Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Défi magique, volume 1

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Magie et spiritisme : approches psychologiques

États de conscience et communications médiumniques

Jean Dierkens

Résumé

When mediums affirm to be in contact with spiritual entities categorized in different groups: deceased persons, Guides, High Spiritual Entities, they undergo specific states of conciousness which they are sometimes able to describe and discriminate.
The purpose of the research is to analyze and try to correlate the different states of consciousness with the specific groups of spiritual entities. There is some mention of similar classification in the work of Iamblichos, but a more extensive study of these similarities in ancient Greece and present-day mediumnistic activities will be the center of another paper to be published later.
The research is based on personal and verbal inquiries and on a quite extensive written questionnaire (117 questions) which was sent to spiritual professional mediums and some of the results are here mentioned, especially concerning deceased persons: the way the mediums perceive space around the entities, movements and surroundings, belongings, emotional states and the kind of messages received (nearly always the same wish to be recognized as still living). In general, mediums feel themselves relaxed when they undergo their seances, but they feel that they are in another state of consciousness, without always being able to define precisely what changed in their body or in their mind. Guides are giving another kind of message, more personal (advice for future actions) and with moral implications. High Entities can't be asked to come; when they appear very often some fear and an immense loving atmosphere are experienced simultaneously.

Texte intégral

1. Préalables

  • 1 Ce ternie est utilisé à notre époque pour définir ce que jadis on appelait un discours « en transe (...)
  • 2 Il n’est pas utile ici de donner une définition de ce qu’on entend par « Nouvel Age-, mais il est (...)

1Les états de conscience et le channeling1 sont deux domaines qui soulèvent l'intérêt de tous ceux qui s’ouvrent aux mouvements dits du « Nouvel Age »2.

2Cet intérêt nous paraît justifié car l’un et l’autre de ces domaines ont été trop négligés, voire systématiquement rejetés, par la communauté scientifique et par les religions occidentales judéo-chrétiennes.

  • 3 Signalons que lors de nos fonctions à la Faculté des Sciences psychologiques et pédagogiques de l’ (...)
  • 4 Nous ne pouvons nier une évolution positive dans le sens de l’acceptation de théories non exclusiv (...)

3Le corpus universitaire n’intègre les états modifiés de la conscience qu’avec réticence et depuis moins de dix ans3 et refuse toute interprétation qui fasse appel à une interprétation dite spiritualiste, c’est-à-dire qui envisage d’une manière concomitante ou indépendante à l’existence du cerveau et du corps matériel biologique, un support non matériel de la pensée4.

  • 5 L’accueil aux Pentecôtistes n’est nullement aussi ouvert que certains auraient pu le penser et les (...)

4Les religions officielles et installées dans notre culture occidentale acceptent ce support non matériel (existence d’une âme survivant a la mort du corps physique), mais elles refusent l’apprentissage en leur sein ou ailleurs de techniques d’accès aux expériences qui conduiraient au vécu du détachement animique. Elles n’acceptent que les récits officialisés des mystiques patentés et reconnus par l’autorité ; elles rejettent avec plus ou moins de force les groupes qui s'essayent à trouver un vécu religieux spécifique au travers d’états de transe collective ou individuelle, même dans des rites pourtant liés aux textes religieux officiels5.

  • 6 Alors même que la « recherche psychique » (Society for Psychical Research) fut à sa création, il y (...)

5La communauté scientifique accepte de plus en plus, malgré la réticence de groupes d’arrière-garde, l’existence de phénomènes encore intitulés « para »-normaux ou « para- »-psychologiques et ne rejette plus avec autant de violence l’existence de la télépathie, de la perception extrasensorielle ou même de la psychokinèse. Mais cette même communauté, fût-elle une des sociétés scientifiques officielles de la parapsychologie, rejette assez catégoriquement toute intervention de type spirite qu’elle continue à interpréter avec plus ou moins de bonheur comme provenant de caractéristiques psychologiques inconscientes encore peu connues ou de fonctions cérébrales nouvelles, mais ne faisant en aucune manière intervenir l’essentiel du spiritisme, à savoir la communication possible avec des entités non incarnées, quelles qu’elles soient6.

  • 7 Il est courant de lire dans les journaux anglais les persécutions dont sont victimes les groupes s (...)

6Les religions officielles, tout en n’attaquant plus toujours aussi ouvertement et violemment les prêtres et pasteurs ou fidèles adeptes du spiritisme, restent de principe et de fait agressives et tour à tour nient toute possibilité de communication spirite, qu’elles diagnostiquent délirantes, et affirment qu’il ne s’agit que d’entités démoniaques et/ou basses et perverses7. Elles rejettent, malgré les tendances œcuméniques, les religions ou groupes d’allure religieuse qui dans leurs rites recherchent ces contacts.

7Or vouloir rétrécir le champ d’investigation des comportements humains aux seuls aspects accessibles à la seule hypothèse matérialiste revient à supprimer une dimension fondamentale de l’homme, à savoir non seulement sa « spiritualité » en tant que registre d’informations mais aussi ses authentiques et originaux « besoins » de réalisation spirituelle. Par ailleurs, l’utilisation de l’hypothèse spiritualiste permet la compréhension d’une série de phénomènes qui autrement sont réduits à une dimension qui n’est pas la leur, à savoir une interprétation purement psychologique, pulsionnelle, sexuelle ou narcissique.

8La recherche chez les jeunes d'expériences « extra »-ordinaires correspond sans doute à un réel besoin de sortir de l'univers matérialiste et sans « sens » de notre société que notre culture lui présente. Les religions officielles présentent une série de possibilités, mais elles sont déjà formalisées et comportent chaque fois la limitation de la liberté personnelle dans le parcours spirituel entrepris. La recherche de ses états par le moyen de la drogue témoigne plus de l’indigence de notre culture quant aux possibilités d’issue et de développement spirituel que de manipulations socio-économico-politiques crapuleuses.

9Le dynamisme d’une réelle liberté – c’est-à-dire d’une partie fondamentale de notre être qui puisse prendre, sans référence à une causalité de type logique et scientifique, des décisions concernant son propre comportement – n’est pas compréhensible dans une optique purement matérialiste, car celle-ci ne pourra jamais qu’envisager une indétermination due à la quantité de paramètres en présence, mais non un dynamisme autonome créateur libre.

10Tout nous a donc amené à vouloir mieux comprendre les informations obtenues lors des phénomènes spirites et les états de conscience liés soit aux possibilités d’acquisition de ces informations soit aux possibilités de les intégrer et communiquer.

2. Les états modifiés de la conscience

11Il nous paraît indispensable de tenter de clarifier d’une manière différentielle les divers états de conscience. Cette tentative a certes déjà été entreprise par de nombreux auteurs, mais, sans vouloir leur dénier leur réelle valeur, nous préférons notre schéma, non à cause d’une éventuelle plus grande vérité, mais pour son efficience en ce qui concerne notre recherche.

12Un état de conscience se différencie des autres si sa structure logique lui est spécifique et/ou des éléments nouveaux significatifs apparaissent.

13Il nous semble inévitable de différencier au moins 5 ou 6 états de conscience « normaux » :

  • l’état de conscience « banal » que nous vivons tous chaque jour ;
  • le champ des processus « inconscients » suivant la théorie freudienne de l’inconscient individuel : rêves et fantasmes « émonctoires » visant à décharger une tension pulsionnelle d’origine personnelle (vécus infantiles dynamisés par des vécus plus récents) pulsionnelle et/ou narcissique tout en respectant une certaine censure qui organise un masquage systématique l’intermédiaire des processus psychiques primaires créant des images dites « symboliques » (métaphores et métonymies qu’il nous faut décrypter pour retrouver l’événement personnel initial) ;
  • le champ des processus liés aux dynamismes « archétypaux », ou aux images symboliques ainsi quelles peuvent apparaître dans les « grands » rêves : rêves et imaginations informatives liées à des éléments transpersonnels, les symboles visant ici à renvoyer aux structures archétypales elles-mêmes qui, comme toutes les « structures », ne sont exprimables qu’au travers « d’exemples » significatifs ;
  • le champ des descriptions de type « vécu astral », où les structures spatiales et temporelles, les modes perceptifs et moteurs sont très spécifiques ;
  • le champ des « vécus unitaires », entraînant une nouvelle structure spatio-temporelle, une rencontre sans objet, un vécu émotionnel et affectif particulier ;
  • le champ de la « fusion » ou de « l’annihilation », entraînant une issue hors de toute référence spatio-temporelle et objectale, un vécu absolument ineffable où intervient parfois une forme de signification telle que la Lumière-Connaissance-Harmonie ou la Chaleur-Compassion-Amour-Harmonie8.

a) Corollaires

14Il peut exister des expériences vécues comme différentes où la même structure apparaît, malgré l’existence de nouveaux éléments. De telles expériences doivent être considérées comme en relation avec un même champ de conscience.

15Ainsi, issus de l'inconscient freudien par exemple, les fantasmes créés à l’état de veille et les créations oniriques peuvent correspondre aux mêmes structures personnelles affectives y comprenant les mêmes processus psychiques primaires privilégiés du sujet en question, tout en témoignant d’éléments, d’images, de symboles différents. Freud avait sûrement raison en plaçant les deux ensembles dans un même registre, l’Inconscient.

16Ou, pour prendre un exemple dans un domaine tout différent, l’accès aux Intelligibles prôné par les néo-platoniciens qui peut être ouvert par deux modes : l’un est le détachement des illusions sensorielles par la réelle philosophie, l'autre est le vécu de l’extase. Tous deux accèdent au même type de réalité, tant personnelle (accès au libre éther, transformation intérieure en être semblable aux divinités) qu’objective (structures universelles fondatrices).

17Il peut exister des structures différentes qui appréhendent les mêmes éléments, tout en les décrivant d’une manière différente. Il s’agit d’états de conscience différents qui concernent une même réalité. Mais il n’est pas toujours évident de les différencier des « manières » perceptives en provenance d’éléments identiques et des éléments différents mais semblables.

18Supposons des gens totalement sourds dans une société de sourds. Supposons qu’une technique fasse brusquement entendre à certains des sons filtrés dans le domaine des infra-sons, à d’autres des ultra-sons ; quant à un troisième groupe, il sera ouvert aux sons qui nous sont banals. Le tout dans une société où la majorité des gens restent totalement sourds. Comment pourrait-on alors parvenir à déterminer s’il s’agit des mêmes phénomènes ou s’il s’agit de phénomènes différents ? On dira qu'il s’agit vraisemblablement des mêmes objets (et on pourra donc supposer leur réelle existence) si les descriptions se confirment l’une l’autre ou se complémentarisent. On aura tendance à parler d’objets différents ou d’illusions sensorielles si les descriptions s’opposent ou sont en contradiction logique.

19Dans cette même société de sourds totaux, il peut exister quelqu’un qui est depuis la naissance « normal » du point de vue de son audition. Il n’aura pas besoin de technique pour « entendre » et son problème sera de parvenir à faire la différence entre ce qu’il perçoit – et que les autres ne perçoivent pas – et ce que tout le monde perçoit ; mais tout aura une réelle existence pour lui.

20C’est sans doute un problème pareil qui se pose pour les états médiumniques. Certains ne sont « ouverts » aux communications que par une certaine « technique » (entendons ici : l’accès à un autre état de conscience) alors que pour d’autres, les informations sont présentes depuis tout temps et ne requièrent nullement une modification de l’état de conscience. Leur problème est ainsi celui de la discrimination entre deux aspects d’une réalité perçue et non la recherche éventuelle d’une « autre » réalité.

21Mais chaque personnalité étant liée à des expériences de vie personnelles et à une culture déterminée qui l’a formée, il ne leur sera pas possible de décrire des informations sans leur donner une expression personnelle spécifique et une signification affective et existentielle particulière. Chacun aura donc son vocabulaire personnel décrivant des perceptions et des vécus personnels ; la souffrance de l’un n’est pas équivalente à celle d’un autre, le « bleu » et le « rouge » de l'un ne sont pas équivalents au « bleu » et au « rouge » d’un autre. On peut toutefois penser avec de bonnes raisons d’être dans le vrai que ce qui sépare les vécus individuels est moins fondamental que ce qui les fait se ressembler. Si on ne faisait pas sienne cette hypothèse, on ne pourrait expliquer comment un dialogue serait possible. Mais on ne peut toutefois négliger le fait de différences perceptives existentielles, surtout lorsqu’il s’agit de vécus peu partagés et relativement « rares » : les moments de dialogue permettant d’uniformiser les expressions des concepts envisagés, ou même simplement les perceptions reçues, sont trop brefs pour pouvoir espérer une clarification totale dans le dialogue.

22Songeons aux gens qui « voient » les « auras ». Les couleurs dans lesquelles l’aura de quelqu’un est décrite sont parfois très semblables entre des médiums ayant une même formation, mais elles sont parfois perçues très différemment : l’un voit du vert, l’autre du jaune, le troisième du bleu. Ces discordances toutefois tombent lorsqu’on arrive à l’explicitation de ces couleurs par chacun ; on constate qu’il s’agit du même concept, mais que ce concept est « vécu perceptivement » de façon différente. Songeons à deux personnes dont l’une est fondamentalement « visuelle » et l'autre fondamentalement « auditive », on constate que les univers décrits font référence à des éléments très différents, même si la description ultérieure de la réalité objective, mais plus détaillée, des vécus se révèle fort semblable.

23Il faut donc chaque fois nuancer les descriptions par les tonalités culturelles et personnelles des médiums, sans estomper les réalités décrites.

b) Profondeur et/ou qualité des états modifiés de conscience

24Depuis le début des études sur l’hypnose, on essaye de décrire les états hypnotiques ou de transe en « niveaux » de profondeur différente, faisant l’hypothèse implicite que le sujet passe par des étapes dont l’aspect quantitatif (plus ou moins profond) prédomine sur l’aspect qualitatif. L’origine de cette approche est la constatation de deux paramètres : d’une part, la durée et le trajet nécessités pour l’obtention de tel état de « transe » et d’autre part, la perte du contrôle de la personnalité exprimée par le sujet (apparition de mécanismes inconscients, de suggestions de plus en plus éloignées du mode rationnel et logique de testing de la réalité, d’amnésie). On parle donc de « transe légère » lorsque la personne met peu de temps pour arriver à un tel état et reste « plus ou moins » consciente de la réalité. On parle de transe « profonde » lorsqu’il faut un temps assez long (ou un apprentissage assez long, à moins de se retrouver en face de « sujets facilement hypnotisables ») pour arriver à cet état où la réalité objective, voire subjective (notion de sa propre personnalité), est estompée par rapport à la « réalité » suggérée par l’hypnotiseur.

25L’idée générale acceptée jadis était que plus on allait profondément dans l’état hypnotique, meilleur était le rendement : les suggestions thérapeutiques étaient plus efficaces, les informations données étaient plus « fondamentales » et en provenance d'une autre et plus authentique réalité (ici : la réalité spirite). D’où la recherche de ces états tant en thérapeutique qu’en recherche spirite, le médium en transe étant considéré comme le plus fiable.

26En fait, le problème est plus complexe.

27La thérapeutique par voie hypnotique est presque toujours plus efficace lorsque la transe n’est pas aussi profonde ; de plus en plus les techniques utilisées sont « légères et douces » permettant une meilleure intégration au vécu affectif ou psychosomatique et une efficacité au moins aussi grande dans la thérapeutique. Le type de relations interpersonnelles se voit par ce fait amélioré : d’une soumission on passe à une collaboration, d’une inconscience subie on passe à la maîtrise d’un état modifié de conscience.

28De même dans le spiritisme, l’accès aux états de transe profonde n’est plus considéré comme étant synonyme d’excellente qualité informative. On passe vraiment à une approche qualitative : par un état de conscience, on atteint un certain univers spirite, par un autre état, on se met en relation avec d’autres entités, avec une autre réalité, toujours spirite, mais différente.

29On relie donc, dans ces expériences spirites, les états de consciences aux « mondes » investigués.

30Il reste une tentation de les voir comme étant tels des étages différents d’un même immeuble : par un état « léger », on aboutirait au premier étage, par un état de transe plus profonde, on arriverait « plus haut » ou « plus bas ». C’est-à-dire à une réalité d’autant plus éloignée de la nôtre habituelle que la transe est profonde.

31Il ne me semble toutefois pas que la réalité soit exactement celle-là.

32Il apparaît évident que, plus on s’éloigne de son vécu perceptif personnel banal, plus on aboutit à des univers « distants », c’est-à-dire « habités » par des entités très différentes. Et pourtant, on constate que des entités décrites comme des extra-terrestres (à cause de leur aspect plus « solide » et matériel) sont contactées très facilement par certains, très difficilement par d’autres. De même pour les Entités Supérieures, ou des Guides Spirituels : proches pour certains, éloignés pour d’autres – et cela sans interférence avec l’éthique du médium. Des « défunts » sont parfois fort proches, parfois très éloignés (« endormis »... mais s’agit-il d’une difficulté personnelle de contact ? ou d’une réalité objective en provenance des défunts et de leur nouvel univers ?). Des Forces en provenance des Eléments ou issues de Champs de la Nature sont souvent vécues comme éloignées, mais, pour d’autres, la vision des Entités habitant l’univers naturel (gnomes, elfes, sylphides, etc.) est immédiate et obtenue sans efforts.

33Ce qui paraît le plus probable est que le lien spirituel personnel se fait « mieux » avec tel type d’Entités – et cela sans rapport avec la valeur éthique de ces entités. Tout comme une personne est plus sensible aux couleurs, une autre aux odeurs et aux parfums.

34Il n'empêche que chaque médium sait fort bien dans quel état il doit se mettre pour atteindre de telles entités. Subjectivement cette mise en condition correspond à un chemin intérieur vécu comme facile ou difficile, de tel type ou de tel autre (indépendamment de la difficulté), anxiogène ou non.

35D’une manière assez compréhensible, les médiums préfèrent la plupart du temps rester dans un état qui permet de garder une certaine conscience. Il est intéressant de constater que les médiums se plaignent souvent de leur absence de mémoire d’évocation volontaire concernant les informations données, bien que ces informations semblent être en eux, puisque si on leur rappelle ce qu’ils ont dit, ils parviennent à s’en souvenir comme par reconnaissance. On encore, lorsqu’ils revivent les mêmes états ou se retrouvent en face des mêmes Entités, tout se passe comme si les souvenirs redevenaient des réels revécus « au présent » tant ils sont alors évidents et vivants.

36Les médiums aussi ont des relations spécifiques avec leurs Guides, entrant en contact avec eux comme en un dialogue ou les laissant parler en eux. Dans ces derniers cas, ils vivent souvent une succession de Guides, l’un venant avant l’autre, et formant ainsi une chaîne progressive de vécus et d’Entités.

37Presque tous les médiums vivent l'incorporation avec une anxiété certaine. Cet état correspond à un vécu bien particulier. Le médium a l’impression très profonde et réelle que les organes de son corps (sa voix ou, s’il s’agit d’écriture réellement « automatique », sa main) sont utilisés par une entité à qui il cède la place. Il se sent comme écarté de son corps, parfois placé en « galette » contre la paroi interne de sa peau, parfois comme en dehors de son corps. La menace vécue est celle de ne pouvoir « réintégrer son corps » ; la condition d’une médiumnité par incorporation est donc la réassurance fondamentale – et celle-ci est créée par la présence d’un autre médium considéré comme pouvant contrôler la situation d'incorporation et par la confiance dans la qualité de l’Entité qui prend possession. Aussi verra-t-on plus souvent des médiums qui se laissent incorporer par un de leurs Guides, mais qui refusent toute autre incorporation, et principalement par des entités défuntes « visant à reprendre contact matériel » avec l’univers des incarnés.

38L’incorporation demande souvent un certain temps de récupération : calme et reprise des perceptions en provenance de son propre corps. La tasse de thé est ici souvent l’objet de choix, sans doute par sa double valeur : culturelle (notre expérience est surtout basée sur des contacts avec des médiums anglais) et physiologique (boisson chaude et tonifiante, sans créer d’énervement).

39L’incorporation exige souvent un état d’inconscience profonde, avec perte totale de conscience de soi et amnésie probable. Les mouvements sont bien organisés pendant cette incorporation, bien que le médium reste les yeux fermés ; tout se passe comme pour le somnambule qui, les yeux fermés, parvient sans effort à effectuer des mouvements bien coordonnés et précis.

3. Correspondance entre les états de conscience et les informations médiumniques

a) Méthodologie

40Nous pensons que la meilleure approche doit se faire à partir de ce que les médiums eux-mêmes disent de leurs propres vécus et de leurs descriptions considérées comme véridiques et authentiques. Cette approche qui refuse toute interprétation et toute réduction est celle de la phénoménologie qui s’appuie chaque fois sur l’authenticité subjective plus que sur quelque préalable que ce soit issu des théories à la disposition du chercheur.

41Les questions que nous nous posons sont groupées autour de deux axes :

  • quelles caractéristiques ont les entités contactées suivant qu’il s’agit de « défunts », de « guides » ou d’« entités supérieures » ?
  • quel état (subjectif) de conscience est éprouvé ?

42Nous avons fait et poursuivons encore une enquête avec des médiums spirites, car nous pensons qu’ils sont les mieux placés pour nous répondre.

43Le questionnaire de base comporte 117 questions permettant soit une réponse catégorique (oui/non) soit toutes les nuances désirées (réponses libres permises et il est rare, dans les questionnaires reçus, de ne pas constater un grand nombre de nuances verbalisées sous forme de quantité (« souvent », « rarement », etc.) et/ou de qualité (faisant appel à des circonstances particulières et à des détails impossibles à décrire dans un questionnaire à réponses par oui/non).

44Les résultats actuels nous apportent déjà des éléments intéressants, mais il ne nous est pas possible de les détailler dans une aussi brève communication, d’autant plus que, jusqu’en été prochain, nous recevrons encore de nouvelles réponses (voir annexe en fin d’article pour analyse de quelques résultats).

b) Univers informatifs

45Si l’on cherche à clarifier les informations données par les médiums, on peut les grouper en quelques ensembles assez cohérents.

460. Tout d’abord un ensemble de faits rejetés catégoriquement par les dirigeants anglais des centres de formation médiumnique : les communications « horizontales », c’est-à-dire la télépathie, perception extra-sensorielle en provenance des gens vivants. Le spiritualisme se devrait de se centrer sur les seules communications en relation avec des entités désincarnées ; le reste devrait être pris en charge par des « voyants non-médiums ». Mais il est parfois très difficile de faire la différence entre ce qui vient du sujet consultant et ce qui peut provenir d’une source désincarnée ; l’apprentissage de cette différence est souvent long, frustrant, voire blessant narcissiquement. Aussi la plupart des « médiums » mélangent les informations, avec d’autant plus d’absence de rigueur que les sujets qui viennent les consulter aiment autant recevoir de la part du médium ce qu’ils s’attendent à recevoir (donc, souvent par communication télépathique à partir de ce qui est sous tension de désir ou d’angoisse chez eux) que ce qui les trouble par l’aspect absolument nouveau !

471. Le groupe le plus évident est celui formé par les défunts dont la personnalité survit à la mort physique.

48Les informations sont reçues plus ou moins clairement, souvent avec beaucoup de précisions et de petits détails. Leur univers semble fait de banalités, comme s’il était créé à partir de leurs seuls souvenirs et désirs. Le langage utilisé est celui des images peu symboliques : il s’agit plutôt de « signes » ou de « messages codés » qui donnent au sujet consultant une preuve de la réalité de la survie, puisque l’image communiquée n’est compréhensible que par peu de personnes pour qui elle est pourtant fort claire et significative. Les divers sentiments humains s’y enchevêtrent comme dans l’affectivité « inconsciente freudienne » classique. Les espaces de survie sont comme créés par les désirs et par les mécanismes de défense contre l’angoisse – tels sont les rêves des gens banalement incarnés. Tout se passe comme si le « niveau » était simplement le même que celui du rêve – ou du cauchemar répétitif lors de la « hantise », la personne refaisant chaque nuit les mêmes gestes, sans possibilité d’apprentissage, tout comme les gens qui chaque nuit font des cauchemars identiques, sans possibilité de modification ou d'apprentissage.

  • 9 Lorsqu’un événement est vécu avec de fortes implications émotionnelles liées à des phénomènes pych (...)

49Les contacts vont donc être très émotionnels et ainsi « marquent » psychosomatiquement les sujets – ce qui donnera une valeur d’authenticité plus grande et une trace mnésique plus longue9. Les médiums sont rarement dans des états de transe « profonde » dans le cas de ces contacts. C’est comme s’ils ouvraient simplement un canal sensoriel supplémentaire qui les amène à recueillir des informations autrement inaccessibles. Aussi le médium sera-t-il souvent dans l’incertitude concernant ce qui provient de sa propre imagination et ce qui provient de l’extérieur ; et cela d’autant plus que l’imagination utilise le même canal intérieur de la « visualisation » que les communications médiumniques (et que les informations d’origine parapsychologique).

50Les informations recueillies proviennent du champ recouvrant trois ensembles : celui du sujet consultant (avec ses propres désirs, angoisses, etc.), celui de l'entité contactée (avec ses propres désirs, angoisses, etc.) et celui du médium (avec ses propres éléments culturels et aussi ses propres désirs, angoisses, etc.).

51Plus le médium passe à un plan « transpersonnel », moins les facteurs dépendant de sa propre personnalité sont susceptibles d’intervenir, mais en même temps, moins les motivations d’entrée en contact avec les défunts (plutôt qu'avec d’autres entités) sont présentes.

52Les modes perceptifs vécus par les médiums sont intéressants à étudier, mais il faut dès l’abord constater la différence énorme entre les médiums eux-mêmes. Certains « voient » comme ils voient avec leurs propres yeux, mais ils se rendent compte de l’aspect non-matériel des entités spirites par des caractéristiques descriptibles en termes de perception visuelle : transparents, comme plus légers, comme « vibrant » d’une manière différente, etc. D’autres médiums refusent catégoriquement cet aspect en disant que ce qu'ils voient provient indiscutablement d’une autre source que leur vision ; tout se passe comme si ces visions provenaient de l’intérieur de leur tête. D’autres médiums encore, perçoivent les entités comme extérieures à eux, mais comme des images projetées sur un écran (donc, souvent de dimension nettement plus réduite) et réalisant « visuellement » les caractéristiques des entités, même s’ils les sentent « et perçoivent » derrière eux.

53Pour l'audition (quand il s’agit de médiums plus clairaudients que clairvoyants), les descriptions sont des mêmes types, les uns « entendent » comme provenant d’une source extérieure, d’autres comme provenant directement de l’intérieur de leur tête.

54Les détails sont semblables aux détails vus banalement dans le monde matériel.

552. Un autre ensemble provient des Guides personnels ou liés aux sujets consultants.

56Les guides sont des Entités moins personnalisées ; tout au moins, s’ils le sont, c’est à partir d’un nom symbolique plus que d’un nom de famille ou d’un prénom banal.

57Ils sont parfois de la même culture que les médiums, mais parfois sont décrits comme en provenance d’autres groupes culturels tels que les Amérindiens, les Orientaux, les Africains, les Arabes, les Indiens. Ils sont souvent vus comme plus grands, plus lumineux, plus « puissants », plus « élevés » bien que la différence entre les Guides et les défunts soit beaucoup plus faible qu’entre les Guides et défunts d’une part et les Entités Supérieures d’autre part. Ils n’ont que rarement une étiquette historique. Ils sont vécus comme spécialisés dans tel type d’informations ou de guidance. Ils donnent parfois des renseignements personnels, mais souvent ils donnent des conseils en relation avec la personne et avec l’éthique du monde spirituel auquel ils appartiennent.

  • 10 Les lettres majuscules que nous utilisons pour écrire ces mots « Entités Supérieures » doivent ind (...)

583. Dans cet ensemble, il faut séparer celui des Entités Spirituelles Supérieures10 qui se manifestent sans indiquer d’une manière claire qu’ils sont « guides » d'un tel. Ici aussi leur taille est très grande, ils sont très lumineux et créent souvent chez le médium qui les aperçoit comme une « terreur fascinante ». Ces entités ne viennent jamais « sur commande » ni d'une manière prévisible. Ils sont brusquement là et leur présence s’impose d’elle-même. Leurs messages sont fort généraux, pleins de sagesse et de mesure, impliquant toujours des notions de Compassion (d’Amour) et de Lumière.

59Pour la quasi-totalité des médiums interrogés, l’état de conscience impliqué ici semble différent de ce qu’ils éprouvent lors de contacts avec des Guides ou des défunts.

60La manière dont ces types d’entités sont décrits correspond assez bien au champ de l’inconscient collectif, c’est-à-dire des symboles archétypaux.

61L’espace dans lequel elles sont vues est dégagé des caractéristiques banales de notre monde ; il s’agit vraiment d’un espace symbolique qui se présente toujours de la même manière. De même que leur aspect lumineux, leur corps habillé avec des vêtements symboliques (plumes indiennes, longue robe blanche, etc.).

62La difficulté ici est de les différencier des symboles archétypaux tels que Jung les a décrits : personnages du Vieux Sage, du Guerrier, de la Déesse Mère, etc.

63En fait, il y a une réelle correspondance de niveau de conscience entre ce qui est vécu dans les « grands rêves », dans les moments de transe « inspirée » et dans les états de médiumnité liés à ces visions. Il est donc normal que les médiums les conçoivent en les assimilant aux archétypes réveillés en eux. Or ces archétypes ont été « mis en forme » par la culture signifiante : le Vieux Sage prend dans un rêve la forme de l'entité spirituelle ou traditionnelle dans cette culture-là liée à l’idée du Vieux Sage... De même pour les Entités Supérieures qui se présenteront suivant les cultures de base du médium et suivant ses aspirations comme le Jésus, le Krishna, le Bouddha, etc. qu’ils avaient introjecté à partir des livres religieux consultés surtout pendant leur enfance. Ce qui ne veut pas dire que ces Entités ne sont que projections personnelles... Elles le sont peut-être, et parfois, mais on ne peut nier l’impact du répertoire personnel lors de la création de l'image-symbole qui va permettre l’émergence de la structure archétypale.

644. La description des états ineffables ne correspond que peu à des références médiumniques. Ces états sont rares et ne font pas intervenir de quête d’information. Ils « sont là » et c’est d’une manière unitaire qu'ils sont vécus. Ce qu’on peut retirer des récits des grands mystiques (plus que des grands médiums) est la description d’un vécu « où toutes les choses sont, à la fois ». Il y a une issue hors du temps, hors de l’espace et hors de la « multiplicité ».

65Ils correspondent à une recherche dans l’ordre de l’univers « divin » et non d’un univers lié aux Forces (fussent-elles directement issues du Divin) ou à des individus défunts, quel que soit leur développement personnel.

66et...

67Il reste une forme d’états de conscience qui ne semble pas spécifique aux médiums : celle du « voyage astral », qui ne correspond pas simplement à une vision éloignée de son corps physique.

68Ceux qui ont vécu un état de « mort clinique apparente » et ont décrit leur expérienciel témoignent des couleurs spécifiques, de mouvements particuliers (type vol ou nage dans l’air), d’organisations spatiales et temporelles spécifiques (entre autres par la perspective particulière), mais ils y découvrent autant des vivants incarnés que des défunts ou des Entités Supérieures ou même un vécu proche de la vision unificatrice (du moins l’état affectif et cognitif vécu dans un bain d’amour total et parfait, dans une pleine lumière, sans ombre, et sans lieu précis – lumière autant intérieure qu’extérieure).

69Tout se passe donc comme si les récits de ces vécus « astraux » provenaient de domaines différents, mais avaient comme caractéristique commune de l'être par un « corps » différent, ayant un mode spécifique de perception et de compréhension. Ce « corps » va explorer (va être amené à explorer, parfois en dehors de sa volonté, comme s’il y était placé) les divers univers déjà mentionnés plus haut, y comprenant éventuellement l’univers matériel (leur propre corps, les pièces où ils se trouvent).

Conclusions

70Dans l'état actuel de nos recherches, il semble que les différents états de conscience ressentis par les médiums correspondent à des « univers d’éléments » cohérents et correspondants.

71L’analyse de ces états et leur correspondance avec les univers décrits devraient pouvoir progressivement clarifier les relations « homologiques » ou « en analogie symbolique » ou « en résonance » qui existent entre eux.

72Ce type d’étude descriptive et en parfait respect de l’authenticité vécue par des médiums ouverts à de telles recherches nous semble pouvoir amener à la compréhension des phénomènes spirites qui se sont manifestés et continuent à se manifester dans toutes les cultures, à toutes les époques et à partir de gens dont la diversité de formation, d’options métaphysiques ou religieuses, de sophistication intellectuelle indique bien qu’il s’agit d’un phénomène qui dépasse la simple projection de désirs et/ou de mécanismes de défense contre l’angoisse.

Annexes

Annexe

Nous pouvons, semble-t-il, avancer déjà les constatations suivantes.

Nous avions entre autres demandé dans quelle mesure le médium percevait un état de conscience différente lors de contacts avec 1° les défunts, 2° les Guides, 3° les Entités Supérieures.

Il y a une quasi-unanimité pour dire que le contact avec les « Guides » se fait dans le même état de conscience que celui vécu lors de contacts avec les « défunts », mais que l’état est différent lorsqu’il s’agit d’ »Entités Supérieures ». La description de cette différence se fait surtout par des termes qui s’écartent de la description personnelle (psycho-somatique). Il s’agit plutôt de la description des entités elles-mêmes : passage par les nuages pour arriver chaque fois à des niveaux différents, atmosphère de paix et de sérénité qui ne sont pas de ce monde, entités plus lumineuses, vibrations plus rapides. Une réponse indique que le médium est plus détaché de l’environnement.

Cet aspect différentiel nous ramène aux différences déjà indiquées par Jamblique entre les défunts, les messagers, les Héros, les Démons, les Dieux.

L’environnement dans lequel sont vus les défunts est leur environnement familier, la même atmosphère, la même taille, les mêmes objets, vêtements, personnes, animaux, et leurs gestes et mouvements sont également ceux de leur banalité quotidienne lors de leur incarnation. Elles sont bien plus souvent proches qu’éloignées, et les mouvements de rapprochement sont plus fréquents que ceux qui restent dans l’éloignement. On ne signale quasi jamais de mouvements circulaires sans que nous puissions actuellement en voir le motif. Ces défunts essaient de se faire reconnaître mais « parlent » plus au médium lui-même qu’en direction de la personne concernée.

L’état affectif des défunts est presque toujours « positif » : pas ou peu d’angoisse, de sentiments dépressifs, alors qu’il y a constamment des mentions de joie et de libération. Des sentiments divers sont également exprimés, la colère, le rire, parfois l’angoisse. Ces sentiments sont décrits comme indépendants des sentiments éprouvés par les personnes consultantes.

Tout se passe donc comme si les défunts étaient « simplement » des gens semblables vus dans des circonstances semblables, les états de conscience n’étant que légèrement différents des états de conscience habituels, alors qu’il existe d’autres « réalités spirituelles » qui exigent une modification plus importante (et vécue comme qualitativement différente) de l’état de conscience et qui se présentent d’une manière nettement différente (luminosité, environnement et état affectif).

Nous ne pouvons nous empêcher de comparer cette différence avec l’écart qui existe entre l’inconscient individuel dit freudien et celui dit jungien des archétypes. Tout se passe d’ailleurs comme si les conseils émis par les symboles archétypaux du « Sage », du « Guide spirituel », etc., étaient de nature semblable à ceux donnés par les Entités Supérieures.

Plusieurs interprétations réductrices sont possibles : les archétypes « ne sont que » la manière de percevoir à l’intérieur de soi les Entités, ou les Entités « ne sont que » la projection des archétypes fondamentaux. Nous préférons rester dans la prudence de la phénoménologie et simplement constater la structure analogique (peut-être même homologique) entre les deux ensembles : Entités Supérieures et images symboliques des archétypes fondamentaux.

Notes

1 Ce ternie est utilisé à notre époque pour définir ce que jadis on appelait un discours « en transe·, ou en « incorporation » ou « inspiré en transe ». Il s’agit de communications spirites, sans que l’origine soit nettement limitée aux seuls défunts ou aux entités-guides et qui donnent des informations sur la vie de l’au-delà de la mort physique ou des conseils (parfois très pratiques, comme des indications thérapeutiques) pour les gens incarnés. L’avantage de ce terme nouveau est de ne pas sous-entendre un discours religieux déjà formulé et connoté historiquement : on peut dire que les prophètes bibliques ont parlé par channeling mais on accepte moins qu’on dise qu’ils ont eu des communications spirites ! Et pourtant c’est la même chose... Quant aux traditions grecques, nous renvoyons au texte extrêmement riche de Jamblique (Les Mystères des Egyptiens, surtout au 3e livre) car on y trouve des critères de différenciation entre les diverses sources de communication « verticale· (Dieux, démons, héros, défunts, anges, etc.).

2 Il n’est pas utile ici de donner une définition de ce qu’on entend par « Nouvel Age-, mais il est bon de savoir que de nombreuses personnes, fussent-elles des autorités comme Mgr G. Danneels, Archevêque de Belgique (« Le Christ ou le Verseau·. Lettre du Cardinal pour la Noël 1990. Service de Presse de l’Archevêché. Mechelen, Belgique) confondent tout et jettent le bébé avec l’eau du bain. Les aspects positifs de ce mouvement du Nouvel Age concernent surtout la dimension transpersonnelle, la recherche d’authenticité, la relation sacrée avec la Nature, l’aspiration à la prise de responsabilité libre de son propre cheminement spirituel, l’ouverture positive et non réductionniste aux autres religions et autres cultures. Qu’il y ait encore confusion dans ces mouvements pris en charge souvent par des jeunes n’entrave en rien la valeur dynamique et positive de cette orientation existen-tielle. Mais il est évident que, dans une société du Nouvel Age, l’étroitesse d’esprit et l’impact socio-culturel autoritaire des « anciennes religions » n’a plus cours, comme n’ont plus cours le matérialisme et l'athéisme irréfléchis.

3 Signalons que lors de nos fonctions à la Faculté des Sciences psychologiques et pédagogiques de l’Université de Mons, nous avons pu créer un diplôme d’études post-graduées en-Psychologie des états de conscience-, mais je ne pense pas me tromper en affirmant qu’il est encore le seul en Europe.

4 Nous ne pouvons nier une évolution positive dans le sens de l’acceptation de théories non exclusivement matérialistes, mais le tout reste fort ponctuel. L’hypothèse de l'existence d’un support non matériel de la conscience n’est pas encore acceptée comme base va-lable d’études et de recherches universitaires académiques.

5 L’accueil aux Pentecôtistes n’est nullement aussi ouvert que certains auraient pu le penser et les interprétations simplistes de leurs comportements (« attitude régressive », « névroses collectives », « comportements hystériques », etc.) courent encore les rues, bien qu’elles ne concordent pas avec la réalité du groupe, ainsi qu’un de mes étudiants a encore récemment pu le montrer dans un mémoire de licence en psychologie : Jean-Pierre Prévost, « Approche psychologique de l’expérience charismatique-, Université de Mons, octobre 1991 (co-directeur du mémoire : Professeur J. Jaspard, de l’Université catholique de Louvain).

6 Alors même que la « recherche psychique » (Society for Psychical Research) fut à sa création, il y a un siècle environ, un rejeton issu des recherches en spiritualisme, elle est devenue purement hors cadre de toute spiritualité et les références aux phénomènes spirites sont chaque fois réduites aux seules hypothèses parapsychologiques.

7 Il est courant de lire dans les journaux anglais les persécutions dont sont victimes les groupes spiritualistes : saccage des « églises » spiritualistes, manifestations souvent violentes lors de réunions. Ces attaques proviennent de groupes chrétiens religieux qui se proclament défenseurs de la foi et utilisent avec beaucoup de force les indications issues des textes bibliques condamnant sans pitié les médiums et spirites. Les condamnations catholiques officielles d’il y a à peine un peu plus de cent ans (par exemple la réponse du Pape Léon XIII en 1883 à l’archevêque de Santander) sont également d’une violence assimilable à la violence des pires inquisiteurs : les médiums « devraient être accusés au même titre que Judas », ils « devraient périr comme Néron », « maudits comme le démon et ses suppôts », « avalés vivants par la terre », « écrasés et balayés de la surface de la terre », « entourés durant leur vie d’incessantes calamités », « leurs corps mangés comme des charognes de chiens et d’ânes par des loups affamés », « leur progéniture envoyée aux supplices de l’enfer en une condamnation éternelle », etc.

8 La tradition néo-platonicienne, ainsi que l’ont transmise Plotin ou les groupes soufis, a fait clairement la différence entre la « vision unitaire », accessible à l’homme par le travail méditatif, et la « fusion » totale, vécue brusquement comme en provenance de l’extérieur, la plupart du temps accompagnée d’une émotion brutale, d’un « étonnement » terrifiant. De cette dernière expérience existentielle, rien ne peut être dit. Sans doute est-ce une différence semblable qu'existe dans les traditions hindoues entre le vécu pur issu du chakra Ajna (aspect unitaire de la pensée) et le Sahasrara chakra (impliquant un total détachement de toute matérialité), tout au moins lorsqu’on prend ces traditions hindoues avec le sérieux nécessaire et non, comme certains Occidentaux, avec une légèreté dysharmonieuse et une emphase narcissique inconciliables avec la spiritualité orientale.

9 Lorsqu’un événement est vécu avec de fortes implications émotionnelles liées à des phénomènes pychosomatiques (tremblements, larmes, accélération cardiaque, sensations intenses de froid ou de chaleur, etc.), le souvenir est beaucoup plus vivace et s’installe en « authentique réalité objective ».

10 Les lettres majuscules que nous utilisons pour écrire ces mots « Entités Supérieures » doivent indiquer leur caractère spécifique d’être comme en dehors des « objets et noms communs ». Nous aurions pu tout aussi bien indiquer cette différence par des italiques.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.