Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Samedi 13 juin après-midi. Séance dirigée par Jochen Schlobach

A propos du marquis d’Argens

Robert Granderoute

Texte intégral

  • 1 Nous nous référons aux rééditions suivantes : Lettres juives, La Haye, Pierre Paupie, 1766 (203 le (...)

1Parmi les périodiques du marquis d’Argens, les Lettres juives (1736) et les Lettres chinoises (1739-1740) - deux ouvrages qui n’en forment pour ainsi dire qu’un seul, selon la remarque de la Préface des Lettres chinoises1 - sont présentées comme de simples traductions. Traductions de prétendus manuscrits... C’est ainsi que les Lettres juives sont censées reposer sur un manuscrit hébreu que le traducteur publie à l’instigation d’amis et grâce à l’accord obtenu de l’« auteur », Aaron Monceca. Celui-ci, en effet, accepte de remettre régulièrement au traducteur les « principales lettres » que, de Paris, il adresse à deux de ses amis (t. I, Lettre au libraire). En même temps, il lui promet la communication des réponses de ses deux correspondants. Au traducteur revient donc le soin de réunir l’ensemble des lettres dont il souhaite donner une traduction « correcte et précise », mais aussi, à la différence de ces « écrits informes » que sont la plupart des traductions, marquée d’« un goût original » (t. II, Préface). Cependant le traducteur affirme sa volonté de demeurer caché. Il demande au libraire le secret de son identité. C’est que, s’il était connu, il devrait recourir à des adoucissements d’expression et déguiser les noms des personnes dont parlent les Lettres, car l’« auteur », lui, ayant changé de nom depuis son arrivée en France, n’a aucun ménagement à garder... Traduction prétendue et prétendument anonyme, les Lettres juives superposent les masques, puisque l’« auteur » supposé se dissimule sous un pseudonyme.

2Le caractère fictif de ce recueil de lettres soi-disant authentiques est encore accentué dans la mesure où les « trois écrivains » (t. III, Préface) sont juifs, comme sont chinois les six correspondants de l’autre recueil : ici et là, la race choisie constitue un nouveau masque. Il est vrai que les uns et les autres, quand s’ouvre la correspondance, sont loin d’ignorer les belles-lettres et les sciences de l’Europe, tant anciennes que modernes.

3Dans les Lettres juives, en effet, Aaron Monceca (le nom du personnage ne dérive-t-il pas d’« un certain Monceau ou Moncaeius », que mentionne Bayle dans l’article « Aaron » de son Dictionnaire historique et critique, et qui « publia, vers le commencement du XVIIème siècle, une Apologie d’Aaron qui fut condamnée à Rome par l’Inquisition » ?) est un juif né à Constantinople, mais qui a été élevé parmi les Français et les Anglais résidant dans cette ville. Aussi possède-t-il, avant même d’arriver à Paris, une solide connaissance des langues et littératures française et anglaise. De même, Isaac Onis (anagramme de Sion), juif également levantin, rabbin de Constantinople, qui a autrefois longtemps voyagé en Pologne, en Allemagne, au Danemark et dans les Cours du Nord, allie à un usage parfait de l’allemand et du français une vaste culture - des Anciens et de saint Thomas d’Aquin à Descartes et à Locke. Quant à Jacob Brito (anagramme de Tobie à une lettre près), il est, lui, né d’un père génois et a passé ses douze premières années à Gênes avant d’aller s’installer à Constantinople.

4Les correspondants des Lettres chinoises : Yn-Che-Chan, Sioeu-Tcheou, Tiao, Choang, Kieou-Che, pour ne citer que les cinq principaux (le sixième, en effet, I-Tuly, n’apparaît que très tardivement, à partir de la lettre 140 !), se sont pareillement appliqués à l’étude. Parce que, pendant plus de dix ans, voire vingt ans, ils ont été en relations suivies avec les Européens venus en Chine (missionnaires-jésuites - marchands français, anglais...), ils savent la langue française et ont lu bien des livres français (théologie, philosophie...), apportés par les jésuites (qui en sont alors souvent les auteurs !) ou remis par des marchands (de Montaigne à Bayle - et Locke - en passant par les auteurs - tragiques notamment - du XVIIème siècle). Dans ses Préfaces, d’Argens insiste sur ce trait commun à tous ces personnages pour sauver la vraisemblance ou du moins limiter l’invraisemblance de ses fictions. A propos de ses Chinois, que d’aucuns trouvent trop savants, il laisse même entendre qu’il aurait pu « pousser les choses plus loin »...

5Entre les trois Israélites, comme entre les six chinois (les uns et les autres sont unis par les liens d’une amitié fondée sur l’estime et la vertu), s’instaure une correspondance qui s’explique par leur éloignement respectif et provisoire. Tandis qu’Isaac demeure à Constantinople, Aaron et Jacob se rendent en Occident pour affaires. Mais bientôt Isaac lui-même est obligé de se déplacer - pour des raisons religieuses - (son départ est annoncé dans la lettre 44) et les lettres écrites par chacun de ces personnages tendent à composer une sorte de « relation de voyage » concernant les pays traversés. A chaque voyageur correspond d’ailleurs une aire géographique déterminée : Aaron a en partage l’Europe occidentale (Paris, Flandres, Belgique, Provinces-Unies, Londres), Jacob, le monde méditerranéen (Italie - avec une brève incursion en Suisse-, France méridionale, Espagne, Portugal, côtes africaines, île de Malte), Isaac, le Moyen-Orient (Smyrne, Egypte).

6Il en est de même dans les Lettres chinoises : face à Yn-Che-Chan qui demeure, lui, constamment à Pékin, les autres correspondants traversent et découvrent une zone géographique distincte : Sioeu-Tcheou, la France et l’Allemagne, Tiao, la Moscovie et les pays du Nord, Choang, la Perse, Kieou-Che, le Japon et le Siam.

7La correspondance que nouent les voyageurs dessine dans chaque ouvrage une figure particulière. Dans les Lettres juives, en dépit de la présence de trois correspondants, on ne peut parler de correspondance triangulaire puisqu’aucune liaison épistolaire ne s’établit entre Jacob et Isaac. Les échanges - réciproques - ont lieu seulement entre Aaron et Isaac, Aaron et Jacob. L’image suggérée d’un angle dont Aaron occupe le sommet souligne la place centrale du personnage. De fait, c’est Aaron qui envoie le plus grand nombre de lettres (60 % du total des lettres). De ses deux interlocuteurs, l’un se révèle d’ailleurs privilégié : Isaac. Aaron, en effet, adresse à celui-ci 107 lettres sur 203 (contre 21 à Jacob), ce qui s’explique sans doute par la nature de leurs rapports, Isaac ayant, de par son savoir et son expérience, joué plus ou moins à Constantinople un rôle de mentor.

8La correspondance des Lettres chinoises, plus complexe dans la mesure où les correspondants sont plus nombreux, figure une sorte de constellation disposée autour d’un axe principal qui relie Sioeu-Tcheou à Yn-Che-Chan. Plus d’un tiers des lettres sont, en effet, échangées entre ces deux personnages - essentiellement dans le sens France (Allemagne) - Pékin. Les autres réseaux se distribuent autour des deux pôles de l’axe, les correspondants s’adressant tantôt à Sioeu-Tcheou (deux sur quatre), tantôt à Yn-Che-Chan (les quatre), qui leur écrivent en retour.

9Ainsi répartis, les échanges s’effectuent selon un mouvement d’alternance et d’entrecroisement assez irrégulier. Si la série des lettres que compose chacun des personnages constitue une relation de voyage, l’ensemble des correspondances présente un enchevêtrement de ces diverses relations. Certes, il arrive que plusieurs lettres d’un même voyageur se suivent et portent sur un même sujet. Mais, le plus souvent, le procédé retenu est celui de la discontinuité et de la dispersion, les lettres de chaque correspondant apparaissant à intervalles variables, comme autant d’unités inégalement séparées d’une même séquence. A cela aident sans doute l’absence de toute intrigue (à la différence des Lettres persanes), l’absence de toute datation (la date reste en pointillé) et aussi bien sûr la nature périodique de la publication (une lettre équivalant à une livraison). Remarquons cependant que certaines irrégularités ou certains retards tendent à être expliqués. Si, par exemple, dans les Lettres juives, Aaron, au début, attend impatiemment des lettres d’Isaac et si, par la suite, il s’étonne de ne pas avoir de nouvelles de son ami, c’est qu’il faut compter avec la longue distance qui sépare Constantinople ou Le Caire de Paris et avec les aléas du courrier : rareté des bateaux, caprice des vents... Et l’on ne s’étonne pas qu’Isaac, de son côté, reçoive quatre lettres en même temps (L. 9) ou des lettres plus récentes avant des lettres plus anciennes (L. 119)... Ce sont là de petites touches propres à conférer une relative vraisemblance à la fiction de ces correspondances qui ressortissent au mode d’une composition plurilinéaire et fuguée.

10Exceptionnellement de l’ordre de l’épanchement et de l’effusion lyrique (inquiétudes de l’amitié : L.J. 46, souvenir ému d’une amitié de jeunesse : L.C. 142), les lettres relèvent d’abord de l’ordre de l’information. Information que recueille le voyageur curieux et exigeant (« je me suis informé le plus exactement possible... », « je continue à m’instruire... »), naif et étonné (car, en dépit de ce qu’il sait déjà du monde qu’il approche, il a maintes occasions d’exercer sa faculté - féconde - d’étonnement), et dont il fait part à ses correspondants. Dans les Lettres juives comme dans les Lettres chinoises, l’attitude du correspondant - voyageur est identique : soigneusement attentif à observer, écouter, examiner, étudier et découvrir, il entend dans ses lettres « donner une idée » « juste », « claire », « distincte », « un détail vrai », « un précis exact », il entend « apprendre », « faire connaître » (ces expressions reviennent sans cesse) afin de satisfaire la propre curiosité excitée d’un destinataire dont il ne dédaigne pas de cultiver les réactions de surprise.

11L’information ainsi transmise concerne tout ce qui chez les hommes et les nations abordés frappe et mérite attention. Le champ d’investigation est large. Auteurs de relations de voyages, les correspondants ne s’en tiennent pas, en effet, comme tant d’autres, à de simples renseignements d’ordre géographique, physique... Ce qu’ils se proposent, c’est de saisir et pénétrer les ressorts du cœur humain et le génie des nations à travers les formes différentes que prennent les mœurs, les manières, les usages, les coutumes, les croyances, les rites, les institutions, les conditions sociales, les progrès des lettres et des sciences... - tous ces éléments que peut dévoiler le regard neuf de l’étranger. Chaque correspondance revêt ainsi l’allure d’un reportage relatif à tel ou tel pays et dont on suit le mouvement d’approfondissement progressif, car, d’abord vague, simple, générale, confuse ou erronée, l’« idée » se fait peu à peu plus précise, détaillée et circonstanciée, à mesure qu’est dépassé l’éblouissement initial du voyageur.

12De la sorte, la lettre tend à relever de genres divers (la même lettre pouvant évidemment mêler les genres) : description (ville, monument, mode...), portrait (caractères, personnages historiques, nations...), relation de nouvelles de l’actualité (affaires de Corse), narration historique, tableau animé avec décor brossé et personnages mis en scène, récit d’aventures souvent « plaisantes », parfois « singulières et tragiques » à valeur d’illustration ou de détente, extraits d’ouvrages récents (livres ou pièces de théâtre), chronique littéraire relative à l’évolution d’un genre...

13En s’ouvrant à ces formes variées, les Lettres semblent figurer l’éventail des sources de l’information journalistique. Le correspondant, en effet, enquête et se documente, il se rend sur place, interviewe, consulte (à cette occasion apparaît le personnage-type de l’informateur qualifié, guide averti, « Français homme d’esprit et de bon sens », « sage Persan »...) et la lettre rend compte des démarches, visites et investigations : ici, elle retranscrit les conversations (tenues ou entendues) « enregistrées » par une mémoire quasi infaillible (« … je me servirai autant que je pourrai des mêmes mots que lui (il s’agit d’un officier rencontré et interrogé) pour que mes expressions te paraissent aussi originales que les faits que je te raconterai » écrit Aaron à Isaac, L.J. 1), là elle restitue les scènes observées de la rue, de la boutique, du salon, du café..., ailleurs elle reproduit des pièces justificatives ou documentaires (Mémoires, Dissertations, Lettres surtout selon le procédé de la lettre dans la lettre). Sorte de représentation fictive des divers modes d’information.

14Mais cette information donnée n’est jamais de l’ordre de la constatation pure et simple et de l’objectivité stricte. Elle s’accompagne toujours d’un souci d’interprétation et d’appréciation. Les observations donnent lieu à d’incessantes et « sérieuses » « réflexions » (« quel vaste champ de (à) réflexions ! », L.J. 176 et L.C. 37, formule leitmotiv) et cela d’autant plus que le correspondant continue à s’appliquer à l’étude et s’adonner aux lectures. « Lorsque je vois..., je réfléchis... » ( L.J. 84) : le mouvement est constant. Le fait remarqué, la scène perçue, le trait rapporté... appellent un commentaire personnel. Tantôt c’est dès l’ouverture de la lettre que s’amorce le processus réflexif, tantôt il n’apparaît qu’au cours de la lettre : la réflexion peut être alors l’objet d’une parenthèse délibérement soulignée (« Je reviens.. ») ou au contraire prolonger la relation d’une manière naturelle, imperceptible, insensible (« cet endroit de ma lettre (Jacob vient de parler de Gênes où il se trouve) me conduit insensiblement à la forme du gouvernement républicain », L.J. 28). A moins qu’elle ne scande tout le développement épistolaire, lorsque, par exemple, le correspondant s’appuie sur une série de citations (L.J. 85, 152)...

15Par là, un double effet est opéré d’élargissement et d’approfondissement : les causes et fondements sont recherchés, les motivations explicitées, les significations dégagées, les conséquences analysées... Surtout des comparaisons sont tentées, empruntées à l’ordre spatial (de pays à pays, de continent à continent...) et temporel (Anciens et modernes), et auxquelles se livre de plus en plus un voyageur qui multiplie les expériences et étend son savoir.

16Les Lettres se trouvent donc chargées d’une double portée : elles transmettent une connaissance et visent à l’instruction du destinataire d’utilité de l’instruction n’excluant pas d’ailleurs des préoccupations d’agrément et de divertissement, comme le montrent les anecdotes contées). En même temps, elles proposent des analyses et des jugements propres à susciter la réflexion du correspondant. L’énoncé informatif ne se dissocie pas de l’énoncé évaluatif. L’échange s’effectue tant au niveau des faits qu’au niveau des idées. Les faits eux-mêmes deviennent pour celui qui les lit des points nouveaux de comparaison offerts à sa méditation, cependant que les opinions avancées appellent de sa part une prise de position.

17« La lettre que tu m’as écrite.. m’a fait réfléchir.. » (L.J. 126, 143...) : il arrive que les lettres s’enchaînent et s’engendrent ainsi l’une l’autre, soit que le correspondant donne son approbation et loue le caractère judicieux et sensé de la pensée émise, soit qu’il reprenne et développe un motif trop rapidement évoqué (L.C. 38, 139), soit qu’il apporte un complément (L.C. 62), suggère une comparaison (L.C. 61, 126) ou ajoute à la comparaison lancée un autre terme (L.C. 75), soit encore qu’il tire d’un même fait une conséquence différente (L.C. 67) ou en vienne à s’opposer ouvertement.

18La correspondance glisse alors sur le plan de la dialectique. Les lettres s’organisent en débat, que l’opposition soit totale (passage du pour au contre) ou seulement partielle (mode de la rectification et de la correction). L’exposé appelle la réfutation et la « réplique » peut entraîner une « duplique » (L.C. 7, 14, 16). Ce jeu dialectique se développe dans le cadre de la réflexion historique, politique... mais surtout philosophique et religieuse. Il est rendu possible et vraisemblable par la diversité des sentiments de chaque correspondant. Dans les Lettres juives, Isaac, converti à la foi caraïte, s’affronte à Aaron qui demeure fidèle à la tradition rabbinique. Dans les Lettres chinoises, et pour ne citer que les deux principaux correspondants, Yn-Che-Chan est un partisan de la doctrine de Confucius, attaché aux livres canoniques en dehors de toute glose, tandis que Sioeu-Tcheou a rejoint la secte des nouveaux commentateurs. De la sorte, des controverses peuvent s’élever et s’engager et les lettres, qu’elles se suivent ou se répondent à distance, reproduisent les étapes successives de la discussion.

19Dans ce mouvement d’échange dialectique, aucun des correspondants ne se montre contraint ni contraignant. Tous se plaisent à souligner combien ils s’expriment « à cœur ouvert », hardiment, sans rien dissimuler ni déguiser de leur pensée. A leurs destinataires, ils n’hésitent pas à livrer leurs sentiments les plus cachés, leurs interrogations et leurs doutes les plus secrets. Les Lettres veulent apparaître comme le lieu de la communication véritablement philosophique, c’est-à-dire libre, sincère, franche, ouverte. Lieu idéal de communication propre à l’affrontement intellectuel dégagé de la force des préventions et des voix de la « vieille autorité » (L.J. 36), et qui se détache de ce fond de toile où - qu’il s’agisse de Constantinople, Paris, Madrid ou Lisbonne - s’exercent censure et Inquisition.

20En même temps que dans la confidence mutuelle, l’échange se réalise dans le respect des opinions de l’autre. Certes, chaque correspondant entend être persuasif, surtout quand, tel Isaac, il possède par excellence « le talent de persuader » (L.J. 108). Mais aussi soucieux soit-il d’éclairer et de convaincre, il se garde de forcer l’adhésion du destinataire, même s’il parle à son propos d’« erreur », d’« égarement », d’« entêtement »... Dans les Lettres chinoises, Yn-Che—Chan ne peut s’empêcher d’attaquer assez vivement Sioeu-Tcheou sur son attachement à la doctrine des nouveaux commentateurs. Et il se fait pressant, insistant... Pourtant, après avoir suffisamment débattu, il assure son ami qu’il ne l’importunera plus et les deux interlocuteurs restent sur leurs positions respectives, comme ils le reconnaissent honnêtement (L.C. 14, 120).

21Lorsque la lettre se prête ainsi à l’exposé ou à la discussion d’idées, elle adopte une structure particulière. En effet, qu’elle présente les points essentiels d’un système ou passe en revue les différentes théories relatives à un problème donné, elle tend vers la forme inévitable de la dissertation dont elle reflète le mouvement et les exigences. Car le correspondant se doit alors de « raisonner conséquemment » et de « prouver démonstrativement » (L.J. 89, 108). Les arguments s’ordonnent selon une logique rigoureuse et progressive. Les articulations sont nettes, les liaisons serrées, les paliers successifs marqués : « Si... Or... Donc... Mais... ». Souvent le rédacteur de la lettre, tout en développant sa thèse, repousse les objections qu’il prévoit et prévient, à moins qu’elles n’aient déjà été lancées par le correspondant. Une rhétorique s’instaure où dominent, en séquences parfois brèves mais redoublées et multipliées généralement en anaphore, l’interrogation (mode du questionnement insistant propre à pousser l’adversaire dans ses derniers retranchements) et l’exclamation (mode du commentaire ironique ou indigné propre à discréditer ou ridiculiser un système jugé pernicieux). Il arrive aussi que des hypothèses soient soulevées, sorte de mise à l’épreuve de l’affirmation posée, et préalable indispensable à la série des conclusions tirées. Entre maints exemples, la lettre 7 des Lettres chinoises où Yn-Che-Chan prend à partie Sioeu-Tcheou sur ses opinions philosophiques paraît significative. Yn-Che-Chan commence par résumer la doctrine des nouveaux commentateurs à laquelle s’est rallié son ami. Suit un développement où se pressent et se mêlent les phrases exclamatives à valeur dénonciatrice (« Quel système... !) et les phrases interrogatives dont chacune correspond aux différentes questions qu’appelle une pareille théorie : « Comment... ? Comment... ? Est-ce... ? Est-ce... ? ». Yn-Che-Chan imagine alors les réponses qu’apportent les partisans des nouveaux commentateurs. Fausses réponses dont il perce la faiblesse. Et les interrogations sont reprises en un nouvel assaut qui permet de faire éclater les contradictions manifestes du système combattu.

22Quand il s’agit d’une réplique, le correspondant peut suivre l’ordre même de l’argumentation de l’adversaire. Parfois il se plaît à la reprendre littéralement point par point afin de renforcer le jeu serré des objections successives. Les lettres se groupent alors en diptyque aux volets d’une rigoureuse symétrie antithétique (L.J. 153-154, L.C. 41-44).

23Rien d’étonnant que la correspondance se charge par là d’un certain didactisme auquel aide l’érudition avec ses références, allusions, citations et que souligne l’emploi des formules d’annonce, de transition ou de reprise à la première personne du pluriel (si fréquentes dans les Lettres chinoises notamment) : « Commençons... Voyons... Examinons.. Nous verrons ensuite... Arrêtons-nous... Passons... Revenons... ».

24Pourtant, dans le cadre de ces lettres démonstratives, un élément tend à limiter l’allure discursive du propos : c’est le recours au dialogue. Très souvent, en effet, les arguments, au lieu d’être présentés d’une manière impersonnelle, sont l’objet de transcriptions en style direct. Etres de la réalité ou personnages imaginaires, figures individuelles ou collectives, voici que s’avancent sur la scène du débat et que prennent la parole le ou les tenants de telle ou telle doctrine. Des auteurs, philosophes, savants, voyageurs... sont-ils ainsi évoqués ? Leurs répliques ou sont composées d’extraits de leurs œuvres ou contiennent un bref résumé de leur pensée. Le dialogue s’institue d’ailleurs à des temps et des modes divers : présent de la discussion ouverte, futur des objections devinées et des réponses éventuelles, ou encore conditionnel passé d’échanges imaginés : « On eût dit... Ils auraient alors dit... », « Il aurait dit... On aurait répondu... ». Il arrive même que, dans son désir de poursuivre et approfondir l’analyse, le correspondant en vienne à revêtir un masque (procédé du masque dans le masque) et à relancer l’entretien : « je me mets pour un instant à la place d’un Brame et je dis au missionnaire... » écrit Isaac (L.J. 97), tandis que, de son côté, Aaron se déguise en Nazaréen Papiste (« je suppose pour un instant que je sois Nazaréen Papiste : je vais, dirais-je à un Anglican... » L.J. 141) ou en... Aristote (« je suppose pour un moment que je sois ce même Aristote que Male branche a si grièvement insulté : dites-moi, lui demanderais-je... » L.J. 150).

25Cependant un dialogue semble privilégié : celui qui met en présence rédacteur et destinataire. Certes il est banal de comparer les lettres d’une correspondance au mouvement des répliques d’une conversation. Mais ici c’est la lettre elle-même qui en son sein traduit et reflète ce mouvement. Le « je » laisse ouvertement place à sa référence implicite et la deuxième personne du singulier investit le texte épistolaire. Bien des lettres sont ainsi construites sur un échange prolongé où alternent le « je » et le « tu » (l’échange peut du reste s’élargir à d’autres). Le destinataire assume alors un rôle actif. Il n’est pas seulement apostrophé, pris à témoin, mis en garde, sollicité de ses avis ou ses critiques. Il interpelle lui-même, questionne, cherche, suppose, conjecture, examine, considère, objecte, compare, apprécie et décide. Il dit sa curiosité, son étonnement, son incompréhension, son agacement, son impatience, son indignation ou son amusement. C’est lui qui, seul ou avec le rédacteur (d’où l’emploi d’un « nous » distinct du « nous » du langage didactique), parcourt les étapes du raisonnement et de la démonstration et finit par reconnaître la justesse de sa pensée ou le caractère contestable de son interprétation.

26Cette quasi constante intervention du destinataire est significative. Elle renvoie, en effet, à l’attitude fondamentale de l’esprit en quête de vérité, telle que s’efforce de la définir et de la vivre la philosophie moderne, sous le double signe du dynamisme et de la liberté. Grâce à son jeu de répliques entrecroisées, la lettre tend à figurer le cheminement même de la réflexion authentiquement philosophique. Ce n’est pas seulement de lettre à lettre, c’est au cœur d’une même lettre que semble s’instituer l’échange libre et confiant à la faveur duquel est laissée à l’interlocuteur l’initiative de confronter, d’évaluer et de se prononcer.

27Que cependant ce dialogue d’idées ne nous cache pas l’entente profonde qui règne entre les différents correspondants. Ceux-ci sont, en effet, liés par une communauté de race, d’éducation et de culture. Leurs préoccupations sont identiques, leurs schémas de réflexion également. De sorte que la discussion peut bien représenter les moments d’une dialectique de l’esprit qui prétend ne se rendre qu’à l’évidence, elle n’en est pas moins « orientée », « engagée » dans un certain sens. On le voit bien, par exemple, dans les Lettres chinoises. Par-delà leurs oppositions internes, les personnages se trouvent d’accord sur un même point : la révision des connaissances que leur ont transmises leurs « maîtres » missionnaires... « Bientôt je pourrai vérifier si ce qu’ils nous racontaient est conforme à la vérité » écrit à Yn-Che-Chan Sioeu-Tcheou débarquant au Havre (L.C. 1). Et Yn-Che-Chaé demande en retour : « je te serai fort obligé de m’apprendre si tout ce qu’ils débitent ici (...) est conforme à la vérité » (Ibid. 7). Tout le commerce épistolaire des Lettres chinoises est ainsi ordonné autour de la volonté commune de mettre en quelque sorte à l’épreuve les enseignements oraux et livresques des jésuites en Chine. La communication établie permet de révéler les incertitudes, erreurs, impertinences, mensonges, silences, contradictions... dont les missionnaires se rendent coupables dans leurs conversations et dans leurs livres. Elle opère un véritable travail de dévoilement. Si chaque réseau épistolaire correspond à une Relation de voyage, l’ensemble des réseaux tend à se fondre dans la même « Anti-Relation des voyages des jésuites »... Les Lettres chinoises apparaissent comme la parabole de la critique d’une éducation (l’éducation traditionnelle des jésuites) et de la revendication, de la conquête de l’esprit nouveau. Les masques mis en place dans le cadre fictif de ces Correspondances ont pour fonction de... démasquer ceux qui, dans la réalité, déguisent la vérité et abusent les esprits.

28Mais, à travers ce jeu de masques - épreuve de vérité-, l’auteur réel parvient-il à communiquer avec son public ? La question se pose en effet. Personnages imaginaires aux couleurs exotiques, liens épistolaires tissés : l’illusion créée est encore renforcée par la prétendue traduction anonyme. Assurément l’écrivain-journaliste se dissimule. Pourtant, en dépit de ces fictions accumulées, le marquis d’Argens tend à se découvrir et à lier rapport avec ses lecteurs.

29Nous pouvons d’abord invoquer cet apparat de textes qui entourent les Lettres juives et les Lettres chinoises : Epîtres, Préfaces, notes, et où, quoi qu’il en ait, l’auteur en vient à détruire l’illusion.

30En dehors des Préfaces générales qu’appellent les éditions complètes successives - témoignage du succès des publications périodiques - et où d’Argens revendique la paternité de la fiction, parle, comme dans la Préface des Lettres chinoises (1769), de correspondants supposés et de « lettres feintes », les Préfaces placées en tête de chaque tome des Lettres juives, par exemple, sont, elles, signées du « traducteur » (désigné du reste par la lettre Dxxx dans la Lettre initiale au libraire) et entendent observer et soutenir la fabulation fondamentale. Cependant elles ne cessent de jouer en fait de l’équivoque entre le soi-disant traducteur et l’auteur réel. Si parfois le pronom « on » semble unir dans une même prise de position le correspondant et le traducteur (« ... on a distingué... n’a-t-on pas avoué ?... »), l’emploi de la première personne du singulier, qui apparaît notamment lorsqu’il s’agit de défendre le livre au fond, tend à déceler la présence de l’auteur engageant un dialogue avec son lecteur. Sans doute, dans la Préface du tome I, le « traducteur » s’insurge-t-il contre l’injustice qu’on lui fait de le « rendre responsable des sentiments de (son) auteur » : « n’y-a-t-il pas de l’extravagance à vouloir exiger qu’un Juif approuve des maximes et des usages qui sont directement contraires à sa loi et à ses préjugés ? » Et, dans la préface du tome II, à propos de « saillies hardies » (fort « pardonnables à un juif » !), il rappelle de nouveau que « lorsqu’on traduit un ouvrage, on est obligé de le donner tel que l’auteur l’a composé ». Il est vrai qu’il refuse alors de s’en tenir à cette justification... Quoi qu’il en soit, il finit par oublier effectivement la fiction et par s’engager personnellement - bien au-delà de la liberté qui lui revient comme traducteur. C’est en son nom propre qu’il répond aux détracteurs des Lettres, qu’il repousse les accusations et renverse les objections qui ont pu être lancées (« je défie qu’on me nomme un auteur estimable dont je n’aie pas fait l’éloge », t. IV, « je n’ai fait aucun quartier aux fourbes et aux hypocrites », t. V...). Il reconnaît devant ses lecteurs son entière responsabilité dans les attitudes et les sentiments décrits, il prend à son compte les débats institués (« j’ai soutenu... j’ai eu raison de soutenir... j’ai dit et je dis encore... ») et il invite le public à s’éclaircir lui-même et à se prononcer. Ce public qu’il partage en deux catégories, celle des « misérables barbouilleurs de papier » (ce sont ceux qui multiplient invectives, injures et calomnies contre les Lettres) et les « connaisseurs », « gens de goût » ou « honnêtes gens » : aux premiers, il dit son profond mépris, cependant qu’aux seconds il exprime sa vive reconnaissance pour le soutien et le réconfort que leurs approbations et leurs éloges lui apportent. D’Argens ici ne se masque plus. Rapprochant, dans la Préface du tome IV, un extrait critique de l’extrait d’une lettre de Jacob Brito, il interpelle le lecteur : « je laisse présentement à décider lequel du critique ou de moi… ».

31Cette même équivoque, nous la retrouvons dans les notes (dont le nombre croît d’édition en édition). Sauf exception (ainsi une note de la lettre 79 des Lettres chinoises (t. III, p. 157-158) est ajoutée par le correspondant lui-même : « le fait que je te rapporte est très certain », écrit Sioeu-Tcheou à Yn-Che-Chan), les notes sont, en principe, le fait du « traducteur ». C’est lui qui est censé expliquer à l’intention des lecteurs un mot ou une périphrase, donner l’équivalent d’un terme étranger, savant ou impropre, éclaircir une allusion, corriger une inexactitude, identifier un lieu, un peuple ou un personnage évoqués, commenter l’opinion d’un des correspondants ou rectifier l’une de ses appréciations (dans la lettre 84 des Lettres juives (t. III, p. 254), il laisse même entendre qu’il a écrit à Aaron à Constantinople pour avoir l’explication d’un fait contesté !). C’est lui qui est censé indiquer la référence de la citation insérée dans le texte et en reproduire l’original (avec version latine s’il s’agit de grec), donner la ou les sources de la thèse défendue, sou tenir l’idée développée d’extraits empruntés à différents auteurs anciens ou modernes, opérer des rapprochements, renvoyer à d’autres ouvrages... Témoignages de sérieux et d’érudition à la faveur desquels le lecteur est directement apostrophé (« notez que... »), mis en garde, présenté ou comme l’adversaire à qui l’on réplique ou comme l’interlocuteur sur l’intelligence duquel on compte (« le lecteur s’aperçoit sans doute... », L.J., t. I, L. 23, p. 269, « ceux qui pénétrent dans le véritable sens de cette lettre comprendront aisément… », L.C., t. II, L. 69, p. 371) - à moins qu’il ne soit laissé juge des accusations portées contre l’un des correspondants (« je demande aux lecteurs de vouloir examiner attentivement si c’est avec justice que les ennemis d’Aaron Monceca ont imputé à ce juif... », L.J., t. III, L. 81, p. 214).

32Toutefois il arrive que les notes ne renvoient pas nettement au traducteur. Tantôt, comme dans les Préfaces, traducteur et correspondant semblent confondus dans un « on » indistinct (« on n’a pas eu l’intention... », Ibid., L. 23, p. 269 « on n’attribue rien aux jésuites... », Ibid., t. VII, L. 193, p. 198), tantôt la première personne du singulier est utilisée : l’auteur s’avoue alors tel, justifiant aux yeux de son public la solidité et la véracité de son développement (« ... je ne fais parler et penser saint Augustin que comme il a réellement pensé et parlé », Ibid., t. I, L. 15, p. 169), précisant et définissant ses intentions... Le « je » représente bien le créateur de la fiction : « ce que dit ici Yn-Che-Chan est un ramas d’erreurs impies (...) je ne (les lui) fais soutenir que pour avoir l’occasion de (les) réfuter vivement » (L.C., t. II, L. 61, p. 321). Il est vrai que certaines notes ont été l’objet d’additions ultérieures, contemporaines de ces Préfaces générales où le masque tombe. Il n’en demeure pas moins une inévitable ambiguité.

33Cependant y-a-t-il, immanents aux Lettres mêmes, des signes de la présence de l’auteur et d’une relation entre lui et les lecteurs ?

34Relevons d’abord les allusions et références que les correspondants font aux œuvres de d’Argens dont un passage peut être retranscrit et commenté ou sur lesquelles un jugement d’ensemble est porté. Les Lettres juives évoquent ainsi les Mémoires du marquis de Mirmon (t. II, L. 35), les Mémoires du marquis d’Argens (t. IV, L. 105), La Philosophie du bon sens (t. VI, L. 154) ; les Lettres chinoises, les Lettres morales et critiques (t. II, L. 47). Mais outre que le titre du livre est généralement mentionné en note, l’auteur (dont le nom est également révélé en note) n’apparaît dans la lettre qu’à travers une troisième personne et sous une appellation évidemment neutre : « un auteur moderne », « un philosophe moderne »... invoqué parmi d’autres. Sorte de distanciation qui maintient en apparence le masque, mais en même temps clin d’œil malicieux de reconnaissance lancé par l’auteur à ses lecteurs. Cette impression mêlée s’accentue lorsque le correspondant insère dans sa lettre la prétendue copie d’une lettre d’un libraire à son journaliste (L.J. 61) où « les ouvrages du marquis d’Argens » sont vivement critiqués. Car l’effet de distanciation est alors accru (recours à la lettre dans la lettre, emploi de l’antiphrase et de l’ironie...) et le clin d’œil plus marqué puisque, par le jeu de miroir institué, l’auteur est nommément désigné.

35Peut-être pourrait-on également déceler un signe de présence et de reconnaissance à travers l’hypothèse qu’imagine Aaron voulant donner à Isaac une idée des feuilles volantes de Paris et d’Europe : « figure-toi les lettres que je t’ai écrites. Si je les communiquais à quelqu’un et qu’il s’avisât de les rendre publiques, il en ferait un ouvrage périodique ». Ici, la fiction se mime elle-même, comme est ensuite mimée la réaction du public. Aaron, en effet, ajoute : « elles plairaient à quelques-uns, elles seraient critiquées par d’autres, mais je crois qu’elles trouveraient dans les moines de dangereux ennemis » (L.J. 5). Fiction en quelque sorte au deuxième degré qui dissimule, mais aussi découvre, comme l’attestent les Préfaces en écho.

36Plus généralement, la structure des Correspondances ne semble pas sans signification ni sans portée. La position dominante d’Aaron dans les Lettres juives, l’axe principal autour duquel s’organisent les Lettres chinoises marquent une volonté de privilégier dans chaque ouvrage un réseau épistolaire. Or, Aaron comme Sioeu-Tcheou résident à Paris et l’on sait qu’Aaron, dans les Lettres juives, se rend ensuite en Hollande et en Angleterre. Parmi les différents itinéraires tracés, celui-là se détache qui, de Paris, conduit vers ces terres de liberté que sont la Hollande et l’Angleterre (dont la Chine, dans les Lettres chinoises, est plus ou moins un équivalent). Un tel itinéraire, qui correspond à celui qu’a accompli l’auteur même, dont les Lettres d’ailleurs viennent précisément de la libre Hollande (à l’instar de ces ouvrages qu’attend avec impatience Aaron pour les expédier à Isaac, L.J. 18, 35, 58), est destiné à être traduit symboliquement par le lecteur... raisonnable. Les Lettres paraissent ainsi mettre en œuvre une sorte de code commun (en référence à l’échelle d’évaluation antithétique chère au siècle) grâce auquel le journaliste et le public peuvent se rejoindre dans un mouvement d’entente et de compréhension complice.

37D’autre part, la forme de l’échange, que permet la relation épistolaire, n’est pas non plus sans intérêt. Qu’on songe en particulier à ces lettres-débats dont nous avons souligné l’absence de conclusion : l’image se dessine de la démarche d’un auteur à la recherche de la vérité dont il sait qu’elle ne saurait être figée. Caractéristique est à cet égard l’affrontement philosophique et religieux qui oppose Yn-Che-Chan à Sioeu-Tcheou. Sous le masque chinois de la doctrine de Confucius et de celle des nouveaux sectateurs, se retrouvent les visages respectifs du déisme et de l’athéisme. Deux tentations entre lesquelles se partage justement d’Argens. Loin de s’assimiler à l’un ou l’autre des deux personnages (pas plus évidemment qu’il ne s’assimile à un autre des correspondants), l’auteur se situe dans le mouvement même de l’échange, reflet d’un tiraillement vécu, d’un dilemme non résolu, et appel propre à l’éveil de la réflexion du lecteur à qui ne sont apportées ni réponses ni certitudes.

38On pourrait encore invoquer l’identité de vision qui commande les Lettres. Nous l’avons dit : les discussions n’empêchent pas que les correspondances se placent toutes sous le signe de l’esprit nouveau. Juifs ou Chinois, les épistoliers mis en scène sont des esprits éclairés. Sur les choses diverses qu’ils observent ou découvrent, ils portent le même « œil philosophique », selon une expression refrain. Cette unité et cette permanence du regard sont assurément efficaces. Car l’auteur et le lecteur ne peuvent pas ne pas se fondre dans ce regard, ils deviennent pour ainsi dire ce regard libre, ironique, interrogateur, qui perce l’apparence et en dénonce le caractère faux et illusoire. Dans les Lettres juives et les Lettres chinoises, la diversité des correspondants qui n’ont ni voix ni ton distincts est exploitée dans le sens d’une convergence. Point focal de ces Lettres fictives où se réalise l’échange des deux interlocuteurs réels : l’auteur et le public.

39Inspirées, quoi que dise d’Argens (L.J. t. V Préface), des Lettres persanes, qui étaient déjà présentées comme la traduction d’un manuscrit et publiées sans nom du « traducteur », les Lettres juives et les Lettres chinoises témoignent des rapports étroits existant entre périodique et littérature. Certes, les Lettres de d’Argens ne constituent pas des romans, à la différence de l’ouvrage de Montesquieu. Elles ne décrivent pas le cours d’une intrigue romanesque avec son « commencement », son « progrès » et sa « fin », pour reprendre les termes de Quelques réflexions sur les Lettres persanes (1754). Elles ignorent toute composition dramatique et notamment le final d’une intensité particulière que permet l’apparent effacement du fil de l’action des Lettres persanes 97 à 146. Les Lettres juives et chinoises ne sont, elles, fondées que sur le seul mouvement de l’itinéraire tracé, arbitrairement interrompues par l’auteur et appelées d’ailleurs à trouver leur prolongement dans la conversation que tiendront les voyageurs de retour au pays (L.J. 168, 198, L.C. 84, 142). Ni exposition, ni nœud, ni dénouement : les Lettres de d’Argens sont privées des effets de cohérence et de concentration dramatique qui distinguent les Lettres persanes. De même qu’elles sont privées du moteur romanesque de l’amour. Les Lettres persanes sont, on le sait, un roman du sérail. Voyageur en Occident, tel Aaron ou Sioeu-Tcheou, Usbek est aussi maître de sérail et, à ce titre, non exempt d’inquiétudes sur ce qui se passe à Ispahan. Personnage dont les traits sont suffisamment marqués et individualisés, véritable héros, Usbek (qui ne se confond pas avec Rica, comme Aaron peut se confondre avec Jacob) n’échappe pas aux troubles croissants de la méfiance et de la jalousie. Et ses dispositions intérieures influencent son comportement de voyageur, son itinéraire (ainsi sa retraite à la campagne), la nature et le ton de sa correspondance, et jusqu’à ses silences. Rien de tel dans les Lettres juives ou chinoises. S’il advient qu’Aaron confie à Jacob : « j’ai connu, mon cher Brito, un des plus grands dangers que j’essuierai de ma vie. J’ai pensé devenir amoureux... », la confidence tourne court et laisse place à une réflexion sur « les différents caractères des Nazaréens amoureux» (L.J. 50). Le thème de l’amour se réduit aux vœux qu’échangent les deux correspondants d’épouser un jour « une femme fidèle » (Ibid. 50, 162)… Avec Aaron et Sioueu-Tcheou, on est loin d’un Usbek, de sa richesse psychologique, de ses contradictions inconscientes et de la courbe de son destin.

40N’étant pas à proprement parler des romans, les Lettres juives et les Lettres chinoises paraissent bien relever du genre du périodique dont elles reflètent les traits caractéristiques et observent les exigences. Exigences de l’actualité évoquée et commentée, qu’il s’agisse de relater des faits divers récents (la mort du Bacha Osman), de rapporter les dernières nouvelles politiques (histoire de Théodore Ier), de rendre compte d’ouvrages parus depuis peu ou de faire état d’anecdotes, de jugements... puisés dans les gazettes et les journaux contemporains (Mercure, Journal littéraire...). Exigences du public aussi (parce qu’à la suite des lettres qui forment le premier tome des Lettres juives, des « savants » souhaitent des extraits de livres nouveaux, le tome II s’ouvre à la littérature) et du libraire, il va sans dire : c’est lui, qui, par exemple, décide de publier d’abord les Lettres juives relatives aux mœurs et aux coutumes sous le prétexte qu’elles sont susceptibles d’intéresser plus de monde et de se débiter plus aisément (L.J. t. I Préface). Surtout, d’Argens se soumet aux impératifs de la livraison périodique : « bornes étroites » de la lettre (d’où la nécessité de se fixer à un seul point de discussion, L.C. 31), publication échelonnée : d’où la nécessité de recourir à un système de rappels et d’annonces (« Je t’ai parlé... il me reste à te parler... », « Je t’ai promis dans ma dernière lettre de te parler... » L.J. 23)... Dans la Préface générale des Lettres juives, d’Argens reconnaît que certaines des lettres ajoutées n’ont pas été données en feuilles périodiques, parce que, traitant d’un même sujet, elles ne pouvaient guère être lues et encore moins vendues et débitées séparément. Faut-il rappeler que les éditions successives ont entassé notes, remarques et citations jugées nécessaires, mais incompatibles avec la production périodique ? Laquelle, au contraire, s’accommode fort de la diversité et de la multiplicité des matières abordées dans un mouvement d’éparpillement propre à flatter le goût de la variété chez les lecteurs.

41Cependant, les Lettres juives et les Lettres chinoises n’en demeurent pas moins dans l’orbite de la littérature, plus, de la littérature romanesque puisqu’elles lui doivent la fiction des personnages et la forme épistolaire. N’oublions pas d’ailleurs que, dans les mêmes années, d’Argens cultive aussi le « genre » du roman. Les « recueils » de Lettres sont en quelque sorte accompagnés par ces romans que l’auteur publie parallèlement, des Enchaînements de l’amour et de la fortune (1736) au Législateur moderne (1739). Plus peut-être qu’aucun autre, l’exemple de d’Argens illustre le lien du périodique et de la littérature, celui-là empruntant à celle-ci ses procédés de travestissement pour une plus grande efficacité polémique.

Notes

1 Nous nous référons aux rééditions suivantes : Lettres juives, La Haye, Pierre Paupie, 1766 (203 lettres) ; Lettres chinoises, La Haye, Pierre Gosse junior, 1751 (149 lettres). La Préface des Lettres chinoises à laquelle nous faisons allusion se trouve en tête de l’édition de 1769 chez Pierre Paupie, à La Haye. Nous n’évoquons pas dans le cadre de cet exposé les Lettres cabalistiques (1737-1738) que d’Argens déclare avoir placées « entre les Juives et les Chinoises pour faire une diversité plus amusante et (...) plus instructive ».

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540