Version classiqueVersion mobile

Le Défi magique, volume 2

 | 
Massimo Introvigne
, 
Jean-Baptiste Martin

La réaction des églises

L’Église et le défi magique

Mgr Giuseppe Casale

Résumé

The cotemporary «return of magic» is a disturbing event for a part of our culture and has determined at least five different forms of anti-occult criticism: a) a rationalist criticism: the occult is exposed as incompatible with modern rationality; b) a psychological-psychoanalytical criticism; c) a criminological criticism: many occult groups or societies are seen as dangerous and potentially criminal; d) a demonological criticism: all the occult «comes from the Devil»; e) an internal criticism, where some occult groups call themselves «white» and expose the competitors as «black». Although these different forms of criticism often include interesting remarks, they also produce gross exaggerations and should not be accepted at face value by the Churches. The latter should be able to recognize the different dimensions of the «return of magic» -social, political, cultural and pastoral-and the category of «challenge», included in the title of the Lyon conference, appears more adequate than those of «danger» or «conspiracy».

Texte intégral

1La catégorie du défi, qui appelle en même temps à la vigilance et au dialogue, proposée par le document des quatre dicastères du Vatican de 1986 sur les nouveaux religieux, me semble mouvements la plus adaptée pour se situer par rapport au phénomène des nouveaux mouvements magiques, sur lesquels du reste des conférences épiscopales et des évêques ont déjà plus d’une fois porté leur attention. Toutefois le défi s’articule en défis, au pluriel, lesquels interpellent à divers titres l’Eglise, et que je voudrais analyser maintenant.

2Il y a avant tout un défi social, face aux nombreux problèmes que certains mouvements magiques provoquent dans le tissu social à tout point de vue, particulièrement dans le domaine du satanisme, se rendant parfois coupables d’activités criminelles graves allant jusqu’à l’homicide dit « rituel ». Evitons cependant de diffuser une alarme sociale injustifiée, et notons que les cas de ce genre dûment vérifiés se comptent sur les doigts de la main. Même s’il ne s’agit que de cas très rares, leur existence doit toutefois nous conduire à exercer une surveillance. Il est aussi vrai que sont responsables de ces crimes, au niveau même du satanisme, des groupes ou des bandes de jeunes éphémères plutôt que des organismes structurés. Mais on pourrait se demander, dans ce secteur comme d’ailleurs dans d’autres, si certains théoriciens du satanisme et auteurs de livres diffusés n’auraient pas joué le rôle classique des mauvais maîtres.

3Les psychiatres font remarquer comment l’expérience magique, parfois bouleversante, peut provoquer des risques psychiques, tout particulièrement chez les jeunes. Ces risques doivent être étudiés ultérieurement surtout en fonction des jeunes qui prennent trop facilement l’occultisme pour un jeu. Ceux-ci doivent être mis en garde au moyen d’une action pédagogique par l’intervention de personnes compétentes et expérimentées dans ce secteur très délicat.

4Le défi social des nouveaux mouvements magiques ne doit pas pour autant être compris comme un phénomène intéressant seulement une minorité, et seulement les jeunes. Des études sur la magie, promues entre autres par le CESNUR, ont révélé la présence de personnes d’âge moyen provenant même de la haute bourgeoisie urbaine et de professions élevées.

5Si la religion d’après Marx était « l’opium » du peuple, la magie semble aujourd’hui être « l’opium » d’une certaine bourgeoisie. Elle manifeste un malaise social en même temps qu’un grand éloignement de l’Eglise et elle est la conséquence souvent d’un analphabétisme religieux, pour lequel nous devrions proposer une réponse pastorale au niveau de ce défi.

6Après avoir exposé quelques observations à propos du défi social, on ne peut passer sous silence le défi politique représenté par certains nouveaux mouvements magiques. Il s’agit d’un terrain miné sur lequel même les chercheurs s’aventurent avec précaution. Peut-être y réussirait-on mieux en Italie, où une confusion de contre-pouvoirs plus ou moins louches a pollué depuis des siècles la vie normale des institutions politiques.

7Si aucune enquête n’a pu jusqu’à présent résoudre le problème de l’importance des groupes d’occultistes qui ont entrepris une trame de caractère politique, il est tout de même vrai qu’au délà de toute fantaisie et hypothèse romanesque, certains mouvements magiques, en des périodes même récentes de leur histoire, se sont proposé d’acquérir par des moyens plus ou moins douteux une influence dans les affaires de l’Etat et de la société.

8Nous ne savons pas si ces projets ont obtenu les résultats qu’ils espéraient, mais nous savons qu’ils ont été sérieusement conçus et formulés. Nous savons aussi que la mentalité magique fait souvent surgir dans l’adepte un désir malsain de pouvoir et d’ambition quant à ses possibilités de construire ou de refaire le monde.

9Nous pouvons supposer qu’il a existé et qu’il existe une magie politique, même si nous ne savons pas combien de ses projets ont pu effectivement se réaliser. Il existe aussi, dans le monde moderne, une politique magique, une politique non plus guidée par une observation du réel mais guidée par une volonté de refaire le monde. La magie politique, ou la politique magique, peut être cause d’une approche malsaine de la vie politique et sociale. C’est pourquoi la doctrine sociale de l’Eglise, transmise par les enseignements du Magistère, s’est plus d’une fois préoccupée de dénoncer ce type d’approche de la politique, sans peur d’appeler les choses par leur nom.

10Un troisième défi qui préccupe le chercheur est le défi culturel. Si nous suivons le parcours et l’influence de la pensée magique, en particulier à travers son rapport avec le Nouvel Age, nous découvrons qu’il ne s’agit pas du tout de mouvements et de tendances marginales, mais de courants qui influencent le coeur même des pouvoirs culturels contemporains, et qui attirent des dizaines de milliers de personnes. Du point de vue de l’extension il ne s’agit pas de passer un « dimanche de bourgeois » à la recherche d’émotions fortes, mais de l’orientation de la culture vers des niveaux plus élevés pendant une longue période qui se projette vers le siècle suivant. Du point de vue de ce qui est en jeu, on peut considérer comme alarmants, pour leur renversement gnoséologique de l’approche de la réalité, les textes qui émergent du nouveau spiritisme dit « channeling » dont le CESNUR s’est occupé dans son séminaire sur le spiritisme à Foggia en 1989.

11Ces textes proposent une alternative radicale à la façon d’entrer en relation avec le réel que l’Occident grec ou chrétien avait toujours connue. A la logique qui part du réel et du monde, ils en opposent une autre qui invente des mondes infinis selon la volonté « magique » de chacun. Et ceci n’est pas sans conséquences sur le plan de la philosophie, de la vie sociale et politique, de l’art, sans parler de la religion qui se trouve privée du fondement raisonnable et de l’objectivité. Même s’il est difficile de déterminer le pourcentage de la population de la planète qui participe au courant Nouvel Age, nous assistons à une radicale mutation des paradigmes et des modes d’entrer en relation avec le monde, qui ont accompagné l’homme occidental pendant des siècles. On ne peut ignorer ce genre de défi, qui a besoin d’une réponse précise.

12En tant que Pasteur j’affronte ce problème finalement en relation avec la dimension pastorale du défi. S’il s’agit, comme du reste pour les nouvelles religions, d’un phénomène tout autre que marginal, nous sommes affrontés à la nécessité d’une pastorale spécifique. Les dimensions sociales, culturelles et politiques du phénomène rendent nécessaire une surveillance et même parfois une méfiance. Mais il n’y a pas que ça. Il y a aussi le besoin d’un dialogue. Dans son document sur la prière et la méditation de 1989, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a été très attentive, quand il s’agit de stigmatiser les aspects négatifs de la mentalité gnostique, à ne pas employer le mot « gnose » mais plutôt « pseudo-gnose » ou « gnosticisme ». Il me semble qu’il ne s’agit pas seulement d’un jeu de mots, ni seulement du respect que nous devons aux Pères de l’Eglise qui employaient l’expression « gnose chrétienne » dans un sens positif. Il existe aussi une dimension pastorale qui résonne dans tout le document. La gnose peut être comprise comme un désir, une demande, tandis que la pseudo-gnose est une réponse, et une réponse fausse. Il existe, aujourd’hui chez les jeunes, et aussi les moins jeunes, une soif plus ou moins grande de sacré, de mystère, de profondeur, qui s’exprime à travers la fascination des symboles et des mythes. Cette demande de « gnose », dans le sens de connaissance des choses sacrées, n’est pas privée d’aspects ambigus et dangereux. Mais tant que la demande demeure demande, nous ne pouvons pas nous limiter à un jugement négatif.

13Du point de vue pastoral, ce serait un erreur de ridiculiser, surtout chez les jeunes, la soif de symboles et de mystère qui se manifeste, ici ou là. Nous ne devons pas penser que tous ceux qui s’orientent vers des réponses que nous appelons magiques soient des personnes anormales ou perturbées. Au contraire les chercheurs du CESNUR qui travaillent sur le champ m’ont souvent transmis l’impression de se trouver devant des personnes tout à fait normales, selon la signification la plus commune de cette expression. Nous nous demandons alors, pourquoi ces personnes partant d’une demande de « gnose » ne trouvent pas une réponse chrétienne, et glissent dans la « pseudo-gnose », dans le gnosticisme, dans la mentalité magique. Cette interrogation pastorale pourrait faire l’objet de tout un colloque ultérieur. Nous pourrons nous demander par exemple, si des sujets comme l’eschatologie, la symbologie, la patristique même si riche de réponses à ce genre de questions, ont eu, dans l’éducation et la formation du clergé et des laïcs, la place qu’ils méritent, et s’ils n’ont pas été négligés en raison, notamment, des préjugés diffusés par certains courants théologiques récents.

14Une réflexion devrait certainement être continuée à ce sujet. Le colloque de Lyon nous permet au moins de conclure qu’aujourd’hui un nouveau front pastoral doit être connu et reconnu. Il s’agit de comprendre l’importance et l’expansion des mouvements magiques, au lieu de les réduire à une simple curiosité. Ils ne le sont pas.

15C’est au service de ces premiers pas que se situent les recherches du CESNUR et c’est dans cet esprit qu’elles sont offertes à l’Eglise. C’est, encore, dans ce but qu’elles méritent d’être prises en considération par les chercheurs et les Pasteurs.

Auteur

Archevêque de Foggia, Président du CESNUR.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search