Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Défi magique, volume 1

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Certaines spécificités nationales

Le fidencisme : une réalité à part

Bruno Ferrari et Jaime Garcia Narro

Résumé

Fidencism is a Mexican case of syncretism between Catholicism and ancient pre-hispanic deities. It is a cult organised around the personality of Fidencio Child, a Mexican healer renowned since the first part of the century and who was raised by popular fervour to the status of a saint following his death. The present-day cult, which is having great success, is structured around the different places where Fidencio lived and did his miraculous healing. Followers go to these places for an annual pilgrimage during which the spirit of Fidencio provokes possessed trances with therapeutic virtues. The authors analyse the symbolic foundations of this cult (assimilation of Fidencio to Christ, latent symbolism of the different rituals and pilgrimage places, etc.) as well as the social, ethnic and psychological aspects.

Texte intégral

1Les phénomènes religieux présents au Mexique ont les caractéristiques des débuts du syncrétisme chrétien-païen. On est en présence d’une institution ecclésiale forte : l’Eglise catholique. Ces phénomènes nous rappellent le nouveau monde qu’ont découvert les Espagnols, monde où les forces de la Nature vivaient à travers des dieux et des esprits qui les dirigeaient.

2Mais en réalité le syncrétisme a été une des manières utilisées par les Européens pour s’imposer idéologiquement et politiquement à une structure sociale bien établie, avec une culture religieuse consolidée. En fait, en étudiant l’histoire de certains lieux de pèlerinage et de cultes actuels, nous voyons comment l’image chrétienne a conservé des caractéristiques sacrées très proches de l’image sacrée qu’elle a remplacée.

3Nous n’avons besoin que de trois exemples pour analyser ce phénomène. Nous ferons référence aux trois sanctuaires catholiques les plus importants du Mexique où l’on peut observer d’une part la substitution miraculeuse d’une divinité à une autre et, d’autre part la subsistance des rites pré-hispaniques comme forme d’adoration :

  1. Le premier exemple est fourni par la fête de la Vierge de Junquilla dans l’Etat de Oaxaca où auparavant on adorait Nohuichana, déesse de la fertilité. Le pèlerinage commence au « Pedimento », petit plateau qui symbolise l’endroit où vivent les humains par opposition à la montagne par les divinités. Sur ce plateau on fabrique ou on achète divers objets en papier (formes d’animaux, fruits, maisons, etc.) qui constituent les demandes que chacun vient adresser à la Vierge. Il s’agit d’une attitude magique caractéristique des habitants de cet endroit. Ces objets symbolisent leurs souhaits ; ils les placent dans un coin du sanctuaire pendant qu’ils prient.
  2. Le sanctuaire du Seigneur de Chalma dans l’Etat de Mexico était à l’époque préhispanique un temple dédié à Oztoctéotl (dieu de la caverne) ; la substitution de cette image à une autre se fit par un miracle où l’image païenne a été détruite et où le Christ actuel de taille naturelle est apparu. De cette façon, sans nier la véracité de ces miracles, la pénétration idéologique de la part des Espagnols fut facilitée. Les rites ne changeaient pas, car la nouvelle image, sans tenir compte des connotations théologiques, avait un pouvoir identique, voire supérieur. La ritualisation devait continuer afin d’obtenir ses faveurs. Les éléments symboliques de ce sanctuaire s’apparentent beaucoup à ceux du Nino Fidencio (enfant Fidencio), objet de notre étude. Parmi ceux-ci, on peut signaler l’arbre caractéristique du Mexique, nommé « ahuehuete » (magique et miraculeux) où l’on pend les cordons ombilicaux des nouveau-nés comme offrande au Seigneur de Chalma (il ne faut pas oublier que, dans les rites préhispaniques, le sacrifice des enfants était une pratique courante). Une grande quantité d’objets sont les témoins des faveurs reçues ou des demandes effectuées. Le bain rituel se fait dans le fleuve Chalma afin de laver les péchés, et les croyants se dirigent ensuite vers le Sanctuaire en s’infligeant un auto-sacrifice (marcher les pieds nus, à genoux avec des couronnes d’épines, etc.) comme moyen d’obtention d’une faveur personnelle ou collective. Il s’agit d’un acte de foi qui apaise la souffrance émotionnelle, économique, ou de santé (il faut tenir en compte que la plupart des personnes qui participent à ces rites proviennent de couches socio-économiques très basses) : la souffrance disparaît quand elles arrivent finalement devant l’image.
  3. Le sanctuaire le plus fameux et le plus visité est celui de la Vierge de Guadalupe, situé sur la montagne « El Tapeyac » à Mexico (capitale du pays). Elle est l’image religieuse du Mexique et la mère de tous les Mexicains.

4A cet endroit, à 1’époque préhispanique, on vénérait Tonantzin (notre mère) ; par un miracle qui prit de grandes proportions et dont les preuves historiques sont bien démontrées, la Vierge de Guadalupe, ou Vierge Morena (Brune), fit son apparition. Les pèlerinages à ce sanctuaire sont constants. Le plus important est celui du 12 décembre : le jour de la célébration de l’apparition, des milliers de personnes de divers endroits s’y retrouvent. Les rites préhispaniques sont toujours présents, avec des caractéristiques particulières en rapport avec le lieu d’origine des personnes. Il y a un rituel magico-religieux qui est propre à leur culture millénaire et qui est pratiqué par tous les groupes de pèlerins pour rendre hommage aux dieux. Il s’agit de la danse. Parmi les divers groupes de danse (« quetzales », « pasteurs », « matachines », « apaches », etc.), le groupe le plus important est celui des « Concheros ». Ce ne sont pas de simples groupes de danseurs : ils constituent de vraies fraternités avec différentes hiérarchies. La danse est seulement l’un des divers éléments qui composent leur rituel. Celui-ci comprend le culte aux morts et à la croix, des veillées réalisées dans leurs quartiers généraux, la musique des guitares de carapace de tatou et des louanges. Pendant les veillées, ils chantent en invoquant les âmes des morts, lesquelles leur donnent force et protection et aident les membres les plus actifs à diagnostiquer et guérir les maladies. Ils réalisent des « nettoyages » avec des fleurs et des bougies pendant la veillée pour éviter les maux, retirer les envies et les jalousies et pour protéger les membres du groupe, ainsi que leurs parents, des mauvais esprits ou des tentations du diable.

5Ces trois sanctuaires permettent d’observer différents genres de rites où il y a un syncrétisme avec l’Eglise catholique. Il existe aussi beaucoup d’autres manifestations qui sont en rapport avec l’adoration préhispanique et où il n’y a pas de lien avec le catholicisme.

6Dans les montagnes de l’Etat de Chiapas nous pouvons trouver ce genre de manifestation dans les localités de San Juan Chamula et San Lorenzo de Zinacatan, peuplées par les Indiens Chamula. Ces groupes ont centré leurs rites autour des églises catholiques construites par les conquistadores. Nous observons ainsi que san Juan (saint Jean) prend la place de Dieu et que le jour de saint Jean est le jour de fête le plus important de ce village (San Juan Chamula). A San Lorenzo on trouve le même phénomène, mais ici c’est san Lorenzo (saint Laurent) qui est Dieu. Ces dieux sont le centre de la vie des habitants : ceux-ci leur demandent toutes sortes de faveurs sur le plan physique et matériel. Les prêtres sont expulsés des églises, les saints (tous des hommes à barbe blonde) portent un miroir autour du cou, symbolisant l’âme où la réponse de Dieu se reflète. Les symboles les plus importants sont l’arbre, l’eau, le feu et le miroir « lumière ».

7Ces situations variées, parfois complexes voire confuses, en marge d’une religion historique, ont suscité la présence de magiciens, sorciers, « chamanes », guérisseurs, saints, etc. On les retrouve au Mexique et dans toute l’Amérique latine avec des caractéristiques culturelles, sociales et politiques différentes selon la zone particulière du phénomène et avec un dénominateur commun, le syncrétisme entre le catholicisme et les anciennes déités préhispaniques.

8C’est plus précisément au nord du Mexique, dans l’Etat de Nuevo Leon que nous allons centrer notre étude. Il s’agit d’un petit village appelé Espinazo, situé à 130 km de Monterrey qui est la capitale de l’Etat. Cette ville, qui compte près de 3 millions d’habitants, a été fondée il y a presque 400 ans (le 20 septembre 1596) et elle est actuellement l’un des plus importants centres industriels de l’Amérique latine. A Espinazo, depuis le début du siècle jusqu’à nos jours on célèbre des cérémonies, des rites et des cultes qui ont pour objet d’apporter le bien-être à une grande quantité d’adeptes, de pèlerins, de malades et même de curieux. Ceux-ci viennent chercher la force curative de l’endroit et du personnage qui a initié ce mouvement dénommé Fidencisme.

9Ce mouvement n’est pas très différent d’autres rites et cérémonies dans lesquels se manifeste la présence d’esprits, mais il a une caractéristique particulière qui fait que, chez ses croyants, sa transcendance augmente avec le temps.

10Il existe et il a toujours existé des phénomènes semblables, mais sans la transcendance du Fidencisme. On en trouve un exemple dans les activités magiques curatives de Pachita qui, pour réaliser ses opérations, était possédée par l’esprit du « frère » Cuauhtémoc. La quantité de pèlerins, pénitents et malades augmentait en même temps que la popularité de Pachita, mais à sa mort, en 1979, la présence du « frère » Cuauhtémoc a disparu.

11Fidencio était un guérisseur supplémentaire dans le vaste territoire du Mexique. Lorsqu’il mourut, beaucoup d’activités qui se réalisaient à Espinazo, ancienne « hacienda » où il opérait ses guérisons, s’arrêtèrent. Cependant sa mort provoqua la naissance du Fidencisme, qui procure davantage de force à ses adeptes et aux personnes qui cherchent le bienêtre. A Espinazo le syncrétisme n’est pas seulement religieux, il s’applique au terrain politique et social.

12Le Fidencisme se structure comme une église primitive des premiers chrétiens qui exercent leurs activités autour d’un guide nommé « petite boîte » ou « matière ». Le point qui rassemble tous les fidencistes est la mort de celui qui a donné son nom au mouvement. C’est pour cela que le Fidencisme transcende et donne une nouvelle valeur aux pratiques que Fidencio réalisait avant sa mort. C’est un mouvement plein de vitalité et possédant des caractéristiques propres.

1. Autour de Fidencio

13Les données biographiques permettent de déterminer l’influence que l’enfant Fidencio a eue jusqu’à son arrivée à Espinazo, et nous donnent une idée de sa personnalité.

14Il est né le 13 novembre (bien qu’on célèbre sa fête le 17 octobre) 1898 au Rancho de las Cuevas Iramuco, dans l’Etat de Guanajuato, et il est mort le 19 octobre 1938 d’une cirrhose hépatique. Il était l’un des vingt-cinq enfants de Socorro Constantino et Maria del Transito Sintora. Selon son acte de baptême, son nom complet est José Fidencio de Jesus. Son père meurt quand il a dix ans ; et sa mère meurt deux ans plus tard. Il décide de partir avec son frère dans l’Etat du Yucatan, au sud du Mexique, pour travailler l’ » ixtle » (fibre avec laquelle on tisse des paniers) et apprendre les rites du Cenote sacré de Chichenitza (endroit cérémoniel de la culture Maya). Il retourne dans l’Etat de Guanajuato où il aide des guérisseurs et des accoucheuses dans leur travail. Il établit aussi une relation affective très forte avec le Père Segura, prêtre catholique duquel, par imitation, il apprend à réaliser le culte catholique de la messe.

15A l’école, il était considéré comme un enfant passif, isolé, qui ne participait pas aux jeux, qui ne se défendait pas de ses camarades et qui aimait regarder les pèlerinages des « matachines ». Son niveau scolaire était très bas et on pouvait le considérer comme analphabète.

16En 1921 il arrive à Espinazo comme cuisinier d’Enrique Gomez de la Fuente, administrateur de l’hacienda de Teodoro Von Wernich, immigrant allemand. Le premier prit le rôle de père adoptif et le deuxième de mécène pour que Fidencio réalise son travail curatif.

17On peut considérer monsieur Teodoro comme le vrai diffuseur des actions miraculeuses de Fidencio, car c’est lui qui a fait connaître dans la presse les résultats positifs des traitements curatifs de Fidencio.

18Ajoutée à d’autres légendes, cette situation a fait croître la popularité de Fidencio d’une manière telle que même le Président de la République mexicaine, le général Plutarco Elias Calles, se présenta chez Fidencio avec le gouverneur de l’Etat de Nuevo Leon, Leon Aaron Saenz, pour se faire soigner. Le cortège présidentiel a été reçu au son de l’hymne national, et au son de celui de « la hija del Penal » (la fille du pénitencier), chanson que chantait Fidencio et qui est devenue l’hymne d’Espinazo. On ne peut pas ignorer cette étrange conjonction d’hymne national et de composition populaire ; on y trouve une explication du syncrétisme politique présent à Espinazo. Ainsi se déroula la vie de Fidencio jusqu’à sa mort en 1938, alors qu’il était déjà considéré comme un saint.

19Espinazo, une ancienne hacienda située sur la frontière entre les Etats de Nuevo Leon et Coahuila, en plein désert, appartient à la municipalité de Mina. Cet endroit se caractérise par un soleil incandescent et des nuits froides caractéristiques des zones désertiques. Il y a seulement quelques maisons de boue, une gare pour les trains et les lieux « saints » : « El Pirul », la maison du culte (ancienne maison de l’hacienda et hôpital de Fidencio) et le Charco (la mare), au total quatre hectares. Aux alentours il y a trois cimetières assez grands comparativement à l’endroit et à ses cent habitants qui vivent pratiquement du Fidencisme et de l’entretien des lieux « saints ».

20Le premier lieu de culte, en arrivant à Espinazo, est un arbre nommé « Pirul ». Tout pèlerin doit, à son arrivée, faire trois tours autour de cet arbre avant de se diriger vers la maison de culte par l’avenue principale. Cet endroit était celui que préférait Fidencio pour certains types de guérisons et c’est là qu’il recevait les dons des bénéficiaires de ses miracles.

21La maison de culte est un ensemble de logis formés par la vieille maison de l’hacienda et quelques constructions annexes. A cet endroit se trouvent la tombe de l’Enfant Fidencio, un théâtre où se réunissent les croyants pour le rite de la veillée et des chambres pour les personnes qui habitent l’endroit. Il y a trois entrées principales, deux face au nord et la troisième face à l’ouest. A l’époque de Fidencio, c’était l’hôpital où arrivaient les malades pour recevoir leurs traitements.

22Il y a une mare de quelques huit mètres de diamètre du côté ouest de la maison de culte, qui servait pour réaliser les rites de purification et de guérison. Pour Fidencio, c’était l’endroit préféré pour réaliser ses miracles.

23Autour de ces lieux on célèbre les principaux rites pendant les festivités dédiées à Fidencio, du 17 au 19 octobre (anniversaire de sa naissance et de sa mort) et le 19 mars (jour de sa fête) en présence de 30 à 40 000 pèlerins.

24Nous allons maintenant décrire les rites sacrés propres à chaque lieu, sans ordre chronologique, pour donner une idée de l’importance de chacun de ces endroits.

a) Pirul

  • On fait trois tours en arrivant, ensuite on se dirige par l’avenue des Pénitences, puis l’on fait trois tours pour sortir d’Espinazo.
  • Cérémonie religieuse à 7 h. du matin, célébrée par une petite boîte possédée par l’esprit de Fidencio. Durée approximative : 2 heures.
  • Roue concentrique, chaque soir du 18 octobre (jour de la veillée), formée par la file de pèlerins qui intègrent les missions. Hommes et femmes sont séparés et chantent et récitent des louanges.

b) Avenue des pénitences

  • Ce n’est pas un lieu sacré. Elle permet de se diriger d’un lieu sacré à un autre.
  • Pèlerinages du Pirul jusqu’à la maison du culte et la mare, ou pèlerinage de la maison du culte au Pirul la nuit du 18 octobre de chaque année.
  • On utilise cette avenue comme parcours pour présenter des offrandes ou des voeux au saint Enfant Fidencio : on peut voir des personnes avançant à genoux ou réalisant un autre genre d’auto-sacrifice.

c) Maison du culte

  • Visite à la tombe de Fidencio. On entre par la porte de gauche et on sort par celle de droite.
  • Le 18 octobre est le jour de la veillée. A partir de 7 h. du soir, les gens se rassemblent par missions avec, à leur tête, les petites boîtes ou matières correspondantes ; elles sont suivies par les membres ou des personnes qui s’intègrent volontairement. Deux colonnes se forment, les hommes étant séparés des femmes. Les pèlerins commencent à entrer dans le salon en portant une bougie allumée, l’ordre d’entrée de chaque mission ayant été établi au préalable. Pendant deux heures, les croyants entrent en état de transe collective, en entonnant des chants et des louanges. De là ils se dirigent vers le sépulcre par une porte intérieure et sortent par la porte de droite en pèlerinage vers le Pirul par l’avenue des Pénitences.

d) Charco (mare)

  • Le 18 octobre, jour de la veillée, en retournant au Pirul, le pèlerinage entoure la mare avec les mains couvertes de cire fondue, en remerciant Fidencio avec des chants et des louanges.
  • Quand cette cérémonie se termine, chaque mission retourne à l’endroit qui lui a été désigné.
  • A cet endroit, les rites de guérison se déroulent jour et nuit, à l’exception du 18 octobre, jour où ils commencent à partir de 6 heures du soir. Les petites boîtes guérissent car elles sont possédées par l’esprit de l’Enfant qui les baigne et leur fait boire de l’eau de la mare. C’est le plus important rite curatif et de purification du Fidencisme actuel.

2. ...Et au troisieme jour il ressuscita

25Le Fidencisme est un phénomène religieux qui surgit à la mort de José Fidencio de Jesus S. Constantino. Dans une perspective anthropologique, nous pouvons classer ce phénomène dans ce que l’on appelle « folk religion » (catholicisme populaire), puisque les aspects socio-économiques et culturels sont importants. Fidencio a vécu et est mort adoré comme un saint ; actuellement ses partisans l’appellent « saint Enfant Fidencio ». Fidencio fait ainsi partie de ce qui est sacré, avec les trois principaux lieux de culte qui se trouvent à Espinazo.

26Le Fidencisme est lié à l’identification de la vie de Fidencio avec celle du Christ ainsi qu’aux paroles qu’on lui a prêtées : « Ne vous faites pas de souci pour mon absence, Dieu m’a dit que ma mort sera momentanée et qu’au troisième jour je me présenterai ». Ces paroles sont importantes pour pouvoir comprendre la structure organisatrice du mouvement. La mort de Fidencio arrive au moment le plus important de sa popularité et de sa sainteté. C’est juste à ce moment-là que se produit la résurrection espérée de Fidencio. Celle-ci ne se produit pas d’une manière matérielle mais au travers de l’esprit d’une autre personne. Fidencio ressuscita, selon ce qu’on dit, au troisième jour, sous forme d’esprit, dans la personne d’un de ses disciples. Celui-ci tombe en transe et est possédé par l’esprit qui, avec la voix et les attitudes de Fidencio, donne des instructions sur la démarche à suivre. Ainsi commence le Fidencisme. Cet esprit commence à se manifester en d’autres partisans : ces personnes reçoivent le nom de « petites boîtes » ou « matières » autour desquelles se rassemblent des personnes qui forment les missions.

27Dans la création du Fidencisme, les éléments culturels et sociaux donnent à ces phénomènes une grande répercussion. Nous parlons de la pensée magique et sacrée parmi les personnes des classes marginales.

28Le sacré est très important dans la réalisation de la pratique religieuse : c’est le sens du sacré, du parfait et de ce qui est divin, que surgit la « magie » pour pouvoir guérir spirituellement et matériellement.

29L’Enfant Fidencio est considéré comme sacré et tout ce que son esprit touche a la capacité de guérir.

30L’institutionnalisation des phénomènes religieux est un des aspects les plus controversés de l’analyse sociale. Le Fidencisme vit une institutionnalisation « anarchique », où il n’existe apparemment pas de hiérarchie ni de supérieur. Le supérieur est l’esprit de Fidencio qui se manifeste à travers des élus, formant avec eux une classe sacerdotale qui nous rappelle la classe sacerdotale pré-hispanique de la plupart des cultures de Mésoamérique. Cette classe sacerdotale reçoit l’esprit de Fidencio. Les élus reçoivent le nom de « petites boîtes » ou « matières » ; celles-ci ont leurs aides et initiés qui se préparent à être récepteurs de l’esprit. Autour de ces petites boîtes se rassemblent près de 70 à 100 personnes qui forment ce qu’on appelle une mission. Cette mission appartient à un lieu ou ville déterminé (il peut y en avoir plusieurs au même endroit). Elles réalisent des cérémonies privées pendant toute l’année, au cours desquelles elles remercient l’Enfant Fidencio pour ses guérisons et pour la protection qu’elles reçoivent de lui. Comme Fidencio a toujours dit qu’il était catholique et comme il ne s’est jamais séparé de l’Eglise, il y a une forte présence de saints et d’images dans les rites fidencistes, surtout le Sacré-Cœur et la Vierge de Guadalupe. Parfois on le nomme l’Enfant Guadalupain.

31Le succès et la diffusion du Fidencisme résident dans le syncrétisme. Ce mouvement ne se refuse d’ailleurs jamais à une autre religion.

32L’ex-hacienda d’Espinazo est respectée de toutes les missions et il y a de l’harmonie dans toutes les cérémonies communes : chaque mission arrive à l’endroit selon un ordre établi par elle-même.

33L’institutionnalisation n’est pas formalisée mais le genre d’organisation est une preuve de son existence et de sa continuité.

34Il y a un aspect du contenu symbolique qu’il est intéressant de signaler. Le Fidencisme, comme toute religion, est plein de symbolismes avec des sens universels qui répondent à quelques-unes des démonstrations que l’on peut observer à Espinazo.

35Nous pouvons parler de deux niveaux, les deux étant d’importance égale.

3. Symboles manifestes

36Arbre : Union de la terre et du ciel, symbole de l’union, il a un caractère symbolique bisexuel. Dans le cas du Fidencisme, toutes les petites boîtes ou matières acquièrent une personnalité mi-enfantine, miefféminée du début de l’adolescence (quand elles sont possédées par l’esprit). L’arbre représente aussi le savoir, la force et la vie. C’est pour cela qu’il est très important, en arrivant à Espinazo, de visiter d’abord l’arbre en en faisant trois fois le tour afin d’acquérir le savoir, la force et la vitalité de l’esprit de l’Enfant, qui réside dans l’arbre ainsi que dans tous les endroits qu’il veut.

37Eau : Elle est source de vie, moyen de purification et centre de régénération. S’immerger dans l’eau pour en ressortir représente un immense potentiel de force nouvelle. Les bains rituels dans la mare du Fidencisme sont utilisés pour purifier et régénérer. Purification de l’âme de ses péchés qui portent la maladie et purification du corps en guérissant les maladies afin de favoriser la guérison spirituelle, fondement de toutes les guérisons miraculeuses du Fidencisme.

38Dans le symbolisme de l’eau, il y a un aspect que nous pouvons appeler souhait de satisfaire un besoin de tranquillité, sécurité, tendresse du retour à la tranquillité du ventre maternel. Les personnes qui réalisent le rite de s’immerger dans la mare sacrée acquièrent une expression enfantine d’innocence et de tranquillité absolue.

39Sépulcre : Le tombeau sacré de Fidencio est centre d’adoration, signe matériel de l’âme de l’Enfant, lieu de la métamorphose du corps en esprit et renaissance qui se prépare, car la mort est vie. Les fidencistes reçoivent la mort avec la jouissance de se fondre avec l’esprit de Fidencio et de former ainsi une partie d’un tout dans l’esprit.

40L’union de ses symboles représente une analogie de la « via crucis » pour les fidencistes qui visitent Espinazo, où le savoir, la force et la vie s’acquièrent à travers la pénitence, la purification et la régénération du corps et de l’âme pour atteindre, avec cette perfection, l’union avec l’esprit de l’Enfant.

41Symboles latents : Le nombre 3 est important dans les rites fidenciste : trois tours pour l’arbre, trois portes principales dans la maison de culte, trois lieux de culte (arbre, tombeau, mare), trois présences (Enfant, petite boîte, corps pénitent).

42Le nombre 3 représente l’ordre spirituel en Dieu, dans le Cosmos et dans l’homme. Tout procède de trois, qui ne constitue pas autre chose qu’un : le principe actuant (esprit) actif, l’action de ce sujet, son verbe (âme) actif et passif, et l’objet de cette action, son effet ou résultat (le corps) passif.

43Cette trinité est, dans le Fidencisme, le fondement du comportement et de la ritualisation de chaque acte. Ainsi, le principe actuant, ce qui est actif, est l’esprit de l’Enfant Fidencio. L’action se reflète dans la petite boîte ou matière. Celle-ci prend un rôle passif face à l’esprit, mais actif face au corps du pénitent qui devient ainsi le résultat de l’action de l’esprit, principe actuant, et pourtant le récepteur passif.

44Le cercle constitue la manifestation universelle de l’être unique du monde spirituel, invisible et transcendant. Par sa forme, le cercle nous protège. La protection est assurée dans ses limites, pour arrêter les âmes errantes, mauvais esprits et démons. Dans les rites fidencistes, le cercle autour de l’arbre et de la mare est un autre élément de la protection reçue par l’esprit de l’Enfant et le rejet des mauvais esprits, car les petites boîtes et matières, en tant que réceptrices, peuvent être harcelées et possédées par un mauvais esprit. Elles sont cependant protégées et unies par le cercle dans la perfection de l’esprit de l’Enfant.

45Le mouvement fidenciste, dans son syncrétisme, introduit un élément spirite dans ses rites d’adoration et guérison. Les esprits libérés du corps matériel ont besoin d’un réceptacle pour faire leurs oeuvres, de là l’importance des médiums pour pouvoir se mettre en contact avec le monde matériel.

46A Espinazo, beaucoup d’esprits se présentent en cherchant des récepteurs adéquats. D’ailleurs, en dehors de l’Enfant Fidencio, se manifestent des esprits de genre populaire, identifiés avec les causes des pauvres et le peuple.

47Ainsi, on peut voir les esprits de Pancho Villa, Adelita, Zapata, etc. Des esprits qui guérissent les corps et, ce qui est plus important encore, qui réconfortent l’esprit face aux adversités. Ainsi, par delà la mort, les idées des héros populaires revivent grâce aux médiums et continuent à vivre parmi les classes marginales.

48Le spiritisme se manifeste sous différentes formes tout au long de l’histoire de l’humanité, et cette forme-ci n’a rien de nouveau, bien qu’elle présente des caractéristiques sociales et psychologiques particulières.

4. Aspects sociaux et psychologiques du Fidencisme

49En guise de conclusion, nous nous contenterons de signaler quelques aspects qui nous semblent caractéristiques.

50Du point de vue social, nous voyons que la plupart des composantes du Fidencisme proviennent des classes socio-économiques basses, y compris les petites boîtes et matières. Cela repose sur un fondement politique et sur une déception face à une réalité sociale qui engendre un sentiment de vide et de désillusion. Ces personnes cherchent dans le Fidencisme la compréhension et le réconfort que la société où ils vivent ne leur procure pas. Ce n’est pas un hasard si les esprits qui se manifestent sont identifiés avec le peuple et ses racines.

51Dans cet aspect social nous voyons aussi se joindre à ce groupe des personnes mexico-américaines qui viennent de Los Angeles, San Francisco, Chicago, etc. Nous remarquons là une identification ethnique avec leurs racines.

52En somme, on peut dire que le Fidencisme, du point de vue social, révèle une identification avec le peuple et ses racines et représente un réconfort pour les plus nécessiteux.

53Les aspects psychologiques sont aussi complexes que les aspects sociaux, mais il faut, de plus, leur ajouter l’individualité de chaque personnalité. Fidencio n’a pas laissé une œuvre écrite d’après laquelle on pourrait faire une analyse de sa personnalité. En réalité, ses biographes oraux et écrits ne font que rassembler des anecdotes et des légendes autour de l’Enfant Fidencio. Celles-ci sont pleines de contradictions et de polémiques et ne touchent pas réellement à la vraie histoire.

54Même si ceux qui existent sont très intéressants, peu d’éléments nous donnent une idée précise de la personnalité de Fidencio. La voix de Fidencio, d’après les personnes qui l’ont connu, était efféminée, ce qui donnait une intonation spéciale à ses discours. En fait, quand une matière reçoit l’esprit de Fidencio, la voix change, elle devient efféminée ou enfantine. Un autre aspect intéressant est la manière dont il écrivait son prénom et son nom. Il plaçait l’initiale de son nom maternel (Sintora) avant son nom paternel ; ainsi il écrivait son nom José Fidencio de Jesus S. Constantino. Ces deux détails pourraient indiquer une fixation et une idéalisation de la féminité. La superposition du nom maternel au nom paternel crée une contradiction dans son identification à l’idéal du moi. Cette identification détermine la personnalité de Fidencio, laquelle présente des caractéristiques enfantines (de là sa dénomination d’ »enfant ») et certains comportements féminins.

55Cet élément « bisexuel » est assumé par les petites boîtes ou matières. Ainsi on peut remarquer dans le comportement des hommes certains aspects efféminés et dans celui des femmes des conduites masculines. Evidemment, l’analyse psychologique des petites boîtes est déterminée par leur propre individualité et nous ne pouvons pas approfondir davantage l’étude de leur personnalité. Pourtant, le fait d’être au milieu du procès de l’esprit actif, pénétré comme récepteur passif, en agissant en même temps activement sur les corps des pénitents passifs, crée une ambivalence qui est caractéristique de toutes les petites boîtes ; c’est pour cela que nous parlons d’une activité « bisexuelle ».

56Le phénomène du Fidencisme fait partie du folklore d’une religion mexicaine. Il s’inscrit dans une conceptualisation cosmologique bien spéciale et il intègre des éléments du syncrétisme religieux (chrétien et culturel) des peuples colonisés et convertis. Des éléments du christianisme se retrouvent donc dans une région éloignée du champ d’action des premiers missionnaires.

Auteurs

Monterrey, Mexico.

Monterrey, Mexico.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.