Desktop versionMobile version

Le Défi magique, volume 1

 | 
François Laplantine
, 
Jean-Baptiste Martin

Ésotérisme et spiritisme au Brésil

L’influence de l’ésotérisme français au Brésil

Liana Maria Salvia Trindade and Francisco Valente

Abstract

This is a study on the historical and sociocultural conditions that have brought about the creation of french esoterism in Sao Paulo (Brazil) at the turn of the century. Between 1905 and 1908 the ideas of Saint Martin, Papus and Mesmer arrived in south-west Brazil thanks to the O Pensamento editors, supported by Durville in Paris and by Durville’s publisher son. The esoteric circle in Sao Paulo was made up of people from the urban middle-class and by liberal and positivist intellectuals. Our study concludes that esoterism was the powerhouse behind modernity for the young Republic. Moreover we have concluded that despite the influence of north-american esoterism on the present-day brazilian esoteric movement, the french influence remains present through the accent placed on mystic belief towards the Count of Saint-Germain and reveals the predominance of french imaginariness.

Full text

1Au début du siècle, quand les religions afro-brésiliennes, les activités ésotériques et kardécistes furent discriminées par les codes la classe urbaine avait fait juridiques, moyenne son choix pour les idées spiritualistes, venues d’Europe. La classe moyenne trouva dans le positivisme français les directives d’une idéologie libérale, tournée vers le développement rapide, mais elle gardait toujours le mysticisme et la superstition qui lui étaient caractéristiques. On cherchait donc à mettre en accord la religion avec la doctrine du positivisme. Cette union a été rendue possible grâce à la création comtienne d’une religion positiviste.

2Au Brésil, le positivisme acquiert un caractère religieux de façon prédominante. En dépit des dissensions internes parmi les adeptes du positivisme au regard de cette question, ceux qui résistaient à l’interférence religieuse dans le domaine scientifique n’ont pas eu la force d’imposer leurs idées face au climat mystique créé autour de l’église positiviste.

3Le temple positiviste, inauguré en 1890, dans la rue Benjamin Constant à Rio de Janeiro, reproduit la culture catholique, instituant les sacrements ainsi que le sacerdoce des apôtres de l’humanité, inspiré par la vierge sainte Clothilde, muse inspiratrice d’Auguste Comte.

4Le journaliste Joao do Rio reproduit le dialogue qu’il a eu, lors de sa visite au temple, avec un vieux positiviste. Ce dialogue, où il relate des faits très importants sur le positivisme au Brésil, est clans le livre de Joao do Rio As religioes do Rio (Les religions de Rio) publié en 1906. En réponse à Joao do Rio, le vieux positiviste parle ainsi :

Le positivisme est une religion qui a du respect pour les religions du passé et dont la doctrine l’emporte sur la révélation. Il est né de la rupture entre le catholicisme et l’évolution scientifique depuis le XVIIe siècle jusqu’à nos jours. De Maistre affirmait que le catholicisme allait subir beaucoup de transformations avant la réunion de la science à la religion. Comte a découvert la loi des trois états, la clé de la sociologie, et lorsqu’il est devenu un grand philosophe, Clothilde lui est apparue et lui a enseigné que l’intelligence n’est que le « ministre du cœur ».

5Dans cette interprétation biaisée du positivisme, on introduit une optique mystique de la pensée comtienne où la présence du philosophe conservateur et mystique Joseph de Maistre s’impose dans la formation de la doctrine du positivisme.

6La rencontre entre les systèmes de doctrine de l'ésotérisme moderne et les premières notions du positivisme sociologique et expérimental avait eu lieu avant la systématisation méthodologique d’Auguste Comte, soit à la fin du XVIIIe siècle par Joseph de Maistre. Comte avait reconnu dans ce philosophe social, adepte des doctrines ésotériques de Saint-Martin, un des précurseurs de la sociologie politique expérimentale, mais il le considérait comme un représentant de la phase mystique qui devait être surpassée, envisageant la construction de l’étage supérieur du positivisme scientifique. Les nouvelles générations de militaires républicains se sont rattachées au positivisme et ont établi, avec l'aide de cette doctrine, les préceptes du nationalisme, du libéralisme politique, ainsi que des prémisses ésotériques de la franc-maçonnerie. La théorie de l’évolutionnisme social que le positivisme partageait avec les autres points de vue historiques et sociologiques de l’époque trouvait une correspondance dans la théorie de l’évolution des esprits, démontrée dans la notion de réincarnation définie par Allan Kardec. Ces théories s’adaptaient notamment (dans le sens proposé par Max Weber) aux aspirations et valeurs de la société dominante, tournée vers l’idéologie du progrès linéaire et évolutif, fondé dans l'ordre social stratifié. Pendant la première décennie du XXe siècle, la connaissance ésotérique comprenait les croyances de l’occultisme, le magnétisme de Mesmer, la cabale, les doctrines des « Rosa Cruz ». Cette connaissance était largement enseignée aux Etats-Unis, en Angleterre et en France au moyen de conférences, publications et symposiums. La magie naturelle des éléments déterminants de l’existence humaine était traitée en sujet possible d'expérimentation et exposés au moyen d’un discours scientifique. De cette façon, la polémique des derniers siècles, entre magie culturelle et science, sera rompue, et on verra la consolidation de la notion d’une nouvelle harmonie entre science et foi, magie naturelle et connaissance scientifique. L’élite de Sao Paulo et la nouvelle classe émergente constituée de cadres du service public, de militaires, d’académiciens, de représentants de l’ethos urbain de Sao Paulo, cherchaient dans la littérature importée les chemins de la modernité. Après la crise du café en 1907 et la baisse des activités du commerce et de l’industrie, cette bourgeoisie qui s’était affirmée grâce au développement lié au café lisait des romans gothiques et des feuilletons romantiques ou réalistes. Elle voulait s’actualiser selon les modèles esthétiques, philosophiques et scientifiques de l'Europe. Sa religiosité était alors dirigée non seulement vers le catholicisme de l’Eglise de Rome, conservatrice et toujours en conflit avec les idées libérales positivistes de la mentalité républicaine, mais aussi vers la spiritualité des doctrines ésotériques et kardécistes. Dans les dernières années de la première décennie, la ville de Sao Paulo passait par le stade de l’urbanisation, grâce à la croissance de son industrie et de la population, conséquence du mouvement migratoire. A cause de la crise du café de 1907, les investissements se tournent vers l'industrie et le commerce. Dans la capitale de l’Etat de Sao Paulo, il y avait cette année-là 729 usines et, en 1910, 828, ce qui en faisait la ville industrielle la plus importante du pays. C’étaient des entreprises de petite taille ; sur les 729 usines existant en 1907, 648 avaient moins de 6 ouvriers, 16 avaient de 6 à 12 ouvriers et 54 plus de 12 ouvriers. Son importance a crû avec l’immigration européenne qui a augmenté le nombre relatif des ouvriers dans les vieilles et nouvelles usines. En 1900, la population de Sao Paulo était de 239 820 habitants. Dans cette vie sociale apparaît un groupe d'intellectuels qui s’est voué à l’étude et à la divulgation de la connaissance ésotérique. En 1907, ce groupe établit dans la ville de Sao Paulo une loge d’occultisme appelée « Amor e Verdade » (Amour et Vérité). Le personnage principal de ce groupe est Antonio Livio Rodrigues, un riche commerçant, né au Portugal, qui fut le premier à établir des rapports avec des éditeurs français spécialisés dans les livres ésotériques et avec les représentants des centres d’astrologie installés en France, Allemagne et Angleterre. Il conclut des accords pour l’exportation de livres et de produits relatifs à ce culte. Ayant pour but de divulguer la philosophie hermétique, il fait faire la traduction en portugais des livres importés, et fait vendre des objets magiques (des talismans, des triangles magnétiques, des miroirs et des aimants).Pour inaugurer sa maison d’édition, qui s’appelle « O pensamento » (La Pensée), Olivio Rodrigues fait publier en décembre 1907 le magazine qui porte le même nom que la maison d’édition. Le bureau de la rédaction du magazine était installé au numéro 2 de la rue Gloria, près de la place Joao Mendes. A la page de garde du premier numéro on peut lire :

...périodique mensuel, indépendant de toute secte religieuse ou scientifique, traitant exclusivement des cures magnétiques, de la thérapeutique suggestive, du magnétisme personnel, de l’astrologie, de la clairvoyance, en résumé de toutes les questions sur le psychisme en général.

7Cette ligne d’édition ne se définit donc pas comme religieuse mais comme divulgatrice des connaissances scientifiques sur le psychisme et le magnétisme, justifiée par les expériences de la « science » européenne.

8« O Pensamento », la double entreprise – maison d’édition et d’imprimerie – toujours placée sous la gestion de Antonio Olivio Rodrigues, annonce dans le numéro 7 de son magazine, publié en juin 1908 et en vente à la librairie Magalhaes qui vendait également des talismans magiques importés des centres d’astrologie européens :

...Nous sommes au point de recevoir des triangles magiques, de magnifiques miroirs en forme de triangles, venus d’Allemagne, une commande faite par Brazil Psycho Astrologico.

9Dans une autre page du même magazine : « La maison « Pensamento » a commandé en Europe une grande quantité de livres sur le magnétisme, le psychisme, et l’occultisme. La maison recevra aussi les fameux aimants du savant très connu Μ. H. Durville, auteur du livre Le Magnétisme personnel. Ce livre, écrit en français (il n’y a pas de notice sur la maison éditrice d’origine), fut traduit en 1908 en portugais par la maison d’édition « O Pensamento ».

10En 1909, Antonio Olivio Rodrigues fonde le Circulo Esoterico de Comunhao de Pensamentos – « Cercle ésotérique de communion de la pensée » – qui, à l’occasion de son vingtième anniversaire, comptait 48 292 associés dans le pays. La fête en hommage à sa fondation eut lieu dans un luxueux palais situé au numéro 29 de la rue « da Gloria » en présence des chefs militaires, autorités civiles, représentants de la bourgeoisie de Sao Paulo, commerçants et intellectuels. Dans son discours de commémoration, l’orateur, après un bref résumé de l’histoire du Cercle ésotérique, et un hommage à son créateur, parle du problème de la science et de la spiritualité ; il assure que l’une est liée à l’autre dans le Cercle et sa croyance « ...par l’autorité assurée de la science positive et expérimentale. »

11De cette façon, l’ésotérisme est compris comme une science du psychisme expérimental.

12Au Congrès international de Psychologie expérimentale qui s’est tenu à Paris le 15 novembre 1910 sous la présidence de M. Fabeus Champville, adepte du mesmérisme, les membres de l’ésotérisme paulistain enverront un représentant de la maison d’édition « O Pensamento ».

13Antonio Olivio Rodrigues, avec la collaboration de Hector Durville, directeur de la Société magnétique de Paris, instituera en 1909 la Société magnétique brésilienne, qui suivra les mêmes propos et statuts que la Société française. Il y a, alors, intensification des relations commerciales entre la maison brésilienne « O Pensamento », l’institut magnétique de France et la librairie du magnétisme et de l’occultisme, les deux dernières étant placées sous la direction d’Hector Durville.

14Antonio Olivio Rodrigues, directeur des éditions de « O Pensamento » acquit les droits de traduction en langue portugaise et l’exclusivité de la représentation des éditions françaises dirigées par Hector Durville et les éditeurs Henri Durville fils. Cette presse française devient le représentant exclusif des éditions brésiliennes de la « Bibliothèque Psychique et d’astrologie » et de la revue « O Pensamento », organes se rattachant à la Presse ésotérique de Antonio Rodrigues.

15Entre les années 1907 et 1910, la maison d’édition « O Pensamento » fit la traduction et publia les œuvres suivantes des auteurs français :

  • Revue de spiritisme moderne, ed. Pallation, Paris, 1908 ;
  • L’Année occultiste et psychique, ed. Rue Blanche, Paris, 1908 ;
  • L’Initiation : Revue philosophique des hautes études, Publication de Paers, Paris, 1908 ;
  • La Vie mystérieuse, Publication de Paers, Léon Dires et Fabers Champaville, 1908 ;
  • Le Journal sur le magnétisme (au début il a été publié par le baron Patet, ensuite il a été compris dans la fédération de Hector Durville), éd. par Hervé Durville, Fils, 1910 ;
  • l’œuvre La Magie, de D’Aggrupa, ed. Henri Durville, Fils, Paris, 1910 ;
  • et les Œuvres de Eliphas Lévi, éd. Henri Durville, Fils, Paris, 1910.

16Dans ce sens, on peut comprendre la place occupée par la figure mythique du comte de Saint-Germain dans l’imaginaire de la bourgeoisie brésilienne. Ses doctrines ont été diffusées par les sectes théosophiques, par l’école néo-pytagoricienne, ainsi que par les écoles suisse et nord-américaine nommées « Pont pour la Liberté ».

17Le comte de Saint-Germain représente l’individualisme et le pragmatisme américains ainsi que la mythique du héros aristocratique, mage et politicien habitué de la cour française. Il introduit avec son rayon violet l’espoir de modernité du capitalisme brésilien, la rencontre de l’imaginaire avec le réel dans une société qui cherche à effacer son passé de société foncière. Il prêche la liberté de l’action individuelle et affirme être pour l'auto-réalisation et l’autonomie des hommes. Cette divinité de la bourgeoisie brésilienne surgit dans les centres ésotériques des quartiers de São Paulo comme l’homme qui ne meurt jamais. Grâce à son astuce politique, sa magie, il assure, depuis le XVIIIe siècle, l’action pragmatique basée sur la magie rationalisée.

18Au Brésil, le culte de Saint-Germain présente deux versants en tout point similaires, incluant la bonne relation maintenue entre les membres dirigeants des « tempels », le mouvement « Pont pour la Liberté » et le mouvement « AVATAR ».

19Malgré son insertion dans la société brésilienne à partir des modèles semblables existant dans les Etats-Unis d’Amérique entre 1930 et 1950, les deux courants considèrent Saint-Germain comme un « ascensionniste » d’origine européenne et française.

20Il est intéressant de noter que la majorité des membres et tous les dirigeants des deux mouvements se prévalent de convictions religieuses liées à l’ésotérisme, spécifiquement le kardécisme et la théosophie.

21En ce qui concerne l’axe d’orientation de ses dirigeants qui sont revenus en Europe de manière générale, on peut noter une liaison diffuse avec les sectes orientales (ce qui a été observé à travers le répertoire d’expressions utilisées par ceux qui ont intégré ces groupes, pour expliquer certains des fondements et rituels).

22Cet éclectisme s’observe aussi par l’appel à l’éthique, où les expressions discursives du type « faire le bien », le « compromis avec la vérité », « traiter le prochain avec égalité » se mêlent à des attentes de réalisation de vie matérielle ici et maintenant (présentes dans les invocations à Saint-Germain visant une prospérité financière dans le mouvement AVATAR). Questionnés sur les bases philosophiques du culte à Saint-Germain, les dirigeants ont répondu que les principes et enseignements étaient les mêmes que ceux de la théosophie d’Hélène Blavatski.

23Des expressions magico-religieuses typiques de la classe moyenne urbaine, telles que le « Pont pour la Liberté » (qui ne garde aucun lien avec le mouvement similaire nord-américain, qui est devenu une Eglise de la nouvelle ère du Christ), et l’AVATAR, n’ont pas révélé un intérêt manifeste pour le prosélytisme, et n’ont pas opéré de distinction entre les personnes qui les recherchaient dans leurs lieux de culte.

24Leur distribution géographique à l’intérieur du Brésil est conditionnée par l’intérêt de leurs dirigeants qui sont également les soutiens financiers (les deux mouvements ont déclaré qu’ils n’avaient aucune autre source de soutien que les contributions spontanées) et cette distribution s’est considérablement accrue.

25São Paulo, Rio de Janeiro, Parana et Rio Grande do Sul sont les Etats brésiliens où l’on observe une grande concentration de temples, une trentaine au total.

26Si l’on peut compter des milliers d’initiateurs informels qui agissent par la lecture, leurs publications (imprimées et distribuées gratuitement) ou grâce au paiement de quelques contributions effectuées soit par la Fondation éducationnelle et éditoriale universaliste de Porto Alegre, au sud du Brésil (collaboration pouvant s’exercer au profit d’autres mouvements et groupes religieux), ceux qui fréquentent les « temples » ne dépassent pas quelques centaines. Grâce au contact maintenu avec le « Pont pour la Liberté », on a pu observer le début d’une tendance de dissémination du culte à l'intérieur de São Paulo et Parana de la part de membre autonomes habitants de ces Etats, disposés à maintenir « un local d’adoration » à Saint-Germain, à travers des filaments du « temple » de São Paulo, qui accompagne la tendance croissante de l’appel à l’ésotérisme dans les grands centre urbains brésiliens, tendance qui est certainement motivée par la crise morale et l’absence de perspectives pour la classe moyenne, entraînées par la crise économique et financière que le pays traverse à cette époque.

27Historiquement, le culte de Saint-Germain est né au Brésil à la fin des années soixante, grâce à l’initiative du Dr Silvina Diedriech, à Porto Alegre au sud du pays, et par l’inspiration du mouvement semblable nord américain (Pont pour la Liberté). La liaison avec le mouvement « I am », créé aux Etats-Unis d’Amérique par le couple Ballard dans les années 30, a été possible au départ par l’utilisation du matériel littéraire de cette organisation, assez agressive dans l’expansion de sa doctrine. Cependant, c’est le mouvement « Valahy », né à Genève, en Suisse, en 1954, qui a eu l'influence la plus forte sur les groupes brésiliens, surtout après son installation à Rio de Janeiro, au début des années soixante, par le Dr Marizia Fontoura Leinz, qui fut touché par les propositions humanistes d’André Dauphange, précurseur de « Vahaly » en Belgique.

28En plus du culte de Saint-Germain, observé dans les mouvements « Pont pour la Liberté » et « AVATAR », il faut signaler la présence du Comte dans les temples maçonniques mixtes de São Paulo où il apparaît comme le « Comte Racoksy » (c’est le nom de famille supposé de Saint-Germain selon la version qui la fait descendre d’une antique famille de la noblesse hongroise), et c’est l’un des noms sous lesquels il a été connu au XVIIIe siècle en France et dans les autres pays où il a vécu ou transité.

29Dans d’autres groupes ésotériques sans expression définie, Saint-Germain figure aux côtés de El Morya et de Jésus-Christ, entre autres comme « ascensionnistes » qui dirigent la destinée de l’humanité.

Bibliography

Bibliographie

INTROVIGNE, Massimo, Il capello del Mago, Sudarco Edizioni, Milano, Italia, 1990.

Grupo AVATAR, Livro de Decretos, Fund. Educational e Editorial Universalista, Porto Alegre (RS), Brasil, 1990.

GYNSKA Tola, En Sou « I Am » – O Reino de Aquario, Vahaly Brasil, Rio de Janeiro (RJ), Brasil, 1986

Revista O pensamento, ed. O Pensamento, numéros 1, 2, 3, 4, 5, 1907-1908.

RIO Joao do ; As Religioes do Rio, ed. Itatiaia, 1906.TRINDADE, Liana, As Raizes Ideologicas das Teorias Sociais, ed. Atica, Sao Paulo, 1978, Col. Ensaios, no 40.
Construcçoes Miticas e Historia, (M.S.), Tese de Livre-Dooencia..

Author(s)

Faculdade de Filosofia, Letras e Ciencias Huamanas da Universidade de São Paulo.

Faculdade de Filosofia, Letras e Ciencias Huamanas da Universidade de São Paulo.

© Presses universitaires de Lyon, 1994

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search