Version classiqueVersion mobile

Le Défi magique, volume 2

 | 
Massimo Introvigne
, 
Jean-Baptiste Martin

La question de l'exorcisme

Aspects théologiques de l’exorcisme

André Dupleix

Résumé

This paper highlights the theological reasons behind exorcism: indissociable from the duty and ministry of the exorcist, they can be seen in both the tradition and the present-day mission of the catholic Church. There will be a brief semantic and historical introduction, which will enable us to perceive the «instituted ministry» of the exorcist as being a temporary stage before diaconal and presbyterial ordainment and the exorcist’s official duty as entrusted by the diocese bishop.
Four linked aspects then follow, which allow us to understand the specific responsibility of the exorcist, not only in the logic of Christian revelation, but also with relation to the existential, individual or social fields.
— The theological aspect will deal directly with the relationship between the traditional assertions on Satan and the question of evil, this from the Trinitarian viewpoint on salvation.
— The spiritual aspect considers the fight against evil as coming from and being inside spiritual life, a place of tension and progress.
— The ethical and anthropological aspect enables us to question the significance of exorcism from psychological and cultural angles.
— The pastoral aspect attempts to redefine, by taking into account the above factors, the particular function of the exorcist’s duty in the Church’s role of healing.

Texte intégral

1Mon intervention, étroitement articulée aux autres traitant de l’exorcisme, insistera davantage sur les aspects théologiques, ou plus exactement sur l’unité théologique, le sens spirituel, la cohérence intérieure qui marquent la tradition chrétienne, depuis les origines, dans le maintien du rite particulier de l’exorcisme.

2Une précision nécessaire tout d’abord : il convient de se mettre d’accord sur les mots : nous entendons le mot « exorcisme » ici, au sens habituel de la théologie catholique, c’est-à-dire – je cite – : « sommation faite à l’Esprit du Mal, au nom de Dieu, d’avoir à quitter une personne ou une chose. Cette sommation est intégrée à un rite liturgique spécifique ».

3Il apparaît tout d’abord que l’exorcisme est indissociable de la charge d’exorciste, charge confiée par l’évêque et relevant donc du service pastoral de l’Eglise dans sa mission spirituelle, mission de guérison et de salut. Ce premier constat est en lui-même un appui théorique majeur. Il signifie que l’exorcisme n’est pas un acte individuel ou isolé, un acte thaumaturgique faisant appel au seul pouvoir d’une personne, un acte magique mettant en jeu des forces anonymes ou inconnues.

4L’exorcisme ne peut en aucun cas être réduit à un « corps à corps » entre le prêtre et le « possédé ». Il s’agit plutôt d’un acte de l’Eglise qui, par le ministère de l’exorciste, rend effective l’œuvre de guérison du Christ lui-même et s’appuie sur la force de la Résurrection pour affronter et contrecarrer le pouvoir du mal.

5Il existe une véritable fonction d’exorciste à ne pas confondre avec l’exorcistat qui jusqu’en 1962 (Lettre apostolique Ministeria quaedam) était le troisième des quatre ordres mineurs précédant l’ordination diaconale et presbytérale. Cet ordre rappelait l’importance du combat contre le mal et Satan, dans la vie de celui qui s’engage, combat et choix du Christ. La dimension de cette étape était plutôt individuelle et faisait partie de la préparation spirituelle à l’ordination presbytérale.

6L’autre forme, celle qui demeure et nous intéresse davantage ici, est le ministère particulier (le terme ministère étant ici utilisé au sens large) confié par l’évêque du diocèse à un prêtre chargé de recevoir les personnes qui se disent ou sont dites soumises à une possession démoniaque ou à de fortes déstabilisations dont on ne peut retenir la seule origine psychologique ou médicale. L’exorciste diocésain utilise un rituel proposant un ensemble de prières, de paroles, de signes et de gestes. Je ne reviens pas sur le détail de ce rituel commenté par ailleurs. J’insiste sur le fait qu’il s’agit d’une mission spécifique rappelée par le nouveau Code de droit canonique (canon 1172) : « Personne ne peut légitimement prononcer des exorcismes sur les possédés, à moins d’avoir obtenu de l’Ordinaire du lieu une permission particulière et expresse ».

7Le rituel de l’exorcisme a trop souvent, hélas, été victime – dans la compréhension des gens et des chrétiens les premiers – d’une réputation sulfureuse et marginalisante, aux antipodes de sa signification première liée au sacrement de l’initiation chrétienne et plus particulièrement du baptême. Les scènes de violence ou d’injures prenaient vite le pas, dans l’imagination, sur la volonté positive de renoncer au mal, conséquence indissociable de l’affirmation trinitaire de la foi : « Je crois en Dieu Père, Fils et Esprit ».

8C’est, en effet, à partir de l’affirmation de la foi baptismale que l’on peut comprendre – et seulement – la nécessité de changer de vie, de se convertir et, pour ce faire, d’engager une lutte contre toutes les forces de dislocation et de mort représentées par Satan ou le Démon. Mon objectif est d’ailleurs de rendre à l’exorcisme et au ministère de l’exorciste leur sens positif tant dans l’environnement culturel de notre temps que dans la responsabilité spirituelle de l’Eglise par rapport au monde présent.

9J’aborderai brièvement quatre dimensions très articulées permettant de comprendre la signification de ce ministère particulier de l’exorciste tant dans la logique de la révélation chrétienne que par rapport au champ existentiel, qu’il soit spirituel, éthique ou pastoral. Quatre dimensions qui sont : – la dimension théologique ou l’exorcisme comme ministère de discernement et d’intelligence – la dimension spirituelle ou l’exorcisme comme ministère de conversion et de sanctification – la dimension éthique ou l’exorcisme comme ministère de réintégration et de renaissance – la dimension pastorale ou l’exorcisme comme ministère de miséricorde et d’évangélisation.

1. La dimension théologique

10Je proposerai en premier lieu de comprendre l’exorcisme comme un ministère de DISCERNEMENT ET D’INTELLIGENCE. De quel combat s’agit-il ? Quel est l’enjeu de ce combat ? Disons-le tout de suite : l’enjeu est la Vérité de Dieu, son Unité et donc nécessairement la Vérité de l’homme et son Unité, la Vérité du monde et son Unité.

11L’Evangile est le lieu où ce combat se manifeste le plus parce qu’il y a révélation de Dieu dans la chair : le Christ. Face à lui, le refus de Dieu qui touche la création depuis l’origine : « La lumière brille dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont point comprise » (Jn 1, 5). « Comprise » au sens d’entendre mais aussi d’englober. « Il est venu chez les siens et les siens ne l’ont pas accueilli » (Jn 1, 11). Satan s’oppose à Jésus par l’intermédiaire des esprits impurs ou des possédés (Mc 1, 24-25 ; 3, 22 ; 5, 9). Jésus demande son échec : « Délivre-nous du mauvais (ho poneros) » (Mt 6, 13).

12Les récits de la tentation (Le 4, 2) indiquent clairement que le diable veut faire dériver le Christ et briser son unité avec le Père en pervertissant la Parole et la volonté divine. Le Christ, face à Satan, qui peut être représenté même par l’apôtre Pierre (Mc 8, 33), se réaffirme comme le seul guide parce qu’il révèle le Père (Jn 14, 9) et qu’il est conduit par l’Esprit (Mt 4, 1).

13Or, ce qui est premier c’est la révélation et l’affirmation de l’Unité de Dieu, Père, Fils et Esprit. Le combat mené contre le diable est une œuvre de dislocation (diable vient de diabolos, grec signifiant diviseur), une œuvre d’opposition (Sathan, hébreu, signifie opposant, adversaire), une œuvre manifestée dans l’ordre spirituel (démon vient de daimôn qui veut dire puissance divine. Le sens péjoratif et négatif n’étant venu qu’ensuite). L’étymologie est ici importante. Les mots employés pour désigner le pouvoir du mal indiquent le type du combat mené face à la révélation trinitaire de Dieu. Révélation d’un Amour qui unit et qui rassemble. Face au symbolos le diabolos, face au symbole le diabole...

14L’exorcisme apparaît dès son origine baptismale comme un rétablissement dans l’ordre de la Vérité divine. Fuir le gauchissement ou la perversion de la Parole c’est déjà agir contre le mal en affirmant Dieu dans sa réalité trinitaire. Dieu agit par sa Parole et a créé l’homme à son image. Le ministère de l’exorciste, en s’opposant par la prière aux forces de désagrégation et à l’erreur, manifeste le Christ-symbole dressé face au mensonge et au mal. Au nom du Dieu vivant dont la lumière précède tout.

2. La dimension spirituelle

15Elle est immédiatement dépendante de ce que nous venons d’affirmer. L’exorciste aurait-il un ministère de CONVERSION ET DE SANCTIFICATION ? Sûrement, et je n’hésite pas à situer son rôle dans la grande tradition mystique du Christianisme et de l’Eglise qui a toujours cherché à combattre le mal en ses origines les plus profondes et non dans ses interprétations secondaires les plus ambiguës. La grande prudence de l’Eglise dont aucun Concile n’eut d’affirmation dogmatique directe sur Satan, le Démon ou le Diable, n’a d’égal que sa perspicacité à faire de la liturgie, de la vie sacramentelle et de la prière des temps et des lieux de restructuration intérieure par la grâce de Dieu et les fruits renouvelés de la Résurrection.

16Ce n’est pas par hasard non plus que le nouveau Code de droit canonique situe le canon 1172 sur l’exorcisme dans le livre IV « Fonction de sanctification de l’Eglise ». Ici je pourrais amplement citer saint Paul et à sa Suite tous les Pères de l’Eglise. Paul se distancie quelque peu de la démonologie ambiante en développant davantage une vaste symbolique du mal.

17Le combat est intérieur et il est mené contre la mort à l’œuvre en nous mais définitivement vaincue par le Christ (« Mort où est ta victoire ? » (I Co 15, 55). En permanence « la nuit est avancée mais le jour est tout proche, rejetons les œuvres des ténèbres et revêtons les armes de la lumière » (Rm 13, 12). La lutte certes est engagée contre « les principautés et puissances du monde des ténèbres » (Col 1, 16) mais les deux grands défis pauliniens sont le mal qui exerce sa séduction (Rm 7, 11) et la mort « dernier ennemi » qui sera détruit (1 Co 15, 26). Ainsi la résistance au mal peut conduire la vie à une transformation et à une conversion, à une imitation du Christ, à une communion dans l’Esprit manifestée par l’Amour, le pardon, la compassion, la bienveillance, l’humilité, la douceur, la patience (Col 3, 12-14).

18Toute la Tradition, des Pères à aujourd’hui en passant par Thomas d’Aquin, Thérèse d’Avila ou Jean-Marie Vianney, insistera sur le combat spirituel inévitable pour l’équilibre de la foi – tension et progrès – et sur le rôle de la prière et des sacrements, particulièrement de l’Eucharistie comme union à Dieu et résistance aux tentations d’effondrement et de désespoir.

19L’exorcisme, sans être un sacrement, est indissociable de la vie sacramentelle de l’Eglise. En ce sens l’exorciste a une mission de veilleur et de guide. Il peut conduire à restaurer l’image brisée ou surtout à déceler, à débusquer au fond du cœur meurtri le lieu intact où Dieu se révèle en son unité d’Amour, comme un Dieu de genèse et de sanctification.

20L’exorcisme est une affirmation indirecte de la permanence, au creux du péché, de la sainteté humaine.

3. La dimension éthique

21Elle appartient vraiment à l’ordre théologique car le mal, en brisant en l’homme l’unité originelle qui lui vient de la création, a des conséquences individuelles et sociales. L’exorcisme intervient alors également sur un plan psychologique ou plus largement culturel – on pourrait presque parler d’une signification anthropologique du rite. Théologiquement le ministère de l’exorciste peut être considéré comme un ministère de REINTEGRATION et de RENAISSANCE.

22Face aux ruptures ou aux déstabilisations de la personne, n’y a-t-il pas dans le rite affirmation d’un nouvel équilibre possible, en raison de l’unité transcendante de l’être à l’image de Dieu ?

23Les victimes du mal ou ceux qui ne s’appartiennent plus, les « possédés », connaissent le drame d’une double division individuelle et sociale. Ils sont effectivement en situation « diabolique », c’est-à-dire divisée. La perturbation des comportements les conduit à l’exclusion. Exclus d’eux-mêmes, exclus du champ social, marginalisés par leur maladie.

24A la suite du Christ qui, par ses guérisons, a réintégré socialement et rééquilibré psychologiquement tant de malades en ne faisant souvent dépendre la guérison que d’un simple acte de confiance (pas d’une profession doctrinale de foi...) l’Eglise se sent également responsable sur le plan éthique. Elle peut aider – et plus particulièrement par le rôle de l’exorciste – à reconstituer même lentement le tissu humain, moral et spirituel déchiré. Paul rappelant aux Ephésiens que le Christ est notre paix ajoute : « De ce qui était divisé il a fait une unité, dans sa chair il a détruit le mur de séparation, la haine... Il a voulu créer en lui un seul homme nouveau... au moyen de la Croix : là il a tué la haine » (Ep 2, 14-17).

25La référence à la croix du Christ occupe une place importante dans le rite de l’exorcisme. Elle est dressée face à la haine et au mal. Elle affronte directement la division diabolique du malade par sa seule force d’unité, de cohésion et de rassemblement. Elle est signe et outil de réintégration (l’homme peut apprendre à nouveau à demeurer dans sa propre maison et à vivre une relation morale avec les autres). Elle est signe et outil de renaissance (la vie est une succession de commencements, de recommencements et jamais une ligne continue ou ininterrompue).

26Le ministère de l’exorcisme peut être d’utilité publique en lien avec des médecins, des psychologues ou des psychiatres. Dans un tel domaine, la compétence spirituelle et théologique entre dans le champ normal de l’interdisciplinarité.

4. La dimension pastorale

27A partir de ce que nous venons de dire, hélas trop rapidement et par grands axes, nous pouvons sans difficulté plaider en faveur d’une meilleure compréhension du rôle de l’exorciste et de sa place bien définie et importante dans le ministère pastoral de l’Eglise. L’exorcisme, bien compris, peut et doit devenir, au delà d’une simple forme de menace ou d’interpellation, un véritable signe de délivrance et de progrès. Il constitue, au milieu des effets pervers de la destructuration, une sorte de coup d’arrêt, d’interruption d’un processus malin et mortifère. Il est aussi – telle la symbolique forte du Christ chassant les marchands du temple pour y guérir et y enseigner – l’affirmation de la prééminence du Dieu fidèle seules menaces sataniques.

28Il faut dire honnêtement que la marginalisation encore récente de la fonction d’exorciste était liée à l’évolution – plutôt dans un sens démythifiant – du discours de la Théologie et de la Catéchèse concernant Satan ou le monde démoniaque. Discrétion et réserve en ce domaine ne peuvent d’ailleurs être qu’un bien.

29Il faut dire également que le nouveau et spectaculaire redéploiement de la fonction est favorisé par des demandes multipliées dues aux profonds déséquilibres que connaît notre temps et qui se manifestent entre autres par une inflation démonologique ou satanique méritant un sévère discernement plus qu’un engouement trop rapide, nocif et déséquilibrant pour beaucoup.

30Par contre, il faut dire surtout qu’il y a depuis l’origine de l’Eglise, et que doit être maintenue, une place probablement à définir, à clarifier théologiquement, pour ce ministère qui pourrait être appelé sans hésitation, même s’il n’est pas le seul dans ce cas, ministère de MISERICORDE et d’EVANGELISATION. Miséricorde parce que l’exorcisme, bien compris et bien pratiqué, est un véritable rite de réconciliation et de réintégration dans le corps ecclésial par éloignement ou destruction, même provisoire, de la source du péché et du mal. Evangélisation parce qu’il s’agit d’« une bonne nouvelle » : celle de la victoire absolue et irréversible de Dieu Père, Fils et Esprit sur la peur, l’aléatoire, la tragédie ou la mort.

31Les Eglises locales doivent œuvrer dans le sens d’une meilleure articulation du rôle des exorcistes à leur pastorale d’ensemble autant qu’à une solide formation théologique, philosophique et humaine de ceux à qui la charge sera confiée.

32L’Evangile de Marc, en sa finale, relie étonnamment la résurrection, l’évangélisation et les signes qui l’accompagneront parmi lesquels l’autorité sur les démons (Mc 16, 17). Est-ce une façon de plus d’indiquer l’unité profonde des signes et des symboles, la force de la symbolique face à la diabolique, la prévalence de la lumière sur la nuit ? Je le crois.

5. Conclusion : prudence, fermeté et paix

33En conclusion je mettrai en valeur trois mots qui sont d’ailleurs trois valeurs évangéliques et spirituelles : prudence, fermeté et paix.

34Le ministère d’exorciste dont nous avons évoqué les dimensions théologiques doit être exercé avec prudence. Gardons-nous de considérer que nous puissions avoir sur la question du mal ou sur Satan et le monde démoniaque une réponse précise et définitive. Il y a là un domaine non connu et non connaissable dont on peut penser qu’il ne devrait même pas être qualifié de mystère. Le seul mystère véritable est le mystère de Dieu auquel nous avons accès par le Christ et dans l’Esprit.

35Gardons-nous également de nous approcher sans séparation ou sans discernement de ces zones de turbulence et de contradiction. S’il y a, à l’origine de la souffrance humaine, des motifs que nous pouvons affronter et supprimer, il y en a d’autres qui échappent à notre maîtrise et peuvent nous déstabiliser, quelle que soit notre bonne volonté ou la qualité de notre foi. Il s’agit là des extrêmes limites de la liberté humaine, très proche finalement de l’arbre symbolique du jardin d’Eden. Augustin disait : « Satan est comme un chien très méchant qui s’agite beaucoup mais ne mord que ceux qui s’en approchent ».

36Le ministère d’exorciste doit être exercé avec fermeté. Fermeté en raison de l’espérance qui nous vient d’une certitude : le mal et la mort n’ont pas et n’auront jamais le dernier mot. Si Satan est obstacle, nous avons toutes les capacité de surmonter cet obstacle et de le rendre insignifiant. Thérèse d’Avila disait en parlant des démons :

37« Je pensai sans nul doute qu’ils avaient peur de moi car je restai calme, les craignant si peu que la peur qu’ils m’avaient faite s’évanouit... J’eus désormais sur eux un tel empire, don manifeste du Seigneur de toutes choses, que je ne me souciais pas plus d’eux que des mouches. Je les crois si lâches qu’ils perdent leurs forces lorsqu’ils voient qu’on les méprise... Je ne comprends pas ces peurs : démon ! démon ! lorsque nous pouvons dire : Dieu ! Dieu ! et le faire trembler » (ch. XXV).

38Le ministère d’exorciste doit être exercé dans la paix. La paix nous a été remise. Définitivement. Un message l’accompagne qui nous vient tout droit du Ressuscité et de l’Evangile : « N’ayez pas peur... Je suis avec vous jusqu’à la fin du monde... » Seul compte l’Amour. Dieu seul est digne de foi.

Auteur

Université Catholique de Toulouse.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search