Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Samedi 13 juin matin. Séance dirigée par Jean Ehrard

La presse et le problème alimentaire

Jean-Claude Bonnet

Texte intégral

  • 1 J’ai publié, dans la collection 10/18, une partie des écrits gastronomiques de Grimod, dont précis (...)

1Dans le cadre de mon travail de thèse sur « la symbolique de l’aliment de 1650 à 1830 », je me suis depuis longtemps intéressé à l’aliment dans la presse, et d’abord à l’apparition d’une presse spécialisée en annonces alimentaires. Le Gazetin du comestible dont la bibliothèque de l’Arsenal conserve la série complète (12 numéros d’un mensuel de 1767), est une sorte de manuel du consommateur qui présente sur quatre colonnes une sélection des marchandises avec le prix, les lieux de production et différentes informations. Ce guide qui doit assurer aussi la distribution des marchandises, est une entreprise compliquée qui repose entièrement sur le bon fonctionnement de la poste, ce qui explique sans doute son échec rapide. Par son ambition d’avoir un réseau national de correspondants et d’abonnés, ce journal anticipe sur les projets de Grimod de La Reynière après la Révolution. Celui-ci, qui avait commencé par être critique dramatique dans le Journal de Neufchatel et dans le Censeur dramatique, crée le genre nouveau de la chronique gastronomique dans l’Almanach des gourmands qui paraît de 1803 à 1812 (huit volumes seulement1. Ce journal, entièrement consacré aux annonces alimentaires, présente de bonnes adresses de marchands et de restaurants ainsi qu’un calendrier des produits. Grimod n’a pu réaliser, par manque de capitaux, son projet de réunir, dans un mensuel, une foule de correspondants français et européens, pour centraliser l’information alimentaire. En 1808 paraît, sous le nom de Grimod, un ouvrage intitulé Annales de l’inanition pour servir de pendant à l’almanach des gourmands. Ce pamphlet contre les gastronomes propose des actions de bienfaisance et donne la recette des « soupes à la Rumford ». Ceci vient rappeler que le véritable problème alimentaire n’est pas d’abord celui de la gourmandise, mais celui de la faim.

2J’ai abordé le « problème alimentaire dans la presse », d’un point de vue beaucoup plus général, dans deux études pour le Laboratoire 96 du C.N.R.S., en utilisant le fichier constitué selon des méthodes informatiques (à partir de 11 périodiques pour l’année 1768 et de 8 périodiques pour mai, juin, juillet de 1778). J’ai fait l’expérience de cette archive par l’interrogation du terme « nourriture » dans le lexique des notions. Ces travaux (le premier de cent pages écrites en 1975, l’autre de 20 en 1978) n’ayant pu encore être publiés, il m’a semblé utile d’en faire état pour la Table ronde sur la presse et d’en indiquer un aspect particulier : le débat sur les grains, l’annonce des disettes, les comptes rendus d’émeutes frumentaires. Tous ces problèmes, très présents dans la presse, ont connu récemment une nouvelle actualité bibliographique par la publication, en 1979, aux Presses universitaires de Grenoble, de la traduction de La Guerre des farines de Vladimir Ljublinski, et la parution de deux ouvrages en anglais de Steven L. Kaplan (Bread, politics and political economy in the reign of Louis XV, en 1976 et une édition de Galiani en 1979, La Bagarre, Galiani’s lost parody). L’année 1778, et surtout 1768, sont des repères intéressants dans la crise de l’Ancien Régime. Les années soixante marquent, en effet, un tournant avec les grandes lois libérales de 1763 et 1764, sur la liberté du commerce intérieur des grains et sur la liberté d’exportation, alors que le pouvoir d’achat fléchit fortement de 1765 à 1775. La monarchie fait marche arrière avec Terray et Maupéou qui abandonnent les thèses libérales et reviennent aux vieilles méthodes politiques, sans arriver cependant à constituer un marché étatique. La fin des années soixante voit la baisse de la domination économiste. La crise des subsistances se transforme en crise sociale. L’historiographie, très importante sur ce point, a peu étudié la dimension « psychologique », essentielle dans ce processus. La presse a, dans tout cela, joué son rôle.

Fonctions contradictoires de la presse

3Voici comment, en 1631, Théophraste Renaudot définit le type de presse qu’il représente : « L’histoire est le récit des choses advenues. La Gazette le bruit qui en court » (in Histoire générale de la presse, P.U.F., t. 1, p. 89). Aux nouvelles à sensation des anciens canards, fondées sur le merveilleux, succède un besoin différent d’information concernant les événements et la rumeur qui les accompagne. La gazette, qui répond à une nouvelle curiosité un peu frénétique, entretient inévitablement une fermentation. La liberté d’être informé comprend le risque d’une ébullition et d’une surenchère imprévisibles. A cela s’oppose la presse érudite et mieux contrôlée, comme le Journal des Savants. Faite d’extraits, elle explique calmement, hors du temps et de l’agitation. Ces deux types d’information avec leur style et leur temporalité bien distincts, sont concurrents dans une situation politique et économique de crise.

1) La « dépêche » et la psychose

4Dans la presse la dépêche a un rôle tout à fait particulier et des effets psychologiques qui transforment complètement les structures mentales. Les journaux de 1778 donnent des informations sur les crises alimentaires, dans une série d’annonces fragmentées qui couvrent un immense territoire. Le lecteur peut suivre, en continuité, le déroulement d’une disette au Maroc, d’une famine en Syrie, d’une révolte frumentaire à Palerme. Les faits sont en général sèchement présentés, mais avec une sorte d’insistance réglée et inévitable. Pour la première fois dans l’histoire humaine, tout ce qui se perdait dans un universel oubli, vient maintenant s’inscrire rigoureusement dans le registre du journal. Voici que les événements s’additionnent et reviennent constamment harceler la conscience collective. A force d’avoir voulu tout savoir, on ne peut plus rien ignorer. Ce processus constitue irrémédiablement l’opinion publique et produit une conscience nouvelle du réel. Le problème alimentaire, répercuté et redoublé dans les multiples échos de la presse, obsède le lecteur et crée un malaise. A propos des événements de Syrie, la presse (Gazette des deux ponts, Mercure de France, Journal historique et littéraire) fait des commentaires et donne des solutions. On oppose la cupidité du riche à la charité du peuple, en citant en exemple un acte de bienfaisance d’un paysan. On accuse les monopoleurs qui attisent la violence du peuple. La presse rend compte, de même, de ce qui se passe sur le territoire français. La proximité et la répétition des événements entretiennent chez le lecteur une psychose d’angoisse.

  • 2 Le Courier du Bas-Rhin indique sans cesse que le pays n’est plus sûr : « La cherté du pain croît d (...)

5Cela se vérifie particulièrement en 1768 qui est une année très difficile par les conditions climatiques (hiver dur comme en 1709, été plu vieux) et par la mauvaise régulation du marché. La flambée des prix est très forte dans les quatre généralités du nord. Le Courier du Bas-Rhin (imprimé à Clèves et soutenu par la Prusse) a une position véritablement alarmiste, ce qui s’explique sans doute, en partie, par la personnalité du directeur Manzon (il est favorable aux thèses matérialistes et à Rousseau, cf la notice de François Moureau dans le Dictionnaire des journalistes des P.U.G.)· Ce journal indique, à mesure, la contagion de la crise dans l’espace et dans le temps, à La Haye, à Londres, puis dans le nord et à Paris. Les faits parlent d’eux-mêmes. La montée de la faim apparaît comme un péril pour tous. Bien avant « la grande peur » analysée par Georges Lefèbvre pour 1789, on constate qu’une certaine presse alimente le sentiment d’insécurité et affole par la présentation de faits divers traumatisants. Elle a ainsi un rôle amplificateur et renforce le processus de la « rumeur »2.

6Le Roi est présenté comme le seul recours : « De toutes parts, les peuples gémissans, tendent leurs mains vers le trône, et dans le besoin qui les presse, implorent l’assistance du père commun de la patrie » (15 octobre). Le journal décrit ces occasions soudaines où la personne royale est confrontée à la misère du peuple, où l’on crie « famine » sur le passage des carrosses. En 1775, de même, comme l’indique Pidansat de Mairobert, Marie Antoinette verra les pauvres, occupés à la corvée sur les routes, tendre les mains vers elle en montrant leur bouche, et c’est le « boulanger » qu’on viendra chercher à Versailles en 1789. Le Courier du Bas Rhin fait appel à l’antique fonction nourricière de la monarchie. Le Roi, qui est responsable de ses sujets, a un devoir d’intervention. Ainsi s’exprime l’idéologie d’une économie morale qui justifie taxation et entrave. La tragique contradiction de la conjoncture tient précisément au fait que les économistes ont le projet de moderniser l’État en transformant l’ancien contrat qui lie le Roi à son peuple, les gouvernants et les gouvernés. Dans le pari de Turgot, le Roi n’est plus responsable et n’a plus à pourvoir. Le seul fonctionnement libéral du marché doit assurer la subsistance, sans qu’il y ait assistance.

  • 3 Ce débat est encore très présent dans les mémoires et les réflexes politiques actuels. Quand, à l’ (...)

7Contrairement à cette logique économiste, Le Courier du Bas-Rhin met en cause la personne morale du Roi. La disette n’apparaît plus comme un « fléau de Dieu ». On l’explique par une analyse financière, réclamant la prévoyance et la constitution d’un budget. Jusqu’à la Révolution, le Roi sera constamment sur la sellette, en posture d’accusé. A travers un journal comme le Courier du Bas Rhin, s’exprime une attitude nouvelle de protestation et de remontrance, c’est-à-dire déjà de doléance. Cette même année 1768, Hardy décrit dans son journal (le 31 octobre) un placard qui regrette le bon Roi Henri IV et traite Louis XV de vil marchand de grain. On rappelle l’acte justicier de Damiens, en espérant que le régicide ait bientôt des imitateurs. En novembre, Le Prévost de Beaumont, qualifié par Sartine de « dangereux maniaque », est emprisonné pour avoir dénoncé au Roi un « pacte de famine » qui ne sera rendu public qu’en 17913. Dans cet engrenage fatal où se conjuguent d’une manière toute nouvelle l’information et les ondes immaîtrisables de la calomnie, une certaine presse a manifestement compté.

2) La presse savante contre la peur

8Dans l’esprit et le sillage encyclopédique, la presse savante est un relais des académies et de la librairie. Ce remarquable instrument de vulgarisation permet l’intégration rapide d’un savoir contemporain. Les physiocrates créent une presse économique essentielle à leur projet (par exemple le Journal économique, la Gazette du commerce, et Les Ephémérides du citoyen de l’abbé Baudeau, à partir de 1767). Ces journaux, comme toute la presse savante, s’opposent à la dangereuse mode de la gazette qui favorise la fermentation sociale. Parce que les dépêches entretiennent une peur irréelle et artificielle, fondée sur de simples péripéties qui ne sont que l’écume de l’histoire, on s’attache à minimiser et à recouvrir les souffrances locales par une information globale s’inscrivant dans une téléologie du progrès. L’analyse technique montre que la disette est fictive, qu’il n’y a pas de crise, qu’il ne se passe rien. Contre la peur et les faux bruits, il suffit d’expliquer les thèses économistes qui, d’évidence, s’imposeront. C’est pourquoi l’abbé Baudeau en 1768, dans son Avis au peuple sur son premier besoin, supplie qu’on le lise au nom du patriotisme et de la réconciliation, car il s’attaque aux préjugés et aux mésinterprétations concernant le problème des grains. Favorable à la liberté de la presse, Turgot recherche le « tribunal du public » pour un grand débat sur les blés et les causes de la cherté. Ce projet est indiqué dès 1765, dans une Lettre circulaire aux officiers de police des villes de la généralité de Limoges ayant des marchés de grains : « Cependant, si l’alarme se répand dans le peuple, si les esprits commencent à fermenter, le magistrat ne doit rester ni dans l’indifférence, ni dans l’inaction ; il doit employer tous les moyens qu’une prudence éclairée suggère pour calmer l’émotion ou plutôt pour l’empêcher de naître ». L’information est le principal moyen d’action. Les mêmes thèmes sont repris dans la première lettre à Terray du 30 octobre 1770 : « Il faut que les vérités fondamentales de cette matière deviennent communes et triviales, afin que les peuples sachent, et par eux-mêmes et par le témoignage unanime des gens éclairés, que le régime sous lequel ils ont à vivre est le seul bon, le seul qui pourvoie efficacement à leur subsistance, afin qu’ils ne se privent point eux-mêmes des secours du commerce en le flétrissant du nom odieux de monopole, et en le menaçant continuellement de piller ses magasins, afin qu’ils ne se croient point autorisés à faire un crime à l’administration de la variété des saisons, à exiger d’elle des miracles, à la calomnier, et à se révolter contre elle, quand elle les sert avec le plus d’efficacité ». Turgot conseille au monarque une attitude intransigeante de non-intervention et de passivité, mais il faut en même temps empêcher à tout prix que le problème des grains ne se politise.

9Ce débat particulièrement vif à la fin des années soixante et qui a pour enjeu l’opinion publique, porte sur deux conceptions de l’information et deux types d’explication, selon qu’on choisit de raisonner sur le temps long ou le temps court. Sur ce point, Voltaire et Diderot ont pris chacun position, et se sont exprimés l’un et l’autre à propos de l’abbé Baudeau. Voltaire, qui dans l’article Blé du Dictionnaire philosophique s’était moqué des économistes, écrit en 1775 une Diatribe à l’auteur des Ephémérides. Dans ce panégyrique de Turgot, il adopte les thèses physiocrates et, méconnaissant la faim réelle du peuple, censure les «automates ivres » de la guerre des farines, pour ne retenir que le progrès général de l’économie et des lumières. Dans ses Observations sur le 6’eme tome des Ephémérides du citoyen publiées le 15 novembre 1769 dans la Correspondance littéraire, Diderot se déclare assez favorable à la «nouvelle école de quesnaylistes » parce qu’il est utile que « les objets les plus importants au bonheur des hommes » soient publiquement agités. La même année cependant, au cours de son voyage à Langres, il fait lui-même l’expérience de la crise et de la peur (« Je mange mal quand je n’ai que du pain possible... » Apologie de l’abbé Galiani). 11 abandonne alors les « vues générales » pour tenir compte des faits et songer à des solutions politiques. Un épisode de Jacques le fataliste illustrera le problème de l’insécurité des campagnes et cette pression des corps vivants qui crient famine.

Une émeute frumentaire à Toulouse en 1778

10En juin 1778 à Toulouse, le prix du blé subit une brusque hausse et se trouve presque au taux de 1789. Le prix du pain qui n’augmente pas dans la même proportion, amène à la ville toute une population de la campagne. Le 4 juin le prix du pain est relevé. Le 10, le guet tire sur la foule et fait plusieurs morts. Le 17 juillet l’intendant du Languedoc démet les Capitouls en exercice. Onze articles, dans les six périodiques retenus, rendent compte de cette affaire en se répartissant en deux séries bien distinctes.

11Trois périodiques (Courier de l’Europe, Gazette de la Haye, Mercure de France) publient une lettre datée du 10 juin (le Courier de l’Europe en donne une seconde datée du 1 juillet). Ces deux envois énoncent la version officielle. Il s’agit d’occuper rapidement le terrain et de prévenir d’autres relations de l’événement. Dans cette analyse douce, on parle à peine de l’émeute. L’euphémisation permet de blanchir les Capitouls et d’éviter que le clergé en la personne de l’archevêque Loménie de Brienne ne soit incriminé. On insiste sur la « prudence des magistrats de police» et l’attitude généreuse de l’Église. Par un curieux renversement, la première lettre, datée du jour même de l’émeute, se transforme en un détail touchant de l’activité charitable de Loménie de Brienne : «Heureux les peuples, Monsieur, qui ont à leur tête des pasteurs éclairés et bienfaisants... » L’archevêque de Toulouse voulait sans doute éviter que cet incident ne nuise à sa carrière. En faisant envoyer cette lettre aux périodiques, il agit en véritable administrateur acquis aux idées de Turgot, et fait exactement ce que celui-ci recommandait en 1765 aux « officiers de police » de la généralité de Limoges. Il tâche de calmer les esprits, d’expliquer le processus économique et de mettre le pouvoir hors de cause.

12Cela n’empêche pas les mêmes journaux et certains autres (surtout le Courier du Bas-Rhin) de donner des dépêches sur « l’émeute considérable » de Toulouse. La Gazette de la Haye publie un récit détaillé de l’événement. On accuse les boulangers, l’administration et le « parti violent » qu’ont pris les Capitouls de faire des victimes parmi des personnes « étrangères à cette sédition ». Ainsi la presse donne-t-elle sur l’événement un certain éventail d’appréciations différentes dans leur forme et leurs thèmes. Les journaux connaissent la censure, mais ils ne sont pas encore des appareils centralisés avec des lignes bien définies. Ce sont plutôt des agences de presse qui accueillent dans le désordre les lettres de style officiel et les dépêches.

13Dans les périodiques où se façonne l’opinion publique, s’affrontent les thèses économiques et des conceptions plus politiques. Tantôt la presse rassemble et « pacifie » dans un effort pédagogique. Tantôt elle perturbe par des annonces angoissantes. Elle est un document essentiel dans l’étude de la conscience collective et de ces phénomènes psychologiques très complexes par lesquels une crise se transforme en révolution. Turgot qui souhaitait organiser et moderniser la circulation des blés et de l’information, n’a pas réussi à maîtriser ce double marché capital.

Notes

1 J’ai publié, dans la collection 10/18, une partie des écrits gastronomiques de Grimod, dont précisément la première année de l’Almanach des gourmands.

2 Le Courier du Bas-Rhin indique sans cesse que le pays n’est plus sûr : « La cherté du pain croît dans les différentes provinces et la misère augmente avec elle : on ne finirait point de rappeler tous les traits lamentables qu’on en apprend ; on choisira celui de Melun comme caractérisant davantage l’excès de l’indigence et du désespoir. Une pauvre femme venait le samedi 2 juillet au marché. Un malheureux l’arrête : dans son effroi, au défaut d’argent, elle lui offre quelques comestibles qu’elle apporte pour vendre à la ville ; il répond qu’il meurt de faim et n’a besoin que du morceau de pain noir qu’elle mangeait en ce moment pour son déjeuner ; il le prend et s’enfonce dans le bois. Depuis ce temps, les gros fermiers qui reviennent du marché, ont-ils obtenu de se faire escorter par des gens de la maréchaussée qu’ils paient ».

3 Ce débat est encore très présent dans les mémoires et les réflexes politiques actuels. Quand, à l’occasion de la campagne présidentielle, Jacques Chirac déclare, depuis l’Hôtel de ville, qu’il « préfère Henri IV à Louis XV », il joue, comme Necker, sur ce que Ljublinski appelle « l’atout du pain ». Quand le royaliste Bertrand Renouvin appelle à voter pour le candidat socialiste, il se souvient sans doute que Turgot, aussi grand fût-il, a perdu la monarchie en lui faisant oublier ses antiques devoirs.

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540