Version classiqueVersion mobile

Architecture et nature

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Architecture, nature et paysage

François Tomas

Texte intégral

1Pour le Robert le paysage serait « la partie d’un pays que la nature présente à un observateur ». Or les innombrables études dont nous disposons aujourd’hui tant sur l’apparition du concept de paysage, quelque part en Europe vers les XVe-XVIe siècles, que sur son évolution pendant les deux ou trois siècles qui ont suivi nous montrent qu’il est pour le moins insolite d’assimiler ou tout simplement de rapprocher des termes comme ceux de paysage et de nature dont les signifiés ont historiquement différé au point d’avoir été peu ou prou antagoniques. À l’inverse on peut s’étonner de ce que le Rort, pas plus que les autres dictionnaires, n’associe le terme de paysage à celui d’architecture avec lequel pourtant ont existé, comme avec la peinture, des relations que l’on pourrait qualifier de consubstantielles. De fait, les dictionnaires tiennent surtout compte de l’aboutissement momentané d’une évolution sémantique. Je le regrette d’autant plus que les soubresauts qui ont perturbé depuis cinq siècles les relations entre architecture, nature et paysage semblent avoir constitué une sorte de pierre de touche d’une modernité en constante redéfinition. C’est en tout cas ce que je m’efforcerai de démontrer après avoir réglé, à la suite de Biaise Pascal et de Georges Perec, un problème d’échelle.

I – Des « espèces d’espaces » d’ampleur si diverse...

La page... Le lit... La chambre... L’appartement... L’immeuble... La rue... Le quartier... La ville... La campagne... Le pays... L’Europe... Le monde... L’ESPACE.
Georges Perec Espèces d’espaces (sommaire)

... une ville, une campagne de loin est une ville et une campagne ; mais à mesure qu’on s’approche ce sont des maisons, des arbres, des tuiles, des feuilles, des herbes, des fourmis, des jambes de fourmis à l’INFINI.
Pascal

2Si la nature se définit, toujours d’après le Robert, comme « tout ce qui existe sans l’action de l’homme », il est bien évident que les problèmes d’échelle ne la contraignent pas. De la campagne (une nature déjà domestiquée par l’homme) à la patte de fourmi ou, par-delà le cercle trop restreint des perceptions humaines, du niveau des électrons à celui des galaxies et au-delà encore, elle recouvre à la fois notre monde fini et l’infini.

3Si l’on abandonne les deux aux astronomes et que l’on s’en tient à notre planète, la nature, stricto sensu, ne se maintiendrait pourtant qu’aux marges de ces espaces que les géographes qualifient d’œkoumènes, c’est-à-dire dans lesquels l’homme ne peut ni vivre ni se reproduire. Marges qu’il faudrait limiter aux très hautes altitudes et à la proximité immédiate des pôles puisque la plupart des déserts sont parsemés d’oasis et que certaines communautés sont parvenues à s’y adapter par le nomadisme. En fait, on considère généralement avec moins de rigueur que la nature prédomine encore lorsque l’homme qui y vit pratique ce genre de vie nomade, voire celui d’un cueilleur, d’un pêcheur ou d’un chasseur.

4Quand, en revanche, on entre dans un terroir dont la base matérielle offerte par la nature a été domestiquée au point d’être modelée par l’activité humaine, c’est depuis au moins la fin du XIXe siècle que les géographes, mais aussi des poètes et des philosophes, préconisent de substituer le terme de paysage à celui de nature. Encore conviendrait-il de préciser que, suivant la dualité latine classique de l’ager et du saltus, le territoire entièrement humanisé se limite au paysage agraire, celui des champs cultivés et des prairies, alors que le paysage rural englobe aussi sur ses marges des forêts, des landes ou des marais auxquels on accorde encore le statut d’espace naturel.

5C’est en tout cas dans ce paysage rural, qui pour être mixte n’en est pas moins entièrement conçu et perçu par l’homme – au sens plein le produit d’une civilisation –, que des édifices relevant parfois de l’art, c’est-à-dire de l’architecture, ont historiquement joué un rôle déterminant. Ce fut particulièrement le cas, alors que s’élaborait encore le concept de paysage, dans les tableaux de Nicolas Poussin et surtout de Claude Gellée dit Le Lorrain. Dans « El embarco en Ostia de Santa Paula Romana », œuvre majeure commandée par Philippe IV d’Espagne et conservée au musée du Prado à Madrid, c’est d’ailleurs le style et la disposition des bâtiments qui donnent à la lumière toute sa valeur. Dire que ce paysage doit son âme à l’architecture serait trop faible, elle en constitue l’essence même. La nature y est certes présente par l’eau du port, les frondaisons de quelques arbres et surtout le ciel embrasé par les dernières lueurs du soleil couchant mais ce sont, au même titre que les colonnades, la modénature des façades ou les tours, des matériaux avec lesquels le peintre peut créer une ambiance, un cadre de vie. Voilà en fait un paysage au sens presque originel du terme, ce paysage-décor dont Alain Roger nous dit qu’il est (ou qu’il a été) au pays ce que le nu est à la nudité.

De même que la nudité de la femme n’est jugée belle qu’à partir et au travers d’un Nu, variable culturellement, qui en forme en quelque sorte la condition, le schème transcendant...
Alain Roger

6Mais, si l’architecte construit les édifices, c’est au peintre du XVIIe siècle que revint, dans une tradition amorcée un siècle plus tôt par les Flamands, dont l’admirable Joachim Patenter, de créer des paysages qui allaient devenir le cadre de vie de l’aristocratie européenne. J’insisterai plus loin sur cet aspect et pour l’instant je soulignerai surtout que si l’architecture et le paysage n’étaient traités ni par le même artiste ni à la même échelle, tous deux relèvent d’unités de mesure attribuées par les hommes. La nature, au contraire, transcende l’observateur en englobant, outre le mesurable par un œil humain, l’infiniment grand comme l’infiniment petit.

7En fait, ces différences d’échelle ne font que conforter une contradiction qui constitua pendant des siècles l’une des caractéristiques fondamentales de la civilisation occidentale. Le paysage depuis la Renaissance tout comme l’architecture depuis l’Antiquité relèvent d’abord de l’art et donc de la culture. L’homme en est à la la fois le créateur, l’usager et l’observateur. Ce qui veut dire qu’architecture et paysage auraient été conçus comme l’antithèse de la nature. Cette nature qui se confond avec un cosmos dont nos ancêtres ont eu depuis un demi-millénaire la prétention de s’extraire pour mieux le dominer et le transformer.

III – De l’antinomie aux tentatives de fusion

Rurizad lo urbano urbanizad lo rural...
Ildefonso Cerdá

El paisaje ordena sus tamaños y sus distancias de acuerdo con nuestra retina, y nuestro corazón reparte los acentos.
José Ortega y Gasset

  • 1 Françoise Martinet, « Le paysage : signifiant et signifié », in Lire le paysage, lire les paysages (...)
  • 2 Pour Augustin Berque les civilisations chinoise et japonaise seraient les premières à avoir donné (...)

8C’est cette distanciation de l’homme par rapport au pays dans lequel il vit, dans une société où l’esprit religieux se transforme au point d’admettre une laïcisation de la nature et de ses composants, qui devait permettre l’apparition du concept de paysage en même temps que le renouvellement de l’architecture. Mais cette dissociation du sujet d’avec les objets du monde factuel ne semble s’être produite qu’en Occident et qu’à partir de la Renaissance, ce qui explique peut-être, comme nous le rappelle Françoise Martinet1, que l’équivalent du mot paysage ne soit apparu ni en Afrique ni en Asie2.

9J’ajouterai qu’on ne le trouve pas plus dans l’occitan ou le franco-provençal, qui sont restés en France jusqu’à nos jours des langues du peuple. Ce qui conforterait l’hypothèse suivant laquelle le paysage aurait d’abord répondu aux besoins du groupe social dominant, celui de l’aristocratie. Dans l’Astrée, dont la manière de voir a perduré dans les salons jusqu’au début du XIXe siècle, le paysage c’est, d’abord, celui de la plaine du Forez. La nymphe Galatée, qui initie Céladon à ses secrets, lui apprend que « de toute ancienneté ceste constrée » avait été recouverte par un lac dont n’émergeaient que quelques îlots et que c’est à « un estranger romain, qui en dix ans conquit toutes les Gaules » que l’on doit cette brèche par où se sont écoulés les « grands abymes d’eau ». C’est ce qui avait permis aux habitants, dont les propres ancêtres d’Honoré d’Urfé, qui « demeuroient tous sur le haut des montaignes » de descendre dans la plaine et d’y construire leur demeure, suivant l’exemple de Jules César lui-même dont le nom Julius, devenu Jullieu, avait été donné » au premier bastiment qui y fut fait ».

10Mais dans cette plaine se distinguait tout particulièrement le hameau de Phocyon, en fait le château de la Bastie d’Urfé transformé par Claude d’Urfé à son retour d’Italie en 1551. Or dans ce dernier, si une certaine nature entrait dans le palais avec la grotte de fraîcheur, les abords étaient au contraire traités géométriquement avec des parterres et des antiques ramenés d’Italie ; sur les marges toutefois l’ordre abandonnait ses droits et les promenades se perdaient dans des frondaisons pseudo-naturelles. Tel était le cadre dans lequel vivaient en bordure du « doux coulant Lignon » des bergers et des bergères qui n’avaient toutefois rien à voir avec les rustres qui cultivaient un pays vulgaire, celui des champs ouverts de Montverdun.

  • 3 R.-L. de Girardin, De la composition des paysages, rééd. par Champ Vallon, Seyssel, 1979.

11Or, tout au long des Temps Modernes, il semble bien que ce soit ce type d’aménagement, dans lequel l’homme choisit les matériaux, y compris naturels, de sa composition, qui ait fait du paysage un filtre ségrégatif en le dissociant fortement du pays et de ses paysans. Les critères de cette sélection étaient bien entendu d’ordre esthétique et on sait que les styles à la mode ont changé dans le temps mais dans tous les cas l’inspiration est venue tantôt de ces modèles admirables que furent les palais italiens, Vaux-le-Vicomte ou Versailles, tantôt, comme le préconisait René-Louis de Girardin, de la peinture et de la poésie3. Dès lors on comprend que les créateurs de paysages aient recherché, et souvent obtenu, une sorte de perfection dans l’harmonie des formes et des couleurs par l’association d’antiques ou de fabriques et d’éléments « naturels » comme certains végétaux plus ou moins travaillés, de rochers escarpés ou de plans d’eau. La nature englobante et infinie n’est désormais admise, à l’instar de l’architecture, qu’en se pliant à la volonté de l’artiste créateur du paysage.

12Je soulignerai par ailleurs que jusque vers le milieu du XVIIIe siècle c’est surtout dans les parcs des châteaux et sur les terrains de chasse attenants, auxquels on pourrait ajouter quelques couvents comme le fabuleux monastère de Piedra en Aragon (Espagne), qu’architecture et nature (ô combien domestiquée) se mêlent ou se confrontent. Car, pour ce qui concerne la ville des Temps Modernes elle est, tout comme celle du Moyen Âge, d’abord minérale et elle n’admet de la nature que l’eau des fossés pour se protéger et celle des cours d’eau, des canaux, des puits ou des aqueducs quand ce ne sont pas des citernes, pour favoriser la commmunication et le transport, drainer le sol, entraîner les immondices et abreuver la population. Vers la fin du XVIIe siècle apparaissent certes çà et là aux portes des villes quelques promenades arborées comme celle du Peyrou à Montpellier mais il s’agit encore d’aménagements d’architectes où prédominent les éléments construits.

  • 4 Pierre Sansot, Variations paysagères, Klincksieck, Paris, 1983.

13On est tellement habitué à ces formes urbaines qui, malgré de sensibles transformations, perdurent au cœur de tant de villes européennes, voire latino-américaines, qu’on en oublie parfois qu’elles résultaient d’un choix de civilisation. Comme le fait remarquer le sociologue Pierre Sansot, aucune réglementation n’a été nécessaire pour que les pêcheurs méditerranéens juxtaposent les cubes blancs de leurs maisons et créent ainsi une ville homogène et harmonieuse4. La manière de construire sa maison et de composer la ville semble s’être longtemps imposée avec la force de l’évidence. Elle exprimait par là même une sorte de cohésion culturelle du groupe.

14Or c’est délibérément que le choix des Européens ne laissait pratiquement aucune place aux éléments naturels, particulièrement à la végétation. La ville de Tenochtitlán-Mexico construite sur une île au milieu d’un vaste lac et dont Hernán Cortés nous dit qu’elle était aussi grande que Séville ou Cordoue nous montre d’ailleurs que d’autres choix auraient été possibles. Aux franges du carré sacré, occupé par les pyramides et les temples, qui marquait le centre de la ville, les maisons dites de Moctezuma étaient en fait des parcs avec de nombreux étangs d’eau salée ou d’eau douce dans lesquels on entretenait ici les plantes les plus diverses, là des animaux. Ces maisons, tout comme celles des vassaux, encadraient ou n’étaient guère éloignées de la vaste place du tianguis (marché) qui semble avoir donné ses vastes dimensions à la plaza mayor, l’actuelle Plaza del Zócalo.

  • 5 Les cinq longues lettres envoyées par Hernán Cortés à l’empereur Charles Quint entre 1519 et 1526 (...)

15Au-delà, les quartiers populaires correspondaient aux chinampas, une méthode particulière d’hortillonnage. Profitant de la faible profondeur des eaux du lac, les Aztèques tressaient des claies de joncs et de roseaux qu’ils fixaient par des pieux et sur lesquelles ils entassaient de la vase. On a souvent assimilé ces chinampas à des jardins flottants alors qu’ils s’agissait en fait d’une forme de conquête de la terre sur les eaux. Il en résultait des parcelles carrées sur lesquelles chacun construisait sa maison et qui, juxtaposées à d’autres, constituaient de longues lanières méridiennes bordées de deux côtés au moins par des canaux. Cette interpénétration de l’eau et de la terre justifiait la multiplicité des embarcations légères qui avaient tant frappé les Espagnols (plus de 100 000 d’après certains chroniqueurs) et, si on y ajoute la profusion végétale, on comprend que Tenochtitlán soit parfois représentée comme le prototype même de la ville assurant la symbiose entre l’homme et la nature. Dans la mythologie aztèque le monde était d’ailleurs une île flottant entre eau et ciel et les dieux vénérés étaient ceux du soleil et de la pluie. La ville fascina les Espagnols et le reste de l’Europe à travers les descriptions envoyées par Hernân Cortés dès 1519 et publiées en plusieurs langues à partir de 15225, mais cela n’empêcha pas la décision délibérée de la détruire et d’en effacer la moindre trace apparente. À l’égal de ce que Scipion Emilien avait fait avec Carthage, c’est le moule d’une civilisation qu’Hernán Cortés a voulu faire disparaître. Et la ville reconstruite le fut à l’image de la civilisation importée : elle exclut la nature de l’enceinte urbaine, qualifiée par les Espagnols de « Traza ».

  • 6 Yvonne Bellenger, « Le paysage de montagne. L’évolution des descriptions du début à la fin du XVIe(...)
  • 7 Emmanuel Kant, Kritik der Urteilskraft, 1790, Édition française par Vrin en 1968 sous le titre : C (...)

16Pour l’essentiel, il semble, en effet, que les Européens aient continué tout au long des Temps Modernes à se méfier, voire à craindre une nature qualifiée de sauvage. Yvonne Bellenger a bien cru remarquer dans les descriptions de la montagne un infléchissement vers la fin du XVIe siècle mais qui tourna court6. Les cimes devaient encore être considérées par plusieurs générations, à l’égal de la mer, comme des espaces qu’il fallait certes parfois franchir, mais dangereux et sans aménité. On sait qu’en fait ce sont surtout les écrivains et les philosophes de la fin du XVIIIe siècle qui devaient non seulement les réhabiliter mais les intégrer dans un processus d’artialisation. Alors qu’avec Malebranche la nature relevait encore du désordre, les physiocrates y voient au contraire un ordre divin qu’il revient à l’homme de discerner. Quant à Emmanuel Kant, qui enseigna la géographie physique, ce n’est que dans la nature qu’il conçoit la beauté première. L’artiste peut, certes, créer une sorte de beauté seconde mais sans pouvoir rivaliser avec « la grande artiste nature ». Il va d’ailleurs jusqu’à considérer que seuls l’océan et la montagne peuvent réveiller en nous le sentiment du sublime7.

  • 8 Pierre Patte, Mémoire sur les objets les plus importants de l’architecture, chez Rozet libraire, P (...)

17Cette valorisation esthétique de la nature jusque dans ses expressions les plus irréductibles au contrôle humain coïncide avec les premières réflexions d’architectes comme Pierre Patte ou Jean-Antoine Morand sur l’aménagement de la ville et les moyens d’en améliorer l’hygiène8. Mais le rôle décisif allait être joué par la montée en puissance de la bourgeoisie qui fait entrer la végétation dans la ville. Cela commença, à côté des boulevards que l’on déroula au pied des fortifications, par la multiplication de jardins publics aménagés suivant le modèle des parcs aristocratiques. Il arriva d’ailleurs que ce fussent, comme dans les cas d’el Retira à Madrid ou de Monceau à Paris, d’anciens parcs privés que l’on ouvrit au public.

18Mais alors que la ville traditionnelle faisait une place encore timide à la végétation, c’est avec la ville d’eau (thermale ou balnéaire) qu’allait se produire la première véritable symbiose entre l’architecture et la nature.

  • 9 F. Tomas, « Du paysage aux paysages : pour une autre approche paysagère », in Revue de Géographie (...)

Complément presque nécessaire de la métropole européenne, surtout à partir du milieu du XIXe siècle avec l’extension des chemins de fer, la ville d’eau est, en effet, conçue comme son antithèse. Organisée à partir d’un établissement de bains, d’un casino, d’un grand hôtel, d’un parc public et d’une promenade, l’architecture de ses édifices publics et privés doit contribuer à l’élaboration d’un paysage de channe. C’est dès lors toute une stratégie d’image qui est mise en œuvre, mobilisant des peintres, des poètes, des journalistes et des écrivains, pour qu’aristocrates et bourgeois aient plaisir à se retrouver entre eux dans un paysage qui est à la fois un cadre de vie et une source de profit pour les promoteurs et les banquiers, souvent les mêmes9.

19Le succès fut tel qu’il ne pouvait manquer d’influencer le devenir des autres villes dont beaucoup étaient entrées dans un processus accéléré de croissance. Deux exemples pris tous deux dans les années 1860, alors que la révolution industrielle battait son plein, nous montrent toutefois que les motivations des acteurs sociaux pouvaient être fort dissemblables. Le premier concerne la création, à l’ouest de Paris, du lotissement du Vésinet par le duc de Morny et l’industriel Alphonse Pallu. Dans ce cas c’est pour assurer la rentabilité de l’opération immobilière qu’ils firent composer par le comte de Choulot une sorte de ville-paysage dont les voies étaient autant d’allées arborées.

20Nous irons chercher le deuxième exemple en Espagne avec le projet d’extension de Barcelone, mondialement connu sous le nom d’Ensanche. Son créateur, l’ingénieur Ildefonso Cerdá, était aussi un utopiste qui rêvait d’élever l’aménagement de la ville au rang d’une science au service non plus seulement de ceux qui détiennent le pouvoir mais de l’ensemble des citadins ou, plus exactement, de l’intérêt général. C’est donc pour assurer à tous un cadre de vie agréable et hygiénique qu’il proposa un plan en damier dont les îlots ouverts devaient être végétalisés. Il s’agissait en quelque sorte de « naturaliser » la ville en assurant le mariage harmonieux des arbres et des immeubles.

21La voie ouverte par le duc de Morny a été la plus largement et la plus banalement suivie mais dans des opérations moins imaginatives et malheureusement de moindre qualité. Mais, lorsque des promoteurs choisissent comme solution de facilité de lotir presque systématiquement les parcs des châteaux installés sur les flancs des buttes qui dominent la vallée de la Seine, au nord de Paris, ce n’en est pas moins une stratégie d’image de même nature qu’ils développent.

22Dans la lignée d’Ildefonso Cerdá nous trouvons, au contraire, les grands visionnaires et promoteurs de l’architecture moderne, d’Arturo Soria y Mata et Ebenezer Howard à Le Corbusier et Ian Mac Harg. La ville linéaire de l’un et les cités-jardins de l’autre, tout comme l’obsession d’une architecture noyée dans les éléments naturels (air, lumière, végétation, eau) des derniers sont tellement connues qu’il me paraît suffisant ici de les citer. Mais ce que je voudrais que l’on retienne aussi à propos de ces pionniers, qui tous ont recherché dans leur conception de la modernité une fusion de l’architecture et de la nature, c’est le paradoxe dans lequel se trouve engluée leur œuvre depuis que l’urbanisme qu’ils ont contribué à créer s’est effondré.

IV – Assumer la complexité

23La période de mutation dans laquelle nous sommes entrés depuis le milieu des années 1970 sera vraisemblablement aussi déterminante pour l’histoire de notre civilisation que la Renaissance ou les tournants des deux derniers siècles. Or c’est tout particulièrement en architecture, dans l’aménagement des villes et dans les rapports entre l’homme et le milieu dans lequel il vit que les bouleversements ont été les plus rapides et les plus sensibles. On sait que, d’après une boutade célèbre de Charles Jencks, l’architecture moderne serait morte le 15 juillet 1972 à 15h 32 (ou à peu près) alors que l’on faisait imploser dans une cité du centre des États-Unis des tours d’un ensemble qui avait obtenu quelques années auparavant un prix d’urbanisme. Ce type de destruction, renouvelé depuis lors en un grand nombre de villes, il y a peu encore tout près d’ici au détriment des tours du quartier Démocratie dans le grand ensemble de logements sociaux des Minguettes à Vénissieux, est d’ailleurs aujourd’hui mis en scène à la fois comme un acte collectif de contrition et comme un rite d’intronisation dans un monde nouveau débarrassé de son surplus de béton.

  • 10 Cf. analyse in Jacques Bethemont, Les Richesses naturelles du globe, Masson, 1987.

24Cette même année 1972 est celle du premier rapport du Club de Rome (The Limits to Growth) qui attira l’attention des grandes puissances sur les limites des ressources naturelles10 et une simple circulaire d’Olivier Guichard, alors ministre de l’Équipement, arrêta la production de grands ensembles de logements en France. Avec le recul du temps toutes ces données nous apparaissent comme les signes annonciateurs de la grande mutation, qualifiée par certains de postmoderne, compagne de la crise économique qui interrompit si brutalement, à partir de 1973, les fameuses Trente Glorieuses.

  • 11 J. Barey, À propos de la reconstruction de la ville européenne. la Déclaration de Bruxelles, Archi (...)

25Or c’est durant ces quelques décennies d’après-guerre que le rêve d’un urbanisme scientifique, c’est-à-dire celui d’un aménagement rationnel de l’espace dans l’intérêt général, avait, surtout en France, semblé pouvoir se concrétiser. Cela permit de surmonter la crise du logement du début des années 1950 mais on l’oublia vite pour ne plus mettre en avant que la crise de la ville traditionnelle, l’explosion de banlieues répétitives et une dégradation sans contrepartie des paysages hérités. Réunis à Bruxelles en 1978 des architectes et des philosophes dénoncèrent même ce qu’ils qualifièrent de destruction de la ville européenne commise au nom de l’architecture moderne et de l’urbanisme fonctionnaliste et ils appelèrent à la reconstruire dans une Déclaration que bien des postmodernes considérent comme une anti-Charte d’Athènes11.

  • 12 Christian Devillers, « Le projet urbain-, in Les mini PA, Pavillon de l’Arsenal, Paris, 1994, pp 1 (...)

26De fait, au moment où était rédigée cette Déclaration, si bien des quartiers anciens avaient été « rénovés », c’est-à-dire détruits, et des paysages déstructurés dans des marges urbaines, ou plutôt rurbaines, de plus en plus étendues, c’était l’urbanisme lui-même qui était remis en cause et abandonné, du moins en tant que science, au profit de pratiques alternatives que l’on a réunies sous le nom de projet urbain12. Dans cette deuxième moitié des années 1970 on se trouvait donc devant une sorte de « paysage d’après la bataille » dont les victimes étaient aussi bien l’agresseur, en l’occurrence l’urbanisme fonctionnaliste et l’architecture moderne, que le territoire qu’ils avaient contribué à ravager.

27C’est certainement ce qui justifie que depuis vingt ans s’accélèrent les évolutions sémantiques pour tenter de s’adapter à une conjoncture de plus en plus difficile à interpréter. Car, tout autant que l’architecture, la nature ou le paysage, ce sont les conceptions qu’en ont nos contemporains qui sont en crise. Cela se traduit par une multiplicité de paradoxes dont je ne relèverai ici que l’un de ceux qui m’apparaissent comme les plus significatifs.

  • 13 F Tomas, « Paysage urbain et aménagement », in Lire le paysage, lire les paysages, CIEREC, Saint-É (...)

28Le fait que l’on ait dénoncé dans l’urbanisme fonctionnaliste l’emprise du « roi-béton » et que l’on ait en même temps revalorisé la ville traditionnelle me semble, en effet, d’autant plus ambigu que cette dernière est d’abord minérale et qu’elle a traditionnellement laissé peu de place aux éléments naturels. Pour surmonter la contradiction je rappellerai ici quelques-unes des conclusions d’une analyse présentée naguère à propos de la restructuration du grand ensemble de logements sociaux de Montreynaud, aux portes de Saint-Étienne13.

29Au cours des réunions publiques qui, entre 1977 et 1979, rassemblèrent les responsables politiques (architectes et ingénieurs de la ville et de la SEM d’aménagement de la ZUP) et les habitants du quartier, il apparut, en effet, très vite que le dialogue entre les différents acteurs urbains supposait au préalable la prise en compte de la diversité des perceptions. C’est ainsi, par exemple, que les aménageurs insistaient sur l’importance des espaces libres (sur un plan ou vus d’avion) alors que les habitants avaient perdu leurs repères traditionnels dans un espace limité de partout par les hautes façades répétitives des tours et des barres. Le malentendu déconcerta encore plus les techniciens lorsque les habitants qualifièrent de terrains vagues des espaces verts qu’ils avaient conçus comme des terrains d’aventure polyvalents, essentiellement des pelouses ponctuées de pins et de bouleaux avec çà et là, outre les cotonéasters et les pyracanthas qui bordaient les talus, des bouquets de genêts à balais ou de sorbiers des oiseaux, choisis spécifiquement parce qu’ils s’agissait d’espèces locales. C’est que pour l’habitant de Montreynaud, comme pour celui de tant d’autres banlieues, ce type d’espace vert n’est nullement l’équivalent du jardin public dont le modèle est souvent hérité du siècle dernier, ici celui de la place Jean-Jaurès en plein centre-ville. Or il s’agit là d’un jardin « construit avec un assemblage de parties nettement délimitées par des haies où le travail, pour ne pas dire la virtuosité, du jardinier doit être visible. Que le jardin introduise un morceau de nature dans la ville, certes, mais à condition de porter la marque de la création et du travail de l’homme ». J’ajouterai que, dans cette ville où subsistent encore des milliers de jardins ouvriers, dont plusieurs centaines à Montreynaud même, il n’est pas étonnant que l’un des habitants ait opposé le « jardin jardiné », suivant le modèle de la place Jean-Jaurès, à l’espace vert-terrain vague. Dès lors on comprend que, lorsqu’on parle de la nature dans la ville, il faille préciser ce que l’on entend par nature et de quel type de forme urbaine il s’agit.

  • 14 Jean-Pierre Le Dantec, Enfin l’architecture, Autrement, Paris, 1984.

30Cette précaution paraît d’autant plus nécessaire que l’architecture en tant qu’art de construire tout comme les concepts de nature et de paysage n’ont jamais été perçus de manière aussi diverse et contradictoire que depuis vingt ans. Pour les uns la crise de l’urbanisme fonctionnaliste doit enfin donner à l’architecture l’occasion de s’épanouir14, alors que pour d’autres l’architecture moderne aurait « détruit » la ville européenne. Préciser de quelle architecture il est question est d’ailleurs rendu nécessaire par le fait que les productions vernaculaires, y compris les plus modestes, se voient désormais élevées au rang d’œuvre d’art, ne serait-ce que par leur contribution à la composition de certains paysages. C’est ainsi qu’il a fallu une longue confrontation entre les responsables politiques municipaux et les associations auxquels se sont joints les techniciens et des historiens pour que l’on perçoive les formes architecturales et urbaines de la Croix-Rousse (Lyon), héritées des canuts, non plus comme un ensemble de taudis qu’il fallait résorber mais comme un patrimoine digne d’être protégé par une ZPPAUP (Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager).

V – Conclusion

31Si la célèbre expression de Colin Rowe suivant laquelle l’architecture serait au bâti ce que la littérature est au langage n’est plus tout à fait dépassée, ce n’est en fait que parce que dans ce domaine bien des langages populaires peuvent aussi être appréciés comme relevant de la littérature. Mais c’est surtout la perception des concepts de nature et de paysage qui semble s’être le plus spectaculairement élargie.

32Loin de n’être que « ce qui existe sans l’action de l’homme », la nature se confond souvent avec l’environnement de ce dernier. Tout d’abord bien sûr parce que les éléments naturels ou supposés tels sont rentrés dans les villes, voire dans les maisons, comme dans les parcs et les châteaux de naguère. Ensuite parce que les villes ont spatialement explosé dépassant des centaines, parfois le millier de kilomètres carrés, et parce qu’au-delà même du front continu de l’urbanisation c’est dans un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres que les campagnes sont fréquemment rurbanisées. Or tout se passe comme si l’homme cherchait, lorsqu’il en a les moyens financiers, d’autant plus à fondre sa maison dans la végétation que les équilibres écologiques sont rompus à toutes les échelles. D’où les efforts parfois désespérés pour retrouver le contact avec « la nature » ou préserver ce qui reste encore possible. Si Toulouse peut se féliciter d’avoir conservé son ouverture sur la Garonne, en particulier par le quai de la Daurade en aval du Pont-Neuf, combien de villes doivent pour redécouvrir leur rivière surmonter l’obstacle d’une voie sur berge quand ce n’est pas celui de l’enfouissement pur et simple !

  • 15 D’après l’indice IMECA, l’air est salubre en-dessous de 100 points de teneur en ozone, de mauvaise (...)

33Mais le cas le plus spectaculaire est peut-être celui de Mexico où l’on observe, depuis moins de dix ans, des efforts pour enrayer la destruction de l’écosystème de ce haut bassin endoréique. Après avoir consacré près de quatre siècles à tenter de le drainer jusqu’au plus profond de ses couches géologiques, voilà qu’on cherche maintenant à recharger les nappes phréatiques, à reconstituer une partie des lacs (Zumpango, Texcoco) pour accueillir les oiseaux migrateurs et à sauver les derniers canaux enserrant d’anciennes chinampas (Xochimilco). La population est d’autre part régulièrement mobilisée par des campagnes de plantations d’arbres qui concernent la moindre parcelle ou le plus petit terre-plein disponibles. De manière encore plus symbolique c’est la raffinerie de pétrole d’Azcapotzalco que l’on a fermée pour l’aménager en jardin public. Mais comme cela ne suffit pas à enrayer une pollution de l’air devenue récurrente pendant la saison sèche, on a limité la circulation des automobiles et l’on doit parfois réduire, voire arrêter, l’activité industrielle15.

34C’est le même paradoxe de l’extension ou de la survalorisation d’une part et de la dégradation d’autre part que nous offre le paysage. Un paysage que l’on confond désormais avec l’ensemble du pays et dont on voudrait qu’il puisse être respecté et apprécié non plus seulement dans quelques sites remarquables mais partout. Un paysage, dont on dit pourtant qu’il est en crise, peut-être parce que les interventions brutales des aménageurs et des promoteurs, tant publics que privés, qui le défigurent ne sont plus acceptées passivement.

  • 16 Jean Viard, « Le conflit social, gardien du paysage », in Pages paysages, no 4, 1992-93, pp. 32-37

35Si tout au long des années I960 on a pu prélever dans la Loire forézienne des millions de mètres cubes de sable et de gravier et transformer ses rives en dépotoir, c’est parce que ni les riverains ni le reste de l’opinion publique n’avaient soulevé d’objection majeure. Il a fallu que la mobilisation des associations écologiques trouve un écho dans la population pour que soit reconnue la détérioration et que les responsables politiques et l’administration engagent une nouvelle politique pour retrouver un équilibre de l’écosystème et pour redonner une valeur esthétique au paysage de la vallée. C’est en ce sens qu’à l’égal de Jean Viard16’je crois aux vertus du conflit et de la crise tout comme du désordre qu’ils mettent à jour. À partir du moment où notre civilisation, rompant avec l’un des principes fondamentaux de la modernité, fait place à ceux qui veulent réintégrer l’homme dans le cosmos et concilier la nature avec la culture, on comprend qu’il soit plus difficile de faire admettre les grands projets de transformation de la nature et des paysages hérités. Il en résulte d’autant plus une modification de la signification des termes d’architecture, de nature, de paysage et de leurs relations que ce sont aujourd’hui toutes les couches sociales qui se sentent concernées et qui deviennent, suivant l’heureuse expression de Pierre Bourdieu, des « classes mobilisées ».

  • 17 Unités de voisinage. Il s’agit d’une série de logements sommaires autour d’une cour plus ou moins (...)

36C’est ce que démontre toute l’histoire récente de la pratique du projet urbain lorsqu’elle s’est substituée à un urbanisme fonctionnaliste défaillant. C’est ainsi que vers la fin des années 1970 les habitants du quartier populaire de Tepito, aux marges du centre historique de Mexico, élaborèrent avec l’aide d’architectes et d’artistes un projet de réhabilitation de leurs vecindades17 pour s’opposer au projet de rénovation-bulldozer des pouvoirs publics. Ce projet de réhabilitation, qui fut honoré d’un premier prix au Congrès international d’architecture de Varsovie en 1981, fut effectivement pris en compte par ces derniers après le séisme du 19 septembre 1985 et on lui doit les caractéristiques actuelles du quartier. Or trois d’entre elles illustrent presque à la lettre notre propos. Tout d’abord, alors que les vecindades étaient naguère assimilées à des taudis (tugurios), voilà qu’on les reconnaît comme des formes architecturales dignes d’être préservées. En recouvrant quelques façades de peintures murales on élève même certaines d’entre elles au rang d’œuvre d’art, l’ensemble constituant un paysage urbain spécifique, c’est-à-dire unique et par là même de valeur patrimoniale. Mais, alors que la cour n’était souvent autrefois qu’un étroit couloir, parfois occupé par un lavoir collectif, on l’a sensiblement élargie dans les vecindades reconstruites pour y installer des jardinières plantées d’arbustes et de fleurs. Ainsi venaient prendre place dans une architecture vernaculaire renouvelée des éléments naturels qui en avaient été jusqu’alors écartés.

37Voilà en définitive un exemple qui nous montre à la fois le renouvellement récent des conceptions en matière d’aménagement urbain et combien ont évolué depuis des siècles les relations entre l’architecture, le paysage et la nature. S’il est vrai que notre époque est celle de la mondialisation des échanges, elle l’est aussi de la diversité et de la complexité. Qu’il en résulte pour chacun de nos termes une profusion de significations et que cela puisse provoquer de la perplexité, comment s’en étonner ? Mais cette profusion est aussi source de richesse et de continuel renouvellement d’une modernité qui n’en finit pas d’évoluer et donc de se redéfinir.

Notes

1 Françoise Martinet, « Le paysage : signifiant et signifié », in Lire le paysage, lire les paysages, CIE REC, Saint-Étienne, 1984, pp. 61-67.

2 Pour Augustin Berque les civilisations chinoise et japonaise seraient les premières à avoir donné une place essentielle au paysage mais le concept y est d’une autre nature dans la mesure où le paysage n’y est pas conçu comme un objet nettement séparé du sujet-observateur. Le mot paysage n’y a d’ailleurs pas d’équivalent, même s’il existe plusieurs mots pour désigner des notions qui s’en rapprochent. Cf. A. Berque, Médiance de milieux en paysages, Reclus, Montpellier, 1990.

3 R.-L. de Girardin, De la composition des paysages, rééd. par Champ Vallon, Seyssel, 1979.

4 Pierre Sansot, Variations paysagères, Klincksieck, Paris, 1983.

5 Les cinq longues lettres envoyées par Hernán Cortés à l’empereur Charles Quint entre 1519 et 1526 ont été publiées séparément puis ensemble. C’est d’abord la seconde lettre, où se trouve la description de Tenochtitlán (orthographiée Temixtitlán), qui a été publiée en 1522 à Séville. Quant au célèbre plan de la ville, attribué à Cortés, il apparaît en 1524 dans une traduction latine publiée à Nuremberg.

6 Yvonne Bellenger, « Le paysage de montagne. L’évolution des descriptions du début à la fin du XVIe siècle », in Le paysage à la Renaissance, Éd. universitaires de Fribourg, 1988, pp. 121-133

7 Emmanuel Kant, Kritik der Urteilskraft, 1790, Édition française par Vrin en 1968 sous le titre : Critique de la faculté de juger.

8 Pierre Patte, Mémoire sur les objets les plus importants de l’architecture, chez Rozet libraire, Paris, 1769.
Jean-Antoine Morand, Projet d’un plan général de la ville de Lyon présenté à MM. les prévots des marchands et échevins, Imprimerie d’Aimé de la Roche, Lyon, 1767.

9 F. Tomas, « Du paysage aux paysages : pour une autre approche paysagère », in Revue de Géographie de Lyon, 1994, no 4, pp. 277-286.

10 Cf. analyse in Jacques Bethemont, Les Richesses naturelles du globe, Masson, 1987.

11 J. Barey, À propos de la reconstruction de la ville européenne. la Déclaration de Bruxelles, Archives d’architecture moderne, Bruxelles, 1980.

12 Christian Devillers, « Le projet urbain-, in Les mini PA, Pavillon de l’Arsenal, Paris, 1994, pp 11-47

13 F Tomas, « Paysage urbain et aménagement », in Lire le paysage, lire les paysages, CIEREC, Saint-Étienne, 1984, pp. 291306.

14 Jean-Pierre Le Dantec, Enfin l’architecture, Autrement, Paris, 1984.

15 D’après l’indice IMECA, l’air est salubre en-dessous de 100 points de teneur en ozone, de mauvaise qualité entre 100 et 200, dangereux pour la santé à partir de 200. Alors que toutes les automobiles sont tenues de ne pas circuler un jour par semaine, on doit les immobiliser deux jours et arrêter la production industrielle quand l’indice dépasse les 300. Si ce cas extrême est encore rare, on dépasse plusieurs fois par an les 250.

16 Jean Viard, « Le conflit social, gardien du paysage », in Pages paysages, no 4, 1992-93, pp. 32-37.

17 Unités de voisinage. Il s’agit d’une série de logements sommaires autour d’une cour plus ou moins large. C’est l’équivalent de la « courée « de Roubaix.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search