Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Défi magique, volume 1

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Ésotérisme et spiritisme au Brésil

De l’histoire au mythe la dynamique des romans spirites au Brésil

Marion Aubrée

Résumé

This article presents the Brazilian dynamics of one of those so-called paranormal phenomena which can be observed among the followers of spiritualism: «psychography» or automatic writing. Such production of personal messages, medical prescriptions, moralizing treatises and, also, poems and novels, is said to be directly inspired through the «medium-channel» by the Spirits – i.e. the souls of the dead - who are supposed to communicate with the living by this and other means.
After a brief historical introduction about the origins of that phenomenon in the neo-spiritualist (USA) and Kardecist ((France and Brazil) context, the author analyses particularly the large mediumnic literature (novels and poetry)) produced in Brazil during the last decades and its participation in the construction of Brazilian social imaginary. She points out how, through a mythification of history and its characters, this corpus enables the adepts of this credo (6 to 7 million Brazilians) to find some coherent though arbitrary explanations for the difficulties of all kinds which beset their country.

Texte intégral

  • 1 Cf. Voyantes, guérisseuses et visionnaires : somnambules et médiums en France (1785-1914), thèse d (...)
  • 2 Cf. Ann Braude : Radical Spirits, Beacon Press, Boston, 1989, p. 18.

1Les manifestations de Hydesville aux Etats-Unis, qui eurent lieu en 1847, donnèrent naissance au mouvement religieux du Modem Spiritualism et entraînèrent la massification de phénomènes déjà documentés auparavant en Europe, comme l’a bien montré Nicole Edelman dans son étude sur le sujet1. On créa alors un code pour rendre intelligibles les messages supposés provenir d’esprits d’outre-tombe dont le support était, nous dit-on, des coups retentissants dans les murs ou sur des meubles. Cet « alphabet typtologique », basé sur la correspondance entre une lettre et un nombre de coups équivalant au rang de celle-là dans l’alphabet courant, fut très vite abandonné pour des raisons pratiques que l’on imaginera sans peine, au profit d’une relation directe avec lesdites entités désincarnées qui commencèrent à « contrôler les voix des médiums »2 et, donc, à s’exprimer par la bouche de ceux (et surtout celles) qui étaient censés pouvoir servir d’intermédiaires entre cet autre monde et celui des vivants.

2Selon Ann Braude (op. cit.), dès 1848 la sœur aînée des deux adolescentes – Kate et Margaret Fox – qui furent à l’origine des phénomènes sus mentionnés, découvrait sa propre médiumnité sous l’effet de l’hypnose et produisait, dans cet état, des discours que ses observateurs, tous acquis à la nouvelle cause, s’accordaient à considérer comme empreints « d’un raisonnement très philosophique » qui ne pourrait émaner, selon eux, que d’un esprit supérieur à celui d’une simple et modeste mère de famille. Parallèlement, les esprits frappeurs n’en continuaient pas moins à se manifester. C’est de 1852 que le même auteur date la première « publication médiumnique » sous la plume d’Isaac Post, un transfuge Quaker, convaincu de la première heure. Elle marque l’avènement à grande échelle de la « psychographie », mode d’écriture propre à des médiums dont la main est « irrésistiblement et involontairement » entraînée par une force étrangère à la conscience de la personne qui trace les messages.

3Ces phénomènes suivent le même cheminement en Europe où ils se sont diffusés dès les premières heures et rencontrent, en particulier en France, le terreau spiritualiste fertilisé par des décennies de pratiques autour du magnétisme mesmérien et de l’hypnose. Au Brésil, si l’on est au courant dès 1853 de l’engouement pour les manifestations médiumniques qui secoue les Etats-Unis et l’Europe, ce n’est qu’en septembre 1859 que se tiendra, à Salvador de Bahia, la première session se réclamant publiquement du spiritisme, dans sa version kardéciste.

4De fait, en passant des Etats-Unis vers la France, le foisonnant mouvement spiritualiste, qui s’auto-qualifiait à l’époque de « religieux », trouva son Codificateur en la personne d’un pédagogue d’inspiration rousseauiste, Hippolyte Léon Rivail alias Allan Kardec. Celui-ci, formé à l’esprit des Lumières, allait donner aux multiples manifestations issues du mouvement la forme d’une doctrine codifiée dans laquelle entraient des éléments directement liés à la dynamique culturelle française. On y remarque, au niveau philosophique, outre une vision éducative inspirée de l’Emile de J.-J. Rousseau, des influences positivistes et évolutionnistes d’obédience comtienne et un apport totalement étranger au mouvement nord-américain, la thèse de la réincarnation, sans doute inspirée des idées sur la palingénésie de P.S. Ballanche, reprises par Fourier, qui faisaient à l’époque l’objet de discussions dans les milieux parisiens cultivés. Par ailleurs, le Livre des Esprits, premier ouvrage publié sur le thème en 1857 par cet auteur est fort didactique, tant en sa forme (questions/réponses) qu’en son contenu. Enfin, Kardec et ses disciples mettent nettement l’accent sur le fait que leur spiritisme « est une doctrine philosophique qui a des conséquences religieuses comme toute philosophie spiritualiste » (1857) et affirment sa dimension « scientifique », se distinguant en cela très nettement du mouvement d’essence religieuse né dix ans plus tôt près de New York.

5C’est donc dans cette nouvelle version française que vont se mouler les premiers militants brésiliens du spiritisme. Très rapidement les diverses formes de médiumnité vont faire leur apparition, entre lesquelles la psychographie prendra immédiatement une grande importance. Toutefois, les premières manifestations d’écriture « spiritique » sont tout d’abord liées à la dimension thaumaturgique. Elles consistent, surtout à Rio dans les années 70, en des ordonnances ou des messages inspirés à des médiums qui se considéraient chargés par les Esprits de soulager les souffrances physiques ou morales de leurs concitoyens. En conséquence, ces premiers messages émaneront de « médecins de l’Au-delà », tels Joao Vicente Martins et Benoît Mure, défunts diffuseurs portugais et français de l’homéopathie au Brésil ou, encore, Dias da Cruz, célèbre praticien brésilien mort quelques années auparavant.

6Les autres écrits à teneur morale, politique, philosophique ou même romanesque publiés alors par les spirites ou leurs sympathisants étaient signés du nom de ceux qui les avaient produits, sans que soit invoquée l’intermédiation d’aucun esprit extérieur. Ainsi, le Dr Bezerra de Menezes, médecin psychiatre qui allait, dans les années 80, unifier le mouvement et impulser l’orientation religieuse chrétienne qui est désormais la sienne, écrivit et publia sous son nom divers essais d’analyse doctrinale, un traité sur la maladie mentale pour appuyer « scientifiquement » les thèses de Kardec sur l’origine palingénésique de la folie et en proposer un traitement, et aussi des romans visant à diffuser la vision du monde kardéciste à laquelle il avait adhéré.

  • 3 Voir préface à Na Sombra e na Luz. pp. 10/12.

7Dans la seconde décennie du XXe siècle, le spiritisme brésilien entame une ascension numérique qui ne s’est depuis lors jamais démentie. C’est à ce même moment que l’on voit surgir dans la littérature officielle du mouvement, c’est-à-dire celle qui est publiée par la Fédération spirite brésilienne (F.E.B.), fondée en 1884, des écrits romanesques ou poétiques que l’on appelait à l'époque « médianimiques » où figurent à la fois le nom du médium/instrument et la mention du ou des esprit(s) censé(s) être auteur(s) véritable(s) de l’œuvre créatrice. Les ouvrages en question sont, d’une part, une série de quatre anthologies de textes en vers ou en prose, publiés entre 1912 et 1919, dans lesquelles apparaissent, pêle-mêle, les noms d’auteurs aussi connus qu’Eça de Queiros, Littré, Tolstoï, Victor Hugo, Antero de Quental, Michelet ou Thérèse d’Avila qui, tous, se sont « exprimés » à travers la main de Fernando de Lacerda ; d’autre part, un roman paru en 1917 dans la préface duquel Zilda Gama, la signataire de l’ouvrage, explique de façon détaillée comment, après avoir reçu un nombre important de messages et conseils de la part de proches disparus (son père, une sœur, etc.), elle commença à percevoir des entités avec lesquelles elle n'avait aucun lien de parenté3. Ainsi reçut-elle des messages moraux ou religieux au bas desquels elle avait la surprise de se voir tracer les « noms glorieux » d’Allan Kardec ou de Pedro de Alcântara.

8Le roman qui nous intéresse ici est, lui, signé de Victor Hugo et intitulé Na Sombra e na Luz (Dans l’ombre et la lumière). L’auteur trépassé nous y décrit les déboires politico-amoureux qu’un jeune ami vint lui raconter, au temps où lui-même se trouvait exilé, et comment il réconforta le jeune homme en essayant de trouver des solutions à son destin tragique. Puis, après qu’ils se fussent perdus de vue, comment ils se rencontrèrent, tous deux désincarnés dans ces contrées célestes où, sans souffrances, se résolvent – selon les spirites – bien des situations qui furent douloureuses. Le roman de 265 pages trace, ensuite, les retours à la terre du plus jeune des protagonistes car Victor Hugo, classé « Esprit supérieur » dans la hiérarchie spirite brésilienne, est réputé ne plus se réincarner à moins que ce ne soit pour une mission de la plus haute importance pour l’avenir de l’Humanité. Notre auteur national a gratifié de sa signature quatre autres romans psychographiés par la même médium.

9Dans les années vingt, alors qu’à Paris la psychanalyse commence à lever le voile de l’inconscient et que les surréalistes inaugurent leur plongée dans la « bouche d’ombre », on trouve au Brésil quelques très rares « romans médiumniques » où seul apparaît un nom, celui de qui l’a écrit de sa main. C’est à partir des années trente que commence réellement la grande vague d’auteurs « désincarnés » et que se multiplient les médiums-instruments. En 1935, le plus célèbre d’entre eux, Francisco Cândido Xavier dit Chico Xavier, va commencer sa carrière d’écrivain « automatique ». A 87 ans, il continue d’être aujourd’hui le porteur du plus important phénomène psychographique connu. Il a écrit, en état de transe médiumnique, quelques 350 livres dont quelques-uns ont été tirés à plus de 100.000 exemplaires et traduits dans plusieurs langues, dont l’espéranto. Je reviendrai d’ailleurs sur la teneur de sa production.

10Plus récemment, dans les années 70 et 80, la production de romans médiumniques est allée en augmentant et l’on remarque que les auteurs en sont surtout des femmes dont les plus célèbres, par l’amplitude de leur production ou la répercussion de leurs écrits, sont Yvonne A. Pereira, Zibia Gasparetto et Marilusa M. Vasconcellos.

11Le poids du passé étant constitutif de la structure réincarnationniste, qui est la pierre angulaire de la doctrine kardéciste, ces romans ou nouvelles ont tous un contenu qui se veut historique, même si aucun d’entre eux n’a prétention à être le fruit de recherches de ce type. En effet, dans la mesure où ils sont réputés être inspirés de l’Au-delà par des Esprits supérieurs qui sont plus proches de la Vérité que les mortels, ils ne peuvent en aucun cas être comparés aux données sur l’histoire produites par ces derniers, fussent-ils spécialistes en la matière.

12Certains d’entre eux mettent en scène la vie de quelques individus qui n’ont pas laissé de traces dans la science historique et peuvent, pour un regard extérieur à l’univers spirite, être considérés comme de simples fictions ressortissant plutôt à un imaginaire individuel et sans portée sociale immédiate. D'autres, au contraire, traitent de personnages ou d’événements fort connus et donnent de ceux-ci une vision « inspirée », c’est-à-dire susceptible de supplanter aux yeux de certains ce que l’analyse historique a permis d’établir. Ceci d’autant plus qu’ils sont vendus à des dizaines de milliers d’exemplaires et contribuent, de ce fait, pour une part importante à la construction de l’imaginaire social brésilien.

13Mon intention n’est pas de confronter ici les éléments contenus dans ces écrits aux données historiques que, généralement, les spirites disent ainsi « compléter » et, plus rarement, contester ou modifier. Il s’agit pour moi de mettre en relief la dynamique de transformation éventuelle qui peut affecter certaines figures porteuses de symboles, liées à un passé connu. En effet, à partir des éléments présentés ci-dessus, on peut se poser la question suivante : Qu’en est-il des événements de l’Histoire et des personnages qui y ont laissé une empreinte et qu’advient-il de leurs représentations déjà structurées ? Pour éclairer un peu mieux mon propos, je tracerai rapidement deux axes sur lesquels se place la littérature en question. D’abord, celui des personnages historiques qui apparaissent en tant qu’acteurs ou signataires dans les œuvres poétiques ou romanesques que produit le mouvement spirite brésilien. Ensuite, les thèmes et les scénarios abordés dans les romans spirites à succès.

14Victor Hugo est probablement l’un des personnages les plus importants dans ce domaine, sans doute en raison des sympathies qu’il a nourries de son vivant pour la doctrine en question. Il apparaît comme signataire « spiritique » de plusieurs ouvrages (cinq sous la plume de Zilda Gama, trois au moins sous celle de Divaldo Franco) et d’une infinité de messages à teneur poétique et morale éparpillés dans les anthologies de Fernando de Lacerda et de quelques autres médiums.

15Dans le camp des Européens, Victor Hugo n’est cependant pas le seul et se trouve maintes fois, dans les anthologies, en compagnie de compatriotes ou de voisins continentaux tels ceux qui ont été relevés plus haut. Dans l’ouvrage que j’ai écrit sur le sujet en collaboration avec F. Laplantine (1990), nous avons montré comment il y avait, au niveau des arts et des sciences, une certaine division du travail entre les Européens connus, ou inconnus, dont les esprits viennent hanter les réunions spirites au Brésil. Ainsi, les Allemands sont-ils plutôt là en tant que « médecins du ciel » tandis que les Italiens apparaissent surtout dans les médiumnités picturales ; de même les Français qui, à travers l’école impressionniste, sont bien représentés dans les peintures médiumniques, partagent surtout avec les Portugais la signature de textes poétiques.

16Mais il ne faudrait pas croire que les signataires de ces écrits sont tous des auteurs connus. Un bon nombre d’entre eux sont des esprits historiquement anonymes qui servent de « mentor » à l’un ou l’autre médium, autrement dit le protecteur spirituel qui leur a généralement permis d’accéder à cette forme d’écriture. Ils ont pour nom Lucius (Z. Gasparetto), Charles (Y. Pereira) ou Emmanuel (C. Xavier).

17Ce dernier qui, on l’a vu, est le siège d’un phénomène d’écriture automatique hors du commun même pour un médium, n’a quant à lui « reçu », à de très rares exceptions près, que des esprits lusophones, qu’ils soient d’origine portugaise ou brésilienne. Pour cette raison et quelques autres, l’ensemble de son œuvre publiée mériterait une étude particulière qui reste encore à faire, tant au niveau des contenus qu’à celui des esprit-sauteurs. Ceci d’autant que des statistiques récentes (1992) en font l’écrivain le plus vendu du Brésil.

18Enfin, on a vu apparaître récemment (1989) un nouveau genre d’écrit : l’autobiographie d’un célèbre trépassé. Celle-ci n’est plus produite par un médium psychographe qu’inspire un « esprit-guide » comptant au nombre de ceux qui ont joué un rôle dans l’Histoire, mais à partir du témoignage qu’en donne, sous hypnose, un vivant que l’on considère comme la réincarnation de ce personnage. Il s’agit de l’ouvrage Eu sou Camille Desmoulins (Je suis Camille Desmoulins) qui a pour sous-titre « La Révolution française révélée par l’un de ses leaders ». Cet ouvrage a été produit par Herminio de Miranda, un parapsychologue spirite de Rio, à partir de récits obtenus de Luciano dos Anjos, lui-même journaliste, au cours d’une « thérapie des vies antérieures ». Celle-ci, inspirée des thèses sur la réincarnation, est pratiquée aux Etats-Unis depuis les années soixante et connaît une certaine diffusion depuis dix ans au Brésil, en particulier dans les milieux liés au spiritisme. Elle permettrait aux personnes qui en font l’expérience de régresser psychiquement non seulement aux stades de leur petite enfance ou de leur vie intra-utérine, mais encore dans de précédentes existences qu’elles auraient vécues au cours des siècles et de nous livrer ainsi les secrets de l’intimité de l’un ou l’autre personnage connu ou, encore, des faits historiques restés occultés ou passés sous silence.

19Dans le domaine des thèmes on a toujours des histoires d’amour, le plus souvent tragiques mais qui peuvent trouver une solution heureuse quand les personnages passent d’une réincarnation à une autre à travers une séquence d’ouvrages comme, par exemple, celle inspirée à Yvonne Pereira. Il s'agit de trois romans qui tous se passent en France entre le XVIe et le XVIIIe siècles et qui ont pour titres, respectivement : Dans les abîmes du péché, Le Chevalier de Numiers et Le Drame de Bretagne. On suit les mêmes personnages à travers leurs diverses incarnations et réincarnations pleines de mésaventures et malheurs, jusqu’à la rédemption finale.

20Les contextes historiques qui reviennent le plus couramment sont la France et l’Italie des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles ainsi que l’Egypte des Pharaons et la Rome des Césars. Le contexte national est beaucoup plus rarement mis en scène mais il semble se dessiner, depuis quelques temps, une dynamique qui tend à recentrer esprits-auteurs et thèmes historiques vers ce qui est proprement brésilien. Il ne s’agit pourtant encore que d’une tendance au sein d’un mouvement qui pourrait bien avoir pour raison d’etre implicite la réaffirmation que l’Europe est, elle aussi, entre les racines constituantes de cette culture plurielle où se sont mêlés les hommes d’Amérique, d’Afrique et de notre continent.

21Dans Le Miroir d’Hérodote (1985) François Hartog signalait que les historiens sont en train de passer d’une Histoire des mentalités à une Histoire de l’imaginaire. Autrement dit, comme dans d’autres domaines du savoir, on assiste dans celui-là à une nouvelle dynamique qui fait de l’irrationnel le complément du rationnel et non plus son adversaire dans l’appréhension de la réalité. Au Brésil, dans l’univers littéraire spirite, c’est le développement d'un imaginaire sur l’Histoire que l’on observe et, donc, la réappropriation et la réinterprétation, par un groupe significatif de personnes, de données et de personnages brésiliens ou étrangers traités par la science historique. Toutefois, ce mouvement vers l’Histoire n’est pas spécifique aux kardécistes. En effet, l’observateur peut constater – plus particulièrement dans ces dernières années – qu’il existe dans le pays une volonté quasi générale de redécouverte du passé. Elle s’exprime de diverses manières selon les groupes concernés mais représente pour tous, semble-t-il, le contrepoids symbolique à un vieux schème positiviste qui a imprégné la société brésilienne depuis le XIXe siècle et qui a été repris et martelé par les militaires pendant plus de deux décennies, à travers un discours où seul le futur avait de l’importance. La désastreuse rencontre avec ledit « futur », devenu présent, provoque des rétractions qui tendent à mettre en lumière un passé dont on s’est senti plus ou moins « floué ».

22Mais, face à cette dynamique nationale, la particularité de la réappropriation spirite est qu’elle se pose en tant que « révélation » – au sens sacré du terme – d’une Vérité historique intangible et jusque là méconnue. Dans le Tome II de La Philosophie des formes symboliques, qu’il a consacré à la pensée mythique, Ernst Cassirer (1972) nous signale que le propre du mythe est d’être un récit qui met en scène des personnages dans lesquels s’investit obligatoirement une croyance.

23C’est pourquoi je postule que nous nous trouvons là face à une réappropriation mythique de l’histoire qui vient inverser l'habituelle séquence faisant de la mythologie le terme premier et de l’histoire le terme dérivé. Cet exemple constitue une illustration de la thèse de Cassirer selon laquelle la pensée mythique, loin d’être l’expression d'un stade primitif de la pensée humaine, est l’un des facteurs de base de la dynamique de formation des représentations. Dans le cas qui nous occupe la réappropriation se fait à travers un premier support écrit, dont la lecture puis la diffusion peut donner lieu à des interprétations orales toujours plus précises qui viennent donner un sens aux éléments du présent immédiat. Or, selon Jung et Kerényi 0980), « la mythologie remplit – pour ceux qui en sont porteurs – la mission de tout leur rendre clair » (p. 18). On va voir à travers l’exemple que j’ai pris pour illustrer mes propos et sur lequel je terminerai que c’est, comme dans le mythe, de l’avènement d’un nouveau sens à donner à la réalité présente que procède l’exégèse des romans médiumniques et que c’est bien de cela que découle la « prégnance symbolique » (au sens de Cassirer) qui est la leur.

1. Ex : Confidencias de um Inconfidente, Sao Paulo, Edicel, 1985

24Ecrit par Marilusa Moreira Vasconcellos sous la dictée de l’esprit Tomas Antônio Gonzaga, lui-même protagoniste des événements historiques dont il dévoile la « face cachée ». Publié en 1985, il en était à sa dixième édition en décembre 86 et totalisait déjà plus de 45.000 exemplaires vendus.

25Après avoir retracé très brièvement quelques événements de l’histoire brésilienne du XVIIIe siècle, le roman arrive très vite à ce qui fut considéré, en son temps, comme un soulèvement avorté mais qui devint, au fil des décennies, pour une grande majorité des Brésiliens l’acte fondateur de la Nation, par lequel la colonie se révoltait contre sa tutelle européenne et commençait son chemin vers l’indépendance. Je veux parler de la « Conjuration de Minas » qui se proposait de renverser le pouvoir colonial et fut découverte en 1789, grâce à un traître à ladite cause, et rudement réprimée à travers l’exil d’une grande partie des conjurés vers les possessions portugaises d’Afrique et le supplice par écartèlement de son chef, Tiradentes, en 1792. Ce dernier est maintenant devenu un symbole national et le 21 avril, date de son exécution, est jour férié dans tout le Brésil.

  • 4 Durant la dictature des militaires, ceux-ci ont tenté de sauver les apparences à travers le mainti (...)
  • 5 Pour plus de précisions sur cet événement et le panorama religieux brésilien, voir Marion Aubrée : (...)

26Or, en 1985, année de parution de cet ouvrage, le pays a vécu une forte commotion nationale avec la maladie, à la veille de sa prise de mandat en tant que président de la République, puis la disparition de Tancredo Neves. Sa nomination, résultat d’une négociation entre les deux grandes familles politiques4, mettait fin au pouvoir autoritaire des militaires établi en 1964 et représentait pour l’ensemble des Brésiliens un espoir de voir, à travers cet accord national, leur pays reprendre les chemins de la démocratie. Cet événement donna immédiatement lieu, au sein des nombreux courants religieux et magiques que compte le Brésil5, à une mise en œuvre spectaculaire de tous les éléments matériels et symboliques susceptibles de contrer ce funeste destin. Puis, dans les mois qui suivirent l’issue fatale et la montée au pouvoir de son suppléant, José Sarney, qui avait précédemment soutenu les généraux, on vit fleurir en tous milieux une série d’interprétations qui tentaient de donner un peu de sens à ce coup du sort.

  • 6 Cette petite ville de l'état de Minas Gerais, lieu de résidence du médium Chico Xavier, peut être (...)

27C’est en s’appuyant à la fois sur leur credo et sur le contenu de l'ouvrage dont je traite ici que certains milieux spirites élaborèrent, au fil du temps, leur propre explication des faits. Les divers détails de celle-ci me furent livrés par plusieurs adeptes du kardécisme dans les villes de Sao Paulo, Salvador de Bahia et Uberaba6 lors des recherches que j’y ai menées sur le mouvement social spirite entre 1987 et 1989. En voici la teneur :

Tous les malheurs politiques actuels du Brésil sont dus à la répression exercée contre les membres de la « Inconfidencia Mineira ». Ils ne finiront que lorsque tous les protagonistes, c’est-à-dire les 12 conjurés, y compris le traître, auront vécu une nouvelle incarnation. Il apparaît que, au-delà de ce qui est écrit en toutes lettres dans le livre, l'esprit-auteur – Tomas Gonzaga – aurait donné à divers autres médiums des précisions sur la nouvelle identité de ceux qui se sont déjà réincarnés. Mais, là, on enregistre des variations très fortes d’un interprète à l’autre. Cependant, un accord total se fait autour de l’événement clé que fut la mort de Tancredo Neves. Celui-ci n’aurait été pas moins que la réincarnation du traître et devait, de ce fait, payer cette vilenie dans son existence récente.

28C’est dans les circonstances de sa mort que, selon les spirites, s’est fait ce rachat.

Entre le moment de l’annonce de sa crise et son décès, le futur président a été opéré en vain sept fois. Or, les sept morceaux du corps de Tiradentes, résultant de son supplice, ont ensuite été déposés tout au long de la route qui menait de Rio (lieu de l’exécution) à Sao José del Rei, d’ou il était originaire et qui porte aujourd’hui son nom ; cette route passe par la ville natale de Tancredo Neves, Sao Joao del Rei, où ce dernier est maintenant enterré.

29L’autre élément qui vient conforter cette explication spirite et qui ressortit, lui aussi, à la loi des correspondances, tient au choix de son vice-président, qu’il avait fait après de nombreuses consultations et négociations. « Il ne pouvait pas, m’a-t-on dit, en faire un autre car il avait, en fait, dans cette vie antérieure, contracté une dette envers José Sarney ». Celui-ci, qui est l’un des leaders politiques de l’état du Maranhao (Nord-est du Brésil), serait à son tour la réincarnation de l’ami qui avait donné asile à celui qui fuyait alors vers le nord la vindicte de ses ex-compagnons de conspiration. Il fallait donc que soit soldé, de nos jours, ce passif qui remontait à deux siècles.

30Il est clair que les spirites ne sont pas les seuls au Brésil à utiliser la loi des correspondances dans leurs interprétations du réel mais on observe, dans cet univers symbolique particulier la création de ce que Cassirer a appelé un « domaine médian » à partir d’une explication cohérente avec les éléments fondamentaux de la doctrine (la séquence réincarnationniste et la dynamique évolutionniste qui l’accompagne) qui met en évidence la façon dont le mythe peut, dans une société historique, jouer pour certaines personnes un nouveau rôle de protecteur par rapport à un réel trop angoissant et complexe.

Bibliographie

Bibliographie

Auteurs spirites :

GAMA, Zilda : Na Sombra e na Luz, 1923, éd. F.E.B., Rio (12ème édition, 1987).

KARDEC, Allan : Le Livre des Esprits, éd. Dervy, Paris, 1984.

LACERDA, Fernando de : Do pais da Luz, 4 volumes, éd. F.E.B., Rio, 1912/1919, 3ème édition, 1982/84.

MIRANDA, H. C. et DOS ANJOS, L. : Eu sou Camille Desmoulins (A Revoluçao francesa revelada por um de seus lideres), éd. Arte e Cultura, Niteroi, 1989.

PEREIRA, Yvonne A. : Nas voragens do pecado, O Cavaleiro de Numiers, O drama da Bretanha, tous trois publiés par la F.E.B., Rio, 1973. Consultées, respectivement, 7ème édition (1987), 6ème édition (1987) et 4ème édition (1986).

VASCONCELLOS, Marilusa M. : Confidências de um Inconfidente, Edicel, Sao Paulo, 1983.

Auteurs non-spirites :

AUBREE, Marion : « Entre tradition et modernité, les religions », Temps modernes, BRÉSIL, no 491, juin 1987, pp. 142/160.

AUBREE, M, et LAPLANTINE, F. : Le Livre, la Table et les Esprits, J.-C. Lattès, Paris, 1990.

BRAUDE, Ann : Radical Spirits, Beacon Press, Boston, 1989.

CASSIRER, Ernst : La Philosophie des formes symboliques, tome II, éd. de Minuit, Paris, 1972.

EDELMAN, Nicole : Voyantes, guérisseuses et visionnaires : somnambules et médiums en France (1785-1914), thèse de doctorat, Genève, 1991.

HARTOG, François : Le Miroir d’Hérodote, Gallimard, Paris, 1985.

JUNG C.-G. et KERENYI, C : L’Essence de la mythologie, Payot, Paris, 1980.

Notes

1 Cf. Voyantes, guérisseuses et visionnaires : somnambules et médiums en France (1785-1914), thèse de doctorat, Genève, 1991.

2 Cf. Ann Braude : Radical Spirits, Beacon Press, Boston, 1989, p. 18.

3 Voir préface à Na Sombra e na Luz. pp. 10/12.

4 Durant la dictature des militaires, ceux-ci ont tenté de sauver les apparences à travers le maintien d’un Congrès où siégeaient deux partis autorisés : l'ARENA, qui les soutenait, et le PMDB, qui faisait office de « parti d’opposition » mais n’avait aucune chance de voir ratifier la moindre de ses propositions.

5 Pour plus de précisions sur cet événement et le panorama religieux brésilien, voir Marion Aubrée : « Entre tradition et modernité : les religions », Les Temps modernes – BRESIL, no 491, juin 1987, pp. 142/160.

6 Cette petite ville de l'état de Minas Gerais, lieu de résidence du médium Chico Xavier, peut être considérée actuellement comme la « ville sacrée· du spiritisme brésilien.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.