Version classiqueVersion mobile

Architecture et nature

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Le Corbusier : un précurseur sur les problèmes de la nature et de l’urbanisme à Rio de Janeiro

Roberto Cavalcanti

Texte intégral

I – Introduction

  • 1 Bardi Pietro Maria, Lembrança de Le Corbusier, Atenas, Italia, Brasil, Nobel, São Paulo, 1984.

1J’aimerais commencer cette intervention par des mots de Le Corbusier lui-même que la plupart des Français ne connaissent pas1.

2Qui était ce génial artiste, Charles-Édouard Jeanneret, né le 6 octobre 1887 à La Chaux-de-Fonds, petite ville du Jura suisse, et plus tard nommé Le Corbusier ?

  • 2 Idem, p 12, 13, 14. Les textes de Le Corbusier sont reproduits avec l’aimable autorisation de la F (...)

3Je pense que la meilleure façon de répondre à cette question sera de la poser à Le Corbusier lui-même. En 1934, il déjeunait dans un restaurant de la place du Panthéon à Rome, avec son ami Pietro Maria Bardi, plus tard directeur du Musée d’art moderne de São Paulo, Brésil. Bardi lui a posé cette question. Le Corbusier lui a répondu avec une remarquable autobiographie extrêmement synthétique et informative. Il a écrit au dos du menu du restaurant2 :

Né à La Chaux-de-Fonds, 1887.
Caractère très joyeux.
À l’école à 4 ans : mauvais caractère
quitte l’école à 13 ans et demi
centrale d’apprentissage du graveur de montres ; je me révolte, et fais de l’orfèvrerie.
Un maître intelligent m’arrache à cela et m’oriente vers l’architecture. Je construis une maison (« moderne ») de 17 ans et demi à 19 ans.
père : passionné de nature
mère : musicienne
1907, je pars en Italie puis voyage en Europe.
Arrivé à Paris (1907) : tout seul !
Étudie, seul, dans bibliothèques.
Je ne puis me résoudre à entrer dans une école : enseignements et programmes non réels.
Voyages, folklores : Asie Mineure, Grèce, Rome.
Architecte dans un groupe de décorateurs du bâtiment : pierre, bronze, vitrail, mosaïque etc... Je brise ! Mes camarades me blâment : « ingénieur ». Rupture complète.
Après-guerre : 4 années d’industrie (directeur d’une société technique) : finance et production.
Je fonde « L’esprit nouveau », 1919 « Une époque nouvelle a commencé... »
Plus tard 1931 : membre du comité directeur de « Plans ».
Plus tard 1933 : membre du comité directeur de « Prélude ».
Dès l’enfance, obsédé par le dessin. Je dessine, le soir, le dimanche, hors les heures de mon autre travail.
En 1932, je me mets à la peinture que pratique désormais sans arrêt. Je quitte définitivement les « salons mondains », et les cénacles d’artiste. Vis seul. Amis : Fernand Léger, le peintre, Biaise Cendrars, l’écrivain. De 20 à 30 ans, angoisse. À la recherche d’un métier. À la recherche d’une raison de vie. Jeunesse sévère. Tout l’édifice des conventions s’écroule. Haine de l’argent et des vanités.
Chez moi, les jeunes de tous les pays viennent travailler. Visiteurs quotidiens [de] sympathisants de tous pays : je suis renseigné sur le mouvement international. Les jeunes m’appellent en URSS, en Amérique, Espagne, Tchécoslovaquie, Algérie, Scandinavie, Grèce, Allemagne, Suisse, Italie.

4Dans la deuxième partie de son autobiographie, Le Corbusier expose ses idées générales à l’égard de l’architecture, de la société et des autorités.

Sentiment croissant de la nécessité d’une grande transformation.
Revisions des valeurs. Construction d’un monde nouveau animé d’esprit nouveau.
Ce monde est malade d’une crise de conscience. La civilisation machiniste est née. Il faut lui révéler sa conscience et lui donner un cadre. Il faut mettre l’homme au centre de notre construction Retrouver les rapports normaux entre l’homme et la nature.
La société moderne a cessé d’aimer. Il faut lui donner des raisons d’aimer. Participer à la vie = individus libres et actifs au milieu d’une collectivité disciplinée et productrice.
Il faut établir les Plans. Les plans de toute l’activité humaine. Des plans libres. Si chacun, dans son métier, fait plans utiles, les temps modernes se réaliseront.
Les plans renseigneront l’autorité. Éventuellement, les plans mettront l’autorité au pied du mur : il n’y aura plus de doute sur l’action à entreprendre.
Et si l’autorité est défaillante, impuissante à réaliser les plans, les plans susciteront l’autorité.
Le monde meurt de cacophonie.
Un monde ancien s’écroule.
Il faut apporter une nouvelle harmonie.
Le monde a besoin d’harmonie.
C’est un postulat esthétique, finalement, appuyé sur une éthique profondément humaine.
Rome, 16 juin 1934
Le Corbusier

II – Le Corbusier, France et Brésil : influences réciproques

5Il nous semble nécessaire de dire quelques mots sur la situation de l’architecture au Brésil au moment de l’arrivée de Le Corbusier à Rio de Janeiro, en 1929. Il convient de souligner l’importance de ce voyage pour les jeunes architectes brésiliens, qui cherchaient une orientation nouvelle pour leurs travaux.

6On peut grosso modo diviser l’architecture au Brésil en trois périodes qui correspondent aux périodes politiques de son histoire :

  • architecture coloniale
  • architecture impériale
  • architecture républicaine

7L’architecture coloniale correspond au style baroque et a subi l’influence très forte de la culture portugaise adaptée au nouvel environnement. On parle de l’architecture du XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

  • 3 Cavalcanti Roberto Rego, Grandjean de Montigny, Le Corbusier, Oscar Niemeyer : le chemin vers une (...)

8L’architecture impériale, c’est essentiellement l’architecture du XIXe, c’est-à-dire de 1822, date de l’indépendance du Brésil, jusqu’en 1889, date de la proclamation de la République. C’est à cette période qu’on assiste à ce que j’appelle le premier tournant dans l’architecture au Brésil3.

9Pourquoi le premier tournant ? Si je parle d’un premier tournant dans l’architecture du XIXe siècle, je laisse implicite l’idée qu’il y aura un deuxième tournant. Ce dernier se situera en effet au XXe siècle. À ces deux moments qui furent les plus importants pour l’architecture au Brésil, et qui furent intimement liés aux idées de création et de liberté, l’inspiration est venue de la France. Ce fut toute une philosophie prônée par les écrivains révolutionnaires, les idées de liberté, d’égalité et de fraternité qui se sont révélées fécondes au Brésil et qui ont donné comme résultat l’indépendance du pays en 1822.

10Dans le cadre général de l’étude du modernisme dans notre histoire on pourra donc dire qu’il y a eu deux moments décisifs pour l’architecture dite moderne, deux grands tournants, comme je viens de le dire :

  1. L’esprit classique, c’est-à-dire le néo-classicisme, qui remplace l’esthétique baroque d’inspiration portugaise, avec l’œuvre de l’architecte français Grandjean de Montigny.
  2. L’esprit nouveau, c’est-à-dire les idées nouvelles qui fleurissaient en France, au début du XXe siècle, avec l’œuvre de Le Corbusier.

11Dans ces deux moments qui furent capitaux pour l’architecture du Brésil, c’est « l’esprit éternel de la France » (je reprends les mots de Léon Denis) qui a été transporté au Brésil pour guider les nouvelles tendances de l’art. Nous pouvons donc affirmer que les deux grands maîtres de l’architecture au Brésil furent Grandjean de Montigny et Le Corbusier. Les deux ont travaillé et laissé leurs racines à Rio de Janeiro.

12Ainsi, dans le cadre général de l’influence française au Brésil au XIXe et au XXe siècles, nous ne pouvons pas oublier les deux grands courants de pensée philosophique qui ont exercé une remarquable influence dans la seconde moitié du XIXe siècle sur la littérature, l’histoire, la critique littéraire, la politique et la religion. Je parle premièrement du positivisme d’Auguste Comte dont la doctrine philosophique exercera une influence prépondérante sur la philosophie et sur la politique, en laissant même ses traces sur le drapeau national, et deuxièmement du spiritisme d’Allan Kardec qui a rayonné au XXe et qui compte actuellement 30 millions d’adeptes actifs dans tous les coins du pays.

13Il y a un passage intéressant d’une œuvre d’Allan Kardec, L’Évangile selon le spiritisme, qui illustre très bien toutes les influences françaises sur l’art au Brésil que nous venons de mentionner. C’est le passage qui parle de la parenté corporelle et de la parenté spirituelle.

  • 4 Kardec Allan, L’Évangile selon le spintisme, Éditions de l’Union spirite kardéciste belge, 1958, p (...)

Les liens du sang n’établissent pas nécessairement les liens entre les Esprits. Le corps procède du corps, mais l’Esprit ne procède pas de l’Esprit, parce que l’Esprit existait avant la formation du corps ; ce n’est pas le père qui crée l’Esprit de son enfant, il ne fait que lui fournir une enveloppe corporelle, mais il doit aider son développement intellectuel et moral pour le faire progresser.
Les véritables liens de famille ne sont donc pas ceux de consanguinité, mais ceux de la sympathie et de la communion de pensées qui unissent les Esprits avant, pendant et après leur incarnation. I1 y a donc deux sortes de familles : les familles par les liens spirituels, et les familles par les liens corporels4.

14En faisant une comparaison avec ces idées, on pourrait dire que la parenté corporelle du Brésil, c’est le Portugal, et la parenté spirituelle, c’est la France. Cela explique la grande affinité du peuple brésilien, spécialement des sphères intellectuelles, avec la France, dans les domaines des arts, de la musique, de la littérature, de l’architecture, de la mode, de la cuisine, de la parfumerie et des produits cosmétiques, enfin de l’affinité et conséquente influence dans tous les secteurs des activités humaines.

III – Les débuts de l’architecture moderne au Brésil

15L’existence d’une architecture moderne ne fut connue qu’en 1925 avec un article de l’architecte Gregori Warchavchik, un Russe qui avait étudié à Rome et émigré au Brésil. Dans son article il citait les mots de Le Corbusier : « la maison est la machine à habiter ». Gregori Warchavchik fut le premier architecte moderne au Brésil.

16Il y avait quelques obstacles à surmonter : l’indifférence voire l’hostilité de l’opinion publique, l’incompréhension générale, la législation du bâtiment qui entravait la liberté de création, le coût élevé des matériaux industrialisés, le ciment, le fer et le verre, et les méthodes artisanales de construction.

17Warchavchik était né en Russie en 1896, à Odessa où il avait commencé ses études d’architecture. En 1918 il interrompit ses études et émigra en Italie où il les termina à l’Institut supérieur des Beaux-Arts de Rome. Il travailla ensuite deux ans en tant qu’assistant de Marcello Piacentini, l’architecte de Mussolini.

18En 1923 Warchavchik, qui connaissait déjà les articles de Le Corbusier dans l’Esprit Nouveau et Vers une Architecture, quitta l’Italie et émigra au Brésil, où il s’adapta rapidement, car São Paulo était déjà une ville cosmopolite et dans un processus rapide de développement dû aux revenus du café et de l’industrialisation. En 1927 il se maria avec Mina Klabin, riche dame de la société « paulista », ce qui contribua beaucoup au développement de son travail. Sa première réalisation comme architecte indépendant, après avoir quitté la société immobilière qui l’avait contacté à son arrivée au Brésil, fut la construction de sa propre maison, dans un site où la famille de sa femme possédait une grande étendue de terres.

19À partir de 1928, année de la fondation des Congrès internationaux d’architecture moderne, les CIAM, Warchavchik fut un adhérent du mouvement et contribua à faire connaître leurs objectifs au Brésil. En 1929 Le Corbusier, qui revenait d’un voyage en Argentine, séjourna à Rio de Janeiro et à São Paulo où il prononça des conférences. Il visita quelques maisons construites par Warchavchik et s’enthousiasma pour son architecture moderne. Il écrivit immédiatement à Siegfried Giedion, secrétaire-général des CIAM, en lui communiquant ce qu’il avait vu et en proposant Warchavchik comme délégué pour l’Amérique du Sud. C’était la gloire pour Warchavchik.

20L’année 1930 fut marquée par un grand bouleversement politique au Brésil, le renversement du gouvernement par la Révolution qui mit au pouvoir Getulio Vargas. Ce fut le commencement de la période Vargas, la IIe République qui a duré de 1930 à 1943. L’influence sur l’architecture fut immédiate. Le nouveau ministre de l’Éducation, Francisco Campos, appela Rodrigo Mello Franco de Andrade pour travailler avec lui. Ces deux hommes resteront liés pour toujours à la nouvelle révolution qui venait de commencer dans le domaine de l’architecture. Lucio Costa fut invité à occuper dès 1930 les fonctions de la direction de l’École des Beaux-Arts de Rio de Janeiro. Ce fut alors le début d’un changement radical dans l’enseignement de l’architecture. Lucio Costa invita Warchavchik à enseigner l’architecture à l’École, ainsi que d’autres professeurs attachés au mouvement moderniste. La réaction des anciens professeurs académiques, encore fidèles au style « pompier », fut immédiate. Invoquant des clauses juridiques qui n’avaient pas été respectées, ils réussirent à faire démissionner Lucio Costa de la direction. Cependant, la semence avait déjà été jetée parmi les élèves. Ce fut l’explosion des idées modernes à Rio de Janeiro en ce qui concerne l’architecture. Avant 1930, il n’y avait aucun adepte de l’architecture moderne à Rio. L’École des Beaux-Arts avait comme directeur José Mariano Filho qui était totalement dominé par l’esprit du modisme du style néo-colonial, de même que les jeunes architectes y compris Lucio Costa, le plus brillant d’entre eux. Costa connaissait déjà les polémiques du mouvement rationaliste de l’Europe où il avait séjourné récemment mais il ne croyait pas que ce chemin serait la meilleure solution pour l’architecture du Brésil. Il percevait dans le mouvement moderniste un caractère absolutiste, intransigeant, et un apparent mépris des théoriciens à l’égard du passé et des traditions : il pensait aussi à ce moment-là qu’il existait dans la modernité un radicalisme excessif et une volonté de tout démolir. Il changea d’avis au moment où il s’aperçut qu’il y avait un dénominateur commun entre ses idées et celles des maîtres rationalistes européens, que ces derniers proposaient un programme constructif cohérent et qu’ils respectaient le passé et les traditions. Le déclenchement du processus fut tout à fait accidentel. Ce fut la première visite de Le Corbusier au Brésil en 1929 et la conférence qu’il prononça à Rio de Janeiro provoqua le changement d’opinion de Lucio Costa par rapport au modernisme en architecture.

21Les années 1931 à 1935 furent fondamentales pour la modernité dans l’architecture au Brésil. Ce fut le moment de maturation des nouvelles connaissances acquises par les architectes brésiliens lors de la visite de Le Corbusier en 1929. Ils commencèrent à étudier les œuvres de Gropius, de Mies Van der Rohe et spécialement celle de Le Corbusier qui était considéré comme le pape de la nouvelle architecture. Lucio Costa disait même que l’œuvre de Corbu était « le livre sacré de l’architecture. »

22Ce qui attira le plus les jeunes architectes brésiliens, ce fut l’unité du système proposé par Le Corbusier, qui commençait par des arguments d’ordre économique et social d’un côté, technique de l’autre, et aboutissait à une conception artistique.

IV – Nature, architecture à Rio de Janeiro : le Corbusier, un précurseur sur les problèmes de la nature et de l’urbanisme. Le voyage de 1929

23En architecture, l’événement le plus important des années 20 au Brésil a été le premier voyage de Le Corbusier à São Paulo et à Rio de Janeiro.

24Il revenait d’un voyage en Argentine où il avait prononcé dix conférences à Buenos Aires. Il est arrivé au Brésil en décembre et à cette occasion a prononcé deux conférences à São Paulo et deux à Rio de Janeiro.

  • 5 Témoignage de la veuve de Paulo Prado à Aracy Amaral, São Paulo, 06.09-68, in Tarsilia sua obra e (...)

25Le Corbusier était venu au Brésil à l’invitation de Paulo Prado, un riche industriel, qu’il connaissait déjà depuis Paris. Le but du voyage était l’élaboration d’un projet par Le Corbusier pour la nouvelle maison de Paulo Prado, avenue Higienopolis, Warchavchik devant être chargé de la construction. Selon Aracy Amaral5, la veuve de Paulo Prado a confirmé à ce dernier que Le Corbusier avait réellement élaboré des croquis pour la maison. Mais, comme la famille voyageait beaucoup, ils décidèrent de ne pas la construire. Les croquis ont été égarés.

26Pendant son séjour à São Paulo, Le Corbusier visita la maison de Warchavchik ainsi que d’autres maisons que l’architecte russe était en train de construire. Ce fut une agréable surprise pour Le Corbusier de trouver des exemples d’architecture moderne au Brésil, et des exemples basés sur sa philosophie, c’est-à-dire l’introduction de l’Esprit Nouveau. Ce séjour de Le Corbusier à São Paulo a coïncidé avec les présentations de Joséphine Baker, dont il avait fait la connaissance lors d’une fête chez Tarsila et Oswald de Andrade.

27À cette époque-là, décembre 1929, Rio était le siège d’un congrès sud-américain d’architectes et, selon Warchavchik, Le Corbusier écrivit un article qu’il avait l’intention de lire au congrès. Dans cet article, il critiquait fortement cette assemblée d’architectes du passé. Aracy Amaral raconte que Warchavchik avait enregistré aussi une observation de Le Corbusier face à la beauté naturelle de Rio de Janeiro : « J’ai l’impression que Rio de Janeiro a une nature si belle que l’homme, bien qu’il essaye par tous les moyens de la détruire, n’y réussit pas ». Par une ironie du destin, Le Corbusier et Warchavchik n’ont pas participé au congrès. Ils y sont allés mais la séance était en tenue de soirée, et ni Le Corbusier ni Warchavchik n’avaient pour l’occasion cette tenue spéciale.

28Il se rendit à Rio de Janeiro à l’invitation du professeur Adolpho Morales de los Rios, fils, qui était à l’époque président de l’Institut des architectes.

  • 6 Cavalcanti Roberto Rego, op. cit., p. 442.

29Les deux conférences de Le Corbusier à Rio de Janeiro ont été de grande importance pour le développement de l’architecture moderne au Brésil. Je dirais même qu’elles ont été le point de départ pour l’installation de la modernité au Brésil. La conséquence la plus importante de ces deux conférences fut la « conversion » de Lucio Costa au modernisme. Il cessa alors complètement de dessiner des projets dans le style néo-colonial, comme il l’avait fait jusqu’alors. Lucio Costa m’a affirmé qu’il était présent par hasard à cette conférence de Le Corbusier. Il ne savait même pas que Le Corbusier donnait une conférence ce jour-là. En passant, il vit une salle où il y avait beaucoup de monde. Il s’arrêta pour voir qui était le conférencier et, à sa surprise, il s’aperçut qu’il s’agissait de Le Corbusier. Comme il n’y avait pas de place, il resta dehors. Il trouva très intéressant tout ce qu’il entendait, mais malheureusement il dut partir avant la fin de la conférence, car il habitait loin de Rio et devait prendre le train pour rentrer chez lui6.

30Après cette conférence, Lucio Costa changea complètement sa pensée par rapport au mouvement rationaliste. Il était fasciné par les arguments du conférencier, par la rationalité de sa philosophie de l’architecture, par le sérieux de ses propositions visant à préserver la nature et les constructions existantes, propositions qui lui étaient également si chères. Ce fut un horizon nouveau pour lui.

  • 7 Santos Paulo, Quatro séculos de arquitetura, Coleçào I.A.B., Rio de Janeiro, 1981, pp. 100, 101.

31Un autre témoignage important d’une personnalité présente à ces conférences est apporté par l’architecte et professeur Paulo Santos7. Il affirme que les conférences, d’à peu près deux heures chacune, étaient d’une logique implacable et d’une lucidité totale. L’auditoire était perplexe. Il convient de préciser que Le Corbusier était déjà connu au Brésil, notamment par les écrits suivants : Architecture (1923), L’Urbanisme (1924), La Peinture moderne (1925), L’Art décoratif d’aujourd’hui (1926), Almanach d’architecture moderne, Une maison, un palais (1928), et la Revue de l’Esprit Nouveau (1919-1920).

32Quelques années avant Le Corbusier, l’urbaniste français Alfred Agache, qui avait travaillé à Rio de Janeiro, pour parler des fonctions urbaines, s’était exprimé en termes de circulation, de respiration, de digestion. Le Corbusier posait la question d’une manière tout à fait différente. C’est l’homme, et non la ville, qui est le fait principal : habiter, travailler, cultiver le corps et l’esprit, circuler. Il critiquait l’Académie :

  • 8 Le Corbusier, Précisions sur un état présent de l’architecture et de l’urbanisme, Éditions Vincent (...)

L’Académie a refait la percée du boulevard Haussman. Elle établit les plans de la route triomphale à Paris, qui se terminera à l’Étoile. Elle a besoin d’honneurs et de trophées, elle oublie que Paris s’anémie tous les jours, brisé par la machine. Dans cette ville en plein danger, on prépare des cortèges et des triomphes. La tuberculose est dans les quartiers pauvres. À quoi servent tant de trophées ?... Mais une nouvelle architecture est née. Expression de l’esprit de notre temps. La vie est plus forte8.

33Au cours de ces mémorables conférences de 1929, le Corbusier adressait des critiques à l’Académie et, en général, au manque de plans de la part des gouvernements. Mais il proposait des solutions : la ville contemporaine par rapport à la ville du passé aurait 85 % d’espaces verts contre 0 % aux XVIIe et XVIIIe siècles et 5 % au XIXe (Haussman) ; une densité de 390 habitants/hectare et de grandes constructions verticales, ayant 250 mètres entre deux gratte-ciel, c’est-à-dire une grande densité avec une base relativement petite occupant le terrain ; chaque appartement tourné vers un grand parc de 400 x 600 mètres ; séparation de la circulation des voitures et des piétons.

34Il parlait de la ville mais aussi de l’habitation, de la cellule familiale, avec son ossature indépendante, et des quatre points de la nouvelle architecture : les pilotis, le plan libre, la façade libre, le toit-jardin et la fenêtre horizontale ; la maison suspendue dans l’espace ; l’occupation de presque 100 % du terrain par le piéton ; le jardin en dessous et au-dessus de la maison et des gratte-ciel.

  • 9 Idem, p. 242.
  • 10 Idem, p. 243, 244.

D’avion, j’ai dessiné pour Rio de Janeiro, une immense autostrade reliant à mi-hauteur les doigts des promontoires ouverts sur la mer, de façon à raccorder vitement la ville, par l’autostrade, aux hinterlands élevés des plateaux salubres9
Une branche de cette autostrade peut buter sur le Pão de Açucar ; elle se déroule ensuite, en une courbe ample, majestueuse, élégante, au-dessus de la baie Vermelha, de la baie de Botafogo ; elle touche la colline où s’arrête la plage de Gloria, domine dans le fond ce site enchanteur, touche au promontoire de Santa-Theresa et, là, au cœur de la ville active, elle s’ouvre, inclinant une branche vers le golfe et le port marchand et elle aboutit sur le toit des gratte-ciel de la ville d’affaires. L’autre branche s’en va, par-dessus cette étendue de ville qui s’enfonce dans l’estuaire des terres, et elle pourrait poursuivre loin sa course en direction de la route montant vers São Paulo. Si on le jugeait utile, rien n’empêcherait que, du toit des gratte-ciel de la cité d’affaires, l’autostrade ne continuât au-dessus du golfe, en une passerelle large mais légère, et elle aboutirait dans les collines de Nitchroy, face à Rio.
... L’autostrade majestueuse peut être à cent mètres au-dessus du sol de la ville, ou davantage encore. Ainsi attaque-t-elle à vif les promontoires qu’elle touche. Elle est portée si haut, non par des arches, mais par des cubes de bâtisses pour des hommes, pour des foules d’hommes. Et si l’on désire, cette autostrade avec ses immenses cubes de bâtisses peut ne déranger personne en ville.
Car rien n’est plus facile que d’élever, sans beaucoup de gêne, des piles de ciment armé montant au-dessus des toits des quartiers existants. Seulement alors, lorsqu’on aura échappé aux toits, les piles commenceront à être réunies par les massifs de construction en forme d’immenses arches plates de ponts. Ainsi, par exemple, à partir de trente mètres seulement commencent les cubes de logis, de trente mètres à cent mètres, soit dix étages doubles « d’immeubles-villas ».
Je dis « d’immeubles-villas ». Car, réfléchissons à la qualité, à la valeur de ce sol conquis dans l’air, dans l’espace de la ville : devant, la mer, le golfe, les plus belles baies du monde, l’océan, ce spectacle magique qui nous commotionne tant, avec son mouvement de navires, sa lumière fabuleuse, sa joie ; derrière, les coteaux qui s’élèvent pleins de futaies délicieuses, les pics aux silhouettes enchanteresses. Des « immeubles-villas » ? Ce sont des appartements à services communs, avec des jardins suspendus, des pans de verre ; tout cela est en l’air, très haut. C’est presque le nid d’un oiseau planeur. La « rue en l’air » à chaque étage ; les ascenseurs ; on monte ; on est au garage, sous l’autostrade ; la rampe de départ file sur le côté, vous monte avec votre voiture sur le bord de l’autostrade. Là, cent à l’heure, « à l’arrachée », vers les bureaux, vers la ville, vers l’hinterland des campagnes, des forêts, des hauts plateaux...
Du large, j’ai vu dans mon esprit la ceinture ample et magnifique des bâtisses, avec le couronnement horizontal de l’autostrade frappant de mont en mont et tendant la main d’une baie à l’autre. L’avion est prêt à en devenir jaloux ; de telles libertés lui semblaient réservées. La ceinture des bâtisses est sur la colonnade (qui porte, elle !) plongeant entre les toits de la ville10.

35On parle souvent de l’influence décisive de Le Corbusier dans le tournant vers l’architecture moderne au Brésil. Il me semble utile de préciser que le Brésil a exercé une certaine influence sur Le Corbusier, et quand je dis Brésil, je veux dire la ville de Rio, qui a émerveillé Corbu. Il a reconnu lui-même l’influence de la nature et du paysage de la ville de Rio de Janeiro sur son œuvre, au moment de la vision aérienne de la ville en 1929. Elle lui a fait penser l’urbanisme d’une façon différente, en intime association avec la sociologie et l’architecture, dans le but de créer une ville plus agréable à vivre, c’est-à-dire plus humaine.

23. Vue aérienne de Rio : Corcovado, Iagoa, Leblon
(Photo Celso Brando)

24. Vue aérienne de Rio : Corcovado, baie, Océan
(Photo Celso Brando)

25. Vue aérienne de Rio : Barra da Tijuca
(Photo Celso Brando)

26. Vue aérienne de Rio : Botafogo
(Photo Celso Brando)

27. Vue aérienne de Rio : São Conrado
(Photo Celso Brando)

28. Vue aérienne de Rio : Copacabana
(Photo Celso Brando)

36Il avait fait, comme d’habitude, des croquis rapides de la vue aérienne qui l’avait beaucoup impressionné, avec le remarquable spectacle d’une ville localisée entre l’océan Atlantique, la forêt et la baie de Guanabara. Ce fut aussi cette remarquable vue aérienne de Rio qui l’inspira pour faire, quelques jours plus tard, une proposition urbanistique afin de prévoir le développement et la croissance de la ville tout en respectant cette extraordinaire nature.

37Sa proposition comprenait une grande autostrade serpentant entre la mer et la montagne de façon à résoudre les futurs problèmes de circulation et de logement. Cette solution avait fortement impressionné Lucio Costa, qui écrivit vingt ans plus tard, dans un article de quarante pages sur un demi-siècle d’architecture de la ville, deux pages et demie sur ce projet,

... une entreprise véritablement digne des temps nouveaux (...) capable de valoriser l’exceptionnel paysage « carioca » au moyen du contraste lyrique de l’urbanisation monumentale, architectoniquement ordonnée, avec la liberté tellurique et agreste de la nature tropicale.

38Après le départ de Le Corbusier, les jeunes architectes brésiliens formèrent un « groupe puriste », comme l’a indiqué Lucio Costa, afin d’étudier les œuvres des architectes rationalistes.

39Encore aujourd’hui Lucio Costa nous parle avec émotion des conférences de Le Corbusier en 1929. Il parle des moments de la découverte de ce nouveau chemin pour l’architecture brésilienne ; de la véritable explosion des idées de Corbu parmi les jeunes étudiants de la section d’architecture à l’École nationale des Beaux-Arts ; des grandes batailles qui s’en suivirent entre les étudiants et les anciens maîtres académiques ; de son travail à la direction de l’École des Beaux-Arts, après la réussite de la Révolution de 1930 ; de la grève de six mois organisée par les étudiants après sa démission de la direction de cette école. Enfin, cet extraordinaire architecte, aujourd’hui encore, se dit un disciple de Le Corbusier.

V – Un projet de recherche : « Penser Rio »

40La philosophie de Le Corbusier est encore vivante en cette fin de siècle.

41Je travaille depuis un an à un projet de recherche intitulé « Penser Rio ». Il s’agit d’une réflexion sur la ville de Rio de Janeiro au XXe siècle, de ses problèmes, des plans urbanistiques proposés par quelques gouvernements, des problèmes de circulation, de sécurité, de logement, de travail et de loisir.

42C’est une analyse architectonique, urbanistique et sociologique de la ville et des habitants de Rio. La phase de recherche sur les plans urbanistiques touche maintenant à sa fin. On commence à faire une proposition théorique pour résoudre quelques graves problèmes de la ville. Cette proposition a comme base la philosophie de Le Corbusier, complétée par quelques précisions personnelles. Ce projet sera présenté au Ier Colloque « Penser Rio, Penser Paris » qui aura lieu les 8, 9 et 10 novembre 1995, dans le cadre des commémorations du cinquantenaire de la Faculté d’architecture et d’urbanisme de l’Université fédérale de Rio de Janeiro.

43J’aimerais conclure cette communication avec une citation de Le Corbusier dans le corollaire brésilien de Précisions :

  • 11 Idem, p. 245.

... l’architecture agit par construction spirituelle. C’est la mobilité propre à l’esprit qui conduit aux lointains des grandes solutions. Quand les solutions sont grandes et que la nature vient s’y marier allègrement, plus que cela : quand la nature vient s’y intégrer, c’est qu’alors on s’est approché de l’unité. Et je pense que l’unité est cette étape où conduit le travail incessant et pénétrant de l’esprit.11

Bibliographie

Références bibliographiques

Amaral Aracy, Tarsila sua obra e seu tempo, Editora Perspectiva, Editora da Universidade de São Paulo, São Paulo, 1975.

Bardi P.M., Lembrança de Le Corbusier, Atenas, Italia, Brasil, Nobel, São Paulo, 1984.

Cavalcanti Roberto Rego, Grandjean de Montigny, Le Corbusier, Oscar Niemeyer : le chemin vers une architecture brésilienne, Thèse de doctorat soutenue à l’université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, 1989.

Kardec Allan, L’Évangile selon le spiritisme, Éd. de l’Union spirite kardéciste belge, 1958.

Le Corbusier, L’œuvre complète, Girsherger et Artémis, Zurich.
Précisions sur un état présent de l’architecture et de l’urbanisme, Éd. Vincent Fréal, Paris, 1960.

Mariano Filho Jose, Debate sobre estetica e urbanismo, Rio de Janeiro, 1943.

Santos Paulo, Quatro séculos de arquiteturn, Coleçào I.A.B., Rio de Janeiro, 1981.

Taunay Afonso de E., A missão Artistica de 1816, Coleço Tentas Brasileiros, Editora Universidade de Brasilia, Rio de Janeiro, 1983.

Warchavchik G., « Autour de l’architecture moderne », in Modernidade, M.A.M., Paris, 1988.

Zanini W., Historia General da Arte no Brasil, Fundação Djalma Guimaràes, São Paulo, 1983.

Notes

1 Bardi Pietro Maria, Lembrança de Le Corbusier, Atenas, Italia, Brasil, Nobel, São Paulo, 1984.

2 Idem, p 12, 13, 14. Les textes de Le Corbusier sont reproduits avec l’aimable autorisation de la Fondation Le Corbusier.

3 Cavalcanti Roberto Rego, Grandjean de Montigny, Le Corbusier, Oscar Niemeyer : le chemin vers une architecture brésilienne, thèse de Doctorat soutenue à l’université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, 1989.

4 Kardec Allan, L’Évangile selon le spintisme, Éditions de l’Union spirite kardéciste belge, 1958, p. 214-215.

5 Témoignage de la veuve de Paulo Prado à Aracy Amaral, São Paulo, 06.09-68, in Tarsilia sua obra e seu tempo, Vol. 1

6 Cavalcanti Roberto Rego, op. cit., p. 442.

7 Santos Paulo, Quatro séculos de arquitetura, Coleçào I.A.B., Rio de Janeiro, 1981, pp. 100, 101.

8 Le Corbusier, Précisions sur un état présent de l’architecture et de l’urbanisme, Éditions Vincent Fréal, Paris, 1960.

9 Idem, p. 242.

10 Idem, p. 243, 244.

11 Idem, p. 245.

Table des illustrations

Légende 23. Vue aérienne de Rio : Corcovado, Iagoa, Leblon(Photo Celso Brando)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/11193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende 24. Vue aérienne de Rio : Corcovado, baie, Océan(Photo Celso Brando)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/11193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende 25. Vue aérienne de Rio : Barra da Tijuca(Photo Celso Brando)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/11193/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende 26. Vue aérienne de Rio : Botafogo(Photo Celso Brando)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/11193/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende 27. Vue aérienne de Rio : São Conrado(Photo Celso Brando)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/11193/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 28. Vue aérienne de Rio : Copacabana(Photo Celso Brando)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/11193/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

Auteur

Professeur à l’université fédérale de Rio de Janeiro.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search