Version classiqueVersion mobile

Architecture et nature

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Représentations culturelles et vocabulaire de l’écologie

Lidia Barros

Texte intégral

1Nous nous proposons d’explorer les différentes représentations culturelles du discours de l’écologie et d’un ouvrage terminologique spécialisé en cette science. Notre communication s’organise en deux parties : la première traite de certaines visions culturelles du travail du terminologue/terminographe et des notions véhiculées par les articles d’un vocabulaire multilingue de l’écologie. La deuxième partie fait une brève analyse du pouvoir du discours de l’écologie et des ouvrages terminologiques spécialisés dans ce domaine, ainsi que de l’idéologie qui leur est sous-jacente.

I – Vocabulaire de l’écologie : architecture de signes, de sens et de sensations

2Comme une maison, le vocabulaire est un bâtiment, dont chaque article est une brique. Les espaces en blanc qui séparent les briques ne sont pas des vides ; ils remplissent le vide, ils soutiennent la structure, comme le fait le ciment.

3Le travail du terminologue est un travail de synthèse, où la science, la technique, l’art et la philosophie se combinent pour donner naissance à un objet social, culturel et en même temps très personnel, individuel. Comme l’architecte, le terminologue idéalise, crée. Son projet terminologique est un espace organisé qui abrite différentes activités humaines, où les parties constitutives sont aménagées selon une conception philosophique et des canons esthétiques.

4Le côté « ingénieur » du terminologue, d’autre part, ne lui laisse pas oublier les contraintes pratiques du projet si l’on veut que le bâtiment tienne debout. Pour que le lecteur ait accès aux informations contenues dans l’ouvrage terminologique, il faut qu’il sache comment fonctionne le vocabulaire en question, quelles sont les démarches à suivre pour faciliter son utilisation. Il faut donc que la technique terminographique organise les connaissances récoltées par la recherche terminologique de la manière la plus efficace, sans négliger le côté « manuel pratique » d’utilisation du vocabulaire.

5Le terminologue est aussi un maçon à l’ancienne. Son travail artisanal est lent, fatigant ; chaque article est une pierre à sculpter. Il doit veiller à ce que l’article s’encastre bien dans l’espace qui lui est destiné dans l’ensemble de l’ouvrage, soit en ce qui concerne la forme, soit en ce qui concerne le contenu notionnel. Les caractéristiques communes des articles doivent être mises en évidence, ainsi que les particularités de chacun.

6Il ne faut pas non plus oublier l’aspect commerçant du terminologue. Si l’on veut que le vocabulaire atteigne une certaine tranche de la société, il faut savoir comprendre les attentes du public visé et lui offrir ce qu’il cherche.

7En résumé, on peut dire que le vocabulaire est un objet d’art, de projection de l’esprit, aussi bien qu’un objet scientifique, technique et commercial. Un vocabulaire multilingue doit prendre en compte les réalités écologiques de chacun des pays dont les langues sont utilisées. Ainsi, nous allons donner quelques exemples d’un vocabulaire de l’écologie qui prenne en considération les phénomènes naturels du Brésil, de la France et des États-Unis.

8Sous la lettre A, on trouve les Alpes et leurs écosystèmes typiques. Sur la peau on a la sensation du froid et on voit la couleur blanche des sommets des montagnes qui forment un drapeau bicolore avec le bleu du ciel, et même tricolore lorsque l’on rajoute le doré du soleil. Le coloris des vêtements des skieurs et la multitude des langues parlées dans les stations de sports d’hiver forment un tableau de beauté internationale.

9Dans le vocabulaire de l’écologie, à la suite des Alpes, on ne trouve pas la vallée, mais l’Amazonie, et à la place des chalets, on voit les malocas des Indiens. Du froid on passe à la chaleur humide, du blanc on passe au vert de la forêt. Là, l’homme ne glisse plus sur des pistes de ski, mais sur des fleuves et des igarapés où règne la sirène Iara et où habitent les botos, les séducteurs.

10La caatinga brésilienne se situe au début de la lettre C du vocabulaire et, contrairement à l’Amazonie, il n’y a pas abondance d’eau, mais plutôt un climat aride. Le paysage n’est plus totalement vert ; il est marron/rouge/jaune par la terre et épineux par le cactus. L’homme n’est plus l’Indien ou le Seringueiro, mais le Sertanejo, le Vaqueiro.

11Le Grand Canyon, placé sous la lettre G, nous fait changer d’hémisphère. La chaleur sèche rappelle en quelque sorte la caatinga, mais les ressemblances s’arrêtent là. Par contre, si l’on marche vers le nord-est, on trouve le Niagara qui fonctionne comme délimitation liquide entre deux pays. Ce phénomène naturel nous rappelle que, sous la lettre S, il y a Sete Quedas qui, auparavant, conservait beaucoup de caractéristiques communes à son homologue Niagara.

12Regarder le ciel n’est pas une habitude exclusive des couples romantiques et les observatoires remarquent des différences astronomiques très intéressantes lorsque l’on change d’hémisphère. Si ces différences sont prises en compte et enregistrées par un vocabulaire de l’écologie, il faut faire attention. Par exemple, l’article qui a comme terme-vedette phases de la lune signale des équivalences de phénomène et de termes en français et en portugais. Ainsi, premier quartier correspond à lua crescente et dernier quartier à quarto minguante. Cependant, si des illustrations sont prévues, il ne faut pas oublier que la lune en forme d’un C correspond à lua crescente au Brésil, mais au dernier quartier, en France. La même illustration indique donc des phases opposées dans les deux pays, à cause de leur position sur la sphère terrestre.

13Si l’on veut rester encore un peu dans les nuages ou no mundo da lua, on remarquera que dans le vocabulaire de l’écologie, il y a l’étoile polaire que l’on voit à l’œil nu dans le ciel de la France et dans celui du nord des États-Unis. Par contre, du côté brésilien, on verra plutôt le cruzieiro do sul.

14Le terme écoulement (de l’eau), en français, trouve en escoamento (da água) son équivalent en portugais. Le vocabulaire de l’écologie qui consacre un article à la définition de ces termes ne peut cependant pas s’empêcher d’apporter une remarque très importante. L’accélération de Coriolis, due à la rotation de la Terre, provoque un phénomène physique très intéressant : en France l’eau tourne d’un côté au moment de son écoulement, tandis qu’au Brésil, cela dépend. Si nous nous trouvons dans la moitié sud du pays, l’eau coule dans le sens contraire à celui de la France ; si, par contre, nous sommes dans la région nord du Brésil, coupée par l’Équateur, l’eau ne tourne presque pas.

15Vue de la lune, la Terre est belle et bleue. Elle forme un ensemble homogène. En regardant de plus près on perçoit cependant d’autres couleurs : le marron des continents à côté du vert de la végétation compose un tableau naturel d’une beauté sans égale. Le tout homogène fait place à la multiplicité des éléments.

16Des réalités écologiques différentes cohabitent ; les histoires particulières du rapport de chaque peuple avec l’environnement qui l’entoure sont reliées par l’échange des expériences vécues et par la coopération internationale.

17L’Europe prête au Brésil l’expérience d’un passé de destruction suivi d’un mouvement tendant à la réparation des dommages et à la conservation. De son côté, le Brésil essaye d’en tirer la leçon et apporte sa contribution en luttant pour la préservation de son environnement. Il est conscient qu’au sein de sa richesse naturelle réside l’espoir d’une vie meilleure dans le futur.

18Ainsi, les povos da floresta enseignent comment exploiter les ressources de la forêt sans pourtant l’endommager. La Reserva Extrativista, elle aussi, est un espace protégé particulier et un terme propre aux forêts brésiliennes. Elle est la plus belle leçon que l’on a pu tirer au cours de ces dernières années de luttes écologiques et elle n’a pas de correspondant en français, puisque le problème ne se pose pas en France. En effet, du côté français, il apparaîtrait bizarre de traduire le terme povos da floresta, puisqu’on n’habite pas dans les forêts françaises, comme on le fait en Amazonie.

19Si, d’un point de vue strictement linguistique, il n’y a aucun problème – la traduction mot à mot est parfaitement possible entre ces deux langues néolatines –, d’un point de vue socioculturel la question est beaucoup plus complexe.

20La description sémantique des termes renvoie la recherche linguistique au contexte qui, à son tour, renvoie forcément au social, au psychosocial, au culturel.

21Un terminologue est alors, en quelque sorte, aussi un anthropologue. Comme ce dernier, le terminologue fait un travail de terrain, il collecte les faits linguistiques aussi bien que des données extra-linguistiques. Le terminologue doit arriver à comprendre le système qui donne support aux représentations culturelles matérialisées en unités terminologiques, pour mieux les enregistrer et exprimer leur contenu notionnel dans l’énoncé lexicographique. Les valeurs d’usage, les connotations sont aussi importantes que les aspects dénotatifs.

  • 1 Journal vendu en France par des chômeurs, des sans-domicile-fixe, des RMistes.

22En menant des recherches sur le champ de l’écologie urbaine au Brésil, aux États-Unis et en France, nous trouvons, par exemple, les termes feu rouge, stop traffic light et sinal fechado. Ceux-ci ne présentent pas de particularité dans le sens dénotatif et sont des signes d’une bonne organisation de la circulation des voitures. Cependant, surtout dans les grandes villes du Brésil et des États-Unis, ces termes sont également identifiés au danger, à la peur du vol. On peut considérer comme très représentatif de cette identification le scandale provoqué par certaines autorités brésiliennes chargées de la sécurité lorsque, dans les années 80, elles ont conseillé à la population des grandes villes de ne pas s’arrêter au feu rouge le soir, conseil qui est, d’ailleurs, toujours très suivi. En France le feu rouge devient aujourd’hui le moment privilégié pour prendre contact avec la crise économique : c’est l’espace de la vente et de l’achat de Macadam1.

23Sur l’écologie urbaine, les États-Unis, la France et le Brésil ont encore en commun un autre élément : les mégapoles. L’article du vocabulaire dont ce terme constitue l’entrée est l’espace où la concentration démographique est la plus forte au monde. En effet, il n’est pas toujours facile de mettre ensemble dans un espace si réduit des villes comme Paris, New York, São Paulo, Los Angeles et Rio.

24Le continent américain est le continent du méga : tout est grand, les espaces sont grands, les distances sont longues, tout est loin. Mais loin de quoi ? Loin de la grande ville, loin des centres économiques et culturels les plus importants.

25La grande ville est le symbole du développement industriel, de la modernité, de la supériorité. Supériorité par rapport à quoi ? On n’en sait rien. Mais les petites villes, même jolies et tranquilles, sont appelées fim de mundo (en portugais), province (en français), et toutes les autres qui ne se trouvent pas à côté des grandes agglomérations urbaines sont appelées villes onde Judas perdeu as botas, ou encore au diable Vauvert.

26En France, cette tendance a beaucoup changé ces dernières années. Même si la campagne profonde se vide, les petits villages situés non loin des grandes villes sont plus recherchés par ceux qui veulent acheter un logement. Leur choix est guidé par la question du prix, bien sûr, mais aussi, et peut-être surtout, par la qualité de vie. Si au Brésil et aux États-Unis les distances entre la campagne et la ville sont énormes, en France ces distances sont moindres. Le réseau d’autoroutes et le T.G.V. font qu’il est préférable d’habiter un peu plus loin, pour pouvoir disposer d’un terrain pour les jeux des enfants, d’un jardin pour les journées de soleil et pour avoir moins de pollution. En fait, habiter à la campagne en France aujourd’hui est plutôt un avantage et la distance n’est plus un handicap. On remarque, alors, que les sens seconds des termes campagne et grande ville en France sont en train de changer.

27Un processus semblable se passe avec les grandes villes du Brésil et des États-Unis. Tant qu’elles étaient simplement des grandes villes et offraient des opportunités de travail, elles constituaient les représentations du rêve des populations les plus démunies de la campagne ; l’exode rural et l’immigration faisaient déplacer des millions de personnes à São Paulo, à Rio, à New York. Avec la saturation du marché du travail et la crise économique, les populations, qui jusqu’alors descendaient du nord-est du Brésil vers les zones industrielles du sud-est, ont commencé à se diriger plutôt vers l’Amazonie, vers les forêts et les fleuves où l’on trouve de l’or. Elles ont compris que la mégapole n’était plus la grande ville dont on rêvait auparavant. À New York, plus de 700 000 personnes ont abandonné la ville au cours de ces dernières années et sont parties à la recherche d’autres villes plus tranquilles et offrant une vie plus humaine. Les Paulistanos, Cariocas et New-Yorkais ont compris que le méga n’est bon pour rien : le méga dépasse le grand, qui est déjà écrasant ; le méga engendre la violence sans contrôle et provoque la peur du grand.

28Si des villes comme São Paulo et Rio représentent l’un des plus importants défis écologiques de l’actualité brésilienne, c’est cependant au Brésil même que l’on trouve des modèles d’urbanisation à suivre. Curitiba doit obligatoirement figurer comme entrée d’un vocabulaire de l’écologie du côté brésilien, accompagnée de sa cousine française Strasbourg. En effet, grâce au travail de Jaime Lerner, Curitiba est l’un des exemples les plus importants de ce que quelqu’un a appelé 1’écologisation de l’urbain et Strasbourg a su l’accompagner dans ce projet d’avenir.

29Enfin, comme une maison, le vocabulaire de l’écologie contient des espaces où le soleil brille et d’autres où il fait plus sombre, plus froid. Certains endroits sont souvent arrosés par la pluie, où le vert contraste avec d’autres espaces désertiques où la poussée des arbres n’est pas possible.

II – Idéologie, discours et vocabulaire de l’écologie

30L’objet d’étude de l’écologie – les écosystèmes – ne peut être analysé que sous le regard de la pluridisciplinarité. Le concept d’écosystème a, en fait, entraîné une vraie rupture dans l’histoire de la pensée : il a consolidé une conception macroscopique du monde, où les rapports entre tous les éléments sont mis en évidence. Cette vision des choses fait de l’écologie une science carrefour, une science de synthèse, un espace d’interaction des disciplines les plus variées, puisqu’elle compte sur l’apport de plusieurs sciences pour la compréhension globale des phénomènes et/ou des problèmes écologiques.

31Bien que l’écologie soit encore en cours d’affirmation, son prestige social est aujourd’hui en croissante expansion, preuve majeure de l’efficacité du faire persuasif de son discours. Cela signifie que, de plus en plus, le discours de l’écologie est accepté comme vérité.

  • 2 « Por universo de discurso entendemos o sistema universal de significações a que pertence um discu (...)
  • 3 Cf. C.T. Pais, « Aspectos de uma tipologia dos universos de discurso », in Revista Brasileira de L (...)

32La science en général, et l’écologie en particulier, intègrent un ensemble social qui produit autant d’univers de discours2 que d’activités humaines. Par conséquent, leurs discours ne peuvent pas rester fermés sur eux-mêmes, tout en subissant et en exerçant des influences sur les autres discours et univers de discours, dans un rapport d’alimentation et de réalimentation3.

  • 4 Idem, p. 53.
  • 5 Idem, p 47-48.

33La production du savoir est faite par les hommes et se situe dans le contexte d’une société qui ne joue pas un rôle passif dans ce processus. Le discours scientifique est alors marqué par une idéologie, inhérente à toute production scientifique. L’écologie, elle aussi, fait l’objet d’enjeux sociaux, politiques et culturels et – comme tous les discours scientifiques – le discours de l’écologie possède une idéologie nécessaire (le dire vrai)4 et l’autorisation potentielle d’autres discours sociaux, dans un processus d’interprétation, fait partie de la nature même du discours scientifique5.

  • 6 Idem, p 5051.

34Pour rendre plus clair ce que nous venons d’exposer, nous proposons la séquence argumentative suivante, fondée sur un exemple concret de la contribution scientifique de l’écologie et basée sur le modèle de C. T. Pais6. La découverte par la science du trou de la couche d’ozone qui protège la Terre des rayons solaires a donné à la société la connaissance (discours scientifique : pouvoir-faire-savoir) d’un problème qui peut avoir de graves conséquences pour toute vie sur le globe. La prise de conscience de la gravité du problème entraîne une volonté de préserver la vie sur la Terre (vouloir-faire) et aussi son contraire, à savoir : ne pas provoquer des conséquences dangereuses pour la vie (vouloir-ne pas faire). Le débat a conquis les milieux politiques internationaux (discours politique : pouvoir-faire-vouloir) qui ont organisé la Convention de Vienne et qui ont pris des décisions sur la meilleure procédure à adopter pour régler ce problème.

35Au Brésil, le Congrès national a approuvé le texte de la Convention de Vienne et le gouvernement, au moyen du décret no 99289 du 06.06.90, l’a transformé en loi. Comprenant un pouvoir-faire-devoir-faire (exécution obligatoire des mesures orientées par la Convention) et un pouvoir-faire-devoir-ne pas faire (il est obligatoire de faire ce que la loi dit), le discours juridique (pouvoir-/aire-devoir) donne naissance à une réglementation administrative (discours bureaucratique : pouvoir-faire-faire). Le contrôle des mesures pro posées a obligé la science à produire de nouvelles technologies, comme le remplacement des gaz propulseurs des déodorants par d’autres produits chimiques qui ne détruisent pas la couche d’ozone (discours technologique : pouvoir-savoir-faire).

  • 7 Le discours écologique au Brésil, par exemple, subit de fortes attaques, comme le démontre le cas (...)

36Il est évident que les séquences ci-dessus enchaînées ne sont pas le résultat de rapports exempts de conflits. Les enjeux sociaux, culturels et politiques qui entourent le discours de l’écologie sont aussi forts que les intérêts économiques qu’elle met en cause. Les discours des divers segments sociaux en question s’affrontent dans une véritable guerre d’efficacité et de crédibilité7, processus normal dans une société industrialisée et hétérogène.

37Si l’autorisation potentielle d’autres discours sociaux est inhérente à la nature même du discours scientifique, alors une question s’impose : pourquoi, contrairement aux autres sciences, l’écologie est-elle si étroitement liée à un mouvement politique ?

38La réponse vient de l’histoire même de l’écologie. À la suite du cri d’alerte lancé par le Club de Rome, en 1968, et par d’autres groupes d’intellectuels et de scientifiques, le discours écologique agite les milieux politiques internationaux.

  • 8 Cf. « S.O.S. environnement : un message de 2 200 savants aux 3 milliards et demi d’habitants de no (...)

39En 1971, Le Courrier de l’UNESCO8 publie un message de 2 200 scientifiques de différentes disciplines alertant sur les problèmes tels que la détérioration de l’environnement, le rapide épuisement des ressources naturelles, la croissance de la population mondiale et la perspective de la famine si l’homme ne prend pas au sérieux la nécessité de changement de modèle de développement. À ce moment-là, le discours scientifique conquiert l’espace politique (l’ONU), mais sans inconvénient pour son prestige, puisqu’il se trouve à l’aise dans un champ qui est tranquillement le sien. Autrement dit, l’UNESCO est l’espace de l’officialisation politique et de la validation des discours scientifique, éducatif et culturel.

  • 9 Cf. Donella H. Meadows et alii, I limiti dello sviluppo : rapporto del System Dynamics Group (MIT) (...)

40L’ONU organise, en 1972, sa première Conférence mondiale sur l’environnement humain, plus connue sous le nom de Conférence de Stockholm. Dans la même année, des scientifiques réputés – tels que D.H. et D.L. Meadows, J. Randers et W.N. Behrens III-, appartenant à une institution très respectée dans les milieux universitaires – System Dynamics Group of Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) –, publient un rapport sur la croissance de la population mondiale et la capacité des ressources naturelles et des sociétés industrielles à répondre aux besoins de cette croissance. Ces scientifiques proposent un nouveau modèle d’étude du développement mondial (le modèle global), autrement dit une nouvelle manière de voir et de prévoir le développement industriel9.

41Toujours dans cette ligne d’idées, d’autres études scientifiques se sont succédées comme réponse à l’appel du Club de Rome. Sur le plan politique les choses ont aussi évolué. La deuxième Conférence des Nations unies pour l’environnement et le développement (ECO 92) a eu lieu à Rio de Janeiro en 1992, et le choix de la ville montre la préoccupation internationale par rapport à la situation du Tiers Monde. Le caractère révolutionnaire de ces manifestations collectives est cohérent avec la nature même de l’objet et de la méthode des études écologiques. L’effet produit ne pouvait pas être différent. C’était la synthèse, la vision macroscopique d’un objet multidisciplinaire qui s’exprimait au moyen de manifestations pluridisciplinaires et du respect pour la spécificité dans ses rapports avec le global.

42Les scientifiques qui ont répondu à la suite de l’appel du Club de Rome ont, pour la première fois, assumé publiquement et de façon collective leur rôle politique dans le processus de construction d’un nouvel ordre mondial. En agissant ainsi, l’écologie a fait sauter les limites et a inauguré une nouvelle perspective dans l’histoire de la pensée. Le discours scientifique est passé d’une position de support passif d’autres discours sociaux à celle d’acteur de la proposition d’un plan mondial d’action intégrée, où l’économique et l’écologique ne s’opposent pas. Ce changement se fait néanmoins sans provoquer la perte de la valeur scientifique du discours.

  • 10 Cf. A. Rey, Le lexique : images et modèles ; du dictionnaire à la lexicologie, Armand Colin, Paris (...)

43Lorsque la spécificité d’un ouvrage terminologique est axée sur un champ scientifique – et dans notre cas particulier, sur l’écologie –, son discours, en tant que micro-sémiotique, se caractérise, lui aussi, par l’articulation inter-univers de discours. Dans un processus de sur-modélisation, le discours scientifique interagit avec le pédagogique, le juridique et encore avec le publicitaire, puisque le vocabulaire a aussi une dimension économique et commerciale10.

44Chaque discours mis en relation dans cette séquence est l’expression et le support des valeurs socioculturelles et donc idéologiques mises en jeu dans le processus de production de l’ouvrage terminologique. Ces rapports ne s’établissent pas sans qu’il y ait des conflits, certaines valeurs se heurtant et se mélangeant à d’autres, dans une relation dialectique.

  • 11 Cf. J. et C. Dubois, Introduction à la lexicologie, p. 50-51
  • 12 Idem, p. 53-

45Ainsi, la polémique propre au discours scientifique se heurte au caractère normatif du discours pédagogique, ce qui signifie que plus le vocabulaire gagne de prestige dans une société, plus il gagne d’autonomie, de personnalité propre. De simple référence, l’ouvrage terminologique passe à un statut juridique, il sert à légiférer, il devient loi11. Entre les deux discours il y a donc une contradiction : le discours pédagogique ne comporte pas la discussion propre au discours scientifique12.

46Cette contradiction met en évidence l’une des facettes idéologiques du discours de l’ouvrage terminologique : il est autoritaire, clans la mesure où il élimine la polémique et transmet comme vérité collective la vision de son équipe de production.

47D’un autre côté, l’apparent autoritarisme du vocabulaire se légitime par la consécration, par le respect que la communauté socioculturelle lui porte. Au lieu d’être autoritaire, il peut devenir une autorité légitime dans le domaine en question.

48En plus, le vocabulaire a aussi son caractère démocratique, puisqu’il sert à la popularisation d’un domaine du savoir. Un vocabulaire spécialisé – dans notre cas, spécialisé en écologie – dévoile les mystères d’un domaine précis, permettant ainsi l’accès à un monde jusqu’alors inconnu – ou, tout au moins, peu connu – de l’usager. De ce point de vue, le vocabulaire accomplit sa finalité sociale et se constitue donc en un instrument culturel à caractère démocratique.

49À partir des propositions présentées ci-dessus, une question se pose : est-ce qu’il est possible d’éviter la manipulation idéologique dans l’ouvrage terminologique ?

  • 13 Idem, ibidem.

50La neutralisation discursive totale est évidemment impossible à atteindre, mais la neutralisation la plus effective possible peut être mise au point de plusieurs manières13. On trouve souvent des vocabulaires qui explicitent dans chacun de leurs articles les diverses conceptions relatives à l’entrée concernée ; ils les énumèrent, mais ne privilégient aucune des positions. Il y a d’autres vocabulaires qui suivent la même procédure, mais qui déclarent leurs préférences. Dans le premier cas, le caractère subjectif est atténué et l’auteur recherche l’objectivité la plus grande possible. Dans le deuxième, si d’un côté la subjectivité est claire, de l’autre, de manière explicite, on essaye d’assurer le lecteur de sa non-manipulation, puisqu’il connaît les intentions et les règles qui sont en jeu.

51L’introduction du vocabulaire joue alors un rôle très important pour la clarté des principes adoptés quant à la démarche méthodologique concernant l’ouvrage terminologique en question. S’il est vrai que, involontairement et/ou inconsciemment, il y a une certaine manipulation idéologique dans les vocabulaires, il faut, pour considérer l’ouvrage terminologique comme un ensemble, compter aussi sur l’autre dimension, celle du destinataire et son processus de contre-manipulation.

  • 14 Cf. U. Eco, As formas do conteudo, Perspectiva, São Paulo, 1974, p. 128.

52Les définitions présentées par les vocabulaires sont des objets culturels qui, en raison du prestige social tiré en particulier du caractère scientifique et pédagogique de l’ouvrage, reçoivent un grand poids et une force de vérité universelle. Une fois socialisée, l’information transmise par la composante définitionnelle devient partie du système sémantique14. Ces définitions sont les réponses que le lecteur cherchait et l’opération mentale type subséquente est la confrontation de toutes les informations acquises avec l’expérience personnelle. S’il n’y a aucun conflit frappant entre ces deux dimensions, la tendance est celle de l’incorporation de l’information donnée à l’univers culturel du destinataire.

53Cependant, le système sémantique n’est pas totalement fermé et une intervention est possible au niveau du code, comme l’explique Umberto Eco :

  • 15 Idem, p. 125-126.

Existe, não há dúvida, uma forma de conhecimento presente que poderia fugir à estruturação em campos semânticos – é o conhecimento individual, a experiência idiossincrática válida para um só sujeito. Mas quando se fala em « ideología », em suas várias acepções, entende-se uma visão do mundo compartilhada por muitos falantes e, no limite, por toda uma sociedade. Portanto, também essas visões do mundo não são mais que aspectos do Sistema Semântico Global, realidade já segmentada. Um sistema semántico como visão de mundo é, portanto, um dos pontos possíveis de dar forma ao mundo. Como tal, constitui uma intetpretação parcial do mundo, e pode ser teoricamente revisto toda vez que novas mensagens, reestruturando semanticamente o código, introduzem novas cadeias conativas e, portanto, novas atribuições de valor15.

  • 16 À ce propos, A. Rey dit « Le raisonnement suppose que le contenu idéologique des dictionnaires (de (...)

54Le destinataire du vocabulaire scientifique étant une personne initiée dans le domaine – même s’il n’est pas un spécialiste – aura déjà quelque expérience sur laquelle il pourra s’appuyer pour émettre une critique. Il peut intervenir dans le Système Sémantique Global, en attribuant une valeur connotative à l’information offerte par l’ouvrage terminologique et créer une vision stéréotypée du vocabulaire concerné. Ainsi, peut-il se créer un rapport de rejet, indifférence ou même préférence entre le lecteur et le vocabulaire16.

  • 17 C.T Pais, op. cit., p 50-51.

55En considérant les éléments ci-dessus présentés et en nous appuyant sur le modèle de C. T. Pais17, la séquence argumentative du discours d’un vocabulaire de l’écologie peut se présenter ainsi : l’écologie produit un savoir (discours scientifique : pouvoir-faire-savoir) qui est mis à la disposition du public au moyen d’un vocabulaire spécialisé. Celui-ci, à son tour, a le pouvoir de faire savoir (discours pédagogique) l’ensemble des propositions écologiques et, ainsi, d’offrir aux lecteurs la connaissance qui les autorise à agir (discours technologique pouvoir-savoir-faire) au bénéfice de la qualité de la vie sur la Terre. Conscient de cette possibilité, le lecteur intéressé par le thème veut avoir accès aux informations contenues dans le vocabulaire et désire l’acheter (réussite du discours publicitaire : pouvoir-faire-vouloir). À partir du respect que l’ouvrage terminologique inspire aux consultants, ses articles prennent une valeur de vérité absolue (pouvoir-faire-croire) qui devra être suivie (discours juridique pouvoir-faire-devoir) pour la réussite des études ou du militantisme écologique.

III – Conclusion

56On peut dire, en synthèse, que la pluridisciplinarité est une caractéristique touchant tout autant à la nature des phénomènes étudiés qu’à la méthode d’analyse scientifique de l’écologie. L’ensemble des idées et des valeurs défendues par l’écologie est à la fois révolutionnaire et conservateur. Tous les changements proposés ont pour but de garantir la continuité de la vie à la surface de la Terre.

57Le discours de l’écologie, en tant que discours scientifique, possède une structure de pouvoir, caractérisée par la persuasion, qui provoque un processus d’interprétation. Il s’articule avec d’autres discours et univers de discours, mettant toujours en avant que les activités humaines ne sont ni compartimentées ni séparées.

58Un ouvrage terminologique spécialisé en écologie reflète ces rapports et soutient des valeurs idéologiques, comme tout produit social. Autorité, autoritarisme et démocratie vivent en rapport dialectique dans les ouvrages terminologiques.

59Un vocabulaire de l’écologie est bien un bâtiment, mais c’est un bâtiment qui nous permet de voyager dans le monde, de sentir sur la peau les différents climats, d’accompagner les changements d’environnement, de couleurs, de température, de sentir la pluie ou d’avoir la gorge séchée par la poussière du désert. Ce type de vocabulaire est alors un transatlantique. Il nous fait traverser les océans et visiter des continents différents mais ayant souvent beaucoup de choses en commun ; il nous emmène et nous ramène en sécurité de ces véritables croisières. L’acte qui permet l’accès à ce monde consiste, tout simplement, à feuilleter un vocabulaire multilingue spécialisé en écologie.

Notes

1 Journal vendu en France par des chômeurs, des sans-domicile-fixe, des RMistes.

2 « Por universo de discurso entendemos o sistema universal de significações a que pertence um discurso (ou um enunciado) e que determina sua validade e seu sentido. A literatura, a mitologia, as ciências, a matemática, o universo empίrico, enquanto “temas” ou “mundos de referenda” do falar, constituem “universos de discurso”. » Cf. E. Coseriu, « Sistema, norma e fala », in Teoria da linguagem e linguίstica geral, Col. Linguagem no 3, São Paulo, Presença/EDUSP, p. 234.

3 Cf. C.T. Pais, « Aspectos de uma tipologia dos universos de discurso », in Revista Brasileira de Linguistica, Global Éd., São Paulo, 1984, vol. 7, no l, p. 48-49.

4 Idem, p. 53.

5 Idem, p 47-48.

6 Idem, p 5051.

7 Le discours écologique au Brésil, par exemple, subit de fortes attaques, comme le démontre le cas du barrage initialement appelé Cararao, dont la construction a été projetée à côté de la ville d’Altamira, au cœur de l’Amazonie. Les Indiens Cararao et plusieurs familles de paysans ont pro testé, car l’exécution de ce projet entraînait l’inondation de leurs terres, ainsi que la perte de la richesse naturelle de la région. Avec le soutien d’O.N.G. nationales et étrangères, le Congrès des nations indigènes a discuté le problème et a décidé une stratégie conjointe de lutte contre la destruction. Par opposition à ce discours, les entrepreneurs locaux ont organisé une contre-manifestation et ont utilisé un discours « nationaliste », essayant de caractériser le discours écologique comme un discours contre le développement économique national. Sur ce sujet voir F. Gabeira, « Manifestaçao pro-hidrelétrica reune 10 mil em Altamira », in Folha de São Paulo, 21.02.1989, Caderno Cidadex, p. 3, cf. annexes p. 3·

8 Cf. « S.O.S. environnement : un message de 2 200 savants aux 3 milliards et demi d’habitants de notre planète », in Le Courrier de l’Unesco, Éd. française, Paris, Unesco, juillet 1971, p. 4-5

9 Cf. Donella H. Meadows et alii, I limiti dello sviluppo : rapporto del System Dynamics Group (MIT)per ilprogretto del Club di Roma sui dilemmi dell’umanità, Mondadori, 8a. ed., 1983, p. 155.

10 Cf. A. Rey, Le lexique : images et modèles ; du dictionnaire à la lexicologie, Armand Colin, Paris, 1977, 275 p., p. 11.

11 Cf. J. et C. Dubois, Introduction à la lexicologie, p. 50-51

12 Idem, p. 53-

13 Idem, ibidem.

14 Cf. U. Eco, As formas do conteudo, Perspectiva, São Paulo, 1974, p. 128.

15 Idem, p. 125-126.

16 À ce propos, A. Rey dit « Le raisonnement suppose que le contenu idéologique des dictionnaires (des ouvrages didactiques) est un accord forcé avec leur programme explicite Donc, le petit bourgeois ira tout spontanément au Robert ou au T.L.F, alors que le syndicaliste et l’intellectuel conscients s’adresseront à la librairie Larousse », cf. A. Rey, op. cit., note p. 5.

17 C.T Pais, op. cit., p 50-51.

Auteur

Chargée de cours, doctorante à l’université de São Paulo et à l’université Lumière-Lyon 2.

© Presses universitaires de Lyon, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search