Version classiqueVersion mobile

Architecture et nature

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Brasilia : prégnance du paysage

Claudio José Pinheiro Villar de Queiroz

Texte intégral

1L’objectif de cette contribution est de donner une idée de l’épopée que représente la réalisation d’une nouvelle capitale au Centre-Ouest du pays où rien n’existait auparavant, tout en réfléchissant sur l’évolution d’une architecture à partir de ses caractéristiques originales.

I – Facteurs spatio-temporels

2Les traits marquants, qui caractérisent l’architecture brésilienne et auxquels se rapporte Edgar Albuquerque Graeff, attestent l’authenticité des valeurs qui lui sont propres.

3C’est cette même authenticité qu’on trouve dans des civilisations qui, mettant en œuvre divers moyens et formes de production spatio-temporels, se sont hissées à un niveau de dialectique propre.

4Cette évolution, fondant des contenus culturels érudits et populaires, est une synthèse historique des plus complexes du genre humain, l’organisation même de la demeure humaine : Architecture et Urbanisme.

5Pour le professeur Graeff, cette évolution est importante aussi dans la mesure où elle représente le dépassement de la dépendance culturelle.

  • 1 Graeff E.A., « A Superaçào da Dependência Cultural », in Arquitectura Brasileira após Brasilia, A. (...)

6Maître Graeff s’appuie sur les idées du philosophe Antonio Cândido, de l’université de São Paulo, lorsqu’il énonce son concept de dépassement de la dépendance culturelle. Au lieu de se limiter à importer, le pays, grâce à une interaction née d’échanges effectifs, prend place dans le concert international des idées1.

7Dans le domaine de l’architecture et/ou de l’urbanisme, l’avènement d’un langage exclusif n’a été possible que grâce à l’un des plus originaux brassages culturels que l’histoire de l’humanité ait vu naître, depuis les années 1500.

1. Élément physique et environnement

8Des tropiques, un soleil brûlant, des ombres lourdes d’humidité, des eaux effrayantes, torrentielles, ce sont les pluies qui différencient les steppes et les savanes africaines du « sertão » brésilien. Pendant la saison des pluies, la broussaille desséchée verdoie dans toute sa splendeur, transformant le semi-aride, un quasi-désert, en une forêt qui suinte, grasse, impénétrable.

9Sols, pierres et bois inconnus ; amalgames aux couleurs et aux dimensions inimaginables ; proportions et échelles démesurées, inconcevables dans le vieux Continent. Incomparables.

10À peine comparables à cette bienheureuse promiscuité qui, sous le soleil ou sous la brise, a façonné ce métissage insolite : surréaliste, impérative, plus forte que les préjugés.

11Matières premières, moyens et modes de production inconnus, abondants. Invention et improvisation : l’empire portugais et la technologie occidentale de l’époque versus des cultures opposées. Mains-d’œuvre en harmonie forcée ; ce n’était pas une lutte de classes courante que l’on découvrait sur les chantiers coloniaux, mais plutôt une dialectique de cultures qui s’opposaient par la force des contradictions de toute sorte, propres à chaque ethnie en particulier et finalement communes à toutes.

12Des premières informations fournies par l’étymologie du mot économie (oikonomia) commence à naître un langage architectonique rudimentaire, capable d’exprimer son trait le plus fort et le plus original : minimiser le superflu et privilégier les espaces grâce à la technologie de la puissance de l’époque, à la nature abondante et à la rencontre exotique de différentes main-d’œuvre.

2. Élément humain

  • 2 Léry J., Histoire d’un voyage fait en terre de Brésil, Ed. Plasma, Paris, 1980, pp 205 et 206.

13À l’âge de 40 ans, un Tupinambá avait déjà dressé sa demeure en plus de vingt endroits différents. Ce fait est d’une grande importance car il révèle une profonde connaissance des matériaux utilisés et de la manière de les extraire2.

14Nous avons beaucoup à apprendre de cette intimité avec la nature, agreste et tropicale, si mystérieuse pour les Européens et les Africains. En effet, il convient de prendre en considération le savoir légué par l’Indien, maître dans l’art de choisir non seulement le meilleur emplacement, celui où l’eau ne fera pas défaut, mais également le mieux situé, stratégiquement parlant, et le plus agréable.

15Le mal du pays, la révolte et le refus ; le rythme, la résistance et la force ; la main-d’œuvre faisait naître l’architecture à l’endroit voulu. Empoignant son outil, le noir engendrait, dans son hamac, l’esthétique des caravelles, tout en assimilant le savoir autochtone pratique et transcendantal.

  • 3 Holanda S., Raizes do Brasil, José Olίmpio, Rio de Janiero, 1971, pp. 61-76.

16Les Lusitaniens, forts des colonies qu’ils possédaient en Afrique, en Chine et aux Indes, souhaitaient, certes, conserver leur nouvelle possession. Ils faisaient cependant preuve d’une certaine nonchalance qui disait clairement « pourquoi aller si loin chercher ce que l’on a à portée de main ». Les cartes des Indes, peu déterministes, laissaient aux constructeurs la latitude d’apporter les adaptations nécessaires aux expectatives de vie dans cette partie du Nouveau Monde.3

17Aux alentours de 1650 on estimait la population à trois cents mille Portugais, un million de noirs et environ vingt millions d’autochtones.

18Dans ces conditions moyenâgeuses, Noirs, Indiens et Blancs, unis en une richissime dialectique espace/temps, parachevaient leur adaptation en créant une culture à nulle autre pareille dont l’évolution donnait naissance à des hameaux, à des villages et à des cités qui s’érigeaient, ex nihilo, là où rien, ou presque rien, n’existait auparavant.

II – Paradoxes historiques

  • 4 Mouvements ·· mundancistas » : mouvements des groupes politiques favorables au déplacement de la c (...)

19Cent ans plus tard à peine, aux environs de 1750, les idées « mudancistas»4 montraient déjà la route de l’Ouest. La recherche d’un site plus adapté à l’établissement d’une nouvelle capitale, chargée d’une profonde signification historique, commençait déjà.

29. Plan de Brasilia
1. Place des Trois Pouvoirs
2. Palais Itamaraty
3. Ministère de la Justice
4. Ministères
5. Cathédrale
6. Palais de l’Aurore (Alvorada)
7. Brasilia Palace Hôtel
8. Théâtre national
9. Superquadra no 108 construite par Niemeyer. À proximité, la chapelle Nossa Senhora Fatima
10. Campus universitaire
11. Mémorial Juscelino Kubitschek
12. Ministère des Armées 13. Gare
14. Yacht-Club
15. Lac Paranoá

20Cent cinquante ans plus tard, ce formidable potentiel, dont le mélange forcé de races laissait entrevoir les prémisses, avait déjà évolué d’un baroque propre vers un colonial différent. Au fil du temps, le savoir architectural s’était enrichi. Nombre de villes étaient sorties du néant.

21Les Portugais avaient déjà proclamé l’indépendance (1822) et les esclavagistes commencèrent à supprimer une main-d’œuvre onéreuse dont la production s’industrialisait (1888). C’est aux monarchismes qu’il revient de proclamer la République (1892).

22Sous l’égide de Luis Cruls, une mission formée de notables, d’intellectuels et d’artistes, se lança dans la région Centre-Ouest, afin de déterminer avec précision le site où serait construite la nouvelle capitale. C’était l’orée d’un nouveau siècle. Le vingtième cycle de la chrétienté. Le XXe siècle.

23À son avènement, lorsque Pombal et Varnhagem se promenaient dans ce Brésil qui était aussi celui de Constant et Nabuco, une civilisation se formait dans un Nouveau Monde qui, outre Machado de Assis, avait également vu naître l’expression laborieuse de Aleijadinho qui, parmi les mulâtres cités, était un contemporain aisé des « Inconfidents » dont la rébellion avait été étouffée. Il avait certainement appris que les rebelles peuvent finir à « Palmares », au pilori ou dans les bidonvilles de Rio de Janeiro.

24Il est difficile de comprendre comment les luttes perdues alimentèrent la résistance mandingue au « sertão » dans des guerres comme Canudos.

  • 5 « Lundus » : primitivement, danse chantée, rurale, d’origine africaine.
  • 6 « Caribós » : nom du tambour qui est joué pendant la danse africaine qui porte le même nom.
  • 7 Villa-Lobos : maestro, compositeur classique brésilien, 1887-1959·

25Il est difficile de comprendre les résistances qu’il fallut vaincre pour, partant des « lundus »5 et des « caribós »6, en arriver à Villa-Lobos7, si ce n’est à la lumière de l’anthropophagie culturelle de Oswald de Andrade (1922).

26Il est difficile de comprendre comment, au sein d’une république à la tradition politique latino-américaine douteuse, l’un de ses rares mandataires civils, et le plus grand leader de la social-démocratie brésilienne, annonce, comme plan de gouvernement en pleine campagne présidentielle disputée au suffrage universel, la construction d’une nouvelle capitale, conçue à une époque encore placée sous le joug de successives périodes de soumission coloniale.

III – Implantation, situation et lieu

27Avant les actuels E.I.A. et R.I.M.A. (Étude et Rapport des Impacts sur l’Environnement), Donald et Belcher réalisent un travail, le plus important élaboré à cette date sur notre planète, et établissent de manière scientifique les conditions contemporaines d’implantation de la nouvelle capitale dans la région choisie par Cruls. Évolution conséquente, découlant directement du savoir-faire Tupinambá.

28Des critères objectifs sont alors destinés à évaluer les ressources en eau, la situation stratégique, la qualité du sol. Sur les 10 points soulevés, l’un d’entre eux, le moins important, se rapportait au paysage. Subjectif, secondaire et de moindre poids, il finit non seulement par dicter la décision finale, mais également par déterminer la fusion de deux des quatre sites préétablis.

29Traversant l’Amérique d’ouest en est, du Chaco à Bahia, se dresse au centre le plateau de Goiâs et son point le plus élevé, choisi pour y édifier Brasilia, d’où s’écoulent les cours d’eau qui contribuent à la formation des trois grands bassins fluviaux brésiliens : « Aguas Emendadas ». Concept et réalité symbolique de la nature exceptionnelle de ces lieux.

30Le bassin du Paranoâ (Plan Pilote de Brasilia). Concave, au fond convexe. Support du gros œuvre. Voûte de 180° et horizon de 360°. L’endroit par excellence.

IV – Architecture de capitale

31Fait remarquable : le lac artificiel, recommandé dès la fin du siècle dernier, élève ses eaux à mille mètres au-dessus du niveau de la mer, comme cela avait été précisément prévu. Suggéré par Glaziou, de la Mission Cruls, il devient l’une des données du projet imposées par le concours. Il constitue le trait d’union entre le paysage créé et le paysage naturel.

32Comme Léon Batistae Alberti, l’urbaniste de la nouvelle capitale tourne son regard vers les éléments constituant la nature locale et comprend le pouvoir de ce paysage puissant. Site idéal. Impression que le mortel plane au-delà de l’horizon. Là où le monde, loin de prendre fin, élève l’esprit humain. La préexistence naturelle définit le plan d’urbanisme de la polis : civitas et urbs. Un programme exceptionnel à la mesure du paysage : une ville inventée au visuel ouvert.

33Respectant les préexistences naturelles et symboliques, la proposition de Lucio Costa formait un paysage d’une notable prégnance, inspiration remarquable du génie humain.

34Si l’on s’attache à l’examen des compositions urbaines de Le Corbusier entre 1914 et 1953, on découvre l’architecture dans sa plénitude ; elle nous révèle ce que devraient être les villes idéales en Europe et leur recherche, par l’urbain, d’une rédemption sociale. Il nous suffit de comparer la solution apportée par Lucio Costa, en 1936, à la ville de Moulevade pour constater des analogies et des différences fondamentales qui sont l’apanage du Nouveau Monde et se retrouvent dans cette cité ouvrière, librement plantée à flanc de montagne, tout entière tournée vers le centre, la place publique formée par la mairie, l’église et le cinéma, « concise et dispersée » comme le sera Brasilia.

  • 8 « Iawôs » : nom donné aux femmes initiées dans le candomblé.

35Capitale nationale, aux traits caractéristiques, au corps unique. Colonnes à nulle autre pareilles, « iawôs »8 aux hanches larges, cariatides libertaires, voiles et péristyles classiques ! Symboliques.

36Ô transcendance, sans nulle équivoque, quelle civilisation révèles-tu ?

V – Le projet et la réalité

37Référence de la ville spontanée et appliquée à la ville inventée. Croisement de deux chemins, voies romaines au classicisme latent.

38Il ne s’agit certainement pas de la réduction académique de la subordination à la Charte d’Athènes, introspection utérine de valeurs. En matière d’urbanisme, Brasilia, comme sa cathédrale, est une digne descendance de la révolutionnaire chapelle de São Francisco da Pampulha (1942) et possède tous les archétypes de la spiritualité humaine. La Charte d’Athènes représente une borne dans la préexistence urbaine virtuelle : la vision historique de Brasilia transcende le concept de l’« urbain » vu sous le prisme des cultures qui collaborent fortement à cette civilisation en formation.

39Du point de vue culturel, la « Passerelle de la Samba », sorte de prototype, véritable symbole populaire de cette culture de résistance, est plus significative que les stades grecs, les cirques romains ou les arènes ibériques. L’analogie est défavorable, vu la connotation dialectique aux réalisations architectoniques, dans ces formations impériales.

30. La cathédrale de Brasilia
(Photo Jean-Loup Herbert)

31. Brasilia. Vue Générale
(Photo François Laplantine)

40La civilisation américaine, géniale, inventive et libertaire a produit, en faisant appel à de tous les moyens et ressources à sa portée, une capitale comme Washington, dessinée par L’Enfant, dont les traits s’assimilent au style romain, perdant ainsi la chance de pouvoir exprimer une authentique culture américaine.

41Brasilia est la clef d’un processus historique qui a mûri tout au long de 250 années. Elle représente la résistance culturelle d’un peuple original, dont la manifestation érudite, expression architecturale simultanément sociale, technologique et esthétique, surprend le monde entier par sa simplicité, sa rigueur et la beauté urbaine de ses espaces neufs.

42La ville-capitale présente un mode de vie qui lui est propre, un choix urbaniste digne d’intérêt, puisqu’il fait bon vivre dans cette ville. Brasilia est une alternative de vie concédée à cette culture.

43Ses quartiers amples, socialisés en espaces de convivialité accueillant les personnes de tous âges, sexes et classes sociales, conservent, grâce à cet enchaînement de tissu urbain, un potentiel artistique et humaniste.

44Les « superquadras » et leur ambiance résidentielle sont proportionnellement intégrées à sa nature de ville-parc, capitale, en dialogue direct avec l’échelle monumentale, sans la moindre agression mutuelle.

VI – Questions pressantes

45Le Plan Pilote offre un niveau de vie moyen, et la qualité de l’environnement est obtenue à un coût relativement peu élevé, si on compare à d’autres capitales. Les réseaux d’infrastructures, particulièrement ceux chargés de recueillir les eaux de pluie, réduites grâce au ruissellement naturel, sont gérés par une proposition cohérente en accord avec les coûts initiaux et de maintenance. Les espaces verts, vastes, respectent le ciel et l’horizon qui reflètent la dimension continentale représentée ici. Le ciel et l’horizon configurent, avec les bords du Bassin Paranoá, le site du Plan Pilote, placé sur le support topographique convexe.

46Le Plan Pilote possède une densité exemplaire – et assez cohérente – dans certains quartiers déjà achevés, entre les quartiers 5 et 10 de l’Aile Sud (250 habitants/hectare). Prévu pour abriter cinq cents mille habitants environ, il n’en possède que trois cents mille ; plus de 35 % des terrains ne sont pas encore occupés. Les modifications éventuelles apportées aux normes établies ne bénéficieraient qu’aux adeptes d’un gain sauvage. Certains prétendent que les bâtiments pourraient être plus élevés, et dans ce cas précis les arguments citent la « soi-disant » culture qui a conduit la ville de Rio de Janeiro à la situation actuelle que nul n’ignore ; ceux qui affirment que l’augmentation de la densité, dans le Plan Pilote, apporterait une solution au problème du transport collectif ne sont que des spéculateurs, guidés par leurs intérêts personnels. Les contradictions du système dérangent le Plan Pilote de Brasilia, comme ailleurs ; mais cette ville les explicite davantage.

47L’humanité a déclaré le Plan Pilote de Brasilia monument historique et patrimoine architectural de son temps, chef-d’œuvre et réalisation artistique unique du génie humain, jaillie du néant (ex nihilo).

48Lucio Costa est conscient que cette préservation ne sera effective que par la volonté de ses habitants, conscients des valeurs de cette ville planifiée.

49La ville-capitale doit s’améliorer, au jour le jour, grâce à une planification prévoyante et une étude architectonique constante de ses problèmes les plus graves et les plus courants.

50Les urbanistes et les architectes doivent tirer parti de l’intensité de l’expression culturelle qui irradie du Plan Pilote afin de donner suite au projet en cours, dans un esprit critique et en syntonie avec le processus historique.

51Les spéculateurs ne doivent pas avoir droit de cité car, si en architecture les facteurs économiques sont parfois prépondérants, il convient cependant de ne pas négliger les valeurs humanistes.

52Planifier l’avenir consistera toujours à prendre en considération la proposition du projet original élaboré dans les domaines les plus variés : santé, éducation, culture et sécurité, face à la réalité construite dans le Plan Pilote de Brasilia. À partir de cette analyse comparative, il faudra repenser le concept d’« unité de voisinage », remodeler certains secteurs résidentiels et réviser leurs équipements et mobiliers urbains ainsi que les passages piétons sur le « Grand Axe routier » qui doivent offrir aux usagers de menus services qui les rendent plus attrayants et plus sûrs.

53Les espaces encore disponibles sur l’esplanade des Ministères révèlent de façon significative le vide laissé par le manque d’équipements culturels. L’ensemble formé par les édifices servant aux manifestations de la vie civique se retrouve, symboliquement, isolé, reflétant bien la situation du pays et particulièrement celle de la culture nationale. L’Esplanade et la place des Trois Pouvoirs constituent des ensembles architecturaux érudits, sobres et austères. Cet ensemble doit être rigoureusement préservé ainsi que ses caractéristiques fondamentales. La dignité de cette monumentalité – en termes de valeur et de signification profonde et non d’ostentation – ne peut être vulgarisée. Il est indispensable de la conclure et, pour cela, de faire appel à ses auteurs, seuls capables de mener à terme cette importante réalisation du siècle.

54Il convient d’accepter les foules de touristes qui viennent du monde entier visiter la capitale, pour tout ce qu’elle représente en termes de culture humaine. Brasilia devient ainsi un patrimoine susceptible de drainer des ressources.

55Il est indispensable de conférer à certains documents comme l’œuvre « Brasilia revisitée » ou à la loi qui fait de la cité un patrimoine de l’humanité, une valeur de données programmatiques et historiques capables d’apporter au Plan Pilote des améliorations qui n’aillent pas à l’encontre des normes de l’art... ; encore faut-il que nous en soyons capables.

56Il est naturel de voir Brasilia comme la synthèse la plus expressive de l’authenticité nationale et de sa génialité créative. Exiger la perfection de cette ville, créée par l’homme – et non par le souffle divin –, semble une chose naturelle, dans un pays qui s’est transformé en un réduit de misère et de violence.

VII – Rétrospective

57Lorsque maître Graeff écrit que l’architecture brésilienne a dépassé la dépendance culturelle, il fait référence à une situation paradoxale dont on peut analyser les raisons :

  1. civilisation inédite, mêlée, en formation ;
  2. sens artistico-architectural en dehors des courants scientistes dominants de l’époque ;
  3. résistance culturelle s’exprimant sous forme d’un sentiment col lectif d’autopréservation ;
  4. recherche d’une identité et d’une affirmation nationale.

58Les cinq cents années d’urbanisation sont également d’une importance fondamentale car elles ont apporté à la connaissance accumulée un bilan expressif face aux théories urbanistes qui avaient vu le jour dans des civilisations différentes. Il s’agissait, dans la plupart des cas, de villes qui se replient sur elles-mêmes. Brasilia n’est pas la dernière capitale à être sortie du néant. Au Brésil, en 1990, la capitale d’un nouvel État, le Tocantins, surgissait dans la région Centre-Ouest.

VIII – Conclusion

59Le développement urbain du District fédéral est parfaitement compatible avec son statut de patrimoine historique et le Plan Pilote doit tenir son rôle de propulseur historique de la future organisation. Aller contre cette idée reviendrait à opter pour une « politique de petits bonshommes ».

60Planifier, en assistant, en avançant pas à pas, est sans doute insuffisant face à l’importance du contentieux social et de l’échelle nationale dans sa perspective historique.

61C’est au moment où l’humanité décide, par l’intermédiaire de l’UNESCO, de protéger le Plan Pilote et d’en faire un patrimoine mondial que surgit un sous-produit du projet historique : instrument indispensable à la préservation de l’échelle des demeures humaines face aux paysages constitutifs des mémoires et des identités spatiotemporelles.

62En prenant comme point de départ le principe fondamental des quatre échelles du projet de Lucio Costa : monumental, résidentiel, grégaire et bucolique, il est possible de prévoir, sous le prisme spatio-temporel, le paysage urbain et son évolution possible en considérant le paysage préexistant ; il est ainsi possible d’obtenir un rapport de proportion entre l’échelle de l’artefact humain en évolution et la nature au potentiel limité, sans pour cela interdire les recyclages nécessaires à la croissance de la cité, qu’elle soit ou non monument historique. Brasilia représente la rencontre de la ville et de la nature.

Notes

1 Graeff E.A., « A Superaçào da Dependência Cultural », in Arquitectura Brasileira após Brasilia, A.B.R.J., 1978.

2 Léry J., Histoire d’un voyage fait en terre de Brésil, Ed. Plasma, Paris, 1980, pp 205 et 206.

3 Holanda S., Raizes do Brasil, José Olίmpio, Rio de Janiero, 1971, pp. 61-76.

4 Mouvements ·· mundancistas » : mouvements des groupes politiques favorables au déplacement de la capitale nationale vers l’intérieur du pays.

5 « Lundus » : primitivement, danse chantée, rurale, d’origine africaine.

6 « Caribós » : nom du tambour qui est joué pendant la danse africaine qui porte le même nom.

7 Villa-Lobos : maestro, compositeur classique brésilien, 1887-1959·

8 « Iawôs » : nom donné aux femmes initiées dans le candomblé.

Table des illustrations

Légende 29. Plan de Brasilia1. Place des Trois Pouvoirs2. Palais Itamaraty3. Ministère de la Justice4. Ministères5. Cathédrale6. Palais de l’Aurore (Alvorada)7. Brasilia Palace Hôtel8. Théâtre national9. Superquadra no 108 construite par Niemeyer. À proximité, la chapelle Nossa Senhora Fatima10. Campus universitaire11. Mémorial Juscelino Kubitschek12. Ministère des Armées 13. Gare14. Yacht-Club15. Lac Paranoá
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/11199/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende 30. La cathédrale de Brasilia(Photo Jean-Loup Herbert)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/11199/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende 31. Brasilia. Vue Générale(Photo François Laplantine)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/11199/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Auteur

Directeur de la Faculté d’architecture et d’urbanisme, université de Brasilia.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search