Version classiqueVersion mobile

Architecture et nature

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Architecturer l’écologie

Écologiser l’architecture

Jean-Loup Herbert

Texte intégral

1La double forme impérative de notre titre vise à souligner – pour la dépasser – la sorte de tabou qui pèse sur les possibilités de marier l’écologie et l’architecture. Tout en tentant d’expliciter la raison de cette difficulté, nous voudrions surtout signaler quelques audacieux précurseurs d’une rencontre qui nous semble indispensable.

2En effet ce titre est à la fois hommage et emprunt à l’ingénieur, sociologue, architecte, théoricien et praticien, Ildefonso Cerdá, fondateur de la Théorie générale de l’urbanisation (1867) dont l’exergue se termine par cet appel : « Ruraliser l’urbain, urbaniser le rural ». C’est d’ailleurs ce même projet que l’on retrouve dans la Charte d’Athènes (1933) et de façon encore plus élaborée chez Le Corbusier dans Les Trois Établissements humains (1948). Et n’est-ce pas aussi une des intentions majeures de Lucio Costa de donner à Brasilia une dimension bucolique et cosmique ?

3Pourquoi, alors, ces trois acteurs emblématiques de la modernité urbaine sont-ils si souvent et paradoxalement interprétés comme porteurs de rationalité abstraite, de fonctionnalité technicienne, ou pire encore d’utopie inhumaine et totalitaire ? Expriment-ils le paroxysme de la contradiction ville-campagne, urbain-rural, culture-nature ou bien leurs propositions sont-elles une ou des réponses, des fragments de réponse aux contradictions redoutables que recèlent ces binômes ?

4Et comment disserter tranquillement de ces questions au moment où certains nous annoncent que notre « Terre Patrie » est en danger, menacée par des pollutions multiformes ; où certains donnent pour un fait acquis le règne de la civilisation urbaine universelle, alors que d’autres constatent l’implosion urbaine sous forme de mégapoles ou de rurbanité ? Et face à ces « menaces », l’historicisme urbain bloqué par son contextualisme, tout comme son contraire, le naturalisme néo-rousseauiste écologiste, continuent d’être des valeurs-refuges pour de nombreux adeptes. Devons-nous alors renoncer à « penser la ville », « penser l’espace » – idées qui, au reste, masqueraient les dangereuses intentions du monstre froid et étatique – pour nous laisser aller à l’apologie de l’aléatoire, du chaotique, du déconstruit, du disséminé ? Propos qui en tout cas facilitent toutes les « délocalisations » ou « restructurations » d’un libéralisme économique triomphaliste.

5Le philosophe Kostas Axelos nous rappelle que l’errance était la condition et presque le synonyme de la pensée planétaire. Et pour que la quête puisse être, pouvons-nous oublier ou avons-nous oublié que « nous habitons en poète sur la terre » ? Essayons alors de partir en quête de notre être urbain naturel.

I – Au commencement... où écologie et architecture étaient confondues

6Il est toujours tentant de se livrer aux charmes de l’étymologie. La racine du mot écologie – oikos – nous ramène à la fois au lieu de l’habiter ainsi qu’à la manière d’habiter. En effet le terme désigne tout autant le contenant que le contenu, l’intérieur que l’extérieur, l’abri et ce qui est abrité, la maison et ce qu’elle contient, les murs autant que les meubles, le foyer et ce qu’il consomme et consume, la façon de disposer les parois et les matériaux qui les rendent possibles. L’être vivant et les conditions qui le sustentent peuvent être pensés dans une heureuse unité symbiotique.

7En ce temps-là, la niche écologique et l’écosystème étaient confondus, l’éco-logie trouvait « naturellement » sa régulation dans l’économie, à moins que ce ne soit l’inverse. Doux temps de l’origine où habiter et être vivant, habitant et architecte fusionnaient.

8On sait à quel point ce mythe de la mère primordiale, puis celui de l’escargot restent actifs et féconds de nos jours : de l’autoconstruction qui assure l’abri d’une moitié de l’humanité à son apologie devant les résultats souvent admirables de l’urbanisme de « l’habitat spontané », en passant par tous les « facteurs Cheval » qui sont à l’ouvrage, y compris pour bricoler et arranger tous les plans-types de maisons individuelles des cités ouvrières ou des catalogues sur papier glacé, prouesses de génie urbain et d’urbatecture des cabanons marseillais qui pourraient faire pâlir de honte beaucoup de nos « villages-vacances-familles » (V.V.F.) et autres hameaux provençaux néo-vernaculaires.

9Cette immense acquis populaire de savoir-faire, d’ingéniosité, d’imagination, valorisant les ressources du lieu – site et matériaux, voire déchets – est rarement reconnu comme la première école d’architecture. Évoquons les noms de quelques-uns de ses grands élèves contemporains : Hassan Fathy, André Ravereau et Le Corbusier. En effet, à la lecture des quatre tomes des Carnets de ce dernier, on comprend bien que le Modulor ou l’urbaniste des unités d’habitation puisait là son inspiration et sa patiente et empirique vérification.

II – L’Écologie prise au piège du dualisme

10Ce n’est pas ici notre propos d’analyser l’écologie des idées à la manière de G. Bateson ou E. Morin, ce qui nous permettrait de comprendre le passage de l’étymologie du mot écologie à son utilisation par son inventeur Haekel en 1866. Rappelons seulement que ce biologiste, partisan des idées darwiniennes, voulait fonder une science qui étudierait les rapports entre un organisme et son « milieu ». Ce terme de « milieu » pour le moins ambigu demandera ensuite à être précisé par ceux d’environnement, d’écosystème, synécologie, écologie des communautés, ou écologie d’ensemble d’espèces, construit en « pyramide d’espèces », liées par des « chaînes alimentaires » et des bilans énergétiques. On voit combien cette science de la nature visant à relier botanique, zoologie, géographie physique, biochimie, se développe à l’intérieur de la coupure sciences de la nature/sciences sociales. Dans le schéma théorique qui vise à analyser une espèce végétale ou animale en rapport et dans ses rapports avec son « milieu » ou son – environnement », si complexes ou systémiques ou modélisés que soient ces rapports, nous ne sommes plus dans l’unité de l’oikos de l’escargot et de sa coquille, mais dans le dualisme de l’un et du tout surdéterminé par une géométrie latente centre-périphérie. C’est d’ailleurs pourquoi ceux qui ont voulu opérer le transfert des concepts de l’écologie aux sciences humaines se sont trouvés piégés par ce schématisme dualiste environnemental. L’écologie scientifique se trouve alors instrumentalisée plus ou moins volontairement par l’écologisme comme idéologie sociale, par les notions inconsistantes de « milieu naturel », « équilibre naturel », « produits naturels », voire « bio-dégradables » qui toutes relèvent d’un naturalisme caricatural inacceptable tant du point de vue des sciences de la nature que des sciences humaines et sociales. Cette idolâtrie de la nature sans humain devient une coquille – coquille sans escargot – aussi creuse et abstraite que son envers, la technolâtrie dominante.

11Cette querelle, plus ancienne que celle des Anciens et des Modernes, a été récemment réactualisée par l’appel de Heidelberg lors de la conférence des Nations unies de Rio de Janeiro sur l’environnement et le développement (1992). Le scientisme commun aux théoriciens de l’environnement et à ceux du développement auto-alimentent leurs polémiques. Le monisme a-historique de la niche originelle se trouve confronté à l’évolutionisme du progrès linéaire. Ce n’est sans doute pas le dernier avatar du vieux dualisme nature-culture.

III – Une autre approche écologique : la Théorie générale de l’urbanisation d’Ildefonso Cerdá (1867)

12Notons tout d’abord que la Théorie générale de l’urbanisation est exactement contemporaine de l’invention de l’écologie comme science par Haekel. Ildefonso Cerdâ, mathématicien, ingénieur, puis architecte, exprime clairement son intention de fonder une science, une théorie générale « d’une matière complètement neuve, intacte, vierge » capable d’embrasser toutes les topologies humaines de tous les temps et de tous les lieux, de l’abri nomade à la ville industrielle ; il veut énoncer une typologie de toutes les constructions, de leurs formes de groupements tant dans leur hiérarchie de densité que dans l’extension et les degrés variables de compacité. Pour désigner simplement et génériquement les lois internes de ce phénomène, il forge et propose le terme d’urbanisation, après avoir écarté ceux de civitas (cité, ciudad) et poblacion « peuplement » qui dénote « plutôt les habitants qu’un groupe de constructions ». Il va choisir celui d’urbs par référence à l’étymologie qu’il propose. Urbs, contraction de urbum, désigne la charrue, instrument par lequel les Romains ouvraient, avec les bœufs sacrés, le sillon qui allait transformer un champ ouvert et libre en urbs. Geste qui fonde, tout en les séparant, geste social inscrit en terre, ritualisé par son association à l’animal, qui établit tout en séparant les rapports ville/campagne. Cerdá utilisera dans toute sa théorie le terme urbe car, selon lui, l’espagnol (pas plus que le français, de l’avis du traducteur) ne possède de terme adéquat pour désigner à la fois le territoire, l’agglomération de constructions, les habitants et leurs relations.

13Son propos est si général qu’il est amené à considérer la maison, voire la chambre, comme urbe. Qu’est-ce que la maison, sinon un « ensemble de voies et de pièces d’habitations comme l’urbe » ? Même dans la chambre personnelle de l’individu on trouve l’équivalent de la viabilité et de l’habitabilité du mouvement et du repos. Comme tout ce qui concerne l’urbanisation, l’analogie commence avec la demeure de l’individu.

14De l’individu à l’espèce humaine, la bipolarité entre sédentarisation et nomadisation, concentration et dispersion constitue la loi principielle de toutes les échelles de l’habiter. Ce détour théorique radical qui s’appuie sur une impressionnante documentation historique et ethnographique va permettre à Cerdá de déplacer non moins radicalement la question du rapport ville-campagne parvenue selon lui à un paroxysme insupportable à l’époque industrielle.

15En effet la loi générale de l’urbanisation n’est pas linéaire ; elle peut s’inscrire dans une dynamique de « perfectibilité » comme de « dénaturalisation », comme le montre l’état de Barcelone à la moitié du XIXe siècle, et c’est ici que ce mathématicien, ingénieur, architecte, historien devient sociologue et ethnographe de son temps. Son étude statistique par questionnaire sur Barcelone occupe un bon tiers de son étude : répartition du foncier, spéculation immobilière, conditions de logement, niveau de revenus, santé publique, niveau de consommation. Tout est méticuleusement quantifié dans d’impressionnants tableaux statistiques pour mettre en évidence les injustices, les inégalités, les insalubrités, les violences, les oppressions auxquelles a conduit le grand regroupement de la ville qui devient « torture, dégénérescence physique, anéantissement moral et intellectuel » ; c’est donc une véritable « dénaturalisation » du phénomème originel de l’urbe.

16À ce stade, on croirait entendre les échos des enquêtes du docteur Villermé, de Marx et Engels, voire l’annonce du courant hygiéniste ouvrant la porte à l’idéologie antiurbaine d’un écologisme naturaliste. Il n’en est pourtant rien, car ce serait oublier que l’ingénieur, fondateur de la science de l’urbanisation, s’émerveillait devant les locomotives qu’il découvrait dans le midi de la France en 1844, ou encore lors de sa première croisière en navire à vapeur. De l’émotion devant cette nouvelle échelle de mouvement, en même temps que de sa consternation devant l’immobilisme physique et social de l’accumulation de la ville de Barcelone, de ces deux émotions profondes et contradictoires allaient jaillir l’application de la théorie à la rénovation et l’extension de l’ensanche.

17Le fameux plan Cerdá, que l’on a tendance à réduire à quelques mots (trame, quadras ou îlot, diagonal) et à son état de réalisation inachevée, contient beaucoup plus d’intentions que cela. L’échelle de la voirie qui a été choisie n’a de sens que par rapport à cette volonté d’architecturer les lois des nouveaux moyens de transports collectifs et rapides, en rapport avec une autre répartition de densités élevées, un autre statut du foncier, de l’immobilier, une autre répartition des activités productives tant urbaines que rurales, une autre urbanisation du paysage. Ne pas prendre en compte la globalité multidimensionnelle et interdépendante de ce projet en rend la compréhension impossible. Pourtant l’exergue de la Théorie générale de l’urbanisation en est un fort résumé :

Indépendance de l’individu au foyer
Indépendance du foyer dans l’
urbe
Indépendance des mouvements dans la vie urbaine
Ruraliser l’urbain
Urbaniser le rural

18I. Cerdá était contemporain d’A. Comte, Marx, Engels, Haekel. Aucun d’eux ne semble avoir exercé d’influence décisive sur sa pensée. La Théorie générale de l’urbanisation semble néanmoins offrir un site accueillant à leur échange : projet nécessaire qui semble encore largement devant nous. En prenant en compte toutes les échelles des territoires et des groupements humains dans leur interdépendance, leur complexité multidimensionnelle, leur inscription dans une histoire sociale non réductionniste, I. Cerdá semble bien avoir anticipé la devise écologique lancée par le grand écologiste R. Dubos lors du premier Sommet de la Terre à Stockholm en 1971 : penser globalement, agir localement.

IV – Le Corbusier ou la quête cosmique entre la machine et la nature

19La plupart des études disponibles, notamment en français, sur Le Corbusier urbaniste font référence aux plans de Paris des années 20 et 30, à la Charte d’Athènes, au plan Obus d’Alger, à quelques dessins de Bogota, Buenos Aires ou Rio de Janeiro de la même époque. Ce qui permet en général d’égrener un certain nombre de critiques sur l’urbanisme fonctionnaliste, sur le zoning, sur l’urbanisme bulldozer ou « de la table-rase » non respectueux du contexte historique ou même de le rattacher à quelque courant hygiéniste d’un biologisme plus ou moins totalitaire et bétonné. Pourtant on aurait pu remarquer que tous ces dessins, schémas, croquis et écrits, qui souvent servaient à illustrer des conférences très didactiques au tableau noir, étaient antérieurs à toute commande urbaine réelle.

20C’est pourquoi, après cette remarque préalable, pour notre part nous choisirons de nous appuyer sur l’époque de la maturité et surtout de la réalisation (19361965). C’est en 1936 que Le Corbusier participe au projet du ministère de l’Éducation à Rio, en même temps qu’il donne trois conférences importantes. À partir de 1943 avec l’Ascoral, il va mûrir les projets de reconstruction de l’après-guerre qui déboucheront sur la réalisation – Unité d’habitation et plan urbain – de Marseille et la publication des Trois Établissements humains (1948) ; puis, dans les années 1950 jusqu’à sa mort, il sera occupé par deux réalisations urbaines : Chandigarh et le centre de Firminy Vert.

21Une des conférences de Rio (1936) porte le titre significatif de « La dénaturalisation du phénomène urbain » dont l’articulation logique et le titre même rappellent fortement I. Cerdá, sans qu’une filiation explicite ait pu être établie à notre connaissance (le séjour de Le Corbusier à Barcelone en 1932 ne semble pas lui avoir permis une étude de Cerdá).

22Il nous paraît utile de rappeler synthétiquement la problématique urbaine énoncée par Le Corbusier, car elle nous semble plus que jamais pertinente, soixante ans après. L’époque « machiniste » – nous préférerions dire capitaliste – définie par vitesse, concentration, multiplication des échanges, a conduit à une perte de rapport entre travail et habitat, une perte du vivre ensemble, du voisinage, de l’habiter sous le ciel et sur la terre. Cette perte ou dénaturalisation des lois de l’urbanisation conduit à la « catastrophe urbaine » à laquelle nous assistons depuis un siècle et dont les symptômes patents sont : congestion, poussière, puanteur, bruit, gaspillage et leurs corollaires, la fuite de l’urbain, l’évasion illusoire dans les pavillons individuels de banlieues qui ne font qu’aggraver la catastrophe. Peut-on nier la pertinence de ce diagnostic, non seulement à l’époque où il a été établi, mais encore plus aujourd’hui même ? Par certains aspects il anticipe le catastrophisme écologiste face aux pollutions multiformes.

23Si nombre de pages de Le Corbusier peuvent utilement enrichir l’argumentaire écologiste sur le diagnostic urbain, les propositions qui en découlent n’ont rien à voir avec l’illusion d’un retour au sein d’une nature idéalisée et protectrice ; il s’agit au contraire de « rentrer en ville », de continuer l’histoire urbaine dans une nature urbanisée, de rassembler ce qui a été désassemblé en architecturant des rapports habitat-travail-transports-densité-nature correspondant à nos outils actuels (à nos forces productives) et de remettre les gens sur leurs pieds pour la marche et les jeux du corps au sein d’une nature réconciliée avec l’urbain, où l’orientation du bâti, comme la croissance du végétal, la qualité sonore et les ouvertures illimitées aux horizons restituent l’humain à l’urbain en même temps qu’au cosmique. Tout comme pour le diagnostic, peut-on nier la pertinence de la proposition pour notre temps ? Autre chose encore est de porter une appréciation sur la clef de la solution proposée qui se nomme » cité-jardin verticale » où pilotis et « cinquième façade » libèrent 112 % du foncier pour « les conditions de nature », « la cité linéaire industrielle » et « la ville radio-concentrique ». Chacun des termes de ce projet urbain, mais surtout leur savante interdépendance, mérite attention à partir des lieux où ils ont reçu un début d’application (c’est ce que nous ferons dans ce qui suit à partir sur tout de Firminy Vert où nous vivons depuis une vingtaine d’années).

V – Les sept niches écologiques de la théorie urbaine de Le Corbusier

24Ce projet urbain réconcilié avec la nature « renaturalisée » peut être analysé comme sept seuils, ou enveloppes, ou niches écologiques :

251) La première de ces niches conditionne sans doute les autres : édifier verticalement sous la lumière du ciel. Elle fonde non seulement la célèbre définition de l’architecture de Le Corbusier, mais elle anime littéralement tout son habiter urbain. Elle est philosophie, rapport au monde, vision du monde. Cette ré-ouverture cosmique qui fut mutilée, castrée, aliénée par l’anthropocentrisme de la Renaissance européenne nous est aujourd’hui rendue possible par les techniques, notamment par la « cinquième façade » (formule pédagogique provocatrice de Le Corbusier). En fait, première « façade » parce que capable d’accueillir et de nous donner au ciel, seuil des énergies poétiques de cet » horizon vertical » (Le Corbusier, Poème de l’angle droit) ou de cet « infini turbulent » (H. Michaux). Nous n’avons sans doute pas encore bien mesuré ce que signifie ce passage d’une architecture « objet de et dans l’espace » à cette architecture urbaine sous le ciel et dans la lumière. Retournement noétique synchronique à celui de la physique quantique, non moins difficile à comprendre.

262) Une architecture solaire, non pas une « maison solaire » rendue aveugle par ses capteurs, mais la ville et la demeure construites selon les rythmes du jour et de la nuit. C’est le soleil qui confère son rythme aux distances urbaines entre habiter, travailler, marcher, aller. C’est aussi le soleil et les vents qui orientent rigoureusement les édifices et parcours et donc le fil et la trame urbaine.

273) L’assiette agraire de la ville industrielle : « la civilisation machiniste » ou « technicienne » révolutionne villes et campagnes dans leurs rapports mutuels qui restent indissociables. Il est aussi creux de parler de paysages » naturels » que de « civilisation urbaine », le chasseur et le cueilleur opérant d’extraordinaires classements dans « le » paysage, paysages que ne cessent de produire et de transformer toutes les agricultures du monde ; et aucun système urbain, si complexe, organisé ou fortifié soit-il, ne peut vivre plus de quelques semaines coupé de ses approvisionnements de toutes sortes à commencer par l’eau et le sel, bien sûr. La ville s’est développée comme un système d’autant plus puissant qu’il est ouvert et donc dépendant de ses liens avec son assiette agraire, avec son alimentation énergétique de toutes sortes.

28Le Corbusier a tenté de nommer les principaux « établissements humains » de la modernité ainsi que leur interdépendance ; l’« unité coopérative agricole » rassemble un grand nombre des producteurs agricoles et des agents de la transformation agro-alimentaire ainsi que tous les services qu’ils requièrent (mécaniques, commerciaux, financiers, éducatifs, culturels). Son échelle démographique rend caduque l’opposition ville-campagne.

29« La cité linéaire industrielle », par les niveaux de production de masse, la combinaison des produits multiples et lointains qui y concourent, les coûts de transports engendrés, s’installe « naturellement » au long des principaux moyens de transports souvent combi nés (eau-fer-route). Sa tendance à la linéarité organise de fait les principaux axes du développement du territoire européen depuis un siècle.

30« La ville radio-concentrique », souvent chargée de densité historique, continue de témoigner des permanences symboliques comme des ouvertures aux échanges scientifiques et culturels tout en contribuant à articuler la ville rurale et la cité industrielle.

31À notre avis, le manque d’identification de ces trois établissements humains, dans leurs lois de développement interne comme dans leurs rapports mutuels, explique en partie notre incapacité à penser l’aménagement du territoire de notre civilisation technique depuis un siècle.

324) Le plus connu des « seuils » nommés par Le Corbusier et qui précède le logis est le fameux « soleil-espace-verdure » qui, s’il est pris comme une formule indépendante des seuils précédents et suivants, conduit à ces « espaces verts » abstraits si souvent et justement dénoncés. À l’échelle de l’Unité d’habitation, il en est l’assiette ou le prolongement direct indispensable comme lieu de pratiques et d’usages différenciés : jardins potagers, arboriculture et maraîchage, jeux, stades et promenades, lieu intersticiel de la respiration des plantes, des animaux, des humains et du silence de la ville.

335) Les « volumes sous la lumière », les pilotis, le plan libre et les souplesses structurelles du béton et de l’acier permettent de remplacer les notions de mur et de façade par celle de membrane à la fois poreuse et si épaisse qu’elle devient lieu d’habiter dans l’entre-deux du dedans/dehors. La position exacte du brise-soleil en fait un cadran solaire annuel d’une grande précision et la loggia offre à chacun, au creux de son intimité, l’ouverture aux horizons.

346) À son échelle, le logis proprement dit permet de vivre l’en-marchement des différents seuils et la différenciation des « hauteurs sous plafond » permet de nous restituer à la dynamique de notre verticalisation. La double façade soigneusement orientée indique la pulsation des orients et des Occidents.

357) L’Unité d’habitation, qui n’est pas addition de logements atomisés mais unité de voisinage de logis rassemblés, comporte différents paliers de sociabilités qui se déploient de l’intimité à l’être social de notre urbanité : proximité choisie dans la rue intérieure ; sujets collectifs ou groupes d’affinités accueillis dans les nombreux lieux d’usages communs ; interactivité générationnelle par la présence de l’école sur le toit, solidarité de ce village vertical en puissance d’autogestion. Ici, sur la cinquième façade devenue forum ou agora, l’histoire sociale peut se nouer parfois à l’histoire cosmique.

36Loin de tout dualisme entre propriété individuelle et propriété collective, ou dépassant concrètement notre dramatique binarité de l’individualisme et du collectivisme (du capitalisme et du socialisme), il ne s’agit plus de « s’approprier », d’« investir » l’espace, car la terre, le monde, encore moins le cosmos, ne nous appartiennent, mais nous leur appartenons selon des seuils savamment architecturés.

VI – Brasilia... et la mer devient ciel

37Faute de connaissance directe, nous ne parlerons pas de Chandigarh, mais de cette capitale d’un continent plus que d’un pays, toute tendue vers le IIIe millénaire : Brasilia. Celle qui prétend devenir la plus grande ville-parc du monde est née d’un site presque inhabité. Cet exemple à l’état pur montre comment peuvent se nouer nature et ville de la modernité. Lucio Costa, le responsable du plan d’urbanisme, donne à la dimension bucolique une place aussi importante qu’à sa dimension monumentale ainsi qu’à celle de voisinage ou d’échanges. Pour « apprivoiser » la vitesse des transports, en particulier celle des automobiles – sûrement surévaluée –, les voiries routières sont surdimensionnées, ce qui assure un déplacement fluide et rapide en tous points. Pour certains, c’est cette logique dominante du transport rapide mécanisé individualiste qui impose un maillage excessivement distendu, destructeur de l’urbanité. C’est sûrement la fin de la rue et de la place comme forme urbaine paradigmatique de la sociabilité, voire de la citoyenneté.

38Pour d’autres, l’immensité qui habite cette ville est à la mesure des énergies qu’elle focalise et d’un site grandiose, un plateau d’où s’écoulent trois gigantesques bassins hydrauliques. La ville n’est plus cet aéronef prêt au décollage souvent évoqué, mais l’oiseau aux ailes déployées selon les tracés capillaires du lac – bord invisible de la place des Trois Pouvoirs. A-t-on jamais vu ville plus ouverte aux horizons, aux ciels d’encre des orages tropicaux, au point que les milliers de kilomètres de plages qui bordent ce pays semblent soudain se résorber en un point, celui-là même où nous sommes directement pénétrés par la verticale du ciel ? La troisième capitale du Brésil ne s’étale pas sur les sables comme Salvador de Bahia et Rio de Janeiro, mais semble en vigile au cœur de l’océan du ciel. « Brasilia ville femme, ouverte à la pénétration cosmique dont les perspectives de L. Costa et le rythme des constructions de O. Niemeyer ne sont que des lignes porteuses » (Marie-Odile Briot). Cette intrusion de la cosmicité dans l’urbain, si absente dans la ville fortifiée, assiégée de l’Europe féodale ou dans la ville théâtralisée de l’Europe bourgeoise, est à Brasilia dimension constitutive, prolongée par la magnificence de la soigneuse composition végétale qui vient se lover à l’intérieur de chaque » super-quadra ».

39On sait que Lucio Costa, au moment de dessiner le plan de Brasilia, était obnubilé par l’interrogation de F.L. Wright : « Pourquoi n’a-t-on jamais construit pour la démocratie ? » À l’étalon du cosmos nous sommes toutes et tous en situation de devenir des citoyens égaux.

40I. Cerdá, Le Corbusier, L. Costa, O. Niemeyer : nous avons choisi ces figures emblématiques de la modernité radicale, car elles sont aussi des références de politiques d’urbanisation écologique. Non comme modèles, surtout si – comme c’est très souvent le cas – leurs commentateurs confondent schéma théorique et réalisations, mais comme apports dont « l’oubli » ou « le tabou » nous semblent aussi dérisoires que si des physiciens contemporains oubliaient M. Planck, A. Einstein, N. Bohr ou Heisenberg. Nous sommes convaincus de la nécessité et de la fécondité de ce rapprochement entre urbanistes et physiciens qui œuvrent tous à la quête de cette « nouvelle alliance » (I. Prigogine, I. Stengers) qui métamorphose nos conceptions de la matière, la nature, la culture, la ville et nos paradigmes pour les penser. C’est pourquoi l’apologétique unilatérale de « la civilisation urbaine » comme celle de la « préservation du milieu naturel » sont tout autant anachroniques l’une que l’autre.

41La conférence de Rio sur l’environnement et le développement organisée par les Nations unies (1992) a permis de raviver ces questionnements. Les 24 pays de l’OCDE ont décidé, en 1993, de faire de la « ville écologique » un sujet prioritaire de recherche. En France, deux projets de recherche ont des titres significatifs : « La ville au risque de l’écologie », « La ville, la densité, la nature » ; la revue Urbanisme réalise un numéro spécial intitulé « L’impératif écologique ». De cette effervescence retenons deux points qui confèrent une singulière actualité aux urbanistes modernes mentionnés dans cet article :

  1. Le diagnostic porté depuis plus d’un siècle sur la ville est non seulement confirmé mais aggravé. L’éclatement de la ville se poursuit sous des étiquettes diverses : pavillonnaires, banlieues, lotissements, mégapoles, mégalopoles, péri-urbain, rurbain, conurbation, nébuleuse urbaine... L’hypothèse la plus probable retenue par l’étude prospective de l’OCDE pour 2010 se risque à « Archipels urbains » pour ces fragments que sont technopoles, parcs de loisirs ou d’activités, centres commerciaux aux plates-formes multimodales. Cette aggravation de l’explosion urbaine – grimace hideuse du libéralisme économique – reçoit le nom de « suburbia industrielle ». En rappeler le coût financier et humain prolonge douloureusement les constats de Cerdá ou Le Corbusier (gaspillage d’équipements, fatigue des déplacements et accidents, troubles respiratoires...). L’anéantissement de la sociabilité, de l’urbanité ou de toute citoyenneté dans ce désert marchand souligne l’inconsistance mystificatrice de beau coup de discours sur la « civilisation urbaine ».

  2. Le catalogue des mesures dispersées préconisées par l’écologisme ne peut être plus qu’un symptôme ou un signal d’alerte : que ce soit les plans verts (arbres, fleurs, parcs, paysages...) ou bleus (fontaines, rivières, lacs) ou chartes de l’environnement « protectrices » des patrimoines, les plans anti-bruit ou anti-pollution, les économies d’énergies, les pistes cyclables ou voies piétonnes, toutes ces mesures soulignent un risque, une carence, mais l’enfermement des mouvements écologistes dans une attitude défensive limite leur aptitude à une proposition globale, à la hauteur de la question posée. En 1971 à Stockolm, le biologiste, écologiste et penseur, R. Dubos, lançait le fameux « Penser globalement, agir localement ». Pour le mettre en œuvre, la rencontre entre la pensée moderne de (urbanisation, rappelée ici, et l’écologisme me semble indispensable pour « architecturer l’écologie ».

Bibliographie

Références bibliographiques

Axelos K., Marx penseur de la technique, Éd. Minuit, Paris, 1961.

Axelos K., Vers la pensée planétaire, Éd. Minuit, Paris, 1964.

Allègre C, Introduction à une histoire naturelle, Éd. Fayard, Paris, 1989.

Bateson G., Vers l’écologie de l’esprit, Éd. Seuil, Paris, 1980.

Briot M.-O., « Passage de la ligne ·, in Modernidade : art brésilien du XXe siècle, catalogue de l’exposition du Musée d’art moderne de la ville de Paris, 1987.

Cerdá I., Théorie générale de l’urbanisation, Éd. Seuil, 1979.

Cerdá I., Ciudad y Territorio, Ed. Electra, Barcelone, 1994.

Costa L, « Relatòrio Piano Piloto de Brasilia », in Historia de Brasilia, Ed. Silva, Brasilia, 1985.

Guattari F., Les Trois Écologies, Éd. Galilée, Paris, 1989.

Herbert J.-L., « Architecture, lieu de co-évolution », in Actes du colloque 1984, École d’architecture, Clermont-Ferrand.

Herbert J.-L., « La pensée religieuse de Le Corbusier », in Échanges, Paris, 1984.

Herbert J.-L., Perret Y., Accetta A., « Sciences contemporaines et architecture », in Économie et Humanisme, Lyon, janv. 1985.

Herbert J.-L, « Énergétique d’un lieu : la Sainte-Baume », Questions de.... no 70, « Les demeures du sacré », Paris, 1987.

Herbert J.-L., Perret Y., « Unité d’habitation : une utopie concrète », in La Ville et l’urbanisme après Le Corbusier, La Chaux-de-Fond, 1993.

Le Corbusier, La Dénaturalisation du phénomène urbain, Rio de Janeiro, 1936.

Le Corbusier, Les Trois Établissements humains, Éd. Minuit, Paris, 1959.

Lecourt D., Contre la peur, Éd. Hachette, Paris, 1993.

Lefebvre H., Introduction à la modernité, Éd. Minuit, Paris, 1960.

Moscovici S., Société contre nature, Éditions générales, Paris, 1972.

Pinheiro Villar de Queiroz C.J., Paisagem Poderosa Preexistencia, Universidade de Arquitectura de Brasilia, 1991.

Revue Hérodote, no 26, – Écologies et géographie », 1982.

Revue Tiers Monde, « Après le Sommet de la Terre – Débats sur le développement durable », mars – avril 1994 (S. Latouche, I. Sachs).

Sachs I. L’Éco-développement stratégie de transition pour le XXIe siècle, Éd. Syros, Paris, 1993.

Saint-marc P., Socialisation de la nature, Éd. Stock, Paris, 1971.

Saint-marc P, L’Économie barbare, Éd. Frison Roche, Paris, 1994.

Revue Urbanisme, « L’impératif écologique », novembre – décembre 1994.

Tomas F., « Du paysage aux paysages », in Revue de géographie, no 4, 1994.

Tricart J., L’Éco-géographie et l’aménagement du milieu naturel, Éd. Maspero, Paris, 1979.

Auteur

Anthropologue, enseignant à l’École d’architecture de Saint-Étienne.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search