Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Journalisme d’Ancien Régime

 | 
Pierre Rétat

Samedi 13 juin matin. Séance dirigée par Jean Ehrard

Une fonction du périodique : du manuscrit au livre

Robert Favre

Texte intégral

1Face à la production littéraire, le journaliste intervient d’ordinaire pour désigner, rendre compte, juger, donc après la confection et la diffusion du livre. Il peut aussi, sur la demande du libraire ou de l’auteur, devancer la diffusion quand il la prépare en annonçant un projet, une souscription : mais alors même un périodique ne participe que de façon très indirecte à la naissance de l’objet-livre, « sans engagement », peut-on dire. Pour les gens de lettres, un journaliste - « pauvre diable » ou non - reste somme toute un parasite plutôt qu’un collaborateur. D’où leur dédain, si ambigu qu’il se révèle à l’examen...

  • 1 Op. cit., P.U. Grenoble, p. 271-280. Ce rôle est un aspect essentiel de la « mission » dont Marmont (...)

2Pourtant il faut relever l’oubli que commettent les meilleurs esprits lorsqu’ils considèrent le périodique comme « une bibliographie imprimée» qui ne signale que « la dernière période de la production des livres, celle de la vente ». Je reprends ici - dans une provocation cordiale - des formules extraites de l’étude exemplaire que J. Wagner a consacrée à Marmontel journaliste ; mais lui-même prend alors pour garant Robert Estivals (p. 39, note 13). Telle est certes la perspective où nous place devant la presse notre pratique habituelle de chercheurs. Cependant nous connaissons tous le rôle qu’a joué la Correspondance littéraire de Grimm et Meister pour la première publication, posthume ou anthume, de manuscrits de Diderot et il conviendrait de généraliser l’examen de ce type de rapport qui se noue entre le journalisme et la littérature. En effet, préparant avec ou sans succès « la dernière période de la production des livres », le journal se propose comme un état intermédiaire entre manuscrit et livre pour la prépublication de textes inédits, ce dont J. Wagner n’a pas manqué de faire état au passage, précisément parce que Marmontel journaliste a joué là un rôle déterminant1.

  • 2 De ce Gilles de Caux, le Dictionnaire des lettres françaises, XVIIIème siècle, prétend qu’il mouru (...)

3Les pages qui suivent ne sont qu’une ébauche, ou au mieux une invitation à développer une recherche. Les éléments qui ont été utilisés proviennent de travaux déjà connus, d’observations occasionnelles, de quelques sondages très récents, sondages aléatoires au fil d’autres recherches, sondages systématiques mais limités, notamment dans le périodique le plus fructueusement exploitable en l’occurrence, le Mercure de France. Presque tout reste à faire. Les erreurs sont aisées, en particulier en fait d’inédit. Ainsi le Journal encyclopédique publie le 15 mai 1757 (p. 111-114) « L’Horloge de sable. Figure de la vie humaine. Poème de M. de Caux, auteur de la tragédie de Marius » qui, elle, date de 17162. Or, cette pièce n’est nullement un inédit exhumé, c’est la reprise, avec un titre un peu modifié, de l’Horloge de sable. Figure du monde, louée par Boileau, éditée en 1714 et souvent rééditée dans des recueils collectifs. Cette poésie morale sur le thème du temps fugace n’est pas une découverte de journaliste, mais pourrait bien avoir servi à fournir de la copie. Comme d’autre part beaucoup de textes publiés d’abord dans la presse sont anonymes, l’enquête est difficile pour des résultats souvent médiocres ou décevants. Risquer en de telles conditions une approche quantitative exposerait à de lourds mécomptes.

4Néanmoins, il n’est pas vain d’examiner cette sixième fonction du périodique. Les cinq fonctions habituellement attribuées à la presse sont définies surtout en considération du service rendu au public :

  • l’information apporte - ou crée - l’événement et le commente ;
  • le renseignement vise à faciliter la vie quotidienne de chacun ;
  • le divertissement procure la détente ;
  • le dévoilement de comportements déviants correspond à une fonction thérapeutique, car il aide les lecteurs « à se défouler par le rêve ou l’indignation ou en leur offrant des sujets de conversation » ;
  • l’intégration sociale s’effectue par « le dialogue avec le monde », toute lecture de journal étant « par excellence un acte de participation »3.

5Or nous pouvons distinguer encore une fonction de promotion, où l’offre de service concerne moins le public que, d’abord, les auteurs : le périodique leur est ouvert comme un espace intermédiaire entre leur cabinet de travail et la boutique du libraire, entre leur solitude, ou le petit cercle familier, et le large public auquel ils prétendent accéder. Assurément, un inédit publié vaut information comme la plus sèche nouvelle littéraire ; il peut apporter divertissement, thérapie et intégration sociale, pour le lecteur. Mais pour l’auteur, l’intégration s’exerce selon un mode original, soit que l’homme de lettres inconnu trouve chance d’être lu et élu, soit que l’auteur peu ou prou confirmé prépare le public à accueillir une œuvre nouvelle. Et tandis que l’extrait, les « bonnes feuilles » supposent l’existence du livre, l’inédit dans le périodique le propose. D’autre part, l’opération s’apparente à une annonce publicitaire, mais avec cette différence que l’annonce est le « produit » lui-même, et que sa présentation valorise le périodique dont elle devient la matière même, alors que le message publicitaire reste un corps étranger ; en outre, ce peut être le journaliste qui a sollicité la publication et qui en espère avantage autant ou plus que l’auteur.

  • 4 Voir J. Sgard, Prévost romancier, J. Corti, 1968, p. 611. C’est Didot qui édite le P.C.
  • 5 Ces œuvres paraissent en 1802 et 1806 ; Jean-François Guichard, né en 1731, meurt en 1811.

6Les circonstances et les effets sont à coup sûr fort divers, de même que les genres littéraires que concerne cette pratique. A la fin de 1735, Prévost publie presque simultanément sa traduction d’une tragédie de Dryden, Tout pour l’amour, d’une part dans son Pour et contre, d’autre part chez Didot4. Cas étrange, où l’auteur-journaliste, déjà célèbre d’ailleurs, semble se faire le propre concurrent de son libraire. Est-ce accident, maladresse, intention délibérée ? Mais voici deux cas simples et exemplairement opposés, concernant des obscurs. Dans le Mercure, en janvier et février 1725, paraît une Nouvelle portugaise de Jacques Vergier, mort en 1720, dont les Oeuvres diverses, puis les Contes, nouvelles et poésies sont édités en 1726 et 1727. Le journaliste, apparemment, a voulu prolonger la renommée posthume de Vergier, dont il avait été lui-même peu soucieux, mais dont ses nombreux amis prennent soin. Inversement, nous voyons s’affirmer peu à peu dans le Mercure de 1758 un poète qui signe d’abord « l’Anonyme de Chartrais » (Chartrettes) ; quelques mois plus tard il dévoile son identité au bas d’un poème « sur la mort d’un ami » : il est « M.Guichard, de Chartrait, près Melun », en août 1759 ; en décembre il signe tout uniment «Guichard» une fable : « la Beauté et la modestie ». Il a atteint la notoriété, ayant fait jouer le 18 août à l’Opéra-Comique une pièce en un acte mêlée d’ariettes que va publier Duchesne. Pourtant les recueils des œuvres de Guichard - Contes et autres poésies, Fables et autres poésies suivies de quelques morceaux de prose - vont attendre plus de quarante ans leur édition sous son nom5. Réussite précaire et très partielle. Mais peut-être trouverait-on cette signature dans des recueils collectifs parus entre temps.

7Guichard se nomme Légion. Si des mondains se satisfont de contribuer, en amateurs anonymes et fugitifs, au divertissement collectif des abonnés à leur journal, des gens de lettres obtiennent du périodique le droit de se faire un nom, d’accéder au livre, utilisent le périodique comme le conservatoire et le lieu d’exposition des pièces dont ils pourront constituer un « Recueil », personnel ou collectif. Cela vaut évidemment pour des genres littéraires brefs, dont la présence constitue vite une tradition, mais il ne manque pas d’exemples d’œuvres débordant sur plusieurs livraisons.

  • 6 R. Pisapia, « Le conte moral (1750-1830) : réflexions à partir d’une bibliographie », in Études et (...)

8Sur les nouvelles et les contes, je renvoie à J. Wagner, ainsi qu’à un récent article de Roger Pisapia, en attendant la très prochaine publication d’une étude d’Angus Martin6. R. Pisapia cite, outre Marmontel, de nombreux auteurs de contes publiés dans le Mercure de France, mais aussi dans le Conservateur et le Journal étranger, et ensuite dans des recueils personnels ou collectifs : Mme de Charrière, Bastide, Bricaire de La Dixmerie, Brunet de Baines, Barthélémy Imbert, Mme de Genlis, La Place ; il ajoute :

« Souvent le conte, œuvre courte, est diffusé par la presse périodique avant de connaître une publication en volume ou en recueil, ce qui constitue une édition préoriginale qu’il n’est pas toujours aisé de retrouver (...) La presse joue un rôle fondamental de diffusion pour des œuvres médiocres, mais qui contribuent à modeler les mentalités » (p.157).

  • 7 Voir J. Sgard, « La Place », Dictionnaire des journalistes (D.J.) et sa référence à I. Cobb, Pierr (...)
  • 8 On rectifiera ici la notice « La Dixmerie » du D.J. : l’édition de 1765 en 2 vol. et celle de 1766 (...)
  • 9 M.F., février 1765, p. 104-105.
  • 10 C.L.. 1er décembre 1764 (VI, 142).
  • 11 Voir notamment de janvier à juillet 1771.
  • 12 Y. Belaval, « Les protagonistes du Rêve de d’Alembert », Diderot Studies, III, 1961, p. 27-53 ; B. (...)
  • 13 Dans le M.F. de février 1760, un érudit lorrain signe « M.de Bermann, bachelier en droit, à Pont-à (...)

9Remarquons que les contes et autres pièces d’Imbert sont publiés sous son nom avec quelque retard, en 1783, dans les recueils Lectures du matin et Lectures variées ; de même La Place ne publie ses contes qu’en 17887. Au contraire Le Noble qui marque les débuts littéraires de Mme de Charrière en août 1762 dans le Journal étranger, paraît dès 1763 en volume et sera réédité en 1771, puis encore en recueil en 1787. Sur les quinze Contes philosophiques et moraux de La Dixmerie, édités en 17658 , neuf ont déjà été publiés dans le Mercure des années précédentes, comme le volume de février ne manque pas de le souligner9  ; et la Correspondance littéraire de Grimm ne manque pas d’ironiser sur ce fait, et sur le profit que retirent les auteurs favoris du Mercure du grand succès obtenu par Marmontel avec ses Contes moraux10. A propos de La Dixmerie, on notera que contrairement au succès de ses contes, la série de dialogues des morts qu’il publie dans le Mercure n’a jamais été réunie en volume11. Le dialogue des morts, genre souvent exploité dans le Mercure, illustré par Fontenelle et Fénelon, pratiqué par Montesquieu et Voltaire, a aussi tenté Diderot dont le Rêve faillit être de Démocrite12. Mais - cela expliquerait-il aussi le revirement de Diderot ? - ce genre si bien représenté au fil des livraisons périodiques semble avoir perdu un public de lecteurs de livres13.

  • 14 On va répétant que Daniel Defoe a d’abord donné son roman aux lecteurs du Daily Post en 1719. M. P (...)

10Le succès des nouvelles et des contes, moraux ou non, s’étale largement grâce à la presse. Parmi d’autres exemples avant celui de Marmontel, retenons surtout Baculard d’Arnaud qui doit une bonne part de sa notoriété aux pièces de prose et aux nouvelles publiées dans les Nouveaux Amusements du cœur et de l’esprit entre 1739 et 1742, puis dans le Mercure. Plus tard, aux noms déjà mentionnés, Cioranescu - qui relève les publications dans les périodiques - permet d’en ajouter d’autres, de Mme Benoist à Willemain d’Abancourt dont plusieurs contes paraissent notamment dans le Mercure de 1771. D’autre part, Voltaire daigne laisser publier enfin son Crocheteur borgne, qui attendait depuis 1747, dans le Journal des Dames de mars 1774. Et dans le même journal, grâce à Dorat, paraît anonyme en juin 1777 Point de lendemain de Vivant Denon. La place faite aux contes - entre 8 et 32 pages, et une moyenne de 16 pages par livraison du Mercure dans l’année 1758 - ne déséquilibre pas le périodique ; cependant, quelques œuvres copieuses sont réparties sur deux numéros, et l’on peut même trouver par exemple un roman de Huerne de la Mothe, les Lettres et Mémoires de Mlle de Gondreville et du comte de Saint-Fargeol, dont les deux parties s’étalent de mars à juin 1760 sur cinq livraisons du Mercure, les 236 pages se divisant en masses de 42 à 58 pages ; le livre va paraître en 1762. Voilà déjà le roman-feuilleton. Il est sans doute possible de lui trouver des précédents français, sans parler de Robinson Crusoë, l’ancêtre14.

  • 15 L’Almanach des Muses dresse régulièrement la liste des journaux qui publient des pièces de vers, d (...)

11Pour la poésie également, la fonction de promotion que remplit le journal est une évidence. Épigrammes, épitaphes, vers de circonstances diverses, chansons, poèmes plus consistants comme l’épître et la fable sont recueillis non seulement par le Mercure, mais aussi, par exemple vers 1765-1780, dans le Journal de Verdun, le Journal encyclopédique, le Journal des Dames, le Journal de Paris, et parfois dans l’Année littéraire, le Journal politique et littéraire, le Journal français, le Journal de Monsieur15. Encore le Mercure obtient-il en 1765 contre l’Avant coureur l’interdiction de publier des pièces fugitives. Et c’est l’année où naît l’Almanach des Muses.

  • 16 Almanach des Muses, 1767, 1773, 1776, 1777, 1786, 1787. - Voir les bibliographies de Laclos, notamm (...)

12Par les périodiques, les fabulistes s’affirment en même temps qu’ils constituent peu à peu la matière de leurs recueils : ainsi l’abbé Aubert, l’abbé Lemonnier, le duc de Nivernois. Lebrun, « secrétaire des commandements du prince de Conti », répugnera toujours à réunir ses œuvres pour la publication, mais non pas à tenir les lecteurs en haleine par des pièces livrées - de bon gré ou non - aux journaux : « L’Amour et les oiseleurs », dès octobre 1758 dans le Mercure, d’autres pièces dans le Journal français (1777), dans la Correspondance littéraire de Grimm (1778, 1779), puis dans la Décade jusqu’en 1805, et de nouveau dans le Mercure. Pour appâter le public, l’Almanach des Muses en 1777 offre en guise de bonnes feuilles « l’Union des arts et de l’amour ou l’Origine de la flûte » de Lemierre, en précisant que « ce morceau est tiré du poème des Fastes, qui doit paraître incessamment », et ne va en réalité paraître qu’en 1779. « Ouvrage qui doit paraître incessamment », la formule se retrouve dans le même Almanach de 1777 pour un fragment tiré d’un long poème didactique, l’Éloquence, que l’abbé Laserre publie à Lyon en 1778. Les Pièces fugitives que Saint-Lambert place à la suite de ses Saisons, les Poésies fugitives que Laclos publie cinq ans après les Liaisons dangereuses ont été d’abord connues du public par les périodiques : ainsi le Pygmalion de Saint-Lambert dans le Journal encyclopédique du 15 avril 1757, ainsi l’Épître à la mort de Laclos, connue grâce à l’Almanach des Muses de 1777, qui a publié ses oeuvrettes dès 176716  ; mais en 1787 Laclos ne retient pas tout ce qu’il a donné à l’Almanach des Muses et aux Correspondances littéraires de La Harpe et de Grimm.

  • 17 Marmontel salue l’ode comme « l’aurore d’une belle carrière poétique » et la publie dans le M.F. d (...)
  • 18 Janvier 1760, tome I, p. 80-91 ; t. II, p. 58-68.
  • 19 Janvier 1760, t. I, p. 18-25.
  • 20 Op. cit., p. 274.
  • 21 Les O.C. de Rousseau (Pléiade, II, 1893) reproduisent in extenso le texte du Journal de Verdun.

13J. Wagner a mis en relief le rôle de Marmontel comme directeur du Mercure soucieux de soutenir des auteurs à leurs débuts, à la fois par une critique élogieuse et par la publication intégrale d’inédits. Il aide ainsi « Malfilâtre de Caën », dont il publie l’« Ode sur le soleil fixe parmi les planètes » et la « Traduction du psaume 136 Super flumina Babylonis»17. Il accueille Delille pour sa traduction de fragments du IVème livre des Géorgiques, l’année suivante, en janvier 176018. A la suite d’une lettre de « Calypso à Télémaque », il écrit : « Voilà ce que j’ose appeler une belle Héroïde. Puissent les talents du jeune poète intéresser en sa faveur les véritables amis des lettres ! »19  ; ainsi Marmontel aide-t-il également La Harpe dont les Héroides nouvelles viennent de paraître en 1759. Politique persévérante, et fidèle aux intentions qu’il avait formulées dans l’« Avant-Propos » du Mercure en août 1758 : il veut être le « cultivateur » et l’« économe » des lettres ; « cultivateur », il nourrira l’« espérance » des « talents à l’entrée de la carrière ». Que ce projet et sa mise en œuvre répondent à un besoin d’autonomie par la solidarité, J. Wagner l’a nettement souligné, y montrant « le signe d’une transformation de la condition de l’homme de lettres au XVIIIème siècle »20. Marmontel, cependant, a eu des précurseurs dans le rôle de « promoteur ». Ainsi le Journal de Verdun, alors dirigé par Egly, fait connaître en mars 1743 l’épître d’un auteur encore obscur, pourvu il est vrai de bons protecteurs, pièce que le journaliste dit n’avoir « pu arracher à sa modestie qu’à force de sollicitations » ; elle suscite les plus grands espoirs, cette Épître à Bordes, et « il pourrra bien arriver quelque jour qu’on dira sur le Parnasse : Rousseau I, Rousseau II »21. Une recherche plus systématique pourrait montrer avec plus de force le rôle ainsi joué par la presse dans la vie littéraire.

  • 22 La rédaction remonte à 1724 (R. Shackleton, Montesquieu, P.U. Grenoble, 1977, p. 57-58 et 317). Po (...)
  • 23 Les Mémoires paraissent en 1741 (H. Duranton, Corr. litt. du Président Bouhier, t. VII, Saint-Etie (...)
  • 24 Essai sur les mœurs, p.p. R. Pomeau, Garnier, 1963, t. I, p. LXVII. Voir P.P. Fields, V. et le M.F. (...)
  • 25 J.R. Armogathe situe ces textes dans le M.F. (« Trublet », D.J.). La plupart figurent dans les t.  (...)

14Marmontel, ses prédécesseurs et ses émules, savent tout aussi bien mettre leurs journaux en valeur lorsqu’ils obtiennent d’auteurs confirmés, d’écrivains célèbres des inédits offerts en primeur à leurs abonnés. Laissons là le cas de la Correspondance littéraire de Grimm, et réservons les possibilités d’une enquête dans la presse du XVIIème siècle. La Bibliothèque française a présenté en 1724 le Temple de Gnide, un an avant sa sortie chez le libraire, trois ans après le grand succès des Lettres persanes ; Montesquieu donne encore le Voyage de Paphos dans le Mercure de décembre 1727, puis le gratifie d’un dialogue des morts en février 1745 : le Dialogue de Sylla et d’Eucrate, peut-être lu au « Club de l’Entresol », en 1727, mais resté inédit22. Le président Bouhier, avant de publier ses Mémoires pour servir aux Essais de Montaigne, en donne une partie - fragment autonome-, La Vie de Montaigne, dans le Mercure d’octobre 174023. Longtemps avant de favoriser le Journal des Dames, dirigé en 1774 par la baronne de Prinzen, Voltaire livre une suite de chapitres du futur Essai sur les mœurs aux lecteurs du Mercure entre avril 1745 et juin 1746, soit du temps de Fuzelier et La Bruère, puis, peu après l’arrivée de Raynal, entre septembre 1750 et février 1751, alors même qu’il vient de quitter la France pour la Prusse24. Marmontel se fait honneur de présenter le « Discours préliminaire de M. d’Alembert à la tête de son Traité de Dynamique », publié dans le Mercure d’août et septembre 1758. Il utilise l’ancienne réputation de l’abbé Trublet pour étoffer son journal en 1759. Mais son prédécesseur Boissy avait déjà accueilli des textes de l’abbé. L’ensemble accroît les nouvelles éditions des Essais de littérature et de morale qui atteignent quatre volumes en 1760 et 1762, tandis que des Remarques sur Eontenelle apparaissent dans le Mercure, puis en volume, la même année 175925. C’est d’ailleurs dans ce journal que Trublet avait fait ses débuts littéraires, en juin 1717, avec des « Remarques critiques sur les aventures de Télémaque ».

  • 26 O.C., Pléiade, I, 548 et note 3 ; III, 18741875. Voir « Bastide », D.J., par M. Gilot.

15Le cas de Jean-Jacques Rousseau reste particulier. Il raconte dans les Confessions comment Bastide s’efforça vainement d’obtenir de lui les manuscrits de La Nouvelle Héloïse et d’Émile pour son journal Le Monde, en 1761, et finit par éditer en volume le manuscrit de son Extrait du projet de paix perpétuelle cédé par Rousseau pour douze louis26. Selon Bastide, Le Monde devait être « une espèce d’encyclopédie de goût » constituée de « pièces faites exprès » par « les grands hommes de la France » ; mais cette concurrence au Mercure ne put être tolérée. Ainsi Le Monde mourut-il, sans avoir fait de la Nouvelle Héloïse un roman-feuilleton.

  • 27 Corr. litt. de Grimm, 1er juin 1770 ; Mémoires secrets de Bachaumont, 20 juillet 1770 ; Almanach de (...)
  • 28 « Mémoire remis le 19 avril 1742 à M. Boudet, Antonin » (au sujet de M. de Bernex, évêque de Genèv (...)
  • 29 O.C., I, 1908.
  • 30 M.F., janvier 1771, t. II, p. 200-209. Pour les détails de cet imbroglio bibliographique, voir O.C. (...)

16Mais il faudrait encore mentionner d’autres rencontres ratées entre Rousseau et les journalistes : seule son Épitaphe de deux amants, un quatrain, est un succès de presse, lié à un fait divers lyonnais27  ; les Lettres à Malesherbes28, posthumes, sont refusées au Journal de Paris sur l’injonction du marquis de Girardin29 ; et la « Romance de Desdémone » que publie la Correspondance littéraire de Grimm en mai 1778 n’est pas de lui, mais de Deleyre. Quant au texte de Pygmalion, si le Mercure et le Nouveau journal helvétique le publient en janvier 1771, c’est à l’initiative de « M. Coignet, négociant à Lyon », co-auteur de la partition30. Apparemment Rousseau n’avait pas été consulté, et l’appel de Coignet pour qu’il consentît à cette publication avait fourni aux journalistes du Mercure un bon prétexte à sortir de l’ombre la copie d’un manuscrit inédit ; immédiatement après, les éditions allaient se multiplier.

  • 31 3ème et 4ème feuilles du Cabinet du philosophe (in Journaux et oeuvres diverses, Garnier, 1969, p. (...)

17Le théâtre, en effet, trouve aussi sa place dans la recherche d’une primeur par les périodiques ; quelques exemples montrent avec quelle diversité ils peuvent jouer ce rôle de promotion, pour assurer le passage du manuscrit au livre ou de la scène au livre, soit à leur profit, soit au profit des auteurs. Marivaux illustre bien cette diversité. Il a publié en 1734, de son propre chef, dans le Cabinet du philosophe, Le chemin de la fortune, qui n’avait pas été joué et que Marivaux semble avoir conçu comme une sorte de « spectacle dans un fauteuil » : sa présentation en fait presque une comédie-feuilleton31. En 1757, de lui-même encore, il renonce à obtenir la représentation par la Comédie française de Félicie, et il confie le texte au Mercure de Boissy, qui la publie en mars, la proposant en guise de conte :

  • 32 Théâtre complet, Pléiade, p. 1524.

« Cette ingénieuse féerie mise en dialogue ou plutôt en scènes tiendra lieu d’historiette ce mois-ci : le lecteur y gagnera. Elle est de Marivaux, et vaut mieux qu’un conte. On peut même dire que par le fond elle en est un, avec cet avantage que, par la forme, elle est vraiment une comédie, faite pour décorer le Théâtre-Français, et digne d’y figurer avec ses aînées »32.

  • 33 Ibid., p. 1524, 1527-1530.
  • 34 Le texte occupe les p. 177-207 de la livraison de mars 1764. Le livre est aussi daté de 1764. En j (...)
  • 35 Voir C.D. Brenner, Le développement du proverbe dramatique en France et sa vogue au XVIIIème siècl (...)

18En novembre de la même année, le Conservateur, ou Collection de morceaux rares et d’ouvrages anciens, de Turben, présente anonyme une autre comédie en un acte, Les acteurs de bonne foi, qui va figurer l’année suivante au tome III des Oeuvres de théâtre de Marivaux. Ce dernier, que l’on sache, n’a pas désavoué cette attribution ; mais il s’est désintéressé de son sort, comme de la Provinciale, comédie anonyme publiée dans le Mercure d’avril 1761, et de dévolution beaucoup plus douteuse33. Au contraire, il paraît bien avoir fait pour Félicie une démarche qui valait recours auprès des lecteurs du Mercure et pression sur le comité de lecture de la Comédie française, le journal y trouvant lui-même son compte. On notera que pour une œuvre moins aisément adaptable à la formule du périodique, une tragédie de Saurin, le Mercure s’offre de même comme seconde chance : en mars 1764, il publie de très amples extraits de Blanche et Guiscard, retirée en septembre 1763 à la troisième représentation ; il exhorte ses lecteurs « à se procurer la lecture de l’ouvrage entier » et attire ainsi l’attention sur le livre que Sébastien Jorry va éditer bientôt34. Mais un autre genre dramatique était bien fait pour ce type de pré-publication, c’est le proverbe dont on connaît le succès grâce à Carmontelle : outre ses propres Proverbes dramatiques réunis en huit volumes à partir de 1768, un Recueil général des proverbes dramatiques en vers et en prose, tant imprimés que manuscrits, publiés « à Londres » en 1785, forme six volumes35.

  • 36 On trouvera dans le Dictionnaire des journaux (16001789), en préparation, l’article de Denis Reyna (...)

19En fait de recueils, il faudrait examiner comment ils ont trouvé leur place dans l’institution périodique, tout en faisant la plus large part à des écrits originaux et inédits. L’aventure du Conservateur, entre 1756 et 1760, mérite un examen particulier36. L’Almanach des Muses, lancé en 1765 dans une durable carrière, représente excellemment ce genre hybride, entre le journal du type Mercure de France et le recueil collectif : si médiocre qu’ait été la qualité de ses inédits, cette réalisation singulière et pourtant si voisine du Mercure atteste l’intérêt qu’elle offrait à la fois à ses directeurs, à ses auteurs et à son public dans son rôle de promotion littéraire.

  • 37 Le protocole destiné au dépouillement des périodiques (CNRS, 1967) précisait qu’au casier 4, la le (...)

20Ces coups de sonde n’incitent guère à des conclusions péremptoires. Il est aisé d’admettre que ce rôle d’accueil et de recours au profit des auteurs et de valorisation du périodique qui espère créer un événement littéraire a été largement et diversement joué par la presse au XVIIIème siècle, et cela dès longtemps ; même si Marmontel a eu le mérite d’assumer ce double rôle en toute lucidité et avec une particulière efficacité, sa tâche était déjà préparée par d’exemplaires réussites. Désormais, des monographies par périodiques, par genres littéraires pourraient compléter, affiner, rectifier les aperçus ici proposés. L’utilisation des données fournies par le dépouillement méthodique des journaux, après un essai à partir de la lettre « O », se révèle de maigre intérêt ; l’ensemble « O » est fort hétérogène et le discernement des inédits exige un flair et une érudition vétilleuse peu communs chez les artisans du dépouillement37. Les résultats escomptés valent-ils d’ailleurs tant de peines ? Pourtant il n’est pas sans conséquence intellectuelle aujourd’hui de montrer - comme cette étude s’y efforce - que les travaux sur la presse concernent aussi et amplement l’histoire de la littérature, l’histoire des oeuvres et des genres, en même temps qu’ils enrichissent notre connaissance de la République une et indivisible des lettres, où la condition de l’écrivain et du journaliste n’a cessé de se modifier, ainsi que leurs relations avec le public. Malgré les exemples de Marivaux et de Prévost, il demeure nécessaire de rappeler les services rendus par la presse à la littérature ! « Rousseau II » n’en fut pas le moindre bénéficiaire.

Annexes

APPENDICE. DE LA LECTURE PUBLIQUE AU PÉRIODIQUE

« Nous avons manifesté, il y a longtemps, à M. Le Brun, Secrétaire des Commandements de feu Monseigneur le Prince de Conti, le désir que nous aurions de voir enfin publié son Poème de la NATURE.

(...) Trop sévère sur ses productions, et toujours mécontent de lui-même, parce qu il connaît toutes les difficultés de l’art, M. Le Brun n’a pas cru devoir céder à nos voeux, et ne se flatte pas encore d’avoir mis la dernière main à son Poème ; mais le plaisir que vous avons eu de l’entendre plusieurs fois, nous a permis d’en retenir quelques fragments, dont nous nous proposons d’enrichir notre Journal (…) ».

Journal français par MM. Palissot et Clément
(t. I, numéro I, 15 janv. 1777, art. III, p. 24-25)

Notes

1 Op. cit., P.U. Grenoble, p. 271-280. Ce rôle est un aspect essentiel de la « mission » dont Marmontel s’est senti chargé. On voit également dans la communication de H. Duranton un exemple de prépublication qui dément l’affirmation de l’auteur : « les journaux ne retiennent de la vie littéraire que son produit achevé », ci-dessus, p. 103.

2 De ce Gilles de Caux, le Dictionnaire des lettres françaises, XVIIIème siècle, prétend qu’il mourut en 1723 et qu’il collabora à l’Année littéraire de Fréron, lancée en 1754 ; Chaudon (Nouveau Dictionnaire historique) et Feller (Biographie universelle) situent sa mort en 1733. - Méfions-nous de ces signatures dans les périodiques, pour des textes qui ne sont que des reprises et non pas des contributions de collaborateurs en activité -.

3 Pierre Albert et Fernand Terrou, La Presse, P.U.F., « Que sais-je ? », 2ème éd., 1974, p. 23-25.

4 Voir J. Sgard, Prévost romancier, J. Corti, 1968, p. 611. C’est Didot qui édite le P.C.

5 Ces œuvres paraissent en 1802 et 1806 ; Jean-François Guichard, né en 1731, meurt en 1811.

6 R. Pisapia, « Le conte moral (1750-1830) : réflexions à partir d’une bibliographie », in Études et recherches sur le XVIIIème siècle du Centre aixois, série « Textes et documents », Marseille, 1980, p. 151-165. L’article d’Angus Martin, « Marmontel’s successors : short story in the Mercure de France » est annoncé pour l’été 1981 dans les Studies on Voltaire (vol. 201). Voir aussi Robert L. Dawson, Baculard d’Arnaud life and prose fiction, Studies on V., p. 141-142, 1976.

7 Voir J. Sgard, « La Place », Dictionnaire des journalistes (D.J.) et sa référence à I. Cobb, Pierre-Antoine de la Place (de Boccard, 1928, p. 216-217).

8 On rectifiera ici la notice « La Dixmerie » du D.J. : l’édition de 1765 en 2 vol. et celle de 1766 en 3 vol. ont précédé l’éd. indiquée (1769, 3 vol.).

9 M.F., février 1765, p. 104-105.

10 C.L.. 1er décembre 1764 (VI, 142).

11 Voir notamment de janvier à juillet 1771.

12 Y. Belaval, « Les protagonistes du Rêve de d’Alembert », Diderot Studies, III, 1961, p. 27-53 ; B. Ludewig, « Le rêve de Démocrite », Aspects du discours matérialiste en France autour de 1770, « Textes et documents », Caen, 1981, p. 295-302. Voir aussi la thèse dactylographiée de René Berthiaume, Recherches sur le dialogue philosophique dans l’œuvre de Diderot, Aix, 1976, p. 62.

13 Dans le M.F. de février 1760, un érudit lorrain signe « M.de Bermann, bachelier en droit, à Pont-à-Mousson » un dialogue entre Mme de Graffigny (morte en 1758) et Mlle de Scudéry. Il pourrait être l’auteur de dialogues publiés dans les livraisons de juin et novembre 1759. Mais il ne paraît pas avoir constitué un recueil sous son nom.

14 On va répétant que Daniel Defoe a d’abord donné son roman aux lecteurs du Daily Post en 1719. M. Pailler me signale obligeamment que selon Robert D. Mayo (The English novel in the magazines, London, Oxford Univ. Press, 1962), le feuilleton parut six mois après la publication en volume - dans The original London Post.

15 L’Almanach des Muses dresse régulièrement la liste des journaux qui publient des pièces de vers, de manière habituelle ou « quelquefois ». Pour la fin du XVIIème siècle, Alain Niderst signale les nombreux poèmes de Fontenelle publiés dans le Mercure galant (« Fontenelle », D.J.) qui, on le sait, a joué un rôle éminent dans sa « promotion » littéraire, grâce à son oncle Thomas Corneille-. Nous retrouvons là, comme pour Marmontel, l’influence des relations personnelles dans les sélections qu’opèrent les journaux. De sorte qu’entre le manuscrit et le livre, il y a bien l’inédit qu’accueille le périodique, mais que cette première étape à franchir mériterait aussi un examen global (voir par exemple le texte du Journal français publié en appendice).

16 Almanach des Muses, 1767, 1773, 1776, 1777, 1786, 1787. - Voir les bibliographies de Laclos, notamment in O.C., Pléiade, p. 868-884.

17 Marmontel salue l’ode comme « l’aurore d’une belle carrière poétique » et la publie dans le M.F. de janvier 1759 (t. II, p. 8-11) ; suit le psaume en février (p. 8-9).

18 Janvier 1760, tome I, p. 80-91 ; t. II, p. 58-68.

19 Janvier 1760, t. I, p. 18-25.

20 Op. cit., p. 274.

21 Les O.C. de Rousseau (Pléiade, II, 1893) reproduisent in extenso le texte du Journal de Verdun.

22 La rédaction remonte à 1724 (R. Shackleton, Montesquieu, P.U. Grenoble, 1977, p. 57-58 et 317). Pourquoi M. n’a-t-il pas aussi confié au MF. son Dialogue de Xantippe et de Xénocrate, qui va rester manuscrit inédit de 1727 à sa mort ? (voir ibid., p. 318).

23 Les Mémoires paraissent en 1741 (H. Duranton, Corr. litt. du Président Bouhier, t. VII, Saint-Etienne, 1979, p. 231).

24 Essai sur les mœurs, p.p. R. Pomeau, Garnier, 1963, t. I, p. LXVII. Voir P.P. Fields, V. et le M.F., Columbia, 1959. Dans son rôle de directeur, Raynal était bien placé pour utiliser ses relations politiques et littéraires. A son sujet également, il conviendrait de prolonger la présente étude à partir des travaux existants (M. Duchet et J.Sgard, « Raynal », D.J.).

25 J.R. Armogathe situe ces textes dans le M.F. (« Trublet », D.J.). La plupart figurent dans les t. III et IV de l’éd. de 1760

26 O.C., Pléiade, I, 548 et note 3 ; III, 18741875. Voir « Bastide », D.J., par M. Gilot.

27 Corr. litt. de Grimm, 1er juin 1770 ; Mémoires secrets de Bachaumont, 20 juillet 1770 ; Almanach des Muses, 1771. - On connaît l’histoire du suicide de Thérèse et Faldoni, fait divers pathétique (voir Rousseau, O.C., Pléiade, II,1157 et note, p. 1903).

28 « Mémoire remis le 19 avril 1742 à M. Boudet, Antonin » (au sujet de M. de Bernex, évêque de Genève), in Année littéraire, 1765, II, 260-262.

29 O.C., I, 1908.

30 M.F., janvier 1771, t. II, p. 200-209. Pour les détails de cet imbroglio bibliographique, voir O.C., II, 1989-1991.

31 3ème et 4ème feuilles du Cabinet du philosophe (in Journaux et oeuvres diverses, Garnier, 1969, p. 355361, 365-371).

32 Théâtre complet, Pléiade, p. 1524.

33 Ibid., p. 1524, 1527-1530.

34 Le texte occupe les p. 177-207 de la livraison de mars 1764. Le livre est aussi daté de 1764. En janvier, une reprise s’était soldée par un échec.

35 Voir C.D. Brenner, Le développement du proverbe dramatique en France et sa vogue au XVIIIème siècle, Berkeley, 1937.

36 On trouvera dans le Dictionnaire des journaux (16001789), en préparation, l’article de Denis Reynaud et R. Favre.

37 Le protocole destiné au dépouillement des périodiques (CNRS, 1967) précisait qu’au casier 4, la lettre « O » désigne une « création » qui « a été, ou sera, ou pourrait être publié comme livre ou partie de livre ».

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540