Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Samedi 13 juin matin. Séance dirigée par Jean Ehrard

Discussion

Texte intégral

1La communication d’ A. Kleinert atteste que la presse prend en charge au XVIIIème siècle les aspects de la vie quotidienne (J. Ehrard). Le prix des journaux de mode était relativement très élevé ; l’évaluation comparative d’ A. Kleinert est faible : une livre représente au XVIIIème siècle environ l’équivalent du salaire mensuel d’un ouvrier (R. Moulinas). J. Sgard lance à ce propos un appel de recherche en vue d’un article qu’il prépare sur les équivalences de prix et de salaires entre le XVIIIème siècle et l’époque actuelle.

2Comment sont dessinées les gravures de mode ? Selon le Cabinet des modes, on envoie des dessinateurs dans les salons, au Palais-Royal, à Londres, qui dressent des copies rapides. Les marchands de mode envoient des dessins ; le journal peut supporter l’énorme coût des illustrations grâce à la publicité. Les techniques des gravures coloriées, du lavis, sont très au point dans la seconde moitié du XVIIIème siècle (Ch. Berkvens-Stevelinck, F. Moureau).

3Le journal de mode est inconcevable sans illustration. C’est une des voies de l’entrée de celle-ci dans la presse. La mode suscite aussi la satire. Par exemple, on trouve en Angleterre des gravures qui satirisent la mode française (M. Jouve).

4J. Sgard et F. Moureau lancent deux autres appels de recherche : sur l’écho que reçoit la mode française, les articles de la presse spécialisée à l’étranger, et sur la présence de la mode dans le Mercure galant au XVIIème siècle. La collection Anisson-Duperron de la Bibliothèque nationale contient un exemplaire du Courier de la mode de 1768 dont parle Grimm (F. Moureau).

5A propos de la communication de C. Rimbault, est posée la question du critère de la presse féminine : il ne peut consister que dans la destination, quel que soit l’auteur (J. Ehrard, Mme Andriès). C’est pourquoi le tableau qui regroupe tous les titres des journaux serait plus clair s’il séparait deux catégories : les journaux destinés aux femmes, quel qu’en soit l’auteur, et les journaux écrits par des femmes, mais sans destination féminine spécifique (J.D. Candaux). Les correspondances des libraires hollandais font souvent mention d’envois de ballots de livres, auxquels on joint les Amusemens du beau sexe, dont la destination est claire (Ch. Berkvens-Stevelinck). Une autre catégorie à intégrer dans l’inventaire de la presse féminine : les journaux écrits par un homme sous le masque d’une femme ; ainsi la Spectatrice danoise de La Beaumelle, alibi grâce auquel l’auteur se justifie de traiter des sujets légers. Une idée préconçue du style et des préoccupations féminines se fait jour dans ce procédé (Cl. Lauriol). Les listings du dépouillement de l’année 1778 ont donné lieu à une étude sur l’image de la femme que livre la presse : elle est presque uniquement liée au fait divers (P. Jansen).

6J. Sgard souligne l’intérêt de l’enquête de Ph. Teissier sur la presse de langue française en Autriche au XVIIIème siècle. Elle permet de mesurer l’ampleur du phénomène d’expansion linguistique que constitue l’éclosion au XVIIIème siècle de gazettes de langue française en Allemagne, en Pologne, etc. Une communication présentée au colloque de Sarrebruck sur les relations entre la France et l’Allemagne a répertorié 75 gazettes de langue française dans les pays germaniques. Ces journaux sont très mal diffusés ; on n’en trouve à peu près pas en France. La presse prussienne à ambition internationale est le vecteur d’une propagande anti-française en français (F. Moureau).

7La communication d’ A.Pailler sur la presse anglaise donne lieu à des questions sur les situations respectives de la presse en Angleterre et en France. Était-elle moins contrôlée dans l’une que dans l’autre ? (H. Duranton). La censure préalable cesse en Angleterre en 1694 ; la notion de liberté de la presse apparaît dans les années 1720-1730. La loi sur la « trahison » (atteinte à la liberté de l’État) subsiste ; la dernière exécution a lieu en 1713. Les comptes rendus des débats parlementaires sont interdits, et l’on peut être condamné pour attaque contre des parlementaires. Au début du XVIIIème siècle, la loi sur les publications diffamatoires et séditieuses entraîne de nombreuses poursuites a posteriori contre des journalistes. E. Briggs signale un fait essentiel : l’indépendance des juges après la Révolution de 1688. Les jurés n’avaient à se prononcer que sur la matérialité des faits. Les juges décidaient du caractère diffamatoire et séditieux, ce qui réduisait l’étendue de la répression effective.

8J. Sgard remarque la disparité du nombre des journaux en France (30 en 1734) et en Angleterre (75 à la même époque). Mais les courbes d’évolution et d’expansion sont comparables : quels que soient les événements, les réglements, la progression de la presse obéit dans toute l’Europe à des lois qui tiennent aux phénomènes globaux de culture, de démographie, d’alphabétisation...

9La fonction de prépublication promotionnelle de la presse, que R. Favre met en lumière dans son texte, prouve que la vie littéraire est au XVIIIème siècle moins figée qu’on ne croit. Voltaire sait utiliser de multiples moyens pour lancer et faire connaître un livre : lettre, pamphlet, textes insérés dans les journaux, renvoi d’un ouvrage à un autre (voir l’exemple de l’Essai sur les mœurs). Le journal est un instrument remarquablement souple au service de cette tactique (H. Duranton).

10J. Proust cite des exemples qui confirment la problématique de R. Favre. Diderot découvre ainsi les conditions de prépublication de Jacques le fataliste dans le texte même du roman (les « lacunes » correspondant à l’interruption et à la censure de Meister sur les amours paysannes de Jacques. La prépublication retentit sur les structures narratives. Le naturaliste Commerson fournit au Mercure en 1769 une prépublication d’un chapitre du Voyage de Bougainville (1771), qui suscite dans le public l’attente d’un ouvrage marqué au coin d’un primitivisme sans frein. Bougainville baissera le ton dans son propre Voyage. Mais le public, et Diderot lui-même, sont restés sur l’effet produit par cette prépublication.

11Il faut distinguer les prépublications autorisées et celles qui ne le sont pas : ainsi celle de J.B. Rousseau dans le Mercure, destinée à le discréditer, et à laquelle répondra l’édition de Soleure en 1712 (F. Moureau).

12Une double chaîne de la communication littéraire se dégage ainsi : l’édition (réédition, contrefaçon) d’une part, et d’autre part le périodique comme premier éditeur ou comme énoncé sur l’édition (Cl. Labrosse).

13H. Bots cite un passage de la Bibliothèque choisie (t. XV), où Le clerc déclare qu’il rend service à la République des Lettres en parlant de livres qui sont encore sous la presse.

14La presse « à sensation » ou « à scandale » : la communication de D. Gembicki conduit à s’interroger sur les domaines et les moments où elle apparaît. Elle semble être surtout l’apanage du monde religieux, et il faut songer aux Nouvelles ecclésiastiques. Au moment de la mort de Voltaire, on fait courir sur son compte les bruits les plus infâmes. On peut y voir la naissance d’un journalisme scandaleux dans le monde culturel (J. Wagner). Mais le phénomène semble s’être déjà généralisé, à l’imitation de l’Angleterre, pendant la guerre de Sept ans (D. Gembicki).

15J.Cl. Bonnet, en concluant sa communication, émet le vœu que le travail sur la presse contribue à réhabiliter l’historiographie de l’opinion illustrée par Voltaire et Diderot. La presse d’opinion se déploie surtout en période révolutionnaire, et le P. Duchesne radicalise ce qui existait déjà antérieurement. Le problème des grains, de leur conservation, de l’eau, fait partie des obsessions du XVIIIème siècle ; on rêve d’aliments de substitution (pain de pommes de terre), d’« arbre à pains » ; on propose des recettes de soupes populaires. L’étude de J.Cl. Bonnet sur les journaux de 1778 le montrera, car le recueil sur cette année va paraître incessamment aux P.U.F.

16Il est étonnant que la presse n’ait à peu près rien dit de la « guerre des farines » de 1776, ce qui atteste un étouffement de l’information (J. Sgard). Mais la guerre des farines n’est qu’une émeute parmi tant d’autres et on en a surévalué l’importance (J.CL. Bonnet).

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540