Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Samedi 13 juin après-midi. Séance dirigée par Jochen Schlobach

Le journaliste masqué

Personnages et formes personnelles

Michel Gilot, Jean Sgard, D. Koszul et Robert Granderoute

Texte intégral

1Le journalisme a toujours entretenu avec la littérature des relations ambiguës. Il appartient d’un côté aux techniques de la communication et ne fait que mettre en ordre et présenter des informations ; par là il vise à l’impersonnalité, à la neutralité, à un degré zéro de l’écriture ; mais le commentaire de l’information relève aussi d’un art de persuader, d’une mise en forme et de l’optique particulière du témoignage. Le journaliste, qui tend à se présenter comme un simple médiateur, est aussi un écrivain qui use subrepticement des ressources du style. Cette dualité peut mener à des genres différents, orientés vers la transmission de l’information brute ou vers la mise en forme personnelle ; elle peut parfois être vécue comme un dilemme. Dans la première moitié du XVIIème siècle, le journalisme naissant se répartit dans des formes distinctes, celle de l’information objective et technique (bulletins de banquiers, affiches, gazettes, chroniques historiques) et celle de l’intervention personnelle (pamphlets, lettres, discours, dialogues). Tantôt l’on vise à une simple nomenclature des dépêches, tantôt l’on vise à exprimer une opinion, dans une forme littéraire plus ou moins élaborée. Le dilemme va naître au moment où se met en place un journalisme d’institution. Tandis que le Journal des savants (1665), le Mercure (1672), les Mémoires de Trévoux (1701) prennent leur assise, les protestants émigrés créent en Hollande de solides entreprises de presse, appuyées sur des équipes de rédacteurs ou de correspondants et sur un vaste réseau de diffusion. La presse d’information politique et la presse savante s’inscrivent désormais dans des genres reconnus et dans les formes régulières de l’extrait, du compte rendu analytique, des rubriques stables. La revue savante ou la revue politique expriment un ordre, une hiérarchie des matières ; elles sont dominées par une idéologie cohérente qui s’exprime de façon collective, anonyme, impersonnelle. Or dès la fin du siècle se manifestent des tendances opposées, et une mise en question du journalisme « savant ». Elle correspond à une profonde transformation du public dont témoigne par ailleurs la querelle des Anciens et des Modernes : la « littérature », au sens le plus large du mot, ne se confond plus avec l’idée de savoir ou de genres mais avec celle de goût, de mode, d’interventions individuelles et d’échange social. L’apparition d’un public plus jeune et plus mondain, en partie féminin, modifie l’exigence d’informations. L’érudition fait place à la vulgarisation ; la critique savante s’efface derrière les « nouvelles littéraires » ; un journalisme nouveau, répandu à travers toute l’Europe, vise à informer le public dans tous les domaines, de façon directe et personnelle. Il ne s’agit plus d’écrivains qui donneraient provisoirement à leurs publications une forme périodique - comme l’avaient fait Scarron, Loret, Le Noble ou même Pascal - mais de journalistes de profession qui veulent créer un nouveau type de presse et assumer des fonctions qui n’étaient pas prises en compte par les revues savantes ou les gazettes. Ils transforment progressivement le ton des journaux littéraires, ils adoptent de plus en plus souvent la forme épistolairè, ils vont lancer, à partir de 1720 un nouveau type de périodiques, les « spectateurs » qui vont manifester, dans la presse du XVIIIème siècle, un besoin permanent de prise de parole, d’intervention dans tous les domaines, de transformation de la culture. Par rapport à la presse d’institution, ils vont assurer un rôle de contestation, mais aussi une fonction prospective. Au moment où la presse connaît son plus fort mouvement d’expansion (de 41 à 115 journaux nouveaux par décennie de 1720 à 1760), ces périodiques le plus souvent éphémères vont en fait transformer le style des journaux. Le succès des « spectateurs » est paradoxal, car ils ne cessent pas de disparaître et de réapparaître sous d’autres formes. Aucun d’entre eux ne se transformera en organe institutionnel, mais la permanence des fonctions qu’ils assument montre qu’ils sont indispensables. Leur forme est elle-même paradoxale : dans le dialogue qu’ils entretiennent continuellement avec le public, le lecteur est indéfinissable et le rédacteur ne s’affirme pas ; il cache son nom, ses opinions, sa personnalité réelle. Plutôt que d’une relation institutionnelle, il s’agit d’une communication mimée entre un journaliste masqué et un public fictif. Faute de connaître jamais, fût-ce par une liste d’abonnés, son vrai public, sa vraie mission, le journaliste tend à imaginer toutes les relations possibles, tous les journalismes à venir. Aussi échappe-t-il aux techniques journalistiques pour entrer tout entier dans le domaine du littéraire ; il joue une sorte de comédie du journalisme ; mais il est possible que par là il l’ait renouvelé, qu’il ait renouvelé aussi l’idée qu’on pouvait se faire de la littérature et en particulier du roman. D’où l’intérêt de ces journalistes masqués, de ces jeux littéraires, de ces communications fictives qui préfigurent une communication réelle de plus en plus efficace.

Personnages

  • 1 Notre travail prend appui sur l’enquête réalisée au Centre d’Étude des Sensibilités de Grenoble II (...)

2Le phénomène des « spectateurs » est parfaitement illustratif de ce mouvement de contestation à l’égard de la presse d’institution, mais il ne le résume pas tout entier. Les « spectateurs » mettent en scène un narrateur fictif, énonciateur unique du journal ; mais ils ne sont pas foncièrement différents des journaux épistolaires, qui sont apparus avant eux. La forme épistolaire décrit un espace beaucoup plus étendu et diversifié : on y trouverait aussi bien les grandes relations historiques et diplomatiques des Lettres sur les matières du temps (1688-1690) que les lettres ouvertes d’un Pascal ou d’un Valincour, les correspondances imaginaires, plus ou moins imitées de Mme de Sévigné, des Lettres historiques et galantes de Mme Dunoyer (1704), que des courriers proprement critiques comme les journaux de Desfontaines. Aussi est-il plus expédient, dans un premier temps, de prendre l’ensemble des « spectateurs » comme un phénomène significatif, comme un symptôme. L’inventaire, pour être difficile à mener, n’en est pas impossible. On entendra par « spectateurs » tous les journaux dont le titre désigne un narrateur fictif. Cette définition n’est ni nécessaire ni suffisante : l’annonce d’un narrateur fictif peut aussi bien couvrir des recueils ou mélanges quasiment impersonnels ; et bien des journaux épistolaires impliquent, sans l’annoncer, un narrateur imaginaire. Mais le titre à lui seul implique le souci de s’inscrire dans une tradition, celle du Spectator de Steele et Addison ou du Spectateur français de Marivaux ; dans l’ensemble de près de 1000 titres publiés entre 1680 et 1789, les titres de « spectateurs » constituent déjà une sorte de champ sémantique1. Nous n’avons gardé que les titres de narrateurs fictifs, excluant les fonctions réelles (« courrier », « journaliste », « mercure », « nouvelliste ») ; nous avons maintenu certains titres dans lesquels le narrateur n’était désigné qu’indirectement.

1711-1712 :

Le Misanthrope (Van Effen)

1714 :

L’Inquisiteur ; Le Censeur (Rousset)

1718-1719 :

La Bagatelle « ou Discours ironiques... » (Van Effen)

1721-1724 :

Le Spectateur français (Marivaux)

1723 :

Le Spectateur suisse (Desfourneaux)

1723 :

Le Secrétaire du Parnasse (Gacon)

1724 :

Le Spectateur inconnu (Granct ?)

1725 :

Le Nouveau Spectateur français (Van Effen)

1726-1730 :

La Spectatrice

1727 :

L’Indigent philosophe (Marivaux)

1728 :

Le Spectateur littéraire (Mangenot ?)

1731-1733 :

Le Glaneur historique (La Varenne)

1733 :

Le Postillon (Bruys) ; Le Secrétaire du public (La Varenne)

1734 :

Le Cabinet du Philosophe (Marivaux)

1735 :

Le Babillard « ou le philosophe nouvelliste » ; L’Avant-Coureur

1735-1737 :

Le Glaneur français (Dreux du Radier, Pesselier)

1736 :

L’Observateur polygraphique (La Varenne).

1738 :

Le Grapilleur. L’Observateur littéraire ; L’Ambigu, Le Philanthrope (E. Bertrand)

1739 :

Le Nouveau Censeur ; Le Philosophe invisible ; le Postillon français (Francheville)

1741 :

Le Cyclope errant (G. de Faget) ; Le Perroquet ; L’Espion étranger à Paris ; L’Espion turc à Francfort (Francheville)

1741-1742 :

Le Sage moissonneur (La Motte)

1742-1743 :

L’Argus de l’Europe (G. de Faget) ; Le Glaneur littéraire

1742-1745 :

L’Epilogueur politique (Rousset)

1742 :

Le Sansonnet badin ; Le Philosophe en belle humeur ; Le Spectateur en Allemagne (Francheville)

1744 :

Le Spectateur danois ; L’Espion chinois (Dubourg de La Cassagne) ; Passe-temps d’un solitaire

1745 :

Le Contrôleur du Parnasse (Desttée), Le Dèmosthenes moderne (Rousset) ; Le Fantasque (Saint-Hyacinthe) ; Le Solitaire (Morenas) ; L’Observateur hollandais (Francheville)

1746 :

L’Abeille flamande ; Le Spectateur littéraire (Favier, Quin-sonas) ; L’Avocat pour et contre (Rousset) ; L’Observateur littéraire (Marmontel)

1746-1751 :

Le Papillon (Mouhy)

1747-1750 :

Le Vrai patriote hollandais (Rousset)

1748 :

La Spectatrice danoise (La Beaumelle)

1748-1752 :

Le Patriote anglais dam l’Europe (La Cour)

1749-1750 :

Le Vendangeur (Le Roy)

1750 :

Le Petit-Maître philosophe (Mainvillers)

1750-1754 :

L’Abeille du Parnasse (Formey)

1751 :

Le Flibustier littéraire (Saint-Aulas) ; L’Epilogueur moderne

1753 :

Le Spectateur moderne

1755 :

Le Spectateur picard ; Le Citoyen ; Le Caméléon littéraire (Tchu-dy) : L’Observateur hollandais (Moreau)

1757 :

Le Contrôleur

1758-1760 :

Le Nouveau Spectateur (Bastide)

1758-1761 :

L’Observateur littéraire (La Porte)

1759 :

Le Glaneur du Parnasse

1760 :

Le Spectateur en Prusse (Delacroix) ; Le Croupier littéraire (Saint-Aulas) ; Le Moniteur français (Moreau)

1760-1762 :

Le Censeur hebdomadaire (D’Aquin, Chaumeix)

1761 :

L’Ane littéraire (Brun)

1762 :

Le Discoureur (Bruix) ; L’Observateur des spectacles (Chevrier)

1763-1764 :

L’Iris de Guyenne

1765 :

L’Espion chinois (Goudar)

1766 :

Aristide « ou le Citoyen » (Grasset)

1769-1773 :

L’Observateur français à Londres (Damiens de Gomincourt)

1770 :

Le Diogène moderne (Castilhon) ; Le Spectateur français (Delacroix) ; Porte feuille d’un philosophe (Dulaurens) ; Le Nouveau Spectateur

1771 :

Le Gazetter cuirassé (Theveneau de Morande)

1772 :

Le Glaneur

1774 :

L’Observateur suisse

1776 :

Le Spectateur français (Castilhon) ; Le Radoteur

1777-1778 :

L’Observateur anglais (Mairobert)

1778 :

L’Abeille littéraire ; L’Espion français à Londres ; Le Babillard (Rutlidge)

1779 :

Le Spectateur français au Salon ; L’Observateur français à Amsterdam

1780 :

Le Messager de Thalie (Casanova) ; L’Observateur des Spectacles

1780-1784 :

L’Espion anglais (suite de L’Observateur de Mairobert)

1782 :

L’Anti-Radoteur (Peysonnel)

1783 :

Le Poète voyageur et impartial

1784 :

Le Mentor moderne

1784-1785 :

Calypso « ou les babillards » (Rutlidge) ; Le Mentor universel

1785 :

Le Citoyen français (Ciras) ; Le Censeur universel anglais

1785-1787 :

Les Lunes du cousin Jacques (Beffroi de Reigny)

1788 :

Confessions de la sentinelle, La Sentinelle de la noblesse Le Courrier des planètes (Beffroi de Reigny) ; La Sentinelle du peuple ; Le Moniteur (Brissot) ; Le Conteur ; Le Hérault de la nation.

3A cette liste, il conviendrait d’ajouter, dans une étude consacrée aux formes personnelles, les correspondances fictives qui mettent en jeu des narrateurs imaginaires, entre autres :

1736 :

Lettres juives (d’Argens)

1737-1738 :

Lettres cabalistiques (d’Argens)

1738 :

Lettres d’un sauvage dépaysé (Joubert de La Rue)

1738-1739 :

Amusements littéraires (La Barre de Beaumarchais)

1739 :

Lettres chinoises (d’Argens)

1739 :

Lettres d’un sauvage civilisé (Joubert de La Rue)

1739-1740 :

Lettres choisies (d’Argens)

1742 :

Lettres faisant suite à l’Espion turc

1754 :

Lettres orientales (Du Tertre, Hermilly)

4S’agissant des personnages, nous ne nous occuperons d’abord que des « spectateurs » qui s’annoncent comme tels. Nous en avons dénombré 112. Ils sont tous postérieurs au Spectator ; ils se répartissent à peu près régulièrement de 1711 à 1789, ils sont tous éphémères ; une douzaine d’entre eux atteignent les trois ans de publication, encore est-ce le plus souvent en se transformant en revues traditionnelles. Beaucoup d’entre eux ne comptent que quelques numéros. Ils se renouvellent donc d’année en année tout en s’inscrivant dans une tradition par le seul énoncé de leur titre. Les titres prêtent à quelques observations d’ensemble. Il existe des titres classiques : 19 « spectateurs », 13 « observateurs », 6 « espions », 5 « glaneurs », 4 « censeurs », 3 « mentors » ; mais la plus grande partie d’entre eux offre le spectacle d’une réjouissante diversité. La règle est d’affirmer son originalité ; Saint-Aulas plaisante en 1760 sur cette course aux titres :

« Etant arrivé trop tard pour participer à la pompeuse distribution que Messieurs mes Confrères se sont faite des titres avantageux de Censeur, Observateur, Conservateur, Littérateur, et tant d’autres dérobés aux Anglois (...) il m’a fallu presque autant de réflexions et de peines pour me procurer un nom... » (Le Croupier littéraire, 1760, p. 6)

5Saint-Aulas n’a pu faire mieux que monter en croupe du dernier arrivé (un « avant-coureur »), d’où le titre de « croupier littéraire »... Les titres suivent des modes fugitives : celle des « spectateurs » règne de 1721 à 1728 et connaît un retour de faveur vers 1750-1760 ; les « espions » prospèrent après le succès de l’Espion turc de Francheville (1741) ; les « observateurs » répondaient d’abord sur le mode parodique aux Observations de Desfontaines (1735), puis ont pris le relais des « espions » et des voyageurs exotiques suscités par le succès du marquis d’Argens. Derrière ces modes successives et ce renouvellement permanent apparaissent en fait des fonctions relativement constantes.

Fonctions

6Nos « spectateurs » ont en commun de s’opposer à la pesante impersonnalité des journaux savants ; ils y voient l’expression d’un pouvoir anonyme, contraignant, d’un savoir collectif auquel ils opposent la réflexion critique d’un individu qui ose penser par lui-même. Dans l’affirmation de ce parti-pris, ils vont revendiquer non seulement la réflexion, le témoignage individuel, mais la liberté du bavardage, de l’irresponsabilité, de l’utilité dérisoire de ramasseurs de « glanes ». A travers la succession de ces fonctions se dessine la lente recherche d’un statut social.

  • 2 Les journaux de Marivaux seront toujours cités dans l’édition F. Deloffre et M. Gilot des Journaux (...)

71 — Fonction de réflexion — Les premiers spectateurs se parent de titres imposants : Le Misanthrope (1711), le Censeur (1714), l’Inquisiteur (1714). A une époque, où l’intervention personnelle ne peut guère porter sur la politique, la religion ou la critique littéraire, le journaliste tend à se présenter comme un moraliste, un peu à la manière de La Bruyère et surtout de Steele et Addison : comme eux, il veut être « spectateur du genre humain », « philosophe » de la vie sociale. L’humour n’est pas encore de mise : pour s’être essayé dans la Bagatelle (1717-1718) à des « discours ironiques », Van Effen s’est aliéné pour un temps son public. Il faudra tout le génie de Marivaux pour faire passer dans la réflexion morale un humour original qui ne compromette pas le sérieux du propos. Plutôt que de s’engager trop avant, le journaliste tâche de prendre du recul, de faire sécession par rapport à la société. Les narrateurs du Spectator étaient d’un âge avancé, d’une humeur satirique et souvent « bizarre », ils pouvaient évoquer une « assemblée de misanthropes » ; à leur exemple, nos « spectateurs » se déguisent en vieillards revenus de toute illusion : Van Effen, à vingt-sept ans, se présente en homme âgé et amer ; le narrateur du Spectateur français de Marivaux est sur le retour ; celui du Cabinet du philosophe a près de soixante ans ; le galant abbé Desfourneaux apparaît dans le Spectateur suisse comme un vieux gentilhomme un peu misanthrope et retiré sur ses terres. Ainsi éloigné du siècle et soustrait aux passions, le narrateur peut se livrer à une pensée impartiale et quasiment intemporelle. Les « spectateurs » sont d’abord les miroirs d’une pensée pure, abandonnée à elle-même ; ils permettent ce « badinage de réflexion » dont parle Marivaux, le libertinage d’esprit qui sera celui de Diderot. « Montrer ce que je suis et comment je pense » (Indigent philosophe, p. 176)2 , communiquer telles quelles des « réflexions d’un tour libre et original » (Recueil de pièces de Granet, préf.), rendre compte d’une « pensée sauvage » (Lettres d’un sauvage dépaysé, Avert.), d’une « morale épurée » et de « réflexions ingénieuses » (Le Philosophe invisible, Avert.), autant d’expressions qui manifestent une même ambition du spectateur : être pure pensée, communiquer les détours d’une réflexion libre et capricieuse. Les « spectateurs » fidèles à Addison ou à Marivaux se vouent à une mission morale, et c’est assurément ce tour moralisateur qui distingue les « spectateurs » au sens étroit du terme ; mais cette morale amusée n’exclut pas un certain égotisme qui se développera une vingtaine d’années plus tard dans un esthétisme de style rococo. Fréron pourra alors définir à sa manière l’idéal du « spectateur » : « Ecrire librement (...), traiter la littérature comme les plaisirs : l’effleurer sans jamais l’approfondir » (Lettres de Madame la Comtesse, Lettre I, p. II). Rien de plus éloigné de l’esprit des savants, des auteurs de profession : la commune ambition de tous les « spectateurs » aura été de « penser naturellement » (Spectateur français, p. 149).

82 — Fonction de regard — Réfléchir, c’est aussi refléter, et Marivaux joue parfois sur ce double sens : mais tous les « spectateurs » souhaitent se poser en purs regards sur la société, et la réfléchir telle qu’elle est. Qu’il se tienne à l’écart dans les endroits les plus peuplés, fumant sa pipe et dévisageant les hommes comme le Spectator, qu’il déchiffre les physionomies et le jeu social comme le Spectateur français de Marivaux, le journaliste se représente en parfait témoin, d’autant plus fidèle qu’il est à l’écart de la foule : « C’est une fête délicieuse pour un misanthrope que le spectacle d’un si grand nombre d’hommes assemblés » (Spectateur français, p. 132). Au départ de chaque narration, on trouvera ce point focal, et dans plus d’un titre, la métaphore implicite de l’œil. Si le « spectateur » est limpide et parfois naïf, l’« observateur » peut être sourcilleux, et l’« espion », agressif ou indiscret. Dans le cas de Gautier de Faget, qui illustre la passion morbide de tout voir sans être vu, de tout connaître sans être connu, le narrateur devient Argus ou Cyclope. Pour permettre un regard neuf sur la réalité sociale, on imaginera, à la manière de Dufresny ou de Montesquieu, un témoin étranger livré au déchiffrage de notre quotidien ; l’observateur ou l’espion deviennent turcs, anglais, hollandais. Parfois, c’est le spectacle qui est lui-même travesti afin d’apparaître dans toute sa singularité : l’« Espion turc à Francfort » crée une mascarade de mœurs turques et européennes ; l’« Espion chinois » transforme la diète de Francfort en un carnaval allégorique, en un « agréable mélange de mœurs de la Chine et de celles de l’Europe ». « Spectateur des folies humaines », le journaliste a pour première mission de « faire registre de tout ce qu’il entend, de tout ce qu’il voit, de tout ce qu’il pense » (Tout ce qui me passe par la tête, 1788, p. 9). Il voudrait être tout yeux, tout oreilles, ce qu’exprime une dernière fois en 1782 le titre du journal de Mairobert : L’Espion anglais « ou Correspondance secrète entre Milord All’Eye et Milord All’Ear ».

93 — Fonction de bavardage — Le titre du premier « spectateur », le Tatler de Steele (1709), était quasiment intraduisible en français. Ce bavardage à tort et à travers, parfaitement capricieux et indiscret, est devenu dans les périodiques français un « babillage » anodin. La traduction du Tatler par A. de La Chapelle (1723), en éliminant toutes les allusions à l’actualité anglaise, avait d’ailleurs faussé le sens de l’œuvre. Le bavardage improvisé, reflet du ton des conversations courantes, se retrouve pourtant dans nos « spectateurs ». Il s’agit pour l’Indigent philosophe, de satisfaire d’abord un irrépressible besoin de parler : « ... je suis naturellement babillard, il faut que cela se passe » (p. 277). Libres propos, anecdotes, dialogues rapportés, digressions et récits s’enchaînent dans une improvisation perpétuelle. Le journaliste se déguise ainsi en écho sonore, en fidèle enregistreur de riens. Le Perroquet (1741) n’a d’autre but que de reproduire les « bagatelles » entendues, paroles et musiques (t. II, n 27, p. 419). Le Sansonnet suggère jusque dans les volutes de la phrase un gazouillis intarissable :

« J’ai dans la Cour de France chez une Duchesse un charmant camarade qui est en correspondance avec un de mes frères, qui fait les délices d’un gros financier et de sa petite maîtresse, ils m’ont promis de me faire part de toutes les anecdotes qui viendraient à leur connaissance... »

10Le Radoteur de Cerfvol et Nougaret (1775-1776), lointain parent du Tatler et « cousin » de Bickerstaff (art. XXII), justifie son bavardage par son grand âge et son expérience illimitée - il se dit centenaire-. Il invoque au passage Montaigne (art. III, « Des singes ») ; on peut se demander plutôt s’il ne se livre pas à une parodie de tous les « babillards ». Il reste que dans tous ces « épilogueurs », « discoureurs », « radoteurs » et « conteurs », on sent une ivresse de la parole qui n’est pas feinte : le bavardage débridé, opposé à la parole avare et contrainte des revues savantes, comporte une vertu curative. Il s’agit à la fois de transmettre la rumeur sociale et de libérer la parole. Car chacun a quelque chose à dire. Le « spectateur » selon Marivaux est aussi un homme qui ose parler et se livrer aux « idées fortuites que le hasard nous donne » (Spectateur français, p. 116-117).

114 — Fonction de folie — A l’esprit de sérieux des grands journaux répond l’esprit de folie des « spectateurs ». Abandonné à tous les caprices de son esprit, livré à toutes les sollicitations du monde qui l’entoure, le « spectateur » est par nature dispersé. Pur regard et écho sonore, il semble n’être rien lui-même : un « caméléon », un « Protée » - l’image reviendra sous la plume de Prévost ou celle de J.J. Rousseau-. D’autres images de la versatilité apparaissent dans des titres comme L’Ambigu, Le Fantasque, Le Papillon. Les titres développés expriment souvent sous une forme comique, la multiplicité des facettes du journal : le Glaneur en 1733 est « historique, critique, politique, moral, littéraire, galant et calotin » ; le Vendangeur de 1749 nous livre des « réflexions libres et instructives, badines et sérieuses, critiques et amusantes », le Vas-y-voir de 1712 des « entretiens libres, fantasques, récréatifs et moraux », etc. Mais le propre des « spectateurs » est de mêler tous les genres, de passer constamment d’un ton à l’autre selon un « génie » qui leur est propre :

« Je me livrerai à tout mon génie - écrit La « Spectatrice danoise »(1748)-, et comme j’ai de l’humeur, il faudra que le lecteur me pardonne ces inégalités. Tantôt je disserterai gravement ; tantôt j’écrirai par pensées détachées. Aujourd’hui sérieuse à glacer, demain enjouée à l’extrême... »

12Le Flibustier littéraire (1751) surenchérit sur une mode très répandue alors :

« Quoiqu’il en arrive, je veux être imprimé, c’est la mode de n’avoir pas le sens commun, je ne puis que réussir ; à l’égard de mon style, s’il n’est point châtié, je me flatte qu’il est original... »

13Tantôt « enveloppé », tantôt noyé dans un « déluge de paroles », Saint-Aulas rédige en effet chaque feuille selon le « renouvellement de la lune» : c’est sa façon d’être périodique. Dans son Persifleur manuscrit de 1745, J.J. Rousseau résumait parfaitement cette vogue de la folie lunatique :

  • 3 Le Persifleur, dont Rousseau n’a rédigé que la première feuille, est cité d’après l’édition de la P (...)

« Je suis sujet, par exemple, à deux dispositions principales qui changent assez constamment de 8 en 8 jours et que j’appelle mes âmes hebdomadaires ; par l’une je me trouve sagement fou, par l’autre follement sage »...3

14Véritable « protée », « caméléon », tantôt « misanthrope » austère, tantôt « libertin », J.J. Rousseau est l’image parfaite du « spectateur ». Dans cette folie, il sait trouver une raison. Dans des excès opposés, il apprend à se connaître, à découvrir sa propre originalité ; mais il exerce aussi dans la société, comme tous les « spectateurs », une fonction de bouffon courageux et lucide. La même année que Rousseau, Saint-Hyacinthe affirmait dans le Fantasque les droits d’une « fantaisie libre, courageuse, qui se détermine par elle-même, s’attache à ce qui lui plaît ». Ce sera un jour celle du Neveu de Rameau. De l’Indigent philosophe au Neveu s’est installée pour un temps une mode de la saturnale, de la sotie, qui a contribué à libérer le génie de la littérature.

  • 4 Voir à ce sujet M. Couperus, « La terminologie appliquée aux périodiques et aux journalistes », da (...)

155 — Fonction de collecte — La modestie est de règle parmi les « spectateurs ». Encore que l’on se pique, comme tout un chacun, de mêler l’utile à l’agréable, l’utile n’apparaît jamais comme évident. A l’encontre des journalistes savants, les « spectateurs » se cantonnent volontiers dans les tâches subalternes. On s’intitule « glaneur », « grapilleur », « vendangeur », « moissonneur » ou encore, « postillon », « avant-coureur », « flibustier », « croupier » ; on serait tout au plus « nouvelliste du Parnasse » ou «secrétaire du public ». Ces nouvellistes ne se donnent pas pour de véritables « journalistes », qui produiraient des « bibliothèques », des « histoires », des « mémoires » réunis en grosses collections ; ils sont « auteurs à la feuille » ou au « feuillet »4 ; et nos « spectateurs » ne seront jamais que des « feuilles » volantes (Spectateur français, p. 138). L’utilité des spectateurs se réduit donc à rassembler des « bagatelles » pour en composer des « recueils », des « pots-pourris », des « vas-y-voir » ; ils moissonnent après les autres, ils glanent, vendangent ou grapillent. Cette modestie se double pourtant de fierté, et d’un secret mépris pour les journalistes besogneux des grands journaux. Desfontaines se flatte d’être un simple nouvelliste, « préférant la liberté des réflexions à la régularité des extraits» et ne souhaitant nullement avoir « l’air de journaliste » (Nouvel liste du Parnasse, t. I, p.3-4). Il méprise en fait les « savants Aristarques de la République des Lettres » (t. I, p. 253), les « copistes » et « faiseurs de journaux » (t. I, p. 284). Ses feuilles, comme les « spectateurs » ont une autre valeur : « Ce sont d’utiles mémoires, qui pourront servir un jour à l’histoire du Bel-Esprit et des talents de ce siècle » (t. II, p. 2). Le « nouvelliste » possède sa « sphère » d’activité, qui n’est pas négligeable : il s’occupe des textes mineurs, des romans, des petits vers, des pièces fugitives, de tout ce qui est « curieux », « intéressant », « nouveau ». Il conserve les pièces manuscrites « qui courraient risque de se perdre », tout ce qui est rare ou passager (Le Radoteur). Voltigeur de la littérature, dénicheur de bonnes feuilles, d’inédits ou de simples échos littéraires, très proche d’un public dont il connaît les goûts, il est surtout à l’affût de la nouveauté. C’est en quoi il saisit au vol, mieux que ne le fait la critique savante, l’invention littéraire. Cette conception de la critique littéraire n’est pas tellement éloignée de la nôtre ; et ceux que nous reconnaissons aujourd’hui comme les meilleurs critiques de leur temps - Desfontaines, La Varenne, Van Effen, d’Argens, La Barre de Beaumarchais - se sont affirmés plus souvent dans les « spectateurs » que dans les « bibliothèques » savantes.

  • 5 Voir ce que dit à ce sujet M. Gilot dans Les journaux de Marivaux, itinéraire moral et accomplisse (...)

16Ces cinq fonctions coexistent dans la plupart des « spectateurs » ; il arrive que l’une d’entre elles domine les autres : la fonction de réflexion et de regard entre 1711 et 1730, la fonction de folie entre 1745 et 17505 ; mais l’évolution est à peine visible. De toutes ces fonctions, il résulte que, socialement, le journaliste n’est rien : philosophe invisible, pur regard, écho sonore, bouffon lunatique, tâcheron obscur, il semble toujours se réfugier dans l’anonymat et l’irresponsabilité. Mais ses ambitions se déclarent parfois : philosophe, il ose se nommer Demosthenes, Aristide ou Diogène ; spectateur solitaire, il sait affirmer une «tendresse particulière pour le genre humain » (Le Philanthrope). Echo sonore, il aspire à devenir porte-parole car « l’écrivain public est en quelque sorte l’avocat du peuple » (Lettres de M. de Longueville, 1777, no 1, p. 1). Dans la seconde moitié du siècle s’affichent des titres plus ambitieux, qui ne sont plus de simple fiction : Le Patriote anglais (1748), Le Vrai Patriote hollandais (1747), Le Citoyen (1755), Le Moniteur français (1760). A la veille de la Révolution, on voit s’affirmer la Sentinelle du peuple, le Moniteur de Brissot, et un Hérault de la Nation (1788). Mais où commence le sérieux de la fonction sociale disparaissent en fait les « spectateurs ». Ils ont joué un rôle de transition tout en témoignant d’un profond mouvement de transformation de l’opinion et du journalisme ; ils ont manifesté un besoin d’expression personnelle et directe, de prise de parole, de transformation de la culture. Mais leur fonction était prospective, et elle n’a pas débouché sur des formes stables, qu’ils refusaient par définition. Les « spectateurs » étaient en quête d’un public futur ; ils voulaient transformer moralement leurs lecteurs et leur donner la parole. Ils s’effacent quand le public entre en force dans les journaux, quand les « gazettes », « journaux », « affiches » de la fin du siècle imposent une nouvelle sorte d’expression, réellement collective, effervescente, multi-personnelle. Les « spectateurs » ont ainsi disparu quand la cause qu’ils avaient défendue obscurément était gagnée, quand il était devenu évident que n’importe qui avait quelque chose à dire.

Formes

  • 6 Cf. P. Rétat, « Rhétorique de l’article du journal, Les Mémoires de Trévoux 1734 », dans Etudes su (...)

17Les « spectateurs » ont mis en scène la parole directe et personnelle ; ils ne l’ont pas créée, et l’on est passé progressivement par toutes sortes de degrés de l’expression personnelle. Le fait n’allait pas de soi. Le « journaliste » tendait à s’effacer derrière l’information ; il y avait là quelque chose de choquant pour des écrivains, des créateurs qui revendiquaient leur parole propre - et le mot « journaliste » apparaît d’ailleurs en 1666 dans une querelle qui met aux prises Gallois, « redoutable ouvrier» du Journal des savants, et Tannegui Le Fèvre, écrivain érudit. Les journaux savants cultivent l’impersonnalité ; le « on » ou le « nous » de la rédaction renvoie à une équipe anonyme soudée par une idéologie et une pratique ; ils tiennent à cette « fonction médiatrice »6  ; le journaliste est d’abord, selon l’expression de Bayle citée par Du Sauzet un « rapporteur », ou comme le dit encore Seigneux de Correvon, un « relateur » :

  • 7 Nous empruntons cette citation ainsi que celles de Granet et des auteurs du Journal des savants d’ (...)

« Je regarde le journaliste comme un relateur et je demande à l’un et à l’autre les mêmes soins pour jouir des mêmes succès. Même exactitude, même fidélité, même simplicité dans les expressions, même clarté dans le style... » (Lettre à J. Vernet, 16 août 1724)7.

18Simple « historien littéraire », il s’efface de son texte comme le peintre de son tableau (Du Sauzet, Nouvelles littéraires, Avert. du t. X). Le sens appartient par là au lecteur, c’est ce qu’explique encore le Journal des savants d’Italie en justifiant l’anonymat de la rédaction en 1748 :

« Quant au nom, il ne nous serait pas possible de le mettre, mais qu’il nous soit permis de demander : à quoi bon ? Le nom de l’auteur augmente-t-il l’amusement du lecteur ? Le nom de l’auteur donne-t-il le caractère de vérité à ce qui pourrait en être donné ? Le Public, au contraire, devrait être charmé de cette espèce d’incognito ; il en est plus libre de dire ce qu’il pense ».

19Cette impersonnalité affirmée est sans doute illusoire. La bonne grâce de Correvon dans la Bibliothèque italique, ce style d’honnête homme qui ne veut pas imposer son jugement, est déjà très différente du style de Bayle, de Leclerc ou de Basnage. Il n’y a pas de rédaction innocente : le rédacteur de la Gazette de France lui-même ne cesse pas de rappeler les usages, de transformer le récit en spectacle, de ritualiser l’usage social, de consolider sans cesse son contrat de lecture avec un public complice ; et les Nouvelles ecclésiastiques, par leur forte cohésion idéologique, par l’union de tous les lecteurs autour de la parole sacrée, donneront l’idée d’un contrat de lecture bien plus fort encore. Ce qui caractérise l’expression journalistique à ce premier degré, c’est seulement la mise en sourdine de l’intervention personnelle, l’exclusion du « je ».

20L’expression personnelle s’est au contraire manifestée librement dans la lettre ouverte. Sans qu’il s’agisse à proprement parler d’une forme périodique, Pascal en avait donné l’exemple dans les Lettres écrites à un provincial par un de ses amis (1656-1657), créant en même temps un personnage fictif et admirablement efficace de journaliste enquêteur. Les protestants ont songé, à partir de 1680, à donner à l’échange épistolaire la forme d’un commerce réglé. La narration historique prend alors la forme de la lettre datée, adressée à un correspondant non spécifié ; la formule s’impose avec les Lettres sur les matières du temps de Tronchin du Breuil (1688-1690) et les Lettres historiques de J. Bernard, Basnage de Beauval et Dumont (1692-1709). La forme personnelle, sans être le reflet d’une subjectivité, permet ici l’expression d’une pensée non conformiste ; elle revêt un aspect de polémique ; elle est avant tout une réponse. La faveur des correspondances réelles dans les années 1690 modifie le jeu épistolaire. L’agrément et la spontanéité en deviennent le caractère principal. Mme Dunoyer, qui se souvient visiblement des lettres de Mme de Sévigné, pratique dans la Quintessence des nouvelles (1711-1719), dans le Nouveau Mercure galant (1712) comme dans ses Lettres historiques et galantes (1704) une narration primesautière qui permet toutes les libertés, les digressions, les indiscrétions ; mais dans cet amusant babillage, l’intervention personnelle tend à se diluer. Madame Dunoyer est sans doute une « spectatrice », mais qui n’a pas réussi à centrer son regard ni à créer un personnage narrateur : le « je » n’implique pas forcément une « personne ».

21Un troisième degré de l’expression personnelle apparaît avec la critique littéraire. Ici s’exprime un goût personnel, un jugement, une pensée engagée dans une lecture. Il est arrivé souvent, à la fin du XVIIe siècle, que la critique littéraire s’exprime par lettres ; c’était le cas des Lettres à la Marquise de Valincour (1678). C’est la forme que choisiront Desfontaines et ses successeurs :

« Ce n’est pas sans raison que nous avons choisi le genre épistolaire ; outre que le style en est libre et aisé, certains tours qui lui sont familiers donnent de l’éclat et de la vivacité aux réflexions » (Nouvelliste du Parnasse, t. I, p. 278).

22Destrée le confirme dans son Contrôleur du Parnasse (1745) :

« ... J’ai crû devoir donner à mon ouvrage la forme de lettres, parce que de toutes les formes, c’est celle qui m’a paru le plus convenable au genre critique » (p. XCVII).

  • 8 Nous renvoyons à l’étude de C. Cristin, Aux origines de l’histoire littéraire, Presses Universitai (...)

23L’apparition d’un style nouveau dans la critique littéraire peut se dater du début du XVIIème siècle. L’opposition à la critique des « doctes » se fait sentir dès 1703 dans un petit journal à forme personnelle lancé par Mlle Lhéritier, l’Érudition enjouée, ou « Nouvelles savantes, satiriques et galantes, écrites à une dame française qui est à Madrid » ; cette entreprise sans lendemain est aussitôt imitée par l’auteur anonyme des Essais critiques de prose et de poésie (1703) et par celui des Lettres critiques sur les ouvrages du temps (1703-1704). La création de la rubrique des « nouvelles littéraires » dans les Mémoires de Trévoux de 1701 répond au même besoin d’information directe et brève sur les matières de goût, sur les belles-lettres8 . Cette innovation est reprise dans bon nombre de journaux jusqu’au Journal littéraire de La Haye (1713-1736), qui fera effectivement large part aux belles-lettres. La mode des Nouvelles littéraires est bientôt à son apogée ; on voit paraître en 1715, les Nouvelles littéraires de Du Sauzet, suivies de celles de Martel (1723) et de celles de Desmolets (1723-1724). Or dans les nouvelles littéraires, un nouveau style se fait jour. Encore que l’énoncé reste le plus souvent collectif, on y trouve des jugements incisifs, des informations directes, des attaques discrètes et rapides. Le style en doit être, selon Granet, « plus vif et plus animé », marqué d’une « énergique brièveté » ; un homme cultivé s’adresse à un public lettré dont il connaît les goûts, et il lui fait partager des réflexions spontanées, comme font les « spectateurs ». Desmolets et Goujet en font précisément la remarque à propos du Spectateur inconnu en 1723 :

« ... c’est un journal qui sera agréable également aux savants et aux gens du monde qui, sans se piquer de littérature, sont bien aises de connaître les livres qui sont à leur portée, et de savoir ce que les personnes de bon goût pensent sur ces sortes d’ouvrages » (Nouvelles littéraires de 1723, p. 121).

24Les « spectateurs » ont voulu amplifier cette parole directe en l’attribuant à un personnage fictif dont la fonction essentielle était de donner librement un avis subjectif. Le narrateur bénéficie alors de tous les avantages de la forme personnelle spontanéité, crédibilité accrue - sans pour autant se dévoiler. La forme personnelle trouve ici un dernier degré dans lequel elle tend en réalité à se perdre. L’expression épistolaire, qui devait provoquer une libération de la parole individuelle, va se prêter aux jeux les plus subtils de la dissimulation littéraire.

  • 9 Voir en annexe l’étude de R. Granderoute.

25L’échange épistolaire entre correspondants fictifs, forme romanesque par excellence depuis les Lettres persanes, pervertit en fait l’expression épistolaire. La spontanéité de la lettre est soumise à un dispositif totalement fictif qui la dénature. En l’utilisant à des fins journalistiques, d’Argens multiplie les masques : la lettre transmet des informations réelles sur une actualité connue, elle exprime des points de vue bien fondés que l’on pourrait attribuer à des informateurs authentiques9 . Mais tous les énonciateurs sont fictifs et pris dans un ballet de masques qui leur ôte toute réalité ; la forme la plus véridique est mise au service d’une fantaisie qui se donne pour telle. D’Argens surenchérit sur la forme « spectateur » et sur ses ambiguités. L’information est transmise par un témoin de bonne foi, un voyageur curieux, exigeant et toujours étonné, qui analyse, commente, approfondit. La réflexion se développe d’une lettre à l’autre, selon une dialectique très souple et dans une communication libre, « à cœur ouvert » ; elle aboutit à une réfutation serrée des Lettres édifiantes et curieuses dans laquelle d’Argens s’est engagé avec passion. Mais il s’efface en même temps de son œuvre, se dissimulant sous l’apparence d’un « traducteur » ou dans des notes dont l’énonciateur reste douteux, réapparaissant dans des préfaces, des épîtres, cité parfois dans son propre texte. Il reste en fait prisonnier de cette parodie des journaux savants qu’on sent à travers les Lettres juives : un journaliste anonyme ordonne et juxtapose les témoignages, utilise des correspondants et se retire d’un échange dont il a soigneusement réglé le jeu.

26Ce jeu, les successeurs du marquis l’ont simplifié en limitant l’échange épistolaire à celui de deux informateurs, parfois amenés à citer eux-mêmes leurs informateurs. L’exemple en est fourni en 1740 par les Amusements littéraires de La Barre de Beaumarchais (rédigés dès 1738-1739). Alors que dans les Lettres sérieuses et badines, il avait fait alterner deux styles, ici il oppose deux correspondants à peine fictifs : un informateur parisien chargé des nouvelles badines, et un Allemand - en fait, La Barre lui-même, qui réside à Francfort - pour traiter des sujets sérieux, de l’histoire et des sciences. Peu à peu s’agrègent à ce commerce réglé des correspondants d’appoint, des lecteurs véritables dont La Barre récrit les lettres à sa manière, un Anglais fictif dont les lettres résument les gazettes de Londres. Certes le Français est plus parisien que nature, l’Allemand répond à l’image que s’en fait le public français, et l’Anglais paraît sorti tout droit de la galerie de figures du Spectator ; chaque style d’information est illustré par un personnage, tendance que l’on trouvait en fait à l’origine des « spectateurs ». C’est une des tendances du journalisme personnel de recourir, pour élargir sa base informative, à une petite société d’amis, et à la collaboration bénévole des lecteurs. Les journaux épistolaires mettent en forme, sur le plan stylistique, cette juxtaposition de récits personnels. D’une façon comparable, Prévost - qui est expert dans la captation des goûts et des modes - tentera de faire intervenir dans Le Pour et Contre en 1735 deux narrateurs anglais, opposés par l’âge aussi bien que par les goûts, et chargés de présenter des commentaires divergents de l’actualité anglaise (t. V, p. 9-14). Tentative sans succès d’ailleurs, mais significative d’une recherche commune à beaucoup de journalistes à cette date.

27A travers toutes ces variations sur la forme personnelle réapparaît le même dilemme du journaliste, pris entre l’exigence de diversité dans l’information et l’unité dans la présentation. Les informations sont neutres, discontinues, disparates, infiniment variées ; le traitement de l’information suppose un point de vue, une mise en forme, une appréciation exacte du destinataire. En qualité d’informateur, le journaliste souhaite parler de tout, multiplier les tours, accueillir tous les témoignages ; en tant qu’écrivain, il cherche à trouver son style, à imposer son point de vue, à maîtriser dans le récit le flux des nouvelles. Le recours à la lettre manifeste ce désir de cohérence : il traduit la recherche d’une rhétorique originale. La Barre de Beaumarchais posait parfaitement le problème en 1740 :

« Du style didactique et simple de la politique, il faut savoir passer au style plus orné, quoique grave, de l’histoire ; l’égayer ensuite par des sujets d’un genre plus gai ; en changer de nouveau pour les livres dont on parle selon la matière sur laquelle ils roulent ; passer d’un sujet à l’autre par des transitions adroites, et qui n’aient rien de précipité ni de brusque. On n’a que peu de temps pour une collection si laborieuse, et elle doit paraître un certain jour ; c’est une lettre de change payable à l’échéance, dont on exige le paiement à la rigueur » (Amusements littéraires, Préface, p. VI).

  • 10 Cf. F. Moureau, Un singulier Moderne, Dufresny auteur dramatique et essayiste (1657-1724), Service (...)

28Le problème des « transitions » est en fait au cœur des discussions sur le style de la presse entre 1720 et 1760. C’est en fait à la transition d’assurer, de façon souvent précaire, l’unité d’une feuille par nécessité disparate, et c’est par elle que se traduit le plus souvent l’intervention du journaliste. Les journaux d’information aussi bien que les journaux savants juxtaposaient les données premières de la connaissance : bulletins en provenance de différentes villes, extraits et comptes rendus de différents livres. L’unité de la feuille venait d’une grille préalable, d’un classement et d’une hiérarchie des rubriques, non du choix du journaliste. Les journaux littéraires à forme personnelle, et déjà le Mercure - qui apparaît dans ce domaine comme un précurseur - offrent un discours continu, une sorte de narration fluide dont l’énonciateur n’est jamais tout à fait absent. La forme épistolaire ne fait que rendre plus présente cette unité de présentation ; les « spectateurs », par leur bavardage intarissable, en font une règle absolue. Pour passer d’un sujet à un autre, on joue sans cesse de la transition. A la limite, on voudrait, en vrai moraliste, en « philosophe » ne traiter qu’un seul sujet par feuille, en l’illustrant de lectures et d’anecdotes. Mais dès que la succession des nouvelles s’accélère, dès que la pression de l’information se fait pressante, les transitions disparaissent ou tombent dans l’artifice. Dufresny avait joué des transitions dans le Mercure jusqu’à l’absurde, faisant du caprice une règle et de la nonchalance un style10 . Pour lui, comme le remarque F. Moureau, « le sujet n’est rien, tout est dans la manière de le traiter ». C’était annoncer, d’une certaine façon, le style des « spectateurs ». La Roque et Fuzelier tentèrent de revenir en 1721 à une présentation plus technique de l’information :

« Le choix des transitions, souvent absurdes, presque toujours forcées dans un ouvrage qu’on n’a jamais le loisir de limer, n’est qu’une délicatesse inutile » (Avertissement de 1721).

29Au même moment, Marivaux, Granet, puis Prévost, d’Argens, La Barre de Beaumarchais s’efforçaient au contraire de rendre plus naturelle ou plus logique la transition. Marivaux préfère, à la manière de Dufresny, la transition nonchalante, proche de l’association d’idées ; la relation est ici métaphorique, elle repose sur un « tour d’imagination » et mène à une sorte d’unité heureuse du développement. Granet multiplie au contraire les rapprochements inattendus, les liaisons énergiques ; il souhaite un « style plus vif et plus animé » qui reposerait sur des « transitions ingénieuses ». Prévost est sans doute celui qui a poussé le plus loin l’art des transitions. Fréron le dira au moment où il lui succède, en 1755, à la tête du Journal étranger et où il s’inspire de son exemple ; Prévost écrivait en janvier :

« On ne peut attendre que d’une seule tête et des mêmes principes de goût le choix des pièces, leur réduction à de justes bornes, l’ordre convenable aux matières, et particulièrement ces heureuses transitions qui font régner une sorte d’unité dans les sujets les plus détachés » (Journal étranger, janvier 1755).

  • 11 Ce compte rendu a fait l’objet de nombreuses discussions ; voir notamment F. Deloffre, « Un morcea (...)

30Dans le Pour et Contre, la transition, voyante ou cachée, est partout. Chaque numéro ou « nombre » s’efforce de regrouper autour d’un thème central, souvent désigné par une citation en épigraphe, les nouvelles, les anecdotes, les comptes rendus. Cherchant en même temps à respecter le principe d’ordre qui unifie, et le principe de variété qui diversifie, l’utile et l’agréable, les développements sérieux et les remarques « badines », l’auteur souligne ses changements de registre, ses modulations (t. I, p. 327, t. IV, p. 231, t. VII, p. 291). La transition assure ainsi la continuité d’une logique et l’alternance des genres. Cette manière, qui traduit la maîtrise de l’écrivain sur les matières qu’il traite, se retrouvera dans le Journal étranger ; elle distingue Prévost puis Fréron des fondateurs du journal, Grimm et Toussaint, qui auraient souhaité une présentation neutre. Ce qui était art pour Prévost était artifice pour Grimm. Passer d’un sujet à un autre étant la loi même du journalisme, la transition devait apparaître comme un compromis et parfois un cache-misère. Seuls de grands écrivains ont su la maîtriser. Marivaux parvient à développer les orbes d’une méditation improvisée en prenant appui sur des détails accidentels, sur des hasards apparents : entrée de l’Infante à Paris, arcs de triomphe, rencontre d’un savetier, propos d’un discoureur (Spectateur français, 5ème feuille). Prévost alimente sa réflexion de lectures innombrables qu’une culture rend convergentes. La seule disposition des matières rend compte de cette pensée agissante ; à la limite, la transition devient inutile et se transforme en ellipse. Voulant un jour faire sa propre apologie sans se dévoiler, il juxtapose des commentaires sur divers ouvrages dont les uns parlent d’honnêteté, de vertu, de sentiments naturels et les autres de sentiments contre nature, tandis qu’un compte rendu de Manon Lescaut met en valeur l’innocence foncière des héros11. N’était la citation en épigraphe (« Sum bonus... ») et quelques réactions de lecteurs contemporains mieux avertis que nous, le fil conducteur nous échapperait ; l’esprit de liaison se passe ici de rhétorique de la transition. De même, dans le Cabinet du Philosophe, Marivaux ne prétend plus nous donner que « des morceaux détachés, des fragments de pensées sur une infinité de sujets et dans toutes sortes de tournures» (p. 335) ; mais on peut penser que tout le jeu de l’auteur consiste à nous faire rêver sur le rapport énigmatique qui unit ces textes disparates. Les meilleurs journalistes du temps, Marivaux, d’Argens, Prévost, La Barre de Beaumarchais ont rêvé de cette unité heureuse, secrète, métaphorique, là où la transition n’eût posé que des rapports de métonymie. La plupart des « spectateurs » ont voulu parler de tout dans une forme continue, celle d’une promenade ou d’une rêverie. Ils se sont plus souvent laissé emporter par le flot des informations et des anecdotes, jusqu’à présenter une sorte d’encyclopédie éclatée. Si le « personnage » exprimait l’exigence d’unité, le « public » leur a finalement imposé la diversité dont ils sont morts.

Public

31Le dilemme de l’information et du style, de la diversité et de l’unité, peut se traduire en termes de communication. Les « spectateurs » affirmaient d’abord l’unité de leur vision, de leur récit ; mais ils se proposaient aussi d’accueillir toutes les nouveautés, toutes les offres de leur public ; or l’expérience prouve qu’ils ont souvent succombé à cette offre, que le risque de se transformer en « pots-pourris », « recueils », « portefeuilles d’un homme de lettres » était en fait celui qui les menaçait le plus. Plus que l’œuvre littéraire, le journal subit quotidiennement hebdomadairement, la pression d’un public qui approuve ou refuse et traduit sa réponse en achetant ou en n’achetant plus le journal. Les journalistes amateurs et inquiets que sont souvent nos « spectateurs » tentent un premier numéro de cavalier seul puis font appel à leurs lecteurs, à des collaborateurs bénévoles, à des fournisseurs de nouveautés. Ils ne se sont pas lassés de le dire : alors que le journalisme savant représentait le pouvoir, le savoir imposé, l’autorité de la science ou de la croyance, ils représentaient, eux, le public. Ils ont signifié incontestablement une avancée vers le public. Des personnages humains - mercures, messagers, postillons, etc - allaient au devant de ce public qu’ils aimaient. Ils furent d’abord imbus d’une mission aussi importante et se nommaient « censeurs », « inquisiteurs » et « philosophes ». Ils se sont progressivement adoucis en « épilogueurs », « observateurs », «contrôleurs» avant de se présenter en « philanthropes », en « citoyens ». Mais ce public, ils ne le connaissaient pas. Aussi paraissent-ils hantés par le caractère éphémère et gratuit de leur feuille ; ils envisagent leur relation avec les lecteurs comme une création continuée. Bien loin en effet de s’appuyer, comme les gazettes ou les grandes « bibliothèques » protestantes, sur un réseau de correligionnaires ou d’utilisateurs, ils ne savent qui les lira ni combien de temps ils seront lus. L’appel au public aussi bien que la collecte des pièces et lettres de lecteurs traduit cette inquiétude. Ils semblent toujours lutter contre un échec inévitable. Philippe Le Febvre écrit en préface du Potpourri et pour accompagner sa première « feuille » :

« Je vous en promets autant dans huitaine, autant dans quinze jours, et d’encore en encore, je vous mènerai loin si vous prenez le parti de me suivre... »

32Cette relation incertaine avec des lecteurs insaisissables, avec des critiques prêts à le condamner, Marivaux s’est plu à la dramatiser, se montrant tour à tour découragé et combatif. La Barre de Beaumarchais dédie ses Amusements littéraires à « Très-haut et très-puissant Prince le Public » : sans doute serait-il plus sérieux de s’adresser, comme font les écrivains, à la « postérité », mais recueillera-t-elle ce que le public aura refusé (Dédicace, p. III) ? En fait, le journaliste n’a affaire qu’au public, ne parle que pour lui et par lui, toujours prêt, pour le satisfaire, à vendre son âme au diable. Car le public est ondoyant et divers et le «spectateur» a du mal à se régler sur cette image variable. Dans son Nouveau Spectateur, Bastide se montre tour à tour libertin et édifiant, savant et désinvolte, cynique et sentimental, autant de masques et d’identités provisoires dans lesquelles il se perd ; puis il fera, comme la plupart de ses confrères, cargaison d’essais, de lettres, de pièces fugitives, de fragments de dialogues. Plus d’un « spectateur » finit ainsi en « secrétaire du public » ou en « petit réservoir ». Certains de nos « spectateurs » résistent à la tentation et continuent, comme Van Effen ou Rousset, à déverser le flot de leur discours avec une foi robuste, une bonne conscience tranquille de bons pourvoyeurs, assurés d’une sorte de service public ; ils font plutôt exception. D’autres, comme La Varenne, se sentent en porte-à-faux : trop parisien pour la Hollande, trop libertin pour la France, trop vif et trop mordant pour son temps, il est obsédé par la relation qu’il voudrait établir avec un public indéfinissable. Dans ses trois journaux successifs, Marivaux développe des réactions différentes vis-à-vis de la société qui l’entoure : indécision d’abord, qui aboutit à une sorte de rupture dans les dernières feuilles du Spectateur français, puis répulsion mêlée de fascination dans l’Indigent philosophe, œuvre plus joviale et plus subversive à la fois ; dans le Cabinet du Philosophe enfin, il accepte la société telle qu’elle est, non sans un vague sentiment de nausée. Chacun de ces journaux, axé sur un moment de sa vie, retrace ainsi les phases de son engagement, à une époque où le public constitue une énigme. Pendant la Régence, les journalistes ont conscience d’assister à une mutation de la société. La culture change de forme : des mondains, des jeunes gens, des femmes, des amateurs légers donnent le ton. Certains, comme Desfontaines, affectent de le déplorer. D’autres se sentent, à l’égard de ce nouveau public, une mission de pédagogues et feront de leur journal, comme l’avaient fait Steele et Addison, une école de civilité. D’autres enfin y perdent leur âme. La passion du bavardage social, de la dispersion « fantasque », les conduit à une sorte de mimétisme ; devenu « protée » ou « caméléon », le « spectateur » s’abolit dans le public. Il sera remplacé, dans les années 6070, par ce qu’on nomme simplement « journaux » : de grands organes semi-officiels qui tolèrent la forme personnelle, qui accueillent largement, tel le Journal de Paris, les lettres de lecteurs, mais qui distribuent le flux de l’information en chroniques régulières selon des normes restaurées. Le « journal » devient alors, comme le diront les rédacteurs des Mémoires secrets, « l’ouvrage de personne et celui de tout le monde ». (XVIII, 1782, Préface). Le sort des mémoires de Bachaumont est en lui-même significatif. Primitivement composé du « journal de la Paroisse », il rassemblait les conférences tenues chez Mme Doublet, sans doute depuis 1740, pratiquement de 1762 à 1771. A ces « nouvelles littéraires » s’ajoutaient les anecdotes et les observations de Bachaumont, parfois qualifié d’« observateur ». Dans cette petite société, le témoignage direct et le commentaire personnel étaient de règle. L’éditeur de 1780, Mairobert, met en forme dans une vaste collection, ce qu’il considère comme une matière première, et il présente cette suite de nouvelles comme un tableau de l’esprit humain, des progrès consécutifs à l’Encyclopédie : l’utile se substitue délibérément à l’agréable. En 1784, cette mise en ordre est parachevée : le journal s’efforce à l’impartialité et recourt à une équipe de correspondants anonymes ; la « lecture des aventures de la société » est désormais collective et réglée. L’écho des conversations de la Paroisse s’est perdu au profit d’une entreprise raisonnée et encyclopédique. A la fin du siècle encore, on verra Bastide, l’un des plus actifs « spectateurs », se replier sur la Bibliothèque universelle des romans : la production romanesque est à son tour normalisée, réduite en « miniatures », distribuées tous les quinze jours ; débarrassés le plus souvent de leur forme personnelle, les romans réapparaissent sous forme de contenus purement informatifs. Les « spectateurs » appartenaient encore à un monde artisanal où un nouvelliste pouvait créer sa propre feuille, la tirer à 500 exemplaires et la vendre tant bien que mal. La presse d’entreprise avec ses réseaux de distribution, ses tirages de plusieurs milliers d’exemplaires et ses platines à 22 pages, est venue à bout rapidement, après 1760, des petites « feuilles ». Il nous reste à nous demander ce qui en est demeuré.

33Le dilemme du journaliste entre information pure et intervention personnelle, entre l’écriture anonyme et l’expression individuelle, s’est manifesté avec une particulière acuité pendant quarante ans. Aux technocrates de la presse d’institution, les « spectateurs » se sont opposés comme les défenseurs de la libre pensée, du bon sens, du goût, de l’humeur ; ils s’adressaient à un public encore indistinct d’honnêtes gens, de « connaisseurs » sans doctrine, à un large public qu’ils pressentaient seulement. Pendant quarante ans, ils ont lancé plus de cent petites « feuilles » éphémères dont le caractère commun était de s’opposer à la forme canonique de l’analyse méthodique, du classement par rubriques et de l’expression anonyme. Ils écrivaient en leur nom propre, sous forme de discours ou de lettres. Ils se voulaient moralistes et philosophes, spectateurs de la société, écho du public ; ils se présentaient volontiers en bouffons, en voltigeurs, en ramasseurs de miettes. Qu’ont-ils laissé ?

34Apparemment peu de chose. Le journalisme personnel a été un phénomène transitoire et inabouti. Les réussites du genre, celles de Marivaux, de Desfontaines, du marquis d’Argens, de La Varenne, de Van Effen ou de La Barre de Beaumarchais, ne pouvaient faire école. Leur apport réel, qui est sans doute considérable, ne se mesure pas. Ils ont voulu nouer avec le public une relation immédiate. Ils ont transposé dans le domaine du journalisme une exigence qui allait être celle de tous les écrivains : communiquer par la littérature. Marivaux écrivait de ses feuilles :

« pourquoi les ai-je écrites ? est-ce pour moi seul ? mais écrit-on pour soi ? J’ai de la peine à le croire. Quel est l’homme qui écrirait ses pensées s’il ne vivait pas avec d’autres hommes... » (Cabinet du Philosophe, p. 351)

35Les « spectateurs » ont toujours eu le sentiment d’être solidaires des autres hommes. Ils ont choisi d’inscrire ce dialogue dans une forme périodique dont ils sentaient la précarité ; ils ont accepté de renouer chaque semaine avec un lecteur fuyant un pacte de lecture toujours révocable. Leur périlleuse entreprise se développe par avancées successives, dans le discours fluide de chaque numéro, dans la succession des numéros ou dans la correspondance fictive, dans la succession même des journaux, car à chaque journal tombé succède un autre journal ; la carrière de Van Effen, de La Varenne, de Bastide ou de Rousset apparaît comme une suite d’échecs et de revanches. Et si aucun des « spectateurs » n’a atteint la dimension des grandes « bibliothèques », ces quelque cent douze échecs inscrits dans un même projet opiniâtre tiennent lieu de succès.

36Un ton s’est imposé. Avec leur lecteur, ils sont de plain-pied. Il n’y a plus de sujets réservés, chacun a quelque chose à dire sur tout. Chacun s’est efforcé de transmettre un regard simple et aigu sur la réalité ; ils donnent un langage au reportage, au témoignage, aux découvertes ; ce ne sont plus des hommes de cabinet ; ils pratiquent déjà un journalisme en action. Sans doute n’ont-ils pas inventé un style journalistique notion qui d’ailleurs, reste aujourd’hui bien trouble - mais ils ont donné au style une fonction dans le journal. Chacun des meilleurs se reconnaît à une certaine façon de parler : parole candide et un peu lourde de Van Effen, parole ambiguë et rapide de La Varenne, parole frémissante et discrètement élégiaque de Marivaux. Comme il y a une passion du « spectateur » pour le spectacle, il y a une passion du « parleur » pour la parole ; il sent qu’il y a des situations où il est impossible de ne pas réagir, de ne pas parler.

  • 12 Nous renvoyons à notre article, « Le renouvellement des Mémoires de Trévoux en 1734 », dans Dix-Hu (...)

37En ce sens, l’influence des « spectateurs » et des journaux à forme personnelle a été profonde et durable. Grâce à eux, la notion de culture s’est imposée à la place de la notion de savoir. De cette culture, chacun est amené à juger directement selon ses impressions personnelles. Les journaux savants s’en trouvent eux-mêmes modifiés. Il devient impossible de s’en tenir aux rubriques spécialisées : à partir de 1730 environ, les grands journaux s’ouvrent de plus en plus à tout un secteur méprisé des belles-lettres qui était resté longtemps la « sphère » du Mercure ou des nouvellistes : le roman, les essais et pièces fugitives, les dialogues et « petits vers ». On constate cette mutation dans le Journal littéraire de 1729, dans les Mémoires de Trévoux de 173412. Du journalisme personnel au journalisme savant, les différences s’atténuent : les Lettres sérieuses et badines, le Pour et Contre, les Observations sur les écrits modernes puis l’Année littéraire assument en fait les deux fonctions. A partir de 1760, le « journal » regroupe toutes sortes d’informations sur les lettres, les arts et les sciences sans se soucier d’exhaustivité et de cautions savantes, il s’ouvre à un immense discours culturel, multi-personnel et encyclopédique. Les « bibliothèques » réapparaissent, mais sous forme de grandes collections populaires dans lesquelles les sciences et les lettres, les techniques ou les romans s’offrent à un vaste public ; on est entré dans l’âge de la littérature pour tous.

Littérature

38Le phénomène des « spectateurs » déborde largement les problèmes d’une forme particulière et nous oblige à nous interroger sur les rapports du journalisme et de la littérature. Alors que les formes spécialisées de l’information et les formes littéraires de l’expression personnelle s’étaient développées concurremment jusqu’en 1680, la mise en place de journaux d’institution et de modèles de références a amené les écrivains à s’interroger sur leur rôle et à définir leur propre fonction dans la société. Ils l’ont fait sur le mode de l’imaginaire : les « spectateurs » miment une communication idéale entre un journaliste sincère et un public qui lui ressemble ; ils ont ainsi revendiqué un certain nombre de fonctions de réflexion, de regard, de libre parole, de contestation, de libre critique, que la presse savante n’assumait pas. Incertains sur leur propre mission et sur le public à qui ils s’adressaient, ils se sont présentés en journalistes masqués, mais cette simulation leur a permis d’annoncer un nouveau journalisme. Leurs scénarios fictifs ont une valeur prospective. Ils ont essayé, dans des formes libres, toutes les ressources de l’expression personnelle, cherchant ainsi à assurer la maîtrise de l’écrivain sur des informations disparates, à assurer la continuité du discours par la transition. Mais ils recherchaient en même temps la diversité et la collaboration du public : entre le spectateur maître du jeu et un public omniprésent qui l’assiégeait de contributions hétéroclites, un déséquilibre se crée, qui s’amplifie jusqu’à la disparition des « spectateurs », finalement absorbés dans l’anonymat, dans la forme multi-personnelle des nouveaux « journaux ». Le journalisme littéraire n’a pas résisté à l’expansion de la grande presse technique des années 60.

39Tout se passe comme si, de 1720 à 1760, les écrivains avaient tenté de remodeler selon leurs exigences profondes de littéraires un genre dont ils entrevoyaient tout le pouvoir. Les grands journalistes de ces années-là, Marivaux, Prévost, d’Argens, La Barre, Desfontaines, etc, sont des écrivains et le plus souvent des romanciers ; et rares sont les romanciers de ce temps qui n’ont pas composé un journal. Ces « spectateurs » entreprennent d’exprimer, en dehors de tout souci d’information immédiate, une certaine manière de participer au monde, un rapport avec la société présente. Alors que la littérature appartenait, jusqu’au début de la Régence, à des genres codifiés, consacrés, soumis aux règles des savants, les « spectateurs » se comportent comme s’il pouvait y avoir de la littérature partout et toujours, comme si toute réalité pouvait devenir spectacle et jeu d’apparences. Le beau littéraire n’est plus une essence mais l’objet d’une visée, d’un regard singulier. Disciples des Modernes, les « spectateurs » affirment que la beauté est changeante, que tout n’a pas été dit, que le monde est fascinant à condition de savoir le regarder. Ils affirment, comme le Spectateur français de Marivaux, que vingt-quatre pages d’imprimerie suffisent pour livrer une nouvelle vision de la société, que chacun, fût-ce le savetier dans son échoppe, a quelque chose à dire. Ce sont finalement deux romanciers qui ont donné à l’intervention personnelle du journaliste ses formes les plus durables : Marivaux crée ce spectateur obsédé par le spectacle social, qui porte sur lui un regard neuf et invite ses lecteurs à s’étonner à leur tour ; d’eux à lui, il institue un lien de sympathie et de connivence ; il invite chacun à parler, il libère la simple parole. D’Argens adapte les Lettres persanes, invente un dispositif épistolaire dans lequel le meneur de jeu, totalement caché, règle les échanges d’informations et se livre, avec un lecteur complice, à une critique irrévérencieuse du système social et politique ; la liberté naît ici d’une mise à distance, d’une annulation des tabous et des principes sacrés.

40Le phénomène « spectateur » relève donc autant de la littérature romanesque que du journalisme. L’expansion du journalisme personnel dans les années 1720-1760 est parallèle à l’essor du roman, comme si les formes de l’intervention et celles de l’évasion étaient complémentaires, comme si les modes d’expression étaient en partie les mêmes. On ne saurait parler simplement d’influences du roman sur la presse, puis de la presse sur le roman ; les mêmes procédés sont employés par les mêmes écrivains à des fins différentes. Le roman paraît donc emprunter, à partir de la Régence, des voies qui sont celles du journalisme : il peut devenir trésors d’anecdotes, de faits-divers, de témoignages rapportés, comme dans les Mémoires d’un homme de qualité ; il se présente comme une chaîne de témoignages, un ensemble de regards sur la société contemporaine, c’est le cas des Lettres persanes, il met en scène un spectateur fasciné par le tableau rituel des pratiques sociales, comme on le voit chez Marivaux ou Crébillon ; parfois un « éditeur » ou un conteur masqué juxtapose les documents, les lettres, et dévoile indiscrètement tout un pan de l’activité sociale, ainsi dans les Bijoux indiscrets, Les Liaisons ou la Paysanne pervertie ; les enquêteurs diligents, les censeurs, les secrétaires fidèles, les collecteurs d’inédits s’y multiplient ; le fait social, la cause célèbre, le fait divers énigmatique y deviennent source de réflexions et de doutes, de Manon Lescaut aux Nuits de Paris - où Rétif se présente lui-même en « spectateur nocturne »-. Sans doute faut-il attendre la fin du siècle pour que l’écrivain se présente délibérément et en son nom propre comme romancier-journaliste - c’est le cas de Rétif, de Mercier ou de Casanova - mais ils ont été longtemps, à leur manière, des journalistes masqués.

41Nos « spectateurs » ne procèdent pas autrement. Désireux de prendre directement la parole, d’engager un dialogue sincère avec le lecteur, on s’étonne qu’ils se soient donné des noms allégoriques, des identités d’emprunt, et qu’ils se soient passionnés pour les correspondances fictives. Le monde des « spectateurs » finit par évoquer un bal masqué dans lequel les Misanthropes, les Espions, les faux Diogène et les faux Aristide se rencontrent avec les Babillards, les Cyclopes et les Perroquets ; des Anglais ou des Allemands de fantaisie y dialoguent avec des Turcs ou des Chinois non moins déguisés, et l’on finit par se demander s’il fal lait tant de détours pour s’exprimer librement, tant de pastiches pour atténuer la forme personnelle. Ce ne sont pas seulement les personnages qui se dérobent, mais les « éditeurs » ; et Prévost n’est pas moins masqué dans le Pour et Contre que d’Argens dans ses Lettres juives. Déchiffrer les journaux de cette époque, c’est chercher les règles d’un jeu qui nous échappe en partie, aussi obscur à nos yeux que le sera dans deux cents ans celui du Canard enchaîné. A cette manie des masques, on trouvera facilement des raisons sociales : le journalisme d’intervention reste dangereux à cette époque, même en Hollande, même en Prusse, et chacun hésite à se dévoiler. Les lecteurs restent enclins à voir dans le journaliste un cavalier seul, un pamphlétaire intéressé plutôt qu’un porte-parole. Le journaliste ne prend la parole qu’au nom d’un public virtuel ; il s’avance seul, à ses risques et périls. Il appelle de ses vœux un public incertain qui l’assurera de sa propre mission, mais préfère provisoirement l’incognito. Linguet, Fréron ou Brissot pourront se sentir investis d’une charge ; ce n’est pas le cas de Desfontaines, de Prévost ou de La Barre, qui marchent sur des braises et ne sont jamais assurés du lendemain.

42Mais la prudence n’explique pas tout. Ils aiment pour lui-même ce jeu de masques, d’esquives et d’allusions. Ils ne visent pas à un journalisme d’intervention directe. Pas plus que Pascal, Montesquieu ou Voltaire, ils ne songent à s’adresser directement et simplement au public. Ils miment un discours ou une lettre ouverte, ils simulent une communication personnelle plus qu’ils ne la pratiquent. Le jeu littéraire emporte en lui-même sa propre finalité. Ils mettent donc en scène des misanthropes déçus, des sauvages civilisés, des spectateurs naïfs à qui ils délèguent le devoir de sincérité. Et ces écrivains devenus journalistes se livrent à des jeux de romanciers : ils créent des personnages, des situations, des dialogues ou des correspondances imaginaires. Ils pratiquent avec dilection l’esquive, l’allusion et l’ambiguité, dans un style d’époque qu’on pourrait dire rococo : ces babillards, espions turcs et autres fantasques semblent nés d’une fête galante ou d’une suite française ; la vérité s’y fait jour sous les apparences et rien n’y semble tout à fait sérieux. Un même goût de la littérature comme jeu, comme labyrinthe, comme succession de barricades mystérieuses, unit journalistes et romanciers. Et il est vrai qu’ils ont rendu la littérature présente, qu’ils l’ont soustraite aux doctes et aux Aristarques ; mais ces journalistes paradoxaux ont choisi de s’enfermer dans leur propre divertissement, sachant sans doute que la littérature est le plus sûr de tous les masques.

43Michel GILOT et Jean SGARD avec l’aide de D. KOSZUL, de R. GRANDEROUTE et des étudiants du Séminaire d’Etudes Préromantiques de Grenoble III

Notes

1 Notre travail prend appui sur l’enquête réalisée au Centre d’Étude des Sensibilités de Grenoble III en vue du Dictionnaire des journaux (1600-1789) - à paraître - Un état provisoire de la recherche a été publié dans l’Inventaire de la presse classique (Centre d Étude des Sensibilités de Grenoble III, 1978). Des renseignements complémentaires nous ont été fournis par Mme Fabre et Mme Koszul ; nous avons utilisé les notices déjà rédigées par les collaborateurs du Centre, notamment R. Granderoute et F. Moureau, dont l’aide nous a été précieuse. Les étudiants du Séminaire d’Études Préromantiques de Grenoble III, associés à notre recherche pendant quatre mois, nous ont fourni des études détaillées sur la rhétorique des journaux.

2 Les journaux de Marivaux seront toujours cités dans l’édition F. Deloffre et M. Gilot des Journaux et oeuvres diverses, Classiques Garnier, 1969. Les références des autres journaux ne sont pas précisées quand il s’agit de la préface ou de l’avertissement.

3 Le Persifleur, dont Rousseau n’a rédigé que la première feuille, est cité d’après l’édition de la Pléiade, Oeuvres complètes, t. I, p. 1103 et suiv.

4 Voir à ce sujet M. Couperus, « La terminologie appliquée aux périodiques et aux journalistes », dans l’Étude des périodiques anciens, Nizet, 1972, p. 59-60, et Un périodique français en Hollande : le Glaneur historique (1731-1 733), Paris et La Haye, Mouton, 1971, p. 73-74.

5 Voir ce que dit à ce sujet M. Gilot dans Les journaux de Marivaux, itinéraire moral et accomplissement esthétique, Service de reproduction des thèses de Lille III, 1974, p. 768 et suiv. ; mais nous renvoyons surtout à l’ensemble du ch. II de la 5e partie, « les feuilles de spectateurs ».

6 Cf. P. Rétat, « Rhétorique de l’article du journal, Les Mémoires de Trévoux 1734 », dans Etudes sur la presse au XVIIIe siècle, Presses Universitaires de Lyon, 1978, p. 91 et suiv.

7 Nous empruntons cette citation ainsi que celles de Granet et des auteurs du Journal des savants d’Italie au livre de F.B. Crucitti-Ullrich, La « Bibliothèque italique », cultura « italianisante » e giornalismo letterario, Ricciardi, Milano-Napoli, 1974, p. 259, 265, 102.

8 Nous renvoyons à l’étude de C. Cristin, Aux origines de l’histoire littéraire, Presses Universitaires de Grenoble, 1973, p. 93 et suiv.

9 Voir en annexe l’étude de R. Granderoute.

10 Cf. F. Moureau, Un singulier Moderne, Dufresny auteur dramatique et essayiste (1657-1724), Service de reproduction des thèses de Lille III, 1979, p. 275-276 et 280.

11 Ce compte rendu a fait l’objet de nombreuses discussions ; voir notamment F. Deloffre, « Un morceau de critique en quête d’auteur, le jugement du Pour et Contre sur Manon Lescaut », dans la Revue des Sciences Humaines, 1962, p. 203-212 ; il n’est pas sûr que l’article soit de Prévost ; il est sûr qu’il est utilisé par lui dans un dispositif d’ensemble.

12 Nous renvoyons à notre article, « Le renouvellement des Mémoires de Trévoux en 1734 », dans Dix-Huitième siècle no 8, 1976, p. 205 et suiv.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540