invités et une partie des frais de publication du présent ouvrage. Nous désirons aussi remercier la Maison de la Culture Côte-des-neiges dont les locaux ont créé une ambiance propice à l'écoute et au dialogue. Toute notre gratitude va aux conférenciers venus d'Europe, des États-Unis, du Brésil et du Canada qui ont contribué à faire de cette rencontre un moment de profonde réflexion et de chaleureuse convivialité. Nos remerciements s'adressent enfin à Marie-Josée Drouin qui a assuré la préparation préliminaire de ces actes, ainsi qu'à Liliane Cauchard et Rémy Le Floch qui ont effectué la saisie ou la correction des textes.

© Presses universitaires de Lyon, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site