Versión clásicaVersión móvil

Le Défi magique, volume 1

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Ésotérisme et spiritisme au Brésil

Spiritisme et racisme au Brésil mediums kardécistes et esprits africains dans l’umbanda ésoterique

Sidney M. Greenfield y Eleanor S. Greenfield

Resumen

This paper explores a movement taking place among some Kardecist-Spiritist groups in Brazil who now refer to themselves by the term Esoteric Umbanda. Their mediums, who in the past never received «African» or other «low level» spirits, are now being sent to Umbanda centers to learn to receive Orixas, Pretos Velhos, Caboclos, etc. The reason for this is that they believe that these spirits are often the cause of Black Magic being worked against their traditional primarily white, middle-class clientele. By learning to receive these «low level» spirits they believe that it will be easier to exorcise them through the technique of disobsession. Analysis will show that this movement is based on racist stereotypes prevalent in Brazil that are reemerging in the current period of crisis.

Texto completo

Introduction

1L’objet de ce texte est d’examiner certains développements dans le mouvement kardéciste-spirite brésilien qui, à première vue, semblent démontrer une tendance vers l’harmonie raciale et l’intégration, mais qui, après avoir été analysés, peuvent être mieux compris comme des exemples de l’accroissement du racisme et des préjugés. Le témoignage provient de nos recherches dans le domaine de la thérapeutique et de la guérison spirites, lesquelles sont en progrès constant (Greenfield 1986a, 1986b, 1987a, 1990a, 1990b, 1991a, 1991b, 1991c, 1992). Actuellement, les membres de quelques groupes de guérisseurs-médiums sont en train d’apprendre à recevoir les esprits de Exus, Pretos Velhos, et d’autres esprits qui sont pour la plupart d’origine africaine, et de les incorporer dans leurs méthodes de traitement. En général, ces esprits sont considérés comme « trop vils » pour avoir quelque chose de valable à apporter aux travaux d’inspiration moraliste des Kardécistes brésiliens établis. Cependant, comme nous l’avons déjà décrit pour un groupe à Porto Alegre et pour un autre à Rio de Janeiro (Greenfield 1991b, 1992), des guérisseurs-médiums sont envoyés pour instruction dans l’Umbanda, Batuque, Candomble, et d autres cultes « africains » afin d’être capables de recevoir les esprits africains que les guérisseurs kardécistes, autrement conventionnels, invoquent dans leurs pratiques thérapeutiques.

2Les esprits « africains » sont invoqués au cours du traitement désobsessionnel (voir Droogers 1988 ; Greenfield 1991b, 1992 ; Hess 1989 ; Milner 1980 ; Renshaw 1969). Les spirites maintiennent depuis longtemps que plusieurs maladies physiques et la plupart des maladies psychiques résultent des esprits de l’autre monde qui dérangent, tourmentent ou obsèdent les victimes vivant dans le monde matériel (voir Lacerda de Azevedo 1988). Cette opinion sur l’origine de la maladie dépend largement des croyances kardécistes suivantes :

  1. Dieu a créé l’univers double, il y a le visible – celui des vivants – et il y a l’invisible – celui des esprits ;
  2. les esprits qui cherchent le perfectionnement moral sont la force motrice dans les deux univers ;
  3. la réincarnation lie les deux domaines ;
  4. le concept de Karma ;
  5. la communication et l’interaction entre les deux mondes existent (Kardec s.d.).

3Plus précisément, les esprits peu évolués (pour diverses raisons), à cause de leurs relations avec les victimes dans les vies précédentes, sont considérés comme capables d’infliger les douleurs et les autres symptômes dont les patients cherchent le soulagement.

4Suivant Kardec, les spirites brésiliens présument la priorité de la dimension spirituelle dans l’univers dualiste. Selon cette vue, les vivants sont incarnés dans des corps matériels afin qu’ils puissent résoudre des problèmes importants pour leur développement spirituel. Quand il a créé l’univers, Dieu a lancé les esprits dans un voyage transcendantal durant lequel il fallait que chaque esprit apprenne et fasse des progrès jusqu’à ce qu’il ait atteint la perfection. Chaque esprit doit être réincarné périodiquement pour apprendre les leçons nécessaires à son progrès. Le monde matériel est alors conçu comme une série d’obstacles à vaincre, ou comme une école. Les esprits sont dotés du libre arbitre. Ils peuvent donc apprendre les leçons qui se présentent, ou bien ils peuvent choisir de ne pas les apprendre. Ceux qui choisissent et réussissent à apprendre affrontent des leçons de plus en plus difficiles avec chaque incarnation consécutive ; ainsi ils font le chemin vers la perfection. Les esprits qui refusent sont condamnés à répéter les leçons simples jusqu’à ce qu’ils les apprennent. Par conséquent, à chaque moment donné les esprits sont répandus dans les deux domaines à chaque niveau de progrès.

5Les Kardécistes croient, en outre, que les esprits les plus avancés dans les deux domaines essaient d’aider leurs camarades moins développés. L’importance que les Kardécistes attribuent aux bonnes œuvres s’ensuit (voir Renshaw 1969 ; St Clair 1971). Selon les Kardécistes, les chefs spirites (incarnés), par exemple, sont les esprits avancés qui instruisent et éclairent leurs camarades incarnés. Les esprits avancés dans le monde invisible envoient les messages à travers les médiums pour aider les vivants. La guérison spirite dépend de l’idée que les médecins et les guérisseurs, actuellement non-incarnés, s’incarnent dans les corps des guérisseurs-médiums pour effectuer des opérations chirurgicales, administrer des médicaments, et faire tout ce qui est nécessaire pour la guérison.

6Tandis que les esprits évolués dans le monde invisible tâchent de secourir les vivants, les esprits peu développés, au contraire, ignorent le fait qu’ils ne sont pas, eux-mêmes, incarnés. Dans leurs interactions avec les vivants, ces esprits utilisent le corps d’une victime prise au hasard comme s’ils croyaient que le corps appartenait à eux dans une vie précédente. Des maladies, pour la plupart psychiques, en résultent (Milner 1980).

7Les Kardécistes croient qu’il y a d'autres esprits peu développés qui sont méchants, mesquins, et qui veulent se venger. Les esprits plus développés ont rejeté ces caractéristiques au cours de leur développement vers la perfection spirituelle. Quand ils sont trompés, les esprits moins avancés cherchent le malfaiteur afin de se venger. Il se peut que le délit ait été commis dans une vie précédente quand les deux esprits étaient incarnés en même temps. Tandis que l’esprit offensé se soucie de sa vengeance, il est possible que celui qui a commis la faute se soit réincarné plusieurs fois, qu’il ait appris les leçons présentées avec chaque incarnation, et qu’il ait fait des progrès. L esprit offensé, qui n'a pas été réincarné et donc n’a pas fait de progrès, ignore ce qui s’est passé depuis la faute. Ainsi l’esprit peu développé trouve et tourmente un vivant qui n’a aucun souvenir du délit antérieur. La désobsession est un traitement rituel par lequel les médiums spirites guérissent les symptômes et les maladies d’origine spirituelle.

1. Traitement désobsessionnel

8Les guérisseurs-médiums travaillent dans de petits groupes ou équipes sous la direction d’un chef expert dans la philosophie et les croyances spirites. Ils se rangent autour d’une table dans les séances ouvertes au public. Quand un patient qui souffre d’une des variétés de symptômes (voir Greenfield 1992) vient au groupe – lui même ou un représentant – un médium, indépendamment de toute interaction entre le chef et le patient (ou représentant), incarne le malfaiteur non incarné. Quand l’esprit trouble le patient parce qu'il ignore que dans son état non incarné il ne doit pas agir sur les vivants, le chef des guérisseurs lui enseigne le comportement correct. Or, quand le malfaiteur cherche à se venger, presque immédiatement les médiums du groupe reçoivent les esprits qui représentent le délit du patient dont la victime cherche la revanche. Ce premier pas permet au chef de diagnostiquer le problème qu'il (ou elle) explique au patient.

9Ensuite, un autre médium incarne l’esprit qui a causé la maladie. Un échange verbal théâtral entre l’esprit et le chef suit. Le chef démontre et exprime tout ce qui est bien, vrai et moral d’après les spirites. L'autre esprit, à travers le médium, soutient les opinions contraires (Greenfield 1992). En général, l’esprit méchant commence le débat rituel en prétendant qu’il ne désire pas être là. Il se plaint de la lumière qui, trop brillante, fait mal aux yeux ; il se sent mal à l’aise. On peut en conclure que les plaintes servent à rappeler au public que le spiritisme représente la lumière pendant que ceux qui ne suivent pas ses doctrines restent dans l’obscurité.

10Le chef procède au dialogue avec l’esprit peu disposé. Il ou elle pose des questions d’une manière si adroite que l’esprit finit par répondre. Le chef présente les vérités fondamentales des spirites : l’univers dualiste ; la réincarnation ; le karma ; etc. Progressivement, l’esprit reconnaît ces vérités jusqu’à ce qu’il avoue que ses actions sont inacceptables selon la logique des croyances spirites. Chercher à se venger est injuste. Demeurer dans les bas-fonds du monde spirituel n’est pas sage. L’esprit doit essayer de découvrir les esprits éclairés qui l’aideraient de bon cœur. Il doit laisser tranquille le patient, ainsi il éliminera la source de la maladie et les symptômes. Il doit, au contraire, se préparer à la réincarnation et à recommencer le chemin vers le progrès et l’éclaircissement.

11Guérir le patient est l’objet immédiat de la désobsession. Mais dans un sens plus large, le but est d’affirmer le pouvoir des croyances spirites aux yeux du patient et des spectateurs. Un esprit d’un autre monde qui a succombé est sauvé ; il regagne le chemin de la perfection. Il est important de se souvenir de ce procédé quand nous examinons le rôle des esprits africains que les guérisseurs-médiums, à Porto Alegre et à Rio de Janeiro, ont introduits dans le rite de la désobsession.

2. Esprits africains et désobsession kardéciste

12Les deux groupes ont ajouté la pratique de la magie noire de la part des esprits de l'autre monde au cadre de l’étiologie de la maladie décrit ci-dessus. Par conséquent, dès que le chef découvre la magie noire, normalement avant la représentation de la situation dans la vie passée qui est au cœur de la maladie, il ou elle en informe le patient et le public. Au lieu de recevoir l’esprit méchant immédiatement, un médium incarne un deuxième esprit souvent décrit comme ayant des griffes et poilu - c’est-à-dire un être moins qu’humain. Le deuxième esprit n’a pas fait partie de la scène diagnostique décrite ci-dessus. Quelquefois le chef rappelle au public que les pratiquants de la magie noire habitaient en Egypte, considérée comme l’origine de la magie noire par les spirites.

13Après avoir refusé de participer, l’esprit accusé d’avoir pratiqué la magie noire se révèle être un Exu, un Preto Velho, ou un autre esprit « africain ». Sous l’interrogatoire, il admet avoir mis un appareil électronique, ou d’un autre type, dans le corps du patient. Avant de continuer, le chef des spirites demande le nom du chef de la bande dont l’esprit interrogé est membre. Encore une fois, après une résistance préliminaire, le chef des spirites amène l’esprit à avouer le nom de son chef par la force de son raisonnement, sa logique, et les vérités qu'il présente. Par le moyen du débat rituel, l’esprit est convaincu de ses erreurs ; il est éclairé, il apprend la nécessité de se préparer pour la réincarnation et le développement spirituel. L’esprit Exu sauvé est renvoyé. Ensuite un autre médium reçoit le chef de la bande et l’opération se répète.

14Dès qu’il est éclairé, l’esprit chef dénonce l’esprit qui cherche la vengeance. Il explique que l’esprit méchant a conspiré avec lui pour implanter l’appareil sophistiqué qui a créé les douleurs du patient. L’appareil est alors enlevé. Au cours du rite désobsessionel, d’abord l’Exu, puis le chef de la bande associé à la pratique de la magie noire, et enfin l’esprit vengeur, sont éclairés par la logique du discours du chef spirite. Ils voient la « vérité » et ils regagnent le chemin de la perfection. Souvent l'esprit du patient qui n’est pas présent physiquement s’unit au drame rituel. Incarné encore par un autre médium, il demande pardon à l’esprit méchant pour sa faute originelle. Pour culminer, tous les esprits – à travers les médiums – fondent en larmes, s’embrassent, se demandent pardon, promettent d’oublier les fautes anciennes, et jurent de se consacrer au développement moral spirite.

3. Compétition religieuse et racisme

15On dit que l’Umbanda est né il y a huit décades quand au cours d’une séance un médium kardéciste a reçu l'esprit d’un Caboclo (un Indien), puis d’un Preto Velho (un vieux noir). Tous les deux ont prétendu qu’ils avaient des leçons importantes à transmettre aux vivants (Brown 1986 ; Trindade 1989). A cette époque, les bourgeois blancs dirigeaient le mouvement kardéciste. A leurs séances, seuls les esprits de la tradition historique ou littéraire européenne étaient admis. La religion nouvelle s’est séparée du kardécisme. Elle a incorporé le syncrétisme des Orixas (déités) ouest-africains et des saints catholiques romains qui, à Rio de Janeiro, s’appelait Macumba. Elle a ajouté d’autres êtres surnaturels à son panthéon ; tous ces êtres communiquaient avec les vivants à travers les médiums dans la tradition de la possession spirituelle. En fin de compte, cette religion fournissait une représentation symbolique de chaque race et de chaque culture qui constitue la société brésilienne contemporaine. La popularité de l’Umbanda, son augmentation rapide (blancs, noirs, riches et pauvres y participent aujourd’hui), son étendue jusqu’à toutes les régions brésiliennes et ailleurs, sont expliquées par sa capacité d’intégrer la diversité raciale et culturelle dans une seule philosophie. L’Umbanda, selon beaucoup, est une religion vraiment multiraciale et multiculturelle convenant à une société nationale multiraciale et multiculturelle.

16Or, le Kardécisme qui n’a pas incorporé la diversité raciale et culturelle, n'a pas connu cet accroissement. Il est toujours soutenu par des Blancs des couches moyennes urbaines. Pourtant, dans les années quatre-vingt-dix (1990), nous avons constaté que quelques-uns de ses guérisseurs-médiums ont appris à recevoir Exus, Pretos Velhos, et d’autres esprits d’origine africaine. Or, dans les rites de l’Umbanda ces esprits aident ou éclairent les humains ; en revanche pour les Kardécistes ils sont des pratiquants de magie noire, qui infligent la maladie et la souffrance. Pourquoi les disciples de Kardec, autrement bien intentionnés, ont-ils introduit dans le rite désobsessionnel des esprits africains représentés comme de vils et méchants adeptes de magie noire qui collaborent avec d’autres esprits pour infliger la souffrance ?

17Ailleurs, nous avons soutenu que dans les conditions suivantes, de nombreux Brésiliens rejettent les vues catholiques traditionnelles. Ces conditions sont : pauvreté excessive ; niveau de vie en baisse à cause de la hausse massive la population dans les centres urbains ; manque d’emploi et manque d’opportunités économiques ; manque de services sociaux. La tradition catholique a représenté un monde dans lequel la Vierge et les saints fonctionnent comme les intermédiaires entre les êtres humains et un Dieu omnipotent capable de résoudre les problèmes spirituels et matériels (Greenfield 1992 ; Greenfield et Prust 1990). Il résulte que plusieurs ont recours à des religions qui offrent un accès alternatif, à travers des intermédiaires différents, au Dieu créateur. Toutes les religions alternatives – Candomblé, Xango, Batuque, kardécisme, Umbanda et protestantisme évangélique – font ouvertement concurrence au catholicisme et entre elles-mêmes. Pour gagner l’avantage, chacune fournit des services, tels que la guérison gratuite en échange de la conversion des clients bénéficiaires.

18Le kardécisme, nous l’avons déjà remarqué, continue à plaire surtout aux classes moyennes éduquées, urbaines et blanches qui se sentent menacées par la combinaison du déclin économique et les pressions exercées par les nouveaux immigrés urbains. Les Afro-brésiliens de race mixte sont les plus nombreux parmi les nouveaux groupes qui rivalisent pour les emplois et pour la position sociale. Aux yeux des blancs, les Afro-brésiliens sont associés à l’accroissement de l’étendue de l’Umbanda et d’autres religions de dérivation africaine.

19Il faut noter qu’au cœur de l’Umbanda une branche qui s’appelle Quimbanda s’est développée. Dans le Quimbanda, il est supposé que des esprits d’origine africaine, qui agissent hors de toute considération morale humaine, sont à la disposition des médiums soit pour aider, soit pour faire du mal aux vivants. On peut considérer le Quimbanda comme un type de sorcellerie ; ceux qui ne le comprennent et ne le maîtrisent pas le craignent. Ceux qui craignent ainsi le Quimbanda, et implicitement les autres religions afro-brésiliennes, sont les bourgeois blancs menacés.

Conclusion

20Dans le rite désobsessionnel, les guérisseurs-médiums qui reçoivent les esprits africains montrent qu’ils peuvent maîtriser ces esprits vils et, par conséquent, les incarnés d’origine africaine « moins avancés ». Ailleurs, nous avons montré que ces disciples de Kardec incorporent la rhétorique de l’Umbanda (et Quimbanda), ainsi que celle de la science moderne (Greenfield 1992). Tous les deux sont importants pour les classes moyennes blanches pour des raisons différentes. Ils incorporent l’Umbanda pour profiter des préjugés et des stéréotypes raciaux existants - ce qui est pourtant un geste tout à fait contraire aux thèmes unifiants et intégrationnistes de l’Umbanda. Il apparaît que les guérisseurs-médiums ajoutent les esprits africains à leurs rites désobsessionnels pour utiliser ces stéréotypes raciaux dans un effort pour conserver leurs disciples menacés et incertains, qu’ils considèrent susceptibles d’abandonner le kardécisme et d’adhérer à l’Umbanda ou à une autre religion afro-brésilienne. En démontrant leur maîtrise des esprits africains – et par implication des Afrobrésiliens – ils gardent leurs disciples traditionnels et, en plus, ils gagnent des convertis.

Bibliografía

Bibliographie

BROWN, Diana de G., 1986 : Umbanda : Religion and Politics in Urban Brazil, Ann Arbor, UMI Research Press.

DROOGER, Andre, 1988 : « Brazil as a Patient : Political Healing in a Spiritist Group », présenté au colloque « Religion, Power and Ideology in Latin America and the Carribean », au 46e Congrès international des Américanistes, Amsterdam.

GREENFIELD, Sidney M., 1986a : « Psychodrama, Past Life Regression, and other Therapies Used by Spiritist Healers in Rio Grande do Sul, Brazil », Newsletter of the Association for the Anthropological Study of Consciousness, Vol.2, no.2.

" 1986b : « Espiritismo Como Sistema de Cura », in R. Parry Scott (org.) Sistems de cura : alternativos do povo. Recife, Brazil, pp. 89-101.

" 1987a : « The Return of Doctor Fritz : Spiritist Healing and Patronage Networks in Urban, Industrial Brazil », Social Science and Medicine, Vol. 24, no 12.

" 1987b : « The Best of Two Worlds : Spiritist Healing in Brazil », in Anne Retel-Laurentin (coordinatrice) Etiologie et perception de la maladie dans les sociétés modernes et traditionnelles, Paris, L’Harmattan.

" 1990a : « O Corpo Como Uma Casca Descartavel : O Medium-Curador e Seus Criticos », in Antônio Mourao Cavalcante (org.), Corpo de Saude : Corpo de Fe, Fortaleza, Cé., Brazil, Imprensa Universitaria.

" 1990b : « German Spirit Doctors in Spiritist Healing in Urban Brazil », in Darell A. Posey and William L. Overal (organizers), Ethnobiology : Implications and Applications, Proceedings of the First International Congress of Ethnobiology (Belem, 1988), part F, « Ethnomedicine and popular curing », Clarice Novaes da Moto and Jose Flavio Pessoa de Barros, ed. Belem, Para, Brazil, Meusu Paraense Emilio Goeldi.

" 1991a : « Ο Corpo Como Uma Casca Descartavel : As Cirurgias de Dr. Fritz e o futuro de curas Expirituais », Religiao e Sociedada, Vol. 16, no 1.

" 1991b : « Legacies from our Past : Reincarnation and Therapy in Brazilian Spiritist Theory and Practice », présenté au colloque sur la réincarnation dans la société, Annual meetings of the American Anthropological Association, Chicago, Illinois, November 20-24.

" 1991c : « Hypnosis and Trance Induction in the Surgeries of Brazilian Spiritist Healer-Mediums », in The Anthropology of Consciousness, Vol. 2, nos. 3-4.

" 1992 : « Spirits and Spiritist Therapy in Southern Brazil : A Case Study of an Innovative, Syncretic Healing Group », Culture, Medicine and Psychiatry, Vol. 16, pp. 23-51.

GREENFIELD S.M. et John GRAY, 1988 : The Return of Doctor Fritz : Healing by the Spirits in Brazil, un documentaire vidéo produit à Educational Communication Department of the University of Wisconsin-Milwaukee.

" 1989 : Jose Carlos and his Spirits : The Ritual Initiation of a Zelador dos Orixas in a Brazilian Umbanda Center, documentaire vidéo produit à Educational Communication Department of the University of Wisconsin-Milwaukee.

GREENFIELD S.M. et Russell PRUST, 1990 : « Popular Religion, Patronage and Ressource Distribution in Brazil : a Model of an Hypothesis for the Survival of the Economically Marginal », in M. Estelle Smith ed., Perspectives on the Informal Economy, Washington D.C., University Press of America.

HESS, David, 1989 : « Disobsessing Disobsession : Religion, Ritual and Social Science in Brazil », Cultural Anthropology, 20 (2) : 182-193.

KARDEC, Allan, s.d. The Spirits Book, Traduit par A. Blackwell, Livraria Allan Kardec Editora, Ltda, Sao Paulo.

LACERDA de AZEVEDO, José, 1988 : Espirito/materia : Novos Horizontes para la Medecina, Porto Alegre : Pallotti.

MILNER, Cary, 1980 : Gods, Saints and Spirits : A Comparative Analysis of Brazilian Urban Medical Systems, Thèse de Doctorat, Université de Toronto, non publiée.

RENSHAW, Park, 1969 : A Sociological Analysis of Spiritism in Brazil, Thèse de Doctorat, University of Florida, non publiée.

St CLAIR, 1971 : Drum and Candle, Garden City, NY : Doubleday and Co., Inc.

TRINDADE, Diamantino Fernandes, 1989 : Iniciaçao a Umbanda : A magia da Paz, Sao Paulo, Triade Editorial.

Autores

University of Wisconsin-Milwaukee.

Milwaukee Public School.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search